JL à l’écoute de… Sanda Voïca


JL à l’écoute de …

Aujourd’hui… Sanda Voïca

.

.

 

Où je me livre, délivre et enivre de mes propres mots

 

 

1/ Qui êtes-vous ? Quel est votre parcours ?

Sanda Voïca – mon nom de plume en France.

Alexandra Voicu – ancien nom de plume en Roumanie.

Sanda Voicu – dans les papiers roumains.

Sanda-Voicu-Dudouit – dans les papiers français.

Sanda – diminutif roumain d’Alexandra.

 

Née en 1962 en Roumanie, dans le sud du pays. Etudes supérieures la Faculté de langues étrangères, à Bucarest : roumain et russe. Professeure de roumain et russe, en Transylvanie, entre 1985-1990. Après la chute du régime communiste, arrivée à Bucarest, où j’ai travaillé comme correctrice pour deux des plus importantes revues littéraires : Contemporanul-Ideea europeanà et La Roumanie littéraire. Publication de poèmes, nouvelles, fragments de romans dans de nombreuses revues littéraires. Parution de mon recueil de début, Diavolul are ochi albastri (Le Diable a les yeux bleus), éditions/editura Vinea, Bucarest, 1999, sous le nom d’Alexandra Voicu, avec une présentation d’un important poète, Cristian Popescu, mort, très jeune, en 1995, mais son texte déjà écrit, pour des poèmes parus dans une revue.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Depuis 1999 je vis en France – où j’écris et publie en français.

 

Trois recueils : Exils de mon exil, éditions Passages d’encre, collection Trait court, 2015. Depuis la mort de l’éditrice, Christiane Tricoit, en 2017, les éditions n’existent plus.

Epopopoèmémés, éditions Impeccables, 2015.

Détail sur le site des éditions :

Livre : https://www.editionsimpeccables.net/livres/epopopoememes.php

Auteure : https://www.editionsimpeccables.net/auteurs/sandavoica.php

Extrait : https://www.editionsimpeccables.net/pdf/extraits/extrait_epopopoememes.pdf

Livre avec de nombreux échos : notes de lecture (dans Artpress, Poezibao, Terres de femmes, Sitaudis, Recours au Poème, mention dans la rubrique de poésie par Didier Cahen dans Le Monde des livres, etc. etc.), à la radio (remarqué par Florent Georgesco sur France culture, comme coup de cœur), et même traduction en anglais de deux poèmes, dans la revue Fabrique de l’art ; etc.).

Détails sur la page FB du livre :

https://www.facebook.com/Sanda-Vo%C3%AFca-Epopopo%C3%A8m%C3%A9m%C3%A9s-%C3%A9d-Impeccables-mars-2015-889696397734715/

 

Et publication de Trajectoire déroutée, éditions LansKine, juin 2018.

 

Présente, avant ces trois livres, dans :

Une anthologie, Elles écrivent, elles vivent ici en Normandie.

Un livret conçu par François Rannou, la rivière échappée : Ça vient de tomber, 2015.

Des couleurs en profondeur, éditions du Petit flou, par Fabrice Feuilloley, en 2016.

Des livres pauvres et petites enveloppes : moi, les poèmes, et Ghislaine Lejard, les collages.

Des poèmes et textes en prose publiés dans des revues papier ou numériques : Terre à ciel, Recours au Poème, Verso, Traversées, Ce qui reste, Spered Gouez/L’esprit sauvage, Moebius (Canada), revue Midi, Népenthès, et récemment dans le revue Europe/novembre-décembre 2018, avec un texte sur Alain Jouffroy, dans un dossier consacré à l’écrivain, à presque trois ans après sa mort.

 

Préfaces : pour un recueil de Valérie Canat de Chizy, L’écriture la vie, et une autre (après-lecture) pour un recueil de Morgan Riet, Sous la cognée.

Et celle pour un livre de Bruno Mattei, Suppliques à Simona mea, parution imminente aux éditions des Vanneaux.

Notes de lectures et chroniques sur La Cause Littéraire, Paysages écrits revue, Exigence littérature, Passion Bouquins

 

En 2010, j’ai créé la revue Paysages écrits. Pour des détails, le site de la revue :

https://sites.google.com/site/revuepaysagesecrits/

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

Avant d’écrire : je lisais, je lisais, je lisais. Jusqu’à mes vingt-et-un ans, je croyais que je vais travailler (comme professeure) et lire. Peu avant d’obtenir ma licence, les premiers vers me sont venus, comme dictés par quelqu’un d’autre. Tombés, non pas du ciel, venus d’ailleurs. Et depuis, l’écriture ne m’a plus lâchée. Je n’arrête pas de côtoyer l’ailleurs. L’exil permanent. Sans frontières. L’exil : question d’écriture, et non pas de langue ou pays.

