De 7 à 77 ans, de Franck Buirod, Théâtre du Funambule

De 7 à 77 ans

Pièce de Franck Buirod

Théâtre du Funambule

53 rue des Saules à 75018 PARIS

.

Quand un petit-fils et son grand-père se rencontrent vraiment

.

.

Les séances ont lieu le samedi à 17 h 30, le dimanche à 16 h 00, le lundi à 21 h 00 et le mardi à 19 h 30.

Réservez sur :    www.funambule-montmartre.com

ou par téléphone : 01 42 23 88 83

.

Le sujet :

Quand un petit-fils privé de son smartphone adoré passe une semaine avec son grand-père bien-aimé, on assiste à une comédie très sentimentale !

Le déroulé :

Franck entretient depuis sa plus tendre enfance une relation épistolaire avec son grand-père Denis. Ce dernier aimerait bien que son unique petit-fils vienne lui rendre visite.

C’est un jour chose faite, mais le choc des générations ne tarde pas à produire ses effets.

Franck est rivé à son téléphone portable et on s’imagine que le séjour va être un enfer pour les deux.

Le grand-père propose alors un deal à son petit-fils qui l’accepte : Franck est privé de son téléphone pour une semaine.

Ce séjour ne sera pas qu’une simple partie de pêche. Les échanges fusent, tout y passe : la transmission, la fin de vie, les doutes de la jeunesse, l’amour, le sexe, les relations humaines…

Franck était venu récupérer 100 euros, il repartira avec une bien plus grande richesse et une maturité salvatrice.

.

Les faiseux :

Cette comédie « très très » sentimentale est de Franck Buirod, avec une mise en scène de Serge Bonafous et une musique originale de Xavier de Beukelaer.

Les interprètes sont Franck Buirod qui joue Franck et Denis Obitz qui joue Denis. Ce dernier alterne avec Didier Forest.

.

.

J’ai vu et adoré la pièce. Celle-ci reflète bien la période actuelle. Il y a une grande nostalgie dans ce monument et l’on pourrait penser que l’auteur est le plus vieux, mais que nenni, c’est l’inverse.

Le décor est spartiate et donne tout son relief au texte à en devenir une image actuelle. A la question « peut-on vivre sans téléphone ? » Franck Buirod apporte une réponse qu’il faut découvrir. Pour ma part, je pense que « oui » l’on peut se passer de téléphone, ne serait-ce que pour reposer son cerveau et prendre conscience des autres choses qui sont tout aussi importantes que de savoir où l’on se trouve. Et pourtant, moi aussi, je succombe à cette magie !

.

Cette pièce est très émouvante et touchante. Les interprètes sont excellents. Un tendre papy et un petit-fils pas si dévergondé que cela. La délicatesse du sujet est impressionnante pour un auteur si jeune. Une opposition réussie entre un grand-père en fin de vie et un petit-fils en construction en quête de bonheur comme tout un chacun. Un ton juste. Une affection pudique. Une sensibilité légère.
Un jeu sensible, touchant, merveilleux, naturel.
Un vrai bonheur pour un agréable moment de théâtre, plein de tendresse.
Je vous recommande cette pièce qui m’apparaît être d’une vraie justesse de ton.

.

Pour en savoir plus sur Franck Buirod :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Franck_Buirod

Plusieurs articles sur ce blog concernent Franck Buirod.

Voici ce que dit Franck Buirod de Denis Obitz :

Je joue ma nouvelle pièce de théâtre « De 7 à 77 ans »  avec un comédien une pièce que j’ai spécialement écrite pour lui. J’ai une affection inconditionnelle envers Denis Obitz, c’est un véritable plaisir de partager ces moments-là avec lui.

Pour en savoir plus sur Didier Forest :

https://didierforest.book.fr/

 

 

 

 

.

 

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

https://jeanlouisriguetecriveur.blogspot.fr/

.

© Jean-Louis RIGUET 26 octobre 2017

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

JL à l’écoute de … Jean-Luc Dousset

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Jean-Luc Dousset

.

.

1/ Qui êtes-vous ? Quel est votre parcours ?

Jean-Luc Dousset

Né le 25 août 1965 à Toulouse Mort le ?? ?? à ???

Pas encore marié, mais peut-on désespérer ou… espérer… Pas d’enfants, mais peut-on espérer… ou désespérer.

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

DEA (Bac +5) d’Histoire à Toulouse et Montpellier, puis l’école de journalisme « Nouvelles » à Nice.

Un stage à l’Express, un métier de journaliste au Médecin du Midi, à La Dépêche du Midi et à Centre presse, et un tournant vers l’activité d’écriveur (pour reprendre ce joli terme).

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre autre passion ?

Je pratique le yoga et la méditation, qui révèle de l’art, comme seuls sports. Je n’affectionne pas le Sport !!

Aime le théâtre, la lecture et l’absurde !

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

Admirateurs ??? Qu’est-ce que c’est ? Lecteurs ??? Il y en a !!! Pas assez nombreux, il est difficile de faire connaître ses écrits

Je suis heureux lorsque mes personnages oubliés suscitent l’enthousiasme !

Je fréquente quelques salons, dont celui de Mazamet où j’ai eu la très grande joie de faire la connaissance, grâce à un ami cher Philippe de Riemaecker, d’un certain Jean-Louis Riguet !! Un homme de cœur ! Et où j’ai eu le plaisir de recevoir cette année (2017) le Prix Conseil Régional Occitanie pour Ferdinand le débile.

Je me promène un peu sur les réseaux sociaux, me balade sur quelques blogs !

J’ai eu la chance en 2016 de participer au Salon du livre d’Histoire de Bruxelles et j’y serais présent pour l’édition 2017.

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Non, pas eu trop l’occasion de ces interventions, mais si jamais des offres venaient… N’hésitez pas !!!

 

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

Déjà quatre ans… Le temps… Je ne le vois pas passer…

 

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

Ferdinand ou le débile, ou l’histoire d’un Empereur d’Autriche, roi de Hongrie… accablé de tares liées à la consanguinité des Habsbourg, manipulé par Metternich, qui a abdiqué pour son neveu François-Joseph le mari de Sissi. Le parcours d’un homme émouvant injustement « oublié » pour ne pas dire caché !

 

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

Par internet, Amazon, Fnac… sur le site des Éditions Jeanne d’Arc… Ou en commande chez son libraire.

https://www.eja-editions.com/fiche-produit.php?id_produit=181

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? À l’e-book ?

Méfiance ! Souvent des « marchands de rêves » qui profitent du fantasme lié à l’écriture et de posséder un livre à son nom…

 

10/ Quel est le conseil le plus important que vous ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

Je ne m’en souviens plus !

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

Des biographies ! Pas d’autobiographie ! Bien que ce soit à la mode !

 

12/ Comment écrivez-vous ?

Avec les doigts… Et beaucoup de patience pour se documenter…

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

Le hasard ! Il fait parfois… Pour mon petit dernier, Ferdinand le débile, en 2016 était commémorée la mort de l’Empereur François-Joseph. Je me suis demandé qui était sur le trône d’Autriche avant lui… ET c’était Ferdinand !

 

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

Pour l’instant, ils sont bien réels, je tiens seulement à les évoquer, raconter leur existence romanesque dans les conditions du roman. Mais tout ce qui est écrit est véridique. Les narrateurs sont fictifs…

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

Persévérer…

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

Les classiques, puis, un faible pour Maurice Leblanc et la série des Arsène Lupin… et TINTIN !!

