Publié par Un commentaire

Un roman d’enquête différent

Vous aimez lire, voici un roman d’enquête différent

Un roman policier fait découvrir des spécialités orléanaises

Éliminations pour un héritage

Un roman policier et d’enquête

De Jean-Louis RIGUET Carolus éditions

©Jean-Louis RIGUET, 2017

ISBN numérique : 979-10-262-1464-9

EAN papier : 9791026214656

Internet : https://www.librinova.com/librairie/

Éliminations pour un héritage

Un original méconnu décède un premier janvier. C’était le président fondateur d’une association, le Carte Club Orléanais. Un testament est censé régler sa succession.

Il a institué pour légataires universels les membres du conseil d’administration de l’association. Or, des conditions particulières draconiennes sont à remplir par chacun des membres à une date limite. Si l’un ne remplit pas les conditions, il est éliminé. Si aucun n’y parvient, une autre association héritera.

L’avocat désigné comme exécuteur testamentaire mène l’enquête. Il va de soubresauts en rebondissements à travers les spécialités orléanaises.

Un roman d’investigation pour une enquête quasi-policière étonnante où les péripéties abondent et où le suspense et l’humour ne sont pas en reste !

.

.

Un extrait

Après un nouveau temps de silence qu’il occupe à regarder les flammes passer du vert bleu au jaune orange, Vincent s’aventure sur l’activité de mon hôte :

– Parlez-moi de votre métier ? Que faisiez-vous ?

– J’étais dans le corrosif.

– Ah bon ! Ce qui veut dire ?

– J’ai travaillé dans le vinaigre et la moutarde.

Effectivement, ces ingrédients sont corrosifs. À Orléans, il n’y a rien d’extraordinaire en raison de son histoire. Deux siècles auparavant, Orléans était une capitale du vinaigre, pour ne pas dire la capitale française. À l’époque, plus de trois cents vinaigriers se partageaient le marché local. La tradition vinaigrière à Orléans remonte au Moyen-Age, depuis le quatorzième siècle. Ce n’est qu’après que Dijon était venue concurrencer la capitale ligérienne.

– Je travaillais dans la dernière maison vinaigrière, une véritable, à Orléans. En France aussi d’ailleurs. La célèbre Maison Martin-Pouret !

– Exact, cette entreprise est très connue. Elle fait des produits de qualité d’ailleurs.

– Nous sommes les derniers à produire du vinaigre et de la moutarde d’Orléans selon les traditions locales et le savoir- faire orléanais.

– C’est une maison très ancienne, je crois. Mais je ne me souviens plus de la date de sa création.

– Son installation remonte à 1797, toujours à la même adresse depuis son origine. Aujourd’hui, c’est la seule, la dernière.

– J’ai eu l’occasion de participer au règlement d’une succession. La défunte était la veuve d’un ancien vinaigrier de Mardié. Quand j’ai fait l’inventaire, dans un vieux bâtiment laissé à l’abandon, deux anciennes cuves trônaient mais sans aucune joliesse. Elles n’étaient plus fières du tout, pourtant elles étaient d’une incroyable grandeur. Au moins six ou huit mètres de haut et avec un diamètre d’au moins six mètres. Les bois tenaient par l’effet du Saint-Esprit mais ils n’étaient pas encore tous piqués. J’avais été très impressionné par ce que j’avais vu. C’était triste de voir cet état d’inactivité et ces traces d’un passé actif de la vie artisanale.

– Plusieurs vinaigriers exerçaient à Mardié.

Campeur marque une pause.

.

.

Pour commander le livre :

https://www.librinova.com/librairie/jean-louis-riguet/eliminations-pour-un-heritage-1

Merci d’avance

.


https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

© Jean-Louis RIGUET 27 mars 2018

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

Publié par Laisser un commentaire

JL à l’écoute de … Harry Faure

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Harry Faure

.DSC03571 Fougeres

.

1/ Qui êtes-vous   (VOS Prénom et NOM) ? Quel est votre parcours ?

Mon nom d’écrivain est Harry Faure. Je suis né le 14/06/1988 à Rambouillet en France.

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

Parallèlement à l’écriture je suis employé depuis 2011, en tant que téléconseiller, dans une société de la région parisienne.

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre passion ?

