Publié par Laisser un commentaire

JL à l’écoute de … Alexandra DELRUE

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Alexandra DELRUE

.DSC_0117

.

1/ Qui êtes-vous   (VOS Prénom et NOM) ? Quel est votre parcours ?

Alexandra DELRUE. J’ai obtenu un bac Economique et Social à La Ciotat (13), puis une Maîtrise d’archéologie à l’université de Nanterre (92). J’ai travaillé sur les chantiers de fouille du Château de Vincennes et au laboratoire de Villejuif.

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

Je jouais aux cubes à l’école maternelle ! Plus sérieusement, je m’occupais de mes enfants. Je suis devenue bénévole dans diverses associations liées à l’enfance afin d’offrir des divertissements aux camarades de mes petits.

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre passion ?

Rien. J’ai tenté le théâtre durant un temps mais j’ai cru faire mourir les spectateurs d’apoplexie tant ils riaient, ce qui est dommage quand il s’agit d’un drame.

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

J’attends avant tout un partage d’opinion constructive sur mes ouvrages. Pour le moment j’ai limité ma publicité à la presse locale et à quelques salons. J’ai également créé un compte sur Facebook afin de dialoguer avec les lecteurs géographiquement éloignés.

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Oui. Je participe à diverses foires ou salons afin de présenter mon dernier ouvrage.

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

J’ai écrit ma première histoire à l’âge de 8 ans. Durant l’école primaire je me suis consacrée à rédiger des nouvelles fantastiques. Période collège rime avec poésie. Avec le lycée, je me suis attaquée au roman. J’ai même publié un thriller au moment du baccalauréat. Mes études supérieures, ma carrière professionnelle et mes enfants m’ont laissé moins de temps libre et mes écrits sont restés au grenier. A l’approche de la quarantaine, j’ai décidé de retourner vers ma passion.

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

Seconde Chance est un roman sentimental, un peu érotique pour certains lecteurs (quand un homme et une femme se rencontrent, ils ne jouent pas aux cartes). Au premier abord il s’agit de la rencontre entre Catherine, pédiatre, âgée de 40 ans, et Gabriel, instituteur, âgé de 27 ans. Ils vont devoir affronter les médisances et les préjugés de leur entourage (différence d’âge, statut professionnel, rangs sociaux…). J’ai surtout voulu mettre en avant le métier d’instituteur, critiqué et sévèrement puni par les parents, et peut-être méconnu. Mettre en avant aussi la perfidie des gens, la curiosité malsaine que certaines pratiquent sur les autres, sans penser aux conséquences.

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

Sur Amazon, Chapitre, Fnac, Décitre, et dans n’importe quelle librairie.

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? Aux e-book ?

Je ne suis pas passée par la filière habituelle de la société d’édition qui vous dicte ses lois, et se croit le droit de modifier votre ouvrage à sa convenance. Je suis publiée à compte d’éditeur donc je ne risque pas de critiquer. Ces systèmes permettent au plus grand nombre d’écrivains d’être publiés. Tout le monde a enfin sa chance d’être reconnu car le talent en France est immense.

10/ Quel est le conseil le plus important que-vous-ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

N’écoute pas les gens mais suis ton cœur car lui seul te sera fidèle et honnête. Fais tes choix par passion et non raison, car seule celle-ci donne la force d’affronter tous les obstacles (mon professeur d’histoire romaine à l’université d’Aix-en-Provence).

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

Pour le moment, je me suis essayée à la poésie, au roman policier (guère convaincue), au roman sentimental, au témoignage, aux écrits archéologiques, aux guides touristiques axés sur l’histoire et l’architecture, au roman fantastique.

 

12/ Comment écrivez-vous ?

