Edgar Allan Poe, un acrostiche d’Ursula Heraud

 

.

ÉVADEZ-VOUS UN INSTANT !

LISEZ UN ACROSTICHE ET LAISSEZ VOTRE ESPRIT S’ÉCHAPPER AILLEURS

Aujourd’hui un poème extrait de LES ACROSTICHES EN LIBERTE,

recueil collectif de Pierre Casadei, Ursula Heraud, Krystin Vesterälen et Jean-Louis Riguet

 

 

 

 

Dans le thème Les Artistes, un acrostiche de Ursula Heraud

en hommage à Edgar Allan Poe

 

 

Ursula Heraud

Effroi d’une chaleur perdue
Douleur aux heures éperdues
Gorge nouée de silences étranglés
Aux ténèbres à peine chuchotées
Ravalées et étouffées

Au flanc des rêves morts
La lueur lentement s’endort
L’ombre vient la remplacer
A l’aube invalide et affligée
Nul ne l’a vu, nul ne sait

Place des divines âmes
Oisive par le vide trop calme
Et la solitude pour compagne

 

.

 Ce poème est extrait de LES ACROSTICHES EN LIBERTE, recueil collectif de Pierre Casadei, Ursula Heraud, Krystin Vesterälen et Jean-Louis Riguet, qui abordent chacun à sa manière quatre thèmes : Entre gens civilisés, Proverbes et citations – Sentences et adages, Les Artistes et la Nature.

Rappelons que l’acrostiche est une forme poétique consistant à ce que la première lettre ou les premiers mots d’une suite de vers composent un mot ou une expression lue à la verticale. Les vers sont alors disposés de telle manière que la lecture des premières lettres effectuée de haut en bas, révèle le message.

Ce n’est pas une forme nouvelle puisque l’acrostiche était au Moyen-âge le moyen employé pour signer son nom ou désigner discrètement les personnes auxquelles on voulait montrer de la sympathie ou qu’on désirait honorer.

 

 

.

 

.

Infos pratiques

 

Disponible sur https://www.amazon.fr/acrostiches-en-libert%C3%A9-Jean-Louis-Riguet/dp/2379040095

sur www.premedit.net et en librairie.

ISBN : 978-2-37904-009-2 – 145 pages – 15 € TTC

Couverture :  © Thierry Lamotte

 

Envoi de visuels ou du livre, coordonnées des auteurs sur demande à contact@premedit.net

 

.

.

© Jean-Louis RIGUET

Le 26 juin 2018

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Jenifer en acrostiche par Jean-Louis Riguet

 

.

ÉVADEZ-VOUS UN INSTANT !

LISEZ UN ACROSTICHE ET LAISSEZ VOTRE ESPRIT S’ÉCHAPPER AILLEURS

Aujourd’hui un poème extrait de LES ACROSTICHES EN LIBERTE,

recueil collectif de Pierre Casadei, Ursula Heraud, Krystin Vesterälen et Jean-Louis Riguet

 

 

 

 

Dans le thème Les Artistes un acrostiche de Jean-Louis Riguet en hommage à Jenifer

 

J’aime la voix de la chanteuse Jenifer
En ce qu’elle me procure du plaisir
Novice pourtant je suis en la matière
Ingénues sont mes connaissances musicales
Farouche est ma ferveur envers cette brune
Enjoué à l’idée d’entendre sa voix de l’île de beauté
Ravi qu’elle me transporte vers le soleil de Corse

Charmé par ses ondulations dansantes
Haletant à l’idée de la voir évoluer dans un décor
Amoureux sûrement de ses longs cheveux noirs
Néophyte dans l’art de l’approche d’une célébrité
Tendu vers les avis de la star sur les concurrents d’un concours
Ebahi devant cette Corse chantante à l’allure corsée

L’enfant que j’étais revit à son écoute
En souhaitant que rien ne l’arrête

Soupirant pour une soirée avec elle
Oh néanmoins, combien inimaginable
Liberté que j’aurais aimé partager
En échangeant des vers sur des notes
Il faudra que je prenne mon mal en patience
La star m’ignore car elle ne sait pas mon existence

 

.

 Ce poème est extrait de LES ACROSTICHES EN LIBERTE, recueil collectif de Pierre Casadei, Ursula Heraud, Krystin Vesterälen et Jean-Louis Riguet, qui abordent chacun à sa manière quatre thèmes : Entre gens civilisés, Proverbes et citations – Sentences et adages, Les Artistes et la Nature.

Rappelons que l’acrostiche est une forme poétique consistant à ce que la première lettre ou les premiers mots d’une suite de vers composent un mot ou une expression lue à la verticale. Les vers sont alors disposés de telle manière que la lecture des premières lettres effectuée de haut en bas, révèle le message.

Ce n’est pas une forme nouvelle puisque l’acrostiche était au Moyen-âge le moyen employé pour signer son nom ou désigner discrètement les personnes auxquelles on voulait montrer de la sympathie ou qu’on désirait honorer.

 

 

.

 

.

