OPPOSITION DES MONDES PAR L’ANCOLIE BLEUE II

Une fois de plus, Val Lafontaine nous entraîne dans la beauté de ses montagnes en couvrant la nature de ses photos sublimes

 

 

Fuir la grisaille, cette masse qui tombe sur mes épaules. Monter sans espérer quoi que ce soit, juste monter pour respirer , pour évacuer, pour se dépenser. Monter, se retrouver dans le brouillard. Allégresse particulière; celle du monde froid, du monde qui habille tout avec des aiguilles blanches. Douceur de l’éphémère blanc. Se mouvoir […]

 

 

via Opposition des mondes — l’ancolie bleue 2

Maria Kotrotsou en concert

Dans le cadre du Festival Musical’in, Maria Kotrotsou donnera un concert le  30 janvier 2019 à 19 h 30 au Théâtre Trévise

Maria Kotrotsou, compositeur et interprète, est un cas à part dans la musique contemporaine.

Le minimalisme romantique de ses compositions a un fort caractère cinématographique.

Lors de ce concert, elle passera du New Age à la musique épique, de l’instelect (instrumental-électro) à la musique classique moderne.

Elle sera accompagnée par son ensemble instrumental et les chanteurs et chanteuses invités.

Photo : Nekti Arampatzi

Maria Kotrotsou présentera un programme très varié, des différents styles de musique et des chansons très différentes entre elles. Elle les a appellés « Voyage Musical », car son but c’est que chaque personne de l’audience voyage en elle, en ayant la musique comme guide.

Photo : Nekti Arampatzi

Participants à l’orchestre

Maria Kotrotsou : Piano et synthétiseur

Gabriele Dello Preite : Violon

Aurore Daniel : Violoncelle

Michael Kontogom : Flute

Vassilis Bratos : Clarinette basse

Yolanda Fresedo : Chanteuse

Joana Desfosses : Chanteuse

Ioannis Kotrotsos : Chanteur

Léo Muscat : Chanteur

Si vous voulez en savoir plus sur Maria Kotrotsou, suivre ce lien :

Musique : le nouveau style instelect, Maria Kotrosou

© Jean-Louis Riguet – Librebonimenteur.net

© Jean-Louis RIGUET 14 janvier 2019

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Passage de Choiseul par Les balades d’Alexandra

 

 

 

 

Le passage de Choiseul est un passage couvert, situé entre la rue des Petits-Champs (n°40) et la rue Saint-Augustin (n°23). Le deuxième quart du XIXe siècle constitue la grande époque de la construction des passages, véritable innovation parisienne que Maurice Bedel décrivait comme « la poésie de la verrière et de la vitrine ». Le succès s’explique […]

 

via Passage de Choiseul — Les balades d’Alexandra

JL à l’écoute de Léa François

Léa François, comédienne de Plus belle la vie se livre

.

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Léa François

.

 

.

Qui êtes-vous ? Quel est votre parcours ?

Léa François, je suis comédienne.

J’ai commencé à tourner dès mon plus jeune âge dans des clips, pubs, films et séries et me suis mise au théâtre plus récemment. Je joue notamment le rôle de « Barbara » dans la série « Plus belle la vie » depuis plus de 10 ans. 

 

Que faisiez-vous avant (ou parallèlement à) la pratique de votre art ?

J’ai un parcours un peu particulier puisque j’ai commencé très jeune. J’étais donc scolarisée parallèlement à mes tournages et depuis que j’ai obtenu ma licence de Langue Littérature et Civilisation étrangère (en parallèle de mes tournages sur PBLV), j’ai la chance de pouvoir me consacrer exclusivement à mon métier.

 

Qu’aimez-vous ou que pratiquez-vous comme autre art ? Quelle est votre passion ?

Je joue du piano, j’adore ça ! Et je suis une passionnée de théâtre, j’y vais très régulièrement.

 

Comment vous faites-vous connaître ? Qu’attendez-vous de vos admirateurs ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

C’est lors de mes tournées de théâtre que je vais le plus à la rencontre des gens un peu partout en France, mais aussi en Suisse, en Belgique. Mais aussi dans les festivals, séances de dédicaces, différents événements pour des associations ou tout simplement dans la rue ! J’aime avoir le retour des gens, leurs commentaires ou écouter leurs questions.

 

Quelle est votre dernière œuvre ? Pouvez-vous nous en parler ?

