JL à l’écoute de … Isabelle BRES

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Isabelle BRES

.

.

1/ Qui êtes-vous ? Quel est votre parcours ?

Isabelle BRES.

J’ai fait des études d’histoire en me spécialisant dans le Moyen Âge. Puis j’ai commencé à travailler à la télévision. France 5 avec l’émission Atout Savoir où je réalisais des reportages scientifiques. Puis Sans Aucun Doute, les 7 péchés capitaux, la grande soirée anti-arnaques, confessions intimes. J’ai travaillé pour Link en tant que rédactrice en chef, animé des émissions sur RTL, Équidia ou encore Sud radio.

 

2/ Que faisiez-vous avant de pratiquer votre métier actuel ou parallèlement ?

J’étais étudiante.

 

3/ Qu’aimez-vous ou que pratiquez-vous comme autre art ou activités ? Quelles sont vos passions ?

Je monte à cheval. Le cheval c’est vraiment ma passion. Il m’apprend beaucoup de choses sur moi, sur les autres, la nature. Même sur mes enfants !

 

4/ Comment vous faites-vous connaître ? Qu’attendez-vous de vos admirateurs ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

Je ne me fais pas connaître. Je n’ai jamais voulu être connue. Je me suis retrouvée à l’antenne par hasard mais mon métier c’est avant tout journaliste. La notoriété qu’amène la télévision me dérange. Elle met en avant

des personnes qui souvent n’ont pas grand-chose à dire, ne m’intéressent pas beaucoup et je préfère de loin donner la parole à des gens qui le méritent. Voilà pourquoi je préfère être journaliste et m’effacer devant ceux que j’admire ou qui ont un point de vue, une expertise.

Je suis toujours étonnée qu’autant de personnes viennent vers moi. C’est bien sûr agréable de se sentir aimé. Mais j’ai toujours ce sentiment d’imposture.

Je vais à leur rencontre via FB qui est un outil formidable.

 

5/ Faites-vous ou aimeriez-vous faire des rencontres, des expositions ou des conférences sur vos activités ? Votre coaching ?

Je donne des conférences sur la communication interpersonnelle. Mais j’en fais de moins en moins car je suis de plus en plus concernée par l’être humain dans son entier. Bien communiquer c’est bien. Être en accord avec soi-même, c’est mieux. Je trouve que le monde est en train de changer de direction, que ce changement peut être plutôt une bonne chose et j’aimerais pouvoir y participer. En fait, je pense que chacun d’entre nous peut y participer en faisant des petites choses au quotidien.

 

6/ En tant que journaliste, comme il existe plusieurs manières d’en faire et d’appréhender ce métier, pouvez-vous nous dire ce que vous préférez faire ?

Ce que je préfère, c’est vraiment le terrain. Partir en intervention avec le GIGN, plonger avec les pompiers de Paris dans la Seine, découvrir des personnalités que j’admire aussi. Le plaisir de ce métier est vraiment la découverte du monde qui nous entoure.

 

7/ Quelle est votre dernière entreprise, est-ce le coaching ? Pouvez-vous nous en parler ?

Je ne pratique pas le coaching ? Je m’y suis formée il y a quelques années car cela m’intéressait et m’a appris beaucoup de choses. Mais rapidement, je me suis aperçu que ce n’était pas ma voie. Juste une étape vers un accomplissement personnel. Aujourd’hui, je donne des conférences, je ne fais plus ni télévision, ni radio car rien ne m’attire. J’en referai si un projet me plaît. Et je gagne ma vie en étant marchand de biens. Une activité que j’exerce depuis quelques années mais j’ai passé la vitesse supérieure il y a environ un an avec des projets assez ambitieux. Cela me plaît beaucoup. J’aime l’idée de permettre au plus grand nombre d’accéder à la propriété à des prix raisonnables dans de beaux endroits souvent réservés à une élite.

 

8/ Vous avez écrit un livre. Pouvez-vous en parler ? Où peut-on se le procurer ?

J’en ai écrit deux en fait. Un aux éditions du Toucan sur l’éducation.

Un autre que j’ai édité sur internet car on me l’a demandé quand j’ai commencé à publier un chapitre après l’autre sur FB.

Je n’étais pas une démarche commerciale mais plutôt dans le besoin de sortir de moi un certain milieu de la télévision que j’ai connu qui était sale et vraiment très loin de mes valeurs.

Cet univers m’a détruite mais m’a aussi permis de faire un très gros travail sur moi-même et de devenir celle que je suis aujourd’hui et dont je suis plutôt fière.

Mais pour cela, il a fallu que, sous forme de fiction, j’expulse des choses que j’avais vécues et qui m’ont vraiment traumatisée.

Tout n’est évidemment pas vrai dans ce roman mais un certain nombre de choses le sont. C’est pour cette raison aussi que j’ai pris mes distances avec la télévision. J’ai compris que je ne serai pas plus forte que le diable. Autant le garder le plus loin de moi possible.

