JL à l’écoute de … Isabelle BRES

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Isabelle BRES

.

.

1/ Qui êtes-vous ? Quel est votre parcours ?

Isabelle BRES.

J’ai fait des études d’histoire en me spécialisant dans le Moyen Âge. Puis j’ai commencé à travailler à la télévision. France 5 avec l’émission Atout Savoir où je réalisais des reportages scientifiques. Puis Sans Aucun Doute, les 7 péchés capitaux, la grande soirée anti-arnaques, confessions intimes. J’ai travaillé pour Link en tant que rédactrice en chef, animé des émissions sur RTL, Équidia ou encore Sud radio.

 

2/ Que faisiez-vous avant de pratiquer votre métier actuel ou parallèlement ?

J’étais étudiante.

 

3/ Qu’aimez-vous ou que pratiquez-vous comme autre art ou activités ? Quelles sont vos passions ?

Je monte à cheval. Le cheval c’est vraiment ma passion. Il m’apprend beaucoup de choses sur moi, sur les autres, la nature. Même sur mes enfants !

 

4/ Comment vous faites-vous connaître ? Qu’attendez-vous de vos admirateurs ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

Je ne me fais pas connaître. Je n’ai jamais voulu être connue. Je me suis retrouvée à l’antenne par hasard mais mon métier c’est avant tout journaliste. La notoriété qu’amène la télévision me dérange. Elle met en avant

des personnes qui souvent n’ont pas grand-chose à dire, ne m’intéressent pas beaucoup et je préfère de loin donner la parole à des gens qui le méritent. Voilà pourquoi je préfère être journaliste et m’effacer devant ceux que j’admire ou qui ont un point de vue, une expertise.

Je suis toujours étonnée qu’autant de personnes viennent vers moi. C’est bien sûr agréable de se sentir aimé. Mais j’ai toujours ce sentiment d’imposture.

Je vais à leur rencontre via FB qui est un outil formidable.

 

5/ Faites-vous ou aimeriez-vous faire des rencontres, des expositions ou des conférences sur vos activités ? Votre coaching ?

Je donne des conférences sur la communication interpersonnelle. Mais j’en fais de moins en moins car je suis de plus en plus concernée par l’être humain dans son entier. Bien communiquer c’est bien. Être en accord avec soi-même, c’est mieux. Je trouve que le monde est en train de changer de direction, que ce changement peut être plutôt une bonne chose et j’aimerais pouvoir y participer. En fait, je pense que chacun d’entre nous peut y participer en faisant des petites choses au quotidien.

 

6/ En tant que journaliste, comme il existe plusieurs manières d’en faire et d’appréhender ce métier, pouvez-vous nous dire ce que vous préférez faire ?

Ce que je préfère, c’est vraiment le terrain. Partir en intervention avec le GIGN, plonger avec les pompiers de Paris dans la Seine, découvrir des personnalités que j’admire aussi. Le plaisir de ce métier est vraiment la découverte du monde qui nous entoure.

 

7/ Quelle est votre dernière entreprise, est-ce le coaching ? Pouvez-vous nous en parler ?

Je ne pratique pas le coaching ? Je m’y suis formée il y a quelques années car cela m’intéressait et m’a appris beaucoup de choses. Mais rapidement, je me suis aperçu que ce n’était pas ma voie. Juste une étape vers un accomplissement personnel. Aujourd’hui, je donne des conférences, je ne fais plus ni télévision, ni radio car rien ne m’attire. J’en referai si un projet me plaît. Et je gagne ma vie en étant marchand de biens. Une activité que j’exerce depuis quelques années mais j’ai passé la vitesse supérieure il y a environ un an avec des projets assez ambitieux. Cela me plaît beaucoup. J’aime l’idée de permettre au plus grand nombre d’accéder à la propriété à des prix raisonnables dans de beaux endroits souvent réservés à une élite.

 

8/ Vous avez écrit un livre. Pouvez-vous en parler ? Où peut-on se le procurer ?

J’en ai écrit deux en fait. Un aux éditions du Toucan sur l’éducation.

Un autre que j’ai édité sur internet car on me l’a demandé quand j’ai commencé à publier un chapitre après l’autre sur FB.

Je n’étais pas une démarche commerciale mais plutôt dans le besoin de sortir de moi un certain milieu de la télévision que j’ai connu qui était sale et vraiment très loin de mes valeurs.