Alors j’ai plutôt envie de vous parler de celle de ma maman, car elle vient d’écrire son premier roman, que je l’ai adoré et que je suis super fière d’elle. Il s’intitule « Les jours où je suis née » et c’est l’histoire d’une petite Vietnamienne aux cheveux blonds qui va, en grandissant, comprendre qu’elle n’est pas dans la bonne vie, dans le bon pays, avec les bons parents… Une histoire très originale de cette petite Luu-Ly qui va partir à la quête de son identité à travers un voyage passionnant fait de rencontres poignantes. Si vous êtes curieux, vous pouvez le trouver sur Amazon et très bientôt dans certaines librairies. Si vous avez envie d’avoir toutes les infos, suivez-la sur les réseaux ; Valérie François.

 

Voir à propos de ce livre :

Les jours où je suis née, de Valérie François

 

Quel est le conseil le plus important que vous ayez reçu ?

De croire en moi ! Ce n’est pas un concept facile pour moi de base, mais des personnes qui me sont chères ont su trouver les mots pour que j’essaie à prendre en compte ce conseil. Je ne dis pas que j’y arrive encore complètement et de toute façon, j’ai beaucoup trop conscience que tout peut s’arrêter demain, mais après tout ce n’est pas grave ! Je suis comédienne, le principal c’est que j’arrive à vous faire croire que je crois en moi !

 

Que préférez-vous faire comme style d’œuvre ou d’activité ?

Trop difficile de choisir, j’adore autant être sur scène que devant une caméra. C’est comme si vous me demandiez de choisir entre mon père et ma mère (rires). Impossible.

 

Comment travaillez-vous ? Préférez-vous travailler seul (e) ou en groupe ?

J’apprends la plupart du temps mes textes seule, mais j’adore pouvoir bosser un peu avec mes partenaires ou mon metteur en scène en amont. Arrivée sur le plateau, je suis alors libérée de toutes questions et je sais (normalement) où je vais et ce que je dois faire.

 

Où puisez-vous votre inspiration ?

Aussi bien dans les livres que je lis ou dans la musique que j’écoute que dans les pièces ou les films que je vois. Tout ce qui me fait ressentir des choses en fait. Mais je crois que ma plus grande source d’inspiration, ce sont les gens, les rencontres que je fais.

 

Quel conseil donneriez-vous aux amateurs de votre ou de vos arts ?

Je conseillerais à tous ceux qui veulent devenir comédiens de suivre des cours de théâtre, c’est très enrichissant, d’essayer de trouver un agent, des castings, d’écrire, de jouer, de participer à des courts-métrages… Mais plus généralement, j’ai envie de leur conseiller de croire en leur rêve. Je pense qu’à force de regarder les étoiles, elles finissent forcément par vous voir ! 😉

 

Quelle est la dernière activité artistique que vous ayez vécue ? Pouvez-vous nous en parler ? Pourquoi l’avoir choisie ?

En novembre/décembre dernier, j’ai tourné un téléfilm pour France 3. C’est un thriller où je joue le rôle d’Alice, une jeune femme rousse (c’est pour ça que je me suis teint les cheveux) de 30 ans qui a perdu sa famille dans un incendie. Toute de blanc vêtue, elle ne va pas tarder à réveiller dans le village la légende de la Dame Blanche…

Je me suis tout de suite lancée dans ce projet, car j’ai adoré ce rôle à la lecture du scénario. Je ne regrette absolument pas, je me suis éclatée dans la peau de ce personnage, l’équipe était top, portée par Jérémy Minui, un jeune réalisateur bourré de talent qui m’a appris beaucoup et qui j’en suis sûre, a un très bel avenir cinématographique devant lui.

 

Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Oui, je continue les tournages de Plus Belle la vie, je devrais remonter sur les planches en septembre et on verra si 2019 me réserve d’autres surprises ! 😉

 

Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Je serai au festival de Luchon en février avec une partie de l’équipe de Plus belle la vie et je serai à la Leader Cup de basket à Disneyland Paris en février également, car je suis ambassadrice de la Ligue Nationale de Basket. Je continue d’être présente auprès de l’association ELA et du Syndrome de Moebius dont je suis marraine. Vous pourrez prochainement me retrouver dans de nouvelles intrigues de Plus belle la vie à 20 h 10 sur France 3 et je vous tiendrai au courant de la date de diffusion du téléfilm dont je vous ai parlé qui devrait sortir courant 2019.

 

 

Où peut-on suivre vos actualités ?