 

9/ Appartenez-vous ou vous recommandez-vous d’une école ?

Je suis allée à la fac donc pas de grande école.

En revanche, je trouve que l’école n’est pas du tout adaptée à la vie. Mon fils aîné était à Henri IV. L’année dernière, alors qu’il était en 4e, je l’ai sorti de là pour l’envoyer finir l’année au Canada. Ils étaient en train de détruire mon fils, par ailleurs brillant et très bon élève. Cette année, je l’ai mis dans une école où la bienveillance est le mot d’ordre. Cette école s’appelle Diagonale. Il n’a jamais été aussi heureux. Premier contrôle de math, il n’a fait qu’un tiers du contrôle. Habitué à Henri IV, il rentre en me disant : « Maman, je vais me faire détruire par mon prof de math et avoir 2 ». On lui rend sa copie, il a 17. Le prof de math a estimé que la partie qu’il avait faite valait 17 et qu’il fallait qu’il travaille juste sa méthodologie pour réussir à terminer ses contrôles.

Il vient de rentrer au moment où j’écris et me dis : « Maman, je viens de faire un contrôle de math. Grâce aux conseils de mon prof, j’ai réussi à le terminer. Je pense que je vais avoir 20 ». Au Canada, avant une interro, on fait l’interro en classe pour être sûr que tout le monde a bien compris ce qu’on va demander. On n’est pas là pour placer les élèves en position d’échec. De la même façon, ils font tous leurs travaux en groupe pour que les plus faibles pussent être aidés par les plus forts. Du coup, ils ne sont pas découragés. Voilà, ça, c’est ma philosophie de vie. Tout le monde a du talent. Mais demandez à un poisson rouge de grimper aux arbres et il se trouvera nul.

 

10/ Quel est le conseil le plus important que vous ayez reçu ?

Je n’ai pas vraiment reçu de conseils. J’ai regardé ceux que j’admire et j’ai tenté d’adapter ce qui me convient. J’ai une conscience très aiguë de l’« éphémérité » de la vie, ce qui fait que peu de chose me fait peur et que je tente de réaliser tout ce qui me plaît et de déguster chaque moment de ma vie. Je profite vraiment de tout.

 

11/ Que préférez-vous faire dans votre rapport avec le cheval ? Plusieurs manières de voir les choses existent ; certains aiment autant les travaux autour du cheval que sur le cheval.

Ce que j’aime avec le cheval, c’est le lâcher prise qu’il exige pour pouvoir être en communion avec l’animal. Quel que soit le moment que je traverse dans ma vie, y compris les plus difficiles, le cheval me permet de me recentrer. De trouver les solutions.

 

12/ Comment travaillez-vous avec votre cheval ? Seule ? Préférez-vous le saut ou le dressage, le complet ou l’équifun ? Auriez-vous aimé faire de la compétition ?

Je ne suis pas du tout compétition, ça ne m’intéresse pas du tout. Je fais plutôt du dressage et de l’obstacle une fois par mois. Mais ce que je préfère, c’est être dans la nature. Je rentre d’un week-end au milieu des taureaux en Camargue, c’était magique. Nous étions avec les gardians et nous avons fait leur travail, le tri du bétail, l’accompagnement des bêtes, comme des cow-boys, c’était génial. Les chevaux camarguais sont formidables. Ils ont du sang et en même temps, ils sont gentils et intelligents. Nous étions chez une femme gardian, Marie Pagès. Elle menait tout son petit monde à la baguette mais avec le sourire. Une main de fer dans un gant de velours.

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? La spontanéité joue-t-elle beaucoup dans votre manière d’appréhender les interrogations sur vous, sur vos métiers ?

Je suis très spontanée mais je tente de construire de plus en plus ce que je fais.

 

14/ Avez-vous eu des commandes d’émission ou au contraire devez-vous vous adapter pour répondre au mieux au sujet du moment ?

J’ai toujours travaillé sur des émissions imaginées par d’autres. Je suis journaliste, pas productrice. Je préfère cela. J’aime être la petite fourmi qui fabrique une émission.

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs de vos disciplines ?

Quand on veut, on peut. Quand on peut, on doit. Du travail et de la pugnacité. Rien n’arrive sans rien.

 

16/ Quels sont vos artistes préférés ? Vos lectures préférées ?

Je suis absolument fan d’Eric-Emmanuel Schmitt. Je lis tout ce qu’il sort. J’aime particulièrement « La part de l’autre », ce roman dans lequel il imagine quelle aurait été la vie d’Hitler s’il avait réussi les Beaux-Arts. Cet homme a un talent fou.

Mozart me permet d’être en lien direct avec Dieu ou l’univers ou appelez-le comme vous voulez car on est bien d’accord que sa musique ne vient pas d’ici.

Shakespeare m’inspire par sa folie.

George Sand et Simone Veil sont mes deux idoles. Finalement pas si éloignées l’une de l’autre. L’une était peut-être plus volage que l’autre…

« La plus belle histoire du monde » est un livre que j’ai adoré également. Pour une fois qu’un livre vous donne l’impression d’être intelligent.

