Augustin en chronique sur VARTV

AUGUSTIN ma bataille de Loigny

 

Première couverture Augustin

Première couverture Augustin

A fait l’objet d’une chronique dans la revue

LES PARTAGEURS D’EMOTION

retransmise sur VARTV et sur YOUTUBE

.

Chronique de JL Riguet   » AUGUSTIN ma bataille de Loigny « .

.

https://www.youtube.com/watch?v=9rmIJ5XftBs

.

Un grand merci à ce chroniqueur.

.

Titre du livre : AUGUSTIN ma bataille de Loigny

Auteur : Jean-Louis RIGUET

Date de première publication : 2012

Éditeur : Éditions Dédicaces

Nombre de Pages : 180 pages

Numéro ISBN : 978-1-770762-215-2

Libre disponible chez l’éditeur :

Éditions Dédicaces à MONTREAL (Québec)

www.dedicaces.ca

.

http://dedicaces.biz/2012/07/28/augustin-ma-bataille-de-loigny-par-jean-louis-riguet/

.

devrr

.

Liens :

http://librebonimenteur.wordpress.com/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

http://www.riguetauteurlivres.com/

http://riguet-jean-louis.e-monsite.com/

.

La vie en archives en chronique sur VARTV

 LA VIE EN ARCHIVES D’UN PETIT GARS

De Jean-Louis RIGUET

Livre publié aux EDITIONS DEDICACES

A fait l’objet pour son lancement

d’une chronique dans la revue

LES PARTAGEURS D’EMOTION

retransmise sur VARTV et sur YOUTUBE

 .

La chronique de La Vie en Archives d’un Petit Gars :

https://www.youtube.com/watch?v=sAGuVrsUnZA

.

Un grand merci au chroniqueur.

.

LA VIE EN ARCHIVES

.

Titre du livre : LA VIE EN ARCHIVES D’UN PETIT GARS

Auteur : Jean-Louis RIGUET

Date de première publication : 2014

Éditeur : Éditions Dédicaces

Nombre de Pages : 250 pages

Numéro ISBN : 978-1-77076-439-2

Libre disponible chez l’éditeur :

Editions DEDICACES à MONTREAL (Québec)

www.dedicaces.ca

.

LA VIE EN ARCHIVES

LA VIE EN ARCHIVE 4ème

.

Liens :

http://librebonimenteur.wordpress.com/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

http://www.riguetauteurlivres.com/

http://riguet-jean-louis.e-monsite.com/

.

ARISTIDE la butte meurtrie (Vauquois 1914-1918) dernier rempart de Verdun

 ARISTIDE

la butte meurtrie (Vauquois 1914-1918)

.

La Butte de Vauquois, dernier rempart protégeant VERDUN, est à l’honneur ces jours-ci sur Antenne 2 à l’occasion des fêtes commémoratives de la Grande Guerre.

ARISTIDE relate cette bataille meurtrière pendant 4 ans dans le cadre d’un roman historique.

Un devoir de mémoire.

 .

Titre du livre : ARISTIDE la butte meurtrie (Vauquois 1914-1918)

Auteur : Jean-Louis RIGUET

Date de première publication : 2014

Éditeur : Éditions Dédicaces

Nombre de Pages : 164

Numéro ISBN : 978-1-77076-399-9

.

image (2)

.

Libre disponible chez l’éditeur : Éditions DÉDICACES

Site : www.dedicaces.ca

et chez l’auteur.

Site :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home/ou-acheter-mes-livres

.

L’auteur :

De nationalité française, Jean-Louis Riguet est né en 1947, dans la Vienne. Veuf, il a deux enfants

Il est membre de la Société des Gens de Lettres, du Bottin International des Professionnels du Livre et la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature. Il exerce la fonction de Notaire à Orléans.

Autodidacte, l’auteur a commencé à travailler à l’âge de 15 ans ½, juste avec son Bepc. Il n’a pas le bac mais a suivi le cursus notarial, par correspondance, pendant son activité et a obtenu l’examen aux fonctions de notaire à 27 ans.

