Le droit à la vie, Marie Brume

.

Le droit à la vie

 

de Marie BRUME

.

 

.

éditions Baudelaire
27 place Bellecour
69002 LYON
Nombre de pages : 90
ISBN : 979-10-203-1513-7

12 euros

https://librairie.editions-baudelaire.com/autobiographie-memoires/1272-le-droit-a-la-vie-9791020315137.html

.

 

.

Quatrième de couverture

« Je ferme les yeux, j’attends tête basse ; ne surtout pas bouger, ni ouvrir les yeux. Je reste figée. Il me décoche une gifle, une seule, puissante, violente ; elle me terrasse, sans souffle, j’attends la sentence, mais elle ne vient pas ; la douleur envahit mon visage, des larmes coulent lentement. Maman, papa, j’ai mal. Pardon. J’ouvre les yeux, il est prostré devant moi, il s’excuse, m’explique, que je l’ai contrarié, et qu’il n’aime pas être contrarié. À nouveau, je me sens coupable, le chagrin désormais m’habite. »

.

 

.

Extrait :

Je ferme les yeux, je me tiens debout devant le commissariat. Il est 8 h 45 du matin, j’hésite à sonner, à me présenter. Je suis convoquée à 9 h 00 pour suspicion de non-présentation d’enfants. C’est la seconde fois que je suis convoquée.

Je me décide à sonner, la honte me submerge peu à peu ; cette sensation que j’ai éprouvée tant de fois par le passé. Je pénètre dans le commissariat, je me retrouve face à une jeune femme au sourire franc, je lui précise être convoquée pour 9 h 00. Elle me sourit et me demande « Madame Topin ? » Je lui retourne un sourire et rétorque « oui » en lui tendant ma pièce d’identité. Je patiente assise, quand j’entends mon nom prononcé par une femme d’origine antillaise, que j’ai déjà croisée dans le cadre du travail. Sa voix est dynamique, son visage aimable. Elle m’accompagne jusqu’à son bureau, elle me prie de m’asseoir, j’obtempère.

Je suis mal à l’aise, à nouveau la honte m’envahit. Elle me questionne, je réponds. A ses questions, je perçois en elle, un sen aigu du devoir. Au terme des questions administratives, elle me lit un écrit, des souvenirs me reviennent à l’esprit. La lassitude me gagne. Je vais devoir m’expliquer encore pour une plainte déposée le 27 décembre 2015. Intérieurement, je tremble, mais je me souviens  Noël passé chez ma soeur et reprendre la route pour être présente à la maison le dimanche matin.

.

.

Ce que j’en pense

J’ai lu ce récit. J’ai été bouleversé.

L’auteure raconte son vécu d’épouse d’un pervers narcissique, toute une partie de sa vie tragique.

Le style est alerte à l’égal du ressenti qu’elle a eu de ses évènements. C’est un livre dur, qui ne mâche pas ses mots. Toute la violence des coups, toute la perfidie de langage, toutes les subtilités des attitudes et des mots, tout est relaté avec force.

On ressent les morsures du mal qui ronge la femme.

Je suis conquis par ce livre. Il n’est pas long., il se lit vite.

Lisez ce livre sans modération.

.

L’AUTEURE

Marie BRUME.

L’éditeur n’indique rien sur l’auteure. C’est un pseudo.

.

 

.

 

Un livre à lire absolument !

 

.

© Jean-Louis Riguet – Librebonimenteur.net – 17 octobre 2018

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

 

 

Le jour se lève

 

Le jour se lève en montagne par l’Ancolie Bleue 2

 

Val nous fait à nouveau plaisir en publiant ces photos que je partage volontiers.

 

Par delà les chancellements du temps, les abîmes qui nous happent, la vie continue, défiant jours après jours l’instabilité comme la félicité. La pleine conscience de ce jeu inexorable est une façon de s’ouvrir à l’instant pour en savourer la richesse. Voir le soleil se lever est une invitation à vivre. Distinguer une lueur […]

via Jour — l’ancolie bleue 2

 

 

Le jour se lève par l’ancolie bleue 2

Val dans le blanc immaculé

Toujours en phase avec mes moments de silence et d’absences, je fais une apparition ici, aujourd’hui parmi vous. Je fuis de plus en plus le monde grouillant, qui bouge et file sans que les gens ne prennent le temps de savourer la vie en l’ingurgitant goulûment sans en percevoir les saveurs qu’elles soient douces ou […]

via Au cœur de la solitude blanche — l’ancolie bleue 2

Le jupon d’Idéelle

Sous le jupon d’Idéelle, il s’en cache des choses mystérieuses !