Cet univers m’a détruite mais m’a aussi permis de faire un très gros travail sur moi-même et de devenir celle que je suis aujourd’hui et dont je suis plutôt fière.

Mais pour cela, il a fallu que, sous forme de fiction, j’expulse des choses que j’avais vécues et qui m’ont vraiment traumatisée.

Tout n’est évidemment pas vrai dans ce roman mais un certain nombre de choses le sont. C’est pour cette raison aussi que j’ai pris mes distances avec la télévision. J’ai compris que je ne serai pas plus forte que le diable. Autant le garder le plus loin de moi possible.

 

9/ Appartenez-vous ou vous recommandez-vous d’une école ?

Je suis allée à la fac donc pas de grande école.

En revanche, je trouve que l’école n’est pas du tout adaptée à la vie. Mon fils aîné était à Henri IV. L’année dernière, alors qu’il était en 4e, je l’ai sorti de là pour l’envoyer finir l’année au Canada. Ils étaient en train de détruire mon fils, par ailleurs brillant et très bon élève. Cette année, je l’ai mis dans une école où la bienveillance est le mot d’ordre. Cette école s’appelle Diagonale. Il n’a jamais été aussi heureux. Premier contrôle de math, il n’a fait qu’un tiers du contrôle. Habitué à Henri IV, il rentre en me disant : « Maman, je vais me faire détruire par mon prof de math et avoir 2 ». On lui rend sa copie, il a 17. Le prof de math a estimé que la partie qu’il avait faite valait 17 et qu’il fallait qu’il travaille juste sa méthodologie pour réussir à terminer ses contrôles.

Il vient de rentrer au moment où j’écris et me dis : « Maman, je viens de faire un contrôle de math. Grâce aux conseils de mon prof, j’ai réussi à le terminer. Je pense que je vais avoir 20 ». Au Canada, avant une interro, on fait l’interro en classe pour être sûr que tout le monde a bien compris ce qu’on va demander. On n’est pas là pour placer les élèves en position d’échec. De la même façon, ils font tous leurs travaux en groupe pour que les plus faibles pussent être aidés par les plus forts. Du coup, ils ne sont pas découragés. Voilà, ça, c’est ma philosophie de vie. Tout le monde a du talent. Mais demandez à un poisson rouge de grimper aux arbres et il se trouvera nul.

 

10/ Quel est le conseil le plus important que vous ayez reçu ?

Je n’ai pas vraiment reçu de conseils. J’ai regardé ceux que j’admire et j’ai tenté d’adapter ce qui me convient. J’ai une conscience très aiguë de l’« éphémérité » de la vie, ce qui fait que peu de chose me fait peur et que je tente de réaliser tout ce qui me plaît et de déguster chaque moment de ma vie. Je profite vraiment de tout.

 

11/ Que préférez-vous faire dans votre rapport avec le cheval ? Plusieurs manières de voir les choses existent ; certains aiment autant les travaux autour du cheval que sur le cheval.

Ce que j’aime avec le cheval, c’est le lâcher prise qu’il exige pour pouvoir être en communion avec l’animal. Quel que soit le moment que je traverse dans ma vie, y compris les plus difficiles, le cheval me permet de me recentrer. De trouver les solutions.

 

12/ Comment travaillez-vous avec votre cheval ? Seule ? Préférez-vous le saut ou le dressage, le complet ou l’équifun ? Auriez-vous aimé faire de la compétition ?

Je ne suis pas du tout compétition, ça ne m’intéresse pas du tout. Je fais plutôt du dressage et de l’obstacle une fois par mois. Mais ce que je préfère, c’est être dans la nature. Je rentre d’un week-end au milieu des taureaux en Camargue, c’était magique. Nous étions avec les gardians et nous avons fait leur travail, le tri du bétail, l’accompagnement des bêtes, comme des cow-boys, c’était génial. Les chevaux camarguais sont formidables. Ils ont du sang et en même temps, ils sont gentils et intelligents. Nous étions chez une femme gardian, Marie Pagès. Elle menait tout son petit monde à la baguette mais avec le sourire. Une main de fer dans un gant de velours.

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? La spontanéité joue-t-elle beaucoup dans votre manière d’appréhender les interrogations sur vous, sur vos métiers ?

Je suis très spontanée mais je tente de construire de plus en plus ce que je fais.

 

14/ Avez-vous eu des commandes d’émission ou au contraire devez-vous vous adapter pour répondre au mieux au sujet du moment ?

