Les corps brisés, Elsa Marpeau

Les corps brisés

Elsa Marpeau

.

.

GALLIMARD éditions

Série noire

 240 pages – Avril 2017 – Prix 19 €

ISBN 978 2 07 272742 9

.

http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Serie-Noire/Romans-noirs/Les-corps-brises

.

Quatrième de couverture

Sarah est une coureuse de rallye reconnue dans un milieu hautement macho. Un jour, lors d’une « spéciale », elle sort de route. Son coéquipier meurt sur le coup et elle se retrouve plongée dans le coma, avant de se réveiller paralysée des deux jambes. Elle intègre un centre hospitalier perdu en haute montagne, où rayonne un médecin que tout le monde surnomme le « docteur Lune ».

Brisée physiquement et psychologiquement, Sarah développe une dépression paranoïaque, qui atteint son paroxysme quand la patiente qui partage sa chambre disparaît. Pour le personnel, il ne s’agit que d’une fugue, mais Sarah est convaincue qu’il n’en est rien …

Inspiré d’un fait divers réel, Les corps brisés est un thriller plaçant avec son lot d’angoisses et de rebondissements, qui se termine sur un huis clos étouffant. L’auteure y dresse un sombre constat sur la place des handicapés dans notre société moderne qui donne la priorité à l’efficacité et à la performance.

.

.

Extraits :

Page 17

Elle doit gagner. Elle accélère. La vitesse la grise. La voiture glisse. Elle est à deux cents kilomètres-heure, maintenant. Son copilote lui dit quelque chose, il veut l’alerter sur une note qu’elle a prise lors des repérages. Un virage dangereux. Elle se tourne légèrement pour lui répondre. Revient vers la route. Trop tard. Sur sa droite, un talus d’herbe et de terre. Les poteaux électriques forment des bornes irréelles. Un passage d’ombre, puis le soleil à nouveau, éblouissant. Son halo irisé brouille son champ de vision. Les couleurs se décomposent, formant un bouquet arc-en-ciel sur la vitre. Sur sa gauche, la roche affleure, couverte d’herbes, de mousses. Des sapins s’élancent en hauteur comme un mur éternellement vert.

Page 35

Allongée dans le lit médicalisé, Sarah observe ses jambes inertes. Ses jambes mortes, qui pourtant ont commencé à la faire souffrir. Depuis quelques jours, elle est réveillée la nuit par d’atroces crampes contre lesquelles elle ne peut pas lutter car cela supposerait justement de se mouvoir, poser ses pieds au sol, tendre et détendre les muscles. Elle s’efforce de se rappeler qu’un jour, il n’y a pas si longtemps, elles ont été fuselées, douces et musclées. Mais le souvenir reste plaqué, on dirait qu’elle l’invente.

Page 50

Personne ne l’a prévenue que, en plus du reste, elle souffrirait de constipation ; personne ne l’a prévenue non plus qu’elle arrêterait d’avoir ses règles. Plus rien. D’un coup, son corps a refusé de saigner. Le tuyau s’est coupé net. Les ovules se sont recroquevillés sur eux-mêmes. La matrice s’est refermée. Son organisme s’est mis sur pause. Il s’est figé.

Sarah ne s’est jamais vraiment habituée à être déshabillée, frottée, torchée. La pire des pertes, à l’hôpital comme en soins de suite, c’est celle de l’intimité. N’être nulle part à l’abri des regards. Nulle part où l’on puisse baiser, pisser, respirer, vivre hors d’atteinte.

Page 105

Après le départ d’Alexandre, Sarah se redresse, parvient à s’asseoir et, maniant la télécommande pour faire descendre le lit le plus bas possible, glisse dans son fauteuil. C’est une de ses dernières victoires. Désormais, grâce à la force de ses bras et de ses abdominaux, elle peut se soulever entièrement et se déplacer sans aide dans tous les lieux conçus pour un fauteuil roulant; Ces progrès, elle les doit à l’assiduité du kiné, Luc Ferrier, qui jour après jour s’acharne sur son corps. Le tord, le masse, le rafistole.

Elle enfile une robe qu’elle passe par la tête et dont elle tirer l’ourlet sur ses cuisses. Depuis l’accident, se préparer est devenu une épreuve lente et complexe. Elle a beau se dépêcher, ses gestes doivent paraître d’une infinie lenteur aux yeux d’un étranger.