Il a fait sa carrière dans le Notariat, à Mirebeau-en-Poitou, à Châteaudun, à Paris avant de s’installer à Orléans en 1989. Pendant un interstice de cinq ans, auparavant, il a été Conseil Juridique à Paris, dans un cabinet qu’il a créé avant d’être nommé notaire. Quelques années après et pendant quatre ans, il a enseigné au Centre de Formation Professionnelle des Notaires à Paris pour la préparation du Diplôme Supérieur de Notaire.

Il a exercé des fonctions pour la profession de notaire : Membre de la Chambre des Notaires du Loiret, Président de la Chambre des Notaires du Loiret siégeant en Comité Mixte, Vice-Président du Conseil Régional des Notaires de la Cour d’Appel d’Orléans.

Aujourd’hui, il est notaire démissionnaire.

Il écrit depuis plusieurs années mais n’est publié que depuis 2012.

.

duo

.

 

.

doveari

.

Le genre :

Le livre est un roman. Il s’agit d’un roman historique relatant la vie d’un homme et d’une famille pendant la guerre.de 1914-1918, sur la Butte de Vauquois.

.

vari

.

Le cadre :

Aristide est le petit-fils de Louise et Jean-Baptiste qui étaient les amis d’Augustin qui s’est illustré à Loigny-la-Bataille pendant la Guerre de 1870, au Château de Villeprévost. Ces faits historiques sont contés dans un roman, Augustin ma bataille de Loigny, publié aux éditions Dédicaces.

 

Aristide a 20 ans à la déclaration de la Guerre de 1914. Il se trouve enrôlé dans un régiment qui va combattre sur la butte de Vauquois, près de Verdun et du massif de l’Argonne. Vauquois, un haut fait de guerre pour les Orléanais ! Aristide participe à l’enfer qui sévit sur cette butte et dans toute la région. Il en sort blessé, meurtri, marqué par ces quatre années de guerre sans pitié et en conserve des séquelles jusqu’à la mort. Pendant ce conflit tragique, Germaine lui donne un enfant André.

 

Comment survivre dans cette tragédie humaine ? Comment vivre ensuite ?

 

Le drame humain d’une famille orléanaise dans un cauchemar guerrier !

 

.

Les personnages principaux :

Le personnage principal est Aristide, un jeune homme issu d’une famille beauceronne vivant près du château de Villeprévost à Tillay-le-Peneux, près de Loigny-la-Bataille. Cette famille a vécu la guerre de 1870 dans ce château transformé en hôpital de campagne par les Prussiens. Son histoire a été relatée dans AUGUSTIN ma bataille de Loigny, publié aux Éditions Dédicaces.

 

Le roman relate la vie d’Aristide sur la Butte de Vauquois, un haut fait de la guerre, tout près de Verdun, et de sa femme Germaine restée à Orléans. Les aspects affectifs résultant de ces années de guerre sont également évoqués.

 

Les faits historiques relatés sont véridiques, à tel point qu’un monument commémoratif a été édifié quelques années après la fin de la guerre, avec une participation importante des Orléanais.

 

Un devoir de mémoire.

.

ver

.

La Préface :

 

Jean-Louis RIGUET s’était déjà attaqué à la guerre de 1870 dans l’Orléanais. Aujourd’hui, en ces temps de commémoration séculaire, il oriente notre réflexion vers la Grande Guerre, celle de 1914-1918, dans la région qui lui est chère.

 

Il ne s’agit pas réellement d’un roman de guerre. Le sujet ayant maintes fois été traité, mieux vaut savoir y apporter sa touche personnelle, et pas seulement en y incluant le régionalisme et l’esprit de clocher. Il s’agit avant tout pour l’auteur de faire revivre dans les mémoires de l’Orléanais – partant, dans la mémoire collective – le drame humain d’une famille de cette région.