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre passion ?

Je fais aussi des photographies et des collages, sans penser que ce soit ma qualité principale, d’artiste ou photographe. Violon d’Ingres.

Mais certaines photos et collages ont été publiés : pages 48-49 de la revue 17 secondes nr 2 : https://fr.calameo.com/read/0020273899e217167ca6b

Voir aussi quelques couvertures de la revue Paysages écrits.

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ?

Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

et

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

J’attends ce que j’attends d’abord de moi-même, en me (re)lisant : ne pas être déçue.

Et…être excité, stimulé, voir émoustillé.

 

Pour me faire connaître ?

J’agis, plus ou moins. D’abord… être publiée et ensuite les textes, les livres suivront leurs chemins. Qui peuvent en croiser d’autres. Publier aussi les autres, via ladite revue Paysages écrits. Et en écrivant des notes de lecture. Des rencontres littéraires, aussi, des lectures, à l’occasion des rencontres proposées par les éditeurs autour de mes livres.

 

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

Déjà répondu, plus haut : mais je peux préciser que j’écris depuis que j’étais étudiante, premières lignes écrites vers 21 ans, et j’ai déjà écrit beaucoup d’autres choses (nouvelles, romans, pièce de théâtre) – inédits, même si certaines nouvelles ont été publiées, ou des fragments de romans, aussi publiés.

Quant aux publications – déjà répondu avant.

 

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

Mon dernier livre publié, Trajectoire déroutée . Un recueil, chez LansKine éditions, paru en juin 2018. Dédié à ma fille, Clara Pop-Dudouit, morte en août 2015, à l’âge de 21 ans, emportée par un cancer.

La plupart des textes inspirés par son absence – mais il y a aussi des poèmes où la joie – « sainte » – est dite ; et même deux poèmes d’amour…

Dernier recueil écrit, mais j’en ai deux autres, finis, inédits – écrits avant celui-ci.

Plusieurs notes de lectures publiées – à les retrouver sur mon blog, Le livre des proverbes nouveaux ; y compris un dialogue avec Valère-Marie Marchand, sur Radio libertaire :

 

http://traquequitraque.blogspot.com/2018/11/p20181121bilan-actualise-du-21-novembre.html

 

Deux extraits de mon recueil :

 

Ma paume immense et lisse

caresse la nuit couvrant

moitié de la terre.

Elle protège la planète.

Je protège la nuit.

Contre quel criminel ?

Je n’ai plus de doigts

juste la paume géante

et dans son creux

la nuit immensément fragile :

elle va disparaître.

L’aube y aidera.

De mes pas attraper

l’absence parfaite :

le très haut des jours,

son air bleu royal.

 

***

 

Un talon de lumière

a fait son nid

dans ma poitrine.

Il entre et sort

quand il veut.

Je l’abrite éblouie

et impuissante.

 

Et on peut en lire quelques autres en suivant votre propre lien :

https://librebonimenteur.net/?s=sanda+voica

 

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

Exils de mon exil est épuisé, car après la mort de l’éditrice, Christiane Tricoit, la maison d’édition n’existe plus et les livres restants ont été rachetés par les auteurs mêmes.

Epopopoémémés et Trajectoire déroutée : dans les librairies (soit le livre est déjà présent, ou bien c’est à commander). Et aussi à commander directement aux éditeurs : Impeccables et, respectivement, LansKine. Ou… sur Amazon (sourire)…

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? Aux e-book ?

Favorable à toute forme de publication – tant qu’on n’a pas enfreint gravement les lois (sourire).

 

10/ Quel est le conseil le plus important que-vous-ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

J’ai reçu des conseils – mais je ne les ai pas suivis. Le plus insistant – celui d’un très important romancier roumain, Nicolae Breban : d’avoir un maître spirituel. Jamais réussi (sourire).

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

Je peux lire tout ça. Pour écrire : poèmes, nouvelles, roman. Pas de biographie ou d’essais. Des chroniques littéraires, aussi, oui.

 

12/ Comment écrivez-vous ? 

J’écris quand ça vient – un peu partout et à n’importe quel moment. Souvent dans des carnets ou cahiers avec des lignes, et que je tape ensuite. Cela m’arrive aussi d’écrire directement sur l’ordinateur : les notes de lecture, surtout.