 

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

L’intégrale de Fantomas (collection Bouquins) de Pierre Souvestre et Marcel Allain paru en feuilleton dans les années 1913…et n’a rien à voir avec les films avec Louis de Funès.

Je relis Jean Teulé « Je, François Villon ».

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Je finis l’écriture de ma prochaine biographie consacrée à un autre personnage méconnu ! Il s’agit d’un Toulousain ! Marius Cazeneuve… Patience…

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Le 3 juillet, je serais au Salon de Mirepoix dans l’Ariège. Puis été calme… mais vous pouvez lire Philibert, Campana, Ferdinand tranquillement et me laisser vos commentaires.

 

En octobre, le 8 à Buzet sur Baïse, le 15 octobre en Belgique, tout près de Bruxelles au Château de la Hulpe, le dernier week-end d’octobre au Salon des Gourmets de lettres à Toulouse.

Et le 1er week-end de décembre au Salon du livre d’Histoire de Bruxelles !

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Sur Facebook, ou en me laissant vos coordonnées sur mon mail…

jeanluc.dousset@free.fr

————-

Le 7 juin 2017

Jean-Luc Dousset

.

.

 

 

.

Je remercie sincèrement Jean-Luc Dousset d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, sculpteur, peintre, photographe, acteur, comédien, théâtreux, styliste, musicien, chanteur, colleur de papiers, en un mot artiste  sans discrimination de l’art pratiqué,

si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site est ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

Chaque chronique est ensuite partagée sur Facebook, Twitter, Linkedin, Google+, Pinterest et parfois Tumblr.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

https://lecriveurjeanlouisriguet.blogspot.fr/

.

© Jean-Louis RIGUET 17 juin 2017

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

JL à l’écoute de … Franck Buirod

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Franck Buirod

.

.

1/ Qui êtes-vous ? Quel est votre parcours ?

Franck Buirod.

Je viens de publier mon premier roman aux éditions « In Octavo » et suis en représentation de ma nouvelle création théâtrale « De 7 à 77 ans » au théâtre du Funambule Montmartre.

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

J’ai arrêté l’école très jeune (16 ans en 4e) ; de ce fait j’ai passé beaucoup de temps à vagabonder… m’ennuyer… j’ai commencé à m’instruire un minimum, en lisant des livres, en allant au théâtre.

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre autre passion ?

Mes passions sont le théâtre, le cinéma, et (rien à voir) le foot. J’ai joué au PSG jusqu’à mes 17 ans.

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

Je suis toujours très touché par la curiosité qu’ont les gens de découvrir ce que je crée. Je communique essentiellement sur les réseaux sociaux.

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Non, cela ne s’est encore jamais produit.

 

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

J’écris depuis mes 20 ans. Au départ c’était des sketches pour la troupe de Pierre Palmade puis un court-métrage, des pièces de théâtre et maintenant ce roman « Mine de rien ».

 

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

C’est donc mon premier roman (et j’espère que ce n’est pas mon dernier). D’ailleurs merci pour le retour que vous en avez fait sur votre site.

 

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

Sur le site de la maison d’édition http://www.inoctavo-editions.com/livre-196-mine-de-rien et bien sûr le site de la FNAC.

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? À l’e-book ?

Je n’ai pas compris la question 9…

 

10/ Quel est le conseil le plus important que vous ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

D’écrire comme je parle.

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

Au théâtre : des comédies en livre : des histoires vraies, réalistes et sensibles.

 

12/ Comment écrivez-vous ?

Avec un papier et un stylo.

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

Je m’inspire de ce que je ressens.

 

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

Je m’inspire toujours de ce que je vois dans la vie.

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

D’y croire et de faire. De ne jamais avoir peur de l’échec.

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

Clélie Avit. Je la cite elle car je viens de découvrir son roman « Je suis là ».

 

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

Clélie Avit.

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Oui, encore une pièce de théâtre et le festival du court-métrage que j’organise chaque année à Bougival (78).

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Les lundis 21 h 00 et mardis 19 h 30 au théâtre du Funambule Montmartre pour ma pièce « De 7 à 77 ans ».Aucun texte alternatif disponible.

http://www.funambule-montmartre.com/de-7-a-77-ans/

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

L’image contient peut-être : une personne ou plus, nuit et concertSur ma page Facebook Franck Buirod

https://www.facebook.com/franck.buirod

————-

Le 10 avril 2017

Franck Buirod

 

.

.

.

Je remercie sincèrement Franck Buirod d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, sculpteur, peintre, photographe, acteur, comédien, théâtreux, styliste, musicien, chanteur, colleur de papiers, en un mot artiste  sans discrimination de l’art pratiqué,

si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site est ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

Chaque chronique est ensuite partagée sur Facebook, Twitter, Linkedin, Google+, Pinterest et parfois Tumblr.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

https://lecriveurjeanlouisriguet.blogspot.fr/

.

© Jean-Louis RIGUET 12 avril 2017

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et Membre de la Maison de l’Êcrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

MINE DE RIEN, Franck Buirod

MINE DE RIEN

Franck Buirod

Roman

 

 

IN OCTAVO éditions

128 pages – Octobre 2016 – Prix 15 €

ISBN 978-2-84878-217-1

http://www.inoctavo-editions.com/

.

 
 .

En quatrième de couverture, l’éditeur nous indique ce qui suit :

Une famille recomposée : la mère, sa fille et le beau-père, un célèbre romancier à succès.
Vient s’ajouter à ce trio Lise personnage ambigu du dernier roman d’Alain. Jusqu’au jour, où …
Une histoire d’amour qui se noue entre le beau-père et sa belle-fille. Une histoire d’amour qui ne se résume pas seulement à cette apparente immoralité.
Jalousies, mensonges, culpabilités et secrets s’invitent dans toutes les interactions sentimentales des personnages.
Un regard sans jugement sur le faux pas toujours possible, sur le pardon aussi, en tout cas une histoire qui ne peut laisser indifférent.
Extrait :

…Il existe une véritable complicité entre Alain et Marine qui vient maintenant le rejoindre dans la cuisine.
La tête entourée d’une serviette, elle discute avec lui tout en se séchant mécaniquement les cheveux.
Alain l’a connue très jeune, avant même qu’elle ne prononce ses premiers mots. Il n’a jamais véritablement remplacé son père décédé tragiquement lors d’une compétition d’équitation. Mais il y a toujours eu beaucoup de respect entre eux deux et la conscience claire de la place de chacun dans ce trio recomposé. Marine est la fille de Brigitte et Alain est l’homme de Brigitte.
La vie est ainsi faite et Marine a pleinement accepté cette situation. Force est de reconnaître qu’elle est d’une admirable intelligence et d’une rare élégance pour une adolescente d’à peine dix-sept ans…

 

.

 

.

http://www.inoctavo-editions.com/livre-196-mine-de-rien

.

Ce que j’en pense :

Ce livre est court, certes. Il ne traite pas longuement de la relation entre le beau-père et la belle-fille, certes. Mais pour moi, l’essentiel a été dit. Il relate les sentiments d’interdit ressentis par les personnages.

L’on peut regretter que telle ou telle facette de l’intrigue n’ait pas été approfondie. Mais est-ce nécessaire au final ? L’immoralité est bien campée. Peut-être qu’un développement plus long aurait abouti à du « patos ». A moins que certains lecteurs voudraient y trouver une réponse à leurs propres problèmes, ce qui n’était pas le sujet de ce livre.

Pour moi l’écriture est fluide. J’ai bien aimé la construction du texte et surtout la fin à laquelle je ne m’attendais pas.

Pour un premier roman, je trouve que l’auteur ne s’en est pas si mal sorti. Nul doute qu’il en écrira un second plus nourri.