Page 125

Ici, en haut, elle a fait un apprentissage forcé de la contemplation. Elle sait maintenant les bleus des crêtes rocheuses, les verts de la forêt selon l’heure du jour. Même le printemps est différent entre avril et mai. La qualité de lumière, toujours éblouissante, a changé. Les brumes matinales ont définitivement disparu, laissant place à des tons roses irisés dès les premières lueurs de l’aube. Elle a appris à guetter les signes du monde extérieur et leurs infimes variations, en même temps qu’elle a développé ses facultés de réflexion.

Page 173

Dans le parc, les pensionnaires vaquent à leurs activités ordinaires. Ils tapent le carton, fument de pathétiques cigarettes roulées, attendent. Dans ce clair-obscur où l’ennui règne en maître, dans ce monde en demi-teinte le plus proche possible de ce que pourrait être l’enfer, tous acceptent leur sort en courbant l’échine. Au fond, ils arrivent au centre déjà détraqués, humiliés, battus, déchiquetés. Déjà à bout de souffle. Déjà morts. Contrairement aux autres, les gens de là-bas, ils prennent l’habitude de supporter le pire. Le départ de Clémence a constitué pour elle une dernier sursaut, l’ultime refus de se contenter de son sort. Désormais, Sarah se dit qu’elle doit devenir comme eux. Se résigner.

.

.

Ce que j’en pense

Je viens de terminer la lecture des Corps Brisés et il est difficile d’en ressortir indemne.

La jeune femme est sûre d’elle, elle veut gagner devant son rival masculin depuis longtemps. La voiture va vite, très vite, trop vite. C’est le début d’un calvaire. Aggravé par la volonté des hommes avides.

L’atrocité contée, avec talent il faut le souligner, existe-t-elle vraiment ? On n’ose l’imaginer et pourtant c’est une histoire réelle qui a conduit l’auteure à écrire ce roman noir. Inhumain, atroce, terrible, ces mots, ces maux, sont décrits avec une soif de détail dans une méticulosité froide et clinique.

Le ton est torturé à l’image des souffrances de Sarah. On perd la réalité des mots pour s’échapper dans la vérité criante du virtuel vrai. La vulnérabilité de Sarah est décrite avec précision, ainsi que sa psychose, ses ressentis, ses pensées. J’ai mal pour elle. L’auteure raconte parfaitement le milieu très particulier de l’hôpital et l’atmosphère qui y règne et qui, parfois, confine au fantastique. Les situations de faiblesse des patients, les émotions, même les sensations, sont relatées avec minutie.

Le style est haletant, l’écriture est vive, les phrases sont courtes. On a envie à la fois de connaître la suite mais sans aussi ne rien rater, tant les détails sont importants. Sarah est-elle devenue folle ou est-ce le lecteur qui le devient ?

Plusieurs niveaux de lecture cohabitent. Thriller noir et cruel. Introspection précise de Sarah. Navigation dans la folie, sur les bords de la folie. Emprisonnement du corps et de l’esprit. Nudité de la souffrance. Réappropriation de l’être en rééducation. Sentiment de destruction, d’inutilité de la vie, d’angoisse, de tension. Enfermement des corps brisés. Détresse psychologique. Perversité des hommes. Mais aussi espoir dans la rééducation, dans la réparation des handicaps.

C’est un huit clos angoissant sur l’handicap et le réapprentissage de la vie.

C’est une réussite. Ce roman noir dépeint une histoire cruelle dans un style que j’aime. Je vous le recommande.

.

L’AUTEURE

Elsa Marpeau a grandi à Nantes, s’est installée à Paris et a vécu à Singapour. Après Les yeux des morts (prix Nouvel Obs-BibliObs du roman noir 2011), et L’expatriée (prix La plume de cristal 2013), elle continue à tracer son sillon dans le champ du roman noir français avec Les corps brisés, son cinquième livre dans la Série Noire.

Du même auteur

Aux Editions Gallimard

Les yeux des Morts, Série Noire, 2010 (Folio Policier n° 656)

Black Blocs, Série Noire, 2012

L’expatriée, Série Noire, 2013 (Folio Polivier n° 736)

Petit éloge des brunes (Folio 2€, 2013)

Et ils oublieront la colère, Série Noire, 2015

Chez d’autres éditeurs

Recherche au sang, Editions du Félin, 2003

En pièces, Editions du Panama, 2006

….

