JL à l’écoute de … Isabelle BRES

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Isabelle BRES

.

.

1/ Qui êtes-vous ? Quel est votre parcours ?

Isabelle BRES.

J’ai fait des études d’histoire en me spécialisant dans le Moyen Âge. Puis j’ai commencé à travailler à la télévision. France 5 avec l’émission Atout Savoir où je réalisais des reportages scientifiques. Puis Sans Aucun Doute, les 7 péchés capitaux, la grande soirée anti-arnaques, confessions intimes. J’ai travaillé pour Link en tant que rédactrice en chef, animé des émissions sur RTL, Équidia ou encore Sud radio.

 

2/ Que faisiez-vous avant de pratiquer votre métier actuel ou parallèlement ?

J’étais étudiante.

 

3/ Qu’aimez-vous ou que pratiquez-vous comme autre art ou activités ? Quelles sont vos passions ?

Je monte à cheval. Le cheval c’est vraiment ma passion. Il m’apprend beaucoup de choses sur moi, sur les autres, la nature. Même sur mes enfants !

 

4/ Comment vous faites-vous connaître ? Qu’attendez-vous de vos admirateurs ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

Je ne me fais pas connaître. Je n’ai jamais voulu être connue. Je me suis retrouvée à l’antenne par hasard mais mon métier c’est avant tout journaliste. La notoriété qu’amène la télévision me dérange. Elle met en avant

des personnes qui souvent n’ont pas grand-chose à dire, ne m’intéressent pas beaucoup et je préfère de loin donner la parole à des gens qui le méritent. Voilà pourquoi je préfère être journaliste et m’effacer devant ceux que j’admire ou qui ont un point de vue, une expertise.

Je suis toujours étonnée qu’autant de personnes viennent vers moi. C’est bien sûr agréable de se sentir aimé. Mais j’ai toujours ce sentiment d’imposture.

Je vais à leur rencontre via FB qui est un outil formidable.

 

5/ Faites-vous ou aimeriez-vous faire des rencontres, des expositions ou des conférences sur vos activités ? Votre coaching ?

Je donne des conférences sur la communication interpersonnelle. Mais j’en fais de moins en moins car je suis de plus en plus concernée par l’être humain dans son entier. Bien communiquer c’est bien. Être en accord avec soi-même, c’est mieux. Je trouve que le monde est en train de changer de direction, que ce changement peut être plutôt une bonne chose et j’aimerais pouvoir y participer. En fait, je pense que chacun d’entre nous peut y participer en faisant des petites choses au quotidien.

 

6/ En tant que journaliste, comme il existe plusieurs manières d’en faire et d’appréhender ce métier, pouvez-vous nous dire ce que vous préférez faire ?

Ce que je préfère, c’est vraiment le terrain. Partir en intervention avec le GIGN, plonger avec les pompiers de Paris dans la Seine, découvrir des personnalités que j’admire aussi. Le plaisir de ce métier est vraiment la découverte du monde qui nous entoure.

 

7/ Quelle est votre dernière entreprise, est-ce le coaching ? Pouvez-vous nous en parler ?

Je ne pratique pas le coaching ? Je m’y suis formée il y a quelques années car cela m’intéressait et m’a appris beaucoup de choses. Mais rapidement, je me suis aperçu que ce n’était pas ma voie. Juste une étape vers un accomplissement personnel. Aujourd’hui, je donne des conférences, je ne fais plus ni télévision, ni radio car rien ne m’attire. J’en referai si un projet me plaît. Et je gagne ma vie en étant marchand de biens. Une activité que j’exerce depuis quelques années mais j’ai passé la vitesse supérieure il y a environ un an avec des projets assez ambitieux. Cela me plaît beaucoup. J’aime l’idée de permettre au plus grand nombre d’accéder à la propriété à des prix raisonnables dans de beaux endroits souvent réservés à une élite.

 

8/ Vous avez écrit un livre. Pouvez-vous en parler ? Où peut-on se le procurer ?

J’en ai écrit deux en fait. Un aux éditions du Toucan sur l’éducation.

Un autre que j’ai édité sur internet car on me l’a demandé quand j’ai commencé à publier un chapitre après l’autre sur FB.

