Jenifer en acrostiche par Jean-Louis Riguet

 

.

ÉVADEZ-VOUS UN INSTANT !

LISEZ UN ACROSTICHE ET LAISSEZ VOTRE ESPRIT S’ÉCHAPPER AILLEURS

Aujourd’hui un poème extrait de LES ACROSTICHES EN LIBERTE,

recueil collectif de Pierre Casadei, Ursula Heraud, Krystin Vesterälen et Jean-Louis Riguet

 

 

 

 

Dans le thème Les Artistes un acrostiche de Jean-Louis Riguet en hommage à Jenifer

 

J’aime la voix de la chanteuse Jenifer
En ce qu’elle me procure du plaisir
Novice pourtant je suis en la matière
Ingénues sont mes connaissances musicales
Farouche est ma ferveur envers cette brune
Enjoué à l’idée d’entendre sa voix de l’île de beauté
Ravi qu’elle me transporte vers le soleil de Corse

Charmé par ses ondulations dansantes
Haletant à l’idée de la voir évoluer dans un décor
Amoureux sûrement de ses longs cheveux noirs
Néophyte dans l’art de l’approche d’une célébrité
Tendu vers les avis de la star sur les concurrents d’un concours
Ebahi devant cette Corse chantante à l’allure corsée

L’enfant que j’étais revit à son écoute
En souhaitant que rien ne l’arrête

Soupirant pour une soirée avec elle
Oh néanmoins, combien inimaginable
Liberté que j’aurais aimé partager
En échangeant des vers sur des notes
Il faudra que je prenne mon mal en patience
La star m’ignore car elle ne sait pas mon existence

 

.

 Ce poème est extrait de LES ACROSTICHES EN LIBERTE, recueil collectif de Pierre Casadei, Ursula Heraud, Krystin Vesterälen et Jean-Louis Riguet, qui abordent chacun à sa manière quatre thèmes : Entre gens civilisés, Proverbes et citations – Sentences et adages, Les Artistes et la Nature.

Rappelons que l’acrostiche est une forme poétique consistant à ce que la première lettre ou les premiers mots d’une suite de vers composent un mot ou une expression lue à la verticale. Les vers sont alors disposés de telle manière que la lecture des premières lettres effectuée de haut en bas, révèle le message.

Ce n’est pas une forme nouvelle puisque l’acrostiche était au Moyen-âge le moyen employé pour signer son nom ou désigner discrètement les personnes auxquelles on voulait montrer de la sympathie ou qu’on désirait honorer.

 

 

.

 

.

Infos pratiques

Sortie : le 15 mai 2018

Disponible sur https://www.amazon.fr/acrostiches-en-libert%C3%A9-Jean-Louis-Riguet/dp/2379040095

sur www.premedit.net et en librairie.

ISBN : 978-2-37904-009-2 – 145 pages – 15 € TTC

Couverture :  © Thierry Lamotte

 

Envoi de visuels ou du livre, coordonnées des auteurs sur demande à contact@premedit.net

 

.

.

© Jean-Louis RIGUET

Le 16 juin 2018

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Lumière de Loire poème extrait d’Ondes Intimes

 

.

ÉVADEZ-VOUS UN INSTANT !

LISEZ UN POÈME ET LAISSEZ VOTRE ESPRIT S’ÉCHAPPER AILLEURS

.

 Aujourd’hui un poème extrait de ONDES INTIMES, Jean-Louis Riguet

 

 

Lumière de Loire

 

La lumière de Loire ensorcelle

Elle s’amuse de connivences multiples

Dans les eaux changeantes au gré des saisons

Elle va son cours sûre d’elle

 

Multiples nuances de couleurs

De la clarté renaissante à la noirceur tragique

Tout y passe pour un arc-en-ciel ligérien

Voguant sur l’eau changeante comme un reflet

L’émotion est profonde comme un trou sans fond

 

Saisissant un oiseau en vol au-dessus d’un bosquet

Caressant un poisson qui saute au-delà des songes

Encourageant un ange dans sa dévotion

Signifiant au démon la lame acérée d’un couteau

 

Sous le grand soleil le fleuve interprète une sonate

Entraîne la silhouette fragile d’une naïade

Dans une danse lascive, suggestive, sensuelle

Nos sens ne peuvent refréner l’envie d’amour

De cette mouvance féminine qui s’éveille de son bassin

*****

 

 

Nuances de couleurs

Changeantes selon saisons

Émotion profonde

 

Clarté renaissante

Un arc-en-ciel ligérien

Reflet d’émotion

 

Un oiseau en vol

Encourageant un poisson

Danse suggestive

.

