Victoire Sentenac, auteure

Victoire Sentenac, auteure

 

Une passionnée d’écriture, Victoire Sentenac 

 

Sa passion reste l’écriture, et pourtant elle a touché à plusieurs métiers. Victoire Sentenac a commencé dès son plus jeune âge par des contes d’enfants, un roman à 15 ans, un autre à 20 ans, plus des recueils de poèmes, des textes divers… Impatiente, elle a opté pour l’autoédition, ce qui ne l’a pas empêché de recevoir des prix : « La nuit sur les toits » est resté pendant 8 mois n° 1 du classement sur le site monbestseller.com avec une centaine de commentaires, sélectionnée par un jury professionnel comme finaliste parmi 800 livres sur une plateforme d’autoédition. Egalement, elle a remporté le Prix Roman 2019 au Salon international du Livre de Mazamet pour « À faire voler nos âmes », ainsi que le premier prix d’un concours de nouvelles 2019 organisé par la commune de Saint-Pierre du Mont.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Victoire Sentenac, auteure

Victoire Sentenac auteure
Victoire Sentenac, auteure

Quel est votre parcours, Victoire Sentenac ?

J’écris sous le pseudonyme de Victoire Sentenac. Diplômée notaire, j’ai exercé 10 ans comme clerc de notaire avant de me reconvertir professionnellement. Après avoir eu trois enfants, je suis devenue infirmière puéricultrice, un métier intense qui me nourrit humainement.

Passionnée par la littérature depuis toujours, j’écris et publie mes romans depuis l’année dernière seulement.

Actuellement, je travaille comme infirmière puéricultrice au sein d’un grand CHU, en service de neuropédiatrie.

Avez-vous une passion différente ?

Ma passion reste vraiment la littérature. L’écriture me prend maintenant beaucoup de temps et laisse peu de place pour le reste ! J’aime aussi le cinéma, avec une affinité particulière pour les films et réalisateurs français.

Victoire Sentenac présentant ses livres dans un salon à Vigan
Victoire Sentenac et ses livres

« Pour l’instant, je ne fais que des salons », nous dit Victoire Santenac

Comment vous faites-vous connaître ?

Assez active sur les réseaux sociaux, avec une page Facebook pro, me permet de communiquer sur mon actualité, et d’être en lien avec mes lecteurs, tout simplement. Certains d’entre eux me contactent d’ailleurs en privé grâce à la messagerie associée.

J’aime beaucoup ces échanges simples et les réactions en direct sur ma page dès que je publie un statut. Et puis lorsque les gens aiment, ils partagent, et cela amène encore plus de curieux sur ma page, et donc de lecteurs potentiels.

Mon blogue récapitule l’ensemble de mon activité littéraire, je le tiens régulièrement à jour et m’en sers pour publier de temps en temps une nouvelle.

Egalement, je participe également à des salons du livre régionaux, environ un par mois, et j’ai réalisé une fois une séance de dédicaces en librairie.

Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Pour l’instant, je ne fais que des salons, car toute cette activité est déjà très chronophage, et travaillant à plein temps à côté, avec trois enfants, ça ne me laisse plus beaucoup de temps pour écrire.

La nuit sur les toits de Victoire Sentenac

L’auteure parle de son dernier livre Le mur en partage

Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

J’ai rédigé mon premier « livre » de contes vers l’âge de 9-10 ans, il me semble… Ensuite, un roman à 15 ans, un autre à 20 ans, plus des recueils de poèmes, des textes divers… J’ai toujours aimé écrire. Ensuite la vie, les enfants, le métier, tout cela a pris le dessus, et 20 ans ont passé…

Ayant repris la plume en janvier 2018, j’ai écrit « La nuit sur les toits » d’un seul trait, en un mois et demi. Une sorte d’impériosité et un « jeu » auquel je me suis prise ; ayant créé des personnages il fallait absolument que je sache ce qui allait leur arriver ! Je ne l’ai publié sur internet que six mois plus tard, et la rencontre avec mes lecteurs s’est produite instantanément, ça a été un moment très fort. Du coup, cela a été aussi un vrai moteur pour continuer, ce que j’ai fait avec une série de deux livres, écrits dans la foulée : « À faire voler nos âmes » et la suite « Et entendre ton rire ». En parallèle, j’ai développé mon réseau et appris les premières ficelles de l’autoédition…

« Et la reconnaissance arrive, petit à petit »

Ainsi, elle dit : la reconnaissance arrive, petit à petit. En plus de celle de mes lecteurs (« La nuit sur les toits » est resté pendant 8 mois n° 1 du classement sur le site monbestseller.com avec une centaine de commentaires), j’ai aussi eu le plaisir d’être sélectionnée par un jury professionnel comme finaliste parmi 800 livres sur une plateforme d’autoédition, et surtout de remporter le Prix Roman 2019 au Salon International du Livre de Mazamet pour « À faire voler nos âmes », ainsi que le premier prix d’un concours de nouvelles 2019 organisé par la commune de Saint-Pierre du Mont.