Spontanément – « l’inspiration » qui surgit, à mon insu ; ou systématiquement : une chose déjà commencée, et cela suffit d’y penser et s’asseoir pour écrire et cela vient, continue…Après, évidemment, le travail de relecture et correction – surtout avant une publication…

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

Mon inspiration ? C’est dans tout ce qui m’arrive (faits réels, vécus ou appris, lectures, rêves, rencontres, visions, désir(s), douleurs, manques. Et dans… l’écriture même : en écrivant, des choses nouvelles m’arrivent, que je ne soupçonnais pas quand j’ai commencé la phrase. Ou quand j’ai écrit le premier vers – une décantation qui s’opère, toujours. Je ne fais pas un « choix » conscient, pour « m’inspirer ». C’est, j’ose dire, la vie aussi qui s’inspire de moi…Et encore plus… l’écriture. Elle m’utilise, j’ose dire, pour s’exprimer, à travers moi – me situant ainsi dans un flux beaucoup plus large, de l’écriture de tous.

 

Oui, j’ai eu des commandes de textes – pas de livre en entier – mais des textes pour des revues, le plus souvent. Et de traduction – car j’ai oublié : cela m’arrive aussi de traduire du roumain en français, surtout. Des poètes. Et récemment : mon dernier recueil, Trajectoire déroutée, du français en roumain.

Ou lesdites commandes – demandes ! – de préfaces. Ou invitations de contribuer avec des textes dans divers revues – de Terre à ciel, à la revue Europe, en passant par la revue Phoenix (rubrique Sporades). La plus récente : il y a quelques jours : entretien et poèmes inédits pour la revue Alkémie. Parution en juillet 2019.

Une demande/invitation précédente à celle-ci : de la part du poète Charles Diaz, le responsable de la maison d’éditions Abordo, située à Bordeaux, pour contribuer à une anthologie, pour fêter dix ans d’existence de la maison d’édition ; la parution est prévue pour 2019, avec des textes inédits, à donner avant décembre 2018. Déjà écris et envoyés.

 

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

Quand j’écris de la prose (roman) les personnages s’imposent au fur et à mesure de l’écriture. Aucun plan strict, serré… Tout change, se modifie et évolue selon des règles qui deviennent finalement les règles du livre. Sans plan préétabli donc et sans beaucoup de « principes » de construction. J’aime croire que j’invente une façon inédite de voir le monde et que l’écriture suit cette nouvelle « vue ».

Aux lecteurs de juger si…cela est arrivé !

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

Je n’oserai jamais donner un conseil à qui que ce soit, dans un domaine si délicat comme l’écriture. D’ailleurs je ne le fais pour aucun autre « domaine ». Je dirai que les conseils se volent, entre les lignes, des livres, ou de la vie… Ou bien, si je le faisais, ce ne seraient que des conseils que je me donnerais à moi-même. Sauf que nous changeons beaucoup – alors un conseil d’un jour peut devenir désuet le lendemain. Non parce que caméléon, mais les nuances – de l’âme ?  – me tiennent beaucoup à cœur pour être « directive » – pour creuser des sillons indélébiles.

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

Oh, trop vaste. Disons que je préfère tout ce qui me nourrit et comme presque tout me nourrit (car je trouve un intérêt même dans les livres qui au premier abord sont à abandonner sur le champ) il faudrait faire la liste des dizaines de milliers d’auteurs…Sans dire pour autant que je n’ai pas mes hiérarchies et mes préférences, évidemment. Mais dire ici trop vite le nom de deux-trois écrivains me paraît trop injuste, voire réducteur.

 

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

Le livre récent de Maxime Decout, Pouvoirs de l’imposture, les Editions de minuit – une traversée de la littérature, qui m’émerveille. Et je me repose de ce livre par la lecture d’un recueil (en prose !) de Bruno Normand, Les Extrémités, LansKine éditions (par plaisir et avec la visée d’une note de lecture).

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Envoyer un roman – déjà écrit – à des maisons d’éditions. En cours de le rédiger, relire, corriger.

Envoyer deux autres recueils – déjà finis, comme je disais plus hauts – à des maisons d’éditions susceptibles de les publier (sourire).

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Le 26 novembre 2018, à Paris, dans le cadre du Festival Livres en Tête, à la Sorbonne, rencontres-dialogues et lectures animées par Guillaume Métayer, mais organisées – pendant une semaine plusieurs événements prévus, à Paris – par un collectif, Les Livreurs – et pas seulement. Je serai présente, aux côtés des poètes Christian Doumet, Claude Mouchard, Laure Gauthier et Andreas Unterweger.