J’ai toujours travaillé sur des émissions imaginées par d’autres. Je suis journaliste, pas productrice. Je préfère cela. J’aime être la petite fourmi qui fabrique une émission.

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs de vos disciplines ?

Quand on veut, on peut. Quand on peut, on doit. Du travail et de la pugnacité. Rien n’arrive sans rien.

 

16/ Quels sont vos artistes préférés ? Vos lectures préférées ?

Je suis absolument fan d’Eric-Emmanuel Schmitt. Je lis tout ce qu’il sort. J’aime particulièrement « La part de l’autre », ce roman dans lequel il imagine quelle aurait été la vie d’Hitler s’il avait réussi les Beaux-Arts. Cet homme a un talent fou.

Mozart me permet d’être en lien direct avec Dieu ou l’univers ou appelez-le comme vous voulez car on est bien d’accord que sa musique ne vient pas d’ici.

Shakespeare m’inspire par sa folie.

George Sand et Simone Veil sont mes deux idoles. Finalement pas si éloignées l’une de l’autre. L’une était peut-être plus volage que l’autre…

« La plus belle histoire du monde » est un livre que j’ai adoré également. Pour une fois qu’un livre vous donne l’impression d’être intelligent.

En ce moment, je lis « L’univers à portée de main ». J’y vais à petits pas, histoire de bien comprendre tout ce qui est écrit. ☺

 

17/ Qu’aimeriez-vous faire d’autre si vous n’aviez pas épousé ces disciplines ?

Rien d’autre. Je suis exactement là où j’ai envie d’être. Si, j’aimerais pouvoir travailler avec Joël de Rosnay. Je l’ai interviewé l’année dernière et j’ai eu un coup de foudre pour cet homme. Je crois qu’il m’a bien aimée aussi. Après l’émission, il m’a fait un compliment qui est l’un des plus beaux compliments que l’on m’ait fait et je sais qu’il était sincère. Je ne le répéterai pas par coquetterie.

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ? Pouvez-vous nous en parler ?

J’aimerais allier cheval et télévision… Bon sang ne saurait mentir !

 

19/ Peut-être aurez-vous la possibilité d’animer une émission sur le cheval ?

Peut-être… Lundi, j’ai rendez-vous avec le patron d’une nouvelle chaîne sur le cheval. Qui sait…

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ?

Sur FB

————-

Le 5 octobre 2017

Isabelle BRES

.

.

Je remercie sincèrement Isabelle BRES d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, sculpteur, peintre, photographe, acteur, comédien, théâtreux, styliste, musicien, chanteur, colleur de papiers, en un mot artiste  sans discrimination de l’art pratiqué,

si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site est ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

Chaque chronique est ensuite partagée sur Facebook, Twitter, Linkedin, Google+, Pinterest et parfois Tumblr.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

https://jeanlouisriguetecriveur.blogspot.fr/

.

© Jean-Louis RIGUET 12 octobre 2017

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

Les Tamalous, Alexandra Pasquer-Schurder


LES TAMALOUS

Alexandra Pasquer-Schurder

Roman

Les Tamalous

Changeront-elles de vie à 70 ans ?

Fortuna éditions

252 pages – Septembre 2015 – Prix 16.90 €

ISBN 978-2-87591-073-8

http://editionsfortuna.blogspot.fr/

.

 
 .

En quatrième de couverture, l’éditeur nous indique ce qui suit :

 

Trois septuagénaires un peu brinquebalantes ont des maux de leur âge mais aussi des envies. Yvettes, vraie midinette, rêve d’un nouvel amour à Paris. Alicia, obsédée par l’argent, ne se sent bien qu’en représentation. Angèle, gravement malade, joue sa survie en Bretagne.

L’arrivée de Ferdinand, un lointain amant richissime en mal de paternité, les confronte à un choix : accepteront-elles de lui créer un héritier ? De remettre en question leur existence passée ?

C’est l’histoire des Tamalous, des destins croisés du troisième âge, porteurs de vie et d’espoir !

.

http://club.editionsfortuna.net/index.php/editions-fortuna/les-livres-fortuna/les-tamalous-detail

.

Ce que j’en pense :

J’ai bien aimé ce livre qui se lit vite en raison de l’écriture qui est très alerte. Les phrases sont courtes et rapides. Le style est aussi alerte que l’auteure. Les mots sautent comme un cabri, ce que j’ai vu faire à l’auteure sur la scène du Salon du livre de Mennecy en février 2017.

Les portraits des personnages sont bien campés. On sent une longue étude et d’attention de l’être humain. Normal car l’auteure travaille dans la communication.