Outre la lecture, la bande dessinée et le cinéma, je suis passionné par les arts plastiques. J’en avais fait le sujet de mes études dans un Lycée Professionnel à Paris. Je suis ainsi en possession d’un CAP de Sérigraphie, un autre de Signalétique, Enseignes et Décors et enfin d’un Brevet des Métiers d’Art option Signalétique et Décors. Je ne regrette pas mon changement d’orientation professionnelle car je me plais dans mon travail. Enfin, depuis un an ou deux, je me suis découvert un début de passion pour le théâtre.

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

Je suis surtout présent sur les réseaux sociaux, LINKEDIN et FACEBOOK sur lesquels je possède un compte.

Avec l’aide de mon éditeur, nous avons tenté de faire la publicité de mon livre. A ce jour, seules « LES NOUVELLES DE RAMBOUILLET » y ont répondu favorablement en m’interviewant.

N’étant pas un auteur célèbre, je ne m’attends pas à ce que mon livre se vende à des millions ou des milliers d’exemplaires. Je ne peux qu’émettre un souhait : celui que mon roman plaise à tous ceux et celles qui l’auront lu.

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Il n’est pas pour le moment prévu de lectures ou de conférence sur mon livre.

 

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

« L’Histoire ne le dit pas » est mon tout premier roman, édité aux éditions La Bruyère et disponible depuis Octobre 2015. J’avais commencé à l’écrire en 2006 mais, n’ayant pas été satisfait du résultat, je l’avais mis en suspens pour ne le reprendre qu’en 2013. Ce n’est donc que très récemment qu’il a connu sa version définitive.

 

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

« L’Histoire ne le dit pas » est un mélange d’Histoire, de policier, à la limite du thriller. Un dernier ingrédient, dont je tairais la révélation, fait partie de la recette, liant l’ensemble. Elle n’apparaît qu’au cours du second chapitre, et constitue la première, mais pas la dernière, des surprises qui attendent le lecteur au cours du récit.

L’intrigue est constituée de trois histoires distinctes, qui vont se mêler étroitement pour n’en former qu’une seule.

La trame générale est la vie d’Alejandro F… qui en est le narrateur. Ce dernier, au seuil de son existence, décide de revenir sur une année douloureuse de son passé :

Alors étudiant en Histoire, il reprit le mythe de l’Atlantide et l’étude des cités ou civilisations antiques pouvant avoir servi de base à la légende. Cette recherche avait été entreprise par ses grands-parents qui disparurent mystérieusement lors de fouilles au Proche-Orient. Mais à trop creuser, Alejandro réveilla une Ombre qui fit tout pour l’empêcher de continuer dans cette voie. Commença alors pour lui une chasse à l’assassin dont il n’en sortira pas indemne…

 

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

Il est possible d’acquérir mon livre par Internet, sur les sites d’AMAZON et FNAC. De plus, toujours à partir d’Internet, en allant sur mes profils FACEBOOK et LINKEDIN, il vous est possible d’imprimer un bulletin de commande, de le compléter et le faire parvenir par courrier aux Editions La Bruyère, 128 rue de Belleville à 75020 PARIS.

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? Aux e-book ?

Les publications à compte d’éditeur, d’auteur ou participatif sont devenues des incontournables de l’édition. Quant aux e-book ils seront toujours fortement concurrencés par le support papier.

 

10/ Quel est le conseil le plus important que-vous-ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

Le conseil le plus important que j’ai reçu venait de mon éditeur qui m’encourageait à persévérer dans l’écriture car un premier livre est difficile à promouvoir.

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

Je dois être honnête. Je ne lis pas, je dévore. Science-fiction, policier, thriller, fantastique, historique, tout ce qui passe à ma portée et dont le résumé va m’attirer fini englouti par ma faim dévorante et insatiable de lecture. Tout ? Non, pas tout à fait. Les thèmes traitant de politique, de religion et d’ésotérisme m’attirent moins.

 

12/ Comment écrivez-vous ? 

Pour « L’Histoire ne le dit pas », j’ai commencé par écrire mon texte sur du brouillon avant de le retranscrire avec encore plus de détails sur ordinateur. Idem, pour la soutenance de thèse qui m’a donné le plus de travail en termes de recherche et de cheminement.