.

Quelques mots sur l’auteur :

La quatrième de couverture nous explique que Franck Buirod a l’insolence de sa jeunesse et le goût des premières fois. Inspiré par l’amitié qui le liait à Guillaume Depardieu, il fait ses premiers pas aux cours Florent. Le théâtre bien sûr, si formateur, s’impose à lui avec sa suite logique, le cinéma. Il intègre à 21 ans la troupe de Pierre Palmade, où il écrit ses premiers sketchs.

En 2013, il réalise son premier court métrage « Train de nuit ».

En 2014, il écrit sa première pièce de théâtre « Le bistro du village », évoquant son enfance dans ce lieu si particulier, entouré des siens et des habitués du bar.

Il crée enfin en 2016 le premier festival de courts métrages de Bougival.

Lui vient alors l’envie d’écrire ce premier roman qu’il vous présente aujourd’hui.

S’il n’était pas fait pour les études, il est, à n’en pas douter, doué pour les arts et il se construit pas à pas dans la pratique de ces derniers.

Brillant touche-à-tout, mine de rien … il avance !

.

Franck Buirod est comédien, metteur en scène. Il est originaire de Bougival.

Pour en savoir plus, suivez ce lien :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Franck_Buirod

 

.

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

https://lecriveurjeanlouisriguet.blogspot.fr/

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Jean-Louis RIGUET 25 mars 2017

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et Membre de la Maison de l’écrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

JL à l’écoute de … Jean-Daniel TEMPLIER

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Jean-Daniel TEMPLIER

.

.

1/ Qui êtes-vous ? Quel est votre parcours ?

De mon nom de plume, Jean-Daniel Templier. Comme auteur, je suis né en 2010, lorsque je terminais mon premier livre, un livre intimiste sur mes expériences arctiques.

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

Je suis menuisier de formation. J’ai quitté le métier et aujourd’hui en dehors de l’écriture, je suis agent de la fonction publique au sein d’une collectivité… Ou lala j’entends déjà les sarcasmes !! J

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre autre passion ?

Le théâtre ? J’ai une profonde admiration pour les gens de théâtre, je pense souvent à certains de mes amis (es) qui vivent de cet art, et je suis à chaque fois ébahi par leur performance.

Malheureusement, je n’y suis pas encore bien préparé, pas du tout même (rires)… Je me suis rapproché de l’écriture justement parce qu’il est plus facile de m’exprimer ainsi… Il m’est arrivé de faire quelques conférences, notamment durant mon engagement au sein d’une organisation écologique ou plus récemment pour parler de mon livre sur le don d’organes, mais avec à chaque fois trop de pression… Je vais travailler là-dessus, car j’aime être à la rencontre du public…

Pour le reste, j’aime la photographie que je pratique de temps en temps, m’attardant sur telle ou telle pose, cherchant l’angle de champ idéal, je prends le temps d’observer, faire de l’instantané, arrêter le temps…

Je me suis essayé il y a quelques années à la peinture et lorsque je disposerai d’un peu plus de temps et de talent, (j’y travaille également (rires)), je continuerai dans cette direction, la peinture abstraite me tente, et parallèlement à l’écriture. Il y a tant de choses à dire à travers une toile ou un dessin que les mots deviennent parfois inutiles…

Mes autres passions ? Le monde arctique bien évidemment, le pays d’en haut qu’il est impossible d’oublier de par sa beauté mais l’organisation d’une expédition telle que je la conçois actuellement, m’est inaccessible au jour d’aujourd’hui, financièrement parlant… Un jour viendra je l’espère…

Je pratique le kayak, quand je dis kayak, celui de mer, celui qui me permet de faire du rase-cailloux, de jouer avec le vent et les marées, de surfer parfois sur de fortes vagues en fin de journée lorsque le soleil se couche, ça, c’est vraiment le pied… C’est mon kiné qui va être content de lire ça !! Attention au dos (rire) !!

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

Je fais la promotion de mes livres comme de nombreux auteurs, via les réseaux sociaux, mais également sur mon site ainsi que lors de dédicaces. Je suis très attentif aux critiques, des bonnes ou des mauvaises de mes lecteurs, et les invite à mettre leurs commentaires sur mon site.

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages?

C’est toujours un bonheur de rencontrer les lecteurs. Ma première dédicace s’est faite dans un bureau de tabac. Ce jour-là, j’y ai vendu mon premier livre calé entre les cartes postales, les bulletins de pronostic du PMU, et les rubriques de faits divers, et je vous assure, que ce fut un moment très agréable, au plus proche du public. Depuis, et avec mes autres ouvrages, je participe à différents salons du livre. Dernièrement une radio locale, Radio Web passion, m’a invité à parler de mon dernier livre, juste avant de faire une dédicace, c’était très sympa de leur part. Là je suis à la recherche de lieux insolites pour y effectuer de prochaines rencontres.

 

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

J’écris depuis ma plus tendre enfance. J’ai retrouvé, lors de mon dernier déménagement, cachés sous une pile de dossiers, des poèmes écrits alors que je devais avoir 12, 14 ans, jamais publiés, des écrits qui peuvent aujourd’hui me faire sourire, mais que je garde précieusement… Mais plus sérieusement j’écris depuis 2010 comme je l’ai dit plus haut.

Du coup, je me considère comme un « jeune » auteur de 51 ans, et des projets plein la tête, ou plus exactement comme un chercheur de mots, c’est plutôt sympa de se dire qu’il y a encore de nombreux sujets à développer… J’essaie de sortir un livre tous les deux ans et si je fais le calcul, ce qui n’est pas trop difficile, j’en suis à quatre livres aujourd’hui, mais qu’importe le nombre, ce n’est pas le nombre de livres qui donne de l’importance à l’auteur, mais des mots qui en ressortent :

– « Arktika ma maison », en autoédition en 2010.

– « Les Rives du Loup » en autoédition en 2012

– « Partage du Cœur » aux éditions EANNA/CRES en 2014 : ce livre, j’en suis l’initiateur mais je l’ai coécrit avec d’autres auteurs, des dessinateurs, des personnalités du monde du spectacle, des patients, des médecins et professeurs pour parler au mieux du don d’organes. Je suis très fier de cette réalisation et de la qualité du livre, dont l’intégralité des droits et recettes est reversée à l’association ADICARE du Professeur Christian CABROL.

 

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

« GOODBYE Sentinelle »

Pour sauver la planète, il faut être prêt à mourir pour elle

Ce dernier livre date de mars 2016.

À sa sortie, un article fut publié sur la Rép, avec en titre « Goodbye sentinelle », un thriller écologique.

J’aime bien cette définition de thriller écologique, ce qui me fait penser et croire aussi, que l’exercice est réussi et que le message est finalement bien passé et bien perçu par mes lecteurs à en voir les commentaires laissés sur mon site. Le personnage principal du livre se dévoile, se confit sur les périodes sombres de son passé, alors qu’il était activiste pour le compte d’une organisation éco-terroriste. Je n’en dis pas plus, mais je vous invite à consulter mon site pour en connaître davantage…

 

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

En les commandant directement sur le site, parfois en librairie, mais également en venant à ma rencontre lorsque je suis en dédicaces.

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? À l’e-book ?

Très honnêtement ? Je ne suis pas partisan de cette méthode de publication je ne fais aucune confiance à ce type d’« édition » qu’est l’édition à compte d’auteur. À mon sens, ce n’est qu’une pure arnaque. À défaut d’être édité chez un éditeur digne de ce nom, je préfère autant faire relire mes écrits à des personnes très compétentes et de confiance et remettre une fois le tapuscrit revu et corrigé, à l’imprimeur directement et passer commande ensuite.

