Publié par Un commentaire

Lecture de La mémoire nue, de Catherine Jarret

LA MÉMOIRE NUE

De Catherine Jarret

Editions UNICITÉ

.

Format : 14.8 x 21
Nombre de pages : 136
ISBN/EAN : 978-2-37355-095-5

http://www.editions-unicite.fr/auteurs/JARRETT-Catherine/la-memoire-nue/index.php

.

Catherine Jarret, poète, vous invite à la sortie de son recueil :

La mémoire nue

aux  Éditions Unicité

ce mardi 24 janvier 20 h 30

aux mardis littéraires de Jean-Lou Guérin

_ Café de la mairie place Saint Sulpice Paris 6ème _

 

Le  poète Guy Allix  lira avec elle  un peu de cette mémoire nue, de cette  « mère et moi… »  comme il l’écrit dans sa belle et tendre préface :

« Il s’agit de la mère et il s’agit de « moi », enfin je veux dire du « moi » de l’auteure.
Il s’agit de la mère nue, dénudée de mémoire justement, terre à venir, tombée à terre dès la première page quand elle marchait
« dans son sourire ».
Il s’agit de mémoire  mangée     …Mère Moi Nue. La mère et moi une…
…Il s’agit du « je » et du « tu » mais qui ne sont tout au fond qu’un même corps :
« Ton corps le mien/ Où suis-je/ C’est toi/ Toi/ Qui parles par mes dents» ….
« toi que rien ne relie » quand les mots te manquent, moi, dans ce passé encore présent de mes visites vers toi. Vers ce temps où la mémoire te portait, nous portait. Ce « Bruit de l’enfance/ Inoubliée ». Ce goût d’Amance (l’enfance aimante) ……« ‌‌‌

« 
Je vous espère nombreux à venir nous écouter Cathy Jarret et Guy Allix lire une parie de ce superbe recueil.
 .

Découvrez également Guy ALLIX, poète 

Découvrir Le Petit Peintre et la vague de Guy Allix et Martine Delerm :
« Merci pour l’envoi de ce superbe conte écrit par un grand poète et mis en images par une authentique artiste. J’espère que vous récidiverez tous les deux » Gilles Perrault, lettre à Guy Allix, 22 octobre 2014
Conte de Noël
Poèmes pour Robinson :
Retrouvez-moi sur YouTube :

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Jean-Louis RIGUET 23 janvier 2017

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et Membre de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

Publié par Un commentaire

Aussi… — Ninannet’s Blog

Un peu de tendresse !

 

Mon petit lapinou… ma première peinture… de la lumière en ce lundi de Pâques… Tous les jours des innocents tombent sous la barbarie de quelques poignées de criminels. Des larmes, du sang et des ravages… de par le monde. Avant hier la France. Hier la Belgique. Aujourd’hui le Pakistan… Il nous faut toujours rester debout. […]

via Aussi… — Ninannet’s Blog

Publié par Laisser un commentaire

JL à l’écoute de … Krystin Vesterälen

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Krystin Vesterälen

.Krystin 18

.

1/ Qui êtes-vous (VOS Prénom et NOM) ? Quel est votre parcours ?

Je me nomme Krystin Vesterälen. Je suis conteuse, lectrice à voix haute, formatrice à l’art du conte, auteure

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

Mon parcours est assez éclectique et pourtant cohérent :

Guide touristique conférencière à mes débuts – goût des recherches qui m’est resté ; mannequin pendant 12 ans où, pendant ces années, j’ai appris « l’art » de la représentation. Conteuse par goût de transmettre, lectrice à voix haute pour donner envie de lire des œuvres admirables, animatrice radio pour conter de belles histoires, formatrice à l’art du conte pour que la tradition orale perdure, auteure pour que les contes puissent être lus par tout le monde (adultes et enfants).

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre passion ?

L’art du conte, la lecture à voix haute

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

J’aime aller à la rencontre du public par des spectacles, conférences…

J’aime aller à la rencontre des lectrices, lecteurs dans les salons ou dans les enseignes. Les rencontres sont belles et fort intéressantes. Et cela me plaît de faire découvrir la tradition orale de tous pays (il n’y a pas que Grimm, Perrault, Andersen).