Infos pratiques

 

Sortie : le 16 avril 2018

Disponible sur https://www.amazon.fr/Ondes-intimes-Jean-Louis-Riguet-ebook/dp/B07C5PBNNF

sur www.premedit.net et en librairie.

ISBN : 978-2-37904-008-5 – 100 pages – 13 € TTC

Envoi de visuels ou du livre sur demande à contact@premedit.net

 

.

.

© Jean-Louis RIGUET

Le 15 juin 2018

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

La Loire, poème extrait de Ondes Intimes

 

.

ÉVADEZ-VOUS UN INSTANT !

LISEZ UN POÈME ET LAISSEZ VOTRE ESPRIT S’ÉCHAPPER AILLEURS

.

 Aujourd’hui un poème extrait de ONDES INTIMES, Jean-Louis Riguet

 

La Loire

 

La Loire n’est jamais la même

Sous vos yeux elle est la douceur même

Languissante au possible

L’air est rempli de sa quiétude

 

Puis, dans son éternel voyage

Il lui arrive de devenir volage

Elle devient capricieuse, envahissante

À se répandre de chaque côté de ses rives

 

Elle peut se mettre dans tous ses états

Charrier les secrets et les soldats

Se jouer de la mort

Et la semer sur son passage

 

Au contraire, elle peut charmer

Dérouler son ruban argenté et changeant

Au hasard de ses rives aux bijoux de pierre

Où les amants ne sont pas étrangers

 

Elle déroule en flâneuse de majesté

Ses mille feux de lumière scintillante

Comme une apothéose dans sa gloire

De fleuve indompté de Loire

*****

 

 

Douceur languissante

Dans son éternel voyage

Loire capricieuse

 

Semer la mort

Au hasard des gros tumultes

Torrent ou un bœuf

 

Ruban argenté

Rives aux bijoux de pierre

Fleuve indompté

.

Infos pratiques

 

Sortie : le 16 avril 2018

Disponible sur https://www.amazon.fr/Ondes-intimes-Jean-Louis-Riguet-ebook/dp/B07C5PBNNF

sur www.premedit.net et en librairie.

ISBN : 978-2-37904-008-5 – 100 pages – 13 € TTC

Envoi de visuels ou du livre sur demande à contact@premedit.net

 

.

.

© Jean-Louis RIGUET

Le 08 juin 2018

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

JL à l’écoute de … Denis EMORINE

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Denis EMORINE

.HPIM4153

.

 1/ Qui êtes-vous ? Quel est votre parcours ?

Denis EMORINE. J’ai fait des études de Lettres à la Sorbonne. J’ai toujours été passionné par la littérature.

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

J’ai été dans l’enseignement.

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre passion ?

La lecture et l’écriture ont toujours été mes passions. Le théâtre également;  d’ailleurs, j’en écris.

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

« Admirateurs » est certainement un mot excessif. J’exige peut-être beaucoup de mes lecteurs en leur demandant d’explorer mes textes en profondeur sans être guidés. Il m’arrive de faire des lectures publiques, des conférences sur mes écrits ou sur la littérature.

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Oui, les trois. En 2014, j’ai donné deux conférences à l’université ELTE de Budapest : l’une sur ma poésie et l’autre sur la poésie francophone. J’ai rencontré des lecteurs en France, en Allemagne, en Grèce, en Hongrie,  et aux Etats-Unis, fait des lectures en français et en anglais dans des librairies, des lycées, des universités…

 

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

J’écris depuis l’âge de sept ans. J’écris essentiellement de la poésie, des nouvelles, du théâtre et des essais.

