Elévation dans la montagne par Val

Personne ne pourrait imaginer que la simple ouverture de la porte du frigo est déjà un pas vers la liberté et le bien-être, même s’il en arrive à vouloir crier famine. Ce frigo béant est la promesse d’un moment d’exception, bien que je n’en extirpe qu’un bout de fromage. J’ajoute à ma modeste trouvaille un […]

via Élévation — l’ancolie bleue 2

Chasseur de fantômes, Incroyable voyage au royaume des ombres, Anthony Augusto

CHASSEUR DE FANTÔMES

Incroyable voyage au royaume des ombres

Anthony Augusto

.

.

Les éditions de l’Opportun

 576 pages – juin 2016 – Prix 20.90 €

ISBN 9 782360 754304

.

.

http://www.editionsopportun.com/produit/39/9782360754304

.

Un explorateur lève le voile sur le monde des esprits…

.

Quatrième de couverture

« Entrons ensemble dans le royaume des ombres ! »

Comment en suis-je arrivé là ? « Chasseur de fantômes ». Le terme fait sourire, réfléchir ou fantasmer. Je traque les signes d’une activité paranormale, je guette, j’observe, je patiente, je pose des pièges, des caméras, des enregistreurs audio… Parler des morts n’est pas une honte, c’est un respect. Vouloir les trouver, désirer les comprendre, revient à les aimer. Au final, si la mort nous fait peur c’est parce qu’elle est synonyme d’oubli.

« Dites-moi ce que vous entendez par fantôme et je vous dirais si j’y crois. »

Je vais tenter de vous prendre la main et de vous faire voyager dans les méandres d’un univers fantastique. Attention ! Le chemin est long et implique de garder l’esprit ouvert, y compris face à l’invisible. Le doute, lui, nous accompagne à chaque pas de ce voyage qui comprend de nombreuses étapes.
Le voyage pourra parfois vous paraître loufoque, fantaisiste, insaisissable, dingue, mais dans tous les cas il sera, j’en suis sûr, terriblement excitant.

Anthony Augusto

Présentation de Guss

«  Le livre que vous avez entre les mains a été écrit par l’un de ces hommes qui osent plonger dans l’incertitude, un explorateur qui s’est engagé dans la voie de l’inexpliqué avec la volonté de démêler le vrai du faux. Des chercheurs, des inventeurs, des aventuriers, des visionnaires repoussent sans cesse les limites de la connaissance et des croyances. Vous allez découvrir le voyage atypique d’un chasseur de fantômes, le parcours de ses aventures en terres inconnues. Si la vérité est ailleurs, c’est encore là qu’il faut aller la chercher… »

Guss – Chasseur de fantômes

 .

.

Extraits :

Page 63

La légende nous fait assister à un sabbat, une nuit de 1684, près du cimetière de Darola où des sorcières dansaient devant un feu et invoquaient le démon entre les froides pierres tombales. Elles appelaient le nom de Satan, le répétaient trois fois et par magie le seigneur des ténèbres apparaissait. Le diable s’aperçut justement que non loin de là se trouvaient l’abbaye de Lucedio et décida de subvertir son ordre, et de le soumettre à son pouvoir. Pour arriver à ses fins, il s’insinua dans les rêves des novices du monastère de Trino et les poussa à prendre dans leurs filets, grâce à leurs charmes, les moins de Lucedio. Le diable réussit si bien dans ses intentions, qu’à partir de ce moment-là commença une période pendant laquelle les moines poussés et guidés par la force du Malin, perpétuèrent des séries d’abus, et de violences à l’encontre des pauvres gens des alentours.

Page 354

Ces mots gravés sur la plaque de marbre qui nous surplombe sont les premiers vers d' »Un Fantôme » (XXXVIII) du recueil de poèmes Les Fleurs du mal de Charles Baudelaire. Ils nous accueillent dans une pièce que j’affectionne particulièrement. Secrète. Enfouie. Son atmosphère, presque insolente, me suggère à chaque fois de rêver un petit peu plus. Le calme religieux qui règne ici nous impose en revanche de parler à voix basse. Nous nous trouvons sur « l’esplanade du créateur », où s’étalent comme vous pouvez le voir des centaines de tables de lecture. Un véritable sanctuaire pour l’esprit, qui survit dans les flaques onctueuses des lumières rougeoyantes de ces milliers de lanternes endormies. Absorber par la magie que l’art des lettres confère au fantastique, il suffit de s’asseoir à l’une de ces tables pour s’imaginer voguer en direction du pays des Cimmériens aux côtés d’Ulysse.

 

.

 

.

Ce que j’en pense

Anthony Augusto est le fondateur avec son frère Nicolas du R.I.P. (Recherches Investigations Paranormal). Il cherche les fantômes. Dans ce livre, il raconte son parcours, ses aventures et ses enquêtes spécialisées sur les cas de hantises. Ce n’est pas un scientifique mais il enquête avec soin, méthodologie, sérieux et honnêteté intellectuelle.

Il est possible de critiquer le paranormal, avec tout le lot de clichés traditionnels. Mais il semble difficile de ne pas reconnaître l’objectivité de l’auteur. Sa passion lui a apporté des connaissances, il en a fait une culture.

Ce livre est une suite de témoignages sur la question : y a-t-il une vie ailleurs ? Dans l’au-delà ? Anthony ne tranche pas mais explique et relate sa démarche, passionnée, cartésienne. Il recherche des preuves, des preuves de deux personnes. Il ne se contente pas d’un seul témoignage. Il faut être deux avec des moyens différents.  Il veut faire la distinction entre l’illusion d’un phénomène et l’inexpliqué paranormal.

Imaginez que vous êtes dans une musée pour faire une visite. Le guide vous demande de le suivre. Et là, vous devenez acteur. Vous naviguez entre le fantôme imaginaire, les fausses idées, les hantises de toutes formes, le fantastique, le matériel adapté, les lieux mystérieux. Vous n’êtes plus le visiteur mais le guide. Vous n’êtes plus le lecteur mais l’enquêteur.

Avec votre sac à dos en bandoulière, vous maniez les outils, en déroulant la méthodologie, dans le royaume des ombres.

Le livre est bien écrit, avec son cœur, avec ses tripes, avec sa manière de penser. Ce n’est pas un délire mais une réalité décrite par un enquêteur et vous n’êtes plus lecteur. Le vocabulaire utilisé est approprié ainsi que les tournures de phrases. La qualité est au rendez-vous. Les parties romancées sont bien écrites avec une immersion dans les décors ou les émotions. Des photos prises pendant ces enquêtes agrémentent l’ouvrage.

J’ai bien aimé. Pour les amateurs de fantômes, lisez ce livre !

 

.

L’AUTEUR

 

J’ai rencontré Anthony Augusto au salon du livre de Mazamet en mai 2017, il en était le parrain.

 

 

 

 

 

J’ai assisté à son interview par Philippe de Riemaecker qui m’a constitué fil rouge pour l’occasion.

 

En voici le lien :

.

Pour en savoir plus sur Anthony Augusto et le RIP :

http://www.rip-paranormal.com/equipe/

.

 

.

Un livre à lire absolument !

 

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

https://lecriveurjeanlouisriguet.blogspot.fr/

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Jean-Louis RIGUET 27 juin 2017

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

JL à l’écoute de … Séverine de Possel-Deydier, auteur

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Séverine de Possel-Deydier

.de-possel

.

1/ Qui êtes-vous ? Quel est votre parcours ?