L’une des trois histoires qui constituent l’ensemble de mon livre a été ajoutée en 2013 pour mettre en avant trois de mes personnages secondaires. Cette enquête était de plus basée sur un fait divers. Je l’avais ensuite modifiée pour la cohérence avec mon récit principal. Enfin, elle n’a pas été composée de la même manière que le reste. Je m’étais fait pour elle des notes, tel un fil conducteur, qui m’indiquaient quelles informations devaient apparaître dans chaque chapitre. L’écriture de ce dernier m’a paru pour moi plus fluide. Si j’étais amené à écrire un second roman, je ferais de même.

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

La construction et l’intrigue de « L’Histoire ne le dit pas » ont fait l’objet d’un volume important de documentation, en particulier historique, d’actualité.

Un second clin d’œil a été ajouté à destination des cinéphiles. Je me suis effectivement inspiré des dix premières minutes d’un classique du cinéma français, réunissant Lino Ventura, Romy Schneider et Michel Serrault pour la rédaction d’un milieu de chapitre. Je laisse deviner lequel…

Je pourrais continuer à disserter longtemps sur mes inspirations mais je ne veux pas en révéler trop à mes futurs lecteurs.

 

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

J’ai tenu à ce que mes personnages, bien que fictifs, soient plus ou moins attachants. Surtout je voulais absolument que l’on puisse s’identifier à un trait de caractère de l’un d’entre eux.

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

N’étant pas moi-même un écrivain professionnel, je me vois mal prodiguer des conseils à d’autres passionnés d’écriture. En fait, le secret qui fait notre force est en sans doute dans ces mots : nous sommes des passionnés, écrivant d’abord pour nous et se moquant du quand dira-t-on.

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

Mes auteurs préférés sont : Christian Jacq, Steve Berry et Franck Thilliez.

 

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

Actuellement, je lis « de taille et d’estoc, la jeunesse de Guilhem d’Ussel, chevalier troubadour » de Jean d’Aillon. Une fiction mêlant enquêtes et complots au cœur du Moyen-Age. Ensuite, j’enchaînerai avec « Le complot Malone » de Steve Berry. Deux époques, deux styles différents, c’est ce que j’apprécie autant dans la lecture.

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Souhaitant me consacrer à la sortie de mon premier livre, je n’ai pas prévu d’en commencer un autre.

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Il n’est pas encore prévu de futurs événements autour de mon livre.

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Vous pouvez suivre mes actualités sur mes comptes FACEBOOK et LINKEDIN. C’est sur ces deux pages qu’il est également possible de retrouver, gratuitement le prologue et le premier chapitre de « L’Histoire ne le dit pas ».

Comptes personnels :

https://www.facebook.com/harry.faure.7

https://www.linkedin.com/pulse/activities/harry-faure+0_12RJGK7jFBywKQoQhI9NPT?trk=nav_responsive_sub_nav_yourupdates

Les éditions La Bruyère :

http://www.labruyere.fr

Où se procurer mon livre :

http://www.decitre.fr/livres/l-histoire-ne-le-dit-pas-9782750010492.html

http://www.amazon.fr/Lhistoire-dit-pas-Harry-Faure/dp/2750010497/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1452634022&sr=8-1&keywords=harry+faure

http://livre.fnac.com/a9129635/Harry-Faure-L-histoire-ne-le-dit-pas#st=harry%20faure&ct=&t=p

————-

Le 9 janvier 2016.

Harry Faure

.1ère de couverture Fougere

.

Prologue

  

De nos jours.

 

             Les médecins ne me donnent plus qu’un mois à vivre en raison d’un cancer du foie qui s’est malheureusement généralisé faute d’un donneur compatible. Là où tant d’autres auraient mis à contribution le peu de temps qu’il leur reste pour voyager; le passer avec leur famille, leurs amis, vivre, tout simplement, moi, je tiens à écrire ce roman. Ceci, je tiens tout de suite à le signaler, n’est pas un témoignage de ma lutte acharnée contre ma maladie, non, je le laisse à d’autres plus méritants.

Non, moi, Alejandro F…, je tiens à témoigner. Alors qu’aujourd’hui je sens mes forces peu à peu m’abandonner, je trouve le courage de revenir sur ces instants de ma jeunesse, dont je n’ai jamais oubliés les moindres détails et d’écrire mon autobiographie. J’espère de cette manière me faire pardonner du mal que j’ai causé aux nombreuses personnes qui y ont joué un rôle et rendre justice à l’histoire qui est de plus en plus dénigrée au nom de la technologie moderne.

Pour des raisons évidentes de confidentialité, les différents protagonistes de cette histoire ne seront désignés que par leurs prénoms et la première lettre de leurs noms.

