La parole est à Alexandra DELRUE

 

 

Les balades d’Alexandra, aujourd’hui Georges Cadoudal

.

 

 

 

Paris vient de trembler ! Une incroyable explosion vient d’ébranler la capitale, en ce soir du 3 nivôse an IX (24 décembre 1800). Un immense nuage de poussière et de fumée plonge les rues dans le noir et le silence. Puis les premiers cris d’agonie et d’horreur retentissent. La petite rue Saint-Nicaise, qui court du palais […]

via Georges Cadoudal — Les balades d’Alexandra

Georges Cadoudal par Les balades d’Alexandra

Le château du Rondon d’Olivet… raconte son histoire de France

 

Publication du nouveau livre de Jean-Louis RIGUET

 

Le château du Rondon d’Olivet raconte…

son histoire de France

 

.

Editions du Jeu de l’Oie

ISBN 978-2-36831-071-7

Prix 20 €

.

Le lancement aura lieu le

dimanche 21 octobre 2018

lors du Premier salon du livre d’Orléans

sur le stand des éditions du Jeu de l’Oie

 

.

Le terrain sur lequel repose le château du Rondon raconte son histoire depuis le big bang jusqu’à une période récente de notre histoire.

Il raconte ainsi les Romains, Clovis, Jeanne d’Arc, Henri IV, Louis-Philippe, la peste et le choléra, le banquier Jacques Laffitte, des écrivains et des artistes. Bien d’autres faits historiques y sont évoqués et même l’action d’une Miss France.

.

© Jean-Louis RIGUET 12 octobre 2018

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Un nouveau livre pour le festival Livre O coeur à Orléans

 

Les éditions du Jeu de l’Oie annoncent

la publication prochaine du nouveau livre de

Jean-Louis RIGUET

 

Le lancement aura lieu le

dimanche 21 octobre 2018

 

 

Lors du Premier salon du livre d’Orléans

 

.

© Jean-Louis RIGUET 11 octobre 2018

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

L’écume publiée dans la revue LIBELLE

 

LIBELLE publie l’un de mes poèmes

L’écume

Le mensuel de poésie LIBELLE publie dans son numéro 303 de septembre 2018 l’un de mes poèmes

 

 

La revue LIBELLE publie le poème L’ECUME issu de mon recueil titré COQUECIGRUES par mégarde chez PREM’EDIT

 

 

 

 

COQUECIGRUES par mégarde

Poésie

Jean-Louis Riguet

.

.

Éditeur : PREM’EDIT

ISBN : 9 791091 321686

122 pages – 14 €

.

Quatrième de Couverture

.

Cet animal étrange et imaginaire créé par François Rabelais dans son roman Gargantua, l’auteur le reprend à son compte pour titre de son deuxième recueil de poésie.

Bien qu’habitué à l’écriture longue comme les romans, l’auteur prend goût à la poésie en vers libres qui l’a conduit à ce recueil articulé auteur de trois thématiques : la nature, les sentiments et les actions qu’il a nommées tressautement.

L’auteur évoque les éléments, les catastrophes naturelles, l’amour, la haine, les animaux, la fête foraine, le temps avenir, présent, passé et autres sujets.

« Je suis un escroc des mots,

Un voleur de rimes

Un bandit du bon mot

Un receleur de propos »

 

Coquecigrues par Mégarde, un recueil léger, diversifié.

.

.

PROLOGUE

 

Merci à François Rabelais qui a inventé ce mot fantasque « Coquecigrue » dans son roman Gargantua. Il envisageait alors que le royaume soit rendu à son roi, Grandgousier, à la venue des Coquecigrues, c’est-à-dire jamais ou quand les poules auront des dents.

La coquecigrue est cet animal imaginaire et burlesque tenant du coq, de la cigogne et de la grue. Elle est très friande de la ciguë, cette plante très toxique, grande ou petite, blanche ou aquatique. Vivant en colonie, ces oiseaux s’envolent dans le ciel à l’approche de l’homme et deviennent très vite invisibles.