Séverine de Possel-Deydier.

Cela fait vingt ans que j’écris en cachette et que je peins en secret, puis la vie, de mère de famille d’une part, professionnelle d’autre part m’a forcée à ranger cela de côté au fond d’un tiroir.

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

J’ai été décoratrice, manager nationale itinérante d’une enseigne de meubles et de décoration. J’ai eu un restaurant avec mon mari, puis je suis tombée malade. Après trois lourdes opérations du dos, j’ai décidé de me remettre à l’écriture et de ressortir mes textes d’il y a quelques années pour les retravailler, passion depuis toujours avec la peinture. Aujourd’hui reconnue handicapée je ne peux plus travailler, alors je souhaite me consacrer entièrement à mes passions et vivre d’elles.

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre autre passion ?

Je pratique également la peinture, mon sujet de prédilection restant les fleurs, pour leurs couleurs, leurs senteurs, leur joie et la vie qu’elles renvoient autour d’elles.

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

Bonjour, j’attends beaucoup de partage, d’amour, de joie, le plaisir de s’apporter la joie et pourquoi pas les conseils d’une certaine expérience, pas toujours malheureuse. Je participe à divers salons où les rencontres sont souvent très enrichissantes mais je vais également à la rencontre du public lors de séances de dédicaces dans les diverses librairies : maisons de la presse, Cultura, et même France Loisirs.

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

J’ai beaucoup de lecteurs qui me posent des questions et me demandent des conseils conjugaux à travers la messagerie privée de la page Facebook que j’ai créée pour tenir à jour mes actualités. Même parfois des parents qui me demandent comment aborder la sexualité et différentes facettes de celle-ci avec leurs ados. Je me suis d’ailleurs posé la question de créer un blog pour que les personnes puissent poser ouvertement les questions…

 

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

J’ai toujours écrit, j’avais 6 ans j’écrivais des poèmes, mais la littérature érotique j’ai commencé à 23 ans lorsque j’ai eu mes enfants. J’ai attendu 43 ans pour m’y remettre sérieusement et j’ai publié « Songes sans retour » éditions du Bord du Lot, sorti en juin 2016, « La deuxième vie de Boucle d’Or » publié fin octobre même éditeur (éditeur à compte d’éditeur).

 

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

« La Belle du Luxembourg ».

Ce roman traite de la sexualité vue par la jeunesse en mettant en avant la vision à la fois fraîche et détachée de l’Amour, du sexe, des sentiments d’un jeune homme de 20 ans. C’est non sans maladresse mais avec beaucoup d’émotions que Benjamin, un étudiant en droit nous confie ses ressentis et nous dévoile une version de ses désirs d’amour, de tendresse, dans un monde où tout devient consommable et où la limite entre le réel et le virtuel reste, parfois,  floue et imperceptible. Ce romantique des temps modernes apprend à découvrir son corps, son langage et son pouvoir à travers l’éveil de tous ses sens.

 

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

Chez Cultura, chez mon éditeur www.bordulot.fr rubrique érotisme et espaces culturels Leclerc. Peut-être commandé dans toutes les librairies puisque référencé sur chapitre.com et Rénov’livres, ainsi qu’Amazon.

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? À l’e-book ?

Mes ouvrages sont publiés à compte d’éditeur, j’ai eu des propositions de publication à compte d’auteur mais le coup varie entre 1 200 et 4 000 €, en fonction des maisons d’édition. Il s’agit d’une très vaste arnaque qui vise à publier coûte que coûte un ouvrage même s’il n’est pas prêt à l’être (manque de maturité dans son dénouement, manque de fluidité dans l’écriture, problèmes de syntaxe, ou de grammaire, vocabulaire, orthographe), car même s’ils assurent s’occuper des corrections, la plupart des erreurs liées au français (figures de styles ou autres) ne sont jamais corrigées. Par conséquent cela peut donner une mauvaise image du livre et surtout de l’auteur.

 

10/ Quel est le conseil le plus important que vous ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

Relire son œuvre depuis la fin pour retrouver plus facilement les fautes, les mots et phrases étant du coup, sorties de leur contexte, et l’histoire que l’on connaît par cœur n’ayant plus de sens on se concentre davantage sur les phrases les mots, répétitions, orthographe, grammaire, conjugaison, concordance des temps…

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

Du livre érotique ou Romance pour adultes.

 

12/ Comment écrivez-vous ?

J’imagine d’abord une histoire comme un film dans ma tête, et là j’ai tous les détails de décors, de lieux, d’environnements, de circonstances. Je vois même quels acteurs peuvent jouer le rôle de tel personnage, où je sais qui peut faire les musiques des téléfilms, je sais également dans quels lieux ils peuvent être tournés. Je sais où commence et où finit mon histoire, et ne déroge jamais de ma ligne de conduite qui doit suivre la logique de mon récit et non s’éparpiller dans des personnages, des lieux ou des descriptions inutiles pour l’intérêt de l’histoire et pour le cheminement des personnages.

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages?

Mon inspiration vient de choses que je vois, de circonstances plus ou moins vécues, de fantasmes, de témoignages, de tout ce que je me documente autour de moi et de tous les conseils conjugaux que viennent me demander des lecteurs.

 

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

Pas toujours, ils n’existent pas mais sont fortement influencés par des rencontres effectuées à différents moments de ma vie. Mes intriguent se construisent dans ma tête où tout se noue, se dénoue et au bout de quelques heures, parfois quelques jours, je teins mon histoire.

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

Aller au bout de son rêve et lorsque c’est fini, relire, puis relire, puis relire encore, avec un dictionnaire des synonymes, avec un dictionnaire, avec le Bescherelle pour limiter le nombre de fautes (fortement réducteur pour le lecteur).

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

Racine, Molière, Jean de La Fontaine, Beaumarchais, Jean Giraudoux, mais aussi Maupassant, Stendhal, Balzac, Zola, Baudelaire, Rimbaud, Victor Hugo, Céline…

 

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

Corneille Le Cid, La Neige en deuil Henri Troyat.

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Oui, les suites des trois premiers puis sur les autres histoires où tous les personnages vont finir par se rencontrer, pour faire vivre ma SAGA !

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Tous les samedis je suis en dédicace dans les Maisons de la Presse, Cultura et France Loisirs… jusque mi-mars, grand salon chapiteau du livre de Saint Cyr -Sur-Loire les 20 et 21 mai.

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

On peut suivre mes actualités littéraires sur Facebook/Séverine De Possel-Deydier Auteure

On peut suivre mon actualité d’artiste peintre sur Facebook/peintureSéverinedePossel-Deydier Artiste peintre.

————-

Le 8 février 2017

Séverine de Possel-Deydier

.

 SONGES SANS RETOUR

De SEVERINE DE POSSEL-DEYDIER

 

Songes sans retour est une histoire mêlant émotions, sentiments, et amour charnel osé, voire très osé… Réalité ou fantasme? L’histoire vous dira tout sur la personnalité complexe et attachante d’Eva. Une histoire bouleversante sur la force des sentiments qui soulève la question de savoir jusqu’où sommes-nous prêts à aller par Amour ou pour plaire à l’autre?
Se fourvoyer n’est jamais sans conséquences…
Ce n’est pas Eva qui vous dira le contraire!
Il s’agit d’un roman court, efficace et facile à lire, que sauront apprécier autant les hommes que les femmes.
Vous reconnaîtrez-vous au travers de ces situations et de leurs personnages, dans votre réalité comme dans vos songes?