Je n’étais pas une démarche commerciale mais plutôt dans le besoin de sortir de moi un certain milieu de la télévision que j’ai connu qui était sale et vraiment très loin de mes valeurs.

Cet univers m’a détruite mais m’a aussi permis de faire un très gros travail sur moi-même et de devenir celle que je suis aujourd’hui et dont je suis plutôt fière.

Mais pour cela, il a fallu que, sous forme de fiction, j’expulse des choses que j’avais vécues et qui m’ont vraiment traumatisée.

Tout n’est évidemment pas vrai dans ce roman mais un certain nombre de choses le sont. C’est pour cette raison aussi que j’ai pris mes distances avec la télévision. J’ai compris que je ne serai pas plus forte que le diable. Autant le garder le plus loin de moi possible.

 

9/ Appartenez-vous ou vous recommandez-vous d’une école ?

Je suis allée à la fac donc pas de grande école.

En revanche, je trouve que l’école n’est pas du tout adaptée à la vie. Mon fils aîné était à Henri IV. L’année dernière, alors qu’il était en 4e, je l’ai sorti de là pour l’envoyer finir l’année au Canada. Ils étaient en train de détruire mon fils, par ailleurs brillant et très bon élève. Cette année, je l’ai mis dans une école où la bienveillance est le mot d’ordre. Cette école s’appelle Diagonale. Il n’a jamais été aussi heureux. Premier contrôle de math, il n’a fait qu’un tiers du contrôle. Habitué à Henri IV, il rentre en me disant : « Maman, je vais me faire détruire par mon prof de math et avoir 2 ». On lui rend sa copie, il a 17. Le prof de math a estimé que la partie qu’il avait faite valait 17 et qu’il fallait qu’il travaille juste sa méthodologie pour réussir à terminer ses contrôles.

Il vient de rentrer au moment où j’écris et me dis : « Maman, je viens de faire un contrôle de math. Grâce aux conseils de mon prof, j’ai réussi à le terminer. Je pense que je vais avoir 20 ». Au Canada, avant une interro, on fait l’interro en classe pour être sûr que tout le monde a bien compris ce qu’on va demander. On n’est pas là pour placer les élèves en position d’échec. De la même façon, ils font tous leurs travaux en groupe pour que les plus faibles pussent être aidés par les plus forts. Du coup, ils ne sont pas découragés. Voilà, ça, c’est ma philosophie de vie. Tout le monde a du talent. Mais demandez à un poisson rouge de grimper aux arbres et il se trouvera nul.

 

10/ Quel est le conseil le plus important que vous ayez reçu ?

Je n’ai pas vraiment reçu de conseils. J’ai regardé ceux que j’admire et j’ai tenté d’adapter ce qui me convient. J’ai une conscience très aiguë de l’« éphémérité » de la vie, ce qui fait que peu de chose me fait peur et que je tente de réaliser tout ce qui me plaît et de déguster chaque moment de ma vie. Je profite vraiment de tout.

 

11/ Que préférez-vous faire dans votre rapport avec le cheval ? Plusieurs manières de voir les choses existent ; certains aiment autant les travaux autour du cheval que sur le cheval.

Ce que j’aime avec le cheval, c’est le lâcher prise qu’il exige pour pouvoir être en communion avec l’animal. Quel que soit le moment que je traverse dans ma vie, y compris les plus difficiles, le cheval me permet de me recentrer. De trouver les solutions.

 

12/ Comment travaillez-vous avec votre cheval ? Seule ? Préférez-vous le saut ou le dressage, le complet ou l’équifun ? Auriez-vous aimé faire de la compétition ?

Je ne suis pas du tout compétition, ça ne m’intéresse pas du tout. Je fais plutôt du dressage et de l’obstacle une fois par mois. Mais ce que je préfère, c’est être dans la nature. Je rentre d’un week-end au milieu des taureaux en Camargue, c’était magique. Nous étions avec les gardians et nous avons fait leur travail, le tri du bétail, l’accompagnement des bêtes, comme des cow-boys, c’était génial. Les chevaux camarguais sont formidables. Ils ont du sang et en même temps, ils sont gentils et intelligents. Nous étions chez une femme gardian, Marie Pagès. Elle menait tout son petit monde à la baguette mais avec le sourire. Une main de fer dans un gant de velours.