En ce moment, je lis « L’univers à portée de main ». J’y vais à petits pas, histoire de bien comprendre tout ce qui est écrit. ☺

 

17/ Qu’aimeriez-vous faire d’autre si vous n’aviez pas épousé ces disciplines ?

Rien d’autre. Je suis exactement là où j’ai envie d’être. Si, j’aimerais pouvoir travailler avec Joël de Rosnay. Je l’ai interviewé l’année dernière et j’ai eu un coup de foudre pour cet homme. Je crois qu’il m’a bien aimée aussi. Après l’émission, il m’a fait un compliment qui est l’un des plus beaux compliments que l’on m’ait fait et je sais qu’il était sincère. Je ne le répéterai pas par coquetterie.

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ? Pouvez-vous nous en parler ?

J’aimerais allier cheval et télévision… Bon sang ne saurait mentir !

 

19/ Peut-être aurez-vous la possibilité d’animer une émission sur le cheval ?

Peut-être… Lundi, j’ai rendez-vous avec le patron d’une nouvelle chaîne sur le cheval. Qui sait…

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ?

Sur FB

————-

Le 5 octobre 2017

Isabelle BRES

.

.

Je remercie sincèrement Isabelle BRES d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, sculpteur, peintre, photographe, acteur, comédien, théâtreux, styliste, musicien, chanteur, colleur de papiers, en un mot artiste  sans discrimination de l’art pratiqué,

si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site est ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

Chaque chronique est ensuite partagée sur Facebook, Twitter, Linkedin, Google+, Pinterest et parfois Tumblr.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

https://jeanlouisriguetecriveur.blogspot.fr/

.

© Jean-Louis RIGUET 12 octobre 2017

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

JL à l’écoute de … Annie Quaglio Chapouille

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Annie Quaglio Chapouille

.561162_3666795349336_501535102_n

.

1/ Qui êtes-vous (VOS Prénom et NOM) ? Quel est votre parcours ?

Annie QUAGLIO CHAPOUILLE

Fille de militaire, mon père je ne l’ai pas connu, mort pour la France quand j’avais 3 ans. J’avoue ne pas me souvenir de cette période qui, pour moi, est noire et sans souvenir…

Je suis partie à 21 ans de ma Lorraine natale, avec ma valise, mes vinyles et mes 1 000 francs en poche sur Paris.

J’aime apprendre, voyager, rire, chanter, et être dans la nature, curieuse de la vie j’essaie de la savourer du mieux que l’on puisse le faire… sans gâcher mes journées.

D’humeur joyeuse et d’un tempérament fonceur, j’avance pour apprendre et comprendre ce monde à la fois, bien étrange, violent, terrible, surprenant et fascinant. J’aime cette terre et j’aime la Vie…

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

Arrivée sur Paris, j’ai travaillé dans une agence de voyages, puis je me suis mariée. De cette union, j’ai eu 2 enfants ; j’ai divorcé à 45 ans. J’ai changé plusieurs fois de métier, en passant par les assurances, l’immobilier et le dernier, dans les finances depuis plus de 10 ans.

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre passion?

Je pratique la photographie en dehors de mon travail ainsi que le théâtre.

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ?

J’attends de mes lecteurs qu’ils trouvent dans mes écrits un moment de détente, d’évasion, et retrouver le goût des émotions ! et le plaisir des mots.

 

Comment vous faites-vous connaître ?

Par mon blog : http://annieetsesmots.over-blog.com/

 

Et : https://www.facebook.com/MesMotsSeBalancent/

 

Par concours également.

 

J’ai eu 2 prix lors d’un concours de poésie.

 

Comment allez-vous à leur rencontre ?

Je vais à leur rencontre par des dédicaces, ou dans des médiathèques, dans des cafés poésies, dans des librairies,

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Surtout des lectures, j’ai même pensé à aller dans des maisons de retraites.

 

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

J’écris depuis l’âge de 14 ans, mais à 21 ans, j’ai tout mis dans une boîte pour la ressortir il y a 8 ans.

 

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

Mon livre est un recueil de poésies : 113 poésies pour s’évader, rêver, et s’émerveiller. Nous vivons à une époque ou la plupart des gens ne s’émerveillent plus et vivent à 200 à l’heure… ne regardant que leur portable, leur PC ou leur tablette. La communication disparaît petit à petit et je trouve cela bien dommage.

Je rajouterai que, depuis que j’ai sorti mon livre, je continue à écrire des poèmes et, à ce jour, il y en a une quarantaine qui sommeille.

 

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

Dans les librairies, sur Amazon, sur Kobo (EBOOK)

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? Aux e-book ?

Je pense que publier à compte d’auteur, ça permet de réaliser plus facilement la sortie d’un ouvrage, que de passer par une maison d’édition qui ne me semble pas facile, car il faut faire ses preuves.