Sur les réseaux sociaux (sur Instagram, twitter c’est @leafrancoisoff & sur Facebook c’est Léa François). J’essaie de faire partager aux gens qui me suivent aussi bien les coulisses de mon métier d’actrice que les choses qui me sont chères, ça peut être des lieux, des personnes, des activités, des associations, des pièces…

————-

Le 08/01/2019

Léa François

.

.

Je remercie sincèrement Léa François d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, sculpteur, peintre, photographe, acteur, comédien, théâtreux, styliste, musicien, chanteur, colleur de papiers, en un mot artiste  sans discrimination de l’art pratiqué,

si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site est ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

Chaque chronique est ensuite partagée sur Facebook, Twitter, Linkedin, Google+, Pinterest et parfois Tumblr.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire : jlriguet@gmail.com

.

© Jean-Louis RIGUET 10 janvier 2019

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet
https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

JL à l’écoute de Sandra Rastoll

Une formatrice en rédaction web se confie


JL à l’écoute de …

Aujourd’hui … Sandra Rastoll

.

.

1/ Qui êtes-vous ? Quel est votre parcours ?

Bonjour, je suis Sandra Rastoll. Mon parcours a connu plusieurs virages parfois à 180 degrés, parfois à moins. Je suis aujourd’hui formatrice en rédaction web, une activité qui débute pour moi avec cette nouvelle année. Depuis plus de 7 ans maintenant, je suis auteur, rédactrice web (justement), ghostwriter… Bref… tout ce qui touche à l’écriture de près ou de loin, qu’elle soit destinée à être imprimée sur papier ou lue sur le web.

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

Avant… bien avant d’écrire, dans ma première vie, j’étais comptable. Depuis une dizaine d’années, je ne vis que de l’écriture sous toutes ces formes avec une préférence pour l’écriture des romans, des biographies et la rédaction web.

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ?

En réalité, tous les autres arts m’intéressent. Si je le pouvais, je ferais de la sculpture, de la poterie ou encore du théâtre. Je peins de temps à autre aussi et j’aime découvrir de nouveaux talents, quelle que soit la discipline.

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

Je n’attends rien de mes lecteurs. Je fais uniquement les choses par plaisir. Alors, quand mon livre plaît, quand mon article cartonne sur le web… c’est que du bonus et toujours une belle surprise.

Je n’ai pas de recettes miracles pour me faire connaître (bon oui, un petit peu quand même puisque mon métier de rédactrice web me fait connaître les coulisses du web. Donc je me sers des outils disponibles et des compétences de mon métier pour promouvoir mon site, etc.). Mais avant tout, je crois que ce qui fait la différence, c’est d’être authentique. C’est sans doute pour cela que les recettes toutes prêtes qui marchent pour les uns ne fonctionnent pas pour les autres. Rien ne sert de copier. Il faut juste apprendre et comprendre le web (d’un point de vue technique) et savoir être vrai.

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

J’en ai fait par le passé. Et c’était génial ! Mais j’ai arrêté. Cependant, comme cela me manque trop, je mets en place dès le début de cette année, un rendez-vous hebdomadaire avec mes abonnés via le live Facebook sur le sujet des coulisses du web. Ce sera un moyen d’échanger « en direct ».

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

J’écris depuis longtemps maintenant. Mon premier « vrai » écrit était une pièce de théâtre à mes 17 ans. Réellement, j’ai écrit pour être publiée à partir de 2008. Comme j’ai exploité pas mal de filons de l’écriture, j’ai écrit des romans, des biographies et même un roman à plusieurs mains. Pour mon métier de rédactrice, j’écris régulièrement pour le web sur différents sujets, mais mes préférés sont les tutos sur les travaux de construction, les articles de développement personnel et les vêtements enfants. Peut-être m’avez-vous lu sans le savoir, car une rédactrice ne signe pas ses articles de son nom.

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

Mon dernier livre remonte à 2017. Il s’agit d’une quête menée par deux femmes à cent ans d’intervalle pour retrouver et retracer l’histoire du bébé volé à l’une d’elles. L’histoire est narrée à deux voix, celles des deux femmes dont l’une vit à notre époque et l’autre a vécu au début des années 1900. C’était passionnant à écrire, changer de ton à chaque chapitre, trouver le fil conducteur entre les faits d’antan et l’enquête d’aujourd’hui… Je vous donne le titre ? « L’âme de fond ».