 

Pour la communication : réseaux sociaux

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Oui, régulièrement

 

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

J’écris depuis 2007 mais je suis éditée depuis 2011.

J’écris essentiellement des contes et légendes traditionnelles et contemporaines.

 

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

Je cherche, je déniche de belles histoires venues des temps passés et appartenant à ces pays. Ensuite je les conte dans l’oralité pour que la transmission orale puisse continuer.

Et pour finir je les transmets à l’écrit dans deux maisons d’édition qui éditent des collections de contes et légendes traditionnelles et contemporaines.
Deux maisons d’édition éditent 2 collections de contes et légendes traditionnelles et contemporaines :
Aux éditions Langlois Cécile :
La collection « les Contes du temps passé »  :
1 recueil par mois consacré à 7 contes traditionnels d’un pays ou d’une région du monde.
J’ai déjà 14 recueils édités (Norvège, SuèdeDanemark, Finlande, Islande, Laponie, Alaska,  Algérie, Kabylie, Maroc, Tunisie, Egypte, Libye, Mali).
 
La collection « jeunesse » :
Tristan et Yseult, L’Odyssée… les grands récits de l’humanité expliqués à tous.
 
Aux éditions L’Encre parfumée de lys
La collection « Culture et patrimoine« :
Des contes et légendes traditionnelles des provinces de France avec photo de la région.(livres d’art)
 
La collection « albums illustrés » :
des contes traditionnels et contemporains illustrés

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

Auprès des éditions Langlois Cécile et l’Encre parfumée de lys

Tout bon libraire faisant son travail

FNAC, Amazon….

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? Aux e-books ?

J’ai connu le compte participatif, le compte d’auteur, l’autoédition et le compte d’éditeur.

  • Je déconseille vivement le compte d’auteur. Très souvent le travail éditorial est mal fait, les tarifs sont abusifs. Il n’y a pas de ligne éditoriale en dehors du chèque que vous laissez. L’auteur est très souvent floué sur ses droits de même que les lecteurs par rapport à la qualité même du livre.
  • Le compte participatif est un compte d’éditeur qui permet à l’éditeur d’être assuré que l’auteur « se magnera le c… en travaillant à sa propre com ».
  • Le compte d’éditeur vous permet de vous épanouir en tant qu’auteur. Le lecteur est assuré du sérieux du travail éditorial.
  • Les publications à la demande (idem compte d’auteur)
  • Les e-books ? Sans commentaire. J’attends.

 

10/ Quel est le conseil le plus important que-vous-ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

NE JAMAIS PAYER UNE « MAISON D’ÉDITION »

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

J’adore les romans, les nouvelles, les contes, la poésie, les livres d’art.

 

12/ Comment écrivez-vous ?

À la plume et ensuite à l’ordinateur.

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

Dans la vie, les valeurs ancestrales et contemporaines positives.

 

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

Tout imaginaire est porteur de symboles, de psychologies.

Tout imaginaire est une vérité qui vit dans une vérité. La réalité imaginaire est tout aussi importante que la réalité vécue tous les jours.

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

Écrivez

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

Proust, James Joyce, Melville…

 

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

Les Liaisons dangereuses de Choderlos de laclos

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Oui

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Oui

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Sur mon Facebook : https ://www.facebook.com/leslivresdekrystinvesteralen

————-

Le 9 février 2016

Krystin Vesterälen

.

.Krystin 20160208_082805Krystin tristan 1èreKrystin Mélusine 1er couv

Krystin danemarkKrystin finlandeKrystin IslandeKrystin laponieKrystin SuèdeKrystin algérieKrystin egypteKrystin KabylieKrystin MarocKrystin tunisieKrtstin alaskaKrystin 20160208_082805

.