De là penser que la coquecigrue s’apparente à un propos dénué de sens comme une baliverne, sornette ou autre billevesée, il n’y a qu’un pas à franchir pour dire qu’elle désigne une personne qui raconte des sottises ou des choses inutiles ou inexistantes.

Cette promenade m’a entraîné par erreur vers cet animal imaginaire et burlesque. Je l’ai, par mégarde, rencontré au détour d’une chimère, d’une absurdité.

Par inadvertance des vers en prose sont nés et je vous les livre comme ils sont venus en trois parties.

La première est intitulée NATURELLEMENT. Elle touche plutôt à cet ensemble de lois qui paraissent maintenir l’ordre des choses et des êtres, des caractères et des propriétés définissant les choses, sans intervention de l’homme. En quelque sorte, c’est naturel.

La deuxième se nomme SENTIMENTALEMENT. Elle évoque une connaissance plus ou moins claire donnée dans l’instant et cet état affectif complexe et durable lié à certaines émotions, tendances ou penchants. On y trouve de l’amour, de la haine, des sentiments.

La troisième est titrée TRESSAUTEMENT. Elle suppose un mouvement, une secousse, une action, une envie d’agir, un mouvement brusque et nerveux provoqués par une surprise ou une émotion vive. On peut y voir une allusion à des situations dramatiques ou émotionnelles.

J’ai pris beaucoup de plaisirs à travailler sur ce recueil et j’espère qu’il en donnera tout autant aux lecteurs qui liront ces chimères ou autres absurdités racontées par un animal imaginaire et burlesque.

Jean-Louis RIGUET

 

 

.

.

.

© Jean-Louis RIGUET 11 octobre 2018

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

JL à l’écoute de… Valérie FRANCOIS


JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Valérie FRANçOIS

.

.

1/Qui êtes-vous ? Quel est votre parcours ?

Pas de grandes écoles ni de grandes études, pas de formation littéraire particulière, MAIS beaucoup d’autres inspirations gratifiantes sont entrées dans ma vie et m’ont permis de me bâtir et de m’épanouir. Je me présente, Valérie FRANCOIS.

 

2/Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

J’ai eu la chance de faire plusieurs métiers dans la vente, l’administratif, la gestion. Je suis aujourd’hui instructeur du droit des sols en service urbanisme.

 

3/Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre passion ?

J’aime et je suis curieuse de tout. Mon mari est sculpteur et je suis éblouie par ses réalisations. Les différents talents m’étonnent toujours et attisent vraiment ma curiosité. Pour ma part, même si j’adore la lecture, le théâtre et le cinéma, il n’y a que l’écriture qui me passionne réellement. Lorsque mes personnages naissent et prennent vie au fur et à mesure des pages, je me sens totalement euphorique et rien d’autre ne m’apporte autant de satisfaction.

 

4/Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

J’espère que mes lecteurs vont tomber sous le charme de ma petite héroïne. J’espère qu’ils me feront des retours sur leur lecture et leurs ressentis. Je pense que les critiques bonnes ou mauvaises sont le secret de la progression.

Aujourd’hui, pour se faire connaître, les réseaux sociaux sont des outils incontournables. Alors, je m’y attèle, j’essaye et je progresse (enfin, j’espère !).

 

5/Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Je n’ai pas encore de dates à vous communiquer, mais j’espère pouvoir aller à la rencontre de mes lecteurs à travers des salons, des évènements, etc. Toutes les informations seront sur les réseaux sociaux.

 

6/Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

J’écris un peu depuis toujours. J’ai plusieurs cahiers de poèmes, certains datent de mon adolescence. Toutefois, « Les jours où je suis née » est mon premier « vrai » travail en tant qu’auteure. Je ne m’étais jamais autant investie auparavant sur mes écrits.