Pouvez-vous nous parler de votre dernier livre ?

Mon dernier livre paru en février 2019 s’intitule « Le mur en partage ». Il s’agit d’un roman historique sur la chute du mur de Berlin en 1989, vécue par de jeunes Allemands de l’Est.

Voici le synopsis : « Il y a trente ans exactement, le monde assistait, sidéré, à la chute soudaine et imprévisible du Mur de Berlin.

En 1987, Nina a seize ans et vit de l’intérieur le régime oppressant de l’Allemagne de l’Est. Comme ses amis, elle rêve de passer de l’autre côté du Mur, et comme tous les adolescents du monde, elle a soif de liberté et d’évasion.

Les deux années qui précèdent la chute du Mur seront pour elle celles des apprentissages de la vie et la découverte du grand amour avec Viktor, jeune homme en rébellion qui refuse comme elle de se laisser broyer par le fracas de l’Histoire. »rédi

Victoire Sentenac auteure
Victoire Sentenac

Victoire Sentenac : « Je ne renonce pas à l’idée d’avoir un éditeur »

Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

Tous mes livres sont disponibles en version papier et « numérique », sur un réseau important de distribution : Fnac, Amazon, Cultura, Google Play…

Bien entendu, on peut aussi passer directement par moi-même ou sur commande via mon blogue.

Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? Aux e-book ?

Après quelques démarches auprès d’éditeurs reconnus, je me suis vite rendu compte que cela ne servait pas à grand-chose. L’auteur anonyme est noyé dans la masse !

Malgré tout, je ne renonce pas à l’idée d’avoir un éditeur, loin de là, d’ailleurs je suis en autoédition presque par hasard, parce que j’avais peu de patience et très envie de voir mes livres imprimés ! Surtout, je me suis prise au jeu en découvrant le plaisir de réaliser mes couvertures, de choisir le titre de mes livres, et le résultat me convient.

« Je suis à mon rythme, sans contraintes. »

Ah oui, vraiment, je suis à mon rythme, sans contraintes. En revanche, devoir m’occuper de l’aspect commercial me pèse, pour cette raison je reconnais que le soutien et les conseils d’un professionnel seraient appréciables. Je ne me mets aucune pression, je reste ouverte aux opportunités qui pourraient se présenter, mais pas à n’importe quel prix.

Quant aux e-books, étant donné le peu d’investissement que cela représente, il serait dommage de s’en priver, surtout avec le développement des liseuses numériques. Même si le papier reste incontournable à mon sens…

Victoire Sentenac présentant ses livres dans un salon à Vigan
Victoire Sentenac et ses livres

 

Avez-vous reçu des conseils, lesquels sont les plus importants ?

Se faire confiance, croire en soi et en ses rêves !

 

Qu’appréciez-vous le plus : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

J’écris et je lis principalement des romans. Il m’arrive aussi d’écrire des poèmes ou des nouvelles, mais j’en lis peu.

 

Victoire Sentenac présentant ses livres dans un salon à Vigan
Victoire Santenac a à un salon du livre

Comment écrivez-vous ?

Spécifiquement, je dois avoir une disponibilité d’esprit et de temps. Les périodes chargées au niveau familial ou professionnel, ou même concernant la promotion de mes livres sont peu propices à l’écriture. J’ai besoin d’une sorte de vacance intérieure, de liberté pour que mes personnages et leur histoire puissent s’épanouir, et prendre possession de moi-même. Une fois que ce temps s’ouvre, je peux écrire très rapidement, intensément. Et je me relis assez peu, en général le premier jet est le bon. Par suite, j’écris très intuitivement, je ne fais pas de plans ni de chapitres à l’avance, encore moins de fiches de personnages ou autres… Ils sont en moi, je les fais vivre dans ma tête, mais une fois que j’écris je ne maîtrise plus grand-chose, et je découvre leur histoire presque en même temps que je l’écris…

« J’écris de romans assez intimistes »

Où puisez-vous votre inspiration ?

J’écris des romans assez intimistes finalement, où le ressenti et le vécu de mes personnages tiennent beaucoup de place, donc je m’inspire forcément de mes propres expériences. Pour autant, aucun de mes romans n’est autobiographique. Il s’agit de tranches de vie, de moments que j’ai pu vivre directement ou en observant mes proches, mes relations amicales ou familiales, voire même des situations professionnelles, mais le tout ne colle jamais complètement à la réalité. J’y mets le prisme de la fiction, et j’assemble tout cela comme un puzzle géant où personne ne pourra jamais complètement se reconnaître. En revanche, les émotions que je transmets sont authentiques, et bien souvent ce sont les miennes. C’est en cela que l’écrivain s’expose.

Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ?

Tout d’abord, mes personnages sont fictifs, mais ils s’inspirent quasiment tous de mon expérience de vie. La mienne, directement, ou celle de mon entourage proche ou lointain, forcément.

Victoire Sentenac, des conseils ?

Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

D’abord, le plaisir doit être le premier moteur ! Écrire, ce n’est pas un sacerdoce, ni un devoir ou une obligation… Il ne faut ni se forcer ni tenter d’imiter ses auteurs favoris, ou pire ceux qui ont du succès…

Pour moi, il faut avant tout être authentique et ne pas avoir peur du regard de ses proches, car cela peut être un frein au début. On se livre lorsqu’on écrit, c’est une part de soi qu’il faut accepter de mettre en lumière, à moins de rester anonyme. Mais la sincérité dans l’écriture est pour moi le seul moyen de toucher ses lecteurs.

Un live parmi d'autres de Victoire Sentenac

 

Avez-vous des auteurs préférés ?

Henri Troyat, avec qui j’ai eu le grand privilège d’entretenir une petite correspondance lorsque j’étais étudiante… Mais aussi Albert Camus, John Steinbeck, Marcel Pagnol, Simone de Beauvoir… Et plus près de nous, j’aime lire Didier Van Cauwelaert, David Foenkinos, Delphine de Vigan, Agnès Ledig, Grégoire Delacourt… Et tant d’autres encore !

 

Que lisez-vous en ce moment ?

Je viens de finir « Ma mère, cette inconnue » de Philippe Labro, et je commence « Une fête en larmes » de Jean d’Ormesson.

 

Victoire Sentenac auteure
Victoire Sentenac auteure de livres

Victoire Sentenac a plusieurs projets en tête

Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Oui, j’ai plusieurs projets en tête actuellement. Tout d’abord, je voudrais rassembler dans un recueil l’ensemble des nouvelles que j’ai écrites l’hiver dernier, dont l’une d’entre elles a été primée lors d’un concours. Le tout est presque abouti, je dois simplement finaliser la mise en page.

Concernant l’écriture, j’ébauche un nouveau roman autour de la transmission intergénérationnelle entre femmes, je ne sais pas du tout où cela va m’emmener pour l’instant, mais les personnages principaux sont posés, j’attends d’avoir la disponibilité d’esprit nécessaire pour me laisser emporter par leur histoire. Et dans un avenir plus lointain, j’aimerais beaucoup écrire sur le thème de la mondialisation, je suis extrêmement touchée par les catastrophes écologiques, les extinctions d’espèces, la pollution… je suis convaincue que nous avons tous un grand rôle à jouer dans tout ça.

Victoire Sentenac présentant ses livres dans un salon à Vigan
Victoire Sentenac et ses livres à un salon

Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Salon du Livre de Requista (12) le 2 juin 2019

Salon du Livre d’Arvieu (12) le 21 juillet 2019

Salon du Livre de Sigean (11) le 12 octobre 2019

Journée des auteurs régionaux à Laudun l’Ardoise (30) le 13 octobre 2019

Salon du Livre de Mende (48) le 23 novembre 2019

Auteurs d’ici à Bédarieux (34) le 13 décembre 2019

 

Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Pour mes actualités :

Sur ma page Facebook pro « Victoire Sentenac — Auteure » :

https://www.facebook.com/victoiresentenac/

Sur mon blogue « La Plume de Victoire » : https://victoiresentenac.com/

Pour mes parutions :

Amazon, Google Play, Kobo, Fnac, Cultura, Decitre, Furet du Nord, Cdiscount, Gibert, Sauramps, Bookeenstore…

Sur Amazon :

https://www.amazon.fr/Victoire-Sentenac/e/B07H9GP54F?ref=dbs_p_ebk_r00_abau_000000

Sur le site Fnac :

https://www.kobo.com/fr/fr/ebook/le-mur-en-partage

Pour une lecture gratuite de « La nuit sur les toits » 

https://www.monbestseller.com/manuscrit/9733-la-nuit-sur-les-toits

————-

Interview de Victoire Sentenac réalisée le 17 mai 2019

.

Je remercie sincèrement Victoire Sentenac d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, sculpteur, peintre, photographe, acteur, comédien, théâtreux, styliste, musicien, chanteur, colleur de papiers, en un mot artiste  sans discrimination de l’art pratiqué,

si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site est ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

Chaque chronique est ensuite partagée sur Facebook, Twitter, Linkedin, Instagram, Pinterest et parfois Tumblr.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire : jlriguet@gmail.com

.

© Jean-Louis RIGUET 28 mai 2019

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

Souvenir du salon du livre de Mazamet en 2015

https://librebonimenteur.net/55gy

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.