Je remercie sincèrement Krystin Vesterälen  d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, sculpteur, peintre, photographe, comédien, théâtreux, en un mot artiste  sans discrimation de l’art pratiqué,

si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

Chaque chronique est ensuite partagée sur Facebook, Twitter, Linkedin, Google+, Pinterest et parfois Tumblr.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

Jean-Louis RIGUET 11 février 2016

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

Publié par Laisser un commentaire

JL à l’écoute de … Martine Magnin

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Martine Magnin

.

Lisa Heme

.

1/ Qui êtes-vous   (VOS Prénom et NOM) ? Quel est votre parcours ?

Martine Magnin  et pseudo : Lisa Heme

Papivore, née dans une famille d’écrivains (mère, frère, grand-mère, grand-père, oncle…)

Etudes classiques, puis intérêt passionné pour la philo, la psycho et le monde des idées

Carrière professionnelle dans l’univers de la communication et des mots, puis dans les antiquités de la vie quotidienne de nos aïeux.

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

Toujours dans la communication et la lecture,

Et en parallèle, avoir une vie de famille, des enfants, des amis, des voyages

Responsable d’une agence de Communication et de Relations Publiques

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre passion ?

La Lecture élevée au rang de passion, la cuisine au rang de religion, la musique au rang de plaisir et la couture (déco, maison) au rang de hobby

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

Je souhaite leur offrir quelques heures de plaisirs, de découvertes, d’émotions, de sourires

J’utilise à ma façon les réseaux FB, groupes de lecture, blogueurs littéraire – je ne suis pas une pro de la technique en ligne

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Je profite de toutes les opportunités qui se présentent, interviews, salons, lectures

Il reste que sortir de l’ombre sans piston est la vraie difficulté.

 

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

A l’âge dix ans : un conte « La Princesse qui cassait tout », exploitée en radio par Jean Nohain,

Mes deux premiers textes, sous pseudo, sont des témoignages « Mensonges et Faux Semblants » – Ed. Les 2 Encres – «  et « Un enfant cousu de fil gris » – Is Edition

Suivis de deux essais littéraires « Le Petit Livre Rouge des Meilleurs Vœux » et « La Défête des Mères » – Ed. Estelas

 

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

« La Défête des Mères » : un essai littéraire, un pamphlet piquant et drôle qui remet en cause la sacro-sainte Fête des Mères. Il m’a paru depuis longtemps que certaines de nos mères ne méritaient nullement d’être fêter comme telles, loin de la sincérité, de la disponibilité, du respect. Des mères toxiques, et j’ai mené l’enquête.

 

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

Tous mes textes sont publiés en version papier et numérique, et diffusés selon les titres par Amazon, Fnac, Leclerc, par leur éditeur et  via les librairies.

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? Aux e-book ?

Toujours difficile de percer sans coup de pouce. Mais Non aux publications à compte d’auteur et à leurs promesses vaines, Oui au compte participatif si le contrat est respectable et respecté et OUI, OUI au compte d’éditeur avec un éditeur dynamique.

Cela étant, l’enthousiasme et le dynamisme de l’éditeur comptent en premier, suivis de la visibilité et de la diffusion réelle des ouvrages. Dans ce milieu particulier, il y a le pire et le meilleur, et une part importante de flou et de pratiques ambigües.

 

10/ Quel est le conseil le plus important que-vous-ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

Ecoute ton cœur ! et : Carpe Diem !

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

Aucune spécialité ni exclusion, du moment qu’il y a des mots, des phrases, des idées, des confrontations, selon les moments tout me plait.

 

12/ Comment écrivez-vous ? 

Sur l’ordi, sur des carnets, des bouts de papier, nuit et jour, avec une préférence pour la nuit.

La nuit dans le silence, le jour avec un fond sonore qui m’aide paradoxalement à me concentrer ! (une vieille habitude)

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

Dans les méandres de mon cerveau, dans mes rêves, dans la vie

Aucune commande d’ouvrages, mais j’ai beaucoup écrit sur commande dans mon ancien métier de communicante.

 

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

Je viens de finir ma première fiction, mes personnages deviennent mes amis, ou mes ennemis, issus de mon imaginaire ou de la vie, en toute liberté.