 

Si vous souhaite en savoir plus sur Elsa Marpeau, suivez ce lien :

https://librebonimenteur.net/2016/03/10/jl-a-lecoute-de-elsa-marpeau/

.

 

.

Un livre à lire absolument !

 

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

https://lecriveurjeanlouisriguet.blogspot.fr/

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Jean-Louis RIGUET 10 juin 2017

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

JL à l’écoute de … Harry Faure

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Harry Faure

.DSC03571 Fougeres

.

1/ Qui êtes-vous   (VOS Prénom et NOM) ? Quel est votre parcours ?

Mon nom d’écrivain est Harry Faure. Je suis né le 14/06/1988 à Rambouillet en France.

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

Parallèlement à l’écriture je suis employé depuis 2011, en tant que téléconseiller, dans une société de la région parisienne.

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre passion ?

Outre la lecture, la bande dessinée et le cinéma, je suis passionné par les arts plastiques. J’en avais fait le sujet de mes études dans un Lycée Professionnel à Paris. Je suis ainsi en possession d’un CAP de Sérigraphie, un autre de Signalétique, Enseignes et Décors et enfin d’un Brevet des Métiers d’Art option Signalétique et Décors. Je ne regrette pas mon changement d’orientation professionnelle car je me plais dans mon travail. Enfin, depuis un an ou deux, je me suis découvert un début de passion pour le théâtre.

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

Je suis surtout présent sur les réseaux sociaux, LINKEDIN et FACEBOOK sur lesquels je possède un compte.

Avec l’aide de mon éditeur, nous avons tenté de faire la publicité de mon livre. A ce jour, seules « LES NOUVELLES DE RAMBOUILLET » y ont répondu favorablement en m’interviewant.

N’étant pas un auteur célèbre, je ne m’attends pas à ce que mon livre se vende à des millions ou des milliers d’exemplaires. Je ne peux qu’émettre un souhait : celui que mon roman plaise à tous ceux et celles qui l’auront lu.

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Il n’est pas pour le moment prévu de lectures ou de conférence sur mon livre.

 

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

« L’Histoire ne le dit pas » est mon tout premier roman, édité aux éditions La Bruyère et disponible depuis Octobre 2015. J’avais commencé à l’écrire en 2006 mais, n’ayant pas été satisfait du résultat, je l’avais mis en suspens pour ne le reprendre qu’en 2013. Ce n’est donc que très récemment qu’il a connu sa version définitive.

 

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

« L’Histoire ne le dit pas » est un mélange d’Histoire, de policier, à la limite du thriller. Un dernier ingrédient, dont je tairais la révélation, fait partie de la recette, liant l’ensemble. Elle n’apparaît qu’au cours du second chapitre, et constitue la première, mais pas la dernière, des surprises qui attendent le lecteur au cours du récit.

L’intrigue est constituée de trois histoires distinctes, qui vont se mêler étroitement pour n’en former qu’une seule.

La trame générale est la vie d’Alejandro F… qui en est le narrateur. Ce dernier, au seuil de son existence, décide de revenir sur une année douloureuse de son passé :

Alors étudiant en Histoire, il reprit le mythe de l’Atlantide et l’étude des cités ou civilisations antiques pouvant avoir servi de base à la légende. Cette recherche avait été entreprise par ses grands-parents qui disparurent mystérieusement lors de fouilles au Proche-Orient. Mais à trop creuser, Alejandro réveilla une Ombre qui fit tout pour l’empêcher de continuer dans cette voie. Commença alors pour lui une chasse à l’assassin dont il n’en sortira pas indemne…

 

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

Il est possible d’acquérir mon livre par Internet, sur les sites d’AMAZON et FNAC. De plus, toujours à partir d’Internet, en allant sur mes profils FACEBOOK et LINKEDIN, il vous est possible d’imprimer un bulletin de commande, de le compléter et le faire parvenir par courrier aux Editions La Bruyère, 128 rue de Belleville à 75020 PARIS.

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? Aux e-book ?

Les publications à compte d’éditeur, d’auteur ou participatif sont devenues des incontournables de l’édition. Quant aux e-book ils seront toujours fortement concurrencés par le support papier.