Depuis 20 ans, Séverine de Possel-Deydier partage ses passions entre écriture de romans érotiques et peinture, dans l’ombre d’une ascendance d’écrivain et de peintre. Après des moments difficiles et une santé fragile elle trouve dans l’écriture l’apaisement nécessaire;lui permettant d’exprimer son Amour pour la vie, l’Écriture et l’Art.

.

 

LA DEUXIÈME VIE DE BOUCLE D’OR

De SEVERINE DE POSSEL-DEYDIER

La Deuxième vie de Boucle d’Or, est le deuxième roman de Séverine de Possel-Deydier. Ce conte moderne, pimenté de scènes érotiques, relance le débat de l’Amour à tout âge et le regard porté sur les couples à forte différence d’âge. Peut-on porter le même Amour à 15 ou à 50 ans et comment définir la limite entre la permission et la perversion ? Anaïs arrive aux urgences suite à un terrible accident de scooter. Cette adolescente à la fois absente et omniprésente, va bouleverser les codes et amener Pierre, son chirurgien à se poser de troublantes questions : qui est le plus pervers ? Son meilleur ami qui couche avec sa femme dans son dos depuis plusieurs années, ou le sauveur fou d’Amour qui fantasme sur sa protégée ?

 

.

 

LA BELLE DU LUXEMBOURG

De SEVERINE DE POSSEL-DEYDIER

Après « Songes sans retour » et « La deuxième vie de Boucle d’Or ;», Séverine de Possel-Deydier a souhaité traiter la sexualité depuis un autre point de vue : celui de la jeunesse. « La Belle du Luxembourg» nous présente la vision à la fois fraîche et détachée de l’Amour, du sexe, des sentiments, d’un jeune homme de 20 ans.
C’est non sans maladresse mais avec beaucoup d’émotions que Benjamin, un jeune étudiant en droit nous confie ses ressentis et nous dévoile ses désirs d’Amour, de tendresse, dans un monde et un contexte où tout devient consommable et où la limite entre le réel et le virtuel reste parfois floue et imperceptible. Ce romantique des temps modernes apprend à découvrir son corps, son langage et son pouvoir à travers l’éveil de tous ses sens.

.

Je remercie sincèrement Séverine de Possel-Deydier d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, sculpteur, peintre, photographe, acteur, comédien, théâtreux, styliste, musicien, chanteur, colleur de papiers, en un mot artiste  sans discrimination de l’art pratiqué,

si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site est ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

Chaque chronique est ensuite partagée sur Facebook, Twitter, Linkedin, Google+, Pinterest et parfois Tumblr.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

https://lecriveurjeanlouisriguet.blogspot.fr/

.

© Jean-Louis RIGUET 10 mars 2017

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et Membre de la Maison de l’Êcrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

JL à l’écoute de … Guy de SAINT-ROCH

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Guy de SAINT-ROCH 

.

.

1/ Qui êtes-vous ? Quel est votre parcours ?

Guy de SAINT-ROCH

J’ai commencé à écrire le premier mot de la première phrase de mon premier roman (Le cercle vert) précisément le 1er septembre 2012 à 10 h 22.

La première dédicace a eu lieu à la librairie « La Poterne » à BOURGES à partir du 12 décembre 2012 à 12 h 12.

J’aime bien la symbolique des nombres, vous l’avez peut-être remarqué ?unnamed

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

Ancien officier d’active avec un séjour de deux ans en IRAN, puis juriste jusqu’en 2011.

 

unnamed3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre autre passion ?

Ce n’est pas une passion mais j’aime écouter les gens. On a beaucoup à apprendre de chacun. C’est donc ma discipline favorite que j’ai appelé « L’ÉCOUTILLE ». Autrement, j’adore le Jazz. J’essaie de souffler dans mon saxophone, je suis tributaire de deux perroquets (un couple d’Amazone à front bleu), mes meilleurs copains ; d’ailleurs j’ai écrit leur vie « les tribulations de ZERLAUTH le perroquet » (Cf. mon site :guydesaintroch.fr). Je pratique le vélo, la natation et j’adore voyager.

Et les mathématiques ! Étonnant non ? Enfin l’humour est mon fil rouge.

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

Mes lecteurs sont sympas car s’ils lisent un de mes livres, je sais que dans 80 % des cas (loi de Pareto), ils liront d’autres livres de ma production. Il est très difficile de se faire connaître. Je cherche d’ailleurs un agent littéraire qui pourrait sous contrat diffuser mes livres et organiser les présentations diverses.unnamed

Je procède actuellement par dédicaces dans certaines bonnes librairies et dans les salons du livre. Je passe quelquefois à la radio et à la télé régionale.

Mon site écrivain est de plus en plus actif.

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Oui ; trop rarement.

 

unnamed6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

J’ai répondu à cette question à la Numéro 1.

J’ai déjà écrit 14 livres. Il serait fastidieux d’en dresser la liste. Il est préférable de se rendre sur mon site : guydesaintroch.fr

 

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

Mon dernier livre édité est LE gagnant.

C’est l’histoire d’un homme normal, blanc, comme dirait Coluche, qui gagne une somme astronomique au Loto.

Je me suis rendu à la Française des Jeux et j’ai appris des choses effarantes à propos des « gros gagnants ».unnamed

Certains se suicident, d’autres se barricadent, d’autres encore dilapident leur fortune en quelques mois. Il existe des fanas de la Bourse qui vivotent à l’ombre de leur ordinateur. Quelques-uns distribuent généreusement aux amis qui se découvrent…

Seuls 20 % (encore la loi de Pareto) gèrent correctement leur fortune.

Pourtant la Française des Jeux propose un suivi financier neutre et psychologique, efficace.

J’ai donc choisi pour mon héros Tugdual Vignand une voie originale dans laquelle, bien sûr, se trouve une bonne dose d’humour.

 

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?unnamed

Les bonnes librairies, la FNAC, AMAZON, sur commande, sur mon site. Nous envoyons les livres avec seulement une participation aux frais d’envois de 1 €.

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? À l’e-book ?

Je pense que, quelle que soit la formule, la promotion est nulle. En revanche, tout le reste est très bien fait chez une poignée d’éditeur. Une poignée parmi un grand contenant. De trop nombreux nouveaux auteurs tombent dans les toiles de l’araignée « soif de paraître » à tout prix, et lorsque je dis tout prix, c’est fallacieux ; c’est plutôt « à prix indécent ». Il faut négocier. Éventuellement je pourrais faire connaître les coordonnées d’un excellent avocat.

 

unnamed10unnamed/ Quel est le conseil le plus important que vous ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

La devise de ma famille : « Ne pas subir, ne pas nuire ».

Cet apophtegme est bien plus un adage qu’un aphorisme. Si on le dissèque bien, on peut en tirer de nombreuses pensées.

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

Cela dépend du contenu intrinsèque mais généralement je me dirige vers le roman.

 

12/ Comment écrivez-vous ?

N’importe quand, n’importe où, mais pas n’importe comment !

 

unnamed13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

De l’observation ; la réalité dépasse souvent la fiction.

 

unnamed14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

Pour les intrigues, je n’ai jamais été tributaire du syndrome de la page blanche.

Pour ce qui concerne les personnages, ils existent tous dans la vie réelle, sauf que je mélange souvent les physiques et les caractères. De nombreuses connaissances se sont reconnues dans certains de mes personnages.

Un exemple concret : mon héros principal qui apparaît dans TOUS mes ouvrages a pour nom Louis Lonlhête.