Le reste, comme certaines recettes de cuisine, est mon secret. C’est la magie de l’écrit.

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

Lire, écrire, lire, écrire, lire, écrire, se relire, se relire, se relire et acheter toutes les grammaires possibles

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

J’ai des goûts totalement éclectiques. Tout et tous m’intéressent si l’émotion est au rendez-vous, tous ceux qui me font rêver, découvrir ou réfléchir, tous ceux qui me font rire ou frémir. Si dans ma jeunesse j’ai eu une longue phase d’amour des Sciences Fiction, mais maintenant c’est terminé.

Des lectures faciles ou difficiles, petits volumes, ou lourds pavés, romans, polars, historiques, scientifiques, littérature étrangère ou non,

Kundera, Umberto Eco, Murakami, Sagan, Michel Onfray, Camus, Cauwelaert, Fred Vargas, Kennedy, Donna Leon, Fottorino, Hubert Reeves, David Lodge, Modiano, Rufin, Erik Orsenna, Tahar Ben Jelloun…

je ne sais plus, je ne veux pas savoir, mais mon héros, c’est Gabriel Garcia Marquez, car un mec capable d’écrire, « il faisait si humide que les poissons entraient par la porte et ressortaient par la fenêtre », ne peut qu’être un génie !

Mais quand c’est mal écrit ou prétentieux, je vire. Si ça ne m’apporte rien, je ne vais pas insister !

 

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

Je viens de finir le dernier livre d’Amélie Nothon dont le culot me fait rire, je lis Apostille au Crépuscule de Michel Onfray, après je lirai un texte facile, j’alterne

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Oui et non, je viens de livrer un manuscrit de mon premier roman, une fiction « Les Larmes des Saules » et je rentre dans l’ultime période de mise au point.

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Pour le moment je soutiens la diffusion de la Défête des Mères

Salon d’Ebreuil le 7 Juin, le reste à la rentrée, Dourdan en novembre…

Cet été, j’imagine que j’œuvrerai au soutien de la parution de ma fiction.

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Chez Estelas Edition, Max sait tout de ma vie,

Sur la page FB au nom de l’Editeur, à mon nom ou sur les pages FB de mes titres

 

Le   15 Mai 2015

Martine Magnin et pseudo : Lisa Heme

.

Les larmes des saules 1ère Couv

.

AIbEiAIAAABDCMnvuI3Z7urKQSILdmNhcmRfcGhvdG8qKDA4ZTMxNTI1NDRhODlhYmFmMTYxNTg2ODNhNGRhMmQ4MDRjNzE0MzkwAV7CTwtfguV5GC3z3Fjr1jXZYHti

.

Estelas Editions, La Roseraie, 4B Rte de Laure, 11800 Trèbes

 Estelas.editions@gmail.com  – http://estelaseditions.wix.com/estelaseditions

.

Je remercie sincèrement Martine Magnin d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

Jean-Louis RIGUET 15 juin 2015

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://librebonimenteur.net/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

http://jeanlouisriguetecriveur.blogspot.fr/

.

 

Publié par Laisser un commentaire

JL à l’écoute de … C’est Nabum

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui C’est Nabum

.

Les Bonimenteries

.

1/ Qui êtes-vous   (VOS Prénom et NOM) ? Quel est votre parcours ?

Je suis un autre, C’est Nabum pour vous servir. Personnage construit autour de l’écriture et de la Loire, de la scène et de la parole. Cet autre moi-même est mon double, mon pareil et mon dissemblable.

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

N’ai-je jamais fait autre chose qu’écrire ? Écrire pour des élèves, leur fabriquer des documents, des histoires déjà et surtout écrire avec eux.

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre passion ?

Je ne pense pas avoir une seule fois pratiqué un art. Je suis un artisan de l’écriture, de la chanson, du conte. Trop besogneux sans doute pour prétendre à plus

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

Je n’attends qu’une chose ; qu’ils me lisent. Je ne fais rien pour qu’ils viennent à moi, je suis incapable de me vendre. Je refuse les caméras et les journalistes. Je ne suis que contradiction et tourments. Ce sont mes textes qui vont à eux par la magie de la toile. Je reste alors caché derrière le personnage ….