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

Sur Amazon exclusivement. Quand j’ai débuté dans l’écriture, mes premiers romans étaient édités par des maisons d’édition classiques, d’où les nombreuses dédicaces en librairie et les salons que j’ai eu l’occasion de faire. Mais par la suite, j’ai voulu tenter l’autoédition. J’ai donc racheté tous mes droits sur mes quatre premiers livres et je me suis tournée vers Amazon, le géant en la matière. Mes livres ne sont donc maintenant en vente que sur ce site.

9/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Oui, tout à fait. Comme je le disais au début de l’interview, j’ai décidé de lancer mon organisme de formation en rédaction web. Après tout… c’est mon métier depuis plus de 7 ans maintenant. Il est temps de partager mes connaissances, d’autant que c’est un secteur qui recrute et qui peut intéresser beaucoup de personnes à plusieurs niveaux.

10/ Comment cela fonctionne-t-il ? Expliquez-moi.

C’est très simple. Il se trouve que la rédaction web est à la base de tous les contenus écrits sur le web. Quand vous lisez un article sur la rénovation de votre salle de bain, un descriptif produit sur le dernier jean à la mode ou encore quand vous voyez un texte sur le dernier thriller d’un parfait inconnu, il y a de la rédaction web derrière.

Que vous ayez envie d’en faire votre métier ou tout simplement d’en maîtriser les bases pour rendre visible votre livre, votre blog ou tout autre produit sur le web, l’écriture digitale est la base.

Elle combine les mots pour séduire les internautes, les interpeller, les faire rire ou réfléchir avec des mots clés pour mettre Google dans sa poche.

C’est ça le métier de rédacteur web. C’est savoir jouer avec tout ça pour rendre un texte visible, le faire lire et amener l’internaute à interagir avec la publication et derrière… pourquoi pas ?… acheter un livre ou toute autre chose.

Vous comprenez pourquoi l’écriture web est au centre de tout ce qui se fait sur internet. C’est un métier super passionnant basé sur l’écriture [ce qui est encore mieux quand on aime écrire] et c’est cela que j’ai envie de partager aujourd’hui par le biais de formation. J’ai donc créé un organisme de formation référencé auprès du répertoire des organismes de formation et je propose des formations en e-learning.

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

Au risque de décevoir Jean-Louis, je n’aime lire que des romans. Parfois des nouvelles… mais cela ne va pas plus loin.

12/ Comment écrivez-vous ?

J’écris sur mon canapé avec mon chien couché à côté (parfois sur) moi. Souvent, c’est très tôt le matin. Je me lève vers 4 ou 5 h et ma journée commence avec les mots et une tasse de thé. C’est là où je suis le plus productive. L’après-midi, je préfère me promener.

13/ Où puisez-vous votre inspiration ?

L’inspiration n’est jamais en panne chez moi… parce que quand elle décide de me fuir, je pars faire un tour en forêt avec mon chien et au retour, tout est déjà plus clair dans mon esprit. J’utilise des techniques issues de l’EFT et de la PNL afin de toujours me renouveler et optimiser mes écrits. Pour ce qui est des livres, l’inspiration me vient d’un mot, d’une idée, d’un fait divers qui me heurte, me touche, me fait réagir… et là, la machine se met en marche et ne s’arrête que quand le « bébé » est prêt à sortir.

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

Mes intrigues se forgent pratiquement à mon insu. C’est mon subconscient qui travaille pendant des jours, des, semaines parfois afin de tout ordonner du début à la fin sans incohérence. Quant aux personnages, je m’inspire souvent de gens que je croise, aux caractères bien trempés.

 

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ? Ou à ceux qui souhaiteraient vivre de leur plume ?

Je leur conseillerai de trouver un métier qui soit en rapport avec leur passion. Perso, j’ai réalisé que j’avais besoin de mettre l’écriture au centre de mon activité professionnelle à 38 ans. J’ai cherché à l’époque un job où écrire était au centre, mais aussi qui me permettrait de travailler de chez moi. Je voulais être plus présente pour mes enfants. Bref… un eldorado que je ne pensais pas pouvoir atteindre. Et j’ai cherché quel métier je pouvais bien faire de chez moi avec l’écriture au centre. J’ai donc essayé plusieurs pistes :

