Publié par Laisser un commentaire

JL à l’écoute de … Alexandra Pasquer-Schurder, romancière

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Alexandra Pasquer-Schurder

.16_252

.

1/ Qui êtes-vous ? Quel est votre parcours ?

Alexandra Pasquer-Schurder

Née à Montréal, au Canada, en 1968, la première fois que j’ai débarqué en France avec mes parents, c’était dans un couffin, au Havre, en pleine grève des dockers… Je suis revenue en 1974, pour découvrir le monde en famille. J’ai appris à lire et écrire en voyageant avec mes parents, durant un an en Europe et en Afrique du Nord. J’ai grandi en région parisienne, puis j’ai fait des études de journalisme et de science politique à Paris.

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

J’étais journaliste, puis directrice de la communication.

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre autre passion ?

Le sport ! La course à pied d’endurance, le parachutisme, le vol en ULM, la capoeira. J’aime aussi le théâtre, le cinéma et la peinture que j’aime admirer, mais que je ne pratique pas.couverture

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

J’aime qu’ils me renseignent sur leur personnage favori, qui est souvent inattendu, et qu’ils m’expliquent pourquoi ils l’ont aimé. J’apprécie qu’ils me donnent leurs commentaires et leurs attentes pour mon prochain roman. C’est toujours étonnant. L’un va dire « j’adore vos dialogues, il n’y en a pas assez », l’autre « il y a trop de dialogues, je préfère votre prose ». Chacun a sa lecture, mais ils me trouvent tous drôle et riche en vocabulaire !

Pour rencontrer les lecteurs, je fais de nombreux salons et séances de dédicace en librairie. Je publie beaucoup de photos sur mon site Internet www.les-tamalous.com et sur les réseaux sociaux. J’ai la chance d’avoir un ami photographe www.olivierchatelain.com qui m’accompagne dans mes aventures littéraires !

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Oui, je fais des lectures avec des médiathèques, des collectivités territoriales, des conférences autour de la silver economy et de la santé, de la création littéraire. J’anime également des ateliers de créativité et des journées de séminaires d’entreprises.

 

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

16_252Quelque part, j’ai toujours été payée pour écrire en tant que journaliste et directrice de la communication ! Pour la littérature, c’est moins rentable, mais j’écris depuis 2002…

 

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

Les Tamalous est mon premier roman, publié aux éditions Fortuna en 2016. C’est l’histoire de trois septuagénaires un peu brinquebalantes, qui ont des maux de leur âge mais aussi des envies. Yvette, vraie midinette, rêve d’un nouvel amour. Alicia, obsédée par l’argent, n’est bien qu’en représentation. Angèle, gravement malade, joue sa survie. L’arrivée de Ferdinand, un lointain amant en mal de paternité, les confronte à un choix : accepteront-elles de lui créer un héritier ? De remettre en question leur existence passée ?

C’est l’histoire des Tamalous, des destins croisés du 3e âge, porteurs de vie et d’espoir !couverture

Une plongée au cœur de la « silver economy » où je transforme les maux en mots pour aborder le sujet du vieillissement avec humour et espérance.

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

Dans toutes les librairies traditionnelles, en rayon ou sur commande, ou dans les réseaux de distribution en ligne (FNAC, Amazon…).

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? À l’e-book ?

Je pense que toutes les solutions sont intéressantes et qu’elles correspondent à des situations et des besoins différents. Personnellement, je suis à compte d’éditeur, car je voulais m’intégrer dans une équipe, une collection pour bénéficier du système de distribution et d’un accompagnement pour la promotion.

 

10/ Quel est le conseil le plus important que vous ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

Pour la promotion, il faut beaucoup s’impliquer et compter sur soi-même.

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

Des romans. La presse écrite.

 

12/ Comment écrivez-vous ?

Sur un ordinateur, avec discipline et régularité.