Question pleine d’ambiguïté. Dans un premier temps, je note toutes les idées sur un cahier que je structure en chapitre. Je fais ensuite des recherches sur les lieux, un métier… afin d’apporter plus d’authenticité à mon récit. Je malaxe tout ceci sur mon ordinateur et je l’envoie à diverses personnes pour avis. Je laisse reposer quelques semaines puis je le relie en me mettant dans le rôle du lecteur. Si je parviens à me faire happer par l’histoire alors je publie, sinon fin du parcours dans mon carton « ouvrages à peaufiner ».

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

Facile : dans la vie de tous les jours. Chaque rencontre, chaque moment vécu, chaque phrase entendue chaque image visualisée, peuvent m’apporter l’inspiration. Pour Seconde chance tout est parti d’une phrase prononcée par une maman de l’école de ma fille : « le remplaçant est trop jeune pour enseigner ». De là je me suis interrogée sur le métier de remplaçant.

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

En fait les personnages naissent d’eux-mêmes, quand j’ai besoin. Quand j’écris l’intrigue et qu’un personnage apparaît, j’ai aussitôt le visage de quelqu’un qui vient. Non hélas, les ¾ de mes protagonistes sont des gens réels que je prends plaisir à faire vivre dans un autre univers, le mien. Certains boudent aujourd’hui, d’autres continuent de me parler.

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

Lancez-vous ! Osez ! N’ayez plus peur du regard des autres, de leur opinion. Faites lire vos écrits quel qu’ils soient, voire publiez-les. Nous ne pouvons pas plaire à tout le monde. Le plus important n’est-il pas de se plaire à soi-même ? Si vous êtes fier de votre travail, dites-le.

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

Je suis une grande amatrice de littérature dite populaire. La littérature est censée nous détendre, pas nous déclencher une migraine. J’aime bien J.K Rowling, Marc Levy (ses débuts), Tolkien, Jane Austen, Molière, Helen Fielding, Anne Robillard, Anne Rice, Christopher Paolini, Max Gallo, George R.R. Martin.

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

L’intégrale 5 du Trône de Fer, de George R.R. Martin.

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Toujours. Un nouveau roman sentimental, une revue archéologique et un guide touristique.

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Une séance de dédicace au centre culturel du supermarché Leclerc de Saint-Clément (89). Je serai en visite au salon du livre de Gron le 15 novembre, sur le marché de Noël de Sens le 12 décembre. Si vous me croisez dans la rue, sur le marché ou ailleurs, n’hésitez pas à venir discuter.

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Pour le moment sur Facebook uniquement.

————-

Le  30 octobre 2015

Alexandra DELRUE

.DSC_0121

.

sens

DSC_0047

DSC_0111

.

Je remercie sincèrement Alexandra DELRUE d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Jean-Louis RIGUET 06 novembre 2015

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

Publié par Laisser un commentaire

JL à l’écoute de … Lolita Leblanc

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Lolita Leblanc

.

IMG_9539

.

 

1/ Qui êtes-vous   (VOS Prénom et NOM) ? Quel est votre parcours ?

 Lolita Leblanc/ romancière en devenir…

Ma première parution est sortie en 2012. La rédemption de l’ange.

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

 Je lisais entre 8 à dix briques par semaines. Découvrir la lecture a été et reste l’une des plus grandes richesses qui m’a été donnée. Pourtant, aucun ne partage ma passion dans ma famille. Je mange littéralement les aventures papier depuis que je sais lire.

Au primaire, en première année, je lisais des bouquins de sixième. Les profs ne savaient plus quoi me donner pour satisfaire ma faim. Mon père faisait des pieds et des mains pour me procurer cette nourriture qui m’était nécessaire au point de m’apporter des sacs d’épicerie en papier remplis d’histoires.

 

Le jour où j’ai découvert les bibliothèques municipales, j’étais aux anges. Un temple garni de trésors gratuits.  Dès que j’ai commencé à  emprunter de la lecture, les préposés ont vite décelé ma passion. On me permettait de sortir jusqu’à 12 volumes à la fois. On savait que je passerais vite au travers et que je reviendrais me chercher de quoi me sustenter l’esprit. Puis en vieillissant, si  j’aimais une histoire, je devais me l’acheter pour le relire et le conseiller à mes proches.

