Synagogue Nazareth

par Les balades d’Alexandra

 

 

Le Consistoire central israélite de France nomme d’habitude les synagogues par le nom de la rue où elle se situe. Par exemple : la synagogue de la Victoire, 44 rue de la Victoire dans le 9e arrondissement ; ou la synagogue Buffault, 28 rue Buffault dans le 9e arrondissement. Exceptionnellement, en raison du caractère chrétien du nom […]

 

 

via Synagogue Nazareth — Les balades d’Alexandra

JL à l’écoute de… Lorraine Décamps

JL à l’écoute de…

Entretien avec Lorraine Décamps

 

 

La talentueuse  Lorraine Décamps a répondu à nos questions sur sa passion livresque pour enfants

L’auteure-illustratrice, Lorraine Décamps, s’est commise d’un livre pour enfants sous le titre de Chouchou et la guerre des poux.

Dans une discussion à bâtons rompus, Lorraine vous dévoile quelques secrets.

 

JL – Racontez-nous votre parcours !

LD — Lorraine DÉCAMPS, je suis auteure-illustratrice. Après des études de stylisme en école d’art à Paris et dix années de carrière dans ce domaine, je suis revenue vivre à Orléans où je travaille désormais dans une administration. L’écriture et l’illustration me permettent de revenir vers mes premières amours.

Qu’aimez-vous pratiquer comme autre art ?

La couture me passionne depuis mon enfance.

Je vous ai déjà rencontré dans au moins deux salons du livre, qu’attendez-vous de vos lecteurs ?

Je débute seulement, donc pour le moment, je me fais connaitre par le biais de mes réseaux personnels, par les réseaux sociaux et j’ai eu deux articles dans la presse.

Depuis quand écrivez-vous ?

J’ai écrit mon premier livre l’an dernier. Pour moi, l’écriture est le point de départ et le prétexte à réaliser des illustrations.

Pouvez-vous nous parler de votre dernier livre ?

Chouchou et la guerre des poux est mon premier et pour le moment unique livre. Je l’ai écrit et illustré pour mon fils qui avait 3 ans à l’époque. Comme je lui raconte souvent des histoires que j’invente, j’ai eu envie de « concrétiser » cette histoire imaginée pour en garder une trace.

Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

Sur le site de l’éditeur « La fontaine des mots » ou sur Amazon.

https://lafontainedesmots.com/accueil/27-chouchou-et-la-guerre-des-poux.html

Quels sont vos auteurs préférés ?

J’aime beaucoup les auteurs Guillaume MUSSO, Virginie GRIMALDI, Anna GAVALDA, Raphaëlle GIORDANO, Laurent GOUNELLE, mais aussi Henri TROYAT, Claude MICHELET.

Que lisez-vous en ce moment ?

Le dernier roman de Virginie GRIMALDI « il est grand temps de rallumer les étoiles ».

Votre première réalisation est intéressante et met en valeur votre talent. Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Je travaille sur un nouveau livre pour enfant qui sera dédié à mon grand garçon, plus basé sur la sensibilité et l’émotion cette fois. Une histoire basée sur la relation qui peut exister entre deux amis.

Où peut-on suivre vos actualités ?

Sur mes pages de réseaux sociaux :

https://www.facebook.com/lesaventuresdunetribureunifiee

https://www.instagram.com/lo_illustrations/

Lorraine, je vous remercie de m’avoir consacré quelques instants. Je vous souhaite un grand succès dans vos prochaines publications.

