Publié par Laisser un commentaire

Trois haïkus de Catimini Plume

Trois haïkus de Catimini Plume

N’hésitez pas à visiter le site de Catimini Plume, vous y trouverez des petites merveilles. Petites, car un haïku, c’est court en général. 17 syllabes  sur trois vers de 5 / 7 / 5 syllabes. Merveilles,  car Catimini respecte les règles de cet art. Je prends beaucoup de plaisir à les lire et c’est pourquoi je n’hésite pas à les publier. Mais je vous incite plus sûrement à vous abonner à son site, vous ne serez pas déçu.

Catimini Plume livre des haïkus, avec talent, en suivant le vol de libellules, le deux juin près du café de la gare.

Vol de libellules

Nénuphar dans un étang pour trois haïkus de Catimini Plume
Nénuphar dans un étang illustrant le haïku de Catimini Plume

Vol de libellules

sur les nénuphars en fleur ~

le chant des oiseaux.

via Vol de libellules — Catimini Plume

Deux juin à minuit

 

Deux juin à minuit

entassés sur les terrasses

les enfants gâtés.

 

via Deux juin à minuit  — Catimini Plume

Café de la gare

 

Café de la gare

ils déconfinent en terrasse

les piliers de bar.

via Café de la gare – Catimini Plume

 

 

Trois haïkus pour vous familiariser à cet art

Je ne suis pas le seul à le dire. La Bouche à Oreilles aussi ! Voici un extrait de son article ;

L’esprit du Haïku, de Terada Torahiko


J’ai acheté ce petit livre à l’occasion d’une récente promenade au rayon poésie de la librairie Gibert à Paris, et son titre L’esprit du Haïku a tout de suite attiré mon attention, comme vous pouvez l’imaginer.
Il s’agit ici d’un essai, d’une réflexion sur l’aspect typiquement japonais de cette forme de poésie qui concentre dans ses trois vers de dix-sept syllabes toute la pensée nippone : son rapport à la nature, sa philosophie, ses interactions entre objectivité et subjectivité, son sens de l’impermanence, la structure et la musicalité de sa langue, son émotion toute particulière face au cycle des saisons et à des expressions comme « fine pluie de printemps » ou « tempête d’automne », etc.

La suite

Dans un tout autre genre que des haïkus,

Bientôt en vente, fin juin 2020, éditions Prem’édit, le nouveau roman de Louis-Jean Teugir

Le Bâtard de la folie

Un homme en fin de carrière revient sur les conditions de son enfance dans le hameau de la Folie, particulièrement sordide. Mère miséreuse, père inconnu, peut-être un riche protecteur.

Grâce à son courage et sa volonté, il réussit à exercer la profession d’avocat, professionnel reconnu de ses pairs. Au gré des circonstances, des adversités et de ses rencontres, il avance dans des conditions particulières vers la sortie, vivant des moments de vie singuliers contés dans une narration bien organisée. Il souhaite prendre sa retraite progressivement en s’associant. Il rencontre alors des difficultés lui interdisant de mettre en œuvre une stratégie bien définie. Son parcours chaotique est surprenant.

Sa fin est étonnante. L’homme reviendra-t-il à ses origines, du moins portent-elles le même nom.

Quel parcours ! Quelle fin !

Le bâtard de la folie par Louis-Jean Teugir
Le nouveau roman de Louis-Jean Teugir, Le Bâtard de la folie, aux éditions Prem’édit, une sélection Carolus

 

Vous pouvez le réserver d’ores et déjà par mail à l’adresse suivante : louis.jean.teugir.auteur@gmail.com.

Merci d’avance.

 

.

© Jean-Louis RIGUET  17 juin 2020

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.