 

Imagine-t-on vraiment, lorsqu’on est assourdi par le vacarme des batailles et des sonneries aux morts, ce que fut l’existence de jeunes mariés que cette épreuve inhumaine a dû séparer ? Peut-on penser à ce qu’ont réellement éprouvé tous ces jeunes gens comme les autres, sans histoire ni violence, qui ont dû se transformer en machines à tuer et acquérir des automatismes meurtriers que jamais leur vie simple ne leur avait inculqués ?

 

Aristide, Germaine, des prénoms bien Français, des jeunes gens sans histoire, que la Grande Guerre a su traumatiser, a failli même détruire. À l’heure où des chefs d’État jetaient leurs jeunesses les unes sur les autres, sans conscience ni pitié, comment pouvaient survivre de jeunes couples, dont l’enfant est né en plein conflit, même si le jeune père a eu la chance de revenir de cette terrifiante épreuve ? Comment vivre ensuite ? Telle est la lancinante question qui va se poser au terme d’une hallucinante épopée dont tous les jeunes hommes de France et d’ailleurs n’auraient jamais voulu…

 

C’est donc avant tout ce drame humain qui transparaît dans cet ouvrage. C’est au cœur de cette tragédie intime que Jean-Louis RIGUET plonge le lecteur, avec des termes simples et précis, mais toujours empreints d’une sagesse humaniste qui seule sait contenir la trame des meilleurs romans s’inspirant de la vérité dans un tel sujet.

 

                                                                                                          Thierry ROLLET

                                                                                                          Agent littéraire

 

.

liv (1)

.

 

© Jean-Louis Riguet 11 novembre 2014

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

 

Liens :

http://librebonimenteur.wordpress.com/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

http://www.riguetauteurlivres.com/

http://riguet-jean-louis.e-monsite.com/

.

JL à l’écoute de … Colline HOARAU

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Colline HOARAU

.

Colline

.

1/ Qui êtes-vous   (VOS Prénom et NOM) ? Quel est votre parcours ?

Colline HOARAU.

J’ai un parcours très varié. J’ai toujours eu une vie professionnelle riche, passant de l’informatique à la formation, du management, souvent dans des associations. J’aime l’aspect social. J’ai dirigé des structures associatives souvent engagées. J’ai fait un passage également en tant que chef de cabinet.

J’ai toujours écrit, du plus loin que je me souvienne. Les mots venaient, parfois pour soulager mes peines, parfois, pour rire, et d’autres pour partager.

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

J’ai toujours eu une activité professionnelle. Je changeais de profession tous les 3 – 4 ans pour découvrir autre chose, des métiers et des univers différents, en fonction des déménagements et des opportunités.

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre passion ?

J’adore aller au concert, à des expositions de peinture, voir des films.

La seule chose que je sais faire avec mes mains, c’est écrire.

J’ai toujours beaucoup lu.

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

J’aime rencontrer des lecteurs, avant, après pour partager.

Je suis frappée de voir qu’ils ont retenu des détails et qu’ils ont tous des visions différentes du même livre.

Je participe au moins une fois par mois à des salons du livre. C’est le meilleur moyen de rencontrer de vrais lecteurs.

Je peux également avoir des échanges sur les réseaux sociaux.

Chaque lecteur trouve une carte de visite dans le livre que je dédicace et peut ainsi m’écrire.

Je découvre parfois des avis sur des sites de critiques et c’est un joli cadeau.

Je suis heureuse d’être lue parfois par des personnes qui lisent peu.

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Oui, j’ai déjà participé à des rencontres dans les médiathèques. Je pense qu’il est parfois difficile de parler de ses écrits. J’ai rencontré des écrivains brillants qui avaient du mal à s’exprimer en public, car ce n’est pas le même art.

Parfois, parler de son livre aide le lecteur à comprendre certaines orientations de l’écrivain.

