Publié par Laisser un commentaire

JL à l’écoute de … Annie Quaglio Chapouille

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Annie Quaglio Chapouille

.561162_3666795349336_501535102_n

.

1/ Qui êtes-vous (VOS Prénom et NOM) ? Quel est votre parcours ?

Annie QUAGLIO CHAPOUILLE

Fille de militaire, mon père je ne l’ai pas connu, mort pour la France quand j’avais 3 ans. J’avoue ne pas me souvenir de cette période qui, pour moi, est noire et sans souvenir…

Je suis partie à 21 ans de ma Lorraine natale, avec ma valise, mes vinyles et mes 1 000 francs en poche sur Paris.

J’aime apprendre, voyager, rire, chanter, et être dans la nature, curieuse de la vie j’essaie de la savourer du mieux que l’on puisse le faire… sans gâcher mes journées.

D’humeur joyeuse et d’un tempérament fonceur, j’avance pour apprendre et comprendre ce monde à la fois, bien étrange, violent, terrible, surprenant et fascinant. J’aime cette terre et j’aime la Vie…

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

Arrivée sur Paris, j’ai travaillé dans une agence de voyages, puis je me suis mariée. De cette union, j’ai eu 2 enfants ; j’ai divorcé à 45 ans. J’ai changé plusieurs fois de métier, en passant par les assurances, l’immobilier et le dernier, dans les finances depuis plus de 10 ans.

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre passion?

Je pratique la photographie en dehors de mon travail ainsi que le théâtre.

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ?

J’attends de mes lecteurs qu’ils trouvent dans mes écrits un moment de détente, d’évasion, et retrouver le goût des émotions ! et le plaisir des mots.

 

Comment vous faites-vous connaître ?

Par mon blog : http://annieetsesmots.over-blog.com/

 

Et : https://www.facebook.com/MesMotsSeBalancent/

 

Par concours également.

 

J’ai eu 2 prix lors d’un concours de poésie.

 

Comment allez-vous à leur rencontre ?

Je vais à leur rencontre par des dédicaces, ou dans des médiathèques, dans des cafés poésies, dans des librairies,

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Surtout des lectures, j’ai même pensé à aller dans des maisons de retraites.

 

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

J’écris depuis l’âge de 14 ans, mais à 21 ans, j’ai tout mis dans une boîte pour la ressortir il y a 8 ans.

 

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

Mon livre est un recueil de poésies : 113 poésies pour s’évader, rêver, et s’émerveiller. Nous vivons à une époque ou la plupart des gens ne s’émerveillent plus et vivent à 200 à l’heure… ne regardant que leur portable, leur PC ou leur tablette. La communication disparaît petit à petit et je trouve cela bien dommage.

Je rajouterai que, depuis que j’ai sorti mon livre, je continue à écrire des poèmes et, à ce jour, il y en a une quarantaine qui sommeille.

 

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

Dans les librairies, sur Amazon, sur Kobo (EBOOK)

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? Aux e-book ?

Je pense que publier à compte d’auteur, ça permet de réaliser plus facilement la sortie d’un ouvrage, que de passer par une maison d’édition qui ne me semble pas facile, car il faut faire ses preuves.

 

10/ Quel est le conseil le plus important que-vous-ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

Le conseil que l’on m’a toujours dit : c’est de croire à son étoile, de ses rêves, de faire de sa journée la meilleure à chaque fois ! de s’entourer de personnes positives, passionnées, et rester fidèle à ses propres valeurs.

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

Pour le moment, c’est des poèmes, mais il m’arrive d’écrire des nouvelles que je n’ai pas encore publiées, et un projet de roman commence à pointer le bout de son nez.

 

12/ Comment écrivez-vous ?

J’écris à n’importe quel moment. Cela peut être dans la journée ou la nuit ; je prends des notes, selon les mots ou les phrases que j’entends dans les transports, dans les échanges au travail, entre amis, ou en lisant ou regardant des émissions ou films.

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

L’inspiration me vient suite à un moment d’émotion, par rapport à la nature, d’un paysage, d’une rencontre, d’un fait divers ; parfois, elle me vient soudainement suite à une idée, une réflexion, pas toujours facile à expliquer…

 

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

Pour le moment je n’en suis pas à construire des intrigues, des personnages, mes seuls personnages sont le fruit de mon imagination et je n’ai pas été jusqu’à leur trouver un caractère, ou leur façon de vivre, etc.

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

Qu’ils écrivent ce qu’ils ont envie, de laisser leur imagination vagabonder sur le papier et surtout ne pas se décourager. Je leur dirai aussi qu’écrire c’est merveilleux, transcrire des émotions, des histoires, des romans, rien de plus beau de savoir qu’ils seront lus et qu’ils auront passionné beaucoup de lecteurs !

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

Zola, Guy Rachet, Karen Blixen, Paulo Coelho, Eric-Emmanuel Schmitt, mais il y en a encore beaucoup d’autres.

 

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

Moi Charlemagne Empereur Chrétien de Max Gallo

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Oui bien sûr

Je commence à faire des chroniques avec ma fille Nathalie CHAPOUILLE sur :

1001chroniquesenfolie.com

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Dédicace à Cultura à La Croix Blanche 91 le 5 mars 2016

Salon de dédicaces, Espace Saint-Jean, Place st Jean à Melun 77 le 12 mars 2016.