 

7/Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

« Les jours où je suis née » relate l’histoire d’une petite fille enlevée à l’âge de trois semaines. Elle va devoir vivre une vie qui n’aurait pas dû être la sienne. Lorsqu’adolescente elle retrouve ses véritables racines, dans un pays, une culture et une langue qu’elle ne connaît pas, elle se lance dans un nouveau combat pour devenir la personne qu’elle aurait dû être. J’espère que Luu-Ly, cette petite Vietnamienne blonde, dont le physique est aux antipodes des habitants de son pays saura vous faire rire, vous émouvoir et vous surprendre.

 

8/Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

Mon roman est disponible depuis le 4 octobre 2018 sur Amazon en version papier et numérique, mais également sur toutes les plateformes de Bookelis.

 

9/Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? Aux e-books ?

Chaque méthode a ses avantages et ses inconvénients. Le monde littéraire subit actuellement un remaniement total. L’arrivée des livres numériques a tout chamboulé et c’est tant mieux. Au départ, les auteurs se servaient de ce nouvel outil par obligation. Les éditeurs n’ont ni le temps ni les moyens d’investir dans la publication du roman d’un parfait inconnu. L’édition à compte d’auteur était une solution de dernier recours. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas. L’autopublication apporte beaucoup d’avantages et de plus en plus d’auteurs choisissent ce mode de fonctionnement. Beaucoup moins confortable que l’édition à compte d’éditeur, l’édition à compte d’auteur permet toutefois de garder la main sur la totalité de son projet. La finalité du travail n’en est que plus valorisante.

 

10/Quel est le conseil le plus important que vous avez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

Des conseils, on en reçoit tout au long de sa vie. Ils sont le plus souvent bienveillants, mais parfois difficiles à suivre. Pour certains d’entre eux, il faut avoir atteint la maturité suffisante pour les comprendre pleinement.

Bizarrement, j’ai passé ma vie à répéter à mes enfants qu’il n’y a que ceux qui vont au bout de leurs rêves qui peuvent les atteindre. Aujourd’hui, j’ai donc décidé de tout faire pour être à la hauteur des miens.

 

11/Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

Je pense que les poèmes et les romans ont ma préférence. Probablement parce que c’est avec ces deux genres littéraires que j’arrive le mieux à m’exprimer.

 

12/Comment écrivez-vous ? 

Lorsque j’ai un sujet dans la tête, je le laisse prendre forme un moment, puis souvent je l’abandonne en me disant que ce n’était pas une assez bonne idée. Quelques jours ou semaines plus tard, il se peut que ce sujet revienne accompagné cette fois de nouvelles idées. Il s’étoffe, s’enrichit, se développe. Je le remets de côté une ou deux fois de plus, puis lorsqu’il est suffisamment mûr, solide et qu’il s’impose à moi, je me rends compte que c’est absolument là-dessus je que veux écrire. Après, plus rien ne peut m’arrêter et je ne pense plus qu’à ça. Mon histoire et mes personnages se mettent à trotter dans ma tête sans cesse et m’empêchent de me concentrer sur autre chose. C’est relativement encombrant, mais tellement excitant.

 

13/Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu, en vue d’écriture, des commandes d’ouvrages ?

Peu importe le genre ou le style. Mon inspiration vient des romans en général. Que ce soit la richesse d’un historien, la créativité d’un écrivain fantastique, la délicatesse d’un auteur romantique ou le mordant d’un humoriste, tout est susceptible de me plaire et de m’inspirer.

Non, je n’ai encore jamais eu de commande d’ouvrage, je ne sais d’ailleurs pas si je serais capable de répondre à cette attente. Au quotidien, nous devons suivre des codes normalisés que ce soit dans la société, au travail, dans la vie de tous les jours. Écrire me permet de m’évader de tout cela et de créer quelque chose exactement comme j’en ai envie. Alors une commande spécifique, je ne sais pas.