 

10/ Quel est le conseil le plus important que vous ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

De garder la foi en nos projets et de persévérer, cela paie toujours un jour ou l’autre.

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

Je lis et écris des romans, essais et biographies. Je n’ai pas de préférence à proprement parler de lecture ou d’écriture, non, je lis le synopsis d’un livre pour voir si le sujet m’intéresse, je parcours quelques lignes principalement la page 99 de chaque livre. Selon l’auteur anglais Ford Madox Ford c’est à cette page fatidique que se révèle la qualité d’un livre, et le rythme de l’ouvrage. Je n’en fais pas une règle, mais je trouve la méthode très efficace pour l’avoir constaté à plusieurs reprises…

 

12/ Comment écrivez-vous ?

Dès que quelque chose me vient en tête, qu’importent le moment et le lieu, j’écris, je prends des notes selon le moment opportun, mais principalement devant mon ordinateur, c’est bien plus confortable, c’est moi, un gaucher, qui vous le dis (rires).

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

L’inspiration, c’est comme la respiration sans mauvais jeux de mots. Il faut faire, apprendre, écouter, lire, se bouger, s’oxygéner, voyager et surtout faire des recherches pour être au plus près de la réalité, c’est comme cela que je travaille, mais je suis également à l’écoute des faits divers… Ne dit-on pas que l’appétit vient en mangeant ? C’est la même chose pour l’écriture…

 

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

Le sujet, c’est le sujet le plus important, je peux passer des mois à y réfléchir avant de construire autour, un ensemble de personnages. Dans la plupart des cas, mes personnages sont imaginaires, mais je m’inspire le plus librement possible de personnes rencontrées à un moment de ma vie, et qui méritent une place dans chacun de mes livres.

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

Il serait trop prétentieux de ma part de donner le moindre conseil d’écriture, me considérant plus comme un chercheur de mots qu’écrivain reconnu en tant que tel, juste peut-être de ne pas mettre trop de fioritures dans ses écrits, et, ce qui compte le plus, de garder le désir, se faire plaisir, de garder cette envie, mais tout en pensant au final au lecteur, se faire plaisir, mais surtout donner du plaisir aux autres.

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

Il y en a tellement, je pense bien évidemment à Hugo et Zola, Duras, Colette, Sand, Camus, mais également à Houellebecq, Sorj Chalandon, C.J Box…

 

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

« Le syndrome du bocal » de Claude Pinault, un livre de 2009, je ne l’avais encore jamais lu, bien évidemment entendu parler, et que je trouve très touchant, très bien écrit, clash par moments, mais l’auteur a écrit avec son cœur, ses tripes. C’est précis, sans artifice, comme j’aime, vraiment très touchant !

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Oui, en fait je retravaille « Les rives du loup », sur sa mise en page et la couverture qui sera plus aérienne. Mais également sur un autre roman qui devrait sortir courant 2018 et sur un livre de nouvelles.

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Je serai le 9 avril au salon de l’art et du livre de la Chapelle-Saint-Mesmin et très certainement fin juin en signature sur Marseille. Les dates viennent au fur et à mesure…

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Sur mon site : http://www.jeandanieltemplierauteur.weonea.com et sur les réseaux sociaux tels que Facebook, Tweeter, ou LinkedIn

————-

Le 22 mars 2017.

Jean-Daniel TEMPLIER

.

 

 

 

 

 

 

 

.

 

 

.

.

Je remercie sincèrement Jean-Daniel TEMPLIER d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, sculpteur, peintre, photographe, acteur, comédien, théâtreux, styliste, musicien, chanteur, colleur de papiers, en un mot artiste  sans discrimination de l’art pratiqué,

si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site est ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

Chaque chronique est ensuite partagée sur Facebook, Twitter, Linkedin, Google+, Pinterest et parfois Tumblr.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

https://lecriveurjeanlouisriguet.blogspot.fr/

.

© Jean-Louis RIGUET 24 mars 2017

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et Membre de la Maison de l’Êcrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

JL à l’écoute de … Corine Fontrel

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Corine Fontrel

.

10245552_1439987696245462_4590753416452879099_n

 

.

1/ Qui êtes-vous ? Quel est votre parcours ?

Corine Fontrel, enseignante spécialisée.

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

Avant d’écrire, j’étais une enfant grosse lectrice. J’ai commencé à envoyer des nouvelles à des concours et j’en ai gagné quelques-uns ; cela m’a encouragée.

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre autre passion ?

Cinéma et théâtre, tout le reste m’emmerde.

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

Je tente de vendre mes livres dans des salons, des bibliothèques et même dans les centres culturels Leclerc, mais ça ne marche pas car je ne suis pas Katherine Pancoll ou Amélie Nothomb.

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Des rencontres, tout le temps !

 

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

J’écris depuis l’âge de 12 ans, mais, après des périodes de latence, trois ouvrages ont été publiés.

 

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

Il s’agit d’Angles morts, un recueil de nouvelles, qui, comme on peut le deviner avec le titre, parle de ce qui ne se voit pas, ne se dit pas, reste dans l’angle mort. C’est à ça que ça sert la fiction, montrer ce qui ne se voit pas.

 

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

Sur le site de l’éditeur, Prem’Edit 77 :

http://www.prem-edit.com/accueil/boutique-angles-morts/

 

Ou le commander en librairie.

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? À l’e-book ?

Jamais de compte d’auteur. Il doit y avoir une présélection et un engagement de l’éditeur, sinon, comment savoir ce que valent vos livres ?

 

10/ Quel est le conseil le plus important que vous ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

La phrase d’Hemingway aux jeunes auteurs : soyez amoureux.

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

Je préfère lire des romans, longs de préférence, mais écrire des nouvelles.

 

12/ Comment écrivez-vous ?

Avec un stylo-plume Lamy.

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

J’ai parfois un projet de nouvelle sur un thème précis mais le plus souvent c’est au fil du stylo.

 

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

Un mélange de connu et d’inventé, rien ne s’invente tout à fait.

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

Ne cherchez pas à vous expliquer, tenez votre lecteur pour un être libre et intelligent.

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

Choderlos de Laclos, W Faulkner, Joyce Carol Oates, Régis Jauffret, Romain Gary et tant d’autres !

 

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

Olive Kittridge d’Elizabeth Strout.

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Je travaille sur l’écriture dramaturgique.

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Le 15 août 2016, un Salon du livre à Chaintreaux et un spectacle dont j’ai fait la mise en scène en octobre et novembre dont le titre est C’est tout ce qu’on est ?

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Sur le site Babelio

http://www.babelio.com/auteur/Corine-Fontrel/394402/critiques

 

Et sur le site de mon éditeur Prem’Edit

http://www.prem-edit.com/accueil/boutique-angles-morts/

————-

Corine Fontrel

Le 11 août 2016

.

anglesmorts_rectoWEB

 

.

 

filledebabylone_RECTOHDfilledebabylone_VERSOWEB

 

.

 

Procès du sang contaminé

Au procès du sang contaminé, la Belle Au Bois Dormant a témoigné :

L’aiguille qui l’a piquée le jour de ses quinze ans était contaminée !

À son réveil cent ans plus tard, son taux de lymphocytes avait dangereusement chuté. Elle lutte depuis contre la maladie.

Elle ne réclame aucune tête mais demande que soit effectué systématiquement et gratuitement un test de dépistage sur les Belles Au Bois Dormant.

 

.

 

10153209_690142454360911_216517435_n

.

 

fin 2014 007

.