C’est pour « venger » de l’indifférence, des moqueries et des méchancetés que ce pauvre homme a subis dans un petit village franc-comtois dans lequel il habitait, que j’ai voulu donner son patronyme exact à mon héros. Louis Lhonlête n’était sans doute qu’un simple ouvrier agricole, homme à « tout faire », avec un physique ingrat, mais il avait une immense culture et un cœur encore plus gros. Vers l’âge de dix ans, je me suis trouvé témoin de certaines brimades qui m’ont marqué à tout jamais.unnamed

unnamed

 

 

 

 

 

 

Paix à ton âme Louis !

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

100 % des bons livres ont été écrits par des amateurs ou des inconnus dans le milieu de la littérature, au début. À vos stylos !

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

En vrac : Zola, Voltaire, Balzac, Baudelaire, Villon, Montaigne, Pascal, de Maupassant, Flaubert, Apollinaire, Rabelais, Montesquieu, Dumas père, Beckett, Aragon. Mais aussi Mallarmé, Char, Céline, Renard et mille autres.

 

unnamed17/ Que lisez-vous en ce moment ?

Des ouvrages sur la Seconde Guerre mondiale et l’histoire du nombre d’or. Je relis en même temps pour la troisième fois le théorème du perroquet de Denis Guedjunnamed

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

J’arrêterai avec la mort. Pas par manque de savoir vivre en tout cas…unnamed

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Oui.

 

unnamed20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Sur mon site coloré et sonore d’écrivain qui est guydesaintroch.fr

——-

Bourges, le 1er mars 2017

 

Guy, (Louis Tugdual) de SAINT-ROCH

 

.

unnamed

.unnamed

.

Je remercie sincèrement Guy de SAINT-ROCH d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, sculpteur, peintre, photographe, acteur, comédien, théâtreux, styliste, musicien, chanteur, colleur de papiers, en un mot artiste  sans discrimination de l’art pratiqué,

si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site est ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

Chaque chronique est ensuite partagée sur Facebook, Twitter, Linkedin, Google+, Pinterest et parfois Tumblr.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

https://lecriveurjeanlouisriguet.blogspot.fr/

.

© Jean-Louis RIGUET 04 mars 2017

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et Membre de la Maison de l’Êcrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

JL à l’écoute de … Mel Roah, auteure

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Mel Roah

.img_0961

.

1/ Qui êtes-vous ? Quel est votre parcours ?

Mon nom de plume est Mel Roah. Je suis née le 30 novembre 1992 en Moselle. J’ai fait un Bac Littéraire, un DUT Information Communication option métier du Livre et du Patrimoine ainsi qu’un Bachelor en Relation Publique et Événementiel. Actuellement, je suis en dernière année de Master Marketing et Communication Intégrée.

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

Je suis étudiante et également rédactrice web pour Ô Magazine.

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre autre passion ?

Je suis flûtiste dans l’Orchestre d’Harmonie de la ville de Bouzonville. J’aime également la photographie ainsi que le dessin.

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

Je suis très présente sur les réseaux sociaux (page Facebook, Tweeter, Instagram). J’ai également mis en place un blog ainsi qu’un site, ce qui me permet de rendre mon activité plus visible et plus dynamique. Je pense qu’aujourd’hui c’est indispensable puisque tout le monde, ou presque, a accès à internet. Le bouche-à-oreille est très important aussi lorsque l’on écrit, ainsi que la présence d’article dans la presse.

Ce que j’attends de mes lecteurs, c’est de recevoir leurs avis et leurs ressentis par rapport à mes écrits. C’est à mes yeux une chose très importante, car c’est ce qui va me permettre de m’améliorer.

Pour aller à leur rencontre, je pense faire plusieurs dédicaces ainsi que participer à divers salons.

 

L’image contient peut-être : 1 personne5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Oui, j’ai d’ailleurs une dédicace de prévue le 4 mars prochain dans une librairie de Bouzonville (Moselle) et je pense en faire d’autres par la suite.

 

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

J’écris depuis toute petite. C’est à partir de la fin du collège que j’ai commencé à écrire de façon beaucoup plus régulière. J’ai par ailleurs commencé mon recueil de poèmes lors de mes années lycées. Je l’ai progressivement complété.

J’ai également écrit un roman, qui à ce jour est en cours d’études auprès de plusieurs maisons d’édition.

 

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

Mon dernier et premier livre est un recueil de poésie intitulé Illusion Narcotique. Celui-ci est édité aux éditions Hugues Facorat.

Ce recueil est pensé comme un objet d’art. Véritable mosaïque de poèmes, on y trouve un alliage de nuances inédites : un mélange de fantasy, d’illusions, de mélancolie, de merveille et de rêverie. On y trouve une grande majorité de poèmes, mais pas uniquement. Il y a aussi des illustrations : quelques photos ainsi que quelques dessins réalisés par mes soins. Il contient aussi quelques textes libres ainsi que deux courtes nouvelles.

 

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

Le recueil est disponible sur le site de l’éditeur (www.hfedition.com). Il est également disponible sur Amazon et sur le site de Leclerc. Il peut aussi être commandé dans n’importe quelle librairie si l’ouvrage n’est pas physiquement présent en rayon.

Le recueil sera disponible d’ici une dizaine de jours en rayon, à la librairie papeterie L’Évasion de Bouzonville ainsi qu’à la librairie papeterie Guerlin de Reims.

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? À l’e-book ?

Je ne publierai jamais à compte d’auteur. Je favoriserai le compte d’éditeur sans hésitation. Et si, mon ouvrage n’est pas retenu, je préfère le garder au chaud dans un tiroir.

Je ne suis pas « une grande fan » des e-books, je préfère de loin les ouvrages papier. Je ne pense pas que j’aurais la patiente ni l’envie de lire un livre sur un écran.

 

10/ Quel est le conseil le plus important que vous ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

Le conseil le plus important que j’ai reçu est de ne jamais arrêter d’écrire, de persévérer et de croire dans la qualité de mes écrits.

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

Je préfère aussi bien lire qu’écrire de la fantasy ou de la science-fiction. Ce qui me plaît là-dedans, c’est la liberté que l’on peut accorder à l’imaginaire.

Je n’ai pas de préférence particulière en ce qui concerne la forme. J’aime écrire des poèmes, des romans, des nouvelles.

 

12/ Comment écrivez-vous ?

J’écris toujours seule, au calme. Cela me permet de me concentrer sur ce que j’écris sans être dérangée.

J’écris de façon régulière, même s’il m’arrive de faire des pauses plus ou moins longues en fonction du travail que j’ai à effectuer à côté.

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

J’ai toujours été très imaginative, ça me vient instinctivement. À ce jour, je n’ai encore jamais eu à réfléchir sur ce que je devais écrire. Le syndrome de la page blanche, je ne l’ai jamais connu. Je ne réalise pas de commande. J’écris, car c’est une passion. Je choisis le thème et le genre sur lequel j’ai envie de me pencher.

 

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

Mes personnages sont toujours imaginaires. Je détermine en premier lieu le nom puis la description physique. En dernier, je construis la psychologie de mon personnage ainsi que son caractère. Je ne fais pas de plan pour mes écrits. Seuls pour les chapitres les plus complexes je me note les points principaux à aborder. Je fonctionne de cette façon afin de ne pas me mettre de barrières. Je laisse une grande place à l’imagination. Cela me permet d’avancer bien plus efficacement.