Des étudiants vont lire des extraits de nos livres – dans mon cas d’Epopopoémémés et Trajectoire déroutée, et ensuite Guillaume Métayer va dialoguer avec chacun d’entre nous, pendant cinq minutes. Le public aussi va poser des questions aux poètes.

 

Il y a aussi une soirée prévue déjà pour 2019, en mars, à l’Université de Caen, pour présenter ma revue, Paysages écrits, en même temps qu’une maison d’éditions, Lurlure, qui va présenter son programme éditorial, devant des étudiants.

 

Et aussi une autre invitation, de la part de la poète Lia Faur, que je remercie ici aussi, pour mai 2019 : participer à un Festival littéraire en Roumanie, à Arad, qui porte le nom du poète Stefan Augustin Doinas.

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Sur mon blog, Le Livre des proverbes nouveaux : http://traquequitraque.blogspot.com/

Sur ma page Facebook : https://www.facebook.com/sanda.voica.7

 

Sanda Voïca

21 Novembre 2018

.

.

Je remercie sincèrement Sanda Voïca d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, sculpteur, peintre, photographe, acteur, comédien, théâtreux, styliste, musicien, chanteur, colleur de papiers, en un mot artiste  sans discrimination de l’art pratiqué,

si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site est ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

Chaque chronique est ensuite partagée sur Facebook, Twitter, Linkedin, Google+, Pinterest et parfois Tumblr.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

© Jean-Louis RIGUET 22 novembre 2018

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Les Tamalous, Alexandra Pasquer-Schurder


LES TAMALOUS

Alexandra Pasquer-Schurder

Roman

Les Tamalous

Changeront-elles de vie à 70 ans ?

Fortuna éditions

252 pages – Septembre 2015 – Prix 16.90 €

ISBN 978-2-87591-073-8

http://editionsfortuna.blogspot.fr/

.

 
 .

En quatrième de couverture, l’éditeur nous indique ce qui suit :

 

Trois septuagénaires un peu brinquebalantes ont des maux de leur âge mais aussi des envies. Yvettes, vraie midinette, rêve d’un nouvel amour à Paris. Alicia, obsédée par l’argent, ne se sent bien qu’en représentation. Angèle, gravement malade, joue sa survie en Bretagne.

L’arrivée de Ferdinand, un lointain amant richissime en mal de paternité, les confronte à un choix : accepteront-elles de lui créer un héritier ? De remettre en question leur existence passée ?

C’est l’histoire des Tamalous, des destins croisés du troisième âge, porteurs de vie et d’espoir !

.

http://club.editionsfortuna.net/index.php/editions-fortuna/les-livres-fortuna/les-tamalous-detail

.

Ce que j’en pense :

J’ai bien aimé ce livre qui se lit vite en raison de l’écriture qui est très alerte. Les phrases sont courtes et rapides. Le style est aussi alerte que l’auteure. Les mots sautent comme un cabri, ce que j’ai vu faire à l’auteure sur la scène du Salon du livre de Mennecy en février 2017.

Les portraits des personnages sont bien campés. On sent une longue étude et d’attention de l’être humain. Normal car l’auteure travaille dans la communication.

Le ton n’est pas vraiment décalé. L’on sent l’étude du comportement humain parfois déconcertant ou féroce, mais souvent proche du réel. Il est aussi être léger et émouvant.

La question que pose Alexandra est de savoir si l’on est vieux à 70 ans ? Sujet au combien d’actualités ! L’auteure parle de cet âge charnière dans une intrigue qui est une intrusion dans le monde des seniors. Elle n’hésite pas à aborder des thèmes autour de la nutrition, du respect des prescriptions, du soutien de l’entourage, de la place des femmes et des aînés dans la société et de la transmission dans le cadre de l’héritage.

Trois portraits de femmes commencent le livre : celui d’Yvette, celui d’Angèle et celui d’Alicia. Trois vies différentes mais réussies. Puis, un portrait d’un homme, Ferdinand qui a un souci : à qui transmettre sa fortune puisque officiellement il n’a pas d’enfant. Il se met en quête d’un héritier, avec des méthodes particulières pour ne pas être dérangeantes.

L’auteure est entrée dans les détails. Les détails de la vie de chacune des femmes : les émois d’une femme amoureuse avec ses désirs, la tristesse face à la maladie, la vie des femmes actives, des femmes au foyer, des femmes qui font attention à elles ou pas, des soucis de santé.

.