Infos pratiques

Sortie : le 15 mai 2018

Disponible sur https://www.amazon.fr/acrostiches-en-libert%C3%A9-Jean-Louis-Riguet/dp/2379040095

sur www.premedit.net et en librairie.

ISBN : 978-2-37904-009-2 – 145 pages – 15 € TTC

Couverture :  © Thierry Lamotte

 

Envoi de visuels ou du livre, coordonnées des auteurs sur demande à contact@premedit.net

 

.

.

© Jean-Louis RIGUET

Le 16 juin 2018

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Les Acrostiches en liberté, un recueil collectif ludique

Les Acrostiches en liberté

 

Les Acrostiches en liberté, un recueil collectif ludique

 

 

COMMUNIQUÉ  DE  PRESSE

Les Acrostiches en Liberté

  

Nouveau recueil de poésies

 

Présentation du livre :

Quatre auteurs d’univers différents ont conçu ce recueil d’acrostiches sur quatre thèmes. Chacun y a mis ce qu’il ressentait par rapport à eux. Des approches différentes d’un même thème permettent de s’approprier les ressentis de chaque auteur.

L’acrostiche est une forme poétique consistant à ce que la première lettre ou les premiers mots d’une suite de vers composent un mot ou une expression lue à la verticale.

Les vers sont alors disposés de telle manière que la lecture des premières lettres effectuées de haut en bas révèle le message.

Quatre auteurs issus de genre autre que la poésie se sont prêtés au jeu de l’acrostiche et vous font découvrir avec humour que l’acrostiche est un genre ludique.

 

 

Les thèmes abordés sont :

Entre gens civilisés

Proverbes et citations – Sentences et adages

Les Artistes

La Nature

 

 

Les Acrostiches en Liberté

 

Présentation des auteurs

Pierre Casadei

Pierre Casadei, comédien, metteur en scène a joué dans de nombreuses pièces de théâtre, au cinéma/télévision. Il a traduit des pièces de théâtre d’auteurs italiens. Auteur de pièces de théâtre, Pierre Casadei a lu en feuilletons publics « A la Recherche du Temps perdu » de M. Proust, « Ulysse » de J. Joyce, « Guerre et Paix » de L. Tolstoï, « L’Odyssée » d’Homère, « Pantagruel et Gargantua » de Rabelais, « La Divine Comédie » de Dante Alighieri… Amateur de chansons à texte il est aussi auteur-compositeur, interprète.

 

 

Ursula Heraud

Ursula Heraud est née en région parisienne. Elle débute dans l’écriture à l’âge de douze ans. Ses premières phrases s’expriment sous formes de pensées existentielles et poétiques. A seize ans, elle intègre un groupe de musique où elle manifeste sa rébellion contre la société. Plus tard, elle participe à des ateliers d’écritures « les mots à la Venvole » où cinq recueils collectifs seront publiés. Elle écrit des textes à évocations poétiques, des poèmes et des chansons. Son style littéraire est engagé, contemplatif et romantique. Ses lecteurs y trouvent un sens musical, pictural, spirituel et philosophique. Ses écrits semblent venir d’une autre époque. « Par le psaume d’une exquise révérence que réclament les rayons agrandis, l’horizon du soir souligne l’élégance de sa dentelure de cuivre arrondi où des missives se font messagères » dit-elle. D’une sensibilité hors du commun, elle exprime avec une grande liberté ses sentiments et ses émotions. Ses penchants actuels poétiques vont vers Mallarmé, Rimbaud, Baudelaire, Maiakovski, Marceline Desbordes-Valmore, Rollinat…

 

Krystin Vesterälen

Krystin Vesterälen est conteuse professionnelle et auteure. Elle est belge et demeure en Normandie. Elle se passionne pour les traditions orales à travers les contes, légendes, récits traditionnels. A travers ses livres de contes, légendes, récits elle retranscrit ce patrimoine oral de l’humanité. Du spectacle vivant en passant par les ateliers formatifs à l’art du conte, de la radio en passant aux CD, il était normal que Krystein Vesterälen explore de nouvelles rencontres à travers des recueils collectifs. Elle écrit aussi des contes d’aujourd’hui.

 

 

Jean-Louis Riguet

Natif du Poitou, de famille modeste, entré en activité professionnelle dès 15 ans 1/2, Jean-Louis Riguet se consacre en premier lieu à des études par correspondance en parallèle avec son travail dans plusieurs études de notaire. Autodidacte, il obtient l’examen aux fonctions de notaire à Paris, devient Conseil Juridique indépendant puis est nommé notaire à la résidence d’Orléans. Pendant son ministère il occupe des fonctions au sein des instances professionnelles et enseigne au Centre de Formation Professionnelle des Notaires à Paris pour la préparation du Diplôme Supérieur du Notariat. Après cinquante-trois ans de sacerdoce notarial, il devient retraité mais pas inactif. Jean-Louis Riguet est sociétaire de la Société des Gens de Lettres. Il écrit des romans, des docu-fictions, des nouvelles et de la poésie. Deux de ses livres ont été primés : prix Scriborom en 2013 et prix Marie-Chantal Guilmin au Salon du livre de Mazamet en 2015. Au crépuscule de sa vie il n’a pas la prétention d’être un écrivain. Il préfère se dire écriveur ou à défaut auteur.