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Sur ma page FACEBOOK

https://www.facebook.com/MesMotsSeBalancent/

————-

Le 21 février 2016

Annie Quaglio Chapouille

.599722_572831812740685_297703531_n

12243139_10208015370602927_7695480128434561903_n                                                                11127534_10206455509927385_1665482571499262593_n

.

Je remercie sincèrement Annie Quaglio Chapouille d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, sculpteur, peintre, photographe, comédien, théâtreux, en un mot artiste  sans discrimation de l’art pratiqué,

si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de

vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

Chaque chronique est ensuite partagée sur Facebook, Twitter, Linkedin, Google+, Pinterest et parfois Tumblr.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

Jean-Louis RIGUET 27 février 2016

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

Publié par Laisser un commentaire

JL à l’écoute de … Cordelia della ROSA

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Cordelia della ROSA

.

Couverture

.

1/ Qui êtes-vous   (VOS Prénom et NOM) ? Quel est votre parcours ?

Mon nom de plume est Cordelia della Rosa.

Je suis une rêveuse professionnelle qui, pour embellir l’existence, utilise des colorants pour vie terne : la tendresse, la légèreté, le désir, l’extravagance, la sensualité, l’excentricité, la fantaisie…

Je n’ai pas un parcours littéraire. Je suis une femme ordinaire et autodidacte. J’exerce simplement un métier administratif en entreprise.

Je ne suis bardée d’aucun diplôme, aujourd’hui on dirait en échec scolaire. Je n’ai pas appris l’art de l’écriture. Je ne suis pas issue d’un milieu littéraire et je ne peux, nullement, prétendre rejoindre cette famille.

Je n’ai aucune spécialité à part une sensibilité exacerbée, à fleur de peau. J’aime, simplement, jouer avec les mots. Ces mots qui font du bien, ces mots qui font du mal : surprenantes facultés !

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

L’écriture étant pour moi une évasion et un loisir, parallèlement j’occupais mon existence en me consacrant à l’éducation de mes enfants, mon couple, mon métier, quelques responsabilités au sein de la commune, des loisirs variés…

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre passion ?

Je me laisse guider par la Passion.

Quelques fois elle m’entraîne vers les arts dramatiques que j’ai étudiés quelques années dans mon jeune âge.

D’autres fois vers des activités manuelles, comme la poterie.

Ou plus récemment le jardinage, le bricolage, la cuisine, la décoration, la contemplation de la nature…

Étant curieuse de tout, demain de nouvelles aventures créatives m’attendent déjà…

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

La première question me paraît étrange, car de quel droit attendrait-on quelque chose de ses lecteurs. En tout cas, moi, je n’attends rien. Il me semble que c’est eux qui sont en droit d’attendre quelque chose de l’auteur et non l’inverse.

Pour me faire connaître je ne dispose pas de beaucoup de moyens. J’utilise les réseaux sociaux comme Tweeter sous le nom de @plumedusoir

Je fréquente les salons du livre.

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Les rencontres je les fais par le biais des salons du livre ou sur les réseaux sociaux.

 

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

C’est une passion qui sommeillait en moi depuis toujours, mais je l’ai concrétisée seulement dernièrement.

À ma naissance certaines fées m’ont faite Passionnée, Curieuse, Gourmande de la Vie et Friande de ses Plaisirs ;-)) Un réel Bonheur que je savoure tous les jours. Merci à vous ! Mes fées inconnues :-))

Le roi : le soleil en personne, ne rate jamais le rendez-vous de ma naissance. Alors dans de telles conditions, la seule écriture qui s’imposait à moi, était celle de l’Amour.

J’ai donc écrit un roman d’Amour : La larme du désir.

 

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

‘La larme du désir’ je l’ai écrit avec beaucoup de gourmandise et de ce fait, il se déguste, il se savoure plus qu’il ne se raconte. Il s’agit d’une une mise en bouche. Je devrais plutôt dire une mise en cœur devant nous mettre en appétit d’Amour.

Une mise en Amour afin d’en aiguiser le désir.

Une recette gourmande, aux saveurs multiples qui nous rappelle sans fin, mais avec faim, un besoin vital qu’on ne peut feindre d’ignorer :

‘Désirer c’est Vivre’.

Il s’agit d’un roman d’Amour, ou l’homme et la femme sont unis par un secret qu’ils ignorent et qui pourtant les conditionnent.

C’est l’histoire de Stella et de Lucas qui n’auraient jamais dû se rencontrer et qui, somme toute, sont des personnes tout à fait ordinaires, mais qui ont une particularité : celle de savoir réactiver sans fin, la flamme.

Lucas, par son imagination débordante et débridée, sait réactiver, sans fin, le Bonheur et entraîne Stella vers des situations cocasses, ludiques, extravagantes, totalement loufoques et incroyablement excitantes…

Quant à Stella, par sa ‘truculente pétulance’ et son attitude – coquinement sensuelle – elle entraîne Lucas, dans des situations, hors normes, totalement déconcertantes et follement érotiques…

Par des situations ludiques, cocasses, ils créent, ils inventent le Bonheur, la Passion…

Jour après jour et nuit après nuit, ils pimentent leur vie à tel point que les dieux en sont jaloux et qu’ils missionnent sur terre une messagère afin de leur voler leur bonheur et d’anéantir leur passion hors norme. Alors, y arriveront-ils ? Et c’est là qu’en général on dit : ‘Vous le saurez en lisant mon livre’.