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Des spectacles avec mes amis musiciens de LaBOuSol et parfois d’autres groupes qui m’offrent un espace d’expression. Je raconte la Loire, je conte et je Bonimente. L’oralité est mon royaume, moi qui, paradoxalement, suis un enfant de l’écriture?

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

J’écris quotidiennement depuis 5 ans. Je publie mes billets sur différents blogs. J’ai fini par accepter de publier un recueil de contes : Les Bonimenteries du Girouet aux éditions du Jeu de l’Oie. Mes textes de chanson vont sortir prochainement dans un petit livre disque.

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

Le dernier et le premier. En parler serait assez curieux car c’est un livre à lire à haute voix ou bien à écouter. Je vous invite sur mon bateau de mots, mes histoires de Loire entre mensonges vrais et vérités fausses. L’imaginaire est mon compagnon, la folie ma raison.

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

C’est une bonne question. Dans quelques librairies qui font leur métier et par la poste en faisant appel à mon éditeur?

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? Aux e-book ?

J’avoue ne jamais avoir songé à ces pratiques. J’avais bien assez d’orgueil pour croire qu’on viendrait me chercher et ce fut le cas.

10/ Quel est le conseil le plus important que-vous-ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

Respecte ta musique et ta forme. Il faut qu’on puisse reconnaître tes textes, qu’ils soient tous porteurs de ta manière. Ils n’ont pas besoin d’être signés pour t’être attribués.

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

            Je suis un lecteur de romans, presque exclusivement d’ailleurs et curieusement je n’écris que des billets, des contes, des fables, des chansons et des pamphlets. La distance du roman n’est pas pour moi.

 12/ Comment écrivez-vous ? 

Un mot ou un titre suffisent à déclencher le processus de création. Je laisse filer les doigts sur le clavier. C’est d’un jet que se construisent le plus souvent mes productions.

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

C’est là une question qui relève du mystère.

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

Je ne construis rien Je laisse filer l’histoire qui s’impose à moi au fur et à mesure de sa mise au monde.

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

Surtout ne pas faire comme moi !

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

Vialatte, Genevoix, Couté, Gide, Pérec, Hugo, Diderot, Gaudé, Benaquista, Pennac, Irwing, Coe et tant d’autres encore.

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

Joël Dicker « La vérité sur l’affaire Harry Quebert »

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Chaque jour un nouveau projet.

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Des spectacles, des concerts, des séances autour du livre. Tout est prétexte à dire des histoires.

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Sur la toile. Cherchez C’est Nabum, il n’est pas très difficile de le croiser

————-

Le  13 décembre 2014.

C’est Nabum

.

Tous contes faits …

La fable de toutes les fables.

.

Je remercie sincèrement C’est Nabum  d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Jean-Louis RIGUET 14 décembre 2014

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://librebonimenteur.net/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

http://www.riguetauteurlivres.com/

http://riguet-jean-louis.e-monsite.com/

.

Publié par Laisser un commentaire

Cinder – Marie Sexton

Une nouvelle visite d’un conte de fées !

Publié par Laisser un commentaire

Amalgame 3

Sous ce titre « AMALGAME », qui suggère un mélange de plusieurs choses ou des éléments divers, j’ai voulu tenter une expérience. J’ai pris un livre, n’importe lequel, en l’occurrence il s’agit de CONTES CHAPARDES AU FIL DE LA LOIRE de Gérard BOUTET publié à CPE EDITIONS dans la série LES CONTES DES BONS AMIS.

Ensuite, j’ai décidé de prendre la deuxième phrase de chaque page, sautant ainsi d’un conte à l’autre, de les assembler les unes derrière les autres et de voir le résultat.

Voilà, à partir de la page 91 :

.

Les gens y vivaient paisiblement, loin des turpitudes qui agitaient le vaste monde.

C’est aujourd’hui un chapelet de merveilles que le touriste ne se lasse pas d’égrener, le ravissement se renouvelant à chaque visite.