Je commence donc cette histoire le premier jour où ont débuté ces événements, il y a environ soixante ans.

 

extrait du chapitre XXXXVIII :

            Avez-vous déjà visité un musée de nuit ? Beaucoup le propose, et c’est une occasion spectaculaire, éblouissante, indescriptible, permettant de découvrir sous une lumière différente des œuvres d’art que nous avons l’habitude de contempler en journée. Mais je peux vous assurer que ce soir-là, je trouvais le lieu tout, sauf apaisant.

Je savais que quelqu’un, de surcroît un de mes collègues, cherchait à me tuer, qu’il était tapi quelque part dans le musée et qu’il connaissait le bâtiment aussi bien que moi. Je ne pouvais donc passer d’une pièce à l’autre sans les avoir scrutées attentivement et éviter ainsi tout traquenard. C’est dans cet état d’esprit que j’évoluais, lentement. Mais comment faire alors que les lieux et les chefs d’œuvres côtoyés et admirés quotidiennement se transformaient pendant un instant en des ennemis cherchant à me nuire ?

.

Je remercie sincèrement Harry Faure d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, sculpteur, peintre, photographe, comédien, théâtreux, en un mot artiste  sans discrimation de l’art pratiqué,

si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

Chaque chronique est ensuite partagée sur Facebook, Twitter, Linkedin, Google+, Pinterest et parfois Tumblr.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

Jean-Louis RIGUET 13 janvier 2016

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

Publié par Laisser un commentaire

Scènes de crime, EXPERT Jacques

Des scènes de crimes impressionnantes !

Publié par Laisser un commentaire

Cabale Pyramidion, DELAGE Samuel

Une aventure en Egypte !

Publié par Laisser un commentaire

JL à l’écoute de … Chris Lef – KRYSTEL

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Chris Lef – KRYSTEL

.

Sous l oeil de Jean bart

.

 

1/ Qui êtes-vous   (VOS Prénom et NOM) ? Quel est votre parcours ?

Christelle Josette Francine née Lefebvre, veuve Logez depuis 2007, née à Calais dans le département 62 le 9 juin 1965 à 12h (j’ai coupé l’appétit à tout le monde). Passionnée de livres dés l’âge de 10 ans et gourmande d’histoires qui m’ont fait voyager, maman de 5 enfants beaucoup plus tard, je prends la plume à l’âge de 15 ans pour me lancer dans la poésie.

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

Lecture, dessin, peinture.

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre passion ?

Peinture, confection de costumes historique, couture, fabrication de bijoux en perles. Ma passion est la Cour de Louis XIV et Versailles et son Roi Soleil.

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

De faire vivre mon « bébé livre » quand il est venu au monde en le lisant, j’aime la critique qu’elle soit positive ou négative (négative : elle fait progresser), je me fais connaître par la radio, le bouche à oreilles, mes connaissances, le rentre dedans, internet, bourses aux livres, libraires, bibliothèques et médiathèques… J’en omets surement.

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

NON

 

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

Depuis les années 80. J’ai écrit une bonne quinzaine d’ouvrages (historique, érotique, polar, sentimental, surréaliste).

 

 

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

Roman policier coécrit avec un écrivain belge : Sous l’œil de Jean-Bart

L’intrique se situe à Dunkerque, dans la ville où je vis actuellement depuis 2 ans.

Résumé :

Dunkerque, 27 août 2014, Place Jean Bart.

Yorick Leroy retrouve Éva, son épouse, morte dans la salle de bains, la veille de leur dixième anniversaire de mariage. Accident ou suicide ?

Persuadé qu’il s’agit d’un crime, le commissaire Magnac ouvre une enquête. Les mensonges s’accumulent chez les antagonistes. Yorick mène une double-vie avec Petra, son ambitieuse maîtresse. David, son meilleur ami, ment aussi. Et même la caissière du supermarché Carrefour de St-Pol sur Mer ! Qu’ont-ils de si important à cacher ?

 

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

Pour le moment chez moi… Rendement intégral sans donner 30% aux libraires

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? Aux e-book ?

Je rêve d’être éditée à compte d’éditeur

Je publie mes livres à compte d’auteur depuis toujours tout en proposant mes textes à des éditeurs

Pas d’e-book

Pas de compte participatif qui revient plus cher qu’en passant par mon imprimeur fidèle et de qualité depuis longtemps.