 

Prem’Edit, édition nouvelle génération à compte d’éditeur

Prem’Edit a décidé de laisser le choix des publications à un comité de lecture citoyen composé de 120 personnes. En cinq ans d’existence, ce petit éditeur a publié une soixantaine de livres, dont certains ont connu le succès comme « Alicia n’est pas rentrée » d’Hervé Guiliénine. Infos sur le site www.premedit.net 

Infos pratiques

 

 

Sortie : le 15 mai 2018

Disponible sur www.amazon.fr, www.premedit.net et en librairie.

ISBN : 978-2-37904-009-2 – 145 pages – 15 € TTC

Couverture :  © Thierry Lamotte

 

 

 

Envoi de visuels ou du livre, coordonnées des auteurs sur demande à contact@premedit.net

 

.

© Jean-Louis RIGUET 17 mai 2018

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Les beautés de Val

Généralement, lorsque l’on est en mode « liberté », on ne s’occupe pas de l’horaire, on vit tout simplement en faisant les choses en fonction de l’envie ou du besoin. Ce jour là, les enfants venaient manger à la maison, donc on devait jouer « aux parents qui gèrent », c’est à dire, être rentrés à l’heure 😉 […]

via Voile de douces heures — l’ancolie bleue 2

Elévation dans la montagne par Val

Personne ne pourrait imaginer que la simple ouverture de la porte du frigo est déjà un pas vers la liberté et le bien-être, même s’il en arrive à vouloir crier famine. Ce frigo béant est la promesse d’un moment d’exception, bien que je n’en extirpe qu’un bout de fromage. J’ajoute à ma modeste trouvaille un […]

via Élévation — l’ancolie bleue 2

Le Poème de la semaine n° 10

20150601_104303.

Le Poème de la semaine n° 10

.

.

III

INDÉPENDANCE

A

Un otage, une personne capturée

En garantie d’une demande.

.

Moyen de pression pour drames, larmes et souffrances !

L’ordre est nécessaire.

À défaut, vive l’anarchie !

.

B

Liberté

Liberté chérie au prix exorbitant

Multiforme tu te repais souvent impossible

.

Ton indépendance autorise l’autonomie convoitée

Le droit et la faculté assurent ta latitude immense

Ta désinvolture confinant parfois à la licence

Le pouvoir souverain et absolu t’est octroyé

.

Ta disponibilité permet de te délecter dans les loisirs

Avec aisance tu peux batifoler de familiarité

Ta franchise confine à une hardiesse insolente

L’impertinence s’avance jusqu’à …

.

La suite en suivant le lien suivant :

https://lecriveurjeanlouisriguet.blogspot.fr/

.

UA-925633-1

Aux actes citoyens ! par Christophe Forgeot

Christophe Forgeot, un poète ami, m’a adressé, et aussi à quelques autres, ce message en demandant de le diffuser.

Je souscris volontiers à sa demande.

13872845_1004953859617462_8482184370180169925_n

.

.

Bonjour mes amis,

Je suis heureux de vous envoyer cet article, Aux actes citoyens!, que j’avais écrit pour répondre à une commande d’une revue.

Les rédacteurs de cette revue voulant finalement le publier, en l’écourtant, j’ai décidé de refuser cette parution avec amputation.

Le premier des droits de l’homme, c’est la liberté individuelle, la liberté de la propriété, la liberté de la pensée, la liberté du travail

disait Jean Jaurès…

Et la liberté se paie, nous le savons. Ce n’est pas grave, je préfère ma liberté d’expression et je reste en bon terme avec ces rédacteurs qui font par ailleurs du bon travail.

En revanche, j’ai donc l’immense joie de vous faire lire cet article dans son intégralité.

Si vous pensez que cet article mérite plus ample diffusion et qu’il a sa place, par exemple, sur votre propre site ou bien dans une revue, dans un journal de votre connaissance, en version papier ou numérique, n’hésitez pas à le partager, en m’avertissant. Je vous en remercie vivement.

Si vous pensez qu’il le mérite, prolongez la vie de cet article: Aux actes citoyens!

En vous remerciant de votre attention, je vous embrasse ou vous serre la main, libre!

 

Christophe Forgeot

christopheforgeot.fr

.

 

Aux actes citoyens !

 

Sommes-nous entrés dans une ère du tout financier, du tout commercialisable, du tout administratif, du tout diplômé, du tout compliqué, du tout absurdité… ?

De la société civile d’hyper-commercialisation, du monde de l’entreprise stressant, des collectivités locales ficelées parce qu’agglomérées (voire « agglutinées »), des départements aux budgets en restriction et aux charges en augmentation, jusqu’à l’Europe de l’économie empêtrée dans des règles restrictives, des normes et des contrôles insensés, des arcanes gestionnaires déshumanisées, c’est peu de dire que le citoyen lambda souffre : perte de sens, prise de conscience du gâchis, pessimisme ambiant, abstention aux élections nationales et européennes, prise record d’anxiolytiques, suicides « professionnels », etc.

