Publié par Laisser un commentaire

Réjouissances à Honfleur, Olivier Polard

RÉJOUISSANCES A HONFLEUR…

Olivier Polard

Roman

IN OCTAVO éditions

310 pages – Janvier 2017 – Prix 20 €

ISBN 978-2-84878-219-5

http://www.inoctavo-editions.com/

.

 .

En quatrième de couverture, l’éditeur nous indique ce qui suit :

Un boucher Hongrois s’installe à Honfleur. Deux ans plus tard, Laszlo, dont le commerce est frappé par la crise économique et l’arrivée d’un concurrent, commet un crime par… désœuvrement.
Ses amis, sensibles à ses remords, décident de ne pas le dénoncer mais aussi de contrecarrer l’enquête de police par tous les moyens.
Cette histoire qui commence comme un roman policier est en réalité un récit burlesque : pas un seul moment de répit entre les tribulations de notre boucher de Honfleur et l’épopée de ses quatre pieds nickelés d’amis !L’auteur Olivier Polard doit assurément être un lointain cousin de Blake Edwards ou de David Lodge car il enchaîne à tout rompre les situations les plus rocambolesques, les plus folles, les plus improbables dans ce roman à l’humour ravageur.
Ne passez surtout pas à côté de ce petit bijou délicieusement amoral et tellement jubilatoire.

Extrait :

…Laszlo était fier de s’appeler Herczogejdi.
C’était un nom honorable et honoré dans son pays natal car, outre ses ancêtres Magyars, il comptait également dans sa famille un grand-père mort en héros pendant l’invasion soviétique.
Or, l’instituteur qui arborait en face de lui un sourire timide venait, cette fois, de lui donner du « M. Harzojy ? », nom d’un traître honni du peuple hongrois.
Le boucher attrapa son tranchoir et l’abattit violemment sur son plan de travail en rugissant.
— Dehors. Tout de suite !…

 

.

.

http://www.inoctavo-editions.com/livre-198-rejouissances-a-honfleur-

.

Ce que j’en pense :

Olivier POLARD porte bien son nom. Cet auteur de polar nous raconte une histoire rocambolesque dans une suite incessante de péripéties et de rebondissements délirants. Où va-t-il chercher tout cela ?

Beaucoup de choses sont évoquées : un boucher talentueux qui devient boucher par inadvertance, des amis serviables à un point non imaginable, une police complètement dépassée par les événements et un tantinet illégale, des élus que l’on n’ose pas qualifier de carriéristes.

Les situations sont pittoresques malgré les crimes horribles. Ce ne sont pas des amis de toujours mais ils vont le devenir. Aucune morale dans ce livre, il s’agit simplement de sauver sa peau. Il y a des histoires d’éboueurs qui passent trop tôt ou trop tard devant la maison du maire au grand dam de sa femme, des histoires de peinture et de peintre éméché.

Ce livre reflète assez bien l’ambiance des peurs contre l’étranger ou simplement de celui qui naît dans le village voisin. Les descriptions sont assez précises pour sentir les bons ou mauvais sentiments. Il est amoral dans la mesure où il relate la non dénonciation de crime mais sympathique dans la mesure où il conte une belle histoire d’amitié.

Un roman policier burlesque, sans répit !

Ce premier essai est excellent, bien écrit, sans ennui. La plume est acérée, la prose vive, rapide et légère.

.

Quelques mots sur l’auteur :

La quatrième de couverture nous explique que Olivier POLARD, auteur de son premier roman Réjouissances à Honfleur… , est le Lauréat du speed-editing 2016 du salon du livre d’Île de France de Mennecy (91).

Olivier POLARDD’origine bretonne, Olivier POLARD a grandi au cœur du vignoble Angevin. Résidant actuellement en Seine-et-Marne, il partage son temps libre entre l’œnologie, la peinture et la musique.
Réjouissances à Honfleur est son premier roman et certainement pas son dernier…
Il n’a pas choisi la facilité en mariant intrigue et humour, cependant ce coup d’essai réussi nous annonce, à n’en pas douter, d’autres plaisantes histoires.

.

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

https://lecriveurjeanlouisriguet.blogspot.fr/

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Jean-Louis RIGUET 18 avril 2017

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et Membre de la Maison de l’écrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

Publié par Laisser un commentaire

JL à l’écoute de … Martine Magnin

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Martine Magnin

.

Lisa Heme

.

1/ Qui êtes-vous   (VOS Prénom et NOM) ? Quel est votre parcours ?

Martine Magnin  et pseudo : Lisa Heme

Papivore, née dans une famille d’écrivains (mère, frère, grand-mère, grand-père, oncle…)

Etudes classiques, puis intérêt passionné pour la philo, la psycho et le monde des idées

Carrière professionnelle dans l’univers de la communication et des mots, puis dans les antiquités de la vie quotidienne de nos aïeux.

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

Toujours dans la communication et la lecture,

Et en parallèle, avoir une vie de famille, des enfants, des amis, des voyages

Responsable d’une agence de Communication et de Relations Publiques

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre passion ?

La Lecture élevée au rang de passion, la cuisine au rang de religion, la musique au rang de plaisir et la couture (déco, maison) au rang de hobby

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

Je souhaite leur offrir quelques heures de plaisirs, de découvertes, d’émotions, de sourires

J’utilise à ma façon les réseaux FB, groupes de lecture, blogueurs littéraire – je ne suis pas une pro de la technique en ligne

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Je profite de toutes les opportunités qui se présentent, interviews, salons, lectures

Il reste que sortir de l’ombre sans piston est la vraie difficulté.