 

14/Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

Oui, mes personnages sont imaginaires. Je ne construis pas vraiment d’intrigues. Je ne fais ni fiches de personnages ni plan de récit. J’ai une idée de roman, je sais comment le commencer et où je veux arriver, mais entre les deux, je découvre au fur et à mesure les évènements qui vont se dérouler. Les idées viennent à mesure que les personnages prennent vie et s’affirment. J’adapte le déroulement de mon récit à leur personnalité. Avec un plan, je me retrouverais cantonnée dans un cadre qui risquerait de brider mes idées et la créativité de l’histoire.

 

15/Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

De faire preuve de patience et de persévérance. Il y a parfois des jours entiers de travail où rien n’avance vraiment, mais où tout prend forme.

À force de travail et de remaniement, chaque partie, chaque phrase, chaque mot prend enfin sa place définitive et votre histoire se met à vivre.

 

16/Quels sont vos auteurs préférés ?

Personne en particulier et tout le monde en général. Je suis bon public. Idem pour les acteurs ou les chanteurs. Je tombe en extase devant un film, un livre ou une chanson, pas forcément devant le chanteur ou l’acteur.

 

17/Que lisez-vous en ce moment ?

« Chanson douce » de Leïla Slimani. La première phrase de ce roman est étonnante. Impossible de ne pas lire le reste.

 

18/Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Oui, en effet, je travaille déjà sur mon prochain roman. Mon personnage principal, un peu déjanté, me donne un plaisir fou. Tour à tour touchante, drôle, exubérante, j’adore son caractère entier. Elle grandit de jour en jour et j’ai hâte de la voir éclore totalement.

 

19/Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Sur ma page Facebook, mon Instagram et mon Twitter.

————-

Le 02 octobre 2018.

Valérie FRANCOIS

.

.

Je remercie sincèrement Valérie FRANCOIS d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, sculpteur, peintre, photographe, acteur, comédien, théâtreux, styliste, musicien, chanteur, colleur de papiers, en un mot artiste  sans discrimination de l’art pratiqué,

si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site est ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

Chaque chronique est ensuite partagée sur Facebook, Twitter, Linkedin, Google+, Pinterest et parfois Tumblr.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

© Jean-Louis RIGUET 9 octobre 2018

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Succès pour l’exposition solidaire

PLEIN SUCCES POUR

Exposition solidaire organisée par Art & Co.m

Du 5 au 7 octobre 2018 à Orléans, Campo Santo

 

 

Exposition organisée par Art & Co.m

 

Invités d’honneur

Iza Zaro   –   Sarra Monjal   –   Laurence Dreano

 

De nombreux artistes talentueux présents

 

.

Plus de soixante-dix exposants, artistes peintre, sculpteur, photographes, graffeurs, street art, écrivains avaient répondus présents à l’appel.

Des caricatures en direct par Jean-Paul Vilmorin, une magnifique danse par Anne Perbal des illustrations par Les Chames, illustrateur « lâme des chats », de superbes chansons par Ivaanyh.

Le soleil a bien voulu luire une grande partie du week-end, même si quelques nuages lui ont rendu visite.

Un grand merci aux organisateurs qui ont mouillé leur chemise pour répondre au mieux aux attentes des exposants et du public.

.

Quelques photos :

 

L’image contient peut-être : une personne ou plus

Collection Anne Perbal

Estelle Belletoise

 Patrick TAT

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

 

 

 

 

.

© Jean-Louis RIGUET  – librebonimenteur.net

Le 8 octobre 2018

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

ANTIPODE

L’Ancolie bleue 2 nous gratifie d’une nouvelle série de photos sublimes de nature

 

Merci Val Lafontaine

 

Alors que les sommets viennent de blanchir, je fais un petit retour sur le mois d’août. En cette période estivale, dans la vallée, la chaleur est accablante, voire terrassante. Un départ vraiment matinal s’impose pour monter sans craindre la chaleur, dans la fraîcheur que seule la montagne peut nous offrir. « Fraîcheur » un mot qui fait […]

via Antipode — l’ancolie bleue 2

Antipode par l’ancolie bleue 2

Conférence à la Maison de la Beauce

Jean-Louis RIGUET se commet en conférence à

 

Auteur des « Récits historiques de l’Orléanais, Val de Loire, Beauce, Sologne, pour la Terre » et des « Récits historiques des Quais d’Orléans, pour l’Eau », Jean-Louis Riguet sera présent dimanche 14 octobre à 15h à la Maison de la Beauce. À travers sa conférence, vous découvrirez les événements et les personnages qui ont marqué notre territoire et son histoire.