Et puis, il y a ce secret oppressant que, tout au long du livre, Stella n’aura de cesse de mettre à nu…

 

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

Uniquement sur les sites marchands d’internet (Amazon, Fnac, Chapitre…)

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? Aux e-book ?

Pour ma part, n’étant nullement connue, je ne pouvais pas espérer me faire éditer avec un contrat à compte d’éditeur. Le seul choix qui s’imposait à moi était la publication avec un contrat à compte d’auteur.

 

10/ Quel est le conseil le plus important que-vous-ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

De faire en sorte qu’en arrivant au seuil de son existence nous n’ayons aucun regret.

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

L’écriture est pour moi un lieu d’évasion. Un endroit pour vivre pleinement mes rêves au lieu de rêver ma Vie. Aussi je me sens naturellement attirée par le roman.

 

12/ Comment écrivez-vous ?

J’ai besoin de sentir l’odeur de l’encre. J’écris toujours dans un cahier avec un stylo à encre de couleur verte (parce qu’il s’agit de la couleur de l’espoir). Puis je mets en forme sur l’ordinateur.

Le téléphone à également quelques avantages. Souvent en faisant du vélo me viennent des idées, des phrases… alors je les enregistre sur le dictaphone de l’iPhone.

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

L’inspiration est guidée par mes émotions.

 

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

Je n’ai pas vraiment de trame. Juste une idée d’une dizaine de phrases. Puis je vogue entre imaginaire et réalité au rythme de ma créativité.

Comme le scénario, les personnages imaginaires sont toujours composés d’une petite part tirée de mon expérience personnelle.

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

Étant moi-même amateur, je n’ai aucun conseil à donner.

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

Je n’ai pas de préférence, mais de magnifiques souvenirs grâce à Homère, Platon, Edmond Rostand, Marc Lévy…

 

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

Demain de Guillaume Musso et Adultère de Paulo Coelho.

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Oui bien sûr.

Car l’écriture m’est apparue comme une attraction évidente.

Une attirance excitante à laquelle je ne peux plus me soustraire.

Elle est devenue une évidence, une jouissance…

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Pour l’heure, non.

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Sur Tweeter @plumedusoir

Sur Facebook où Cordelia della Rosa n’est que la copie de Tweeter.

http://www.amazon.fr/La-larme-du-désir-Cordélia/dp/B00E5QLSYM

http://livre.fnac.com/a6455035/Cordelia-La-larme-du-desir

————-

Le 01 juin 2015

Cordelia della ROSA

.

Couverture

 

4ème de Couverture

 

EcrireCestCrierEnSilence

.

AmazonMikael

NouvelleBanniereNoire

Amazon3

NouvelleBanniereNoireSansTexte

Amazon

 

NouvelleBanniere

 

NouvelleBanniere1

.

Je remercie sincèrement Cordelia della ROSA  d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

Jean-Louis RIGUET 02 juin 2015

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://librebonimenteur.net/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

http://jeanlouisriguetecriveur.blogspot.fr/

.

Publié par 2 commentaires

JL à l’écoute de … Sylvie Salzmann

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Sylvie Salzmann

.

Sylvie octobre 2014

.

1/ Qui êtes-vous   (VOS Prénom et NOM) ? Quel est votre parcours ?

Je m’appelle Sylvie Salzmann. Je suis née à Paris de mère française et de père apatride.

J’habite en ce moment dans le nord de l’Italie où je travaille comme traductrice freelance et où j’enseigne le français en cours particuliers. Entre 19 et 25 ans, j’ai travaillé comme courtier international dans le secteur céréalier où j’ai reçu une formation qui m’a permis d’asseoir les bases organisationnelles d’un bureau et qui m’a laissé une empreinte assez forte pour développer à mon tour une activité individuelle que je qualifierais, avec plaisir et satisfaction, de « solitaire ».

Mais pour répondre avec précision à votre question, « je suis » maman et écrivaine.

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

J’ai été élevée par une grand-mère qui m’a longtemps protégée d’un système scolaire que je n’appréciais pas et à l’écart duquel, à tort ou à raison, elle m’a tenue aussi longtemps qu’elle a pu. C’est à elle que je dois mon amour de la lecture et de l’écriture.

Tout en vacant aux tâches ménagères, elle me racontait de vraies histoires inventées et des fables véritables. Dans notre jardin loin du monde, elle m’invitait à observer la nature sous toutes ses facettes, en toute saison et quel que soit le temps. Le silence de mes lectures n’était interrompu que pour réciter une poésie, chanter une chanson ou écouter un disque, faire une dictée car il est important, disait-elle, de savoir bien écrire.

Avec elle, j’ai appris le parfum du linge frais repassé, du parquet ciré, des clafoutis aux cerises, et la danse des désespoirs de peintre ponctués d’épisodes vécus de l’histoire des deux guerres mondiales qui avaient tracé dans sa vie de douloureux sillons ineffaçables.

Ce que j’ai appris parallèlement à l’écriture, c’est à reconnaître mes émotions, à les respecter mais aussi et peut-être paradoxalement, à les garder pour moi ou tout au moins à ne pas les partager avec ceux qui ne savaient qu’en faire. C’est pourquoi, je les écrivais. Et par conséquent, je peux dire que j’ai toujours écrit.