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

Dans les rencontres, les échanges, la lecture de la presse. J’ai une particularité : où que j’aille, il y a toujours quelqu’un pour me raconter sa vie. Je l’écoute, je l’entends et parfois son récit ou un simple détail m’inspirent. Je le case dans un coin de ma tête et le moment venu, je fais des recherches pour approfondir et étayer mon sujet. Je lis aussi énormément. J’ai des caisses d’idées encore inexploitées ! Non, je n’ai pas eu encore de commande d’ouvrage.

 

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

Pour mon roman « Les Tamalous », mon intrigue est née d’une rencontre avec une dame septuagénaire qui attendait un rendez-vous galant. Elle est devenue le premier chapitre de mon livre et l’un de mes personnages. Je l’ai connue une demi-heure, je ne sais pas si son rendez-vous est arrivé et j’ai beaucoup inventé, au point que je ne sais même plus si certains détails sont vrais en dehors de la Volvo rouge et de son âge ! Au départ, je voulais écrire sur la sexualité des personnes âgées, mais il n’y avait pas beaucoup d’écrits sur le sujet qui était relativement tabou. J’ai donc travaillé sur les ressorts de la motivation (amour, argent, pouvoir) et imaginé mes personnages. Je voulais qu’ils soient âgés pour en faire des héros et porter un regard différent sur le vieillissement. J’ai d’abord fait des fiches de personnages, puis un plan, que je n’ai pas du tout respecté, mais qui m’a donné un chemin avec lequel prendre ensuite mes libertés. Je tiens aux personnages fictifs. Certains lecteurs sont persuadés de reconnaître certains de mes modèles, même si j’ai rencontré les dits modèles des années après avoir créé les personnages ! La fiction permet toutes les libertés (et les contraintes qu’il faut soi-même se créer !).

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

Travaillez, travaillez. Il faut écrire, écrire, écrire.

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

Proust, Italo Calvino, Georges Perec, Flaubert, Stendhal, Dostoïevski, Jasper Ffjord, Chester Himes, Agatha Christie, Jane Austen, Marguerite Duras, Daniel Pennac, Amin Maalouf, Alessandro Baricco, John Steinbeck, Salman Rushdie, Beaudelaire, le bottin n’y suffirait pas…

 

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

Comment braquer une banque sans perdre son dentier de Catharina Ingelman-Sundberg, La Guerre et la Paix de Tolstoï, Charlotte de David Foenkinos et Le fusil de chasse de Yasushi Inoué.

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

couvertureJ’écris mon deuxième roman.

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

4 mars Salon du livre de Saint Germain les Corbeil

11 et 12 mars Salon du livre Les Pieux

18 et 19 mars Salon du livre de Bondues

24 au 27 mars Livre Paris

30 mars Conférence à la journée des seniors Mairie de Paris 13

8 avril Dédicace à la librairie Guillemot de Pont L’Abbé

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Sur mon site internet dédié www.les-tamalous.com

Et sur le blog de mon éditeur http://editionsfortuna.blogspot.fr/

————-

Le 12 février 2017

Alexandra Pasquer-Schurder

.couverture

.

.

Je remercie sincèrement Alexandra Pasquer-Schurder d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, sculpteur, peintre, photographe, acteur, comédien, théâtreux, styliste, musicien, chanteur, colleur de papiers, en un mot artiste  sans discrimination de l’art pratiqué,

si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site est ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

Chaque chronique est ensuite partagée sur Facebook, Twitter, Linkedin, Google+, Pinterest et parfois Tumblr.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Jean-Louis RIGUET 14 février 2017

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et Membre de la Maison de l’écrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

Publié par Laisser un commentaire

JL à l’écoute de … Aude Prieur

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Aude Prieur

.DSCN5178

.

1/ Qui êtes-vous (VOS Prénom et NOM) ? Quel est votre parcours ?

Je m’appelle Aude Prieur.

J’ai une formation d’historienne (master 2 en histoire ancienne) et de musicienne (flûte et chant).

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

Je travaille dans le secteur culturel et en période de crise et de chômage (comme en ce moment…), je fais des remplacements en lycée. Je suis flûtiste et chanteuse dans un ensemble de musique celtique et un Pipe-band (ensemble de cornemuses).

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre passion ?