 

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

A l’âge dix ans : un conte « La Princesse qui cassait tout », exploitée en radio par Jean Nohain,

Mes deux premiers textes, sous pseudo, sont des témoignages « Mensonges et Faux Semblants » – Ed. Les 2 Encres – «  et « Un enfant cousu de fil gris » – Is Edition

Suivis de deux essais littéraires « Le Petit Livre Rouge des Meilleurs Vœux » et « La Défête des Mères » – Ed. Estelas

 

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

« La Défête des Mères » : un essai littéraire, un pamphlet piquant et drôle qui remet en cause la sacro-sainte Fête des Mères. Il m’a paru depuis longtemps que certaines de nos mères ne méritaient nullement d’être fêter comme telles, loin de la sincérité, de la disponibilité, du respect. Des mères toxiques, et j’ai mené l’enquête.

 

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

Tous mes textes sont publiés en version papier et numérique, et diffusés selon les titres par Amazon, Fnac, Leclerc, par leur éditeur et  via les librairies.

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? Aux e-book ?

Toujours difficile de percer sans coup de pouce. Mais Non aux publications à compte d’auteur et à leurs promesses vaines, Oui au compte participatif si le contrat est respectable et respecté et OUI, OUI au compte d’éditeur avec un éditeur dynamique.

Cela étant, l’enthousiasme et le dynamisme de l’éditeur comptent en premier, suivis de la visibilité et de la diffusion réelle des ouvrages. Dans ce milieu particulier, il y a le pire et le meilleur, et une part importante de flou et de pratiques ambigües.

 

10/ Quel est le conseil le plus important que-vous-ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

Ecoute ton cœur ! et : Carpe Diem !

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

Aucune spécialité ni exclusion, du moment qu’il y a des mots, des phrases, des idées, des confrontations, selon les moments tout me plait.

 

12/ Comment écrivez-vous ? 

Sur l’ordi, sur des carnets, des bouts de papier, nuit et jour, avec une préférence pour la nuit.

La nuit dans le silence, le jour avec un fond sonore qui m’aide paradoxalement à me concentrer ! (une vieille habitude)

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

Dans les méandres de mon cerveau, dans mes rêves, dans la vie

Aucune commande d’ouvrages, mais j’ai beaucoup écrit sur commande dans mon ancien métier de communicante.

 

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

Je viens de finir ma première fiction, mes personnages deviennent mes amis, ou mes ennemis, issus de mon imaginaire ou de la vie, en toute liberté.

Le reste, comme certaines recettes de cuisine, est mon secret. C’est la magie de l’écrit.

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

Lire, écrire, lire, écrire, lire, écrire, se relire, se relire, se relire et acheter toutes les grammaires possibles

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

J’ai des goûts totalement éclectiques. Tout et tous m’intéressent si l’émotion est au rendez-vous, tous ceux qui me font rêver, découvrir ou réfléchir, tous ceux qui me font rire ou frémir. Si dans ma jeunesse j’ai eu une longue phase d’amour des Sciences Fiction, mais maintenant c’est terminé.

Des lectures faciles ou difficiles, petits volumes, ou lourds pavés, romans, polars, historiques, scientifiques, littérature étrangère ou non,

Kundera, Umberto Eco, Murakami, Sagan, Michel Onfray, Camus, Cauwelaert, Fred Vargas, Kennedy, Donna Leon, Fottorino, Hubert Reeves, David Lodge, Modiano, Rufin, Erik Orsenna, Tahar Ben Jelloun…

je ne sais plus, je ne veux pas savoir, mais mon héros, c’est Gabriel Garcia Marquez, car un mec capable d’écrire, « il faisait si humide que les poissons entraient par la porte et ressortaient par la fenêtre », ne peut qu’être un génie !

Mais quand c’est mal écrit ou prétentieux, je vire. Si ça ne m’apporte rien, je ne vais pas insister !

 

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

Je viens de finir le dernier livre d’Amélie Nothon dont le culot me fait rire, je lis Apostille au Crépuscule de Michel Onfray, après je lirai un texte facile, j’alterne

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Oui et non, je viens de livrer un manuscrit de mon premier roman, une fiction « Les Larmes des Saules » et je rentre dans l’ultime période de mise au point.

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Pour le moment je soutiens la diffusion de la Défête des Mères

Salon d’Ebreuil le 7 Juin, le reste à la rentrée, Dourdan en novembre…

Cet été, j’imagine que j’œuvrerai au soutien de la parution de ma fiction.

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Chez Estelas Edition, Max sait tout de ma vie,

Sur la page FB au nom de l’Editeur, à mon nom ou sur les pages FB de mes titres

 

Le   15 Mai 2015

Martine Magnin et pseudo : Lisa Heme

.

Les larmes des saules 1ère Couv

.

AIbEiAIAAABDCMnvuI3Z7urKQSILdmNhcmRfcGhvdG8qKDA4ZTMxNTI1NDRhODlhYmFmMTYxNTg2ODNhNGRhMmQ4MDRjNzE0MzkwAV7CTwtfguV5GC3z3Fjr1jXZYHti

.

Estelas Editions, La Roseraie, 4B Rte de Laure, 11800 Trèbes

 Estelas.editions@gmail.com  – http://estelaseditions.wix.com/estelaseditions

.

Je remercie sincèrement Martine Magnin d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

Jean-Louis RIGUET 15 juin 2015

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://librebonimenteur.net/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

http://jeanlouisriguetecriveur.blogspot.fr/

.