À l’école, je n’aimais pas la récréation au cours de laquelle il était interdit de courir, de crier, de jouer au ballon ou de sauter à la corde. Pour en meubler l’espace et tromper mon ennui, j’écrivais de petites pensées.

Avec ma grand-mère, nous avions un carnet. Avant de m’endormir, je lui écrivais et laissais le carnet sur mon lit. Elle le lisait avant d’aller se coucher et me répondait, de sorte qu’à mon réveil je trouvais toujours les réponses à mes questions et beaucoup d’amour.

L’écriture est le langage du silence, comme la lecture est une écoute silencieuse.

L’écriture, comme la lecture, suppose le silence.

Le silence est la musique de l’âme rythmée par les battements du cœur.

À ce propos, j’aime beaucoup la phrase de Pascal Quignard : « Le livre est un morceau de silence dans les mains du lecteur. Celui qui écrit se tait. Celui qui lit ne rompt pas le silence. »

Au fil des ans, j’ai choisi d’approfondir mes passions pour la lecture et l’écriture et il y a une trentaine d’années, je me suis lancée dans l’activité de traductrice.

Mais devenir traductrice ne m’a pas contraint de délaisser mon premier amour, l’écriture.

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre passion ?

Je suis passionnée d’histoire et d’histoire de l’art mais surtout de langues. J’aime étudier le français et apprendre les langues étrangères. J’aime le voyage et découvrir les différents peuples de la Terre et leur culture. Et j’aime partager ce que je découvre.

J’ai une vision étonnamment positive et même optimiste et enthousiaste du genre humain, dans le sens où je ne cesse de m’émerveiller de ce qu’il est capable de faire du point de vue artistique et combien il est inventif et exceptionnel. De sorte que pour moi, l’art est partout parce qu’il est avant tout dans les personnes. Maintenant, la façon dont il est exprimé est d’une variété insondable. Cela dit, le premier art qui m’enchante, est avant tout l’univers, notre Terre, sa nature…

Personnellement, je dessine, surtout sur le bois et j’aime fabriquer des cartes de vœux pour mes proches, des marques-pages, j’invente une deuxième vie pour certaines matières ou certains objets avec lesquels je décore mon appartement. J’adore tricoter aussi. Activité dans laquelle je suis gravement nulle ; néanmoins, j’adore ça.

Quant au cinéma, je lui voue une véritable passion. Bien des années avant ma naissance, mon grand-père possédait une salle de cinéma. J’imagine que certaines passions se transmettent à travers l’ADN parce que je ne l’ai su qu’après sa mort. Ce que j’aime du cinéma, c’est la salle, obscure et feutrée, veloutée. Cet antre magique, ce ventre protégé dans lequel grandit une histoire. Le grand écran me fascine ; il me permet d’entrer encore davantage dans la trame. Plus qu’un spectacle, c’est un ravissement, dans le sens où il me « ravit » de la dimension du réel, de l’espace temps et il me « ravit » de plaisir. Je ne vais jamais au cinéma sans réfléchir au film que je vais voir. Aller au cinéma, pour moi, est le fruit d’une petite étude comparative jusqu’à ce que je tombe sur le coup de foudre, à cause du thème ou des acteurs parmi lesquels il existe, à mon avis, des « valeurs sûres ».

Le théâtre aussi me passionne. J’y vais chaque fois que je peux. Enfant, j’aimais réciter aussi. Rentrer dans la peau d’un personnage, c’est amusant. C’est un plaisir que je retrouve quand je lis une histoire à un enfant.

J’aime énormément aussi la photographie, tout particulièrement les photos en noir et blanc et les clichés pris sur le vif, qui ont quelque chose d’imparfait, de vivant, de vrai.

Quant à la musique, et bien, c’est une très longue histoire d’amour que je raconterai peut-être dans un prochain livre.

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

Parler de « mes lecteurs » suscite en moi une émotion profonde à l’image de celle que j’éprouve en écrivant. Quant au mot « admirateurs », il ne me correspond pas. J’admire de grands personnages de l’histoire, de la littérature, de la musique, de la peinture … mais, comme disait Emily Dickinson « Je ne suis personne ! »

Alors je préfère parler de « mes partageurs » parce que c’est ce que j’ai le sentiment de faire quand je publie un livre, de partager mes émotions, mes réflexions…

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Mes « partageurs » sont des gens que je ne rencontrerai peut-être pas physiquement mais que je peux rencontrer sur la Toile, instrument très utile pour se faire connaître, justement, voire indispensable, dans mon cas, puisqu’en tant qu’écrivaine francophone résidente à l’étranger, je n’ai d’autres moyens qu’internet et les réseaux sociaux pour inviter les lecteurs à découvrir mes livres. Grâce aux réseaux sociaux, les lecteurs peuvent aussi discuter les uns avec les autres et/ou avec moi, par l’intermédiaire de la page Facebook consacrée à la Malle à ma tante, par exemple, ou par le biais de mon site internet où tous les livres sont présents, avec un formulaire par lequel il est possible de communiquer avec moi.

Pouvoir communiquer avec l’auteur du livre qu’on est en train de lire est une chance incroyable, pouvoir lui poser des questions, partager ses impressions… je trouve ça fascinant.

 

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

Comme je le disais auparavant, j’ai commencé à écrire dès que j’ai su tenir un stylo, parce que j’écrivais déjà dans ma tête avant. En effet, l’écriture est avant tout une pensée qui germe dans l’esprit et qu’on « couche » sur du papier, réel ou virtuel.