  • Auteur : cela ne paie pas et ne permet pas de vivre, sauf rares exceptions
  • Animatrice d’ateliers d’écriture : c’est super chouette et très enrichissant humainement, mais il faut trouver les médiathèques qui acceptent de vous recevoir pour tenir les ateliers [et vous payer aussi accessoirement pour animer les ateliers]
  • Ghostwriter : difficile de percer dans le monde du roman comme gostwriter pour un problème de mise en relation. Par contre, ce métier fait partie intégrante de mon métier de rédactrice web dans la mesure où je rédige les livres de mes clients [ce ne sont pas des romans, mais plutôt des livres de bien-être, de marketing ou encore de développement personnel].
  • Coach littéraire : sympa, mais pas de retombée suffisante pour vivre avec un salaire correct
  • Rédactrice web : après des débuts chaotiques [car il n’y avait pas de formation sur ce sujet] et quand j’ai compris comment cela marchait avec des bouts de formation en référencement naturel [SEO], marketing digital et rédaction web, c’est devenu très vite mon métier principal et je m’éclate… car j’écris tous les jours, je stimule mon intellect sur plein de sujets différents et j’apprends encore et toujours, car le web est en évolution constante. Bref… pour moi, c’est le job parfait.

Pour en revenir à mon conseil à ceux qui aiment écrire : n’attendez pas pour réaliser vos rêves et choisir une carrière qui vous ressemble. Il y a toujours un moyen d’y parvenir.

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

En ce moment, mon auteur préféré est Bernard Werber. Je dis en ce moment, car selon mes humeurs et mes envies, cela change. Il n’y a pas si longtemps, c’était Dan Brown, mais je ne suis pas contre un petit Paolo Coelho de temps en temps alterné avec un John Gresham ou un roman feel-good.

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

Bernard Werber ! Quelle surprise ! 

18/ Je reviens sur votre nouveau projet. Avez-vous l’intention de proposer des services qui pourraient intéresser des blogueurs débutants ?

Oui, tout à fait. Je lance d’ailleurs dès le début janvier, des modules « à la carte » pour les blogueurs. Donc, une personne qui souhaiterait par exemple comprendre le référencement avec les mots clés (clin d’œil à Jean-Louis) et l’appliquer pour son blog ou encore maîtriser le storytelling pour créer un univers autour de son livre trouvera son bonheur à travers mes formations. Mais attention. Je ne propose pas, comme beaucoup, de modèles à trous qu’il suffit de copier et de remplir.

Pour reprendre ce que je disais un peu plus haut sur « l’authenticité », je pense que chacun possède sa marque de fabrique personnelle. Je donne donc les outils et les connaissances nécessaires au blogueur pour utiliser le référencement naturel et devenir l’ami de Google entre autres. Après, c’est à lui de faire sa sauce avec sa personnalité pour se démarquer et créer son audience qualifiée.

Je ne vends pas de rêve, je vends des outils. De même, si un blogueur n’a pas envie de suivre une formation complète, mais désire des conseils et approfondir des points précis pour son blog, je mets en place, toujours à partir de janvier, des séances de coaching personnalisées. 

EXTRAIT EBBOK GRATUIT

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Oui ! Avec toutes les nouveautés qui arrivent pour janvier, j’ai des dates d’événement.

Déjà, vous pourrez me retrouver en live tous les jeudis sur ma page FB pour 20 minutes sur les coulisses du web. Je donnerai des astuces, des conseils ou encore approfondirai un point pour que chacun comprenne comment fonctionnent les écrits sur le web et puisse améliorer ses contenus.

Je vous invite aussi à vous inscrire à ma newsletter afin de connaître les dates de mise en ligne des modules « spécial blogueur » et des formations rédaction web « nouvelle mouture ». Cela vous donne accès aussi à des articles et des conseils exclusifs.

20/ Où peut-on suivre vos actualités ?

Vous pouvez suivre mon actualité sur mon site https://superwriterweb.fr (je vous conseille de vous abonner).

Vous pouvez également me suivre sur ma page FB https://www.facebook.com/SandraSuperWriter/ ou sur mon profil FB tout simplement.

Je vous fais plein de bises,

Je vous souhaite une très belle année (même si ça fait cliché, c’est sincère).

Merci de m’avoir lue.

Merci, Jean-Louis, pour ton invitation,

À bientôt !

————-

Le 7/01/2019

Sandra Rastoll.

.

.