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? La spontanéité joue-t-elle beaucoup dans votre manière d’appréhender les interrogations sur vous, sur vos métiers ?

Je suis très spontanée mais je tente de construire de plus en plus ce que je fais.

 

14/ Avez-vous eu des commandes d’émission ou au contraire devez-vous vous adapter pour répondre au mieux au sujet du moment ?

J’ai toujours travaillé sur des émissions imaginées par d’autres. Je suis journaliste, pas productrice. Je préfère cela. J’aime être la petite fourmi qui fabrique une émission.

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs de vos disciplines ?

Quand on veut, on peut. Quand on peut, on doit. Du travail et de la pugnacité. Rien n’arrive sans rien.

 

16/ Quels sont vos artistes préférés ? Vos lectures préférées ?

Je suis absolument fan d’Eric-Emmanuel Schmitt. Je lis tout ce qu’il sort. J’aime particulièrement « La part de l’autre », ce roman dans lequel il imagine quelle aurait été la vie d’Hitler s’il avait réussi les Beaux-Arts. Cet homme a un talent fou.

Mozart me permet d’être en lien direct avec Dieu ou l’univers ou appelez-le comme vous voulez car on est bien d’accord que sa musique ne vient pas d’ici.

Shakespeare m’inspire par sa folie.

George Sand et Simone Veil sont mes deux idoles. Finalement pas si éloignées l’une de l’autre. L’une était peut-être plus volage que l’autre…

« La plus belle histoire du monde » est un livre que j’ai adoré également. Pour une fois qu’un livre vous donne l’impression d’être intelligent.

En ce moment, je lis « L’univers à portée de main ». J’y vais à petits pas, histoire de bien comprendre tout ce qui est écrit. ☺

 

17/ Qu’aimeriez-vous faire d’autre si vous n’aviez pas épousé ces disciplines ?

Rien d’autre. Je suis exactement là où j’ai envie d’être. Si, j’aimerais pouvoir travailler avec Joël de Rosnay. Je l’ai interviewé l’année dernière et j’ai eu un coup de foudre pour cet homme. Je crois qu’il m’a bien aimée aussi. Après l’émission, il m’a fait un compliment qui est l’un des plus beaux compliments que l’on m’ait fait et je sais qu’il était sincère. Je ne le répéterai pas par coquetterie.

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ? Pouvez-vous nous en parler ?

J’aimerais allier cheval et télévision… Bon sang ne saurait mentir !

 

19/ Peut-être aurez-vous la possibilité d’animer une émission sur le cheval ?

Peut-être… Lundi, j’ai rendez-vous avec le patron d’une nouvelle chaîne sur le cheval. Qui sait…

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ?

Sur FB

————-

Le 5 octobre 2017

Isabelle BRES

.

.

Je remercie sincèrement Isabelle BRES d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, sculpteur, peintre, photographe, acteur, comédien, théâtreux, styliste, musicien, chanteur, colleur de papiers, en un mot artiste  sans discrimination de l’art pratiqué,

si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site est ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

Chaque chronique est ensuite partagée sur Facebook, Twitter, Linkedin, Google+, Pinterest et parfois Tumblr.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

https://jeanlouisriguetecriveur.blogspot.fr/

.

© Jean-Louis RIGUET 12 octobre 2017

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

JL à l’écoute de … Georges Grard

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Georges Grard

.

img_7091

.

1/ Qui êtes-vous ? Quel est votre parcours ?

Georges Grard (ou GEG en BD !)

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

Du foot, de l’enseignement (instituteur) et du journalisme (pigiste).

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre autre passion ?

Je suis un fou de musiques et de cinéma. Et j’adore les sports et les évènements sportifs comme les JO, les coupes du monde… !