 

10/ Quel est le conseil le plus important que-vous-ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

Le conseil que l’on m’a toujours dit : c’est de croire à son étoile, de ses rêves, de faire de sa journée la meilleure à chaque fois ! de s’entourer de personnes positives, passionnées, et rester fidèle à ses propres valeurs.

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

Pour le moment, c’est des poèmes, mais il m’arrive d’écrire des nouvelles que je n’ai pas encore publiées, et un projet de roman commence à pointer le bout de son nez.

 

12/ Comment écrivez-vous ?

J’écris à n’importe quel moment. Cela peut être dans la journée ou la nuit ; je prends des notes, selon les mots ou les phrases que j’entends dans les transports, dans les échanges au travail, entre amis, ou en lisant ou regardant des émissions ou films.

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

L’inspiration me vient suite à un moment d’émotion, par rapport à la nature, d’un paysage, d’une rencontre, d’un fait divers ; parfois, elle me vient soudainement suite à une idée, une réflexion, pas toujours facile à expliquer…

 

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

Pour le moment je n’en suis pas à construire des intrigues, des personnages, mes seuls personnages sont le fruit de mon imagination et je n’ai pas été jusqu’à leur trouver un caractère, ou leur façon de vivre, etc.

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

Qu’ils écrivent ce qu’ils ont envie, de laisser leur imagination vagabonder sur le papier et surtout ne pas se décourager. Je leur dirai aussi qu’écrire c’est merveilleux, transcrire des émotions, des histoires, des romans, rien de plus beau de savoir qu’ils seront lus et qu’ils auront passionné beaucoup de lecteurs !

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

Zola, Guy Rachet, Karen Blixen, Paulo Coelho, Eric-Emmanuel Schmitt, mais il y en a encore beaucoup d’autres.

 

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

Moi Charlemagne Empereur Chrétien de Max Gallo

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Oui bien sûr

Je commence à faire des chroniques avec ma fille Nathalie CHAPOUILLE sur :

1001chroniquesenfolie.com

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Dédicace à Cultura à La Croix Blanche 91 le 5 mars 2016

Salon de dédicaces, Espace Saint-Jean, Place st Jean à Melun 77 le 12 mars 2016.

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Sur ma page FACEBOOK

https://www.facebook.com/MesMotsSeBalancent/

————-

Le 21 février 2016

Annie Quaglio Chapouille

.599722_572831812740685_297703531_n

12243139_10208015370602927_7695480128434561903_n                                                                11127534_10206455509927385_1665482571499262593_n

.

Je remercie sincèrement Annie Quaglio Chapouille d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, sculpteur, peintre, photographe, comédien, théâtreux, en un mot artiste  sans discrimation de l’art pratiqué,

si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de

vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

Chaque chronique est ensuite partagée sur Facebook, Twitter, Linkedin, Google+, Pinterest et parfois Tumblr.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

Jean-Louis RIGUET 27 février 2016

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

Livres: Treize écrivains à la table des Restos du Coeur

Treize auteurs de talent se mettent à table pour treize nouvelles inédites au bénéfice des Restos du Coeur !

Maître Renard

Resto du coeur_0

Treize à table peut porter bonheur ! Treize nouvelles inédites signées par treize auteurs français de renom ont été publiées le 6 novembre au profit des Restos du Coeur par les Éditions Pocket, permettant à l’association de distribuer trois repas pour chaque livre acheté.

« Toute la chaîne du livre s’est mobilisée autour de ce projet entièrement bénévole, dont les profits seront reversés aux Restos du Coeur. Notre souhait est d’atteindre 300 000 exemplaires vendus et de distribuer ainsi un million de repas« , précise Pocket.

Ce recueil, intitulé 13 à table ! et vendu 5 euros, fourmille d’intrigues policières autour d’un thème : le repas. Réunions de famille qui dérapent, retrouvailles inattendues, suspense, humour, absurde, tendresse, chacun des auteurs a sa recette.


livre

Les écrivains engagés dans ce livre solidaire sont Françoise Bourdin, Maxime Chattam, Alexandra Lapierre, Agnès Ledig, Gilles Legardinier, Pierre Lemaitre, prix Goncourt 2013, Marc Levy, Guillaume Musso, Jean-Marie…

View original post 190 mots de plus

JL à l’écoute de … Thierry-Marie DELAUNOIS

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Thierry-Marie DELAUNOIS

.

unnamedTM   D

.

 

1/ Qui êtes-vous (votre Prénom et NOM)? Quel est votre parcours?
Thierry-Marie DELAUNOIS, auteur au parcours très éclectique selon certaines personnes de mon proche entourage: au départ assistant de laboratoire clinique, ensuite programmeur-informaticien, puis employé administratif et rédacteur, enfin auteur et chroniqueur sur mon propre site web, la fibre littéraire présente d’abord en filigranes, ensuite dominante. Un crescendo…

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture?