Comme art ? La littérature, non ? C’est pour ça que je suis là, n’est-ce pas ? Plus sérieusement, j’adore le cinéma, les arts plastiques, le théâtre, les livres… J’aime tous les livres, j’en dévore chaque jour un peu plus. Ma passion : la musique. J’en fais depuis toute petite et je n’arrêterai que lorsque je serai morte… J’aime beaucoup la musique classique, la musique traditionnelle (notamment celtique…), les musiques du monde, je suis moins encline à écouter les tubes qui passent en boucle sur les grandes radios…

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

Je n’ai pas d’attente spécifique, j’écris pour partager et pour faire passer des émotions aux autres : j’aime transmettre. Pour me faire connaître, je discute (ça, je n’ai pas de mal, je suis une grande bavarde), je participe à des salons du livre, des rencontres en bibliothèques ou librairies. Je tiens un blog aussi, où je parle de mes livres bien sûr mais j’échange aussi sur beaucoup d’autres sujets.

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Oui, oui et pas encore… Conférence est un bien grand mot pour moi (déformation professionnelle). Je ne veux pas « disserter » de longues heures sur mes ouvrages, je préfère échanger avec les lecteurs. Les rencontres sont toujours très enrichissantes.

 

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

J’ai commencé à écrire en master pour mon mémoire de recherche Les Hyakinthies à l’époque hellénistique, un témoignage de l’évolution de Sparte ? Et je m’y suis vraiment mise lorsqu’il a été publié. Me replonger dans les corrections, reformulations, aménagements m’a donné envie d’écrire mais plus sur des sujets scientifiques (plus pour le moment en tout cas). J’ai donc tapé la première phrase de mon roman Cherche et tu ne trouveras pas en février 2014. Pendant les presque deux ans de labeur pour la publication de ce premier roman, j’ai écrit beaucoup d’autres textes qui m’ont fait progresser (principalement des nouvelles). Et aujourd’hui, je travaille à la suite de Cherche et tu ne trouveras pas.

 

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

Cherche et tu ne trouveras pas. Pour faire court, c’est l’histoire de Laure, jeune étudiante en archéologie, qui est une éternelle insatisfaite. Elle écrit ses pensées les plus secrètes dans son journal intime avec une bonne dose d’autodérision. De la fac avec le choix des études, aux premiers petits boulots, entre échecs sentimentaux et interrogations Laure va se démener pour rester positive et avancer dans la vie. Jusqu’où la mènera sa quête du bonheur ?

 

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

Auprès de moi avec une belle dédicace (en région centre) ! Pour les circuits plus « classiques », sur le site de l’éditeur www.prem-edit.com ou dans les librairies Orléanaises (ma ville de résidence actuelle) : librairie Passion culture, librairie Nouvelle d’Orléans et librairie Les Temps Modernes.

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? À l’e-book ?

Édition à compte d’auteur ou participatif : je suis assez sceptique quant au fait de devoir payer pour voir ses écrits publiés…

Pour moi, un éditeur reste celui qui propose un contrat d’édition sans aucun frais pour l’auteur et avec une rémunération. Bien que celle-ci reste infime… Je ne connais pas bien le monde de l’autoédition mais j’ai de très bon retour de collègues écrivains. Pour ma part, j’aime écrire, pas m’occuper de tous les processus d’édition… Quant aux e-books, ça permet peut-être un accès plus facile aux livres mais je suis une vieille sur ce plan-là, pour moi rien ne remplace un livre papier (l’odeur, le toucher, le plaisir de tourner les pages, etc.).

 

10/ Quel est le conseil le plus important que vous ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

Ah ! Je l’ai reçu quand j’avais 6 ans et que je me suis pris une raclée (un trop-plein de gentillesse de mon côté, depuis c’est fini !). Un ange m’est apparu et m’a dit « La vie est une salope, il va falloir te battre ». Bon, ce n’était pas un ange mais un mec bourré, mais j’ai retenu ce conseil et je l’applique tous les jours. Je ne baisse jamais les bras, je me bats pour obtenir ce que je veux. Ça va du travail acharné pour produire un bon livre… aux manœuvres stratégiques pour obtenir d’autres choses…

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

Question très difficile : j’aime tout ! Je suis très éclectique, j’adore lire et je change de genre littéraire au gré de mes humeurs. Pendant mes études, je lisais beaucoup de livres historiques et de travaux de recherches par exemple, mais également les grands classiques de la Grèce ancienne (je suis spécialiste de Sparte…). J’aime lire, même quand je parcours un mauvais livre (ça arrive quelques fois), je ne peux pas m’empêcher de le terminer pour connaître la fin.