 

10/ Quel est le conseil le plus important que-vous-ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

Le conseil le plus important que j’ai reçu venait de mon éditeur qui m’encourageait à persévérer dans l’écriture car un premier livre est difficile à promouvoir.

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

Je dois être honnête. Je ne lis pas, je dévore. Science-fiction, policier, thriller, fantastique, historique, tout ce qui passe à ma portée et dont le résumé va m’attirer fini englouti par ma faim dévorante et insatiable de lecture. Tout ? Non, pas tout à fait. Les thèmes traitant de politique, de religion et d’ésotérisme m’attirent moins.

 

12/ Comment écrivez-vous ? 

Pour « L’Histoire ne le dit pas », j’ai commencé par écrire mon texte sur du brouillon avant de le retranscrire avec encore plus de détails sur ordinateur. Idem, pour la soutenance de thèse qui m’a donné le plus de travail en termes de recherche et de cheminement.

L’une des trois histoires qui constituent l’ensemble de mon livre a été ajoutée en 2013 pour mettre en avant trois de mes personnages secondaires. Cette enquête était de plus basée sur un fait divers. Je l’avais ensuite modifiée pour la cohérence avec mon récit principal. Enfin, elle n’a pas été composée de la même manière que le reste. Je m’étais fait pour elle des notes, tel un fil conducteur, qui m’indiquaient quelles informations devaient apparaître dans chaque chapitre. L’écriture de ce dernier m’a paru pour moi plus fluide. Si j’étais amené à écrire un second roman, je ferais de même.

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

La construction et l’intrigue de « L’Histoire ne le dit pas » ont fait l’objet d’un volume important de documentation, en particulier historique, d’actualité.

Un second clin d’œil a été ajouté à destination des cinéphiles. Je me suis effectivement inspiré des dix premières minutes d’un classique du cinéma français, réunissant Lino Ventura, Romy Schneider et Michel Serrault pour la rédaction d’un milieu de chapitre. Je laisse deviner lequel…

Je pourrais continuer à disserter longtemps sur mes inspirations mais je ne veux pas en révéler trop à mes futurs lecteurs.

 

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

J’ai tenu à ce que mes personnages, bien que fictifs, soient plus ou moins attachants. Surtout je voulais absolument que l’on puisse s’identifier à un trait de caractère de l’un d’entre eux.

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

N’étant pas moi-même un écrivain professionnel, je me vois mal prodiguer des conseils à d’autres passionnés d’écriture. En fait, le secret qui fait notre force est en sans doute dans ces mots : nous sommes des passionnés, écrivant d’abord pour nous et se moquant du quand dira-t-on.

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

Mes auteurs préférés sont : Christian Jacq, Steve Berry et Franck Thilliez.

 

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

Actuellement, je lis « de taille et d’estoc, la jeunesse de Guilhem d’Ussel, chevalier troubadour » de Jean d’Aillon. Une fiction mêlant enquêtes et complots au cœur du Moyen-Age. Ensuite, j’enchaînerai avec « Le complot Malone » de Steve Berry. Deux époques, deux styles différents, c’est ce que j’apprécie autant dans la lecture.

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Souhaitant me consacrer à la sortie de mon premier livre, je n’ai pas prévu d’en commencer un autre.

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Il n’est pas encore prévu de futurs événements autour de mon livre.

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Vous pouvez suivre mes actualités sur mes comptes FACEBOOK et LINKEDIN. C’est sur ces deux pages qu’il est également possible de retrouver, gratuitement le prologue et le premier chapitre de « L’Histoire ne le dit pas ».

Comptes personnels :

https://www.facebook.com/harry.faure.7

https://www.linkedin.com/pulse/activities/harry-faure+0_12RJGK7jFBywKQoQhI9NPT?trk=nav_responsive_sub_nav_yourupdates

Les éditions La Bruyère :

http://www.labruyere.fr

Où se procurer mon livre :

http://www.decitre.fr/livres/l-histoire-ne-le-dit-pas-9782750010492.html

http://www.amazon.fr/Lhistoire-dit-pas-Harry-Faure/dp/2750010497/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1452634022&sr=8-1&keywords=harry+faure

http://livre.fnac.com/a9129635/Harry-Faure-L-histoire-ne-le-dit-pas#st=harry%20faure&ct=&t=p

————-

Le 9 janvier 2016.

Harry Faure

.1ère de couverture Fougere

.