Quelques mots sur l’auteure

Alexandra Pasquer-Schurder est née au Canada en 1968. Elle a appris à lire et à écrire en faisant le tour du monde avec ses parents. Elle a été formée au CELSA en Communication et à Paris I Sorbonne en Science politique, avant de devenir journaliste de presse écrite. Aujourd’hui, elle dirige la communication d’un groupe spécialisé dans le logement social.

Alexandra est d’une grande vitalité et a foi dans l’optimiste. Elle a un grand sens de l’observation et de capacité d’écoute. Elle est plus que persuadée que la vie vaut la peine d’être vécue et que les péripéties humaines sont les grains de beauté de l’existence, dont les envies et les espoirs sont vivants.

Les lecteurs seront surpris en lisant ce livre qui est une contribution au début sur la silver économy et la place des aînés dans la société.

.

 

.

Pour en savoir plus sur Alexandra Pasquer-Schurder, cliquer sur :

https://www.les-tamalous.com/

et aussi sur

https://librebonimenteur.net/2017/02/14/jl-a-lecoute-de-alexandra-pasquer-schurder-romanciere/

.

 

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

https://lecriveurjeanlouisriguet.blogspot.fr/

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Jean-Louis RIGUET 17 mars 2017

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et Membre de la Maison de l’écrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

 

Hélène Grosso sera à MONTMEYAN EN POéVIE

Hélène Grosso

à MONTMEYAN EN POéVIE

.

Poévie affiche2016

.

Le poète Hélène Grosso

sera présent au festival de poésie

MONTMEYAN EN POEVIE

au mois d’août 2016

.http://images.google.fr/imgres?imgurl=https%3A%2F%2Fmedia.licdn.com%2Fmpr%2Fmpr%2Fshrinknp_200_200%2FAAEAAQAAAAAAAALmAAAAJGFkNzM0MjY5LWZhN2QtNDE0NS1hNDE2LWMyMWY3OTY2N2Q0NA.jpg&imgrefurl=https%3A%2F%2Ffr.linkedin.com%2Fpub%2Fhelene-grosso%2F34%2F423%2F738&h=200&w=200&tbnid=RhLf8KC5ztH2iM%3A&docid=WJdKo8mkHHzG7M&ei=UY-wVsyvM8mqU5ShpdAK&tbm=isch&iact=rc&uact=3&dur=3302&page=1&start=0&ndsp=25&ved=0ahUKEwiMnIq3-djKAhVJ1RQKHZRQCaoQrQMIJzAC

.

Hélène Grosso est Directrice des Editions Encres de Siagne (Alpes Maritimes, Le Tignet, près de Grasse).

Elle est aussi Écrivain public, auteur jeunesse.

Elle a obtenu son diplôme d’écrivain public – auteur conseil, à l’université du Sud – Toulon Var, et sa licence en écritures publiques et privées à la Sorbonne.

Elle est animatrice en ateliers d’écriture en milieu scolaire et carcéral. Elle guide l’écrivant à la recherche de son empreinte.

Elle rédige actuellement un roman historique.

(Source : affiche du festival)

.

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

Jean-Louis RIGUET 09 février 2016

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

JL à l’écoute de … Denis EMORINE

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Denis EMORINE

.HPIM4153

.

 1/ Qui êtes-vous ? Quel est votre parcours ?

Denis EMORINE. J’ai fait des études de Lettres à la Sorbonne. J’ai toujours été passionné par la littérature.

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

J’ai été dans l’enseignement.

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre passion ?

La lecture et l’écriture ont toujours été mes passions. Le théâtre également;  d’ailleurs, j’en écris.

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

« Admirateurs » est certainement un mot excessif. J’exige peut-être beaucoup de mes lecteurs en leur demandant d’explorer mes textes en profondeur sans être guidés. Il m’arrive de faire des lectures publiques, des conférences sur mes écrits ou sur la littérature.

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Oui, les trois. En 2014, j’ai donné deux conférences à l’université ELTE de Budapest : l’une sur ma poésie et l’autre sur la poésie francophone. J’ai rencontré des lecteurs en France, en Allemagne, en Grèce, en Hongrie,  et aux Etats-Unis, fait des lectures en français et en anglais dans des librairies, des lycées, des universités…

 

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

J’écris depuis l’âge de sept ans. J’écris essentiellement de la poésie, des nouvelles, du théâtre et des essais.