J’ai écrit beaucoup de choses, vraiment beaucoup. Quatre recueils de poésies, sans compter toutes les poésies qui se promènent dans la maison sur des petits bouts de papier, des coins de mouchoirs, de journaux, de tracts… griffonnés en pleine rue, parce que la rue, les gens, sont une source extraordinaire qui abreuve ma pensée.

Et puis j’ai écrit des dizaines de nouvelles, de petites comptines et histoires pour enfants et ex-enfants, beaucoup de déclarations d’amour à mes enfants, de petits mots doux glissés dans les cartables, les jours les plus difficiles.

Enfin, j’ai publié « Nuit Blanche au Lac Noir », un roman policier en collaboration avec des étudiantes : une aventure sensationnelle que je revivrais à tout moment ; « L’Incroyable histoire de la Wyspa Milsztajn », un conte très personnel, intime, sur la rencontre inattendue avec une partie de ma famille, et « La Malle à ma tante », un petit dictionnaire que j’aime qualifier de « poético-déjanté ».

 

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

La dernière publication est celle de « La Malle à ma tante ».

Il s’agit d’une petite nomenclature poétique et humoristique de vocables dont les définitions sont des jeux de mots et d’émotions.

Ce sont des mots inventés, pour la plupart, dont le son conduit vers une définition personnelle, une vision propre, fruit d’une rencontre avec quelqu’un ou avec quelque chose, issu d’un vécu que j’ai souhaité partager avec des lecteurs.

En ouvrant la Malle à ma tante, on sourit, on pleure, on s’interroge, on s’identifie. On réagit de toute façon parce que dans la Malle, il y a la vie, la mienne et celle de nombreuses personnes.

 

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

Exclusivement sur internet, ce qui est à la fois un atout et une limite, dans le sens où je ne peux rencontrer les lecteurs que par l’écriture, au moyen de courriels et de réseaux sociaux tels que Facebook et LinkedIn par exemple. En effet, habiter à l’étranger et publier en français ne facilite pas la participation aux salons. Mais en fin de compte, les lecteurs ne sont plus comme par le passé, renfermé dans des bibliothèques ou contraints d’aller en librairie. Nombreux sont ceux qui achètent des livres sur internet et c’est tant mieux.

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? Aux e-book ?

Publier à compte d’éditeur, d’auteur ou participatif, c’est avoir de l’argent.

Maintenant, on peut avoir de l’argent et du talent. Ou pas.

Les exemples sont nombreux dans la littérature passée et actuelle. Personnellement, je suis heureuse que Marcel Proust ait eu les moyens de publier à compte d’auteur.

Mais tout le monde ne s’appelle pas Proust. Toute la question est là.

C’est un raisonnement qui risque de mettre de côté ce qui devrait être au centre : le lecteur.

Un lecteur qui se trouve devant le meilleur et le pire de ce qu’on peut imprimer avec de l’argent.

En l’absence d’un comité de lecture, d’une ligne éditoriale, on pourrait penser que la qualité, la beauté de l’écriture, passent au deuxième plan, voire plus loin.

D’un autre côté, comment expliquer et justifier que certains personnages politiques, sportifs, qui en bien ou en mal « font » l’actualité, publient (nègre permettant, donc moyennant finance) avec une simplicité et une médiatisation désarmantes, tandis que les écrivains, les vrais, affrontent le sempiternel parcours du combattant pour passer la « case éditeur » et finalement être lus ?

En ce qui concerne l’e-book, je publie aussi bien sur papier qu’en numérique. Je suis convaincue que le support importe peu. Ce qui compte, c’est le partage, la communication.

L’e-book permet d’emporter avec soi, en voyage par exemple, une foule de livres qu’il ne serait pas possible de mettre dans une valise, surtout avec les limitations qui existent aujourd’hui sur le poids des bagages en soute.

En outre, j’estime qu’il faut, encore une fois, placer le lecteur au centre et réfléchir à ses besoins, ses exigences, sa vie, pour lui offrir le support qu’il préfère. C’est lui qui doit pouvoir choisir.

La technologie est fascinante. Nous sommes passés en quelques années du 78 tours, lourd et fragile, à de minuscules appareils qui permettent d’écouter la musique ou une lecture dans la rue, dans un bus, en faisant la queue quelque part….

Il faut vivre avec son temps, comme le dit l’expression consacrée. Pourrions-nous encore lire dans la pierre, sur des tablettes de cire ou des papyrus ?

De plus, l’e-book coûte moins cher, et je voudrais, une fois de plus, que la lecture et la relecture ne soient pas l’apanage des plus aisés.

 

10/ Quel est le conseil le plus important que vous ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

« Laisse tomber, tu ne seras qu’une crève la faim ! »

Comme j’aime bien faire le contraire de ce qu’on me dit, je n’ai jamais abandonné ni la lecture ni l’écriture.

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

J’écris en suivant mon inspiration. Alors, selon le moment, c’est un roman, une poésie, un essai, une nouvelle ou une biographie.

Quant à la lecture, je suis mon instinct et le hasard des rencontres. Les livres croisent mon chemin, traversent ma vie. Certains y passent sans y laisser de traces profondes, d’autres s’y gravent pour toujours. Comme les gens.

  

12/ Comment écrivez-vous ? 