Avant d’écrire, je travaillais, lisant beaucoup, écrivant déjà de petites choses, écoutant beaucoup de musique surtout classique. J’ai appris le piano. A présent, parallèlement à l’écriture, je continue à lire tout en développant mon site web et travaillant sur ordinateur pour quelques autres personnes. En tant qu’employé administratif, je suis pour l’instant en pause, la musique toujours très présente dans ma vie. Toute la gamme…

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art? La peinture? La sculpture? Le cinéma? La photographie? Le théâtre? Quelle est votre passion?

J’aime la peinture, surtout la période impressionniste, le cinéma, classique et contemporain, depuis les années 80, le théâtre mais principalement celui de la première moitié du XXème siècle; ma passion, c’est le piano et la musique classique; Mozart, Beethoven, Schubert et Liszt principalement ont mes faveurs. Pas un jour sans une petite dose de notes, harmonie garantie.

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs? Comment vous faites-vous connaître? Comment allez-vous à leur rencontre?

Ce que j’attends de mes lecteurs: essentiellement leurs avis, commentaires et réflexions sur mes oeuvres, cela m’intéresse énormément. Un écho à mon écriture en un mot. Comment je me fais connaître: par l’intermédiaire de mon éditeur qui médiatise fort bien ses auteurs, de mon site internet sur lequel je m’exprime régulièrement, et des plus importants réseaux sociaux tels facebook et twitter. C’est donc principalement par la toile que je tisse des liens. Comment je vais à leur rencontre: de la même manière et, physiquement, par l’intermédiaire des séances de dédicaces. J’adore les échanges.

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages?

Après la parution de mon troisième roman a eu lieu une belle rencontre avec lecture dans une librairie de quartier où j’ai bénéficié de la présence de lecteurs de passage; en 2013, au Salon du Livre de Paris, des extraits de mon quatrième roman ont été lus par une sympathique comédienne française, un must; à part ça, cela dépend de mon éditeur car il n’est pas simple de porter toutes les casquettes à la fois…

 

6/ Depuis quand écrivez-vous? Qu’avez-vous déjà écrit?

Le virus m’a touché, même percuté, en 2006 après une période assez sombre comme tout le monde peut en connaître; mon premier roman, une aventure policière rythmée, est paru en 2007, titre: « Reflets ». J’en suis à présent à cinq romans publiés ainsi que quelques nouvelles et poésies que l’on peut découvrir sur mon site, thématique principale: les relations humaines conflictuelles, voire fastidieuses, entre personnes parfois obligées de s’entendre. Berezina en perspective…

 

7/ Quel est votre dernier livre? Pouvez-vous nous en parler?

Mon dernier roman, « Raconte-moi Mozart… », emmène le lecteur faire un petit tour dans les Alpes-de-Haute-Provence; il y fait connaissance de trois personnages qui n’ont apparemment rien en commun: Oscar, un vieil homme aigri de 75 ans, Juliette, sept ans et fragile, surnommée Colibri, Rama, une fantasque africaine proche de la trentaine. Une histoire de destinées et de sacrifice en somme, touchante et même tragique d’après certains de mes lecteurs. Si vous me le permettez, je n’en dévoilerai pas davantage…

 

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages?

Partout mais c’est parfois lié au bon vouloir des libraires plus prompts à mettre en avant « le rentable » quelle qu’en soit la qualité, je n’ai pas peur de le dire. Sur internet, aucun souci pour les obtenir: on peut les commander sur les principaux sites de vente en ligne et sur le site-même de l’éditeur qui est rapide à la détente.

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif? Aux e-books?

A moins d’avoir de très bonnes relations et de sérieux appuis, et d’être soi-même un très bon commercial, les éditeurs à compte d’auteur et à compte participatif sont à éviter: ils ont une moins bonne réputation que les autres: pas de réel comité de lecture, une publication très peu sélective, et cela se sait! Une publication de qualité tombera dans le panel des « éventuellement… », dénigrée par le libraire et la presse au seul énoncé du nom de la maison d’édition si elle est « réputée » à compte d’auteur. D’accord pour se faire publier à compte d’éditeur: les ouvrages sont mieux vus et remarqués; d’accord également pour les e-books: il faut évoluer et, selon moi, il n’y a pas péril en la demeure « livres papier »: ceux-ci ne disparaîtront pas de si tôt.

 

10/ Quel est le conseil le plus important que vous ayez reçu? Pas forcément pour les livre?

 

Le conseil principal en tant qu’auteur: avant tout beaucoup lire, de tout, s’instruire par la lecture à tout point de vue: contenu, forme, style… Mine de rien, un ouvrage littéraire est très riche en enseignements de tout bord: ouvrez par exemple une oeuvre de Ken Follett et, en fin de lecture, dites-moi ce que vous en avez retiré, vous me parlerez probablement jusqu’au bout de la nuit. Le conseil de vie essentiel: dans tous les cas ne jamais rester seul dans son coin, s’isoler de tout. Il faut échanger, communiquer même en période créatrice. Rester tête et pieds sur terre est primordial, on en sait tous quelque chose.

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire: des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies?