 

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

Il s’agit d’un recueil de poèmes : Bouria, des mots dans la tourmente  paru en 2014 aux éditions du Cygne.  J’ai voulu rendre hommage aux artistes soviétiques et aux anonymes réprimés, déportés voire massacrés par Staline. On y retrouve des poètes comme Anna Akhmatova, Marina Tsvetaïeva, Boris Pasternak et Alexandre Karvovski, des cinéastes tels Andreï Tarkovski sans oublier tous ces inconnus persécutés et déportés  par le régime stalinien, ceux que j’appelle les suppliciés ou les prisonniers.

 

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

Dans toutes les bonnes librairies selon l’expression consacrée mais certains sont épuisés.

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? Aux e-book ?

En tant qu’auteur, je m’oppose résolument aux publications à compte d’auteur ou même à compte participatif. Beaucoup d’éditeurs proposent une version de leurs livres sur papier et le e-book correspondant, ce qui est une bonne alternative, l’un se nourrissant de l’autre et réciproquement.

 

10/ Quel est le conseil le plus important que-vous-ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

Votre question m’embarrasse. Peut-être cet aphorisme de Nietzsche : « Il faut quitter la vie comme Ulysse quitta Nausicaa, avec plus de reconnaissance que d’amour » (je cite de mémoire). Le moment venu, on verra bien…

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

Jusqu’à présent, je n’ai pas écrit de roman : j’ai essayé, ce fut un échec. Je n’ai pas écrit de biographie non plus. Je rêve parfois de la commande d’un éditeur –mécène qui m’offrirait un séjour en Italie pour écrire la biographie d’un peintre, par exemple ; je prendrais mon temps en visitant ce pays aimé. Je n’ai pas de préférence dans l’écriture même si le théâtre me permet d’écouter  mes pièces, mêlé aux spectateurs : c’est une sensation indescriptible. La première fois, c’était en 1992 ; il s’agissait de  La Visite. J’étais dans l’état d’esprit d’un schizophrène : j’avais l’impression de voir la pièce d’un homme qui était à la fois moi, Denis Emorine, et un inconnu qui portait mon nom. C’était une forme de dédoublement difficile à décrire. Les mots que j’entendais, portés par les comédiens, ne m’appartenaient plus vraiment. J’ai ressenti une sensation curieuse, une sorte de malaise et de griserie en même temps. Pour la lecture, j’aime  tout sans restriction, pourvu qu’il s’agisse d’un écrivain que j’apprécie.

 

12/ Comment écrivez-vous ? 

Je ne suis pas sûr de bien comprendre votre question. J’écris sous l’effet de l’inspiration (le mot est impropre mais lequel lui substituer ?) J’ai l’impression de rédiger fébrilement sous l’effet d’une voix intérieure qui me dicte ce que je dois écrire : poème, nouvelle ou pièce de théâtre : parfois cette « dictée » dure plusieurs heures, il faut que j’écrive immédiatement sinon tout est perdu. Après, je suis littéralement épuisé. Je laisse « reposer » sans y toucher pendant plusieurs semaines puis je corrige le texte avec rigueur et même sévérité ; le correcteur a un regard différent de l’écrivain. C’est une forme de dédoublement indispensable.

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

L’inspiration ? Je crois avoir répondu à cette interrogation à la question 12

Des commandes d’ouvrages ? Oui par exemple, en 1993, j’ai participé à Qu’est-ce que la littérature érotique ? Soixante écrivains répondent, ouvrage collectif (Editions Zulma / La Maison des Ecrivains)  1993. Il m’arrive également de donner des poèmes ou des nouvelles pour des anthologies en France et à l’étranger. Quelquefois, ce sont des textes collectifs sur un thème précis, « engagé » comme Haïti ou les migrants.

 

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

Mes thèmes de prédilection sont la recherche de l’identité, le thème du double et la fuite du temps. Je suis également fasciné par l’Europe de l’Est. Dans mon théâtre et mes nouvelles, on trouve l’incompréhension entre les êtres humains supposés utiliser la même langue, un vocabulaire identique pour se comprendre. Tout peut arriver lorsque les choses se passent autrement que vous le prévoyez : les sentiments s’exacerbent, la violence surgit, tous les conflits deviennent possibles parce que certaines personnalités écrasent celle des autres pour survivre. C’est le sujet de deux de mes pièces Sur le quai et Après la bataille.