 

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

Il s’agit d’un recueil de poèmes : Bouria, des mots dans la tourmente  paru en 2014 aux éditions du Cygne.  J’ai voulu rendre hommage aux artistes soviétiques et aux anonymes réprimés, déportés voire massacrés par Staline. On y retrouve des poètes comme Anna Akhmatova, Marina Tsvetaïeva, Boris Pasternak et Alexandre Karvovski, des cinéastes tels Andreï Tarkovski sans oublier tous ces inconnus persécutés et déportés  par le régime stalinien, ceux que j’appelle les suppliciés ou les prisonniers.

 

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

Dans toutes les bonnes librairies selon l’expression consacrée mais certains sont épuisés.

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? Aux e-book ?

En tant qu’auteur, je m’oppose résolument aux publications à compte d’auteur ou même à compte participatif. Beaucoup d’éditeurs proposent une version de leurs livres sur papier et le e-book correspondant, ce qui est une bonne alternative, l’un se nourrissant de l’autre et réciproquement.

 

10/ Quel est le conseil le plus important que-vous-ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

Votre question m’embarrasse. Peut-être cet aphorisme de Nietzsche : « Il faut quitter la vie comme Ulysse quitta Nausicaa, avec plus de reconnaissance que d’amour » (je cite de mémoire). Le moment venu, on verra bien…

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

Jusqu’à présent, je n’ai pas écrit de roman : j’ai essayé, ce fut un échec. Je n’ai pas écrit de biographie non plus. Je rêve parfois de la commande d’un éditeur –mécène qui m’offrirait un séjour en Italie pour écrire la biographie d’un peintre, par exemple ; je prendrais mon temps en visitant ce pays aimé. Je n’ai pas de préférence dans l’écriture même si le théâtre me permet d’écouter  mes pièces, mêlé aux spectateurs : c’est une sensation indescriptible. La première fois, c’était en 1992 ; il s’agissait de  La Visite. J’étais dans l’état d’esprit d’un schizophrène : j’avais l’impression de voir la pièce d’un homme qui était à la fois moi, Denis Emorine, et un inconnu qui portait mon nom. C’était une forme de dédoublement difficile à décrire. Les mots que j’entendais, portés par les comédiens, ne m’appartenaient plus vraiment. J’ai ressenti une sensation curieuse, une sorte de malaise et de griserie en même temps. Pour la lecture, j’aime  tout sans restriction, pourvu qu’il s’agisse d’un écrivain que j’apprécie.

 

12/ Comment écrivez-vous ? 

Je ne suis pas sûr de bien comprendre votre question. J’écris sous l’effet de l’inspiration (le mot est impropre mais lequel lui substituer ?) J’ai l’impression de rédiger fébrilement sous l’effet d’une voix intérieure qui me dicte ce que je dois écrire : poème, nouvelle ou pièce de théâtre : parfois cette « dictée » dure plusieurs heures, il faut que j’écrive immédiatement sinon tout est perdu. Après, je suis littéralement épuisé. Je laisse « reposer » sans y toucher pendant plusieurs semaines puis je corrige le texte avec rigueur et même sévérité ; le correcteur a un regard différent de l’écrivain. C’est une forme de dédoublement indispensable.

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

L’inspiration ? Je crois avoir répondu à cette interrogation à la question 12

Des commandes d’ouvrages ? Oui par exemple, en 1993, j’ai participé à Qu’est-ce que la littérature érotique ? Soixante écrivains répondent, ouvrage collectif (Editions Zulma / La Maison des Ecrivains)  1993. Il m’arrive également de donner des poèmes ou des nouvelles pour des anthologies en France et à l’étranger. Quelquefois, ce sont des textes collectifs sur un thème précis, « engagé » comme Haïti ou les migrants.

 

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

Mes thèmes de prédilection sont la recherche de l’identité, le thème du double et la fuite du temps. Je suis également fasciné par l’Europe de l’Est. Dans mon théâtre et mes nouvelles, on trouve l’incompréhension entre les êtres humains supposés utiliser la même langue, un vocabulaire identique pour se comprendre. Tout peut arriver lorsque les choses se passent autrement que vous le prévoyez : les sentiments s’exacerbent, la violence surgit, tous les conflits deviennent possibles parce que certaines personnalités écrasent celle des autres pour survivre. C’est le sujet de deux de mes pièces Sur le quai et Après la bataille.

A partir du moment où ils sont couchés  sur le papier mes personnages existent dans la réalité, du moins à mes yeux. Je pense notamment au personnage de Laure Dujardin dans ma pièce Sur le quai. D’autres sont inspirés par des rencontres : Dans Ce soir vers 21 heures, le narrateur, un écrivain, fait la connaissance d’une jeune fille à un congrès de poésie en Roumanie. C’est une nouvelle autobiographique, j’ai rencontré Marika. J’ai écrit ce texte sous l’effet d’une émotion. Certains de mes poèmes sont dédiés à des artistes : Theo Angelopoulos, Paul Celan, Tatiana Samoïlova…par-delà la mort comme dans Bouria.

