Catimini perdue dans la brume

Noyés dans la …

via Noyés dans la brume — Catimini Plume

Nouvelles merveilles de Val

Alors que la neige se raréfiait, c’était le jour idéal pour aller au bord de la mer, pour contempler les vagues… de brume. S’asseoir au bord de l’arête, tout en laissant ses pieds prêts à tremper dans les nuages tout en souhaitant que ces derniers n’osent guère plus qu’une timide caresse. C’était un jour, un […]

via Balade à la mer… — l’ancolie bleue 2

Samedi matin

Cet haïku plaira à mon ami le poète talentueux Richard Taillefer

Catimini Plume

12105762_10205173280592280_6454637669524578876_nSamedi matin

Le soleil joue avec la brume

Sur les rails endormis

View original post

Entre deux mondes

La brume dans la montagne enneigée !

L'ancolie bleue

 
Hier, un ciel gris et lourd au-dessus de la tête ici, comme pour beaucoup en ce moment j’imagine, donc une escapade s’imposait pour passer dans l’autre monde, celui où tout est lumineux, où le soleil brille, où le regard peut se perdre bien loin.
La veille, je n’avais pas atteint le soleil, mais aujourd’hui je savais que j’allais le trouver car par endroit, la couverture grise avait une nuance bleutée, une couleur à peine perceptible mais qui en dit beaucoup lorsqu’on cherche le ciel bleu.
Le passage entre la sous couche et le dessus de la mer de nuages est celui qui offre des ambiances magiques où la lumière joue avec les nuages. Oui, je sais, ce passage s’appelle le brouillard, mais ce n’est pas le brouillard banal, celui qui ne vous quittera pas de la journée, voire pendant des jours.
C’est une couche de nuages qui oscille d’une…

View original post 221 mots de plus

Interlude

Canards nageant dans la brume !

é(mots)tions

Rayons

Il y a une légère brume ce matin. Un voile fin et transparent qui épaissit l’air, donne de la consistance aux rayons du soleil, révèle leur chute vertigineuse. Dans la forêt, il y a un étang et son fin tapis de lentilles d’eau, qu’on imagine d’un vert intense. Il y a un banc à la retraite et des plots de bois, en passe de perdre la guerre contre les herbes folles lancées en courbes délicates vers le ciel. Tout prend un relief étonnant dans la densité nouvelle de la lumière. Les bords plus nets, plus intenses, plus poétiques. Contraste irréel, ombres embrasées. Le soleil lance ses droites parfaites dans l’atmosphère, trace des lignes de fuite étincelantes, des perspectives éclatantes. On devine la fraîcheur du petit matin, pleine de vie, sa piqure caressante sur la peau. Pause dans le tumulte urbain, morceau de paix, goutte de calme. Bout de féérie surpris à…

View original post 61 mots de plus