 

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

Depuis que je suis toute petite. Malheureusement, j’ai perdu mes cahiers d’adolescence.

J’ai souvent écrit des histoires longues ou des poésies, n’aimant pas la forme des nouvelles.

Sur le plan professionnel, j’ai également souvent produit des écrits.

 

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

« L’adieu à Lila » est le premier roman qui a été publié même si j’ai dans les cartons quelques autres écrits presque prêts.

C’est un roman qui se passe à l’île de la Réunion et qui évoque, lors d’un enterrement, des portraits et des lieux des années 70. Il est empreint d’émotions et ne laisse pas le lecteur indifférent. Je pense que dans l’écriture, on doit susciter de l’émoi.

J’avais voulu « figer » des éléments de décor de mon île.

 

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

Chez mon éditeur, Dédicaces, un éditeur canadien, qui a une vitrine importante sur Internet, qui le diffuse en direct et sur des sites connus comme Amazon, Scribd, … sous forme papier ou numérique.

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? Aux e-book ?

Je pense qu’il est toujours préférable d’avoir un éditeur. C’est, souvent rassurant pour le lecteur quie stime que c’est un gage de qualité. Mais sans doute pas n’importe quel éditeur.

Il est important aujourd’hui d’avoir une offre large, numérique, qui ne pourra que se développer et papier également.

Je suis très positive quant à l’impression à la demande. C’est un système écologique et qui présente l’avantage d’une grande souplesse.

 

10/ Quel est le conseil le plus important que-vous-ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

Lorsque j’avais envoyé mon premier manuscrit, même lorsqu’il était refusé, j’ai reçu des encouragements.

Le conseil que je retiens, c’est celui de continuer et de croire en ce que l’on fait.

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

J’aime lire des romans, souvent policiers.

Selon ma disponibilité d’esprit et le temps, je peux lire essais ou poésies. Je préfère les romans.

Pour l’écriture, j’ai envie de créer d’autres livres, dans d’autres domaines. Je suis en pleine réflexion à ce sujet.

  

12/ Comment écrivez-vous ? 

Il me suffit d’ouvrir mon petit ordinateur et les mots viennent sous mes doigts.

Je pense souvent à des mots, des phrases, des constructions, en conduisant, cuisinant, que je garde dans un coin de mon esprit et que j’écris ensuite.

Je n’écris que sur ordinateur en utilisant parfois des notes sur mes nombreux carnets.

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

Je puise mon inspiration dans le regard, l’observation des autres. J’essaie toujours de ne pas voir comme les autres, d’interpréter, de me dire : et si je me mettais à la place de …

Dans L’Adieu à Lila, pour certains détails, je me suis inspirée de ce que l’on m’avait raconté, avec un positionnement extérieur pour rester en retrait de ses personnages.

J’imagine beaucoup et je retiens souvent des anecdotes que j’aime réutiliser, échos incroyables ou drôles ou cyniques de la vie.

Je n’ai pas eu de commande d’ouvrages pour l’instant.

Certains lecteurs m’ont demandé la suite de L’adieu à Lila, que je n’avais pas a priori prévue …

 

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

Ce sont des mélanges. Parfois, des souvenirs qui reviennent de faits et de personnes qui m’ont marquée.

J’écris d’abord rapidement, spontanément et le plan se construit petit à petit. Je remodèle le livre. A la fin, je relis, corrige, fais les liaisons entre les chapitres.

L’idée est souvent de mixer imaginaire et réel et de donner aux protagonistes la puissance du réel à force de détails.

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

Il faut, je pense, travailler, écrire, lire, faire lire, écouter, revenir sur ses textes.

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

Comme auteurs contemporains, j’apprécie Paul Auster, Olivier Adam, Douglas Kennedy.

Quand j’aime un auteur, j’essaie de lire tous ses livres.

Je garde des souvenirs extraordinaires de mes lectures de jeunesse, classiques : Victor Hugo, Baudelaire, Verlaine, mais aussi, Montesquieu, Balzac, Zola, …

Récemment,  j’ai adoré Confiteor de Jaume Cabre.