Je remercie sincèrement Sandra Rastoll d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, sculpteur, peintre, photographe, acteur, comédien, théâtreux, styliste, musicien, chanteur, colleur de papiers, en un mot artiste  sans discrimination de l’art pratiqué,

si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site est ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

Chaque chronique est ensuite partagée sur Facebook, Twitter, Linkedin, Google+, Pinterest et parfois Tumblr.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire : jlriguet@gmail.com

.

© Jean-Louis RIGUET 09 janvier 2019

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet
https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

JL à l’écoute de … Clotilde Herault/RoseLys DesDunes

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Clotilde Herault/RoseLys DesDunes

.

.

.

1/ Qui êtes-vous ?

Mon pseudo d’auteure est RoseLys DesDunes.

 Quel est votre parcours ?

J’ai été commerçante et j’exerce à présent, depuis 1996, un métier en relation avec la petite enfance.

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

Là, j’avoue que je répondrai comme à la question précédente.

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre passion ?

Ma passion, c’est vraiment l’écriture. Je suis aussi un peu photographe.

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ?

L’écriture est avant tout, à mon sens et dans mon cas, un moyen de communiquer et de partager. Je suis plutôt à l’écoute de mes lecteurs et attends d’eux leurs remarques ou critiques. Les critiques font avancer au même titre que les compliments. Le plus important, à mes yeux, résidant dans la façon de formuler ces critiques.

 Comment vous faites-vous connaître ?

Par ma page Facebook Clotilde Herault, sur laquelle je suis très active. J’y partage (maître mot dans mon univers) mes délires et délices. Y trouver des complices est un réel plaisir.

 Comment allez-vous à leur rencontre ?

Je participe à des journées de dédicaces dans les enseignes Cultura de ma région Nouvelle-Aquitaine et dans ceux de Corrèze, dont je suis originaire, et qui est le cadre de mon second ouvrage Tu es Pierre. Le magasin Auchan de mon village m’accueille aussi pour ces journées de partage qui sont pour moi, un vrai plaisir.

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Je ne dispose, hélas que des week-ends pour profiter de ces journées. Donc, mis à part les dédicaces, je ne m’adonne à aucune autre activité et le déplore.

 

6/ Depuis quand écrivez-vous ?

J’ai toujours aimé écrire. Je composais des poèmes pour les anniversaires des membres de ma famille quand j’étais adolescente.

 Qu’avez-vous déjà écrit ?

3 de mes ouvrages ont été publiés en format broché. Au jardin d’Éros, Tu es Pierre et Les rêveries sensuelles de Lyselotte. J’ai également participé, avec 6 ami(e)s de plume, à la rédaction d’un ouvrage, publié aux éditions Évidence éditions, Mon péché, Capitale. Je suis également l’auteure d’Histoires au fil du temps qui déroule le tapis rouge des passions au fil de différentes époques de notre histoire de France.

 

7/ Quel est votre dernier livre ?

Les rêveries sensuelles de Lyselotte, publié en mars 1018 aux éditions du Horsain. J’espère bien que ce ne sera pas mon dernier livre.

 

Pouvez-vous nous en parler ?

Ce livre est le résultat d’une aventure commencée sur la page d’informations InfoBassin. J’ai été contacté par le rédacteur en chef de cette page internet. Il m’a proposé d’écrire, une fois par semaine, un petit feuilleton érotique dont le décor serait le Bassin d’Arcachon. Une vraie gageure, car information rime très peu avec érotisme. Mes petits récits coquins ont rencontré un vif succès et c’est pour cette raison que j’ai décidé de le faire imprimer.

 

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

Mon premier ouvrage, Au jardin d’Éros, est épuisé. Je vais le rééditer d’ici quelques mois.

 

Le second, Tu es Pierre, est sur Amazon… ou l’on peut me le demander (gentiment) et je l’envoie dédicacé. Un plus si je deviens célèbre un jour. Clin d’œil.

 

Le troisième, Les rêveries sensuelles de Lyselotte, est disponible en ebook sur le site des éditions SKA. Vous trouverez également sur ce site, 2 ebooks, Ogresse et Levrette, érotiques bien sûr. Pour l’exemplaire papier Des rêveries, il faut passer (non pas sur mon corps), mais par ma page Facebook et me le commander en MP. Pas compliqué du tout, facile, très facile.

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ?

Quel que soit le mode de publication qui s’offre aux auteur-e-s que nous sommes, seul compte — à mes yeux — la satisfaction intense que nous ressentons en tenant notre bébé en mains. 

Après, pour nous faire connaître, nous devons batailler, solliciter, profiter des moindres opportunités. 