Pour les poèmes, c’est un peu pareil. Mon point de départ est une idée ou une image que je laisse germer toute seule, sans m’imposer la moindre barrière. Après coup, il m’arrive de chercher des synonymes afin de rendre mon poème plus léger, plus joli, plus travaillé.

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

Je leur dirais de continuer à écrire et d’avoir confiance en ce qu’ils font. De ne pas hésiter non plus à demander l’avis de son entourage proche. Cela permet parfois de déceler des incohérences qui ne sont pas flagrantes pour la personne qui écrit. Un regard extérieur est très important et très précieux pour avancer.

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

J’affectionne particulièrement les écrits de Baudelaire, Poe et Lovecraft, ainsi que les musiques de Ludovico Einaudi.

 

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

Je viens de finir il y a peu le dernier Harry Potter. Je n’ai pas commencé d’autre livre pour le moment.

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

J’ai plusieurs projets sous le coude. Pour le moment, je me préoccupe principalement de la sortie récente de mon recueil ainsi que du roman que j’ai soumis à certaines maisons d’édition.

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Oui, le samedi 4 mars prochain, je serais en dédicace à la librairie L’Évasion de Bouzonville (57) à l’occasion de la sortie de mon recueil de poésie le 15 janvier dernier.

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Vous pouvez suivre mon actualité sur les réseaux sociaux, et plus particulièrement sur :

 

Vous pouvez également suivre mon parcours sur :

 

Vous pouvez aussi visualiser le Book-Trailer qui a été spécialement conçu à l’occasion de la sortie du recueil sur YouTube : https://www.youtube.com/watch?v=nrXLAJUL_fE

————-

Le 14 février 2017

Mel Roah

.1ere-de-couverture

.

Vous pouvez lire quelques lignes de Mel en suivant ce lien :

extraits

.

Je remercie sincèrement Mel Roah d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, sculpteur, peintre, photographe, acteur, comédien, théâtreux, styliste, musicien, chanteur, colleur de papiers, en un mot artiste  sans discrimination de l’art pratiqué,

si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site est ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

Chaque chronique est ensuite partagée sur Facebook, Twitter, Linkedin, Google+, Pinterest et parfois Tumblr.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Jean-Louis RIGUET 17 février 2017

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et Membre de la Maison de l’écrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

JL à l’écoute de … Christel LACROIX

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Christel LACROIX

.photomania-23c33ec70cef251e66beb98465468063

.

1/ Qui êtes-vous ? Quel est votre parcours ?

Je m’appelle Christel LACROIX et j’écris des romans, jonglant avec le, l’imaginaire, l’Histoire de notre humanité ou son futur par anticipation et par imagination. J’écris également de la poésie dans mes « temps de récréations » ainsi que des nouvelles.

Je me suis lancée dans la grande aventure de l’édition en 2011.

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

Mon premier métier : docteur en pharmacie dans la recherche industrielle et quelques coups d’œil dans le microscope ont vu grandir en moi cette force qui a toujours habité mon cœur : devenir chercheuse de mots ; l’envie d’écrire a germé petit à petit dans mon conscient et s’est imposée à moi après quelques virages de vie.

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre autre passion?

À titre purement amateur je dessine je peins et je débute en photographie. Ce sont des moyens d’expressions aussi forts que les mots mais que je manie beaucoup moins bien.

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

Je n’attends rien de particulier de mes lecteurs, juste qu’ils se plongent dans mes romans et redonnent vie à leurs héros à leur façon, et juste qu’ils découvrent peut-être le message qui se cache dans chacun de mes livres.

J’ai croisé un grand nombre d’entre eux sur les réseaux sociaux et je suis toujours très heureuse quand ils viennent m’exposer leurs impressions de lectures.

Je fais également quelques dédicaces en librairies mais beaucoup moins de salons du livre pour le moment.

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Je privilégie les rencontres en librairie, où l’échange auteur lecteur est souvent très enrichissant.

 

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

Depuis mes premiers balbutiements en écriture à l’école primaire, j’ai toujours eu cette envie et ce besoin d’écrire. Je répondrais donc que j’ai toujours écrit, mais je ne me suis lancée à éditer mes romans qu’en 2011.

 

J’ai publié :

–   Asteria Rubens chez K.Ed. Éditions : un roman issu de la littérature de l’imaginaire

–   Les Abysses d’un Songe aux Éditions Terriciaë : un roman issu de la littérature de l’imaginaire

–   J’ai entendu respirer les Couleurs aux Éditions Hugues Facorat : un roman issu de la littérature de l’imaginaire

– Au vestiaire des Anges aux Éditions Hugues Facorat : un recueil de poésies

Les derniers sentiments Cathares aux Éditions Ovadia Au Pays Rêvé : un roman sur fond historique

Mais aussi en collectifs d’auteurs :

Les Cygnes de l’Aube aux Éditions Lire et Méditer : un recueil de poésies de poètes du Monde

Lettrae Vox aux Éditions de l’Argilète : collectif de poésies

L’élixire 8 aux Éditions Robin : poésies en collectif d’auteurs

– Short Stories n13 aux Éditions La Matière Noire : nouvelles en collectif d’auteurs

– Sourds l’appel de la Nature aux Éditions Lire et Méditer : un recueil de poésies de poètes du Monde

Anthologie politique FLAMMES VIVES 2016 aux Éditions Flammes Vives : un collectif de poésies

 

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

Mon dernier livre est paru en novembre 2016, il s’agit d’un roman sur fond historique : LES DERNIERS SENTIMENTS CATHARES.

Ce livre est né de la confrontation entre deux époques se reflétant l’une dans l’autre : notre époque contemporaine et le XIIIième siècle témoin du déclin des Cathares. Cette dernière romancée dans ce livre met en scène de vrais personnages historiques aux côtés des héros du roman.

 

En voici le résumé :

« Ils ne se sont jamais croisés, ils ne se sont jamais parlés.

Et pourtant, les lointains temps cathares vont les amener très vite à correspondre par lettres, à mélanger leurs mots, à se livrer, à se mettre à nu, à s’écorcher et à s’aimer.

Ce point commun qui leur échappe et ce hasard qui ne leur appartient plus, guideront inexorablement leur rencontre sur le chemin de leur existence.

Tout va alors aller très vite pour eux.

La découverte du contenu d’un coffret en bois légué en héritage va semer des énigmes dans leur vie commune naissante.

Un parchemin cathare et une amulette gravée vont les projeter face à un secret de famille.

Qui sont-ils vraiment ?

Ce roman atypique où le destin semble plus fort que l’évidence vous fera voyager à travers sept siècles d’histoire pour vous livrer alors un message d’humanité.

À lire et à méditer »

 

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

Vous pouvez commander mes livres directement sur le site de mes éditeurs respectifs,

sur les plateformes de vente du net (FNAC, Amazon, Chapitre…)

http://recherche.fnac.com/ia1131750/Christel-Lacroix

 

Les commander chez votre libraire préféré

Ou me les demander directement afin d’avoir une dédicace.

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? À l’e-book ?

Tous mes livres ont été publiés à compte d’éditeurs ; je considère que l’auteur n’a pas à participer financièrement à l’élaboration de son livre ; dans ce cas-là, il est plus judicieux de travailler en autoédition.

Pour l’instant je n’ai pas d’e-book à disposition, personnellement beaucoup plus proche du livre papier et des sensations tactiles qu’il procure au lecteur.