 

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

Le dernier livre d’Olivier Adam, Peine perdue.

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Oui, bien sûr, j’ai plusieurs projets en cours. Je ne sais pas encore lequel je vais privilégier.

J’espère pouvoir dans les prochaines année, faire éditer un ouvrage tous les ans ou les deux ans. Les idées ne manquent pas.

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Deux prochains salons de Bretagne :

La 15ème édition du LENNVOR le dimanche 30 novembre au Relecq-Kerhuon

et le 7 décembre à Elven le Salon du Roman Populaire.

Une collaboration Médiathèque municipale et Centre Socio-Culturel d’Elven.
Le plus grand événement sera le salon de l’Ile-de-France à Mennecy en février.

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Sur mon blog : https://adieulila.wordpress.com/

Sur Twitter : L’adieuLila@LAdieualila

Sur Facebook : Colline HOARAU

————-

Le  31 octobre 2014

Colline HOARAU

.

Colline

.

adieu-Lila_Front

.

Je remercie sincèrement Colline HOARAU  d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Jean-Louis RIGUET 07 novembre 2014

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://librebonimenteur.wordpress.com/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

http://www.riguetauteurlivres.com/

http://riguet-jean-louis.e-monsite.com/

.

 

Un livre pour les fêtes

Un livre pour les Fêtes

.

Vous avez plein d’occasions d’avoir le besoin ou l’envie de faire plaisir à votre famille, à vos amis, et aussi vous-même.

Pour une fête, un anniversaire, un événement quelconque, pour rien, pour le plaisir tout simplement.

Vous avez tous les genres : essai, roman, poésie, nouvelles. Et à l’intérieur, vous pouvez trouver de l’histoire, de l’aventure, des récits, de l’amour, des vies de femmes et d’hommes, de la biographie, de l’autobiographie, de la calomnie, de l’encensement, etc. Il y en a pour tous les goûts.

Un livre, cela fait toujours plaisir.

Il faut le choisir avec soin pour qu’il plaise à la personne qui va le recevoir.

Ce peut être un prix littéraire. Mais pas que …

Vous avez de très bons auteurs qui ne sont pas primés. Les auteurs connus sont les locomotives, mais sans wagons à quoi sert une locomotive.

Vous avez de grandes maisons d’édition et des petites maisons d’édition. Vous avez des livres à compte d’auteur et des livres numériques. Ce n’est qu’un moyen de diffusion, ce qui compte c’est le texte, pas le nom, pas l’éditeur, pas l’auteur, pas la grandeur ou la petitesse de l’un ou de l’autre. Enfin si, un petit peu ! Mais vous avez de grands auteurs dans de grandes maisons qui font des navets ou des carottes, c’est selon, et de petits auteurs qui font des merveilles. L’inverse est vrai également.

Pour savoir, il faut lire.

Vous pouvez vous les procurer directement chez l’éditeur, dans les librairies, sur internet, dans les salons du livre, chez l’auteur ou à l’occasion d’une manifestation quelconque.

Alors, n’hésitez pas, programmer dès aujourd’hui les plaisirs

que demain vous ferez (et que vous vous ferez) avec un livre.

.

Désolé si je prêche pour ma paroisse. Je vous indique ci-après le lien où ils sont réunis. Ils vont bientôt être rejoint par un cinquième :

LA VIE EN ARCHIVES D’UN PETIT GARS

aux Editions Dédicaces.

Sortie en novembre 2014.

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

vie-archives_Front

.

Je me permets de vous rappeler les quatre autres livres :

UNE TRILOGIE, les trois A :

AUGUSTIN ma bataille de Loigny, roman historique sur la guerre de 1870, au château de Villeprévost transformé en hôpital de campagne.

Premier Opus de cette trilogie.