Prologue

  

De nos jours.

 

             Les médecins ne me donnent plus qu’un mois à vivre en raison d’un cancer du foie qui s’est malheureusement généralisé faute d’un donneur compatible. Là où tant d’autres auraient mis à contribution le peu de temps qu’il leur reste pour voyager; le passer avec leur famille, leurs amis, vivre, tout simplement, moi, je tiens à écrire ce roman. Ceci, je tiens tout de suite à le signaler, n’est pas un témoignage de ma lutte acharnée contre ma maladie, non, je le laisse à d’autres plus méritants.

Non, moi, Alejandro F…, je tiens à témoigner. Alors qu’aujourd’hui je sens mes forces peu à peu m’abandonner, je trouve le courage de revenir sur ces instants de ma jeunesse, dont je n’ai jamais oubliés les moindres détails et d’écrire mon autobiographie. J’espère de cette manière me faire pardonner du mal que j’ai causé aux nombreuses personnes qui y ont joué un rôle et rendre justice à l’histoire qui est de plus en plus dénigrée au nom de la technologie moderne.

Pour des raisons évidentes de confidentialité, les différents protagonistes de cette histoire ne seront désignés que par leurs prénoms et la première lettre de leurs noms.

Je commence donc cette histoire le premier jour où ont débuté ces événements, il y a environ soixante ans.

 

extrait du chapitre XXXXVIII :

            Avez-vous déjà visité un musée de nuit ? Beaucoup le propose, et c’est une occasion spectaculaire, éblouissante, indescriptible, permettant de découvrir sous une lumière différente des œuvres d’art que nous avons l’habitude de contempler en journée. Mais je peux vous assurer que ce soir-là, je trouvais le lieu tout, sauf apaisant.

Je savais que quelqu’un, de surcroît un de mes collègues, cherchait à me tuer, qu’il était tapi quelque part dans le musée et qu’il connaissait le bâtiment aussi bien que moi. Je ne pouvais donc passer d’une pièce à l’autre sans les avoir scrutées attentivement et éviter ainsi tout traquenard. C’est dans cet état d’esprit que j’évoluais, lentement. Mais comment faire alors que les lieux et les chefs d’œuvres côtoyés et admirés quotidiennement se transformaient pendant un instant en des ennemis cherchant à me nuire ?

.

Je remercie sincèrement Harry Faure d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, sculpteur, peintre, photographe, comédien, théâtreux, en un mot artiste  sans discrimation de l’art pratiqué,

si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

Chaque chronique est ensuite partagée sur Facebook, Twitter, Linkedin, Google+, Pinterest et parfois Tumblr.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

Jean-Louis RIGUET 13 janvier 2016

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

Hobboes de Philippe Cavalier

La traversée d’un continent où les lois s’effacent !

Adepte du livre

hobboesPrésentation de l’éditeurRavagée par une supercrise, l’Amérique doute et vacille. Des millions d’exclus prient pour un avenir meilleur aux marges de ses villes. Des frontières du Canada à celles du Mexique, rumeurs et légendes s’échangent sur les routes. Parmi les hobboes, les vagabonds, on parle d’hommes doués de pouvoirs surnaturels et d’un guide promis à venger les humiliations des pauvres. On parle de révoltes et de NovAmerica, le monde d’après la prochaine révolution. On parle surtout d’un homme capable, à lui seul, de changer le destin de tout un peuple… Enseignant à la prestigieuse université Cornell, Raphaël Banes dédaigne les prophéties. Privilégié, il n’accorde pas un regard à ceux qui n’ont rien. Mais quand tout s’écroule autour de lui, et qu’un mystérieux commanditaire lui ordonne de remonter la piste d’un de ses anciens étudiants disparu, commence pour lui la traversée d’un contient où les lois s’effacent et où il faut bien…

View original post 4 059 mots de plus

Scènes de crime, EXPERT Jacques

Des scènes de crimes impressionnantes !