Le ton n’est pas vraiment décalé. L’on sent l’étude du comportement humain parfois déconcertant ou féroce, mais souvent proche du réel. Il est aussi être léger et émouvant.

La question que pose Alexandra est de savoir si l’on est vieux à 70 ans ? Sujet au combien d’actualités ! L’auteure parle de cet âge charnière dans une intrigue qui est une intrusion dans le monde des seniors. Elle n’hésite pas à aborder des thèmes autour de la nutrition, du respect des prescriptions, du soutien de l’entourage, de la place des femmes et des aînés dans la société et de la transmission dans le cadre de l’héritage.

Trois portraits de femmes commencent le livre : celui d’Yvette, celui d’Angèle et celui d’Alicia. Trois vies différentes mais réussies. Puis, un portrait d’un homme, Ferdinand qui a un souci : à qui transmettre sa fortune puisque officiellement il n’a pas d’enfant. Il se met en quête d’un héritier, avec des méthodes particulières pour ne pas être dérangeantes.

L’auteure est entrée dans les détails. Les détails de la vie de chacune des femmes : les émois d’une femme amoureuse avec ses désirs, la tristesse face à la maladie, la vie des femmes actives, des femmes au foyer, des femmes qui font attention à elles ou pas, des soucis de santé.

.

Quelques mots sur l’auteure

Alexandra Pasquer-Schurder est née au Canada en 1968. Elle a appris à lire et à écrire en faisant le tour du monde avec ses parents. Elle a été formée au CELSA en Communication et à Paris I Sorbonne en Science politique, avant de devenir journaliste de presse écrite. Aujourd’hui, elle dirige la communication d’un groupe spécialisé dans le logement social.

Alexandra est d’une grande vitalité et a foi dans l’optimiste. Elle a un grand sens de l’observation et de capacité d’écoute. Elle est plus que persuadée que la vie vaut la peine d’être vécue et que les péripéties humaines sont les grains de beauté de l’existence, dont les envies et les espoirs sont vivants.

Les lecteurs seront surpris en lisant ce livre qui est une contribution au début sur la silver économy et la place des aînés dans la société.

.

 

.

Pour en savoir plus sur Alexandra Pasquer-Schurder, cliquer sur :

https://www.les-tamalous.com/

et aussi sur

https://librebonimenteur.net/2017/02/14/jl-a-lecoute-de-alexandra-pasquer-schurder-romanciere/

.

 

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

https://lecriveurjeanlouisriguet.blogspot.fr/

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Jean-Louis RIGUET 17 mars 2017

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et Membre de la Maison de l’écrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

 

PIERRE DURIOT : UN PROF QUI ÉCRIT ET PEINT, article de Jean-Louis Riguet sur BlastingNews

PIERRE DURIOT : UN PROF QUI ÉCRIT ET PEINT

Un enseignant journaliste indépendant, sportif, auteur de plusieurs livres et plusieurs toiles, il expose régulièrement

Soyez rémunéré pour le partage de cet article. Plus d’infos sur blastingnews !
Pierre Duriot, un prof peintre écrivain
Pierre Duriot, un prof peintre écrivain

Pierre Duriot est à l’origine un sportif pratiquant plusieurs disciplines en compétition, en attendant de tenter le concours de l’Ecole Normale d’Instituteurs en 1982. Ce métier lui a plu. Alors, il l’a enrichi en améliorant son niveau d’études à Bac + 5. Continuant sa pratique sportive, il est néanmoins devenu maître spécialisé dans le traitement de la difficulté scolaire.

 

Pierre Duriot a toujours écrit, peint, dessiné. Enseignant, il est aussi journaliste indépendant, principalement dans la presse quotidienne régionale. Il élargit aussi vers les magazines, la presse d’entreprise, et même vers les journaux sur le net. Notre artiste aime faire beaucoup d’activités différentes. Ses passions telles que l’écriture, la peinture, la chronique journalistique, cohabitent avec le sport, la lecture, les sports aériens et subaquatiques.

 

Il trouve le mot « admirateur » un peu grand. Même s’il dit n’en attendre …

 

La suite sur BlastingNews :

http://fr.blastingnews.com/culture/2016/06/pierre-duriot-un-prof-qui-ecrit-et-peint-00911533.html

Un article de Jean-Louis RIGUET sur BlastingNews à partager avec excès.

.