 

10/ Quel est le conseil le plus important que vous ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

Mille conseils et pas uniquement un seul. C’est difficile de choisir.

Peut-être croire en ses rêves pour qu’ils se réalisent un jour et oser les provoquer.

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

J’écris des romans de la poésie et des nouvelles et je lis de tout à partir du moment où l’histoire ou le sujet parle à mon âme de lectrice.

 

12/ Comment écrivez-vous ?

J’écris à l’encre de mon cœur… toujours

Il y a des jours où il n’y a pas d’encre, et puis il y a des jours où il y en a trop mais pas assez de temps pour l’utiliser. Je m’adapte.

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

Je ne travaille jamais sur sujet imposé. Je fais parfois des concours littéraires et je refuse systématiquement ceux dont le sujet est imposé. Mon inspiration a besoin de liberté.

Je vais la chercher dans un endroit que je ne connais pas, à côté de ma vie, entre le rêve et notre chemin à chacun de nous, dans un univers qui n’appartient qu’aux amoureux des mots.

 

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

Avant de me jeter dans l’écriture d’un roman, je dis bien « jeter » car le premier pas est toujours difficile, comme un saut en parachute, je fais d’habitude beaucoup de recherches (notamment pour mon dernier roman où j’ai dû faire un immense travail de documentation sur les Cathares, leur époque, leurs dogmes et leur mode de vie), je lis beaucoup d’ouvrages, références, livres, reportages, articles, et petit à petit la trame de mon roman se met en place après un déclic souvent inopiné. Ce déclic met parfois plusieurs mois à se manifester.

Puis je crée les personnages principaux du roman, qui sont toujours imaginaires : je dresse leur portrait physique, leur façon de penser, leur caractère, leur situation, leurs ambitions, leurs craintes, leurs peurs, leurs forces et leurs faiblesses. C’est comme une naissance et alors seulement je peux commencer la rédaction du chapitre I.

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

Laissez-vous écrire.

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

J’adore l’écriture simple et limpide de la grande Katherine Pancol, les idées avant-gardistes de Bernard Werber, les grands classiques comme Camus ou Saint-Exupéry, l’immense et talentueuse George Sand, les mots qui tordent l’âme de Baudelaire, les sages pensées de Bobin ou de Coelho, et la liste est immense. Il y a tellement de richesses à trouver dans les livres !

 

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

Le bonheur volé de Cécile Aubry

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Oui en effet, c’est l’essence de mon imagination. J’ai plusieurs projets en cours :

– Le soleil au septième sous-sol : roman d’anticipation en cours de relecture

– Les neiges éternelles de l’Atlantide : roman sur fond historique en tout début de rédaction (j’ai fait le grand saut la semaine dernière)

– Mots Bohèmes : recueil de poésies en cours de rédaction

– Le jour où tout a basculé : recueil de nouvelles en cours de rédaction

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Au mois d’avril une signature est prévue dans une librairie de l’Hérault, à Pézenas.

D’autres rencontres au sein de l’enseigne Cultura, comme celle à laquelle j’ai participé en décembre dernier, devraient peut-être avoir lieu au printemps dans la Haute-Garonne, le Tarn-et-Garonne et l’Aude.

Peut-être également un Salon du livre cet été dans l’Aveyron.

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Vous pouvez me retrouver sur les réseaux sociaux :

https://www.facebook.com/christel.lacroixauteur

Ma page officielle auteur :

https://www.facebook.com/ChristelLacroixOfficiel/?fref=ts

Mon compte Tweeter :

Christel LACROIX @Chris_4_Ever

Mon blog :

http://christellacroix.blogspot.fr/

Ma chaîne Youtube :

https://www.youtube.com/playlist?list=PLwEokKZZuIgfVcoBCDhvZXJynIWGPv06K

————-

Le 12 janvier 2017

Christel LACROIX

.

a

.

ccouv-30-09-16-page-001

.

Extrait

LES DERNIERS SENTIMENTS CATHARES

de Christel LACROIX

aux Éditions Au Pays Rêvé / Ovadia

 

 

 

Pendant de nombreuses années j’ai fait d’étranges cauchemars. Presque toutes les nuits depuis mon adolescence, un rêve récurrent venait me hanter et me poursuivait souvent toute la journée car j’essayais d’y trouver une quelconque signification. Je ne parvenais pas à me défaire de l’emprise de ces images. Le soir je me couchais, apeurée par l’intrusion de ce cauchemar, ne sachant pas s’il allait s’inviter à mes délires nocturnes ou non. Agrippée à ma couette, fondue dans l’obscurité, je m’endormais telle une guerrière prête à combattre seule les démons de sa nuit. Ce cauchemar n’a jamais été très clair ; j’y voyais chaque fois un immense feu, un brasier démesuré, je parvenais presque à en ressentir la chaleur sur ma peau et la lumière éblouissante dans mes pupilles. C’est une image forte qui ne me quittait jamais, la couleur des flammes tapissait ce rêve et je reste persuadée que sa signification y était intimement liée. Je donnais la main à un homme, je n’ai jamais distingué son visage, et nous gravissions des escaliers. La peur alourdissait mes pas et chaque nuit elle grandissait un peu plus. J’avais l’impression de pleurer dans mon lit ou n’était-ce que la triste impression de ce cauchemar saisissant. Cet homme inconnu me rassurait, il partageait mon effroi. Chaque nuit mon songe se poursuivait dans une forêt que je traversais en courant, entravée dans un lourd manteau imprégné de pluie. La pluie battante rendait notre progression de plus en plus difficile. Je sentais aussi cette chose dans ma main, une pierre, un caillou, je ne sais pas, une douceur, une tiédeur, au milieu de cette nuit de brasier et de pluie battante. C’était comme un trésor pour moi, l’ersatz du précieux et chaque fois que je perdais courage, je le serrais de plus en plus fort. Puis les flocons neigeux commençaient à tomber, il faisait de plus en plus froid. Petit à petit la forêt perdait ses couleurs hivernales, le vert le marron le gris et le sombre s’en étaient allés, le blanc uniforme et pur recouvrait le paysage de mon cauchemar. Depuis toute petite la neige me plonge dans une panique effroyable, je pense que c’est sûrement lié. Le blanc à perte de vue, celui qui engloutissait les couleurs, amortissait les bruits de la vie, gelait les cœurs endormis, le blanc, bête noire de la page de l’écrivain en mal d’inspiration, le blanc, redouté du musicien en composition, le blanc, le blanc, le blanc… Il se reflétait dans mon rêve et éblouissait mes paupières closes. Je ne sentais plus que le vent coupant et les flocons plus légers que l’air. Cette sensation était toujours présente dans ces nuits de vague à l’âme, comme une explosion de blanc au milieu d’une histoire floue et imprécise. La rivière que nous longions nous offrait des bouquets de glace dont le merveilleux contrastait avec la peur qui me poignait le ventre. Le givre pailletait petit à petit les cheveux de l’homme qui m’accompagnait. Tous ces détails sur la neige et le froid restaient extrêmement précis dans mes souvenirs, alors qu’étrangement le plus important m’échappait : l’identité de cet homme, le lieu et l’époque où nous étions, le pourquoi de notre fuite s’il s’agissait bien d’une fuite, les causes de ma peur… Tout se mélangeait chaque fois que j’essayais de me rappeler et j’avais l’étrange sensation que ce n’était pas un rêve ou un cauchemar comme les autres, mais tout simplement un fragment de mon existence, celle que j’aurais vécue il y a si longtemps, comme si je portais en moi ce morceau de passé, comme si j’avais une énigme à résoudre pour le libérer.