Face à la perte du bon sens et des valeurs dans cette société de consommation mondialisée au service d’une caste de puissants, avides de pouvoir et de profits à court terme, ce citoyen lambda ne sait peut-être pas qu’il a le choix entre deux types de consommation : la consommation conditionnée ou la consomm-action citoyenne. Il ne sait peut-être pas qu’il a le choix entre deux manières de vivre sa vie : avec indifférence ou avec sensibilité.

 

Théorie du complot ?

Non : seulement théorie du profit et systèmes de pouvoir

Pas de théorie du complot, non… mais un, ou plutôt des systèmes qui sont organisés en vue de favoriser toujours les mêmes individus, leur intérêt privé avant l’intérêt général, les membres de leur « famille » avant ceux qui n’en font pas partie, que cette famille soit sociale, politique, confessionnelle, mafieuse…

Non, pas de théorie du complot mais, aux quatre coins de la planète, des égoïstes de la finance, de la politique, de l’industrie, des services, des médias, du spectacle… qui se connaissent, se reconnaissent et agissent uniquement pour eux-mêmes, pour leurs proches, leurs soutiens, leur famille, leurs acolytes. Ils amassent toujours plus, plus d’argent, plus de pouvoir. Bien sûr, je ne prétends pas que tous ceux qui sont dans des sphères de conviction, de production et/ou d’influence agissent dans cet esprit-là, bref que tout le monde est « pourri », mais, soyons lucides, ceux qui ont le plus de pouvoir et d’argent vivent et agissent, en majorité, en capitalistes sans scrupules, n’hésitant pas à polluer, à spolier, à exclure, à appauvrir, à affaiblir, à détruire, à torturer, voire à tuer. Sinon, le monde serait différent. Et il suffit de penser à quelques affaires nationales et internationales connues dans le domaine des hydrocarbures, de la vente d’armes, des pierres précieuses, du nucléaire, de l’amiante, des industries polluantes et nocives, des industries exploitant des enfants, des abattoirs et des laboratoires pharmaceutiques et cosmétiques torturant des animaux, des détournements d’argent public, des paradis fiscaux, des fraudeurs financiers, etc., pour en être convaincu. La liste est immensément longue ; ici comme ailleurs, nous en sommes témoins chaque jour.

Mais quid de l’altruisme ? Quid du désintéressement ? Quid de l’attention portée aux plus démunis, aux plus fragiles ? Quid de la considération que nous devons aux animaux et à la nature? Quid du service public ? Quid du partage des richesses ? Car des richesses, il y en a ! Qu’on arrête de dire : « on n’a pas les budgets… ». De l’argent, il y en a… mais, bizarrement, il disparaît, il s’évapore, il s’évade.

Alors, théorie du complot ? Non, seulement théorie du profit et systèmes de pouvoir.

 

Au service du vivant

Il y a donc ceux qui organisent et développent les systèmes d’accaparement des richesses en n’hésitant pas à détruire la faune et la flore, à soumettre les pauvres à leur volonté de toute puissance, et il y a ceux qui leur répondent qu’il existe une autre voie systémique, soucieuse de la Terre et de ses habitants. Ceux-là disent « non », placent l’intérêt général avant le leur et s’engagent pour les autres, sans distinction des opinions politiques, des appartenances religieuses, des croyances ou des absences de croyances, des origines, de la couleur de la peau, du milieu social…

Etre à un poste de pouvoir, aussi relatif qu’il soit, et mettre ce pouvoir au service des autres, au service de l’intérêt général, d’une manière concrète, au-delà des paroles et des promesses, n’est-ce pas cela qui nous manque aujourd’hui ?

Reviennent alors à ma mémoire ceux qui ont reçu leur pouvoir du peuple, qui l’ont gagné par la lutte ou qu’ils l’ont arraché à ceux qui le gardaient jalousement pour leur unique profit, comme Jean Jaurès, Gandhi, Martin Luther King, Salvador Allende, Thomas Sankara, le commandant Massoud, tous assassinés alors qu’ils œuvraient contre le profit de certains et pour le bien commun. Je pense aux lanceurs d’alerte et, entre d’autres personnes, à Edward Snowden (à l’origine des révélations sur la surveillance massive pratiquée par les Etats-Unis), à Irène Frachon (contre le Mediator des laboratoires Servier), à Nicole-Marie Meyer (contre les malversations au sein du ministère des affaires étrangères), à Jean-Jacques Melet qui s’est suicidé à 57 ans (contre l’utilisation de mercure et d’autres métaux toxiques dans les soins dentaires), à Antoine Deltour et à Raphaël Halet (contre un vaste système d’optimisation fiscale de multinationales, l’affaire des « Luxleaks »).

Je pense aussi à Mandela, à l’Abbé Pierre, à Iqbal Masih, à Anna Politkovskaïa, à Taslima Nasreen, à Malala, comme à tous ceux qui ont refusé de se résigner et qui ont travaillé ou qui travaillent encore au bénéfice des autres. Je pense à cet homme en chemise blanche, sans arme, qui a stoppé une colonne de chars sur la place Tiananmen, en 1989.