ARISTIDE, la butte meurtrie, (Vauquois 1914-1918), roman historique sur la guerre de 1918-1918. La vie des Poilus sur la butte de Vauquois.

Deuxième Opus de cette trilogie.

ANDRE, roman historique sur la guerre de 1939-1945, à paraître en 2015, la vie d’un combattant orléanais.

Troisième Opus de cette trilogie.

.

L’ASSOCIATION DES BOUTS DES LIGNES, un roman d’enquête pour l’exécution d’un testament particulier, qui permet de rebondissements en rebondissements de visiter les spécialités orléanaises, avec un dénouement inattendu.

Un thriller sympathique avec peu de sang.

.

DELIRE TRES MINCE, un essai en deux parties. Malgré le titre, il n’y a pas de prise de tête mais simplement à réfléchir. Si vous ne connaissez pas l’Evolutionchronohumaine, découvrez-là, à travers de propos à base autobiographique. Cela est complété par un abécédaire.

Associé à LA VIE EN ARCHIVES D’UN PETIT GARS vous y puiserez de quoi connaître l’auteur.

.

.

Jean-Louis RIGUET 06 novembre 2014

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://librebonimenteur.wordpress.com/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

http://www.riguetauteurlivres.com/

http://riguet-jean-louis.e-monsite.com/

.

JL à l’écoute de … Gérard Porcher

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Gérard Porcher

.

Gérard Porcher

.

1/ Qui êtes-vous ?  

   Gérard Porcher, cadre retraité, grand-père de deux belles petites filles.

  

  Quel est votre parcours ?

   Apprentissage de cuisinier à Brest en 1963, puis en 1967 étant au chômage, je fais plusieurs métiers et en 1968 je fais une saison comme cuisinier à St Jacut de la mer. Puis j’arrive en région parisienne, cuisinier en collectivité, élu secrétaire syndical CGT, ensuite  après quelques stages, je deviens directeur de cuisine central. Actuellement je suis retraité.

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

   Je travaillais en cuisine centrale puis Coureur cycliste pendant 21 ans, et modestement je gratte sur ma Guitare et je chante, puis je me suis mis à l’informatique.

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ?

  Quelle est votre passion ? Ma passion c’est de chanter, de jouer de la guitare.

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ?

   Qu’ils lisent mes livres et qu’ils me donnent leurs appréciations.

 

  Comment vous faites-vous connaître ?

  Salons, Facebook, viadeo et link in.

 

  Comment allez-vous à leur rencontre ?

  Dans les salons.

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

  Des lectures à la médiathèque et des rencontres dans les salons.

 

6/ Depuis quand écrivez-vous ?

   Cela fait 4 ans.

Qu’avez-vous déjà écrit ?

  4 Romans policiers et 2 livres de poèmes sont édités et 6 livres sont prêt à être édités.

 

7/ Quel est votre dernier livre ?

Coups pourris à Neuilly sur Essonne.

 

 Pouvez-vous nous en parler ?

   L’idée d’écrire ce livre me vient au premier salon du livre de Mennecy. Un ami écrivain présentait son livre : « Les insectes carnivores » et toute la journée il racontait son histoire aux visiteurs. Le soir je lui dis : « Ecoute, toute la journée je t’ai écouté raconter ton histoire. Eh bien ! Je crois que je vais écrire une suite à ton roman, et ce sera un policier. » Et le lendemain je revenais au salon avec une dizaine de pages…

 

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

  A la librairie et la médiathèque de Lisses, sur lulu.com et chez l’éditeur « dedicaces.ca .

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? Aux e-book ?

 Je n’ai pas d’idée préconçue.

 

10/ Quel est le conseil le plus important que-vous-ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?  

  Richard et Thierry m’ont conseillé efficacement dans la façon d’écrire un livre et de le promouvoir.

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

Des romans policiers français et des poèmes.

 

12/ Comment écrivez-vous ? 

Avec le logiciel word. Je n’ai pas de préparation, j’écris comme ça vient.

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ?