J’écris quand l’envie m’en prend. Pour moi, l’écriture n’est ni un devoir, ni un travail. C’est une fonction de mon organisme, comme respirer, voir, entendre…. Quand l’écriture m’appelle, je ne peux pas résister. J’ouvre une page blanche de mon ordinateur et j’écris. Pourquoi l’ordinateur ? Parce que c’est mon outil de travail, toute la journée (je suis traductrice) et quand l’inspiration arrive, je la suis et j’écris.

C’est tout et c’est une chance.

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

Partout et à chaque instant.

Au-delà du fait que l’intérieur de ma tête est étonnamment semblable à l’imaginaire d’Amélie Poulain (quand j’ai vu le film, j’ai eu envie de crier en plein séance « regardez, c’est comme ça dans ma tête !! »), je suis d’un naturel « poreux ». Ce qui n’est pas toujours une bonne chose. Mon inspiration, ce sont les gens que j’observe silencieusement dans la rue, dans une salle d’attente, dans un aéroport, au supermarché ; ceux avec qui je parle et dont je ressens la bonté, la méchanceté, la cruauté ou la générosité. Le genre humain est une source inépuisable qui nourrit bien des domaines de l’art. Et puis il y a les discours de mes enfants qui, comme beaucoup de bilingues, adorent jouer avec les mots et les sons, sauter d’une langue à l’autre et faire l’expérience de leur mélange. Mes mots viennent aussi de mes émotions personnelles, mes souvenirs, mes espoirs déçus ou pas, mes rêves et mes cauchemars. La vie, quoi !

 

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

Quand j’écris un roman, l’intrigue vient d’elle-même et je m’y laisse aller.

Les personnages quant à eux, ne sont jamais totalement imaginaires. Ils sont la somme de personnages vrais ou fictifs croisés au long d’une vie.

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

Je leur dirais de lire, avant tout, et de n’écrire que s’ils en ont envie et quand ils en ont envie.

J’entends trop de gens qui racontent combien ils s’obligent à écrire tous les jours comme s’il s’agissait de travaux forcés. Je ne partage pas. L’écriture, comme la peinture, la sculpture ou toute autre forme de création s’alimente d’inspiration, de naturel. Elle est là ou elle n’est pas là. Et si elle n’est pas au rendez-vous, aucun forage ne vous la donnera. Derrière les écrits forcés, on devine l’effort et ça ne passe pas. Pas avec moi, en tout cas. Créer peut être parfois violent et douloureux mais ce n’est en aucun cas un acte de violence envers soi-même, y compris quand la douleur est présente, autrement, cette violence, le lecteur la perçoit et c’est probablement ce qui fait la différence entre un écrivain et quelqu’un qui écrit, comme entre un musicien et quelqu’un qui joue de la musique.

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

Sans faire aucun classement, je citerais tout d’abord Marcel Proust. Et puis, Pascal Quignard, Pierre Assouline, Emile Zola, Walt Whitman, Patrick Süskind, Stendhal, Honoré de Balzac, Gustave Flaubert, Victor Hugo, William Shakespeare, Jorge Semprun, Rainer Maria Rilke, Jean-Jacques Rousseau, Voltaire, François Villon, Rimbaud, Baudelaire, Mallarmé, Jacques Prévert, JB Pontalis, Zoyâ Pirzâd, Michel Peyramaure, Jean-François Parot, Marcel Pagnol, Viviane Moore, Molière, Prosper Mérimée, Guy de Maupassant, Amin Maalouf, Jack London, Jean Grenier, Henri Gougaud, André Gide, Ralph Waldo Emerson, Umberto Eco, Alexandre Dumas, Conan Doyle, Didier Decoin, Antoine de Saint-Exupéry, Paulo Coelho, Agata Christie, Mireille Calmel, Michel Butor, Jeanne Bourin, Georges Bernanos, Isaac Bashevis Singer…

 

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

Cheveu, parle-moi de moi (Odoul-Portrait)

Le Poisson et le Bananier (Bellos)

L’énigme des Blancs-Manteaux (Parot)

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Oui, j’ai toujours beaucoup de projets en cours qui se développent et se réalisent au fil du va-et-vient de l’inspiration qui les fait naître.

J’ai aussi beaucoup de choses déjà écrites que j’espère publier parce qu’elles me font rire et pleurer et à une époque où il est souvent mal d’avoir mal ou culpabilisant de se sentir bien, je choisis de célébrer les émotions. J’écris constamment et souvent plusieurs projets en même temps comme en ce moment, j’écris des poésies, un essai, l’histoire de ma famille et un roman où se mêlent l’amour, la magie, la poésie, le rêve et l’histoire qui sont des ingrédients dont j’apprécie la saveur.

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Comme je l’ai dit, j’habite à l’étranger et par conséquent, participer à des salons m’est pratiquement impossible. Je suis en permanence sur internet, sur les réseaux sociaux.

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Sur le site de l’éditeur et sur Facebook en particulier où une page spéciale a été ouverte pour La Malle à ma tante.

————-

Le 28/12/2014.

Sylvie Salzmann

.

604195_LCL_C14_2

.

La Malle à Ma Tante

« Les mots savent de nous des choses que nous ignorons d’eux » disait René Char.