Je pense également à ceux-là qui, un peu médiatisés, agissent pour que soient respectés les quatre éléments, les végétaux et les animaux. Ils ne supportent pas le rapport du WWF d’octobre 2016 : en quarante ans, la moitié du vivant sur la Terre a disparu. Ceux-là, humblement, font des actions, mettent en place des pratiques avec une attention bienveillante aux êtres et aux choses. C’est l’ouvrage de rebelles, au service du vivant, tels que Pierre Rabhi (contre la maltraitance de la Terre et pour l’agroécologie), Paul Watson (contre l’industrie de la pêche, pour la mer et les baleines), Wangari Mathaai (contre la désertification, pour « la ceinture verte »), José Bové (contre les OGM et les aberrations de l’industrie agro-alimentaire, pour une agriculture différente)…

Ce qui donne espoir, c’est que, là aussi, la liste est immensément longue.

 

La part du colibri et Ubuntu

Je pense bien sûr aussi à tous ces anonymes qui agissent à leur niveau, professionnel, associatif, personnel, en gardant la personne au centre de leurs préoccupations. Cela me renvoie à mon père, Jacky Forgeot, entré dans la police en 1961 et qui pensait que la police ne devait pas être un moyen de répression du peuple mais un moyen de protéger les gens des truands et de la mafia et qui rappelait sans cesse : « Pour moi, être dans la police, c’est être au service du public ». En qualité de commissaire divisionnaire, il a parfois agi, parfois il s’est abstenu d’agir et ses actes – ou ses non-actes – ont toujours été commandés par l’intérêt général et la justice (il m’a conté des histoires surprenantes que je relaterai un jour).

Je pense à toutes celles et tous ceux qui, quotidiennement, agissent sans bruit, inspirés par « la part du colibri » et par « Ubuntu ».

« La part du colibri » est cette légende amérindienne, racontée par le paysan-philosophe Pierre Rabhi, qui met en scène un colibri tentant d’éteindre l’incendie de sa forêt en transportant des gouttes d’eau dans son bec et qu’un tatou, agacé par son va-et-vient, interpelle : « Colibri ! tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ! » Le colibri lui répond alors : « Je le sais, mais je fais ma part. » Autrement dit, si chacun fait sa part de son côté, l’addition de ces parts changera peut-être le cours des choses, le cours du désastre annoncé.

« Ubuntu » est une expression de la culture Xhosa, mise en lumière par Nelson Mandela, qui pourrait se résumer, en français, par « Je suis parce que nous sommes. » Pour illustrer cette phrase et éviter bien des explications, citons cette histoire (réelle ou imaginaire) d’un anthropologue qui, dans une tribu africaine, pose au pied d’un arbre un grand panier de fruits en disant à des enfants : « Celui qui arrivera le premier à l’arbre gagnera le panier de fruits. » Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu’il vit les enfants se prendre par la main et trottiner joyeusement, ensemble, jusqu’à l’arbre. Il leur demanda pourquoi chacun n’avait pas tenté d’être le plus rapide pour gagner le panier ? Les enfants lui répondirent alors : « Ubuntu ». C’est-à-dire qu’il ne servait à personne de gagner tout seul le panier de fruits car il n’était pas possible d’être heureux si les autres étaient tristes.

 

Que pouvons-nous faire à notre niveau ?

Par exemple, et sans effort, nous pouvons agir en commençant par cibler nos achats. Car acheter, c’est agir. En effet, tout achat peut être un geste politique. Aujourd’hui, en France, l’information est relativement facile à obtenir auprès des revues et journaux indépendants nationaux (Alternatives économiques, Politis, Kaizen, Le Monde diplomatique, Fakir, L’Age de faire…) ou régionaux (par exemple Le Ravi, en PACA), des sites d’information libres (Médiapart, Reporterre, Là-bas si j’y suis, Basta !…), d’associations, d’ONG, d’artistes, de journalistes, de certains élus qui font un travail sérieux et qui dénoncent les injustices, les délits, les exactions ou les intentions mercantiles de tel ou tel industriel ou financier, de tel ou tel homme ou femme politique. Certes, pour cela, il faut faire marcher ses neurones, ceux que le sport-business, les « produits industriels » de la télévision et d’Internet n’ont pas complètement endormis ou endoctrinés : les neurones de l’esprit critique. Ainsi, nous pouvons commencer à nous poser des questions toutes simples. Voyons, voyons… quelle question pouvons-nous nous poser quand nous achetons des légumes ? « Ont-ils été bombardés de pesticides ? » semble être une question intéressante et salvatrice. Quelles questions pouvons-nous nous poser quand nous achetons de la viande ? « Est-elle farcie d’antibiotiques ? », « Comment ont-été traités les animaux ? » et, en pensant à la planète qui souffre de l’élevage intensif, « Sommes-nous en capacité d’en manger moins souvent ? » pourraient être les bonnes questions. Quelle question pouvons-nous nous poser quand nous achetons un shampooing (ou tout autre produit d’hygiène et de beauté) ? La question est au moins double : « A-t-il été testé dans les yeux de lapins ? » et « Contient-il des composants mauvais pour la santé ? » Quelle question pouvons-nous nous poser quand nous achetons du chocolat, du café, des glaces ou des yaourts ? Si nous sommes curieux et informés, elle peut être : « Ces produits sont-ils vendus par une multinationale dont le président prône la privatisation de l’accès à l’eau, à l’échelle planétaire, puisqu’il pense que l’eau est un produit alimentaire au même titre que n’importe quel autre produit, qu’elle n’est pas un droit public et qu’elle doit pouvoir, par conséquent, être sur le marché? »