Dans les faits divers ou les journaux et dans mon imagination.

 

  Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

   Oui, mais très peu.

 

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

C’est tout dans ma tête et cela sort au fur et à mesure que j’écris, parfois mes personnages viennent des faits divers et je suis le personnage principal de mes romans policiers.

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

De s’appliquer dans son écriture et d’être patient

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

J.C Grangé, Franc Thillez, A. Christi,

 

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

L’été tous les chats s’ennuient de Philippe Georget (prix SNCF du polar Français)

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

  Sur la révolution mexicaine, 3 romans policiers, un livre sur ma vie professionnelle, Jean Ferrat.

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Oui, la parution de mes deux livres « La révolution mexicaine et les manuscrits de la mort » pour le salon du livre de Mennecy au mois de Février 2014.

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Google, viadeo, link in et dedicaces.ca

 ————-

Le  13 Octobre 2014

Gérard Porcher

.

Gérard Porcher

.

.

EXTRAIT

Les manuscrits de la mort

 

Les deux antagonistes sont maintenant proches. L’homme ne devine pas à sa droite qu’une ombre est prête à s’abattre sur lui, comme un aigle se prépare à fondre sur sa proie.

Le geste est rapide, net et précis.

Dans une clarté de la nature, parmi ces gros nuages noirs, épais, le bras armé, s’abaissa d’un seul coup, puissant, geste simultané avec le rayon zébré de l’éclair. L’homme, les yeux hagards n’eut pas le temps de réagir.

La lame du poignard pénétra d’un coup sec, droit au cœur. Il ressentit une douleur foudroyante, comme un pincement au cœur, son regard se porta sur son tueur, il ne voit que des yeux durs, froids et féroces. Sa vue commence à se perdre, à se brouiller et d’un seul coup la nuit noire comme la profondeur des ténèbres, lui ferme à jamais ses yeux, et il s’écroule comme un pantin désarticulé, ses jambes ne le soutenant plus.

Parallèlement, les éléments se déchainaient avec violence, les bourrasques de vent étaient de plus en plus fortes, les éclairs et le bruit du tonnerre résonnant avec fracas. La grande Rue était devenue un lieu de tempête et de mort.

.

09122012060

 

.

.

Je remercie sincèrement Gérard Porcher d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Jean-Louis RIGUET 27 octobre 2014

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://librebonimenteur.wordpress.com/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

http://www.riguetauteurlivres.com/

http://riguet-jean-louis.e-monsite.com/

.

Mon ITW par La Librairie des Inconnus

  La LIBRAIRIE DES INCONNUS

vient de publier une INTERVIEW que j’ai donnée le 2 octobre 2014

.

1/ La première question qui me vient à l’esprit est : mais qui est  VOTRE NOM?

Jean-Louis RIGUET.

Jean-Louis parce que mon père se prénommait Louis et que l’usage à l’époque était d’ajouter Jean devant.

RIGUET, je ne sais pas d’où cela vient. Il y a beaucoup de RIGUET dans le nord de la France. Peut-être que RIGUET est le contraire de rire triste. Ou encore que l’homme faisant le guet était un gai luron.

 

2/ Depuis quand écrivez-vous ?

J’ai écrit toute ma vie. Je veux dire par-là que mon métier est basé sur l’écrit. Certes, il s’agissait d’écrit sérieux, de droit, d’actes. J’avais commencé à écrire un roman policier quand j’avais 20 ans. Mes personnages étaient créés, l’intrigue aussi. Puis, la vie a fait que je suis passé à autre chose.

J’ai repris il y a une petite dizaine d’années. Pour l’instant, je n’ai publié que quatre livres papier et cinq nouvelles sur internet. Le cinquième livre papier sortira en novembre 2014.

 

3/ Est-ce la première fois que vous éditez un ouvrage ?

Je suis publié à compte d’éditeur, dans deux maisons d’éditions. L’une est canadienne Les Editions Dédicaces, l’autre française Les éditions du Masque d’Or.