C’est peut-être cela aussi qui, personnellement, me rend plus forte. J’aime le challenge que représente cette agitation autour de mes ouvrages. Elle me booste. 

En bref, je compte surtout sur moi pour faire la promo de mes ouvrages.

10/ Quel est le conseil le plus important que vous ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

C’est un conseil que je me suis donné : persiste, partage, écris. Je sais que « j’ai quelque chose ». Entendez par là que je suis consciente (au risque de paraître suffisante) d’avoir ce don d’écriture qui rend patiente et optimiste. Il faut garder son optimisme quand on écrit. C’est important.

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

J’ai beaucoup lu. Mon papa était un gros lecteur et m’a entraînée dans son sillage. J’écris et donc je lis moins, sauf en été. Je ne sais pas aller à la plage (je vis sur le Bassin d’Arcachon) sans un livre.

 

12/ Comment écrivez-vous ? 

J’écris sur mon ordinateur. Quand cela me prend. Je commence quand j’ai envie. Si je me mets sur mon ordi POUR écrire, je n’y arrive pas. Il me faut une étincelle, un mot, parfois, la déclenche. J’écris. Quand je suis « à sec », j’arrête, je vais sur mon mur, je fais autre chose. Parfois, cela revient de suite, parfois non. Je ne m’affole pas. Ça arrive toujours.

13/ Où puisez-vous votre inspiration ?

Dans mon imagination et mes fantasmes, disons-le tout franc. Écrire érotique, c’est particulier si je puis dire. Pour les rêveries de Lyselotte, ce fut magique. J’écrivais un récit et la suite venait immédiatement. Le Bassin d’Arcachon est un endroit magique. J’y ai trempé ma plume avec délice. Pas de panne d’inspiration. Tout a coulé de source…

 Avez-vous eu, en vue d’écriture, des commandes d’ouvrages ?

J’ai parlé, oui, avec des personnes qui m’auraient bien confié leur vie pour que je l’écrive, mais… je ne sais pas faire. Je ne sais pas me mettre dans leur peau pour ressentir leurs sentiments. Je leur ai conseillé d’écrire, tout seul. Même si l’on ne sait pas écrire, qu’importe. L’écriture est parfois une thérapie. Me mettre à leur place, non, il faut écrire pour se « purger » et moi, le faire pour eux, je m’en sens incapable.

 

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ?

Mon premier ouvrage est composé de récits plus ou moins longs. Ils mettent en scène des personnages fictifs et des aventures sensuelles qu’en relisant aujourd’hui, je trouve trop idylliques. J’ai « muri », je pense. Tu es Pierre est un roman construit autour d’un personnage principal. Il évolue à Brive, ma ville de naissance. J’y ai raconté un peu de mon adolescence, mais il reste fictif dans son ensemble. Les rêveries sensuelles de Lyselotte mêlent l’érotisme à des bribes de la vie personnelle des personnages. Ce ne sont pas que des joutes amoureuses, ce sont de petites histoires de vie…

Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

Dans leur grande majorité oui.

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

D’écrire, mais de ne pas croire au père Noël… Rien n’est facile. Il faut croire en soi…

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

J’aime Pierre Magnan, Colette, Philippe Claudel, Pierre Desproges, Denis Tellier, Joëlle Pétillot qui sont deux amis Facebook dont la plume est remarquable.

 

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

Sur ma table de nuit, il y a Chut, de Jean-Marie Gourio et puis Laure du bout du monde de Pierre Magnan.

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Oui, un projet qui me porte en particulier. Éditer mon ebook Histoires au fil du temps en ouvrage illustré. Je travaille à ce projet avec un ami artiste qui fait de la sculpture et de la peinture comme il respire… De petites histoires avec des dessins délicats et légers. Il me tarde…

Et puis, publier aussi, plus tard, un livre de recettes de cuisine, car je publie, une fois par semaine, une recette à ma façon sur la page d’InfoBassin… Mais ça, ce sera pour plus tard.

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Des dédicaces à Auchan et Cultura en mars…

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Sur ma page Facebook Clotilde Herault.

Ou sur ma page Lyselotte où je partage les photos que je prends du lieu magnifique où je vis.

————-

Le 6 janvier 2019

Clotilde Herault/RoseLys DesDunes

.

.