Je remercie sincèrement Corine Fontrel d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, sculpteur, peintre, photographe, acteur, comédien, théâtreux, styliste, musicien, chanteur, colleur de papiers, en un mot artiste  sans discrimination de l’art pratiqué,

si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

Chaque chronique est ensuite partagée sur Facebook, Twitter, Linkedin, Google+, Pinterest et parfois Tumblr.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Jean-Louis RIGUET 12 août 2016

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et Membre de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

JL à l’écoute de … Ariane Bois

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Ariane Bois

.BERNAY-Sortie-du-4e-livre-dAriane-Bois

.

1/ Qui êtes-vous ? Quel est votre parcours ?

Ariane Bois

Après hypokhâgne, je suis entrée à Sciences Po Paris. Je suis ensuite partie vivre à New York où j’ai obtenu un Masters de journalisme de l’université de New York, une expérience formidable ! De retour à Paris, j’ai travaillé en radio, à la TV et ensuite dans la presse magazine pendant 27 ans. Aujourd’hui je collabore à Psychologies Magazine, à des sites et des journaux littéraires et j’écris mes livres. Le sixième sortira au printemps 2017.

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

J’ai toujours écrit, depuis l’âge de dix ans.

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre autre passion ?

Je fais partie d’une troupe de théâtre amateur et je joue avec bonheur.

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

J’attends de mes lecteurs qu’ils m’apportent des éclairages sur le texte auquel je n’avais pas pensé… Je les rencontre à des salons du livre, en librairies, sur ma page Facebook.

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Oui, et c’est une grosse part du travail d’écrivain ! Pour Le gardien de mes frères, le dernier roman sorti en janvier 2016, j’ai dû animer une douzaine de conférences à Paris, en province et jusqu’à New York et en Israël. C’est un gros travail mais très enrichissant et les rencontres sont souvent formidables !

 

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

À l’âge de dix ans, j’ai gagné le prix de la meilleure rédaction de France et je n’ai jamais arrêté depuis ! J’ai eu la joie de remporter sept prix littéraires avec quatre romans et un recueil de nouvelles.

 

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

Le gardien de mes frères (éditions Belfond) raconte la trajectoire d’un jeune garçon, Simon Mandel, qui a 16 ans en 1939 et va s’engager dans la résistance. Blessé au maquis, il acceptera une mission restée confidentielle après guerre : aller chercher les enfants juifs cachés dans les fermes, les couvents, les orphelinats, quand leurs parents ne rentreront pas des camps. C’est une histoire de résistance et de résilience qui a remporté 4 prix : celui de Mazamet, celui de Castres, celui André Armengaud de la ville de Vabre et le prix Wiso 2016.

 

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

En librairies, sur Amazon et sur Kindle. Certains de mes ouvrages ont été traduits en hollandais, en turc ou. en coréen !

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? À l’e-book ?

Je n’en ai pas.

 

10/ Quel est le conseil le plus important que vous ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

Suis ton intuition et fais-toi confiance. Tu peux y arriver !

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

Je lis beaucoup de romans étrangers car je suis lectrice de manuscrits en anglais pour des maisons d’édition et je lis pour mon travail de journaliste nombre d’essais en psychologie, santé, éducation, spiritualité. Je suis membre de quatre jurys littéraires donc je lis la sélection de ceux-ci. Comme vous le voyez, je lis pour vivre et je vis pour lire !

 

12/ Comment écrivez-vous?

Tous les matins, de 8 h 00 à 12 h 30 après avoir réveillé mes enfants. J’écris à la main, dans des cahiers et je rature beaucoup, j’ajoute des Post-It. Je ne passe qu’à l’ordinateur après et je tape très lentement…

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

J’ai écrit mon premier roman Et le jour pour eux sera comme la nuit, qui a obtenu trois prix littéraires, après un drame familial. Ensuite j’ai exploré la vie de mes grands-parents et de ma mère qui fut un personnage de roman. J’aime partir de l’intime pour essayer d’atteindre l’universel.

 

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

J’aime mélanger des personnages fictifs et des personnages bien réels et historiques. C’est ce que j’ai fait dans Le gardien, en dessinant le portrait de certains résistants bien connus et de Simon, que j’ai inventé. Dans mon prochain texte, qui se passe à New York, je procède de la même façon. J’aime quand la petite histoire rejoint l‘Histoire avec une grande hache, comme disait joliment Perec.

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

Écrire tous les jours, sans se soucier du regard des autres et écrire vrai, sans se cacher derrière les mots des autres. Chaque livre est après tout autobiographique.

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

Il y en a tant ! J’aime beaucoup les Anglo-Saxons : Philip Roth, Joyce Carol Oates, Michael Cunningham, Stewart 0 Nan, Barbara Pym, Anita Brookner, Pat Conroy, Anita Brookner, Barbara Pym…

En France j’aime Lionel Duroy, Jean Marc Parisis, Laurent Mauvignier, Emmanuel Carrère et tant d’autres…

 

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

Je finis le Lionel Duroy de la rentrée, formidable et je lis des auteurs américains, souvent des premiers romans, pour le Prix Lucien Barrère du festival de Deauville dont je suis jurée.

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Oui, je termine un roman-fleuve et choral qui se passe à New York.

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Je serai à Metz le 27 juin et à Nancy le 16 novembre pour des conférences, à Tours le 23 septembre.

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

J’ai une page Facebook à mon nom et mon éditeur Belfond se charge de la communication.

https://www.facebook.com/ariane.boisheilbronn

http://www.belfond.fr/livre/litterature-contemporaine/le-gardien-de-nos-freres-ariane-bois

————-

Le 20 juin 2016

Ariane Bois

.9782714471048

.0

.

Je remercie sincèrement Ariane Bois d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, sculpteur, peintre, photographe, acteur, comédien, théâtreux, styliste, musicien, chanteur, colleur de papiers, en un mot artiste  sans discrimination de l’art pratiqué,

si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

Chaque chronique est ensuite partagée sur Facebook, Twitter, Linkedin, Google+, Pinterest et parfois Tumblr.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Jean-Louis RIGUET ??? juin 2016

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et Membre de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

JL à l’écoute de … Jean-Pierre SIMON

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Jean-Pierre SIMON

.Marin d'eau douce

.

1/ Qui êtes-vous (VOS Prénom et NOM) ? Quel est votre parcours ?

Jean-Pierre SIMON.

J’écris depuis l’âge de 17 ans, d’abord uniquement de la poésie, puis du roman depuis 2009 après quelques essais non validés vers 1975. Je suis occasionnellement parolier (6 fois mis en musique) Je pratique l’aquarelle depuis 1984 et le tournage sur bois depuis la même période.

J’ai effectué près de 40 ans de carrière d’enseignant à l’Éducation nationale et au ministère de l’Agriculture. Je suis à la retraite depuis 11 ans. J’ai été et suis encore militant associatif, notamment dans le domaine artistique, maire adjoint culture et environnement d’une ville de 3 500 habitants, animateur de radio bénévole, bénévole sur un chantier de fouilles, administrateur au Crédit Agricole.

Décoré à deux reprises : mérite agricole et palmes académiques, mais je ne porte pas mes décorations. Conseiller pédagogique, en fin de carrière, spécialisé dans l’éducation à l’environnement et au patrimoine, administrateur départemental de la coopération à l’école.

 

2/ Que faisiez-vous avant de peindre et d’écrire ?

Je travaillais.

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? Quelle est votre autre passion ?

Le tournage sur bois.

