Publié par Laisser un commentaire

Où vont les rêves quand la nuit tombe ?

Où vont les rêves quand la nuit tombe ?

Un recueil de poèmes de Richard Taillefer

 

Où vont les rêves quand la nuit tombe ? Un recueil de PoéVie de Richard Taillefer
Où vont les rêves quand la nuit tombe ? Un recueil de PoéVie de Richard Taillefer, chez Gros Textes la petite porte

Où vont les rêves quand la nuit tombe ?

TAILLEFER Richard

 

ISBN : 978-2-35082-437-6

ISSN : 2645-9469

82 pages au format 10 x 15 cm

7,00

Illustrations : Patrick Lipski

https://grostextes.fr/publication/ou-vont-les-reves-quand-la-nuit-tombe/

« Tout est dit ! Poème du silence. […]

Une fois perdues

les images ne se laissent plus prendre »

 

« En fait, la grandeur est dans ce qui existe entièrement hors de nous. Mais qui regarde bien voit loin. Sans réfléchir, ni m’attarder, je me raccroche à cette réalité. Ni joyeux, ni triste, si ce n’est satisfait de l’avoir croisée en chemin sans la rechercher. »

R. Taillefer

Quatrième de couverture de Où vont les rêves quand la nuit tombe ?
Quatrième de couverture de Où vont les rêves quand la nuit tombe ? Recueil de poésie de Richard Taillefer publié chez Gros Textes la petite porte

Extraits du recueil de Richard Taillefer

Joseph Ferdinand

Le matin, il était là devant le portail. Peu à peu, oubliant nos craintes de la première approche, nous avions pris l’habitude de le chahuter. Lui jamais ne disait mot. Il ramassait inlassablement des cailloux pour les mettre dans sa proche. Soudain, il s’arrêtait sur le bord du chemin, hochant la tête, il souriait tout en prenant sa casquette dans la main.

Debout

Parlant peu

Un homme

Pierre après pierre

Ce palais idéal

HAUTERIVES

Un rêve devenu réalité.

 

Mon village en 2019

Aux pieds des Alpilles, mon village est un endroit comme un autre. La campagne a perdu ses parfums de vignes, de lavandes et d’oliviers. Le kafé et quelques commerces résistent à l’appel du large. Trois troupeaux dans les champs et de nombreuses brebis bleu marine dans les rues sombres. On accuse les loups venus d’ailleurs de tous les crimes.

Les souvenirs

les plus lointains de mon enfance

n’ont plus de prise.

Pourtant, on y fait la fête, on boit, on mange, on y pêche. On s’engueule, on se bat. On y meurt aussi, parfois. Univers campagnard, le ton se fait drôle et grivois, grave mais jamais tragique. On raconte encore des histoires de doryphores. Les vieux témoins muet ont perdu leur patois.

« il ne faut pas aller en pré après la Saint Martin ».

Restent ces pierres lourdes qui ont sonné sous l’outil du manant.

Le sel de leur front est un peu de leur sang.

Qui se souvient de ce 2 décembre 1851 ? Mémoire du passé. Ceux de la société secrète montagnarde d’Artignose. L’image de la barricade. Les derniers insurgés d’Aups.

« Martin Bidouré, un enfant presque (il n’avait que 17 ans) tomba en murmurant : — N’aï proun ! (j’en ai assez). »

 

Comme un 11 novembre

C’est long ! trop long : Tout est calme

Comme un 11 novembre à 11 heures

J’avoue, j’ai désespéré bien des fois.

Efforcez-vous de vivre ! Que mon visage vous soutienne quand le ciel n’est plus le ciel !

Je sais j’ai vu leurs yeux

Avec cette douleur de boue infinie

 

Souvent je pense à vous et je suis seul

 

Une petite pluie fine tombe

depuis le matin et détrempe la route

 

Nommer

Pour donner aux choses

Un lieu en leurs absences

.

 

 

 

 

Ce que je pense Où vont les rêves quand la nuit tombe ?

Tout d’abord, il s’agit d’un tout petit format, facile à mettre dans sa poche, aisé à dégainer pour quelques minutes à tuer. Ah ! Tuer le temps avec des poèmes de Richard Taillefer, c’est tout un programme.