 

12/ Comment écrivez-vous ?

Avec des lettres… Si la question est quel est mon outil, c’est mon ordinateur (je suis de la génération qui a perdu l’habitude d’écrire sur un carnet, bien que j’en possède un qui me permet de noter mes idées par-ci, par-là). Si la question concerne mon mode de fonctionnement, je n’en ai pas vraiment. Ma muse vient quand elle le souhaite et comme j’ai une très bonne mémoire, je peux emmagasiner des idées pendant très longtemps avant d’avoir le temps d’accoucher d’une œuvre complète. Après, quand je me pose pour écrire, ça se fait d’une traite, j’ai besoin de temps (une période de chômage par exemple), je ne veux pas être dérangée. Puis quand viennent les relectures, corrections, je peux le faire à des moments définis en même temps que mon activité professionnelle.

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

J’écris ce qui me passe par la tête uniquement, pas de commandes. Mon inspiration vient de la vie de tous les jours en partie, d’expériences, d’histoires mais surtout de mon imagination débordante (terme redondant dans mes bulletins scolaires).

 

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

Ça dépend de ce que j’écris. Pour les nouvelles, je crée du policier, du dramatique, du fantastique, du féminin, de l’historique… Mes personnages sont souvent un mélange d’une multitude de personnes et une touche d’imagination ou alors totalement sorti de ma tête avec ses connotations historiques, sans aucun rapport avec le réel (je pense notamment à une femme millénaire chef de guerre). Ça dépend aussi des périodes, des personnes que je fréquente. Mon travail secondaire (prof en lycée) me donne aussi de la ressource, notamment des anecdotes que je conserve souvent pour les utiliser au moment opportun.

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

Lancez-vous, ça ne coûte rien d’essayer. Être publié, c’est autre chose mais si on vous conseille de le faire et qu’un vrai éditeur vous remarque, vous serez peut-être le prochain Prix Goncourt !

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

Jane Austen, Fedor Dostoïevski, Léon Tolstoï, Nicolas Gogol, Milan Kundera, Franz Kafka, Emile Zola, Ovide, Hésiode, Homère, Agatha Christies, Fred Vargas, Marc Bloch, Anna Gavalda, J.K. Rolling, C.S Lewis, Suzanne Collins, Elizabeth Gilbert, Helen Fielding, René Barjavel, Daniel Pennac et j’en oublie plein !

 

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

Des fleurs pour Algernon de Daniel Keyes. C’est un ami cher qui me l’a conseillé et j’ADORE !

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Je suis en train de regrouper plusieurs nouvelles pour faire un recueil et j’en écris toujours d’autres. Je travaille sur la suite de Cherche et tu ne trouveras pas, sept ans après le premier roman.

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Salon des arts et du livre (La Chapelle Saint-Mesmin, 45) : 10 avril 2016
Championnat de France de tir nature (Mézières-les-Cléry, 45) : 21 au 22 mai 2016
20e fête du livre (Tours, 37) : 19 juin 2016

Salon du livre (Veigné, 37) : 2 octobre 2016
Le Salon du livre des amis de l’humanité (Orléans, 45) : 26 novembre 2016
Salon des auteurs et éditeurs de la région Centre (Dhuizon, 41) : 4 décembre 2016

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Sur mon blog : audeprieur.blogspot.fr

Sur ma page Facebook : www.facebook.com/audeprieurauteurencoreinconnue

Sur la page de l’éditeur : www.prem-edit.com

Dans la presse !

————-

Le 24 mars 2016

Aude Prieur

.chercheettunetrouveraspasRECTOWEB

.