 

 

Sous son jupon … .. Sous son jupon se cachait le secretD’un monde d’illusions et de passionsSous son jupon se cachait le secret De la Vie, de toutes ses unions ! .. *** Idéelle, le 15 août 2017 *** ..

via Sous son Jupon — Le monde est dans tes yeux …

Le Poème de la semaine n° 15

20150601_104303.

Le Poème de la semaine n° 15

.

IV

POINTS DE VUE

A

Une thèse, vue de l’esprit, est vraie.

Jusqu’au moment où

Une autre démontre le contraire !

 .

B

Qui a dit ?

.

Le climatologue analyse :

La bise humide dite noire, pour la vie souffle froid mouillé

La bise dite franche, pour la vie souffle gentillet

 .

L’infatigable marcheur rêve :

Si le chemin est court, pour la vie …

.

La suite en suivant le lien suivant :

https://lecriveurjeanlouisriguet.blogspot.fr/

.

Les Tamalous, Alexandra Pasquer-Schurder


LES TAMALOUS

Alexandra Pasquer-Schurder

Roman

Les Tamalous

Changeront-elles de vie à 70 ans ?

Fortuna éditions

252 pages – Septembre 2015 – Prix 16.90 €

ISBN 978-2-87591-073-8

http://editionsfortuna.blogspot.fr/

.

 
 .

En quatrième de couverture, l’éditeur nous indique ce qui suit :

 

Trois septuagénaires un peu brinquebalantes ont des maux de leur âge mais aussi des envies. Yvettes, vraie midinette, rêve d’un nouvel amour à Paris. Alicia, obsédée par l’argent, ne se sent bien qu’en représentation. Angèle, gravement malade, joue sa survie en Bretagne.

L’arrivée de Ferdinand, un lointain amant richissime en mal de paternité, les confronte à un choix : accepteront-elles de lui créer un héritier ? De remettre en question leur existence passée ?

C’est l’histoire des Tamalous, des destins croisés du troisième âge, porteurs de vie et d’espoir !

.

http://club.editionsfortuna.net/index.php/editions-fortuna/les-livres-fortuna/les-tamalous-detail

.

Ce que j’en pense :

J’ai bien aimé ce livre qui se lit vite en raison de l’écriture qui est très alerte. Les phrases sont courtes et rapides. Le style est aussi alerte que l’auteure. Les mots sautent comme un cabri, ce que j’ai vu faire à l’auteure sur la scène du Salon du livre de Mennecy en février 2017.

Les portraits des personnages sont bien campés. On sent une longue étude et d’attention de l’être humain. Normal car l’auteure travaille dans la communication.

Le ton n’est pas vraiment décalé. L’on sent l’étude du comportement humain parfois déconcertant ou féroce, mais souvent proche du réel. Il est aussi être léger et émouvant.

La question que pose Alexandra est de savoir si l’on est vieux à 70 ans ? Sujet au combien d’actualités ! L’auteure parle de cet âge charnière dans une intrigue qui est une intrusion dans le monde des seniors. Elle n’hésite pas à aborder des thèmes autour de la nutrition, du respect des prescriptions, du soutien de l’entourage, de la place des femmes et des aînés dans la société et de la transmission dans le cadre de l’héritage.

Trois portraits de femmes commencent le livre : celui d’Yvette, celui d’Angèle et celui d’Alicia. Trois vies différentes mais réussies. Puis, un portrait d’un homme, Ferdinand qui a un souci : à qui transmettre sa fortune puisque officiellement il n’a pas d’enfant. Il se met en quête d’un héritier, avec des méthodes particulières pour ne pas être dérangeantes.

L’auteure est entrée dans les détails. Les détails de la vie de chacune des femmes : les émois d’une femme amoureuse avec ses désirs, la tristesse face à la maladie, la vie des femmes actives, des femmes au foyer, des femmes qui font attention à elles ou pas, des soucis de santé.

.

Quelques mots sur l’auteure

Alexandra Pasquer-Schurder est née au Canada en 1968. Elle a appris à lire et à écrire en faisant le tour du monde avec ses parents. Elle a été formée au CELSA en Communication et à Paris I Sorbonne en Science politique, avant de devenir journaliste de presse écrite. Aujourd’hui, elle dirige la communication d’un groupe spécialisé dans le logement social.

