LE Gagnant, Guy de Saint-Roch

LE Gagnant

par Guy de SAINT-ROCH

Ophildespages éditions

275 pages – 20 Euros,

ISBN : 9 782917 602416

.

 

.

Quatrième de Couverture

Tugdual Vignand a un patronyme qui n’est pas commun.

C’est normal puisque c’est un nom propre !

C’est un « homme blanc, normal », comme disait Coluche.

Comme beaucoup, il a des soucis récurrents avec son compte bancaire.

Et il a aussi de drôles d’habitudes…

Un jour, il achète un billet du Loto.

Bingo ! C’est le plus gros gain depuis que le loto existe ! Enorme !

Tugdual tarde à s’apercevoir que c’est vraisemblablement lui LE gagnant.

Il a perdu son billet…

Il le retrouve enfin et devient milliardaire, du jour au lendemain…

Que va-t-il faire de toute cette fortune ?

Sera-t-il capable de résister à la puissance de l’argent ? Comment l’utiliser ?

Le lecteur va vivre une multitude d’aventures hilarantes, mais aussi réalistes

en compagnie de ce jeune quadragénaire sympathique et fidèle à une certaine

éthique.

Attention, ça va commencer ! Accrochez-vous bien…

 

« Si l’argent ne fait pas le bonheur, rendez-le !  » (Jules Renard)

.

Un extrait :

Au 17, l’ascenseur n’était jamais en panne. On ne risquait absolument rien, puisqu’il n’y en avait pas !
En attendant, Tugdual devait se coltiner les deux étages. Deux niveaux élevés comme dans ces anciennes demeures dont les plafonds flirtent avec les trois mètres soixante-dix.
Soixante-quatorze marches hautes, d’un escalier en bois sombre, puis quasiment noir dans la seconde partie, devaient être escaladées, pour arriver à l’avant-dernier palier, dans le petit appartement qu’il louait depuis maintenant une quinzaine d’années.
Il n’était point atteint de climacophobie(1), mais souvent, Tugdual y arrivait essoufflé, quelquefois haletant, rarement
suffoqué, mais toujours oppressé.
Il n’était pas question de réclamer aux propriétaires l’installation d’un petit ascenseur, cette bête féroce toujours
mise en cage, ces derniers refusant catégoriquement le moindre investissement dans l’immeuble qu’ils possédaient. Même au titre de l’entretien ! Ce qui engendrait un vieillissement prématuré des structures de l’immeuble.
De plus, l’agent immobilier qui « gérait » les trois locaux que comportait la propriété, avait un égo démesuré, directement proportionnel avec le degré de son incapacité notoire.
Pour plaire à ses clients propriétaires, il préférait privilégier la ligne des honoraires plutôt que celle de l’entretien. La facture semestrielle réglementaire n’était ainsi pas trop élevée.
Donc, chaque fois que Tugdual se trouvait en bas de ce fameux escalier, il en était venu à systématiquement essayer de reporter sa montée… Tout y passait.
Tous les motifs étaient recevables pour nourrir son aversion à entamer cette ascension. Une course oubliée, un petit tour à faire, un détail à contrôler, un copain à voir… Tout y passait.
Bref, il lui fallait inventer une échappatoire.

(1) Climacophobie : la peur des escaliers est une maladie méconnue, mais
répandue. Elle se traduit par une appréhension à descendre des escaliers. Or,
avant de descendre les marches, il faut (généralement) les monter…

.

Ce que j’en pense

C’est l’histoire d’un mec qui gagne au Loto une somme pharaonique correspondant à son numéro de Sécurité Sociale, un nombre à treize chiffres. De quoi vivre longtemps sans soucis ! Du moins, c’est ce que l’on croit, car l’auteur lui en a inventé des soucis à notre héros.

Guy de Saint-Roch n’est pas à court d’idées. Il a raté sa vocation, il aurait dû être lanceur de créations.

Le style est alerte, tient en éveil. On veut savoir savoir la suite. Non seulement, il invente ou plutôt précède de nouvelles voitures, des associations humanitaires, il fait du sport de combat, il ne dédaigne pas le coup de poing, il fait même part d’une vision politique propre à son héros.

Bref, il n’y a pas le temps de s’ennuyer. Pour les temps de pluie pendant les vacances, vous ne verrez plus que les pages se tourner rapidement.

 

Lisez-le !

.

 

.

L’auteur

Juriste, Guy de Saint-Roch est aussi un écrivain français.

Son style, très agréable à lire, est reconnu par les médias et les lecteurs comme possédant un véritable souffle.

Il pratique avec bonheur tous les styles : romans d’aventures, d’anticipation, d’espionnage et policier. Sciences fiction, histoires érotiques, uchronies politiques, biographies, livres de vie…

Son écriture est précise, percutante et critique.

L’humour sous toutes ses formes est omniprésent.

.

.

Pour en savoir plus sur l’auteur, suivez ce lien :

https://librebonimenteur.net/2017/03/04/jl-a-lecoute-de-guy-de-saint-roch/

.

Vous pouvez le joindre et en savoir plus sur cet auteur à travers son site :

https://www.guydesaintroch.fr/

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

https://jeanlouisriguetecriveur.blogspot.fr

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Jean-Louis RIGUET 12 août 2017

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

JL à l’écoute de … Eric Dubois

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Eric Dubois

.

Eric Dubois

© Frédéric Vignale

.

