.

.

Alexandra DELRUE raconte…

.

.

Les balades d’Alexandra, aujourd’hui Le pont Saint-Michel

.

 

 

 

 

Le pont Saint-Michel relie la place Saint-Michel (dans le 6e arrondissement) au boulevard du Palais sur l’île de la Cité (1er arrondissement). Il doit son nom à une chapelle consacrée à l’archange saint Michel qui existait près de la Sainte-Chapelle (disparue en 1782). Philippe Auguste y fut baptisé en 1165. Histoire L’île de la Cité […]

 

via Le pont Saint-Michel — Les balades d’Alexandra

Le pont Saint-Michel par Les balades d’Alexandra

Le Poème de la semaine n° 28

.

Le Poème de la semaine n° 28

.

 

.

Nous vaincrons

 

 

.

Ville endormie

Réveil par sons lugubres

Le poumon se tait

 

 

Le bruit des armes

La nuit les tympans percés

Les cercueils s’ouvrent

 

Les tireurs voient rouge

La mort se réveille mal

Le jour se lève

 .

 .

Nous vaincrons

 

Trahissant le silence de la ville endormie

Le bruit des armes automatiques envahit nos tympans

 

Les sirènes lancent des sons lugubres à travers la nuit

 

La ville ne respire plus

Son poumon ne bat plus

Le tragique domine en un nuage…

.

 

La suite sur :

https://jeanlouisriguetecriveur.blogspot.fr/

.

Ville illuminée — Catimini Plume

Ville illuminée …

via Ville illuminée — Catimini Plume

Frayeur sur la ville, un pétale de Pétales éclectiques

Extraits de Pétales éclectiques

.

 B

 . 

Frayeur sur la ville

. 

Dans la ville la foule s’éparpille

Indifférente

Chacun va et vient

Vaque à ses occupations

L’un se projette dans l’avion

Qu’il convoite

L’autre se chagrine dans le métro

Bondé

 . 

Soudain la frayeur coiffe la ville

De noirceur

Des bras imbéciles poussent les bagages

Sourds

Remplis ras la gueule d’engins de mort

Balourds

Les bombes éclatent avec mission

De tuer

Les armes crépitent pour

Exterminer

 .

 La suite à lire dans :

.

PÉTALES ÉCLECTIQUES

Recueil de Textes

.petales-eclectiques-couverture

.

« Le poète cogne, cabosse, rafistole

Il dérange, charme, console

Amusé, il instille des vérités, des doutes

Silence brutal, applaudissements, soulagement »

.

Des sujets forts comme ceux qui touchent à l’infortune des personnes, des hommages à des artistes et enfin des thèmes plus légers : les mots restent ciselés dans la douleur ou la légèreté.

L’auteur évoque « la barbarie inadmissible dans son inutilité » ou encore « la frayeur coiffe la ville de noirceur ». Il écrit le « poète cogne, cabosse, rafistole » ou encore « alors la femme peintre claquemure ». Il parle des « fleurs qui sont un bonheur pour l’Homme » et de la neige sur laquelle « on marche réticent à pas feutrés ».

Le lecteur passe d’un sujet à l’autre et d’une forme à l’autre. S’y mêlent des pensées, des poèmes et des haïkus.

Pétales Éclectiques, un recueil varié, diversifié et inégal dans le fond et dans la forme.

.

Éditeur : PREM’EDIT

ISBN : 9 791091 321587

http://www.prem-edit.com/accueil/boutique-p%C3%A9tales-%C3%A9clectiques/#cc-m-product-14585188225

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Jean-Louis RIGUET 19 novembre 2016

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et Membre de la Maison de l’écrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

Extrait de Pétales Eclectiques

Ils avaient des crayons !

1.-

Multicolores et joyeux, les glaives redoutables

Jouent avec des mots assassins

Pour un probable incertain

Sur des papiers caricaturés au crayon de bois.

.

Des illuminés en recherche de leur Saint Graal

Assoiffés de sang vengeur rôdent

En bombant le torse comme des Monarques

Ceignant la tunique des martyrs

.

Une ombre sombre se répand sur la ville

Des silhouettes noires à l’allure inquiétante

Vident sans peur leurs chargeurs meurtriers

.

Horreur sanglante briseuse de vies innocentes

Le rouge sang ride la ville ébahie et meurtrie

Le peuple crie à l’infamie diabolique et sanglante

.

PÉTALES ÉCLECTIQUES

Recueil de Textes

.petales-eclectiques-couverture

Quatrième de Couverture

.

« Le poète cogne, cabosse, rafistole

Il dérange, charme, console

Amusé, il instille des vérités, des doutes

Silence brutal, applaudissements, soulagement »

.

Romancier, Jean-Louis Riguet a voulu pour son premier recueil de poésie synthétiser ses émotions, ressentis et sensations, sous une forme courte.

Des sujets forts comme ceux qui touchent à l’infortune des personnes, des hommages à des artistes et enfin des thèmes plus légers : les mots restent ciselés dans la douleur ou la légèreté.

L’auteur évoque « la barbarie inadmissible dans son inutilité » ou encore « la frayeur coiffe la ville de noirceur ». Il écrit le « poète cogne, cabosse, rafistole » ou encore « alors la femme peintre claquemure ». Il parle des « fleurs qui sont un bonheur pour l’Homme » et de la neige sur laquelle « on marche réticent à pas feutrés ».

Le lecteur passe d’un sujet à l’autre et d’une forme à l’autre. S’y mêlent des pensées, des poèmes et des haïkus.

Pétales Éclectiques, un recueil varié, diversifié et inégal dans le fond et dans la forme qui suscitera des réactions.

.

Éditeur : PREM’EDIT

ISBN : 9 791091 321587

140 pages – 14 €

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Jean-Louis RIGUET 23 octobre 2016

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et Membre de la Maison de l’écrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

Nous vaincrons

Nous vaincrons

 

Trahissant le silence de la ville endormie

Le bruit des armes automatiques envahit nos tympans

Les sirènes lancent des sons lugubres à travers la nuit

La ville ne respire plus, son poumon ne bat plus

Le tragique domine en un nuage lourd et gris

Le noir des tireurs s’oppose au rouge sang des victimes

Dans un combat inégal qui semble perdu

Pourtant, les balles pèsent moins lourd que la vie

Plus tard, les espoirs renaîtront de la solidarité

Les victimes se lèveront pour combattre

Les morts sortiront de leurs cercueils

Même la mort, devenue insignifiante, aura peur

Le drapeau levé haut devant fera vivre ses couleurs

Vaincre sera le mot d’ordre et nous vaincrons

 

© 02 mars 2016 – Jean-Louis Riguet

 

 

 

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

Jean-Louis RIGUET 02 mars 2016

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.