Entretien avec Lorraine DECAMPS réalisé le 8 mars 2019

 

 

Si vous aussi vous souhaitez participer à cette chronique JL à l’écoute de… visitez cette page :

Artistes vous êtes concernés par cette chronique

 

 

© librebonimenteur.net – Jean-Louis RIGUET 19 mars 2019

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

Passage du Pont-aux-Biches

par Les balades d’Alexandra

 

 

Le passage commence au n°38 de la rue Notre-Dame-de-Nazareth et finit rue Meslay. L’accès via la rue Notre-Dame correspond à une voie classique, tandis que celui de la rue Meslay est situé sous un immeuble. Le passage tire son origine de l’impasse du Pont-aux-Biches, qui correspond à l’actuelle portion du passage située au niveau de […]

 

via Passage du Pont-aux-Biches — Les balades d’Alexandra

Place de la République

par Les balades d’Alexandra

 

Alexandra Delrue est l’auteure de

BALADE PARISIENNE

2e arrondissement

 

C’est une mine de renseignements

.

 

éditions BoD

 516 pages – Juin 2018 – Prix 20 €

ISBN 9 782322 121953

 

https://www.bod.fr/librairie/balade-parisienne-alexandra-delrue-9782322121953

 

Alexandra Delrue publie un extrait de ce livre relatif à la place de la République à Paris sur son blog. Le lien est indiqué ci-après.

 

 

La place s’étend sur 3,4 ha et se situe à la limite de trois arrondissements (3, 10 et 11). Première place Dans les années 1670-1680 ; l’enceinte de Charles V, bâtie au XIVe siècle, est rasée et un cours est aménagé à son emplacement. Une petite place triangulaire est conçue à l’emplacement du bastion de la […]

 

via Place de la République — Les balades d’Alexandra

Quatrième de couverture de BALADE PARISIENNE 2e arrondissement

Le 2e arrondissement de Paris est officieusement nommé l’arrondissement de la Bourse. L’ancien palais Brongniart témoigne de l’activité financière et bancaire du quartier. Quartier qui autrefois était aussi un haut lieu de la Presse et de la vente en gros du textile (Sentier). S’y trouvent de nombreuses pépites tels que la bibliothèque Richelieu, l’église Notre-Dame des Victoires, le square Louvois, le théâtre des Bouffes Parisiens, l’Opéra-Comique, les galeries Vivienne et Colbert, de nombreux hôtels particuliers datant des 17e et 18e siècles.

 

L’AUTEUR

J’ai rencontré Alexandra pour la première fois à un salon du livre près de Sens. Nous étions voisins.

Elle s’est livrée dans une chronique que je vous invite à lire :

 

 

 

En voici le lien :

© librebonimenteur.net – Jean-Louis RIGUET 14 mars 2019

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Rigue

Poème inédit 9

Poème inédit 9

bientôt publié dans un recueil 

CERTITUDES indécises

chez PREM’EDIT

 

 

L’amour-haine

 

Pourquoi tant de haine après tant d’amour

 

Les anciens amants se déchirent sur l’autel Sur l’autel des brisures des amours éperdues

 

La haine est proportionnelle à l’amour donné À l’amour donné et sûrement aussi à celui reçu

 

Un petit coup dans le contrat d’amour Suscite un uppercut dans la déchirure

 

Plus on a aimé, plus on hait

 

Cela fait mal là où cela a fait du bien

 

Toujours à l’âme

 

 

© librebonimenteur.net – Jean-Louis RIGUET 12 mars 2019

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

Square Emile-Chautemps

par Les balades d’Alexandra

 

 

Situé dans le quadrilatère formé par le boulevard de Sébastopol et les rues Salomon-de-Caus, Saint-Martin et Papin, le square a été réalisé en 1860 par Davioud à la demande du préfet Haussmann après l’achèvement du boulevard de Sébastopol. Situé près du théâtre de la Gaité-Lyrique et du conservatoire des Arts et Métiers, il est d’abord […]

 

via Square Emile-Chautemps — Les balades d’Alexandra

La Turbulette, Vanessa Valence

La Turbulette, Vanessa Valence

autoédition, LIBRINOVA

ISBN  9791026225249

122 Pages

Papier 13.90 €  Numérique 4.99 €

https://www.librinova.com/librairie/vanessa-valence/la-turbulette-1

 

 