 

4/ Qu’attendez-vous de vos admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

Qu’ils lisent les livres. Les retrouver dans des manifestations conviviales, notamment autour de la Loire. Je vais à leur rencontre dans les fêtes et les salons. J’essaie de mettre en réseau auteurs et autres créateurs artistiques, ainsi que des terroirs culturels proches (Loire et Bretagne). Je travaille en liaison avec mon éditeur ou en prospection personnelle.

 

5/ Faites-vous des rencontres que vous organisez comme des expositions ou des conférences sur vos œuvres ?

Occasionnellement. J’en propose mais les suites données sont trop rares

 

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’écrivez-vous ? Depuis quand peignez-vous ? Qu’avez-vous déjà peint ?

Écriture : depuis 1967, d’abord poésie (diverses récompenses), paroles de chansons. Depuis 2009 romans, nouvelles, documentaires, tout en continuant poésie et paroles.

 

Peinture : depuis 1984 ; aquarelles figuratives, surtout thème Loire, et une série comique revisitant le patrimoine de façon humoristique : les « Gaguarelles ». Je les traduis souvent sous la forme de nouvelles. J’ai également pratiqué le poème auto illustré, réalisé des décors de théâtre et des plaquettes pour des spectacles, illustré un dépliant pour la cave coopérative viticole de Quincy…

Je n’expose presque plus depuis 2012.

 

7/ Quelles sont vos dernières œuvres dans l’une et l’autre discipline ? Pouvez-vous nous en parler ?

Écriture : la série « La Vouivre de Loire », 3 volumes chez Corsaire Éditions ; c’est un « polar » de Loire, à vocation de découverte du patrimoine du fleuve à travers une intrigue qui fonctionne à la manière des romans-feuilletons d’autrefois, avec une action trépidante.

Le documentaire « l’aventure de la marine de Loire », coécrit avec l’illustrateur Bruno Porlier (Corsaire Éditions).

Des collectifs de nouvelles thématiques (un par an) avec les Éditions la Gidouille (22 Yffiniac).

Mes livres sont disponibles en librairie, sur les sites des éditeurs et sur les sites marchands, dans les salons et exposition où je me rends en Bretagne, pays de Loire, région Centre Val de Loire, Bourgogne, etc.

Distribution régionale et interrégionale, projet de distribution plus large en cours.

 

Peinture : quelques œuvres sporadiques, deux projets d’exposition personnelle à finaliser pour 2016 et 2017, plus deux ou trois expos collectives par an

 

Tournage sur bois : participation à des animations de découverte dans un cadre festif (démonstration, découverte du bois) ; tournages de pièces d’accastillage pour les mariniers. Activité bénévole.

 

8/ Où peut-on se procurer vos œuvres ?

Les livres :

http://www.corsaire-editions.com/product/LA-VOUIVRE-NOIRE-Jean-Pierre-SIMON

http://lagidouille.fr/?jean-pierre-simon

 

Les peintures, rares expos ou chez moi.

Occasionnellement visibles sur Facebook.

 

9/ Appartenez-vous ou recommandez-vous d’une ou de plusieurs écoles ?

Absolument pas. Autodidacte et fier de l’être.

 

10/ Quel est le conseil le plus important que vous ayez reçu ?

De laisser faire les spécialistes.

Sinon, mon contact spontané avec les éditions Corsaire a été pour moi plus qu’un conseil.

 

11/ Que préférez-vous faire comme œuvre dans chaque discipline ?

Roman, paysages de Loire.

 

12/ Comment travaillez-vous ?

Quand j’en ai envie, une heure ou deux par jour, surtout lorsqu’il pleut. Je donne priorité aux activités manuelles : bricolage, jardinage. Je ne travaille jamais la nuit. J’écris directement sous Word.

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ?

Un peu dans l’actualité, mais surtout dans mon imagination.

 

14/ Avez-vous eu des commandes d’œuvre ?

Oui, peinture et écriture.

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs de livres, de peinture ?

D’être très modestes et de ne pas chercher à en vivre.

D’être disponibles.

 

16/ Quels sont vos auteurs et peintres préférés ?

Je suis très éclectique.

 

17/ Vos sculpteurs préférés ?

Idem

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Oui, un roman au moins, une nouvelle et deux documentaires.

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

J’ai un calendrier avec environ 3 événements par mois, parfois plus.

Prochaine date : salon de Bou, 23 au 24 avril 2016.

Actuellement, j’ai des engagements jusqu’en janvier 2017.

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos expositions ?

Sur les sites des Éditions Corsaire et la Gidouille

www.corsaire-editions.com

http://lagidouille.fr/

Sur mon compte Facebook

————-

Le 12 avril 2016

Jean-Pierre SIMON

.

41525_41525_cv_FB 001_Forme simple.pdf

.Trilogie Vouivre

.JPS Chalandiers 2015

.

Je remercie sincèrement Jean-Pierre SIMON d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, sculpteur, peintre, photographe, acteur, comédien, théâtreux, styliste, musicien, chanteur, colleur de papiers, en un mot artiste  sans discrimination de l’art pratiqué,

si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

Chaque chronique est ensuite partagée sur Facebook, Twitter, Linkedin, Google+, Pinterest et parfois Tumblr.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

Jean-Louis RIGUET 15 avril 2016

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et Membre de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

L’impresario de Smyrne, une création au CADO d’ORLEANS

L’IMPRESARIO DE SMYRNE

de Carlo Goldoni

Une création au CADO

.

Imprésario

.

Il s’agit d’une traduction et adaptation de Michael Stampe

Avec une Mise en Scène de Christophe Lidon

.

L'imprésario de Smyrne_0001

.

L’Impresario de Smyrne

ou « des origines de l’intermittence »

Dans la plus flamboyante Venise du dix-huitième siècle, si proche d’un univers théâtral idéal, Goldoni nous raconte comment un nabab Turc décide de s’improviser « producteur » pour créer à Smyrne, sa ville natale, le plus illustre Opéra que l’époque ait vu monter.

Tout le cercle du spectacle en effervescence, de la Diva jusqu’au librettiste, va essayer de se faire engager, afin d’entrevoir les quelques mois de tranquillité indispensables à ces interprètes aux abois. Une magnifique occasion d’illustrer les pétillantes ressources des artistes de l’époque mais aussi leurs travers très humains, et leurs préoccupations très quotidiennes … peut-être pas si éloignées de celles des intermittents d’aujourdh’ui !

Un monde où la séduction, l’envie, l’engagement, la jalousie, frappent ceux qui se révèlent affaiblis par une situation fragilisante d’insécurité de l’emploi, et qui sont dévorés dans le même temps par l’irrépressible besoin d’être artiste.

 

Goldoni, le Vénitien, a su débusquer le fol esprit de ce sémillant microcosme qui nous donne l’occasion d’un spectacle tout feu tout flamme. Cet auteur humaniste, tendre et féroce, ironique et sensible, a souvent inspiré mon travail (La Locandiera, La Trilogie de la Villégiature, La Serva Amorosa).

Retrouvent mes fidèles créateurs (Bluwal, Pinon, Abello, Séchet), j’ai imaginé un écrin digne de la Sérénissime, – scénographie faite de plafonds et de détails de palais baroque -. L’Opéra sera là, divin et spirituel, déclenchant dans nos têtes de célestes arias …

Signé Christophe Lidon.

.

L'imprésario de Smyrne_0003

.