Je remercie sincèrement Aude Prieur d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, sculpteur, peintre, photographe, acteur, comédien, théâtreux, styliste, musicien, chanteur, colleur de papiers, danseur, en un mot artiste  sans discrimination de l’art pratiqué,

si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

Chaque chronique est ensuite partagée sur Facebook, Twitter, Linkedin, Google+, Pinterest et parfois Tumblr.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

Jean-Louis RIGUET 28 mars 2016

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et Membre de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

Publié par Laisser un commentaire

JL à l’écoute de … Thierry-Marie DELAUNOIS

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Thierry-Marie DELAUNOIS

.

unnamedTM   D

.

 

1/ Qui êtes-vous (votre Prénom et NOM)? Quel est votre parcours?
Thierry-Marie DELAUNOIS, auteur au parcours très éclectique selon certaines personnes de mon proche entourage: au départ assistant de laboratoire clinique, ensuite programmeur-informaticien, puis employé administratif et rédacteur, enfin auteur et chroniqueur sur mon propre site web, la fibre littéraire présente d’abord en filigranes, ensuite dominante. Un crescendo…

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture?

Avant d’écrire, je travaillais, lisant beaucoup, écrivant déjà de petites choses, écoutant beaucoup de musique surtout classique. J’ai appris le piano. A présent, parallèlement à l’écriture, je continue à lire tout en développant mon site web et travaillant sur ordinateur pour quelques autres personnes. En tant qu’employé administratif, je suis pour l’instant en pause, la musique toujours très présente dans ma vie. Toute la gamme…

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art? La peinture? La sculpture? Le cinéma? La photographie? Le théâtre? Quelle est votre passion?

J’aime la peinture, surtout la période impressionniste, le cinéma, classique et contemporain, depuis les années 80, le théâtre mais principalement celui de la première moitié du XXème siècle; ma passion, c’est le piano et la musique classique; Mozart, Beethoven, Schubert et Liszt principalement ont mes faveurs. Pas un jour sans une petite dose de notes, harmonie garantie.

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs? Comment vous faites-vous connaître? Comment allez-vous à leur rencontre?

Ce que j’attends de mes lecteurs: essentiellement leurs avis, commentaires et réflexions sur mes oeuvres, cela m’intéresse énormément. Un écho à mon écriture en un mot. Comment je me fais connaître: par l’intermédiaire de mon éditeur qui médiatise fort bien ses auteurs, de mon site internet sur lequel je m’exprime régulièrement, et des plus importants réseaux sociaux tels facebook et twitter. C’est donc principalement par la toile que je tisse des liens. Comment je vais à leur rencontre: de la même manière et, physiquement, par l’intermédiaire des séances de dédicaces. J’adore les échanges.

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages?

Après la parution de mon troisième roman a eu lieu une belle rencontre avec lecture dans une librairie de quartier où j’ai bénéficié de la présence de lecteurs de passage; en 2013, au Salon du Livre de Paris, des extraits de mon quatrième roman ont été lus par une sympathique comédienne française, un must; à part ça, cela dépend de mon éditeur car il n’est pas simple de porter toutes les casquettes à la fois…

 

6/ Depuis quand écrivez-vous? Qu’avez-vous déjà écrit?

Le virus m’a touché, même percuté, en 2006 après une période assez sombre comme tout le monde peut en connaître; mon premier roman, une aventure policière rythmée, est paru en 2007, titre: « Reflets ». J’en suis à présent à cinq romans publiés ainsi que quelques nouvelles et poésies que l’on peut découvrir sur mon site, thématique principale: les relations humaines conflictuelles, voire fastidieuses, entre personnes parfois obligées de s’entendre. Berezina en perspective…

 

7/ Quel est votre dernier livre? Pouvez-vous nous en parler?

Mon dernier roman, « Raconte-moi Mozart… », emmène le lecteur faire un petit tour dans les Alpes-de-Haute-Provence; il y fait connaissance de trois personnages qui n’ont apparemment rien en commun: Oscar, un vieil homme aigri de 75 ans, Juliette, sept ans et fragile, surnommée Colibri, Rama, une fantasque africaine proche de la trentaine. Une histoire de destinées et de sacrifice en somme, touchante et même tragique d’après certains de mes lecteurs. Si vous me le permettez, je n’en dévoilerai pas davantage…

 

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages?