Expression de nos douleurs, de nos amours, de nos déceptions, de nos joies, nous les retournons dans notre bouche avec délectation ou avec rage, et il arrive qu’ils nous entraînent dans de jolis contes légers et colorés, quand ils se mettent à voleter comme des pétales de coquelicot soulevés par une brise printanière ou par la course effrénée de deux enfants se poursuivant pour arriver avant l’autre au goûter.

En ouvrant la Malle à Ma Tante, on trouve donc des mots dont les définitions sont des jeux de sons et d’émotions qui tour à tour étonnent, dérangent, troublent et font sourire.

.

Sylvie octobre 2014

.

Je remercie sincèrement Sylvie Salzmann  d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Jean-Louis RIGUET 30 décembre 2014

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://librebonimenteur.net/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

http://www.riguetauteurlivres.com/

http://riguet-jean-louis.e-monsite.com/

.

 

Publié par Laisser un commentaire

JL à l’écoute de … Georges Fayad

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Georges Fayad

.

Georges

.

 

1/ Qui êtes-vous   (VOS Prénom et NOM) ? Quel est votre parcours ?

Georges Fayad . Né au Liban en 1948, expatrié vers le Cameroun en 1956, puis à Bordeaux en 1967.

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

Je suis Chirurgien-Dentiste,  à la retraite depuis deux mois. Donc, j’exerçais en libéral.

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre passion ?

Je n’avais pas trop le temps. Un peu le cinéma, un peu la lecture, un peu le tennis, un peu le voyage, comme tout le monde.

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

Qu’ils apprécient ce que j’écris, et surtout qu’ils voient le monde sous un jour un peu différent, qu’ils échappent aux clichés, qu’ils ne soient plus tout à fait les mêmes après la lecture. Pour me faire connaitre, j’utilise la presse locale, parfois la radio locale et un peu les salons. Je n’aime pas me mettre en avant et j’ai beaucoup de mal à m’afficher.

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Madame Timsit Carole, ex-journaliste au “Résistant” à Libourne, vient de m’inviter à ce genre de conférence Samedi prochain à Porchère, une petite commune voisine. Elle me reproche de ne pas assez aller vers les autres. Elle a raison, mais j’ai du mal à le faire.

 

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit  ?

Depuis 2009. Quatre ouvrages publiés aux éditions du Masque d’Or.

“ Sans que sang ne coulât”

“Dieu ou la rose”

“ Comme deux bouteilles à la mer”

« De l’encre sur le glaive”

 

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

“ De l’encre sur le glaive”. Il met en parallèle d’une part l’écrivain et d’autre part un peuple, qui tous deux, ont du mal à se faire reconnaitre. Pour atteindre leurs objectifs respectifs, ils sauront s’utiliser d’une manière plus que subtile, parfois sordide, mais néanmoins pacifique et quelque peu complice.

 

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

Aux éditions du Masque d’Or

18 rue des 43 Tirailleurs  58500  Clamecy.

Tel : 03 86 27 96 42

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? Aux e-book ?

Je préfère de loin celle à compte d’éditeur.  Je ne suis pas contre les e-book, mais je préfère le livre papier.

 

10/ Quel est le conseil le plus important que-vous-ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

“ Les gens qui ne cherchent que le succès ne le rencontrent jamais ou presque…..”  “ mais il entre chez celui qui dit tous les jours, je donnerai le meilleur de moi.”

Paulo Coelho.

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

 Des Romans.

 

12/ Comment écrivez-vous ? 

Stylo et papier, au fond d’un fauteuil.

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

Dans ce que j’ai pu voir et lire, avec le secours de l’imagination.

 

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

A chaque roman son fil conducteur et ses intrigues. Difficile à expliquer. Mes personnages imaginaires contribuent fortement à l’intrigue, et mes personnages réels perdent souvent leur nom. C’est ainsi que le roman nous donne la possibilité d’évoquer la réalité, tout en nous pardonnant l’erreur.

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

N’écrire que si cela est pour eux, un grand plaisir. Quant au succès, je ne saurais être plus éloquent que Paulo Coelho.

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

Je n’ai pas d’auteur préféré. Dan Brown ou Amine Maalouf, Classique ou contemporain, Chacun peut m’intéresser suivant l’ouvrage.

 

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

“ Le dernier jour d’un condamné” de V. Hugo

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Oui.

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Aucune idée en ce qui concerne une prochaine publication.

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Sur le site www. Scribomasquedor.com

Le choix des libraires

Le site  jelivremonhistoire

Ma page facebook

Mon blogue   dieuoularose.canalblog.com

————-

 

Le 20-10-2014

Georges Fayad

.

Georges

.

Je remercie sincèrement Georges Fayad  d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Jean-Louis RIGUET 29 octobre 2014

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://librebonimenteur.net/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

http://www.riguetauteurlivres.com/

http://riguet-jean-louis.e-monsite.com/

.

 

Publié par Un commentaire

JL à l’écoute de … Virginie VANOS

 Des mots pour vous de…

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Virginie VANOS

.

10529402_10152570974059850_1358630435_n

.

1/ Qui êtes-vous   (VOS Prénom et NOM) ? Quel est votre parcours ?

Virginie Vanos… J’ai eu une scolarité assez farfelue, passant allègrement d’un Lycée » (trop) élitiste où j’ai fait la section Latin-Grec-Langues Modernes à une école de théâtre peu orthodoxe ! Depuis, j’ai roulé ma bosse sur les planche, devant les caméras, devant et derrière l’objectif photo et en tête-à-tête avec mes écrits.