Quatrième de couverture

Myriam, créatrice de vêtements pour enfants, s’apprête à prendre sa retraite. Tessy, jeune maman épuisée, ne supporte plus les remarques déplacées de sa belle-mère. Sofia, comédienne paumée, voit sa vie se déliter et se confie à Marguerite, sa grand-mère italienne adorée. Victoire, sa sœur, joue de son côté à l’épouse modèle dans sa propriété du sud de la France, sous le regard de la femme de chambre Mai. Quant à Kim, elle est bénévole à l’orphelinat vietnamien dans lequel Lucy s’apprête à adopter sa fille. Par le plus pur des hasards, la turbulette va passer de main en main, et devenir pour chacune d’entre elles, le symbole d’un événement marquant de leur vie.

De Paris à Hanoï, huit femmes, différentes et pourtant si proches dans leurs interrogations et leurs doutes. Huit manières de vivre et de penser la maternité, symbolisée par cette turbulette. Un conte de fées moderne, à la fois tendre et drôle.

 

 

Un extrait

Mon nom est Chelsea.

Taille : 80 cm.
Poids : 325 g.
Âge : 51.
Couleur : rose indien.
Matière : boutis
Signe particulier : boutons en nacre en forme d’étoile, aux pourtours argentés.

Je suis le modèle n° 7 de la collection « Vintage », réédité pour le départ à la retraite de ma créatrice.
Myriam Stern m’a dessinée, en juin 1967, pieds nus dans Kensington Garden, allongée sous un tilleul. Les londoniens et leurs enfants s’égayaient dans le parc. La gigoteuse flashy est née inspirée par la vue d’une petite fille agitée, vêtue d’un gilet au crochet rose indien.

On m’appelle aussi Turbulette, pour que vos bébés dorment sans turbulences.

Une vendeuse m’a mise en rayon, hier soir, in extremis avant la fermeture.
Je suis suspendue à un cintre en satin turquoise avec six autres vêtements, sur le portant central : « Soho » une barboteuse violette, « Piccadilly » une brassière orange, « Notting Hill » une robe à rayures vert-pomme et blanc, « Oxford » une veste moutarde, « Paddington » un duffle-coat bleu roi et « Covent Garden » une salopette en velours rouge. Notre mère, nous a baptisés ainsi en souvenir de son premier séjour à Londres.

Je trouve le temps long et je m’ennuie.
Toute la nuit, j’ai regardé les loupiotes clignoter sans relâche, dans la vitrine.
Trois passants se sont arrêtés, vers vingt-trois heures, pour admirer les petits renards qui prennent le thé en compagnie des chouettes blanches, devant la cheminée.
Depuis calme plat.

Neuf heures trente, l’employée armée d’un plumeau nettoie les rayons avant l’arrivée des clients.
Elle époussette mon portant et chatouille mon cintre.
Elle me décroche, me contemple, m’ausculte, me respire, me dorlote.
Me trouve-t-elle belle ?

Je suis une pièce unique : coton équitable et teinture bio.

La boutique ouvre à dix heures.

Mon voyage va peut-être commencer aujourd’hui ?
Je l’espère.

MYRIAM

— Maman ouvre cette porte, c’est ridicule !
— Non Lucy ! Non.

Janis Joplin, sous acide, hurle « Piece of my Heart » à fond la caisse sur la vieille platine.

crédit photo : fr.profilage.wikia.com/wiki

Lucy tente d’ouvrir la porte en secouant désespérément la poignée. Myriam se demande si les aboiements des deux carlins de sa fille sont dus aux vociférations de celle-ci ou à la voix rocailleuse de Janis.
— Darling, open the door ! Les invités sont là pour toi, et ils sont très
inquiètes, insiste Dennis…

— FUCK !

Les invités sont très inquiètes ! Pff.

Quarante-cinq ans de vie parisienne et son scottish de mari est toujours incapable de construire une phrase correcte en Français. Le syndrome Jane Birkin.
— Maman ça suffit maintenant, ouvre ! Tu ne peux pas me faire ça ce soir. C’est minable. Les chinois sont venus un jour en avance exprès. C’est hyper important pour l’entreprise et pour moi. C’est vital, maman, vital !