© Jean-Louis Riguet 06 juin 2016

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres  et membre de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

https://librebonimenteur.wordpress.com/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

CItations de José Artur

Un homme de talent qui a été l’objet d’une anecdote dans mon livre à base autobiographique LA VIE EN ARCHIVES D’UN PETIT GARS !

Maître Renard

th-16Le père de Pop club, émission cultissime de France-Inter, s’est éteint aujourd’hui à l’âge de 87 ans. Homme de théâtre avant même d’être homme de radio et de télévision , il fait partie comme le regretté Jacques Chancel, des pionniers de l’audio-visuel. Son sens de la répartie et de l’humour ont fait merveille. Quelques exemples en guise d’oraison clin d’oeil:

La seule école libre est l’école buissonnière.

Si coucher avec une fille de 15 ans est un détournement de mineure, coucher avec une femme de plus de 70 ans est une violation de sépulture.

Le comble de l’antisémitisme: – – Pisser sur Jacob sans pisser sur Delafon.

La carte du Tendre a été remplacée par la carte de crédit. Ca fait gagner du temps.

Seule une championne de natation d’Allemagne de l’Est, trouvant l’eau trop froide, ,pouvait s’écrier: «On seles gèle ici.»

Je me suis marié une fois à l’église, deux…

View original post 152 mots de plus

Et rien d’autre, de James Salter

Une vie professionnelle facile, une vie privée difficile !

Mort de l’écrivain et journaliste Jacques Chancel

Décès d’un Monsieur qui a marqué la radio, la télévision et les médias en général. Respect et chagrin.

Niala-Loisobleu

Mort de l’écrivain et journaliste Jacques Chancel

Le Monde.fr | 23.12.2014 à 10h05

Jacques Chancel, en octobre 2011.

Journaliste et écrivain, grande figure de l’audiovisuel, Jacques Chancel – de son vrai nom Joseph Crampes – est mort le 23 décembre, à Paris, à l’âge de 86 ans. Porté par une insatiable curiosité et doté d’un sens de l’écoute peu commun, il était devenu, au fil de ses deux émissions phares – « Radioscopie » sur France Inter et « Le Grand Echiquier » sur Antenne 2 –, le confident le plus célèbre de la radio et de la télévision, où il accueillit des milliers de personnalités des arts et de la politique pour des entretiens dont la somme constitue un pan de notre mémoire collective.

Jacques Chancel « coachait » encore, à 80 ans passés, les jeunes présentateurs d’i-Télé, auxquels il enseignait l’art et la manière de « savoir raconter une histoire ». La sienne avait débuté à Ayzac-Ost (Hautes-Pyrénées), où il naquit le 2 juillet 1928. Tout au moins selon…

View original post 1 047 mots de plus

JL à l’écoute de … Pierre DURIOT

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Pierre DURIOT

.

riguet01

.

 

1/ Qui êtes-vous   (VOS Prénom et NOM) ? Quel est votre parcours ?

 DURIOT PIERRE : Sportif à l’origine, parti et rapidement revenu des métiers du sport, j’ai continué à pratiquer plusieurs disciplines en compétition avant de passer le concours de l’Ecole Normale d’instituteurs en 1982, il faut bien vivre. Mais ce métier m’a plu et je l’ai enrichi en améliorant mon niveau d’études à BAC + 5 afin de devenir maître spécialisé dans le traitement de la difficulté scolaire, mon actuel métier. J’ai également continué une pratique sportive très assidue.

 2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

En fait j’ai toujours écrit puisque parallèlement à mon métier d’enseignant j’ai été et suis toujours journaliste indépendant, principalement pour la presse quotidienne régionale, pour des magazines également et la presse d’entreprises. Je pratique aussi  la peinture, depuis toujours et plusieurs disciples sportives adaptées à mon âge au fil des ans

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre passion ?

Mes deux pratiques artistiques favorites sont la peinture et l’écriture ce sont des passions mais elles cohabitent avec les sports aériens et subaquatiques, également pratiqués de manière passionnelle.

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

Je n’attends rien de particulier mais reste à l’écoute de ce que l’on peut attendre de moi et ai fait de la disponibilité une manière de vivre. Je me fais connaître par Facebook, mes blogs, des conférences, des animations ou des écrits d’actualité dans les journaux.

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Oui, je donne des conférences pratiques sur l’aide aux parents dans le désarroi éducatif, tiens des séances de dédicaces et exerce comme consultant médias sur les questions « enfance », « Education », « Jeunesse ».