 

10/ Quel est le conseil le plus important que-vous-ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

Rester soi-même et naturelle en toutes circonstances et quelque soit la personne que l’on a en face de soi (ce que j’ai toujours appliqué et j’appliquerai toujours même si cela déplaît)

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

La Bible, les romans historiques, les textes philosophiques, ouvrages d’art pour la lecture.

Pour l’écriture : du drame historique ou récits érotiques

 

12/ Comment écrivez-vous ? 

Un chewing-gum dans la bouche, dans la nature verdoyante premier jet sur un brouillon manuel, puis second jet sur Word dans mon bureau, puis je laisse reposer mon travail, je le reprends un moment plus tard (une semaine voir un mois) et là avec mes outils dictionnaires j’étoffe. Je vais tâter le terrain si c’est un roman historique à Versailles pour m’imprégner des lieux par exemple, je m’isole totalement puis quand je suis saturée de solitude je vais vers le monde où je puise et me gave de situations, de mots, de comportements. (Molière était un grand observateur de son époque et je copie sur lui).

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

Dans l’observation de mes congénères, de la nature, dans tous lieux, toutes circonstances, films, paroles, odeurs, bruits…

 

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

Les idées me viennent souvent en faisant le ménage, parfois la nuit quand je me réveille, à l’issue d’un songe aussi, de la vue d’une belle fille ou d’une femme qui passe dans la rue, d’un parfum qui vole, d’une situation dont je suis témoins et je l’imagine autrement.

Mes personnages sont toujours fictifs mais liés à de vraies personnes et à de réels histoires ou contextes en général.

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

Quand la maladie de l’écriture apparaît avec tous ses symptômes alors il faut écrire, des personnes ont la guitare qui les démangent alors ils jouent, quand c’est la plume qui chatouille, il faut écrire, c’est qu’un don nous été donné pour que nous l’utilisions. Ne jamais oublié que tout le monde connaît les 7 notes de la gamme pourtant tout le monde ne peut pas faire d’opéra ! Quand on a l’art de manipuler les mots pour former des phrases qui mènent aux textes, il ne faut pas hésiter une seule seconde !!!  Pour un auteur, écrire c’est aussi vital que respirer.

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

Molière, Françoise Chandernagor, Marguerite Duras, Régine Desforges, Agatha Christie, Stephen King, Hitchcock et j’offense ceux que j’oublie ….Et aussi et surtout des auteurs inconnus, méconnus et non reconnus qui me demandent mon avis. Car beaucoup d’entre eux méritent plus que ce qu’ils reçoivent.

Je déteste Zola et Pagnol

 

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

Ma Bible bien sûr débordante d’histoires de l’humanité où je puise parfois mon inspiration et un roman fantastique d’une jeune fille de 15 ans « Destin » d’Amélia Carpentier, j’adore et pour encourager cette auteure en herbe je serai son mécène pour cet été. Son histoire est merveilleuse et je tire mon chapeau pour ce premier ouvrage bien écrit et bien mené.

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Oui : « Le retour de Lagardère », cette fois il sera déguisé en femme et non en bossu et l’action se déroule à la Cour de Louis XIV

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

NON

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Pas de renseignement pour le moment….

————-

Le  14 mai 2015.

Lefebvre Christelle veuve Logez alias KRYSTEL

.

Sous l oeil de Jean bart

.

Je remercie sincèrement Chris Lef  d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

Jean-Louis RIGUET 08 juin 2015

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://librebonimenteur.net/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

http://jeanlouisriguetecriveur.blogspot.fr/

.

 

Publié par Laisser un commentaire

Scipion, CASACUBERTA Pablo

Le fils veut être à la hauteur des espérances du père !

Publié par Laisser un commentaire

Les rivières de Londres. Ben Aaronovitch

Une visite de Londres en traquant les êtres surnaturels !

Publié par Laisser un commentaire

W3, le sourire des pendus, CAMUT Jérôme/HUG Nathalie

A la recherche de Lara enlevée sur un parking d’autoroute !

Publié par Laisser un commentaire

Personne n’en saura rien, GRANOTIER Sylvie

Intrigues policières sur fond de vengeance !

Publié par Laisser un commentaire

La mort s’invite à Pemberley de P.D. James

Le domaine ancestral ébranlé par la mort, la suspicion, les rancunes !