Le poète nous plonge dans ce qu’il appelle la PoéVie. Il capte puis restitue des instants de vie. Notamment dans son village du Midi où il fume sa pipe de Cogolin, assis devant un café à la terrasse du seul Kafé du bourg, au nom prétentieux de grand Kafé de France. Il aime son village de Montmeyan où rien ne lui échappe, surtout pas les subtilités.

Son style est unique. Il nous fait partager, depuis sa fenêtre, la jeune fille qui retrouve sa terrasse. Et aussi les îles de l’impossible qui attendent son naufrage. Quand il ne nous parle pas de sa Tante Chaline vêtues de ces longues robes imprimées des années 40. Bref, il nous invite à ces instants de vie qu’il sait saisir à merveille.

Chaque évocation est profonde

et nous entraîne, si l’on prend la peine de s’arrêter un peu sur le texte, vers des montagnes de poésie qui nous remuent. Et parfois ils nous dérangent. Les textes sont beaux, émouvants, à l’image d’une ire, certains font mal. Le poète débraillé sait cogner et ne se prive pas de cogner. Toute une souffrance intérieure sort au fil des mots, des pages ? Parfois, une déchirure explose, cela ne dure pas, mais l’explosion a eu lieu.

Tout le travail qu’il y a derrière fait entendre le vécu dans ces lignes magiques.

Richard Taillefer nous offre, une nouvelle fois, un beau travail plein de PoéVie.

.

Richard Taillefer
Richard Taillefer

L’auteur Richard Taillefer

Richard Taillefer, un poète débraillé.

Né un 21 avril 1951 à Montmeyan, un petit village du haut Var, au pied des gorges du Verdon. Après 20 premières années à Marseille, il vit actuellement en Seine-et-Marne. Certificat d’étude primaire, un CAP d’ajusteur en poche, un BT en fonderie (moulage à vert).

« On n’échappe pas à la vocation de son nom ».

 

En 1972, il trouve sa voie, pour 30 années à la SNCF comme conducteur de train au dépôt du Charolais situé à Paris. Retraite en 2001.

Quelques activités syndicales et de 1998 à 2014, trois mandats municipaux à la fonction de « maire adjoint délégué à la culture » dans la ville de Savigny-le-Temple en Seine-et-Marne.

1981, création d’une association en poésie et d’une revue « Poésimage » 34 numéros.

En juillet 2014, création avec quelques amis, du festival « Montmeyan en PoéVie »

.

Si vous voulez en savoir plus sur le parcours de Richard Taillefer, suivez ce lien :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Richard_Taillefer

https://librebonimenteur.net/2014/10/10/jl-a-lecoute-de-richard-taillefer/

https://fr.blastingnews.com/divertissement/2016/06/richard-taillefer-un-poete-debraille-00964503.html

.

Lisez ce recueil, il vous en restera quelque chose !

Le poète Richard Taillefer
Le poète Richard Taillefer, amateur de Poévie et de pipe de Cogolin

© Jean-Louis RIGUET  25 février 2020

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

.

La boutique de l’écriveur 

Jean-Louis Riguet sur ce blogue vous permet d’acheter les livres de l’auteur sur un site sécurisé :

https://librebonimenteur.net/yddb

.

.

Librebonimenteur vous recommande les articles suivants :

.

Coquecigrues par mégarde : https://librebonimenteur.net/syyx

Ondes intimes : https://librebonimenteur.net/7yxc

Certitudes indécises : https://librebonimenteur.net/egoq

Pétales éclectiques : https://librebonimenteur.net/kogn

Nouvelles, avec ou sans chute ? https://librebonimenteur.net/sh54

Roman historique ou docu-fiction, quelle différence ?

 https://librebonimenteur.net/ydwz

Ecrire un livre, pourquoi ? https://librebonimenteur.net/y34x

Stéphane Maillot, un artiste humoriste auteur : https://librebonimenteur.net/fiwx

Définition du haïku : https://librebonimenteur.net/trvj

.

Stage d’écriture par Christophe Forgeot :

 https://librebonimenteur.net/2ofy

.

.

Si vous aussi, vous avez envie d’écrire un livre.

Faites part de votre expérience dans un commentaire au bas de cet article.

 

Un grand merci à ceux qui oseront cliquer sur les publicités qui s’affichent au bas de cet article. Quelques centimes aideront à maintenir ce blogue !

Un énorme merci.

.