 .

2187

.

dossier-de-presse-les-derniers-sentiments-cathares

.

Je remercie sincèrement Christel LACROIX d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, sculpteur, peintre, photographe, acteur, comédien, théâtreux, styliste, musicien, chanteur, colleur de papiers, en un mot artiste  sans discrimination de l’art pratiqué,

si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site est ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

Chaque chronique est ensuite partagée sur Facebook, Twitter, Linkedin, Google+, Pinterest et parfois Tumblr.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Jean-Louis RIGUET 17 janvier 2017

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et Membre de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

JL à l’écoute de … Christine Deviers Joncour

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Christine Deviers Joncour

.a2

.

1/ Qui êtes-vous ? Quel est votre parcours ?

Christine Deviers Joncour.  Mon parcours ??

Mes déboires judiciaires, pour avoir servi de fusible dans une retentissante affaire de corruption politique au plus haut niveau ont suffisamment démoli ma vie et celle de ma famille pour que je tente de ne plus en parler.

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

J’étais avant tout une mère de famille attentive et je m’occupais d’art et  de communication.

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre passion ?

J’ai la passion de l’écriture depuis mon plus jeune âge. Mon père artiste peintre m’enseigna le dessin et la peinture.  J’ai illustré d’une trentaine de dessins couleurs, un de mes derniers livres : LORGWYN LE JEUNE ALCHIMISTE. J’écris des paroles de chanson et je chante aussi. (sourires).

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

Ayant été flouée de mes droits d’auteur de trois de mes derniers livres publiés, j’ai renoncé définitivement à être éditée. De ce fait je ne suis plus invitée sur les salons de livres. Je me sers d’internet pour aller vers mes lecteurs.

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

J’ai participé à de nombreuses lectures récemment à Paris, mais aujourd’hui je vis entre l’Aquitaine et la Scandinavie. Un peu compliqué !

 

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

J’ai toujours écrit. Neuf livres publiés :

LORGWYN LE JEUNE ALCHIMISTE/ Ennead Publishing/ 2015 

LA CITÉ D’AIRAIN /  Ennead Publishing / à paraitre

CES MESSIEURS D’EN HAUT / JC Gawsewitch/ 2012

NUITS BLANCHES / JM LAFFONT /2008

LES AMANTS MAUDITS DE LA RÉPUBLIQUE  / JM Laffont /2006

CORRUPTION UNE AFFAIRE D’ÉTAT  / Le Rocher/2005

TOI MASCULIN MON FÉMININ / Le Rocher/2003

TRIO  / Pauvert Fayard/2001

OPERATION BRAVO / Plon/2000

RELATION PUBLIQUE  / Fayard/1999

LA PUTAIN DE LA RÉPUBLIQUE  Calman Levy/1998

Je fus médiatisée à travers cette affaire d’état des Frégates de Taiwan et pour me défendre j’ai écrit plusieurs essais.

Mais ce n’est pas ma vie. Je préfère m’évader en écrivant des romans fiction. Le problème en France est que je suis estampillée corruption politique (rires). Difficile de s’en sortir.

 

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

Mon tout dernier  « LA CITÉ D’AIRAIN ». Un livre sous forme d’anticipation mais quand on y regarde de plus près, c’est proche de notre monde où nous vivons et que je dénonce. Alors le rêve serait-il l’unique échappatoire ? « Le rêve est une seconde vie, disait Gérard de Nerval. Je n’ai jamais pu percer sans frémir ces portes d’ivoire et de corne qui nous séparent du monde invisible »Pour ma part, je m’y suis réfugiée dans des moments difficiles pour ne pas sombrer.

Puis le plus important qui m’a demandé des années de travail : LORGWYN LE JEUNE ALCHIMISTE pour jeunes et moins jeunes si l’on sait garder son âme d’enfant.

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

LORGWYN est sur un site qui fabrique les livres à la commande : http://www.pixalib.com/fr/christine-deviers-joncour/lorgwyn-le-jeune-alchimiste

Pour les autres : A partir de mon site web :

http://christinedeviersjonc.wix.com/author-site

et en feuilletant celui-ci :

http://christinedeviersjonc.wix.com/christine-dj?fb_ref=Default

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? Aux e-books ?

J’ai publié LA CITÉ D’AIRAIN en livre audio avec ma voix, que l’on peut trouver  sur Amazon Audible (voir lien plus bas).

L’avantage des livres numériques est l’économie de papier et la protection de la nature. Je lui souhaite longue vie.

 

10/ Quel est le conseil le plus important que-vous-ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

De ne jamais baisser les bras, aller jusqu’au bout de sa passion.

Et aussi de jamais oublier de dire à ceux qui nous sont tout proches qu’on les aime. Un jour il sera trop tard. Eviter les regrets.

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

Pas de préférence particulière. Albert Camus notre dernier grand contemporain. Je le lis et le relis. Puis la littérature française et… russe. La poésie bien sûr. Rimbaud et Baudelaire.

 

12/ Comment écrivez-vous ?

Isolée. Souvent la musique classique et opéra m’accompagne et m’inspire.

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

Mon inspiration ? Mon vécu qui fut prolifique en expériences fortes.

Témoin malheureux des coulisses du pouvoir. L’envie de dénoncer encore et encore les injustices et l’inhumanité sur notre planète…

Puis le rêve : ma bulle, mon paradis à moi.

Oui, j’ai eu récemment des commandes d’ouvrages que j’ai déclinées car les éditeurs français me demandent sans cesse des ouvrages concernant les dérives de la corruption politique et ses dessous malpropres. J’en ai assez !! Ce n’est pas ma vie ! Ni la vie tout court !

 

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

Je ne pense pas qu’un auteur puisse totalement s’extraire de ses propres expériences et ressentis. Je ne construis jamais rien. Je n’ai pas de plan. Je me mets devant mon clavier avec une vague idée mais une envie forte de dire des choses qui m’obsèdent, que j’ai envie de crier. Mes personnages ont tous une part intime de moi-même. Alors l’intrigue se déroule peu à peu et je m’y laisse prendre et emporter. Là est la magie de l’écriture.

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

De se lancer ! D’écrire surtout en faisant comme si jamais personne ne vous lirait. Être vrai et sincère ! C’est aussi une formidable thérapie !

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

Ils sont nombreux. Je ne peux ici tous les citer. Je mettrais un bémol : les livres qui envahissent les rayons des libraires aujourd’hui sont souvent sans intérêt et surtout très mal écrits. Je privilégie la belle écriture mais aujourd’hui on s’en fiche et c’est bien dommage ! Récemment un livre me fut refusé par une maison d’éditions sous le prétexte que c’était « trop bien écrit »… Les bras m’en sont tombés !!!  Les classiques je les relis sans cesse. Ils m’apportent davantage.

 

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

Un ouvrage que je viens de découvrir très intéressant :

COSMOS de Michel Onfray.

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Beaucoup de projets fourmillent dans ma tête. Mais il faut du temps et aussi faire le vide. C’est à partir de ce vide que l’inspiration naîtra à nouveau.

J’écris aussi des paroles de chansons en attendant. Et je dessine.

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Je ne suis guère disponible sur la France. Souvent partie en Norvège.