Je remercie sincèrement Clotilde Herault/RoseLys DesDunes d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, sculpteur, peintre, photographe, acteur, comédien, théâtreux, styliste, musicien, chanteur, colleur de papiers, en un mot artiste  sans discrimination de l’art pratiqué,

si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site est ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

Chaque chronique est ensuite partagée sur Facebook, Twitter, Linkedin, Google+, Pinterest et parfois Tumblr.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

jlriguet@gmail.com

en précisant votre spécialité.

.

© Jean-Louis RIGUET 07 janvier 2019

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

.

N’est-ce pas dans l’ombre que la lumière prend toute sa dimension? Je me rends compte que bon nombre de fois, je me retrouve à marcher à l’ombre, là où le soleil ne pointe guère ou pas du tout un rayon, alors qu’ailleurs il irradie puissamment. J’aime sa chaleur, sa lumière, mais voilà, l’intimité de […]

via Bain de Calme — l’ancolie bleue 2

Bain de Calme par l’ancolie bleue 2

Un article sur Marcel Arland au Rondon d’Olivet

Un article de La Voix de la Haute-Marne parle de Marcel Arland au Rondon d'Olivet

Sous le titre Séjours arlandiens au Rondon d’Olivet, la Voix de la Haute-Marne a publié un article de Michel Thénard consacré à Marcel Arland, ancien directeur de la NRF, la Nouvelle Revue Française.

L’auteur fait notamment référence au livre de Jean-Louis Riguet titré Le château du Rondon d’Olivet raconte… son histoire de France, publié aux éditions du Jeu de l’Oie, Isbn 978-2-36831-071-7, 240 pages, 20 €.

Un extrait de cet article puisque la lecture est difficile sur la photo.

Plus tard, avec un âge plus avancé, c’est au Rondon d’Olivet près d’Orléans sur le Loiret que Marcel Arland a passé plusieurs séjours.

Après avoir connu sa part d’histoire de France, le château est devenu la propriété des Auteurs et Compositeurs Dramatiques et de leurs amis. Ainsi aux nobles de France se sont succédé des personnalités du show-business, d’Abel Gance à Alice Sapritch. La venue de gens de Lettres (dont Eugène Ionesco) a complété le prestige de l’accueillante demeure. Au nombre des écrivains hébergés, Jean-Louis Riguet retient dans ses pages la première visite de la famille Arland en 1976. Le début de ce printemps a été évoqué par l’écrivain dans un beau texte qu’il a publié d’abord dans la NRF, puis dans « Avons-nous vécu ? » constituant ainsi un chapitre à ce livre.

Apparaît aussi la figure de Claude Loiselet, « le bon cuisinier-gardien-chauffeur-comptable« . Hélas, J-L Riguet s’en tient à cette visite alors que le couple Arland – avec ou sans leur fille Dominique – y revient à plusieurs reprises, en témoignent des passages de récits intimes et des lettres.

« Au pays d’Amance« . Là, dans Mais enfin qui êtes-vous ?, Il confesse à propos du Rondon. « J’aime ces lieux, qui peuvent sembler hors du monde, mais d’où l’on gagne aisément la Sologne ou les bords de Loire.« .

Un grand merci à Christophe Baillat et Michel Thénard pour cet éclairage et à la Voix de la Haute-Marne pour l’avoir publié.

 

© librebonimenteur.net – Jean-Louis RIGUET 03 janvier 2019

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

Bonne année 2019

Librebonimenteur souhaite à toutes et à tous une très bonne année 2019

.

Bonne année 2018

.

.

Cliquer sur ce lien, merci :

http://tracking.dromadaire.com/tracking/click?d=yXSlEsQkc0nSjzIYL9Y60U-sFlU-StjVJjZBEc05-lm2zCNyygRFSq7oo6wMxxafdQAfXdqtbSH-2W9StDO5N0Tgt52ah-jiuqcBnezM19vDfkuZrPKVd0vhk_-emYBopFyFqTYC3YxS0x0hzw9cksO0NFkUCM82LOtJFRaAn47DQPWifKp934HjCi1ffScAw3K4ml0555k2T9EXrO9XTKeKg3XEFKOQprTdNGHEl5-GZV8a8fDi6E7YbM8FJCqW2snnaLkx9cCsBrWc_95U-Szd064JWgz4JvktDE6BPif32IclssSd4f5vf7klGAJ5ioqV7DwK8u6woQBD3b_dKWs1

.

.

.

N’oubliez pas les livres !

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

© Jean-Louis RIGUET 31 décembre 2018

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.