Mais…mais…ça sent le…le…le shit. Alors là, j’y crois pas elle fume du
shit ! Maman tu es irresponsable !
— Mais non, c’est de l’herbe ma chérie. C’est thérapeutique. C’est pour mon genou.

 

 

Ce que j’en pense

C’est un livre de femme qui s’adresse aux femmes. Que viens-je faire dans cette galère ? J’ai voulu voir et j’ai vu, j’ai même lu.

Je n’ai pas trouvé autre chose que ce que j’attendais, c’est-à-dire des histoires de femmes, de maternité, de famille. C’est fou ce que ce petit bout de tissu peut susciter comme histoires, qui dévoilent toutes une part d’intimité décrite avec pudeur et sincérité. C’est autant de façon de vivre la maternité et les relations familiales.

Vanessa Valence a réalisé des portraits de femmes très réussis. Elle utilise avec dextérité les mots et la psychologie sans porter de jugement. L’humour n’est pas absent.

Au début, je me demandais où j’allais être entraîné. Mais ces portraits de femmes finissent par se recouper dans une histoire qui se termine dans un final qui donne son sens à ce livre.  On y trouve de la tendresse, de la douceur, de l’amour. Ces femmes sont si opposées a priori et pourtant se ressemblent.

Parmi les adjectifs qui viennent à l’esprit, citons : bienveillance, humour, simple, touchant, agréable, attachant, rythmé, pétillant, émouvant, drôle.

Une bouffée d’air frais nous est offert par Vanessa Valence dont il s’agit du premier livre. Gageons qu’il y en aura d’autres.

Mesdames, lisez ce livre, vous ne serez pas déçues.

L’auteure

Vanessa VALENCE est comédienne. Elle est notamment connue pour avoir interprété le rôle du lieutenant Frédérique Kancel dans la Série « PROFILAGE » et le rôle du procureur Claire Mougin dans la Série « PLUS BELLE LA VIE »

 LA TURBULETTE est son premier roman.

crédit photo : agences artistiques.com

Si vous voulez en savoir plus sur l’activité de Vanessa Valence, suivez ce lien :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Vanessa_Valence

 

© librebonimenteur.net – Jean-Louis RIGUET  06 mars 2019

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

Poème inédit 8

Ce poème inédit sera inclus dans mon prochain recueil

Certitudes indécises

 

 

L’autel des plaisirs

 

 Sur l’autel des plaisirs, elle s’est approchée

D’un voile transparent recouverte comme un fruit défendu Sa silhouette gracieuse comme une invite rêvée

Ne laissant aucun doute sur ses désirs brûlants Provocante, mais pudique, elle a laissé le voile s’échapper Découvrant une offrande gourmande et fiévreuse

 

Qu’attends-tu ? me dit-elle

 

 

L’hésitation fut très courte et j’entrepris la chose

 

 

L’ouragan de mes sens a éclaté rageusement Sur la délicate plage humide de ses courbes L’orage de ma volupté s’est abimé doucement Sur l’échancrure abandonnée de ses seins

Rassasié, je me suis laissé emporter par son arôme Par sa fragrance subtile et ses effluves languides Bercé par tant de générosités et caresses magiques

 

 

Je me suis laissé aller

© librebonimenteur.net – Jean-Louis RIGUET 06 mars 2019

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

Pulmonaires par l’ancolie bleue 2

 

 

N’est-ce pas à nu que l’on découvre l’être véritable? La nature nous offre la chance d’observer les arbres dans leur plus simple apparat l’hiver. A chaque fois que je pose mon regard sur un, je vois un système respiratoire et la beauté complexe d’un pilier de la nature. L’hiver, l’arbre dégage un mélange de force, […]

 

via Pulmonaires — l’ancolie bleue 2