En 2012, j’ai publié un roman historique AUGUSTIN ma bataille de Loigny, sur la guerre de 1870.

En 2013, un roman d’enquête L’ASSOCIATION DES BOUTS DE LIGNES, une intrigue d’enquête humoristique.

En 2014, un essai DELIRE TRES MINCE en deux parties.

En août dernier, vient de sortir un roman historique ARISTIDE la butte meurtrie (Vauquois 1914-1918).

 

En novembre prochain, sortira un nouveau roman : LA VIE EN ARCHIVES D’UN PETIT GARS.

 

Je signale d’ailleurs que L’ASSOCIATION DES BOUTS DE LIGNES a eu le PRIX SCRIBOROM 2012 et a été nominé pour le prix ŒUVRE ORIGINALE lors du Salon du Livre de MAZAMET 2014.

.

Prenez-vous connaissance de la suite à l’adresse suivante :

.

http://interview76.blogspot.fr/2014/10/interview-jean-louis-riguet.html

.

Un grand merci à Pierre Philbert.

.

liv (1)

.

 

Jean-Louis RIGUET 03 octobre 2014

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://librebonimenteur.wordpress.com/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

http://www.riguetauteurlivres.com/

http://riguet-jean-louis.e-monsite.com/

.

L’auteure britannique, Carol Margaret Tetlow, a obtenu un important article dans le journal Darlington and Stockton Times

Un article dans Darlington and Stockton Times

SALON DU LIVRE VEIGNE

SALON DU LIVRE VEIGNE

05 octobre 2014

Je serai présent au SALON DU LIVRE DE VEIGNE. Venez nombreux découvrir mes livres.

.

AFFICHE 2014 salon du livre

Affichage de AFFICHE 2014 salon du livre.jpg en cours...

.

Je vous dédicacerai l’un ou plusieurs de mes livres :

.

lo

.

 

Augustin ma bataille de Loigny, roman historique, aux Editions Dédicaces, 2012, narrant une romance dans un épisode sanglant de la Guerre de 1870 passé à Loigny la Bataille.

 

L’Association des bouts de lignes, roman d’investigation fantaisiste, 2013, une enquête humoristique, un voyage dans l’Orléanais, éditions Masque d’Or, collection Adrénaline.

Ce livre a reçu le prix Scriborom 2013 et a été nommé pour le Prix Œuvre Originale au Salon du Livre de Mazamet en mai 2014.

 

Délire Très Mince, essai, 2014, aux éditions du Masque d’Or, constitué de deux parties :

Une première partie intitulé 3 X 7 est un échange entre trois personnages imaginaires :

Le Créateur, l’architecte du monde, qui crée le monde en sept jours. La Genèse nous renseigne sur cette création, jour après jour.

L’évolutionchronohumaine, qui tente de constater que l’homme se construit, année après année, ou plutôt plage d’années après plage d’années, selon une évolution constante sans que l’homme n’en ait conscience.

Le Petit Homme, qui est le réalisateur de sa vie, et qui se débat comme un beau diable, au gré des années qui passent.

Une deuxième partie titrée Notaire est un abécédaire à partir uniquement des lettres du mot Notaire mais qui ne parle pas uniquement de cette fonction.

 

ARISTIDE la butte meurtrie (Vauquois 1914-1918),  roman  historique, aux éditions Dédicaces, 2014, relatant la vie d’un homme et d’une famille pendant la guerre.de 1914-1918, sur la Butte de Vauquois. Les descendants des héros d’AUGUSTIN.

.

vari

.

 

© Jean-Louis Riguet septembre 2014

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://librebonimenteur.wordpress.com/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

http://www.riguetauteurlivres.com/

http://riguet-jean-louis.e-monsite.com/

.

L’auteure britannique Carol Margaret Tetlow a écrit un témoignage fort intéressant au sujet de Editions Dedicaces LLC

Bravo !