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

Aucun, je crois.

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

Il y en a tellement ! J’ai du mal à faire un choix ! Camus, René Char, Pierre Reverdy, Kafka, tous les classiques russes…et beaucoup d’autres !

 

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

Un roman de Michel Zevaco Les amants de  Venise.

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Je relis un manuscrit de poèmes Psaumes du mensonge, poèmes à lire avant la guerre. Je pense qu’il est achevé dans tous les sens du terme. Je suis en quête d’un éditeur.

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Pas précisément, des projets encore vagues de voyages  sinon un choix de nouvelles aux Etats-Unis aux éditions Cervena Barva Press http://www.cervenabarvapress.com/

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Sur mon site http://denis.emorine.free.fr (français/anglais/russe)

————-

Le .22/06/15

Denis EMORINE

.

cover high

 

.

DSCN3312

 

.

Denis EMORINE

 

Trois poèmes à Carmen

(Extraits de

Psaumes du mensonge (inédit) )

 

 

1

Carmen

Je voudrais retrouver la forme de tes bras

T’accompagner aux frontières de la mort

L’amour n’a plus d’odeur

Et la bouche est close

Je me sens si vieux Carmen

Alors que c’est toi qui es partie

Mais je ne t’en veux pas

D’avoir fermé la porte à double tour en sortant

 

Parfois je hais la métaphore

De mentir ainsi à ceux qui s’aiment

 

—————

2

Le monde ne fait plus le tour de ta maison

L’amour n’a plus de mots pour te  célébrer

J’existe à peine au moment de partir loin de toi

J’hésite à vivre

Je n’ose plus poser la main sur le papier trompeur

Lorsque j’ouvre la porte c’est pour constater que

L’obscurité durcit contre moi

La vérité est celle de la tombe

La terre n’a plus d’odeur même après la pluie

Le vent s’engouffre dans les jours défunts

Dans nos gestes déserts

Je voudrais m’arrêter quelque part

Pour te parler enfin

Pour enfoncer mes mains dans la boue

Et en recouvrir mon  visage

Parce que je ne sais plus aimer

 

———

3

Laisse-moi prendre ta main une dernière fois

Je sens déjà le froid m’envahir

Et la grimace de la mort

Figer mes pensées

J’essaierai je le jure

J’essaierai

De croire en ton Dieu

S’il te laisse une dernière fois

Prendre dans tes bras

Le petit garçon égaré

Pourquoi tournes-tu la tête

Au lieu de me sourire ?

Où t’enfuis-tu sans me regarder ?

J’ai peur d’oublier ton nom

Il pleut déjà

Sur les mots d’amour que  n’ai pas osé

Te murmurer Carmen

.

couverture éter

.

Je remercie sincèrement Denis EMORINE d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

Jean-Louis RIGUET 24 juin 2015

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://librebonimenteur.wordpress.com/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

http://jeanlouisriguetecriveur.blogspot.fr/

.

 

JL à l’écoute de … Eric Dubois

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Eric Dubois

.

Eric Dubois

© Frédéric Vignale

.

1/ Qui êtes-vous   (VOS Prénom et NOM) ? Quel est votre parcours ?

 Eric Dubois. Le parcours de Monsieur Tout le monde.

 2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

Pas envie d’en parler.

3/ Quaimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre passion ?

J’aime bien peindre et faire quelques photos, avec mon smartphone. J’ai fait un peu de théâtre amateur, quelques mois.

4/ Quattendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

J’attends du public (mais aussi des critiques) de la reconnaissance. Je me fais connaître via les réseaux sociaux et via mes blogs et sites, mais aussi par les revues littéraires (papier et web) qui publient mes textes et bien entendu par mes livres. Je vais ainsi à la rencontre de mon public par le biais de lectures publiques et autres récitals de poésie et bien entendu dans les séances de dédicaces en salons et en librairies. Je pense aussi que le « bouche à oreille » compte davantage  encore que les réseaux sociaux et les blogs et je l’érige quasi en vertu.

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Oui.

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Quavez-vous déjà écrit ?

Depuis une trentaine d’années, depuis l’adolescence. J’ai écrit une dizaine de livres publiés

aux éditions Publie.net, Encres Vives, L’Harmattan, Hélices , Le Manuscrit, cela depuis 2001.