Les interprètes avec le lien pour mieux les connaître :

Bernard ALANE

https://fr.wikipedia.org/wiki/Bernard_Alane

Denis BERNER  

http://www.peggy-fischer-agency.com/agpf/denis-berner/

Adèle BERNIER

http://www.agencesartistiques.com/Fiche-Artiste/390044-adele-bernier.html

Marianne EPIN

http://www.agencesartistiques.com/Fiche-Artiste/37032-marianne-epin.html

Catherine JACOB  

https://fr.wikipedia.org/wiki/Catherine_Jacob

Bernard MALAKA

http://www.peggy-fischer-agency.com/agpf/bernard-malaka/

Nicolas VAUDE

https://fr.wikipedia.org/wiki/Nicolas_Vaude

.

L'imprésario de Smyrne_0002

.

Décors Catherine Bluwal – Lumières Marie-Hélène Pinon

Costumes Chouchane Abello-Tcherpachian

Son Christophe Sechet – Images Léonard

Assistante à la mise en scène Natacha Garange

.

Imprésario

.

L’effervescence est de mise sur la scène en raison du rythme enlevé du jeu et des situations poussées à l’extrême.

Tous les coups sont permis pour se faire engager, ce qui entraîne un tourbillon de joies, de disputes, de caprices, de secrets.

On passe un bon moment à découvrir la séduction, l’envie, l’engagement, la jalousie et les pétillantes ressources des artistes de l’époque.

Bravo aux interprètes qui jouent finalement, peut-être ?, leurs vies d’intermittents.

.

© 24 mars 2016 – Jean-Louis Riguet

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

Jean-Louis RIGUET 24 mars 2016

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et Membre de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

JL à l’écoute de … Karine Isambert

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Karine Isambert

.Portrait N&B

.

1/ Qui êtes-vous ? Quel est votre parcours ? Votre activité principale ?

Karine ISAMBERT.

Je suis comédienne et je monte également des pièces avec ma société de production. Depuis peu, j’ai également appris à réaliser et je chante. J’ai été formée au Cours Florent et à l’Actor’s Studio après une carrière de mannequin. Puis, je me suis formée pour produire des spectacles. Ce qui m’intéresse, c’est vraiment l’art sous toutes ses formes et avoir la possibilité de m’exprimer et de développer mes potentialités et permettre également aux autres de le faire. Je donne aussi des cours de théâtre à des professionnels et des non-professionnels.

 

 

2/ Que faisiez-vous avant (ou parallèlement à) la pratique de votre art principal ?

J’ai toujours été dans l’artistique. J’ai fait différentes choses dans ce domaine, comme par exemple être lectrice à la Société des Auteurs (SACD). J’ai commencé tôt d’une certaine manière, même si cela était un hasard total. À 12 ans, j’ai été repérée par une cliente de mes parents, qui avait un cabinet d’assurances, pour présenter une émission de radio tous les samedis soir. C’est une expérience qui a duré un an et que j’ai dû arrêter à cause de jalousies à l’école que je vivais très mal, ce qui faisait chuter mes résultats scolaires. Ensuite, j’ai étudié la communication à la Sorbonne Nouvelle option cinéma, pendant que je faisais du mannequinat et plus tard, j’ai obtenu une licence en psychologie. Je jouais au théâtre en même temps dans une comédie qui s’appelle « Le Carton » mise en scène par Éric Hénon.

La seule chose que j’ai faite comme travail en dehors d’une activité artistique, c’est de garder des enfants et au final, c’est peut-être l’activité la plus artistique ! Ce sont les meilleurs comédiens. Ils se mettent dans la peau d’une princesse ou d’un pompier sans se poser de question…

 

3/ Qu’aimez-vous ou que pratiquez-vous comme autre art ? Quelle est votre passion ?

Je pense que la musique est un art supérieur. Et j’aurais aimé poursuivre dans cette voie. J’ai dû abandonner le piano au collège. J’apprends à chanter. C’est une passion que j’avais étouffée et qui me rattrape. Je prépare quelques chansons avec un musicien extrêmement talentueux, Sébastien Kaminsky, et qui vivra verra… Cela fait 3 ans qu’il pense que je vais y arriver… Alors je m’accroche même si je désespère souvent. Ce qui est sûr, c’est qu’il ne m’a pas choisie pour ma technique vocale mais parce que, par rapport à mon vécu et en tant qu’interprète, je comprends bien les chansons qu’il me propose, leur univers et je pense faire passer une émotion…

 

4/ Qu’attendez-vous de vos admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ? Avez-vous eu des prix ?

Personnellement, je n’aime pas trop le terme d’admirateurs. J’aime bien penser que nous sommes dans un échange. Je me pose plutôt la question d’être à la hauteur de ce que je veux exprimer parce que je sais que c’est ce que les gens qui m’apprécient attendent. Nous vivons une période assez sclérosante qui sera inscrite comme l’une des moins créatives de l’Histoire apparemment. Parce que le commercial a pris le pas sur l’art. Pourtant, les gens attendent que cela bouge, que cela vive, qu’il y ait de la création, des œuvres intemporelles et des idées à tous niveaux pour sortir de cette situation. J’essaie d’avancer en ayant une éthique et en étant honnête dans mes choix à tous niveaux. Je crois beaucoup au fait que seules les choses qui sont faites avec de belles intentions résistent au temps.

Je me suis fait un peu connaître lorsque j’étais mannequin via des magazines puis en faisant des jingles pour TF1 et en jouant au théâtre. Maintenant, je suis active sur Facebook et j’ai déjà rencontré des personnes suite à des échanges. Parfois, ce sont des personnes que j’admire aussi. Je ne crois pas avoir eu de prix à part en 3e. Je n’aime pas trop le système de récompense même si c’est toujours flatteur.

 

5/ Faites-vous des rencontres, des dédicaces, des expositions ou des conférences sur vos œuvres ?

Je fais beaucoup de rencontres mais je fais peu de dédicaces …

 

6/ Depuis quand pratiquez-vous ? Qu’avez-vous déjà réalisé ? Écrit ?

Je pratique donc professionnellement en tant que comédienne depuis 2001. J’ai déjà beaucoup écrit mais je travaille encore mon écriture, des textes de chansons, une pièce de théâtre qui est une comédie… Je verrai donc plus tard pour être publié.

J’ai cependant écrit et réalisé ce court-métrage « La Victoire » évoquant les attentats avec Frédéric Vignale qui m’a fortement encouragé et poussé à le faire. Mais cela s’est fait tellement vite que c’est moi qui aie du mal à comprendre que j’ai pu aller au bout de ce petit film…

 

7/ Quelle est votre dernière œuvre ? Pouvez-vous nous en parler ?

Ma dernière œuvre est la réalisation du clip de la chanson « Pornographie d’une actrice blessée ». Elle parle des rêves et déceptions d’une actrice qui ne se sent pas assez forte pour recevoir les rejets et la dureté de cette profession ou encore de copiner pour avoir des rôles, etc.

D’une certaine manière, son rêve tourne au cauchemar et elle ne peut s’exprimer réellement.

Je suis très sensible à cette chanson. Ce sont les paroles de Sébastien Kaminsky mais j’ai eu 1 000 fois envie de dire cela. J’ai été très touchée quand il me l’a envoyé. J’essaie donc de mettre beaucoup de moi-même dans cette chanson et dans la réalisation du clip.

 

8/ Où peut-on se procurer vos œuvres ? Vous entendre ? Vous voir ?

Il est encore possible de voir le court-métrage « Je suis la victoire » sur le site du Festival Nikon. Il dure 2 minutes 20 et est en noir et blanc.

Je vais bientôt enregistrer en studio la chanson « Pornographie d’une actrice blessée » ainsi que deux autres chansons. Pour l’instant, on peut l’entendre sur Facebook et bientôt sur Youtube en attendant avec un clip que je réalise pour internet. Mais je réaliserai bientôt le clip au format TV qui sera comme une petite histoire .