1/ Qui êtes-vous   (VOS Prénom et NOM) ? Quel est votre parcours ?

Eric Dubois. Je suis poète, auteur d’une vingtaine de livres, blogueur, revuiste en ligne  (Le Capital des mots). Et de temps à autre dessinateur et peintre. Pour me connaître en tant que poète : http://ericdubois.info .

 

2/ Que faisiez-vous avant de peindre ou de sculpter ou parallèlement ?

J’écrivais et j’écris toujours. Je suis avant tout un « poète ». Un poète qui dessine et peint aussi.

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? Quelle est votre passion ?

L’écriture, la poésie. Ma passion c’est la poésie.

 

4/ Qu’attendez-vous de vos admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

J’attends un peu de compréhension. Je suis un autodidacte. Pour le moment, je ne me fais pas vraiment connaître comme peintre mais plutôt comme poète et blogueur. J’utilise donc les blogs, les réseaux sociaux. J’envisage de peindre et de dessiner davantage comme mon modèle Henri Michaux, un des plus grands poètes de langue française au siècle dernier et comme Antonin Artaud aussi. On peut regarder mes dessins, mes peintures, là : https://myspace.com/poete66/mixes/classic-peintures-et-dessins-d-eric-dubois-161683 .

 

5/ Faites-vous des rencontres, des expositions ou des conférences sur vos œuvres

J’ai fait des expos  simples et collectives à la fin des années 90. Puis j’ai laissé tomber dans les années 2000 (tout en continuant à dessiner et à peindre. Je compte reprendre. Je fais aussi de la photo à l’aide d’un smartphone et d’un appareil-photo numérique. Je voudrais faire une expo de mes clichés Instagram et autres selfies. On peut les regarder là : https://instagram.com/ericduboispoete/ .

 

6/ Depuis quand peignez-vous ou sculptez-vous ? Qu’avez-vous déjà peint ou sculpté ?

Depuis 1996. Des dizaines de peintures sur toile, des centaines de peintures et dessins sur papier. Il faut dire que ça vient de ma famille. Mon père, « peintre du dimanche » comme on dit, peint et dessine depuis très longtemps. Ma mère aime faire du modelage. Un de mes frères peint également (connu sous le pseudonyme de Johann Dit One).

 

7/ Quel est votre dernière œuvre ? Pouvez-vous nous en parler ?

Un selfie. Pas grand-chose à en dire

 

8/ Où peut-on se procurer vos œuvres ?

Nulle part. Il faut me contacter.

 

9/ Appartenez-vous ou recommandez-vous d’une école ?

Peut-être de l’Art Brut et du Surréalisme ou du Dadaïsme.

 

10/ Quel est le conseil le plus important que-vous-ayez reçu ?

Je n’en ai pas reçu, si ce n’est de continuer.

 

11/ Que préférez-vous faire comme œuvre ?

?

 

12/ Comment travaillez-vous ? 

Sur place. Dans un atelier, une chambre.

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ?

De moi-même.

 

14/ Avez-vous eu des commandes d’œuvre ?

Non.

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs de peinture ou de sculpture ?

N’écoutez que vous-même. Vous, seul, savez.

 

16/ Quels sont vos peintres préférés ?

Klee, Kandinsky, Van Gogh, Matisse, Picasso, Basquiat.

 

17/ Vos sculpteurs préférés ? ou vos artistes préférés ?

Warhol, Dali, Duchamp  pour avoir su comprendre avant les autres, notre époque et même avant qu’ils ne la connaissent (parce que décédés).

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Pas encore mis à part les selfies.

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Non.

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos expositions ?

Sur mon journal  Les Tribulations d’Eric Dubois  http://ericdubois.net

————-

Le 27/05/2015

Eric Dubois

.

tourbillons 27 09 1999

 

lete aout 2006

 

les-danseurs

 

la gitane août 2006

 

ivresse nov 2006

 

cosmos

 

cosmogenese mars 2000

 

acrylic blues painting

.

Je remercie sincèrement Eric Dubois  d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

Jean-Louis RIGUET 28 mai 2015

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

https://librebonimenteur.wordpress.com/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

http://jeanlouisriguetecriveur.blogspot.fr/

.

 

les tribulations du dernier Sijilmassi, LARAOUI Fouad

Où se trouve la place d’Adam ?

Rêvez Livres

téléchargement   arton1925

  • Broché, 
  • Editeur : JULLIARD (21 août 2014)
  • ISBN-10: 2260021417

L’HISTOIRE

Adam Sijilmassi revenait d’Asie où il avait négocié brillamment la vente de produits chimiques marocains. Alors qu’il survolait la mer d’Andaman, il se posa soudain une question dérangeante :  » Que fais-je ici ?  » Pourquoi était-il transporté dans les airs, à des vitesses hallucinantes, alors que son père et son grand-père, qui avaient passé leur vie dans les plaines des Doukkala, n’avaient jamais dépassé la vitesse d’un cheval au galop ? Ce fut une illumination. Il décida de renoncer à cette vie qui ne lui ressemblait pas, se résolut à ne plus jamais mettre les pieds dans un avion et à changer totalement de mode de vie. Funeste décision ! Arrivé à l’aéroport de Casablanca, il entreprit de rejoindre la ville à pied, ce qui lui valut de rentrer chez lui encadré par deux gendarmes. Dès que sa…

View original post 781 mots de plus