On le croyait originaire des lointaines Germanies, le pays des plus redoutables envahisseurs ; en vérité, il venait des profondes forêts d’Armorique, d’où la faim l’avait éloigné.

Semer du méteil sur cette hauteur pierreuse leur paraissait peine perdue.

Et si elle lui avait révélé la réalité ?

Le pont-levis resta dressé, la herse ne bougea pas d’un pouce.

La journée s’achevait et lui, le gaminet, était fort heureux à l’idée qu’une soupe chaude fumait à son intention sur la table des domestiques.

Or donc, Matthieu s’en revenait au bercail après une journée bien utilisée.

D’arbres guère, de maisons point.

Là différaient les témoignages.

Le garçonnet ferma les yeux, comme pris de vertige.

Les deux tourtereaux s’étaient déclaré fidélité mutuelle.

La Belle Dame était apparue quelquefois, il y avait fort longtemps, à des enfants du bourg ; son fidèle chevalier l’escortait toujours dans sa mélancolique promenade.

La belle se serait cloîtrée par dépit, son vilain père n’entendant point accorder la main qu’elle avait promise au beau prétendant.

Pendant qu’ils disputaient de l’invalidation de son union conjugale avec Louis Six, la primesautière Eléonore de Guyenne, duchesse d’Aquitaine, avait d’autres chats à fouetter que ceux de la ville : elle s’employait, dans une paroisse des alentours, à réprimander vertement le capitaine Bedford, un haut officier de sa garde.

Ils étaient quatre à tailler des croupières aux Infidèles, quatre à planter la Sainte Croix sur les hamadas sarrasines.

L’oubliette au fond de laquelle ils croupissaient maintenant avait été creusée sous la forteresse égyptienne de Mansourah, dont les remparts verrouillaient le delta du Nil.

La prise de Mansourah se solda par l’anéantissement des Templiers envoyés en avant-garde.

« Si vous avez faim, ricanaient-ils dans leur charabia, mangez donc les rats qui grouillent autour de vous, avant qu’ils ne vous mangent ? »

Ils se pincèrent pour être certains de ne plus rêver.

La cause en fut, tantôt, la scélératesse d’un indélicat ; tantôt, l’indélicatesse d’une scélérate.

Belle, tellement belle ! tiens : belle à en damner un frère lai.

La vieille se releva de sa besogne pour se porter à la rencontre des flâneurs.

N’y voyez là aucune compassion maternelle : c’était pour faire bonne mesure à son bliaud, la veille encore rondelet de postérité.

La dénonciation, pour triviale qu’elle fut, était sans ambiguïté.

De la rive, alors que le fût dépassait les jonchères de son village, il parvint à jeter un triste guenillon qu’il traînait partout, un froid manteau dont la malheureuse essaya de s’envelopper, tant bien que mal.

A force de compulser les vieux bouquins, ces rongeurs-là sont aussi poussiéreux, aussi moisis, aussi jaunasses que les grimoires qu’ils se plaisent à grignoter.

Parlons de moins haut, je vous prie, et causons en toute bonne franquette.

Ces filles-là sont les ribaudes ; elles traînassent à l’arrière-garde, maraudent sur les bordes d’alentour et profitent des pillages que ne manquent pas de commettre les routiers.

Les capitaines approuvent en choeur, certains de bon gré, d’autres moins.

Adoncques, privés de leurs gotons, les reîtres décampent de bon matin et s’ébranlent en se remémorant certaines bougreries désormais interdites.

Ceux-ci la dépeignent épanouie, parfaite, auréolée de grâce.

Elle repousse toute avance des caudataires comme elle repousserait un assaut de ces infatués d’Anglais…

La Pucelle y aurait prédit, parlant de l’ennemi : « Entre la croix Blon et la croix Faron, nous le vaincrons. »

Durant l’été 1993, rebelote : un second découpage de la plaine a quasiment livré aux charrues le Grand Chemin.

Une troupe de cavaliers prenait position à grand bruit, nuitamment, dans leur village endormi, d’ordinaire si paisible.