Essentiellement des romans et nouvelles dans les deux cas; s’y mêlent habilement réalité et fiction: une histoire, un récit, une aventure est bien souvent basée sur un fait réel, un événement précis du passé qui sert soit de point de départ, soit de fil conducteur, soit de cadre ou contexte dans lequel évoluent les personnages. C’est parfois très amusant de voir se rencontrer un être imaginaire avec une personne qui a bel et bien existé. C’est par exemple le cas dans « Le feu sacré » de Katherine Neville. A lire… En ce qui me concerne, dans un projet en attente, un de mes personnages rencontrera un Président bien réel. Affaire à suivre…

 

12/ Comment écrivez-vous?

Si vous me parlez du cheminement d’un projet, je démarre toujours au stylo, à la force du poignet, beaucoup de ratures et de nombreuses pauses à la clé; ensuite je passe à l’ordinateur pour taper la version dite « intermédiaire »; puis je me fais lire par quelques personnes triées sur le volet, tenant alors compte de leurs avis pour élaborer le manuscrit définitif qui est souvent proche de l’intermédiaire. Enfin, je me fais une dernière fois lire par d’autres proches. L’écriture d’une oeuvre, préparation incluse, peut me prendre dix mois, soumission à l’éditeur non comprise. Quant à mon style, je laisse le soin à mes lecteurs d’en parler, ils le feront mieux que moi.

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages?

Des commandes, cela ne s’est pas encore produit mais je ne suis pas contre ce procédé. Quant à l’inspiration, elle me vient du quotidien, d’une rencontre ou d’une conversation par exemple, en apparence anodine mais une idée peut germer au détour d’une expression, d’un sourire, d’un bon mot; après, l’idée fait son chemin, se développant petit à petit. C’est assez mystérieux, la naissance d’une oeuvre, et de l’idée à la plume, cela peut parfois prendre deux mois…

 

14/Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages? Ceux-ci sont-ils toujours imaginaires?

Lorsqu’on construit un édifice, le terrain est d’abord choisi, délimité, des plans sont établis, les matériaux sont commandés puis l’ouvrage démarre, s’élevant palier par palier, et l’on sait où l’on va, l’improvisation n’ayant ici pas sa place. Je procède ainsi pour un roman: il y a une période préparatoire parfois longue et quand je démarre l’écriture, je sais comment je terminerai. Lieux, époque, personnages (construction au feeling en puisant des éléments dans mon entourage), contexte particulier, le temps… tout est déterminé à l’avance. Un proche m’a dit que « L’île joyeuse », mon avant-dernier roman, est une véritable cathédrale. Merci à lui!

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture?

Le conseil principal, c’est d’être ou de devenir d’abord un bon expert dans sa langue d’écriture – grammaire, syntaxe, conjugaisons,… – par l’étude et la lecture. Avant tout lire et de tout, conseil qu’on m’avait prodigué. On apprend beaucoup par la lecture, plus qu’on ne le croit souvent au départ. Le français est une langue très difficile? Ne pas se décourager…

16/ Quels sont vos auteurs préférés?

Parmi les contemporains, il y a notamment Eric-Emmanuel Schmitt, Daniel Pennac, Philippe Claudel, Grégoire Delacourt, mais aussi Charlotte Link et Yann Queffélec. Je suis assez éclectique, aimant passer d’un genre ou d’un style à un autre. Parmi les auteurs du passé, tout le XIXè siècle me plaît, je ne saurais citer tous les noms me passant par la tête. Et ne fût-ce qu’en citer un serait comme jeter de l’ombre sur tous les autres…

 

17/ Que lisez-vous en ce moment?

J’ai récemment terminé « les âmes grises » de Philippe Claudel, que j’ai bien aimé; à présent j’en suis à la relecture d’un texte écrit en 2013, chose que je fais en plein milieu d’un autre projet qui nécessitait une pause. Maturation et tout vient à point…

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets?

J’ai deux projets en cours dont un « top secret » car je ne suis pas le seul concerné par cette écriture. Une collaboration en quelque sorte qui devrait voir le jour au plus tard en 2016. Un souhait. L’autre, il s’agit d’un roman contemporain qui tourne autour de quatre personnages marqués et comporte des éléments de tragédie antique. Il faudra réellement s’accrocher…pour la première fois! C’est une sorte de thriller amoureux avec une curieuse énigme à la clé.

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir?

Dans les mois qui viennent essentiellement deux: le 23 novembre prochain, je serai en dédicaces à la Foire du Livre de Mons « Mon’s livre », Belgique, avec principalement mes deux derniers romans; ensuite, je compte être présent à la prochaine Foire du Livre de Bruxelles fin février 2015. Rencontre-dédicaces avec chocolats – ma particularité- au stand de l’éditeur, mais il n’est pas exclu que je participe à d’autres événements entre-temps.

