Le Poème de la semaine n° 24

.

.

Le Poème de la semaine n° 24

.

 

 

 

.

L’oiseau

 

Ciel ! Les rêves bleu ciel

L’oiseau réveille le chat

L’aile tendresse

.

 L’oiseau

L’aile de l’oiseau gentil

S’abat gravement sur un chat endormi

Les rêves s’envolent en douceur

Au pas lent d’une torpeur

La complicité vaut une tendresse

Comme une volute de cigarette

 

Cheval

Soleil de lune

Un cheval blanc noir broute

L’eau de mer pour pluie

.

Le cheval broute

L’herbe est dans l’eau de mer

Lune bleue ce soir

.

Cheval

Un cheval blanc

La prairie verte

Broute

.

Un cheval noir

Le sable …

.

La suite sur :

https://jeanlouisriguetecriveur.blogspot.fr/

.

Cheval

 

.

horse cheval

.

Cheval

.

Un cheval blanc

La prairie verte

Broute

.

Un cheval noir

Le sable blanc

Poussière

.

Un cheval bai

Cavalière sans selle

Dans l’eau de mer

.

Soleil de lune bleue

Nuage gris de noir

Pluie d’obstacles

.

© 23 mars 2016 – Jean-Louis Riguet

.

Jean-Louis RIGUET 26 mars 2016.

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et membre de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

Deux poèmes partagés avec vous

 Deux poèmes partagés avec vous

.

Souris

 .

 

Mon mouchoir de papier est tout humide

Tes larmes l’ont mouillé à verse

La joie s’abat dans ton cœur

Tes yeux n’y résistent pas

Tu es si belle sous la pluie

Des perles d’eau inondent ton visage

Sèche tes larmes

Et souris à la vie

Souris à l’amour

Souris à l’amour de la vie.

© 19 mars 2016 – Jean-Louis Riguet

.

.

 .

 .

La Chute

 .

 

Dans un manège rectangulaire

La reprise se déroule éphémère

Les chevaux obéissent aux cavalières

Sous l’œil intransigeant de l’écuyère

 

Dans un sens puis dans l’autre elles tournent

Elles varient l’allure sur la piste lourde

Le sable mouillé empâte les chevaux

Qui réagissent en forçant le trait

Et rechignent à sauter sur les obstacles

 

Un grand éclat de cris effrayés envahit la carrière

Les petites effrontées réagissent à la misère

L’acrobatie involontaire a précipité la cavalière

Qui se vautre par terre dans la poussière

 

Le silence soudain fait du bruit

Plus aucun mouvement, tout est immobile

Inquiet, chacun retient son souffle

La jeune fille se frotte et lâche des larmes

Alarmée la maman spectatrice reste sans voix

 

La monitrice avance lentement en silence

Quelques mots tendres et des paroles encourageantes

Debout les morts, la jeune fille s’ébroue

Attrape son cheval et entreprend la remonte

Le pas, puis le trot, remettent l’équipage en ordre

 

Indifférente, la vie reprend son cours normal

Finalement, la maman résume : plus de peur que de mal

 

© 19 mars 2016 – Jean-Louis Riguet

 

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

Jean-Louis RIGUET 19 mars 2016

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et Membre de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

Estelle Belletoise artiste peintre

Hommage à Estelle Belletoise artiste peintre

.

Les étoiles de Stella[1]

.

Au détour d’un couloir fainéant

Apparaît une salle aux murs ternes

Soutenant des toiles incertaines

Pour des commentaires irradiants

.

La femme discrète côtoie les anges

Au milieu d’autres femmes étranges

Son visage fluide ingénu interpelle

Cachant l’arrondi engageant d’un sein

Dévoilant le galbe aventureux des reins

Pour engendrer un érotisme de miel

.

Une femme fragile poétise ses toiles

Exprime et défend sa peinture avec force

Contorsionne un accordéon rouge

Cache l’ombre d’un verre bancal

Invite à une bière dans une chope déformée

Pour provoquer une collision de spirales

.

Sur le marais une barque silencieuse glisse

Aux contours des trois pointes siciliennes

Dans un élan salutaire de liberté

Dont un perroquet vert et rouge rêve

Enfermé dans une cage virtuelle stylisée

.

Quatre paires d’yeux de femmes étonnées

Dans l’arène pleurent le taureau rougi de sang

Alors que leurs lèvres rouges attendries

Offrent à une branche dépouillée

Une porte à la moustache stylisée

.

La végétarienne sublime un cheval

En créature de nervure de chêne

Tandis qu’une jolie femme berbère

Invite du regard à la vie passée

Et que le nu féminin se fait sage

.

Assise sur une chaise en bois posément

La mort attend sans crainte patiemment

La sage-dame lourdement chargée d’ans

Monte l’escalier de brique lentement

L’étoile éclaire le chemin sans hautbois

.

Alors la femme peintre claquemure

Ses souvenirs cruels dans des boites démodées

Pour laisser la place au nu féminin

Qu’elle drogue à la mode murmure

.

Enfin, positive, elle fait du négatif

En bas de la page elle signe en gris et bleu

De l’empreinte de son doigt

Estelle est Unique.

.

[1] Hommage à Estelle Belletoise artiste peintre.

.

© Jean-Louis RIGUET décembre 2015

.

.Distorsion

.

.

La Vieille Dame et la Mort

.

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

Jean-Louis RIGUET 24 décembre 2015

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

https://librebonimenteur.wordpress.com/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

 

 

Prince des villes

J’ai tenu la porte à un alezan !

é(mots)tions

horse cheval

Ce soir, sur le quai de la gare, j’ai croisé un cheval. A la tête de velours, aux couleurs vives des créatures d’Épinal : alezan, et le museau d’un blanc éclatant. Je lui ai tenu la porte au passage du tourniquet. C’est là que j’ai découvert son corps longiligne, en pin, qui rappelait sans aucun doute le manche à balai. Et tout au bout, une minuscule roue de bois, fixée par une cheville métallique. L’animal d’une autre époque reposait dans les bras d’un jeune homme. Pas vingt ans. Pressé. Il me dépassa du pas de l’impatience en retard. Mille questions me traversèrent : Le prince au casque connecté enfourcherait-il sa monture ? Vers quelle incroyable aventure se pressait-il ? Je me hâtai, courant presque, le sourire au lèvres, sûre d’avoir débusqué une fantaisie de la vie. Il prit la même route que moi, mais, quel dommage, laissa la tête au corps fluet se balancer…

View original post 93 mots de plus

Tête de Cheval 2

Le cheval !

Croquedessin

Après avoir dessiné de façon un peu rapide une tête de cheval au crayon graphite, voir mon article ICI , j’ai tenté l’expérience de faire la même tête de cheval mais cette fois en utilisant mes Panpastels ainsi que des crayons pastels pour souligner quelques détails.  En rédigeant cet article je m’étais lancé le défi de refaire le même sujet aux pastels, à l’aquarelle ainsi qu’à la peinture à l’huile. Vais-je y arriver ? En tout cas le premier objectif est atteint, il ne m’en reste plus que deux !  🙂

Si vous ne connaissez pas les Panpastels, j’en parle dans un de mes précédents articles, ICI.

La photo ne rend pas bien la couleur de l’arrière-plan qui est d’un vert plus intense et très bizarrement, les quelques traits noirs ressortent plus que dans la réalité.  😦

Tête de cheval aux Panpastels Tête de cheval aux Panpastels

View original post