 J’adore posséder mes coups de cœurs et ils sont nombreux. À mes yeux, ce sont des compagnons de route. Tous revêtent une importance pour la période où je les ai découverts. Sans honte, je m’attache aux personnages.

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre passion ?

 Les sports, le roller, le ski de fond, le baladi. Tout en  haut de la liste, la boxe demeure mon sport de prédilection, Ma santé ma contrainte à arrêter et choisir une autre source d’entrainement. Hélas ! Même si je reste active, rien n’égale le sentiment d’abandon qu’est la boxe.

J’ai peint un bon moment mais dès que j’ai découvert la plume pour écrire au lieu de celle pour peindre, la création littéraire a englouti mes temps libres. 

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

 Ce que j’apprécie le plus, ce sont les lecteurs qui prennent le temps de m’écrire sur mon site web : www.lolitaleblanc.com . Je lis et conserve tous leurs commentaires. Leurs appréciations m’aident à comprendre et surtout, me motivent à continuer d’écrire. Plusieurs m’ont fait sourire, d’autres m’ont émus et en général, ils m’oxygènent. L’écriture est une passion de solitaire mais une fois le processus achevé, les lecteurs deviennent ma source de jouvences pour ne jamais vieillir, ne jamais m’encrasser dans la facilité. Je cherche à constamment les surprendre ce qui m’oblige à me dépasser. La facilité me condamnerait à disparaitre. Et c’est ce qui risque de m’arriver si ne reste plus personne pour  partager mes voyages imaginaires. D’autant que les miens, je les distribue oralement depuis mon enfance…

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Les salons du livre sont d’excellents lieux de rencontre. Aussi, les événements littéraires. Mais dans ma région, ils ne sont pas nombreux. Donc, je tente par les réseaux sociaux, par le bouche à oreille et parfois par des conférences. Je m’épanouis à me glisser dans le cœur des gens. C’est difficile de se fier sur les maisons d’éditions. Jusqu’ici, je n’ai pas eu le loisir de m’associer avec  une boite dont le réseau publicité m’a épaulé.  Ma dernière éditrice a fait beaucoup avec peu de moyen et je l’en remercie. Toutefois, j’aspire à une maison avec de gros moyens. Mon côté idéaliste, diraient mes proches.

 

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

 Depuis toute petite, m’aspirent des rêves bizarres que je poursuis pendant plusieurs nuits. Pendant longtemps, je croyais que tout le monde avait cette faculté. Et comme, je suis bonne raconteuse, je résumais mes voyages noctambules à mes camarades. Tous les jours, ils me quémandaient la suite. Jusqu’au jour où, j’ai réalisé que poursuivre une histoire dans ses rêves, n’était pas banale. Ça m’a secouée au point où j’ai cessé d’en parler. 

 Puis, en 2002, un rêve qui m’avait particulièrement marqué adolescente m’a revisité. Quatre nuits de suite, j’ai redécouvert ces contrées qui me charmaient et en même temps me terrifiaient, m’hypnotisaient.  Ce rêve se voulait si intense que je ressentais le besoin de coucher ces souvenirs sur papier. En catimini, dès mes moments libres, le voyage onirique emplissait des pages. Jusqu’au jour où mon chum a fini par remarquer des changements chez moi. Il me trouvait mystérieuse. J’ai du lui avouer mon secret. Septique, il ne m’a pas prise au sérieux… du moins, pendant un temps. Enfin, il s’est résigné car ma passion m’a submergé. Je n’arrête pas depuis.

 

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

 Justement ce fameux voyage, cette chevauchée qui où se côtoient notre monde et  un univers parallèle. Des  voyages si fructueux et confortables qu’ils ont généré plus de 1200 pages écrites à la main.