Je publie en revues depuis 1995 (ça va faire vingt ans en Mars prochain).

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

« Lyre des nuages » chez Encres Vives. Il s’agit d’un long poème triste. Pour moi, la tristesse est le fondement de tout.  Musset écrivait : « Les plus désespérés sont les chants les plus beaux. «

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

En commande en librairies, sur le Net et par correspondance. J’ai parfois quelques exemplaires chez moi.

Plus d’infos sur : http://ericdubois.info

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte dauteur ou à compte participatif ? Aux e-book ?

Je préfère les publications à compte d’éditeur quand l’éditeur prend le risque de vous publier. Je n’ai pas d’avis sur le compte d’auteur. Chacun fait comme il peut.

Quant aux e-books, j’ai comme éditeur Publie.net qui a longtemps été un éditeur de livres numériques (depuis 2008) et qui depuis 2012 propose aussi des livres papier en Pod (Impression à la demande).

J’ai une liseuse et une tablette. J’alterne dans mes lectures les livres et les e-books.

J’aime bien aussi la lecture des blogs et des sites littéraires.

10/ Quel est le conseil le plus important que-vous-ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

Depuis 2007, je mets en ligne des poètes et des écrivains contemporains dans ma revue culturelle en ligne « Le Capital des mots » ( http://le-capital-des-mots.fr ) et certains débutants m’ont demandé des conseils, je ne me sens pas le plus apte à en donner si ce n’est ceci «  Ecrivez  pour vous , pas pour satisfaire un public . Soyez vous-même ! »

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

 J’aime écrire de la poésie et la lire bien entendu. J’aime tous les genres littéraires, je lis des romans, de la poésie, des essais, des nouvelles, des biographies…

J’écris un récit, en ce moment, pas évident pour moi. Dans le passé, j’ai fait des tentatives de roman, sans plus. J’ai balancé il y a quelques temps sur le Net un récit « Lunatic » écrit en 1993-94 et corrigé en 2012, qui n’a pas trouvé d’éditeur, c’est un document, une sorte de balise, de repère. C’est écrit dans un style qui n’est plus le mien. C’est une curiosité.

12/ Comment écrivez-vous ? 

Pas à coup, en peu de jets, un ou deux jets, peu de correction. Il s’agit de flashs.

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes douvrages ?

Je puise dans mon for intérieur, dans ma psyché.

Je n’ai jamais écrit pour le moment des ouvrages personnels dont le thème m’était imposé, à la commande. Cela dit, il m’est arrivé d’écrire pour des anthologies, des ouvrages collectifs avec un thème imposé.

4/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

Je suis un novice en matière de récit. Je suis un « poète » avant tout. Pas de théories, là-dessus.

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

Etre soi-même, lire les classiques et les contemporains.

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

Charles Dobzynski. Samuel Beckett. Pierre Reverdy. Marguerite Duras. Paul Eluard. Henri Michaux. François Bon, André du Bouchet, Christian Gailly  … Ils sont nombreux en fait.

Je dois avouer que j’aime bien aussi Houellebecq, Despentes, Beigbeder, Easton Ellis, Ravalec, Eudeline…

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

Vies minuscules de Pierre Michon.

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Oui.

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

10 Mars 2015 : Escale Poésie et Chanson. Lecture à la Sorbonne (amphithéâtre Guizot)  avec d’autres poètes, chanteurs et comédiens.

21 Mars 2015 : Printemps des poètes à St Maur des Fossés.

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter etc.) Sur mon blog « Les tribulations d’Eric Dubois »

http://ericdubois.net

et sur mon site :

http://ericdubois.info

http://www.facebook.com/l.php?u=http%3A%2F%2Fericdubois.info%2F&h=_AQFnavNG

————-

Le  3 Janvier 2015

Eric Dubois

.

Eric Dubois

.

 Et voilà

Nimbes

Lyre du pauvre

Chaque nuage pour

chaque sommeil

Geste d’entreprendre

dans le chaos présent

Geste d’oubli

au parloir des murmures

Geste évasif

et plus rien que des

mots les uns les autres

l’un après l’autre

qui  se suivent et se menacent

Extrait de « Lyre des nuages » ( Encres Vives).

.

 Eric Dubois

.

Eric Dubois, Marche de la poésie, Paris. 2010

 Photo : ©  Frédéric Vignale.

.

.

Je remercie sincèrement Eric Dubois  d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Jean-Louis RIGUET 05 janvier 2015

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://librebonimenteur.wordpress.com/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

http://www.riguetauteurlivres.com/

http://riguet-jean-louis.e-monsite.com/

.