Rêvez Livres

91QOvZ+LkpL

L’HISTOIRE

Chaque crime de sang commis par chaque meurtrier célèbre est un mystère entouré des brumes de l’angoisse. Pourquoi ? Comment ? Et surtout, plus terrible encore : ce crime aurait-il pu rester impuni ? Qu’est-ce qui a fait qu’il a été jugé, entre tous les autres jamais élucidés ? Car, dans la réalité, au contraire de la fiction policière, la chute n’est pas écrite d’avance, et les mobiles comme les modes opératoires demeurent parfois incompréhensibles longtemps après la disparition du coupable. On comprend alors que chaque histoire vraie racontée par Jacques Expert dans Scènes de crimeemporte le lecteur dans un univers plus impressionnant que le plus impressionnant des thrillers. Au sommaire, entre autres : « La comtesse sanglante », « Le roi de la découpe », « La nounou diabolique », « La veuve rouge », « L’ogresse de la Goutte d’or », « Arsenic et vieilles dentelles », « Le vampire de Brooklyn », « L’étrangleur N°1 », « Séducteur psychopathe et tueur de femmes »…

View original post 243 mots de plus

Le cercle des confidentes de Jennifer McGowan

L’histoire de cinq femmes au service de la Reine !

Adepte du livre

le cercle des confidentesTome 1 – Lady Megan

Présentation de l’éditeur : Lorsque Meg Fellowes, 17 ans, voleuse et comédienne de la troupe de la Rose d’Or, est arrêtée, elle sait que la sentence va être la mort. C’est ce à quoi les voleurs sous le règne d’Élisabeth 1re d’Angleterre doivent s’attendre. Pourtant, on lui propose une alternative : accepter de faire partie d’un groupe de demoiselles d’honneur très spéciales : des espionnes. Avec ses nouvelles compagnes, Jane, Anna, Béatrice et Sophia, Meg doit protéger la couronne des intrigues de la cour. En ces temps troublés, mille complots guettent la jeune reine protestante. Grâce à son sens inné de la comédie et à sa mémoire extraordinaire, Meg doit espionner la délégation espagnole, composée de fervents catholiques, opposés à Élisabeth, dont le séduisant Rafe, comte de Martine, qui vient d’arriver à la cour. Mais dans le paysage complexe de ce début de règne, la…

View original post 1 523 mots de plus

Cabale Pyramidion, DELAGE Samuel

Une aventure en Egypte !

Rêvez Livres

519vPbjM6ML   9460298-arbre-de-coeur

  • Broché: 336 pages
  • Editeur : ALBIN MICHEL (27 mai 2015)
  • Collection : LITT.GENERALE
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2226248390

L’HISTOIRE

Marion Evans, jeune étudiante franco-américaine, est arrêtée à la sortie du Musée égyptien du Caire où elle travaille, une statuette dans son sac à main. Même si tout tendrait à prouver qu il s agit d un coup monté, la police semble se satisfaire de cette coupable désignée. Contrairement à ses amis, qui vont tout faire pour la sortir de ce mauvais pas et faire la lumière sur ce complot.

Yvan Sauvage, expert en art, ancien professeur et amant occasionnel de la jeune femme se lance tête baissée dans l affaire, bientôt aidé de Daoud, un antiquaire roué, et du beau et ténébreux Hassan Tarek, un archéologue aux desseins ambigus…

Thriller érudit, Cabale Pyramidion plonge dans l Égypte contemporaine hantée par les Frères Musulmans, le Printemps arabe et les anciens égyptiens.

MON…

View original post 353 mots de plus

Fiançailles, HOOPER Chloé

Des jeux érotiques tarifés !

Rêvez Livres

91QQo0wreSL

  • Poche: 312 pages
  • Editeur : 10 X 18 (16 avril 2015)
  • Collection : 10/18
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2264061170

L’HISTOIRE

Anglaise exilée à Melbourne, Liese s’échine dans une agence immobilière. Résolue à quitter le pays, mais criblée de dettes, elle s’adonne à des jeux érotiques tarifés avec Alexander, riche homme d’affaires qui ignore tout de son double jeu. De plus en plus mal à l’aise, elle accepte pourtant un week-end dans son domaine au cœur du bush. Rien ne se passera comme elle l’avait imaginé… Un thriller psychologique subtil qui explore avec une virtuosité haletante le territoire énigmatique du désir et l’immense pouvoir de la fiction. Fascinant.  » Liese est venue pour jouer un rôle, mais le décor lui échappe, donc elle le joue mal – à moins qu’elle le joue trop bien. On pense au Limier, de Mankiewicz : jeux de désirs, jeux de souvenirs, jeux de miroirs.  » Libération Traduit de…

View original post 562 mots de plus