Alexandra est d’une grande vitalité et a foi dans l’optimiste. Elle a un grand sens de l’observation et de capacité d’écoute. Elle est plus que persuadée que la vie vaut la peine d’être vécue et que les péripéties humaines sont les grains de beauté de l’existence, dont les envies et les espoirs sont vivants.

Les lecteurs seront surpris en lisant ce livre qui est une contribution au début sur la silver économy et la place des aînés dans la société.

.

 

.

Pour en savoir plus sur Alexandra Pasquer-Schurder, cliquer sur :

https://www.les-tamalous.com/

et aussi sur

https://librebonimenteur.net/2017/02/14/jl-a-lecoute-de-alexandra-pasquer-schurder-romanciere/

.

 

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

https://lecriveurjeanlouisriguet.blogspot.fr/

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Jean-Louis RIGUET 17 mars 2017

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et Membre de la Maison de l’écrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

 

N’être que mélodie, Idéelle

.. Sous ses doigts n’être que Mélodie, Murmurer qu’aimer est le secret de la Vie, Au bruit de nos peaux qui se froissent Oublier que le Bonheur aussi angoisse …. . . *** Idéelle, le 23 janvier 2017 *** . .

via N’être que Mélodie …  — Le monde est dans tes yeux …

Souris à la vie

20160405_120705

 

Souris à la vie

 

 

Mon mouchoir

Est tout humide

 

Tes larmes

L’ont mouillé à verse

 

La joie

S’abat dans ton cœur

 

Tes yeux

N’y résistent pas

 

La pluie

Te rend si belle

 

Les perles d’eau

Inondent ton visage

 

Sèche

Tes larmes

 

Souris

A la vie

 

Souris

A l’amour

 

Souris

A l’amour de la vie

 

© 25 août 2016 – Jean-Louis Riguet

 

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Jean-Louis RIGUET 25 août 2016

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et Membre de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

La nuit, le jour

 

20160405_120711

 

 

La nuit, le jour

 

 

Animations endormies

La pénombre déploie ses ailes

Le soleil rend les armes

Ses ultimes armes

 

Le dernier rayon jaune

Illumine encore

De ses feux condamnés

Petit à petit

Lentement

L’ombre étend

Ses bras sombres

 

La nuit sinistre

Prend place

Occupe le terrain

Inquiétante

De maléfices

 

 

L’endormissement

De la vie

Annonce

Prometteuse

Des rêves bénéfiques

 

Demain

Le jour reviendra

Narguant la nuit

La vie

Gagnante

Reprendra ses droits

 

 

© 24 août 2016 – Jean-Louis Riguet

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Jean-Louis RIGUET 24 août 2016

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et Membre de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

L’éden d’ailleurs

20160405_120711

.

L’éden d’ailleurs

.

Je vois le ciel bleu et le soleil

Je vois la terre et sa noirceur

Je vois l’espérance et le bonheur

Je vois l’adversité et le malheur

.

Je me perds dans mes pensées secrètes

Labyrinthe clos par inadvertance

Dédale improbable de mes sentiers

Perdus dans les méandres du cerveau

Au détour d’un virage trop abrupt

Je dérape sur l’asphalte de mes idées

Dans la confusion de mes problématiques

Inconnues mais sont-elles réelles ?

.

Je glisse sur la pente de mes vertiges

Je grimpe sur la côte de mes désirs

Je rampe comme un ver

À la recherche d’un peu de terre humide

.

Mais pourquoi ce désordre ?

Ce galimatias de désirs contraires ?

Qu’ai-je donc fait pour me déchirer ?

Rampe esclave de mon cerveau

Nettoie la terre de ton corps sale

Crie ton mal être désarmant

Rejoint les occupants de la sénilité

Dans des disharmonies dégénératives

Jusqu’à la fin de ton corps sans vie

.

Regarde le monde te sourit

La vie te fait un signe d’espoir

Tu n’as pas tout perdu

Tes pensées t’enrichissent d’un rien

Ne désespère pas !

Tu seras heureux là-bas

Au coin du grand pré vert

Devant la rivière de perles

Les filles jouent de la cithare

Une chorale égaie la pelouse

De jeunes enfants apportent des fruits

.

La vie est belle dans cet éden d’ailleurs

.

.

© 19 juillet 2016 – Jean-Louis Riguet

 

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Jean-Louis RIGUET 19 juillet 2016

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et Membre de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.