Les récits de l’Orléanais racontent l’histoire de la grotte du dragon à La Chapelle-Saint-Mesmin, de la Commanderie de Boigny-sur-Bionne, des légendes courant sur Jeanne d’Arc, de l’assassinat du duc de Guise à Saint-Hilaire-Saint-Mesmin, des chauffeurs d’Orgères-en-Beauce ou bien encore de la bataille de Loigny.

Les récits des Quais d’Orléans rappellent, quant à eux, la vie quotidienne sur l’eau et à quai en Orléans, le vinaigre et la moutarde, le sel et le sucre et les denrées venues d’ailleurs, l’essor industriel d’Orléans, la fabrique du quartier Saint-Marceau, la crue de la Loire en 1907.

Ce temps de partage sera suivi d’une séance de dédicaces.

Informations pratiques : 3 euros (gratuit pour les adhérents).

L’auteur :

Loirétain, Jean-Louis Riguet est sociétaire de la Société des Gens de Lettres. Son roman L’association des bouts de lignes reçoit le prix Scriborom en 2013. Son roman historique Aristide, la butte meurtrie (Vauquois 1914-1918) obtient le prix Marie-Chantal Guilmin au Salon du livre de Mazamet en 2015 et ses Récits historiques des quais d’Orléans  le prix Roman Terroir en 2018.

 

A l’issue de la conférence, Jean-Louis Riguet dédicera ses deux livres.

 

L’eau et la terre de l’Orléanais – conférence de Jean-Louis Riguet

 

.

© Jean-Louis Riguet – Librebonimenteur.net

© Jean-Louis RIGUET 04 octobre 2018

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

 

 

Librebonimenteur est très ému

par ce départ de ce Grand, un nouvel au revoir, un de plus…

 

Toutes mes pensées vont à ses proches

 

Le monde est dans tes yeux lui rend hommage et je m’y associe en le publiant :

 

 

 

 

Initialement publié sur Elle s’émerveille : . Un Grand, un très Grand Monsieur, vient de prendre la Route pour un Ailleurs qu’il illuminera assurément de toute son aura … » Merci à Vous, Monsieur Charles, d’avoir si bien aimé notre belle France, d’avoir si bien rendu hommage à notre langue, merci pour le merveilleux héritage…

via Bon Voyage Monsieur Charles ❣️ — Le monde est dans tes yeux …

Bon Voyage Monsieur Charles ❣️ par Le monde est dans tes yeux …

Trajectoire déroutée, Sanda Voïca

.

TRAJECTOIRE DEROUTEE

De Sanda Voïca

.

.

 

Trajectoire déroutée

Sanda Voïca

EAN – ISBN : 9 791090 491793

2e trimestre 2018 – 80 pages – 14 €

éditions LasKine

https://www.editions-lanskine.fr/livre/trajectoire-deroutee

.

Crédit Sanda Voïca – Google+

.

Quatrième de couverture

Des traversées – de l’air et du corps.

Regarder le temps par-dessus son épaule.

.

.

« Poussières et clés obliques :

Pluie inédite qui s’arrête

avant de toucher la terre.

Témoin de cette suspension,

je me noircis, deviens nuage. »

 .

.

Extraits :

 

C’est quoi une fenêtre ?

Mon squelette récent.

 

J’ai soif

De la tombe blanche

Ovale dans mon corps

 

Sur le puits bien aplati

Je me penche

Une seule seconde

 

Mari et marraine

Devenus parents lointains

me tiennent en échec :

ne plus avancer

sans savoir où.