 

20/ Où peut-on suivre votre actualité? Vos parutions?Bruxelles, Belgique

Je propage mon actualité par l’intermédiaire de mon site www.thierry-mariedelaunois.com –  s’y trouvent une rubrique « Actualité » et une autre « Publications » notamment -, par la diffusion à mes abonnés d’une lettre d’information lorsqu’un événement pointe à l’horizon, et par des annonces sur les principaux réseaux sociaux, annonces ensuite partagées par mes lecteurs. Les journaux relaient aussi ma présence en dédicaces dans tel ou tel salon: Paris, Bruxelles… Le site web de mon éditeur relaie lui aussi l’actualité de ses auteurs. Merci à lui!

Thierry-Marie Delaunois,
le 17 octobre 2014

.

unnamedTD

.

unnamedT-M D.

unnamedMD

.

unnamedTMD

.

Je remercie sincèrement Thierry-Marie Delaunois  d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Jean-Louis RIGUET 28 octobre 2014

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

https://librebonimenteur.wordpress.com/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

http://www.riguetauteurlivres.com/

http://riguet-jean-louis.e-monsite.com/

.

 

JL à l’écoute de … Laurence Vanhaeren

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Laurence Vanhaeren

.

L.-Vanhaeren-2-Copie3

.

1/ Qui êtes-vous   (VOS Prénom et NOM) ? Quel est votre parcours ?

Laurence Josée Vanhaeren, fille de Willy Marie Théophile Vanhaeren et Jacqueline Ida Louise Duval, citoyenne du monde née l’année des événements dramatiques survenus lors des Jeux Olympiques de Munich, échouée au pays des mots non pas au fil de l’eau, mais au fil de rencontres particulières : les rencontres qui font que la vie est un sentier sur lequel il est bon se promener sans oublier, de temps à autre, de s’égarer …

Laurence Josée Vanhaeren, également auteure d’une histoire qu’elle n’écrira jamais : une expatriation de la Belgique vers la France, survenue en 2011,  en moins de trois jours ouvrables, avec pour seul camion de déménagement sa voiture en mode « un seul trajet ». L’occasion d’une prise de conscience essentielle, car tous nous connaissons la question : « Si, pour aller vivre sur une île déserte, vous ne deviez emporter qu’un seul bagage, que prendriez-vous ? ».

Il faut avoir une première fois chargé sa voiture avec ce qui a une valeur financière en négligeant par erreur ce qui a une valeur affective, puis la décharger avant de recommencer l’opération, pour mesurer la portée véritable de cette question. Et le plus difficile, je vous le confie, c’est de se camper devant sa bibliothèque pour définir les livres à emporter et ceux à … abandonner.

 

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

Je jouais à la poupée, regardais Dorothée quand on ne m’imposait pas les émissions du dimanche de Jacques Martin, et apprenais l’alphabet. Si j’avais pu, à l’époque, en percevoir le champ des possibles, il est certain que les kilomètres de graphies de lettres à la plume dans des cahiers lignés me seraient parus moins ennuyeux.

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre passion ?

Par le passé, j’ai beaucoup dessiné. En âge d’école primaire, une biche réalisée au fusain a obtenu le premier prix d’un concours organisé par une radio locale.

Tout m’intéresse. La difficulté, c’est souvent la gestion du temps …

 

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

Je n’attends rien de mes lecteurs et de mes admirateurs si ce n’est qu’ils usent et abusent de leur liberté de lecteur.

Les rencontres font partie de nos vies et surviennent par elles-mêmes. Le hasard – pour autant qu’il existe … – fait très bien les choses.

 

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Ici aussi, au gré des hasards … et des invitations.

En 2012, au nom de l’Association belge des professeurs de français et de la Communauté française de Belgique, j’ai participé à un colloque en Tunisie. Une très belle expérience.

Notez que, en digne fille de globe-trotter, je demeure prête sur le plot de départ. Et j’ai déjà fait mes preuves : il est une erreur de croire qu’une femme met du temps à préparer ses bagages. C’est un cliché de croire que féminité rime avec valises disproportionnées et temps passé devant un miroir de salle de bain.

 

 

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

J’écris depuis un certain jour de mai, à 23 h 33. J’écris depuis que mes alvéoles se sont déplissées. J’écris depuis que mes sens sont entrés en fonction car écrire, c’est avant tout voir et ressentir. L’écriture commence bien avant la prise en main du papier et de la plume. J’écris depuis que j’ai pu poser mon regard sur le monde. J’écris depuis que mes sens en éveil en perçoivent le pouls parfois fuyant.

 

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

Il s’agit d’un recueil de nouvelles « Le lien de cristal » édité aux éditions du Masque d’Or.

Il comporte une référence discrète aux travaux du sociologue Mauss. Je suis accrochée à cette idée mais je laisse à chaque lecteur la liberté de choisir son angle de lecture.

 « Le lien de cristal » est bien un recueil de nouvelles, mais il peut être lu comme un roman. Même si le lecteur est libre de parcourir les textes dans l’ordre qu’il souhaite, l’agencement de ceux-ci a été particulièrement réfléchi. Les profils des personnages conservent une existence à travers l’entièreté de l’ouvrage même quand les univers et les intrigues varient.