A partir du moment où ils sont couchés  sur le papier mes personnages existent dans la réalité, du moins à mes yeux. Je pense notamment au personnage de Laure Dujardin dans ma pièce Sur le quai. D’autres sont inspirés par des rencontres : Dans Ce soir vers 21 heures, le narrateur, un écrivain, fait la connaissance d’une jeune fille à un congrès de poésie en Roumanie. C’est une nouvelle autobiographique, j’ai rencontré Marika. J’ai écrit ce texte sous l’effet d’une émotion. Certains de mes poèmes sont dédiés à des artistes : Theo Angelopoulos, Paul Celan, Tatiana Samoïlova…par-delà la mort comme dans Bouria.

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

Aucun, je crois.

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

Il y en a tellement ! J’ai du mal à faire un choix ! Camus, René Char, Pierre Reverdy, Kafka, tous les classiques russes…et beaucoup d’autres !

 

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

Un roman de Michel Zevaco Les amants de  Venise.

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Je relis un manuscrit de poèmes Psaumes du mensonge, poèmes à lire avant la guerre. Je pense qu’il est achevé dans tous les sens du terme. Je suis en quête d’un éditeur.

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Pas précisément, des projets encore vagues de voyages  sinon un choix de nouvelles aux Etats-Unis aux éditions Cervena Barva Press http://www.cervenabarvapress.com/

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Sur mon site http://denis.emorine.free.fr (français/anglais/russe)

————-

Le .22/06/15

Denis EMORINE

.

cover high

 

.

DSCN3312

 

.

Denis EMORINE

 

Trois poèmes à Carmen

(Extraits de

Psaumes du mensonge (inédit) )

 

 

1

Carmen

Je voudrais retrouver la forme de tes bras

T’accompagner aux frontières de la mort

L’amour n’a plus d’odeur

Et la bouche est close

Je me sens si vieux Carmen

Alors que c’est toi qui es partie

Mais je ne t’en veux pas

D’avoir fermé la porte à double tour en sortant

 

Parfois je hais la métaphore

De mentir ainsi à ceux qui s’aiment

 

—————

2

Le monde ne fait plus le tour de ta maison

L’amour n’a plus de mots pour te  célébrer

J’existe à peine au moment de partir loin de toi

J’hésite à vivre

Je n’ose plus poser la main sur le papier trompeur

Lorsque j’ouvre la porte c’est pour constater que

L’obscurité durcit contre moi

La vérité est celle de la tombe

La terre n’a plus d’odeur même après la pluie

Le vent s’engouffre dans les jours défunts

Dans nos gestes déserts

Je voudrais m’arrêter quelque part

Pour te parler enfin

Pour enfoncer mes mains dans la boue

Et en recouvrir mon  visage

Parce que je ne sais plus aimer

 

———

3

Laisse-moi prendre ta main une dernière fois

Je sens déjà le froid m’envahir

Et la grimace de la mort

Figer mes pensées

J’essaierai je le jure

J’essaierai

De croire en ton Dieu

S’il te laisse une dernière fois

Prendre dans tes bras

Le petit garçon égaré

Pourquoi tournes-tu la tête

Au lieu de me sourire ?

Où t’enfuis-tu sans me regarder ?

J’ai peur d’oublier ton nom

Il pleut déjà

Sur les mots d’amour que  n’ai pas osé

Te murmurer Carmen

.

couverture éter

.

Je remercie sincèrement Denis EMORINE d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

Jean-Louis RIGUET 24 juin 2015

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://librebonimenteur.wordpress.com/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

http://jeanlouisriguetecriveur.blogspot.fr/

.

 

JL à l’écoute de … Carjo MOUANDA

 

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Carjo MOUANDA

.

Carjo

.

 

 

1/ Qui êtes-vous   (VOS Prénom et NOM) ? Quel est votre parcours ?

 

La voix des affligés, un poète

Je suis né le 05 Avril 1980 à Pointe-Noire au Congo

J’ai réalisé mes études secondaires au Congo puis universitaires en Génie Informatique au Sénégal

Je travaille comme Bussiness Developement Manager à Dynamic Investment à Pointe-Noire

Je découvre dès l’entrée au collège l’univers poétique et y trouve une forme d’expression libre pour exprimer l’indignation, la révolte et le désir ardent de vérité.