Ces interrogations légitimes sont à la portée de chacun d’entre nous et rendent nos choix responsables et politiques ; l’achat devient alors un geste de consomm-action citoyenne ; sinon, il reste un geste de consommation conditionnée.

 

Que font les autres autour de nous ?

Les poètes écrivent des poèmes, les auteurs dramatiques écrivent des pièces de théâtre, les romanciers écrivent des romans, les scientifiques et les philosophes écrivent des essais, les compositeurs composent, les musiciens, les clowns et les comédiens jouent, les jongleurs jonglent, les chanteurs chantent, les slameurs slament, les danseurs dansent, les peintres peignent, les photographes photographient, les réalisateurs filment… Pardon pour ces truismes. Mais quand on imagine ce qu’ils recouvrent de labeur, de don de soi, d’abnégation, de mobilité intellectuelle et spirituelle, de talent… quand on est confronté à leurs œuvres et qu’on est ému, remué, bouleversé, quand ce à quoi on assiste soulève des questions, quand on y trouve du sens, il est aisé de comprendre que ces artistes créent pour le bien de tous. Résister et agir grâce à la culture, oui, j’y crois, car l’art donne la possibilité de grandir intérieurement, d’élever son âme.  Même chose pour l’éducation bien sûr, si celle-ci n’est pas faite contre l’intérêt des élèves…

Et puis il y a celles et ceux qui, moins visibles, agissent pour proposer à leurs concitoyens un mode de vie alternatif, centré sur « le faire naturel », « le faire local » et  « le faire ensemble ». Le « faire ensemble » est plus intéressant, me semble-t-il, que le « vivre ensemble » car il implique une action commune dans laquelle chacun peut trouver sa place, au-delà des origines, des appartenances. Action commune de laquelle émane naturellement une dimension intersociale, interculturelle, intergénérationelle et interdisciplinaire. Ce « faire ensemble » engendre des rencontres et des échanges propices à la connaissance de l’Autre et à la fraternité. La phrase de l’écrivain occitan Félix Castan, « On n’est pas le produit d’un sol, on est le produit de l’action qu’on y mène », synthétise bien cette idée à portée de main.

Parmi les innombrables actions citoyennes partout dans le monde (le film Demain, sorti dans les salles récemment, en cite quelques-unes… renseignez-vous, il y a en a forcément une ou plusieurs à côté de chez vous), je citerai quatre exemples que je connais, en France :

L’association estudiantine de l’Université Paris 8, le CIVD, qui met en avant les atouts de la pédagogie de projet depuis plus d’un quart de siècle. En effet, grâce au Centre Interculturel de Vincennes à Saint-Denis, des étudiants du monde entier et de tout horizon social ont pu travailler en groupe, organiser et réaliser des projets culturels et humanitaires afin d’obtenir leurs diplômes, en suivant la devise de l’association « Soyons réalistes, entreprenons l’impossible »1..

Le bistrot Le Pourquoi Pas, né d’une initiative personnelle dans une petite commune de Touraine, Ciran (près de Loches), est un commerce de proximité2. Autour d’un bar rouge, de livres d’occasion et de produits locaux, il accueille des associations et des artistes pour proposer des moments de partage et créer du lien dans un village où plus grand chose n’existe en dehors de la chasse.

Le Cercle Citoyen Moins les Murs est une association et un projet pour une démocratie de qualité, dans la commune de La Seyne-sur-Mer (2ème ville du Var après Toulon) en proposant aux habitants une action artistique, culturelle et citoyenne. A l’instar de La Pensée de midi d’Albert Camus, « comme conjonction entre raison et imagination créatrice », cette association est un appel à la participation des citoyens : « Indignés du pas de nos portes, nous changerons le monde en reprenant la Cité ! »3 Ce Cercle Citoyen Moins les Murs agit pour un Pétillement Artistique, Culturel et Citoyen Seynois (le PACCS), avec l’objectif de rendre la cité à ses habitants. Son cri d’espoir : « Aux rames Citoyens ! C’est à vous de jouer ! »

Et les représentants des Français, que font-ils, eux ? En parallèle des sénateurs et de beaucoup d’élus de la République qui incarnent plutôt des groupes de pression que la population (en bloquant notamment certains projets de lois), en parallèle, donc, à cet immobilisme corrompu, il existe, par exemple, les élus de la commune de Mouans-Sartoux4, dans les Alpes-Maritimes. Ces élus qui, depuis des décennies, à travers leur conseil municipal, font office de résistance dans un environnement hostile et développent des pratiques responsables et innovantes, guidées par le mieux-être des administrés et le respect du vivant.