Il y a bien, comme le titre l’indique, un lien. Un lien de cristal.

 

 

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

Comme tous les auteurs, je vous réponds « dans toutes les bonnes librairies et auprès de l’éditeur ». Toutefois, des bons de commande sont téléchargeables sur mon site  http://www.laudelavallee.com.

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? Aux e-book ?

Je reconnais volontiers avoir une position tranchée. Même si j’ai conscience d’une certaine subjectivité et sais que certains textes de qualité ne parviendront jamais à trouver vie hors du tiroir du bureau de leur auteur, je donne ma préférence à l’édition à compte d’éditeur.

Mais il se pose fréquemment la question de la qualité de la diffusion. Face à un volume important d’obstacles, il se comprend que certains auteurs en viennent à préférer l’autoédition. C’est une vaste problématique.

 

 

10/ Quel est le conseil le plus important que-vous-ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

Un proverbe espagnol : « Fais-le ou ne le fais pas, mais ne te contente pas d’essayer ».

C’est également vrai en amour …

 

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

Tout mérite d’être lu pour qui a ses sens en éveil. Réalité et fiction s’entrecroisent perpétuellement. Tout ce qui sonne juste m’émeut.

J’écris « par habitude » des nouvelles. Je pense depuis de longs mois à m’aventurer sur le chemin d’un roman mais je ne l’ai pas encore fait. Par manque de temps probablement.

 

 

12/ Comment écrivez-vous ? 

Dans une première phase, les mots me viennent dans l’âme. Avant l’overdose, je les laisse se répandre sur le papier, parfois dans un fichier informatique. Ils font connaissance les uns avec les autres, commencent à s’apprivoiser et se mélangent. Toujours, ils me surprennent. 

Dans un deuxième temps, vient une phase de relectures – souvent à voix haute et sans public -. Le retravail commence …

Ecrire prend du temps. Beaucoup de temps, du temps associé à de longs moments d’attente et à d’innombrables remises en question.

 

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

Dans la vie, et souvent au moment où je m’y attends le moins.

J’ai déjà eu des commandes. Je les traite alors comme des consignes d’écriture : des contraintes qui sont moteurs de créativité.

 

 

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

La réalité et la fiction sont toujours croisées.  Je n’écris aucune autobiographie mais il serait d’une hypocrisie sans nom de prétendre que tout est fiction. Souvent, la réalité n’est que dans un détail, un parfum ou … un simple objet, une cafetière par exemple. L’écrit vient de ce que l’on a vu et/ou ressenti de près ou de loin, avec une part d’objectivité et une grande dose de subjectivité. C’est toujours un doux mélange.

Il existe des techniques d’écriture pour créer des personnages au départ d’éléments glanés. Mais une fois créés, les personnages prennent vie et surprennent leur auteur.

Il survient toujours un moment où ils existent en dehors de leurs lignes. Les personnages prennent existence dans la vie de l’auteur… et ultérieurement, on le souhaite, dans celle du lecteur.

 

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

Je n’ai pas cette prétention.

La phrase est connue : « C’est en écrivant que l’on devient écrivain ».

J’ai envie d’ajouter : « Surtout, faites-vous plaisir … même si écrire, quand on y réfléchit, c’est une souffrance, voire un sacerdoce. Une drogue probablement aussi ».

 

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

Tous ceux qui sont arrivés dans ma vie, généralement de manière imprévue, à un moment opportun. Sans ordre de préférence : André Baillon, Eric-Emmanuel Schmitt, Georges Perec, Régine Vandamme, Caroline Lamarche, … avec une mention particulière pour les colères de Thomas Bernhard lesquelles, à mes yeux, devraient nous servir d’exemple pour gérer certaines situations quotidiennes.

 

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

En ce moment précis, je lis des livres en néerlandais.

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Mon bureau à la saveur d’un doux désordre savant, mais j’y retrouve toujours mon stylo avec facilité.

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

L’anniversaire de mon filleul, le paiement de ma taxe d’habitation, et l’emménagement prochain de Ma sorcière bien aimée dans mon foyer.

 

Leur vouant depuis toujours une certaine affection, j’avais pensé convier le Capitaine Haddock et Nestor, mais j’ai craint d’essuyer leur refus tant la vie à la montagne diffère de celle au château de Cheverny …

 

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

  www.laudelavallee.com

————-

Le  22 octobre 2014,

Laurence Vanhaeren

 

.

L.-Vanhaeren-2-Copie3

.

 

Le Lien de Cristal de Laurence Vanhaeren

Le Lien de Cristal de Laurence Vanhaeren

.

Je remercie sincèrement Laurence Vanhaeren  d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Jean-Louis RIGUET 23 octobre 2014

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

https://librebonimenteur.wordpress.com/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

http://www.riguetauteurlivres.com/

http://riguet-jean-louis.e-monsite.com/

.