Je peins dans mes vers le quotidien des villes africaines pour éveiller les consciences et braver le silence, l’injustice, l’opprobre et la désolation

En 2001, Je participe activement à la création de l’Alliance Ponténégrine des Ecrivains d’Expression Française en sigle APEEF

 

Par le biais de la Maison Africaine de la Poésie Internationale en sigle MAPI en 2006, je représente le Congo à la 5e édition des rencontres internationales de poésie de Dakar.

 

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

 

J’écris dès mon entrée au collège, j’ai eu les périodes où j’ai exercé le football et la pétanque en tant qu’amateur, sans soustraire la musique où j’ai été chantre dans la chorale d’une paroisse catholique.

 

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre passion ?

 

J’avoue avoir beaucoup de penchant sur le théâtre et le conte, certainement étant né dans un pays africain où la tradition orale domine, cela peut s’expliquer

 

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

 

J’attends de mes lecteurs de lire et faire lire mes textes, recevoir leurs avis, critiques, analyses et commentaires, faire connaître mes poèmes à travers le monde par toute action nécessaire de leur part.

 

Je m’appuie également sur quelques programmes de radio, réseaux sociaux, revues de poésie

C’est toujours un réel plaisir pour moi de rencontrer mes lecteurs au cours des festivals et salon du livre, cette communion directe entre l’auteur et les lecteurs est à mon avis très important et surtout très magique.

 

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

 

Bien sûr que oui, toute sollicitation dans ce sens est toujours répondue favorablement

 

 

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

 

J’écris mes premiers textes de poésie dès la classe de 6e, je suis l’auteur du recueil de poèmes intitulé «Couleur Douloureuse», co-auteur de l’anthologie de poésie: «Les Cygnes de l’Aube» auteur du recueil de poèmes intitulé: «Cri de Douleurs» et co-auteur de l’anthologie de poésie intitulé « Sourds à l’appel de la nature » aux éditions Lire et Méditer.

 

 

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

 

Mon dernier recueil de poèmes est «Cri de douleurs» où j’ai tenté d’appeler la conscience humaine à s’éveiller pour observer le monde et sa mutation. Un monde où les valeurs universelles se retrouvent mélangées à un capitalisme aveugle qui brasse l’argent, le monde, l’humain et l’appel à la paix comme l’écrit la poétesse Abassia dans sa préface.

 

Je questionne tout le monde pour ressuscité l’Afrique, qui jadis rayonnante de ses trésors souterrains, ne semble briller que par la faim, les pleurs et la misère déchirante, ce qui interpelle le poète que je suis. L’Afrique, autrefois dévastée par le monde qui se dit civilisé, se meurt aujourd’hui sous nos yeux. Des Ventres épuisés par la faim, par les cris qui semblent s’éteindre dans le trou noir des communications à sens unique pour encore cité Abassia.

 

En communauté, il y a l’anthologie de poèmes « Sourds à l’appel de la nature », les poètes des cinq continents se sont penché sur la question de l’écologie, Il était nécessaire d’attiré l’attention de tout le monde en vers la pollution à grande échelle dont l’homme reste le principal auteur pour exterminer la nature.

 

 

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

 

Aux éditions Lire et Méditer en France, achat possible en ligne : http://www.abbassia-naimi.com/lm, à La librairie la Loul de Bargemon, à La Librairie Paillet à Pointe-Noire, Où on me contactant par mon adresse mail : carjo_mouanda@yahoo.fr

 

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? Aux e-book ?

 

Quand un lecteur à un livre entre les mains, il ne se préoccupe pas de savoir si le livre a été publié à compte d’éditeur, ou à compte d’auteur encore moins à compte participatif, le plus important pour le lecteur est d’avoir le livre et de découvrir la richesse de son contenu, Par contre s’il faut poser le problème en tant qu’auteur, on va reconnaître un certain nombre de garantie, de fiabilité et de professionnalisme avec la publication à compte d’éditeur, ce que les gens doivent retenir est surtout de savoir que ce n’ai pas le type de contrat de publication qui garantit la qualité des textes, la poésie vue comme un genre réservé aux initiés se consomme de moins en moins de nos jours ce qui rend son édition plus problématique, et chacun se débrouille comme il le peut.