Partout mais c’est parfois lié au bon vouloir des libraires plus prompts à mettre en avant « le rentable » quelle qu’en soit la qualité, je n’ai pas peur de le dire. Sur internet, aucun souci pour les obtenir: on peut les commander sur les principaux sites de vente en ligne et sur le site-même de l’éditeur qui est rapide à la détente.

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif? Aux e-books?

A moins d’avoir de très bonnes relations et de sérieux appuis, et d’être soi-même un très bon commercial, les éditeurs à compte d’auteur et à compte participatif sont à éviter: ils ont une moins bonne réputation que les autres: pas de réel comité de lecture, une publication très peu sélective, et cela se sait! Une publication de qualité tombera dans le panel des « éventuellement… », dénigrée par le libraire et la presse au seul énoncé du nom de la maison d’édition si elle est « réputée » à compte d’auteur. D’accord pour se faire publier à compte d’éditeur: les ouvrages sont mieux vus et remarqués; d’accord également pour les e-books: il faut évoluer et, selon moi, il n’y a pas péril en la demeure « livres papier »: ceux-ci ne disparaîtront pas de si tôt.

 

10/ Quel est le conseil le plus important que vous ayez reçu? Pas forcément pour les livre?

 

Le conseil principal en tant qu’auteur: avant tout beaucoup lire, de tout, s’instruire par la lecture à tout point de vue: contenu, forme, style… Mine de rien, un ouvrage littéraire est très riche en enseignements de tout bord: ouvrez par exemple une oeuvre de Ken Follett et, en fin de lecture, dites-moi ce que vous en avez retiré, vous me parlerez probablement jusqu’au bout de la nuit. Le conseil de vie essentiel: dans tous les cas ne jamais rester seul dans son coin, s’isoler de tout. Il faut échanger, communiquer même en période créatrice. Rester tête et pieds sur terre est primordial, on en sait tous quelque chose.

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire: des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies?

Essentiellement des romans et nouvelles dans les deux cas; s’y mêlent habilement réalité et fiction: une histoire, un récit, une aventure est bien souvent basée sur un fait réel, un événement précis du passé qui sert soit de point de départ, soit de fil conducteur, soit de cadre ou contexte dans lequel évoluent les personnages. C’est parfois très amusant de voir se rencontrer un être imaginaire avec une personne qui a bel et bien existé. C’est par exemple le cas dans « Le feu sacré » de Katherine Neville. A lire… En ce qui me concerne, dans un projet en attente, un de mes personnages rencontrera un Président bien réel. Affaire à suivre…

 

12/ Comment écrivez-vous?

Si vous me parlez du cheminement d’un projet, je démarre toujours au stylo, à la force du poignet, beaucoup de ratures et de nombreuses pauses à la clé; ensuite je passe à l’ordinateur pour taper la version dite « intermédiaire »; puis je me fais lire par quelques personnes triées sur le volet, tenant alors compte de leurs avis pour élaborer le manuscrit définitif qui est souvent proche de l’intermédiaire. Enfin, je me fais une dernière fois lire par d’autres proches. L’écriture d’une oeuvre, préparation incluse, peut me prendre dix mois, soumission à l’éditeur non comprise. Quant à mon style, je laisse le soin à mes lecteurs d’en parler, ils le feront mieux que moi.

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages?

Des commandes, cela ne s’est pas encore produit mais je ne suis pas contre ce procédé. Quant à l’inspiration, elle me vient du quotidien, d’une rencontre ou d’une conversation par exemple, en apparence anodine mais une idée peut germer au détour d’une expression, d’un sourire, d’un bon mot; après, l’idée fait son chemin, se développant petit à petit. C’est assez mystérieux, la naissance d’une oeuvre, et de l’idée à la plume, cela peut parfois prendre deux mois…

 

14/Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages? Ceux-ci sont-ils toujours imaginaires?