Ils déferlaient sur nos campagnes et rapinaient sans vergogne tout ce qui leur tombait sous le gantelet, de la maison forte la plus riche à la plus miséreuse des chaumines.

Puis ils s’attelaient de nouveau, servilement, à l’ouvrage.

Nenni : ce n’étaient ni les uns, ni les autres.

Ce louage  était généralement fixé au denier parisis, c »est-à-dire à un denier de Paris.

En clair, les paysans ne devaient plus poser le sabot sur les communaux s’ils ne voulaient point se balancer sous le gibet, écharpe au cour et chaînes aux poignets.

Un matin, les pauvrets ouïrent que le duc de La Trémouille avait décidé que les communaux seraient divisés en lots et vendus ainsi à la gent d’alentour.

Pour finir, les gardes flambèrent le misérable gîte.

Il déroula un parchemin préparé de longue date, déplia son écritoire et tendit la plume d’oie au paysan.

La Fouquette et les fouqueteaux en étaient, qui se serraient contre leur homme retrouvé.

Ici, comme partout ailleurs, les affrontements déchiraient le pays.

Quand la pitié le suppliait de secourir les braves gens, la raison lui rappelait un autre village, son village à lui, qui l’attendait avec espoir.

Personne ne le vit, et il ne vit personne.

A l’approche de la Croix-Briquet, trois filous de basse espèce le rouèrent à plates coutures, d’une volée de bois vert, dans l’espoir de lui rafler quelques testons sonnants et trébuchants.

Pourtant, semoncer monsieur de La Trémouille soulevait problème.

Tout juste se plaisait-il à évoquer, au soir de son âge, le souvenir d’une veuve fortunée qui, là-bas, à l’orée de Mérobert, guettait peut-être encore son passage …

Voilà, ce sont les deuxièmes phrases des pages 91 à 144 du livre CONTES CHAPARDES AU FIL DE LA LOIRE de Gérard BOUTET publié par CPI EDITIONS.

.

La suite dans les prochains jours.

.

Le faussaire plagieur

Jean-Louis RIGUET

.

.

Liens :

http://dedicaces.org/2012/08/05/augustin-ma-bataille-de-loigny-chez-dedicaces/

http://dedicaces.org/2013/02/24/actualites-daugustin/

http://www.lulu.com/shop/jean-louis-riguet/augustin-ma-bataille-de-loigny/paperback/product-20298977.html

http://librebonimenteur.net/

http://nouvelles-masquedor.e-monsite.com/

http://www.scribomasquedor.com/

.

Jean-Louis RIGUET

Membre de la Société des Gens de Lettres et du Bottin International des Professionnels du Livre

Sociétaire de la Maison des Ecrivains et de la Littérature

 .

Publié par 2 commentaires

Amalgame

Sous ce titre « AMALGAME », qui suggère un mélange de plusieurs choses ou des éléments divers, j’ai voulu tenter une expérience. J’ai pris un livre, n’importe lequel, en l’occurrence il s’agit de CONTES CHAPARDES AU FIL DE LA LOIRE de Gérard BOUTET publié à CPE EDITIONS dans la série LES CONTES DES BONS AMIS.

Ensuite, j’ai décidé de prendre la deuxième phrase de chaque page, sautant ainsi d’un conte à l’autre, de les assembler les unes derrière les autres et de voir le résultat.

C’est parti, je commence :

.

Il touille l’onde – on dit qu’il (un pêcheur de lune) la « rabouille » – dans l’espoir d’appâter les bonnes fortunes.

Là-dessus, les avis restent partagés.

Je les ai ramassées, puis époussetées.

Nous eûmes notre déluge, comme tout le monde, en nos vallées fluviales.

L’Eternel en ressentit un amer mécontentement, et Il se repentit d’avoir guidé les hommes de la tribu jusqu’en notre région.

C’était une ardoise.

Trinquons aux savoureuses histoires qu’il me plaît de vous conter et qu’il vous plaira peut-être de lire.