 

Les e-book ont démontré de nos jours la facilité d’atteindre un nombre important de lecteur avec l’évolution des nouvelles technologies, je pense que c’est une expérience à faire vivre.

 

 

10/ Quel est le conseil le plus important que-vous-ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

 

La vie est un perpétuel recommencement

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

 Beaucoup plus de la poésie

 

 

12/ Comment écrivez-vous ? 

La première étape sur feuille blanche avec un stylo à bile

Ensuite vient l’autocritique avec un crayon en main

S’ensuit la reformulation et la relecture

La saisie sur mon ordinateur

Enfin la mise en page du manuscrit

 

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

Ma source d’inspiration reste avant tout le quotidien des villes africaines, je traverse quelques villes et je pense qu’il y a tellement des choses à écrire pour l’éveil des consciences

 

 

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

Je ne fais que peindre par les mots ce que je vois, si bien que mes personnages sont loin d’être imaginaire.

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

Ne pas vouloir écrire avec des contraintes de style, mais se laisser emporter dans ce mystère et vomir sur du papier blanc l’originalité qui fera d’eux des poètes exceptionnels,

Je leur recommande aussi de lire de la poésie

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

Ils sont nombreux

 

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

Les Belles étrangères, regroupant 14 écrivains Bulgares

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Je termine ma prochaine publication en poésie « Le sang des affligés », je veux que ce livre reflète exactement le courant de mes pensées, écrire pour dire quelque chose qui doit suscité une prise de conscience de mon Afrique mère, mais aussi des autres parties du monde où règne le chaos et la désolation, je pense aux enfants de la Syrie, de la bande de Gaza en Palestine, d’Ukraine, aux moines de Tibet, bref me mettre dans la peau de ces peuples.

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Quelques rencontres littéraires et café autour de la poésie

 

20/ Où on peut suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Disponible sur ma page facebook : https://www.facebook.com/Jojopoete

Ou https://www.facebook.com/CriDeDouleursDeCarjoMouanda

————-

Le  14/10/2014.

Carjo MOUANDA

.

Carjo

.

UN POEME

 

Voix blessée

Je crie dans mes pensées tourmentes

Englouties dans le vide du sang flagellé d’ailleurs

Où je verse mes larmes déchainées

Sur l’innocence des silhouettes mutilées.

L’air sec des discours opaques

Cajolant le rêve extasié de la patrie dévoilée

Dans son souffle de souffrances insensées

M’inspire l’âpre fin  de la terre effrénée

L’œil du ciel semble obscurci

Dans des jours sans éclats ni saveurs

Couronnés des nuits ensoleillées d’obus

Émanant de l’égoïsme des sans-cœurs

Aux bouches remplies de rêverie

Qui piétinent les pleurs de mes vers nus.

Carjo Mouanda

 

.    

        Carjo           

.

                   

Vocea rănită

(Tradus de Marina Nicolaev)

Strig prin gândurile mele înfierbântate

Înghițite-n pustiul sângelui funest de altunde

Unde-mi vărs lacrimile mele dezlănțuite

De inocența siluetelor mutilate.

Aerul uscat al discursurilor opace

Extaziatul vis al patriei dezvăluite legănat

În suflul său de absurde urgii

Aspru sfârșit năvalnicului pământ îmi prevesti

Tulbure îmi pare ochiul de cer

În zile fără străluciri sau miresme

Încoronate de nopțile de obuz luminate

Slobozind egoismul celor fără suflet

Spre speranțele gurilor însetate

Strivind plânsetele din versurile mele adevărate.

.

Traduit du Français, du livre « Cri de douleurs » de Carjo Mouanda

Editions LIRE ET MEDITER Collection L’OSMOSE, 2013, France

.

Carjo

.

Je remercie sincèrement Carjo MOUANDA  d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Jean-Louis RIGUET 24 octobre 2014

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://librebonimenteur.wordpress.com/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

http://www.riguetauteurlivres.com/

http://riguet-jean-louis.e-monsite.com/

.