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

Je dansais…. Mais j’ai dû arrêter le ballet à 11 ans. Quoi que très jeune, j’ai commencé à rédiger des petits textes, surtout de la poésie. C’est suite à un pari que j’ai écrit mon premier livre d’hum0ur, « L’Encyclopédie pratique du Mâle Moderne », parue en 2004 aux Edtions Galopin de Spa.

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre passion ?

Un peu de tout cela, parfois comme simple spectatrice, parfois comme praticienne. Mais ma vraie passion restera à jamais les voyages.

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

Je préfère être comprise plutôt qu’admirée . Pour ma pub, c’est 60% l’usage intensif du net et 40% de bouche-à-oreille. Pour aller à leur rencontre, je n’use d’aucune tactique, si l’occasion se présente, je parle de mes livres.

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

C’est déjà arrivé. Mais comme je suis agoraphobe, j’évite cela le plus possible. Quand je suis dans de trop grands groupes, j’en fais toujours de trop ou  pas assez….

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

Ecrire rien que pour moi… Depuis toujours.

Sinon, dans l’ordre :

-Déjà paru : « Le guide pratique du Mâle Moderne » (Editions Galopin- 2004)

-Déjà paru : « Le guide pratique de la Femme Moderne » (Editions Bébé Yéti-2007)

-Rédaction des textes du livre de photos d’art « Ideat », créé par Pascal Humez (2009)

-Co-Auteur de « Les Fractales dans l’âme », d’après les estampes de J-J. Oppringils (2012)

-Déjà paru : « Battue ! » (Editions Edilivre-2013)

-Déjà paru : « Les Sous-Teckels » (Editions Edilivre-2014)

-En cours de parution : « Les Recettes de Tante Dédé » «(Editions Bibliocratie- 2014)

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

« Les Recettes de Tante Dédé » sont une parodie mordante des livres de recettes. Mais je ne parle pas de cuisine, mais d’idées de règlements de compte saugrenues , à prendre au 14ème degré et à ne pas mettre en application. D’ailleurs, je crois que mes idées sont trop farfelues pour être mises en application.

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

En librairie, sur le net, sur le site de mes éditeurs principaux «(Galopin, Edilivre et Bibliocratie) et par mes bons soins !

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? Aux e-book ?

Je ne tiens pas à m’exprimer sur le sujet. Chacun fait ce qu’il peut, ce qu’il eut dans ce monde si dur. Je ne suis pas d’accord avec tous les systèmes, mais le monde de l’édition est en train de changer… Et de nouvelles voies s’ouvrent à chaque instant

10/ Quel est le conseil le plus important que-vous-ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

« Quoi que tu fasses, fais-le bien et fais-le jusqu’au bout ». C’est ce que m’a dit mon père le jour de mon 22ème anniversaire

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

Les livres d’humour sont jubilatoires, mais je préfère mon roman autobiographique et mon essai.

 12/ Comment écrivez-vous ? 

En peignoir, abreuvée de café, de préférence le matin et directement à l’ordinateur, vu ma terrible écriture. Même en imprimé, j’ai parfois du mal à me relire !

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

Dans la vie, dans ce que je vois et j’entends !

« Ideat » et « Les Fractales » ont été demandées ; j’ai aussi un rédigé, sur commande, quelques billets d’humeur et chronique pour d’autres artistes ou des forums

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

Mes personnages sont inspirés de gens que je connais ou dont j’ai entendu parler. Mais je les transforme au niveau des noms, professions liens familiaux, dates, lieux, etc… afin que nul ne soit reconnaissable, y compris par lui-même.

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

Vivez avant d’écrire… N’écrivez jamais à chaud, ne réglez jamais des comptes personnels dans un bouquin et si vous critiquez, faites-le avec humour et légèreté.

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

Kenizé Mourad, Paulo Coelho, Hortense Dufour… Je collectionne  aussi les biographies de femmes ; Là, peu m’importe l’auteur, c’est le personnage qui m’intéresse.

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

Je viens de finir « Complètement cramé » de Gilles Legardinier ! Totalement jubilatoire !

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Oui, j’ai plusieurs projets en tête. Certains sont presque finalisés, d’autres n’en sont qu’au stade de « squelettes ». Mais n’urge, je ne compte rien proposer à la publication avant mars 2015.

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Pas encore. Mais qui sait ? La vue est faite d’imprévus !

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

En ce moment, je décompte les jours qui me séparent de mon départ pour le Rajasthan, j’y serai dans 8 jours ! Entretemps, je me consacre aux préventes de mon dernier livre d’humour (http://www.bibliocratie.com/produit/les-recettes-de-tante-dede/ ) , ce qui me prend un temps et une énergie folle.

————-

Le 02/10/2014

Virginie Vanos

.

_TR03902_ppmodcopy100205virginie187csDSC_78760802220957__dsckp0263 (1)DSC_0282DSC_8471 (1)_DSC3481_DSC4417100205virginie088cs (1)Urb 019Urb 023

DSC_6846DSC_7484DSC_761010529402_10152570974059850_1358630435_n.

Je remercie sincèrement Virginie VANOS  d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Jean-Louis RIGUET 06 octobre 2014

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://librebonimenteur.net/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

http://www.riguetauteurlivres.com/

http://riguet-jean-louis.e-monsite.com/

.