Nous tenons l’anecdote de l’abbé Cordier, un latiniste de l’avant-dernier siècle qui ne laissait jamais sa foi entraver son imagination.

Silène était un brave satyre, mais il avait l’ivresse hargneuse.

Afin de se concilier les faveurs de Cérès, la belle déesse nourricière des hommes, les croquants des Mauves entassèrent leurs maigres gerbes en une seule meule, qu’ils décidèrent d’offrir en holocauste.

On les surnomma les « nattaires », parce qu’ils dormaient sur une natte de jonc.

Notre val accueillit alors un véritable contingent d’anachorètes, une confrérie si fournie que la principale difficulté pour ses membres devient moins, par manque d’espace, d’atteindre la sainteté que de s’assurer un réel isolement.

On le découvrit que le lendemain matin, alors qu’il achevait d’user ses galoches sur la pierraille du chemin.

Donc, on ne badinait pas avec les saints ermites parmi les « voituriers d’eau », pour reprendre le titre attribué jadis aux mariniers de la Loire.

Un tourbillon – certainement le même qui avait autrefois étourdi le voleur de calice – se forma autour du médisant, le souleva dans les airs comme un fétu et, sous les mines ahuries des quatre autres compagnons d’équipage, le lâcha au-dessus d’un terrible remous.

La notoriété de l’ermite franchit alors les limites de la région.

On évoque le monstre à tort et à travers, on le gonfle jusqu’à en cauchemarder la nuit, on lui reproche toutes sortes de méchancetés que, sans les inventions tourmentées des hommes, il n’aurait jamais eu l’idée de commettre.

La seule échappatoire : se signer devant la menace.

On avait donc rapidement localisé l’endroit où se terrait le dragon : il n’y avait qu’à suivre les relents de charogne pour y arriver sans détours.

C’est alors qu’intervient le bon Saint Mesmin.

Le corps du patriarche fut inhumé près du caveau de saint Aignan, en l’église Saint-Pierre-aux-boeufs, depuis placée sous la dédicace dudit protecteur de la cité épiscopale.

Clovis s’en félicita et rattacha aussitôt maints domaines au monastère, se disant qu’ainsi administrés, lesdits domaines émergeraient vite de leur pitoyable situation.

On ne cherche pas impunément des crosses à un évêque, pas davantage à un abbé, tout dragon que l’on soit !

Agyle le traquait de près.

L’époque était incertaine.

Elle mentionne qu’en « l’an du Seigneur 1857, Napoléon III étant Empereur, sous le Pontificat de Pie IX, le tombeau de Saint Mesmin, autrefois vénéré, depuis lontemps muré, enfin retrouvé, a été restauré, Dieu aidant, par Félix (Dupanloup), évêque d’Orléans ».

Pour conclure, revenons à la délivrance de la région par l’audacieux saint Mesmin.

La guivre de saint Mesmin projetait une haleine empestée qui « corrompait l’air et donnait la mort aux hommes et aux animaux » ; le serpent de saint Liphard lançait un venin fétide et fatal.

S’impose aussitôt à l’idée le roi Clodomir, le propre fils de Clovis, un despote brutal et sans pitié.

.

Voilà ce sont les deuxièmes phrases des 37 premières pages du livre CONTES CHAPARDES AU FIL DE LA LOIRE de Gérard BOUTET publié par CPI EDITIONS.

.

La suite dans les prochains jours.

.

Le faussaire plagieur

Jean-Louis RIGUET

.

.

Liens :

http://dedicaces.org/2012/08/05/augustin-ma-bataille-de-loigny-chez-dedicaces/

http://dedicaces.org/2013/02/24/actualites-daugustin/

http://www.lulu.com/shop/jean-louis-riguet/augustin-ma-bataille-de-loigny/paperback/product-20298977.html

http://librebonimenteur.net/

http://nouvelles-masquedor.e-monsite.com/

http://www.scribomasquedor.com/

.

Jean-Louis RIGUET

Membre de la Société des Gens de Lettres et du Bottin International des Professionnels du Livre

Sociétaire de la Maison des Ecrivains et de la Littérature

 .