 Rencontrer des monstres, des dragons, fuir devant des créatures mythologiques et d’autres inimaginables, tisser des liens avec des personnages aux talents uniques, m’a ouvert l’esprit et surtout a éveillé mon besoin d’en absorber toujours plus. Telle une drogue, rêver pour transcrire mes voyages fait dorénavant partie de moi. 

Mes escapades oniriques regroupent tous les ingrédients pour transporter les lecteurs au-delà de l’imaginaire. Certains prétendent que mes livres sont des scénarios de films qui séduiraient les amateurs de surnaturel et de fantastique. Alors, impossible de me résigner à couper les liens qui m’unissent à mes univers.

J’ai fini par transférer l’histoire de mon voyage d’adolescence revenue me hanté sur mon ordinateur. Ouf ! Le résultat m’a ébranlé. Trop de pages pour un seul livre. Surtout pour le public visé. Alors, une série jeunesse me sembla la solution. J’ai divisé l’histoire en 5 tomes. Cette saga n’attend que  la boite prête à la publier.  

Résumé de l’histoire : des personnalités de milieux différents se retrouveront lors d’une compétition sportive. Puis, ils découvriront alors qu’ils ne se connaissent pas, qu’une fille hante leur sommeil et que celle-ci est bien réelle. Elle leur révélera une quête, une mission de la plus haute importance pour l’humanité. Avec vigueur, elle devra les convaincre d’unir leurs forces pour remettre une déesse dans le berceau de l’humanité. Pour cela, ils devront traverser un portail vers une époque sans technologie. Terminé le confort, la facilité et la sécurité, le qui-vive deviendra leur quotidien et rien ne pourra les préparer aux terribles épreuves qu’ils devront affronter.

 Pour avoir questionné mes lecteurs attitrés, je sais que chacun se reconnait dans mes héros ou sinon, aimerait leur ressembler.

Mon comité me questionne sur une suite possible de cette série jeunesse et surtout, s’interroge à savoir pourquoi ma série n’est toujours pas sur les tablettes des librairies ? S’ils savaient comment l’univers des maisons d’édition est complexe… peu sont appelé. À moins de frapper à la bonne porte… au bon moment ou encore de porter un nom déjà reconnu, les opportunités se trouvent difficilement.

Ma consolation et ma persévérance m’ont permis de gouter à l’univers des écrivains. Comme ce monde, ma fascine depuis mon enfance, je finirai par y faire ma place.

 

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

 Pour l’heure, c’est compliqué. La rédemption de l’ange qui a reçu un accueil incroyable n’est plus disponible car les éditions JKA ont fait faillite. Ceux qui l’ont lu me réclament la suite mais comment offrir une suite si le premier volet est introuvable. Je travaille tout de même sur la suite. Je vous recommande de survoler les commentaires des lecteurs sur mon site web : www.lolitaleblanc.com, section, livre d’or.

Mon second titre : Parfum d’enfance … miel pour salauds est aux éditions de l’interdit mais je crois que la version électronique uniquement est disponible.

 J’ai 4 recueils de pensées. Ces derniers sont nés de petits mots qui jaillissent dans mon quotidien.  Le petit mot de Loli  se retrouve sur mon facebook, sur twitter et sur mon blogue : https://lolitaleblanc.wordpress.com/. Un éditeur a aimé, a eu envie de les publier et quatre volumes ont vu le jour. Malheureusement, ils ne sont plus disponibles toutefois, il me reste quelques exemplaires.

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? Aux e-book ?

E-book est dans l’air avec un éditeur. Nous en sommes aux pourparlers.

 Comme je travaille à temps complet, je ne peux me permettre de m’investir autant que j’aimerais dans l’écriture. Toutefois, si un jour, un de mes romans m’ouvre la voie, monte en flèche et me permet de vivre de ma folie, je reconsidérerai cette possibilité.