 

Et moi ? Et vous ?

Et moi ? Depuis l’âge de 13 ans, j’écris des textes, depuis l’âge de 15 ans, je fais du théâtre et j’apporte une attention particulière aux animaux et à la nature en collaborant et en adhérant à différentes associations. Depuis les années 80, je m’informe et mes achats sont ciblés. Mes dernières batailles ? la résistance contre la tentative de censure de la municipalité de Brignoles au sujet de la Journée du Livre Gourmand à laquelle je participais et dont le pays invité était la Tunisie (lire A Brignoles, le livre gourmand est resté ouvert sur le site de L’OBS) et la résistance contre la fermeture programmée par la municipalité du Café-Théâtre 7ème Vague, à La Seyne-sur-Mer, à l’heure de Charlie Hebdo et du Bataclan ! (cafetheatre7vague.com/-Nous-soutenir-)

Et vous ? Participez-vous à une action de la théorie du plaisir ? à une initiative locale d’échange et de coopération, régie par la seule bienveillance et la volonté de partage ? à un système ouvert à tous et pour tous ? Vous investissez-vous dans une spirale vertueuse dont les seuls bénéfices sont la joie et le bien-être ? Vous impliquez-vous au service des autres et de la seule maison que nous ayons, la Terre ? Ce n’est vraiment pas difficile, c’est gratuit et bénéfique pour vous, vos proches… et tous ceux que vous ne connaissez pas ! Aux actes citoyens !

 

Christophe Forgeot

 

1 – Le CIVD, 30 ans de créations et d’échanges interculturels, éditions du CIVD, 2016 (Université Paris 8; 2, rue de la Liberté; 93526 Saint-Denis Cedex 02). http://civd-paris8.wixsite.com

2 – Le Pourquoi pas ; 9, rue Alfred de Vigny ; 37240 Ciran.

3 – Le Cercle citoyen moins les murs de Tonton Dgé, auto-édition, 2016 (Constroy Mouvement ; Café Théâtre 7ème Vague ; 38, rue Berny ; 83500 La Seyne-sur-Mer). http://cerclecitoyen-murs.fr

4 – http://www.mouans-sartoux.net

 

*

imgres

Christophe Forgeot est diplômé en Sciences de l’éducation. Depuis plus de 15 ans, il est chargé d’enseignement à l’Université du Sud Toulon-Var, il anime des ateliers d’écriture, des ateliers de théâtre et œuvre également pour l’insertion professionnelle de personnes en difficulté (détentrices du RSA et de la Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé). Il a publié ses textes dans une cinquantaine de revues et d’anthologies francophones et a notamment participé à l’anthologie internationale Monsieur Mandela (éditions Panafrika, Dakar, 2013). Ses derniers ouvrages sont De Loin en loin (livre d’artiste avec Henri Baviera, Les Cahiers du museur, Nice, 2016), Haïkus du voyage (Le Petit véhicule, Nantes, 2015), Saisir la route (Jacques André, Lyon, 2013), Porte de la paix intérieure (L’Harmattan, Paris, 2009) et Murmures d’Eros (Wallâda, Paris, 2008).

*

Si vous voulez en savoir plus sur Christophe Forgeot :

https://librebonimenteur.net/2015/09/15/jl-a-lecoute-de-christophe-forgeot/

.

imgres

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

https://lecriveurjeanlouisriguet.blogspot.fr/

.

Jean-Louis RIGUET 09 Janvier 2017

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et Membre de la Maison de l’écrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

Frontière tragique, l’un des pétales éclectiques

Extraits de Pétales éclectiques

.

Frontière tragique

.

1.-

.

Deux pays séparés d’un coup de crayon involontaire

Parfois cruel comme un méchant coup de serpe

Pour une frontière fantaisiste improvisée

.

Enjeu convoité pour des guerres abominables

Césure élastique ou rigide dans un couperet néfaste

Tempétueuse révoltée au gré du vindicatif téméraire

.

2.-

.

Naissance aléatoire pour un avenir incertain

Richesse et luxuriance antithèse de misère et pauvreté

Égoïsme doré cigare aux lèvres

Disette criante au squelette visible

.

Lapins parqués dans un clapier à ciel ouvert

Les hommes reclus sans chaînes visibles assoiffés de liberté

Rêvent leurs éclipses pour s’évaporer dans les limbes

.

Le verni s’arc-boute fièrement sur ses privilèges dorés

Le mat enrage à en crever d’en profiter sans excès

Inexorable conflit meurtrier de sans-le-sou sans espoir

Injustice pétante comme une étincelle poussant au désespoir

Jusqu’à l’exode tragique et mortel des soldats de l’impossible

.

La suite à lire dans :

.

PÉTALES ÉCLECTIQUES

Recueil de Textes

.petales-eclectiques-couverture

.

« Le poète cogne, cabosse, rafistole

Il dérange, charme, console

Amusé, il instille des vérités, des doutes

Silence brutal, applaudissements, soulagement »

.