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

 

http://christinedeviersjonc.wix.com/author-site

http://christinedeviersjonc.wix.com/christine-dj?fb_ref=Default

http://christinedeviers-joncour.blogspot.fr

https://christinedeviersjoncourblog.wordpress.com

http://www.audible.fr/pd/Romans/La-Cite-dAirain-Livre-Audio/B00NXRBQG4/ref=a_search_c4_1_4_srTtl?qid=1449756022&sr=1-4

Le 6 mars 2016

Christine Deviers Joncour

.cite d'airain couv

.

Extrait LA CITÉ D’AIRAIN page 7 Partie dure réalité

 

Elle avait dormi d’une traite sans mémoire. Et pourtant un éclair passa lui rapportant les images de sa soirée qu’elle s’empressa de chasser. Enfantillages… Dans le miroir de la salle de bains elle se regarda avec tendresse. Etait-ce bien la même qui avait entendu hier soir ces jolis compliments. En y repensant une chaleur lui monta aux joues. Elle sourit avec un regard complice. Elle n’allait pas pour si peu perdre le contrôle. Plus le temps de rêvasser. Rapidement elle saisit sa carte de paiement et la douche à peine tiède l’aida à remettre ses idées en place. Dans la fente béante de la cafetière elle répéta ce même geste. Toujours sa carte au bout des doigts, sa carte magique, sa carte vitale, celle qui donnait le toit, son cocon, la lumière, l’eau et la chaleur, tout ce confort. Quelle belle invention pensa-t-elle en la regardant avec reconnaissance et gratitude.

Ce matin elle n’était pas en retard, elle irait donc rejoindre son bureau à pied. Envie de regarder de plus près la ville qu’elle ne remarquait même plus.
Une foule se pressait et se bousculait sur des trottoirs étroits comme des rubans, luisants de pluie huileuse. Tout était en camaïeux de gris argent métallique. Les immeubles ternes grimpaient si haut que le ciel était hors de vue. Mais cela n’avait aucune importance puisqu’il était aussi fade et délavé que les structures et armatures de béton et d’acier, tubulures entrecroisées, immenses tentacules comme des pieuvres qui envahissaient la ville. Les néons fluorescents crachaient en clignotant une lumière ardente qui brûlaient les yeux, racoleurs et vulgaires au jaune trop vif et vert agressif, aux stops rouges sanglants sortis de l’enfer, interdits sous peine de poursuites et danger de mort. À même la chaussée d’infernales fumées blanchâtres s’échappaient de trous profonds recouverts de grilles cadenassées et les passants pressés posaient leurs masques sur leurs visages blafards tant les émanations étaient âcres et soulevaient le cœur. Et tous hâtaient le pas sans regarder autour d’eux en ordre de marche et disciplinés comme les soldats en route pour la fourmilière. Elem se souvint de ce livre illustré qu’enfant elle feuilletait intriguée. L’histoire se passait dans une cité étrange née des ténèbres et que le soleil boudait, elle portait le même nom : Insilico. Il y pleuvait sans cesse et le ciel était comme ici dans sa ville à elle, toujours éternellement anthracite. De même il n’y avait pas l’ombre d’un square, ou d’un jardin public, d’un banc, d’un seul arbre, même pas d’un brin de mauvaise herbe. On ne connaissait pas de printemps aux couleurs tendres, d’automnes roussis, de chants d’oiseaux comme dans ces contes désuets pour enfants. Les rires des bambins eux aussi se taisaient. On ne les voyait jamais, cantonnés probablement dans des aires aménagées spécialement pour eux, plantées d’arbres en plastique, de fleurs en silicone, d’un soleil de néon, de fleurs de crépon et d’animaux en peluche.

Elem, trempée jusqu’aux os regrettait de n’avoir pas pris le train souterrain quand elle pénétra l’austère hall de marbre délavé du Ministère de la Surveillance. Elle s’empressa de présenter la puce électronique implantée à son poignet droit au comptoir de contrôle puis pressa le pas dans la section B du quatrième sous-sol. Il était 7 heures 3 minutes. Trois minutes de retard.

.ChristineNuitsBlanche1

.

Extrait LA CITÉ D’AIRAIN  page 24… Partie rêve

 

Elem. Doucement. Tout va bien se passer…

Dans sa tête, cette voix résonnait, douce et mélodieuse, alors la jeune femme se laissa faire et se détendit, suspendue à ces mots qui venaient de n’importe où, à leur musique harmonieuse comme des vagues qui la pénétraient et l’anesthésiaient. Peu à peu son corps devint plus léger. Elle pensa que ses pieds ne touchaient plus le sol. Extraordinairement aériens. Elle gardait les mains collées aux oreilles et ses yeux fermés, comme il le lui avait demandé. Sa voix s’était tue, remplacée par un bruit de vent qui allait en s’amplifiant. Soudain, elle eut l’impression de se soulever comme une feuille emportée et elle virevoltait en apesanteur. La vitesse du souffle s’amplifia dans un grondement terrible. Sa première impression fut celle d’une extrême chaleur d’un côté et d’un froid intense de l’autre, puis elle fut enveloppée d’une lumière blanche à travers ses yeux clos, aux reflets d’or et de cuivre. Il lui sembla alors se trouver à l’horizontale et se déplacer tantôt vers le haut tantôt vers le bas, avec cette impression de tomber et parfois de s’élever. A une allure vertigineuse, elle fut propulsée avec force, ouvrit alors les yeux et au dessus elle aperçut une coupole d’or ardent, suspendue en guise de ciel. En baissant son regard vers le bas elle aperçut un océan d’or moucheté d’ombres innombrables et des vagues vertes sur le flanc, devenant émeraude puis vert éclatant dans leur creux jusqu’au bleu profond.

Le souffle était retombé, la lumière était éblouissante. Elem flottait doucement comme si elle glissait sur un édredon de plumes et ses pieds touchèrent enfin le sol. Elle ouvrit les yeux. L’horizon n’avait pas de démarcation entre le ciel et la mer, seul un dégradé de violet jusqu’au bleu. L’univers à perte de vue devenait une immensité de couleurs d’arc en ciel. Elle se retourna. Dans un nuage de vapeur irisée, elle distingua des marches qui n’en finissaient plus de monter, encadrées par de gigantesques colonnes majestueuses, dans cette implacable lumière d’argent qui baignait cette architecture et l’éblouissait en l’aveuglant. Elle grimpa quelques marches. Des sons lui parvinrent irréels, magiques, des voix pures d’enfants comme un flot qui s’écoulait de cette incroyable cathédrale dont le sommet n’en finissait pas de rejoindre le firmament. Elle pensa qu’elle avait fini là son voyage. Des images de paradis. Elle monta en accélérant le rythme, à la rencontre probable des anges ou de sa mère et son père. Ses yeux s’embuèrent. Une silhouette se dessinait tout en haut dans la lumière et l’attendait tandis qu’elle gravissait encore ces interminables marches blanches et qu’un vent léger soulevait ses cheveux sur son front. Un homme se tenait là devant elle. Il portait un pantalon de toile blanche et une vaste chemise légère tout aussi blanche. Il descendit vers elle les bras grands ouverts, rassurants.

« Bonjour, Elem. Je suis Wendel… Bienvenue ! »

.cite d'airain couv

.

Je remercie sincèrement Christine Deviers Joncour d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, sculpteur, peintre, photographe, comédien, théâtreux, en un mot artiste  sans discrimation de l’art pratiqué,

si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

Chaque chronique est ensuite partagée sur Facebook, Twitter, Linkedin, Google+, Pinterest et parfois Tumblr.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

Jean-Louis RIGUET mars 2016

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.