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

Se faire connaître, avoir un écho de son œuvre, c’est la difficulté de tout auteur mais certains l’ont contournée. « Ils » nous ont inventé le gène du talent ! Un gag ! Ras le bol des fils de, des copains de et des De ! Les Médias parlent de « Toujours les mêmes » (j’ai écrit un livre sous ce titre éponyme pour le et les dénoncer !), invitent « Toujours les mêmes »… C’est devenu insupportable. Ils ont construit un plafond de béton où les fils d’ouvriers, de paysans, d’immigrés et d’employés se cognent inévitablement ! Il faut dénoncer (et dynamiter !) ce système des petits arrangements entre amis… Et dans l’édition et le journalisme « parisien, ce n’est que cela ! Je suis éditeur et le directeur du magazine « L’Handispensable » consacré aux handicaps (portraits, culture, handisport, mode adaptée, tourisme…) et j’ai l’expérience et le recul pour le dire !

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Très engagé dans le monde du handicap mais aussi très au fait du monde de l’édition (éditeur et auteur !), je participe à de nombreux événements-rencontres-ateliers…

 

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

J’ai toujours eu l’impression d’écrire… J’ai publié à l’âge de 37 ans et ne me suis plus arrêté. J’ai signé à ce jour une soixantaine d’ouvrages (romans, bandes dessinées, contes, pamphlet, nouvelles, albums jeunesse et livres d’humour).

 

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

C’est le tome 8 de la série BD à succès « Léo et Lu ». Le troisième enfant est né et on va découvrir les réactions de la famille autour de cet événement. Toujours aussi drôle, vif et percutant (beaucoup de jeux de mots puisque c’est la marque de la série !).

 

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

Sur le site : www.grrrart-editions.fr (port gratuit et dédicace assurée si demandée ! C’est mieux que Fnamazone.com, non ?) et dans les bonnes librairies selon la formule con-sacrée !!

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? À l’e-book ?

Aucune position dans mon manuel du Calme à Sutra !

 

10/ Quel est le conseil le plus important que vous ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

« Ne regarde jamais dans la gamelle de l’autre, ça peut te rendre jaloux, envieux ou orgueilleux ! ». Et j’ai bien retenu la leçon de mon papa adoré !

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

J’aime faire du grand écart littéraire ! Et j’ai un public très large puisque je peux écrire pour les petits comme pour les adultes… Je ne veux pas me cantonner à un genre et à un public !

 

12/ Comment écrivez-vous ?

À l’envie ! Je n’ai pas de discipline d’écriture et j’ai toujours deux à trois manuscrits en cours. Selon les humeurs du moment, je m’attèle à un roman ancré dans les sentiments ou l’imaginaire, à un album pour enfants (et je fais travailler l’enfant qui est moi !) ou à une BD humoristique.

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

Je suis une éponge ! Être auteur c’est être curieux de la vie et des gens ! Il faut savoir voir et écouter (savoir absorber !) et l’acte d’écrire est une recréation du vécu, du vu ou du ressenti !

 

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

Rarement pour mes romans, quasiment toujours pour mes albums jeunesses et entre les deux pour les BD. Pour ce qui est de la construction des intrigues, je suis très « instinctique » et laisse libre cours.

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

Curiosité et style !

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

Aragon, Bordage, Philippe Claudel, Dugain, Schmitt… Olivier Démoulin, Albert Labbouz… J’en ai beaucoup et cela varie en fonction des ouvrages et des thèmes !

 

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

Je viens de finir la relecture de « D’être libres mon amour » de Albert Labbouz et entame un manuscrit « L’enfant qui venait des étoiles » de Yann Hegann.

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Le tome 5 de « La bande à Ed » qui est la première BD familiale au monde avec des héros en situation de handicap (on fête nos 11 ans !). C’est un bonheur de me replonger dans l’aventure de cette bande joyeuse, rebelle et irrésistible (au point que France Télévisions nous a copié plagié avec la série animée « Will » !). J’écris également un roman sur la fin d’Hitler et une suite à une série jeunesse « Géo et la planète tout couleur »…

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Je suis tous les week-ends en salons ! Aujourd’hui, les libraires sont noyés de livres des gros bras de l’édition et ne travaillent plus les éditeurs indépendants (ne peuvent plus le faire !). Il est donc impératif d’aller à la rencontre des lecteurs et lectrices. Les dates de ces rencontres sont sur le site : www.grrrart-editions.fr)

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Sur le site : www.grrrart-editions.fr.