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

J’écris depuis l’adolescence avec un début sous forme d’histoires pour enfants. Puis de très nombreux articles de presse et magazines, avec photos, des publicités et contenus web pour des entreprises et huit livres, essais, romans, histoires.

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

Mon dernier livre est intitulé « Comment l’éducation change la société », paru chez Harmattan en mai . Il décortique l’influence des nouvelles formes éducatives sur l’ensemble de la société.

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

Ils sont en vente partout, dans toutes les librairies, sur Internet et à l’international dans les pays francophones, Belgique, Suisse, Québec, Afrique du Nord et subsaharienne francophone.

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? Aux e-book ?

Je n’ai pas trop d’avis, ne suis pas contre les e.books, pensant qu’ils ne mettent absolument pas les versions papier en danger.

10/ Quel est le conseil le plus important que-vous-ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

Ne pas me soucier du regard des autres.

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

 J’aime les essais, l’actualité, les romans, dans cet ordre.

12/ Comment écrivez-vous ? 

A l’ordinateur, par petits morceaux (je ne suis pas très courageux), souvent dans les bars en buvant un café.

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

Ce n’est pas présomptueux mais je n’ai pas à « puiser » l’inspiration, elle est tout le temps là, en peinture ou écriture. Je n’ai pas eu commande d’ouvrages mais plutôt d’articles.

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

Les intrigues de mes deux romans sont incluses dans l’actualité réelle ou se réfèrent à des événements réalistes, romancés pour l’occasion. Chaque personnage contient un peu de moi mais aussi un peu de gens proches ou que je connais, amis ou ennemis d’ailleurs.

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

Travailler le vocabulaire, le rythme, vider ses tripes, écrire pour soi et pas pour le lecteur à venir, se foutre de la manière dont ce sera perçu et produire quelque chose qui vous ressemble.

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

Henri Laborit, Hermann Hesse, Joseph Stiglitz, Van-Vogt, K .Dick, Houellbecq…

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

Laurent Obertone : La France Orange Mécanique

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Oui.

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Des dates expositions de peintures sur le dernier trimestre 2014 et une conférence.

20/ Où on peut suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Sur mes site et blogs http://www.lespeintresdenevers.comHYPERLINK  et http://lespeintresdenevers.wordpress.com

————-

Le  04/10/2014

Pierre Duriot

.

riguet02riguet05riguet03riguet04

.

.

Je remercie sincèrement Pierre Duriot d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Jean-Louis RIGUET 07 octobre 2014

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

https://librebonimenteur.wordpress.com/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

http://www.riguetauteurlivres.com/

http://riguet-jean-louis.e-monsite.com/

.

 

L'amour, l'érotisme,le sexe, les fantasmes sans modération est la plus belle chose de votre vie...

Faites l'amour! Profitez, donnez vous l'envie de vous faire plaisir au quotidien, envoyer du positif à votre cerveau! cela donne un plaisir fous...

simplisticInsights

Simple made easy! psychology love feeling emotion thought behaviour success strategy

Clé Mode

Voyage dans le monde de la mode

Bottin International des Professionnels du livre

Le Bottin international des professionnels du livre est un réseau spécialisé pour ceux qui souhaitent établir des contacts avec le milieu des professionnels de l'édition.

Green Attitude

Blog Lifestyle au Naturel

Le Monde d'Amandine

ELLE & LUI - RECETTES & COCKTAILS

Sipay

SIPAY - la revue littéraire seychelloise

Les secrets pour rayonner

La joie que nous inspirons a cela de charmant que, loin de s’affaiblir comme tout reflet, elle nous devient plus rayonnante.

Le journal de personne

Just another WordPress.com site

alicevachetdotcom.wordpress.com/

"Je tweete donc je suis"

Mon Endométriose Ma Souffrance

Ecriveur, Roman, Poésie, Chroniques sur Art, Théâtre, Livres

Arrêt Facultatif

Om even bij stil te staan, of niet.

Affiliation, partenariat, social, média, blog! Ebook qui fais fais le Boom...

Internet, Google et tout réseaux sociaux, je suis à la recherche de partenariat et affiliation. En vue de partager du très bon contenu, et ainsi pouvoir avoir la chance de promouvoir et collaborer du bon produit ensemble. Merci d'avance pour vos bons conseils, et à très bientôt j'espère

Ava Nia

parisian globetrotter

Le vent qui souffle

🌿 ф Récits, pastels ф 🌿

%d blogueurs aiment cette page :