Mon deuxième court-métrage sera proche du premier. Il traite d’un sujet difficile sur lequel je souhaite interpeller les gens.

Je produis et mets en scène quelques pièces en ce moment, dont « Phèdre » au théâtre Aire Falguière en juin avec des comédiens que je coache ou la comédie « Oscar in Love » que j’ai déjà montée. Mais je ne joue pas dedans. Je me repose, je suis derrière et je laisse les comédiens ou apprentis comédiens s’exprimer. Cela est un plaisir aussi fort de les voir s’épanouir que de le faire moi-même, voire plus fort en fait.

 

9/ Appartenez-vous ou vous recommandez-vous d’une école ?

Oui. Très clairement pour moi il y a une complémentarité dans la manière de travailler des Américains et des Français. J’ai suivi beaucoup de stages d’Actor’s Studio avec Jack Waltzer qui travaille avec Sigourney Weaver, Dustin Hoffman, etc. Ils ont une vraie vision de leur métier.

Cela peut cependant être déstabilisant de se jeter dans ce type de cours sans formation préalable et le cours Florent peut être intéressant pour se connaître soi-même. Il y a un cours à Paris qui réunit les deux méthodes de mon point de vue, c’est l’Atelier International du Théâtre. Je pense que l’ambiance gagnerait à être plus chaleureuse mais, au niveau des cours, c’est vraiment bien.

Sinon, j’ai ma société de formation de comédiens et de production Revenescences. Je donne aussi des cours et je suis entourée d’autres comédiens qui me remplacent parfois et de réalisateurs… Le but est de professionnaliser les spectacles pour ceux qui le souhaitent…

 

10/ Quel est le conseil le plus important que vous ayez reçu ? Ou que vous seriez prête à donner ?

En ce qui concerne le théâtre, je cite souvent la phrase de Jean-Pierre Martineau, le professeur de Juliette Binoche : « Ta force est là, en toi. En voulant démontrer que tu la possèdes, tu ne fais que l’affaiblir ». Juliette Binoche parle beaucoup d’être ancrée lorsque l’on joue et Dustin Hoffman d’être dans son axe. Ce sont des notions qui me parlent et que j’essaie de transmettre.

 

11/ Que préférez-vous faire comme style d’œuvre ou d’activités ?

J’ai joué dans pas mal de comédies et aussi dans des pièces classiques. Je n’ai pas vraiment de style, j’aime rire et être touchée. Je vais vers des œuvres qui me semblent avoir un sens, me touche ou m’offre un angle de réflexion qu’elles soient décalées ou pertinentes.

 

12/ Comment travaillez-vous ? Préférez-vous travailler seul (e) ou en groupe ?

Cela dépend des moments mais j’ai besoin de beaucoup de temps, seule. Quand je travaille avec les autres, j’aime que ce soit un échange. Je n’aime pas la rivalité, la compétition ; c’est une perte de temps inutile qui nuit au travail et je ne comprends pas les gens que ça booste.

 

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Pour votre jeu de rôle, pour vos scénarios ?

J’aime les jeux d’acteurs du cinéma de Jean-Jacques Beineix, Audiard, Cassavetes. J’aime l’interprétation de Juliette Binoche, la classe de Fanny Ardant, la liberté de Marilyn Monroe et la façon d’être une femme de Caroline Cellier, toujours sensuelle malgré les années qui passent.

Ce sont de beaux exemples de femmes pour moi. Comme j’ai travaillé dans le mannequinat qui était très dur avec l’âge des femmes, j’aime beaucoup m’inspirer d’actrices qui s’accordent bien avec le temps et j’espère qu’en continuant à poser pour des photos, j’incite les autres femmes à se sentir bien même si on n’a plus 20 ans !

Pour mes références en tant que réalisatrice, je m’inspire de la Nouvelle Vague. J’aime beaucoup aussi Roberto Benigni (La vie est belle) et dans un autre genre les frères Cohen.

J’aime aussi le comique, par exemple le jeu de Pierre Richard. Je le trouve phénoménal. Dans un autre registre le film « La Crise » de Coline Serreau qui avait 20 ans d’avance dans sa vision de la société …

Ce qui m’inspire, c’est souvent ce qui me touche et qui traverse les années comme l’interprétation de Brel, l’émotion de Romy Schneider…

 

14/ Avez-vous eu des commandes d’œuvre à réaliser ? Qu’aimeriez-vous que l’on vous demande de réaliser ? De jouer ? Plusieurs axes sont possibles dans votre métier. Avez-vous envie de produire, de réaliser, de jouer au théâtre ?

Oui, j’ai eu beaucoup de commandes de réalisation suite à l’accueil de mon court-métrage « La victoire » et même jusqu’à une proposition de filmer des candidats à la présidentielle 2017 interviewés sur les conditions de détentions. Mais cela ne s’est pas fait, faute de budget. Il est question que je fasse aussi certaines interviews et le making-of d’un film. Je travaille avec un écrivain sur l’adaptation cinématographique de son livre…

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs de votre ou de vos arts ?

Je donnerai comme conseil aux gens d’une manière générale de garder leur curiosité, leur force de vie et leur joie de vivre intactes, de se laisser porter, de ne pas se laisser envahir par la morosité.

 

16/ Quels sont vos auteurs ou compositeurs préférés ? Vos artistes préférés ?

Dans le désordre, toutes disciplines et époques confondues : Chopin, Mozart, Vivaldi, Van Gogh, Kurosawa, Bergman, Munch, Brel, Victor Hugo, Chaplin, Dalida, Annie Girardot, Binoche, Bonnaire, Naomi Watts, Dustin Hoffman, Léonardo Di Caprio, Brando, Magimel, Dupontel, Sia, Annie Lennox …

 

17/ Quelle est la dernière activité artistique que vous ayez vécue ? Pouvez-vous nous en parler ? Pourquoi l’avoir choisie ?

C’est la réalisation du clip « Pornographie d’une actrice blessée », je mets plus de temps que prévu tant les idées affluent …

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Oui, il y a pas mal de projets en perspective et il m’est difficile de faire des choix en ce moment.

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Le 11 juin 2016, je mets en scène une version de Phèdre de Racine à l’Aire Falguière.

Dans le même théâtre, une reprise de la comédie « Oscar in Love » que j’ai mise en scène et que je produis…

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ?

Sur mon site Revenescences. J’avoue être plus active sur Facebook mais je vais publier sur mon site des mini-reportages, interviews, extraits de répétitions au théâtre, tournage, séances photos…

www.revenescences.com

Et sur IMDB : http://www.imdb.com/

————-

Le 14 mars 2016

Karine Isambert

.

 

.

IMG_7337 2_Fotor

.

Carlotta s

.

nature

.

4499_1144940499333_7857299_n

.

10494741_498929650240545_3240896015685169132_n

.

12107273_733624643437710_7765976152267323637_n

.

nature_DSC8946

.

_DSC8948

.

12834797_213727465649542_342103686_n-2

 

.

19058_1313566554879_2369568_n-2_Fotor988786_759976774135830_441281145942253159_n

 

.

21482_10207792786553257_5305697574560472066_n-2

.

Je remercie sincèrement Karine Isambert  d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, sculpteur, peintre, photographe, comédien, théâtreux, en un mot artiste  sans discrimation de l’art pratiqué,

si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

Chaque chronique est ensuite partagée sur Facebook, Twitter, Linkedin, Google+, Pinterest et parfois Tumblr.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

Jean-Louis RIGUET 18 mars 2016

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et membre de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.