Des sujets forts comme ceux qui touchent à l’infortune des personnes, des hommages à des artistes et enfin des thèmes plus légers : les mots restent ciselés dans la douleur ou la légèreté.

L’auteur évoque « la barbarie inadmissible dans son inutilité » ou encore « la frayeur coiffe la ville de noirceur ». Il écrit le « poète cogne, cabosse, rafistole » ou encore « alors la femme peintre claquemure ». Il parle des « fleurs qui sont un bonheur pour l’Homme » et de la neige sur laquelle « on marche réticent à pas feutrés ».

Le lecteur passe d’un sujet à l’autre et d’une forme à l’autre. S’y mêlent des pensées, des poèmes et des haïkus.

Pétales Éclectiques, un recueil varié, diversifié et inégal dans le fond et dans la forme.

.

Éditeur : PREM’EDIT

ISBN : 9 791091 321587

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Jean-Louis RIGUET 08 novembre 2016

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et Membre de la Maison de l’écrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

Pax et Libertas ! — Ninannet’s Blog

“Paix et liberté ne peuvent être séparées, car personne ne peut être en paix tant qu’il n’est pas libre.” de Malcolm X «retourne de là où tu viens », mon premier roman publié en 2011, vient d’être réédité pour la quatrième fois suite à son entrée au collège Bertie Albrecht à Sainte Maxime. Jusque-là, il n’a non […]

via Pax et Libertas ! — Ninannet’s Blog

Souvenirs tragiques, les crayons sont cassés

SOUVENIRS TRAGIQUES

Il ne faut pas oublier !

.

Plusieurs cérémonies seront organisées pour les 1 an des attentats de Paris.

.

Cette photo de Loic Venance de l’AFP

a été publiée dans METRONEWS

à l’adresse suivante :

http://www.metronews.fr/info/un-an-apres-les-attentats-de-janvier-2015-ce-qui-est-prevu-a-paris/mpab!TOaCT5lNsD9pk/

.

La liberté d’expression est l’un des piliers fondateurs de la République. Il faut en prendre soin.

Il est inadmissible qu’elle soit mise en danger par quelques illuminés.

Ils avaient des crayons (poème de Jean-Louis Riguet droits réservés) a été écrit pour porter témoignage de cette barbarie incompréhensible et inacceptable.

Ce n’est pas parce que certains publient des choses avec lesquelles nous ne sommes pas d’accord qu’il faut pour autant abattre les auteurs. Si l’on pousse le jeu dans ce sens, cela veut dire qu’à chaque désaccord il y a un mort. Au bout d’un temps très court, il n’y aurait plus aucun homme sur notre bonne vieille terre.

La liberté d’expression est aussi de laisser s’exprimer les personnes avec lesquelles nous sommes en désaccord.

.

pastel crayon: crayons de cire

.

 

Ils avaient des crayons !

.

Armés de glaives redoutables, hommes et femmes

Dessinent et écrivent l’improbable sur tout et sur rien

Les victimes en puissance jouent de mots assassins

Sur des bouts de papier caricaturés aux crayons de bois

.

Des êtres endoctrinés, drogués peut-être, assoiffés de sang

Vident leurs chargeurs meurtriers

En bombant le torse comme des monarques

Ceignant la tunique des martyrs

.

Horreur sanglante

Briseuse de vies innocentes

.

En un instant tragique

Le rouge ride la ville

Destinée triste et ville

Infamie sanglante diabolique

.

Petite fraction d’une pensée étroite

À la marge de la société s’agitent les intégristes

Très actifs s’épuisant dans des activités sclérosantes

Jusqu’auboutistes aux actions spéculatives

.

Éclat éphémère pour des moments terribles

Vus à la télévision, entendus à la radio

Lus dans les journaux, partagés dans les réseaux sociaux

Les cœurs saignent de rage

.

En majorité contre les assaillants surexcités

La tribune incessante envahit les oreilles

.

Depuis des temps immémoriaux insondables

Les conflits de religions ou autres se succèdent

Un combat remplaçant une guerre

Une croisade suivant une inquisition

.

Barbarie inadmissible et inutile

La victoire est si éphémère et si illusoire

Que la masse des individus surpasse le séisme

Toujours le monde avance sans regard en arrière

.

Comme la rivière coule depuis la nuit des temps

L’essaim débordant ou tari avance inlassablement

Pour reconquérir le terrain fourvoyé

Il reprend ses droits et l’Homme n’y peut rien !

.

Sans arrêt la foule déferle

Écrase tout devant elle

Chaque ligne avale la suivante

Marée incessante et inexorable

La passivité est une force inéluctable

.

Devant la violence inefficiente

Opposer la culture salvatrice

Convaincre plutôt que combattre !

.

La culture nécessite l’esprit libre

La conscience, le ventre bien rempli

La réflexion, la vie sécurisée

.

La culture pour combattre les abominations

Afin que les crayons soient plus forts que les armes

.

Pour que cesse la barbarie ignoble !

.

© Jean-Louis Riguet, décembre 2015

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

Jean-Louis RIGUET 04 janvier 2016

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://librebonimenteur.wordpress.com/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.