Lorsqu’on construit un édifice, le terrain est d’abord choisi, délimité, des plans sont établis, les matériaux sont commandés puis l’ouvrage démarre, s’élevant palier par palier, et l’on sait où l’on va, l’improvisation n’ayant ici pas sa place. Je procède ainsi pour un roman: il y a une période préparatoire parfois longue et quand je démarre l’écriture, je sais comment je terminerai. Lieux, époque, personnages (construction au feeling en puisant des éléments dans mon entourage), contexte particulier, le temps… tout est déterminé à l’avance. Un proche m’a dit que « L’île joyeuse », mon avant-dernier roman, est une véritable cathédrale. Merci à lui!

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture?

Le conseil principal, c’est d’être ou de devenir d’abord un bon expert dans sa langue d’écriture – grammaire, syntaxe, conjugaisons,… – par l’étude et la lecture. Avant tout lire et de tout, conseil qu’on m’avait prodigué. On apprend beaucoup par la lecture, plus qu’on ne le croit souvent au départ. Le français est une langue très difficile? Ne pas se décourager…

16/ Quels sont vos auteurs préférés?

Parmi les contemporains, il y a notamment Eric-Emmanuel Schmitt, Daniel Pennac, Philippe Claudel, Grégoire Delacourt, mais aussi Charlotte Link et Yann Queffélec. Je suis assez éclectique, aimant passer d’un genre ou d’un style à un autre. Parmi les auteurs du passé, tout le XIXè siècle me plaît, je ne saurais citer tous les noms me passant par la tête. Et ne fût-ce qu’en citer un serait comme jeter de l’ombre sur tous les autres…

 

17/ Que lisez-vous en ce moment?

J’ai récemment terminé « les âmes grises » de Philippe Claudel, que j’ai bien aimé; à présent j’en suis à la relecture d’un texte écrit en 2013, chose que je fais en plein milieu d’un autre projet qui nécessitait une pause. Maturation et tout vient à point…

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets?

J’ai deux projets en cours dont un « top secret » car je ne suis pas le seul concerné par cette écriture. Une collaboration en quelque sorte qui devrait voir le jour au plus tard en 2016. Un souhait. L’autre, il s’agit d’un roman contemporain qui tourne autour de quatre personnages marqués et comporte des éléments de tragédie antique. Il faudra réellement s’accrocher…pour la première fois! C’est une sorte de thriller amoureux avec une curieuse énigme à la clé.

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir?

Dans les mois qui viennent essentiellement deux: le 23 novembre prochain, je serai en dédicaces à la Foire du Livre de Mons « Mon’s livre », Belgique, avec principalement mes deux derniers romans; ensuite, je compte être présent à la prochaine Foire du Livre de Bruxelles fin février 2015. Rencontre-dédicaces avec chocolats – ma particularité- au stand de l’éditeur, mais il n’est pas exclu que je participe à d’autres événements entre-temps.

 

20/ Où peut-on suivre votre actualité? Vos parutions?Bruxelles, Belgique

Je propage mon actualité par l’intermédiaire de mon site www.thierry-mariedelaunois.com –  s’y trouvent une rubrique « Actualité » et une autre « Publications » notamment -, par la diffusion à mes abonnés d’une lettre d’information lorsqu’un événement pointe à l’horizon, et par des annonces sur les principaux réseaux sociaux, annonces ensuite partagées par mes lecteurs. Les journaux relaient aussi ma présence en dédicaces dans tel ou tel salon: Paris, Bruxelles… Le site web de mon éditeur relaie lui aussi l’actualité de ses auteurs. Merci à lui!

Thierry-Marie Delaunois,
le 17 octobre 2014

.

unnamedTD

.

unnamedT-M D.

unnamedMD

.

unnamedTMD

.

Je remercie sincèrement Thierry-Marie Delaunois  d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Jean-Louis RIGUET 28 octobre 2014

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://librebonimenteur.net/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

http://www.riguetauteurlivres.com/

http://riguet-jean-louis.e-monsite.com/

.