————-

Le 6 février 2017

Georges Grard

.

couv8rose-3

.

Couverture du livre sur Jean Ferrat, suivre le lien

couv-merci-ferrat

.

.

Je remercie sincèrement Georges Grard d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, sculpteur, peintre, photographe, acteur, comédien, théâtreux, styliste, musicien, chanteur, colleur de papiers, en un mot artiste  sans discrimination de l’art pratiqué,

si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site est ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

Chaque chronique est ensuite partagée sur Facebook, Twitter, Linkedin, Google+, Pinterest et parfois Tumblr.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Jean-Louis RIGUET 07 février 2017

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et Membre de la Maison de l’Êcrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

Les plus étonnantes histoires du IIIe Reich, LUYTENS Daniel-Charles

Beaucoup d’histoires curieuses !

Rêvez Livres

téléchargement

Merci aux Editions La Boîte à Pandore

  • Broché, 244 pages
  • Editeur : BOITE A PANDORE (10 juillet 2014)
  • Collection : HISTOIRE
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2875570919

L’HISTOIRE

L’auteur nous livre ici un nouveau tome d’histoires curieuses consacré pour une
large part aux aspects cachés de la vie privée de celui qui, en tant que Führer,
conduisit l’Allemagne à sa perte.
Grâce à l’exhumation de ces archives, le lecteur découvrira entre autres :
•• L’histoire du premier amour du Führer
•• La relation de Hitler avec la fille d’un Lord
•• La suppression du supposé amant d’Eva Braun
•• Le fils que certains lui prêtent avec Magda Goebels
••Que Leni Riefenstahl aurait dansé nue devant lui
•• La vie de celui qui fut son espion juif
•• Le véritable récit de sa rencontre avec Jesse Owens
•• Ses surprenantes confidences dans lesquelles il explique pourquoi il a perdu
la guerre
•• Les questions que…

View original post 207 mots de plus

Vera, ORBAN Jean-Pierre

Une histoire pendant la seconde guerre mondiale !

Rêvez Livres

téléchargement (1)    arton1925

  • Broché: 272 pages
  • Editeur : Mercure de France (21 août 2014)
  • Collection : Bleue
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2715235348

L’HISTOIRE

Au retour de Rome, quand j’ai aperçu la silhouette d’Augusto dans l’immense hall de la gare Victoria où il était venu m’accueillir, j’ai eu honte. Le train nous avait ramenés. Je ne peux le dire qu’ainsi. Au sens propre. Ce n’était plus nous qui nous emportions. Qui nous lancions vers l’avant comme à l’aller, les cheveux au vent, penchés par la fenêtre, la poussière me battant le visage, venue, on aurait dit, du sol de l’Éden. Le train nous ramenait. Tels des corps que l’on détachait de la terre offerte. On nous reconduisait dans le pays où nous vivions. Mais c’était quoi la vie ? Et c’était où ? Londres, 1930 : Vera vit à Little Italy avec ses parents, Ada et Augusto, immigrés italiens. Rapidement la jeune fille se laisse enrôler dans une organisation…

View original post 668 mots de plus

Il est de retour, Timur Vermes

Un moustachu renait 60 ans après

Littéraire en herbe

9782714456090Roman – Belfond
02 janvier 2014
19,33 € – 390 pages   

Quatrième de couverture :

Nous sommes à Berlin en 2011 et il est de retour. Qui ? Hitler. Tout à la fois hilarante et édifiante, une satire virtuose et prophétique sur nos sociétés fascinées par la célébrité et le culte de la personnalité, même si (ou a fortiori ?) ces « people » font, au mieux, preuve d’une bêtise crasse ou, au pire, professent des idées nauséabondes.

Succès inouï en Allemagne, traduit dans trente-cinq langues, bientôt adapté au cinéma, Il est de retour est un véritable phénomène. Entre Chaplin, Borat et Shalom Auslander, une satire aussi hilarante que grinçante qui nous rappelle que face à la montée des extrémismes et à la démagogie, la vigilance reste plus que jamais de mise.

Soixante-six ans après sa disparition, Hitler se réveille dans un terrain vague de Berlin. Et il n’est pas content :…

View original post 687 mots de plus