 

*************

 

 

Que faire de la fille partie ?

Je la mets-ci,

Je la mets-là,

Jamais à la bonne place.

Je rogne les cases,

les jours et les nuits,

je grave son nom

mais il ne reste pas.

Je la repose sans fin

dans des lieux très différents

sans qu’elle y reste.

Sans place

Sans endroit.

Elle flotte

Je flotte

Nous traversons les airs

les terres

les chemins battus

et inconnus.

Nous ne sommes jamais

à notre place.

 

***************

Je colle à mes tripes

Je colle à mes mots

Je colle à la mort.

Je vole :

On ne voit que ma colle.

Duvet et poussières

Ombres et sons en échos.

Ma mort est celle de la jeune fille.

En vol, on ne voit

que l’air sous nos ailes…

*****************

 

Plusieurs fois par jour

La fille revient

s’empare de moi

grappin à plusieurs crochets qui

s’enfoncent dans ma chair

me soulèvent très haut

et me lâchent :

je me défais en morceaux.

Quand je me réarticule

je mets la fille disparue

dans mon échine.

******************

 

 

.

 

.

Ce que j’en pense

La dédicace est en réalité une épitaphe : « Pour Clara Pop-Dudouit (1994-2015) », en hommage à sa fille, décédée d’un cancer à l’âge de vingt ans.

C’est ce drame qui est à l’origine de cet ouvrage, ce livre de deuil, ce livre de témoignage de la perte cruelle d’un enfant.

Trajectoire déroutée retrace la douleur d’une mère. L’absence de la chair de sa chair si présente porte les mots et les maux. Les textes voudraient rejoindre le fil cassé du temps, des temps, le recoudre. Mais peut-on faire se rejoindre des extrêmes séparés par l’exil de la mort et le retrait de la vie.

Ce recueil pourrait apparaître comme une échappatoire à la douleur profonde de l’auteure, mais la douleur elle-même est dite par les poèmes dans Trajectoire déroutée qui porte bien son nom.

Il est impossible de lire d’une seule traite ces textes qui, d’une certaine manière, sont brutaux et nous assaillent dans notre plus profond où la douleur est omniprésente.

 

J’ai été bouleversé par ce recueil que je recommande si vous n’avez pas l’âme trop sensible.

.

L’AUTEURE

Crédit photo bio – Levure littéraire

Sanda Voïca, originaire de Roumanie où elle est née le 26 mars 1962. Après avoir fait des études à la Faculté de langues étrangères de Bucarest, elle a travaillé, entre 1990 et 1997, comme correctrice pour la revue « Contemporanul-ideea europeanà » et « La Roumanie littéraire ».

Elle a été publiée dans les plus importantes revues littéraires bucarestoises des poèmes, nouvelles, fragments de roman. En 1999, elle sort le recueil « Le diable avait les yeux bleus » (Diavolul avea ochi albastri) aux éditions Vinea à Bucarest, sous le nom d’Alexandra Voicu.

En 1999, elle déménage en France et y vit toujours.

Désormais, elle écrit en français des textes qu’elle commence à divulguer dans de nombreuses revues littéraires dont les détails sont relatés dans son blog « Le livre des proverbes nouveaux », rubrique « Présence ailleurs ». Elle publie également des recueils en 2015 : Exils de mon exil, chez Passages d’encres éditons et Epopopoèmémés chez éditions Impeccables.

Elle publie des textes, des collages et des photos dans plusieurs revues papiers comme Moebius, La Plage Blanche, Place de la Sorbonne, ou revues numériques comme Terre à ciel, Ce qui reste, Recours au poème, etc.

Depuis 2010, elle est l’initiatrice et l’animatrice aux côtés de Samuel Dudouit de la revue numérique « Paysages écrits ».

.

 

.

 

Un livre à lire et à détenir absolument !

 

.

© Jean-Louis Riguet – Librebonimenteur.net

© Jean-Louis RIGUET 29 septembre 2018

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