Même si j’adore mon métier de création  en design d’intérieur et en tant que cuisiniste professionnelle, l’écriture me nourrit plus sereinement. C’est viscéral et surtout, cette bulle m’oxygène. Les mots ont une saveur d’épanouissement plus intense sous la plume d’une écrivaine que sous celle d’une designer.

 

10/ Quel est le conseil le plus important que-vous-ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

 Ne te laisse éteindre par personne car ta flamme allume celle de bien d’autres.

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

 Incontestablement du roman…

 

12/ Comment écrivez-vous ? 

Devant un écran fut un long processus d’adaptation. Avant j’étais incapable de composer sur l’ordinateur. Aujourd’hui, le clavier et moi sommes très amis… Pour parvenir à un résultat, je me laisse habiter par mes personnages. Que ce soit le pire salaud de notre espèce ou la victime, tous ont une valeur égale à mes yeux.

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

 La nuit, dans mes rêves. Ce sont mes plus beaux voyages. De là-bas, je peux tout visiter, tout créer et surtout, croiser des héros incroyables qui deviennent de véritables amis à mes yeux. Leur faiblesse m’émeut. Leur courage construit le mien et leurs secrets deviennent prétextes à construire mes histoires.

 

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

Mes personnages mènent la barque. Je ne sais pas combien de fois, je croyais voguer dans une direction mais dès que je m’endormais, les coquins m’amenaient ailleurs. Volontiers, je leur laisse l’aviron car jusqu’ici, ils ne m’ont jamais déçue. Sauf que pour la conclusion, ils refusent de me tenir  la main. Comme s’ils me laissent le champ libre pour que je me dépasse.  Et j’avoue que souvent, leur présence manque à mon courage.

Privée de leur présence, j’apprends à me faire confiance même si indubitablement, mes histoires se terminent toujours avec un possible autre voyage en leur compagnie. À croire que je refuse de couper les ponts avec ces amis imaginaires.

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

Armez-vous de patience et ne laisser personne vous dire que vous perdez votre temps. Car justement, il s’agit du vôtre et il vous appartient de choisir comment le dépenser.

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

 Ma liste risque d’être longue. Tolkien, David Edding, Anne Rice, Martin Michaud, Mylène Gilbert Dumas, Annie Tremblay, Margaret Reis, J. P. Auel, Kathy Reis, Marcel Dumas… impossible de tous les nommer, je devrais écrire sur 10 pages.

O.J. Mandino dans la commission Christ. Un vieux livre qui m’a révélé combien les mystères m’interpellaient.

Un auteur capte mon intérêt s’il nourrit mon imaginaire, s’il me surprend, me donne une leçon de vie et surtout, s’il m’entraine dans le passé, En résumé, j’adore ce qui touche à l’histoire. Un moyen de voyager dans le temps.

 

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

 Le journal d’un vampire, la série. Je l’ai reçu en cadeau.

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

 Le tome deux de la rédemption de l’ange et un autre thriller surnaturel. Toujours dans le roman. Ce dernier est presque terminé.  Et comme vous devez vous en doutez, il aura une suite, peut-être deux si le public embarque. Les lecteurs de mon comité m’en veulent è mort car ils ont lu ce qui est écris et se morfondent pour la conclusion. Ce que je ne leur donne jamais avant la parution officielle.

 

– Ben quoi ! Je dois conserver quelques secrets pour les garder en haleine.

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

J’aimerais bien … pas pour le moment.

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

 Facebook , mon site web, twitter.

————-

Le  31 octobre 2014.

Lolita Leblanc

.

IMG_9539

.

images[3] (2)

.

images[3]

.

Je remercie sincèrement Lolita Leblanc  d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Jean-Louis RIGUET 24 novembre 2014

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://librebonimenteur.net/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

http://www.riguetauteurlivres.com/

http://riguet-jean-louis.e-monsite.com/

.