Publié par Laisser un commentaire

JL à l’écoute de … Angèle Casanova

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Angèle Casanova

.

© crédit photo Philippe Martin

.

1/ Qui êtes-vous ?

Angèle Casanova

 

Quel est votre parcours ?

Je tiens un web livre, Gadins et bouts de ficelles, depuis 2006. Je contribue régulièrement à des revues papier et numérique depuis 2014 et mon premier livre, Là où l’humain se planque, vient de paraître aux éditions Tarmac dans la collection Complément de lieu.

J’écris de la poésie et des nouvelles.

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

Je suis bibliothécaire depuis 15 ans, et actuellement sur un poste de responsable web.

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre autre passion ?

La lecture et le dessin.

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

Je n’attends rien d’eux, si ce n’est qu’ils lisent mon livre.

Je publie des informations sur mes publications sur mon site et sur les réseaux sociaux.

Je participe à des festivals, à des lectures et à des rencontres en librairie. En 2016, j’ai participé aux Festivals Zinzoline s’expose (février) et Montmeyan en poévie (août) – où nous nous sommes rencontrés.

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Systématiquement. Je travaille dans la médiation culturelle, et cet aspect des choses est important pour moi.

 

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

Depuis que je sais tenir un stylo à peu près bien.

Voir ma bio-bibliographie sur le site de la Maison des écrivains et de la littérature

 

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

Là où l’humain se planque est mon premier livre. Il est né d’une rencontre avec Jean-Claude Goiri. Lors du Salon du livre 2015, sa revue le Festival permanent des mots était mise à l’honneur à l’entrée du Salon. Je suis allée me présenter, nous avons beaucoup discuté et je lui ai envoyé quelque temps après un poème, cent soixante degrés (publié dans le FPM n° 9). Lors du Salon du livre 2016, Jean-Claude m’a invitée à lire un texte inédit lors de la rencontre Festival Permanent des Mots et le projet de livre a démarré tout de suite après.

Les deux textes présentés dans le recueil, Là où l’humain se planque et A ouvrir dans trente ans, ont d’abord été publiés sur le web. Le premier a été créé pour les Vases communicants de mai 2013, lors d’un échange de blog avec François Bonneau. Le principe de cet échange était d’écrire à partir des photographies de l’autre. Je l’ai d’ailleurs lu lors de la soirée Du blog à la scène, les Vases communicants donnent de la voix, proposée à la Bibliothèque Faidherbe (Paris), le 2 mai 2013.

Le poète et peintre Jacques Cauda a eu la gentillesse d’accepter de réaliser la couverture de mon recueil. Son œuvre participe du projet. La femme comme objet du regard de l’homme, le modèle comme objet de la fascination du peintre. Il nous propose une belle mise en abîme, qui parle de désir de domination, de violence et de fascination. À la fois le reflet de la société telle que je la vois, et du chaos personnel que j’essaie d’exprimer dans mes textes.

 

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

Mon livre est disponible :

  • Sur internet : sur le site des éditions Tarmac et sur celui de la Librairie Mollat.
  • En librairie : à la Librairie du Chat Borgne de Belfort, à la Librairie Les Papiers bavards d’Audincourt et bientôt à la Librairie comtoise de Vesoul.
  • En bibliothèque : à la Bibliothèque municipale de Belfort.

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? À l’e-book ?

Je ne publie pas à compte d’auteur si ce n’est sur mon site personnel.           © crédit photo Philippe Martin

Je suis favorable à tous les supports d’écriture, qu’ils soient papier ou numérique, du moment qu’un éditeur suit le projet.

 

 

10/ Quel est le conseil le plus important que vous ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ? 

Un double conseil émanant à la fois de Jean-Claude Goiri et d’Hervé Bougel (des éditions pré # carré) : oublier les textes envoyés, pour me concentrer sur les textes en cours d’écriture.

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

Je lis tout le temps de tout. Mais les essais nourrissent ma pensée et mon écriture de gestes et de faits. Et c’est important pour moi.

Je lis beaucoup de littérature jeunesse, ce qui est un réel atout pour l’écriture poétique. En effet, elle déborde de fantaisie, d’images poétiques débridées et m’a, précisément, libéré l’imaginaire. J’apprécie aussi tout particulièrement l’importance que l’oralité y prend. Dernièrement, un lecteur m’a dit que mon livre l’avait laissé indifférent jusqu’à ce qu’il le lise à voix haute. Cela m’a semblé logique, puisque, moi-même, j’écris à voix haute, en envisageant dès le départ que mon texte ne sera fini que si j’arrive à le lire.

 

12/ Comment écrivez-vous ?

À voix haute, vite, d’un seul jet. Je sais, au moment où je pose mes doigts sur le clavier, si cela va être un poème ou une nouvelle, et je n’écris pas de premier jet sur un carnet. L’ordinateur est mon outil de travail et les idées mijotent souvent plusieurs mois avant d’être écrites, parfois très vite, en un quart d’heure.

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

Dans rien, des choses impalpables, la vie quotidienne, un geste, un rayon de lumière.

Mon livre en est à son deuxième tirage. Le premier tirage était à 50 exemplaires.

 

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

Je ne construis rien, je ressens. Je ne sais pas construire un personnage. Rien n’est donc vraiment imaginaire. Je pioche, je trie, je rassemble des traits observés, lus, mais je n’imagine, précisément, que cet assemblage.

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

Envoyer des textes aux revues littéraires, pour confronter ses envies d’écriture avec la réalité.

Ne pas payer pour la publication de ses livres.

Avoir une approche disciplinée de l’écriture. Écrire, écrire, envoyer, persévérer. Travailler.

Suivre les maisons d’édition, les connaître et aller à la rencontre des éditeurs lors des salons.

© crédit photo Philippe Martin

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

Françoise Ascal / Silvia Baron Supervielle / Marcel Béalu / Didier Blonde / André Dhôtel / Georges Didi-Huberman / Annie Ernaux / Neil Gaiman / Tove Jansson / Jack London / Richard Matheson / Cormac McCarthy / Maurice Pons / Claude Ponti / Grisélidis Réal / Germaine Tillion / David Vann

 

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

Beaucoup trop de livres en simultané :                                                                                      © crédit photo Philippe Martin

Spoon river : catalogue des chants de la rivière, par Edgar Lee Masters (Le Nouvel Attila, 2016)

Le Roman des revues, par Mathieu Bénézet (Ent’revues, 2012)

Vanité aux fruits, par Derek Munn (L’Ire des marges, 2017)

Wild, par Cheryl Strayed (Arthaud, 2013)

Le bunker : troisième témoignage, par Benoît Camus (Jacques Flament, 2015)

Modes & travaux : une histoire de la femme française, par Élodie Lantelme

et Patricia Wagner (Solar, 2014)

Sally Jones, par Jakob Wegelius (Thierry Magnier, 2016) – le roman, pas la bande dessinée.

Game of thrones : le trône de fer : les origines de la saga, par George R.R. Martin, Elio M. Garcia et Linda Antonsson (Huginn & Muninn, 2014)

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Un recueil de poésie jeunesse, un recueil de nouvelles et un livre d’artiste avec Florent Wong.

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

J’ai plusieurs parutions prochainement :

  • Sarrazine, n° 17, 2017
  • Résonance générale, n° 9, 2017
  • Le Cafard hérétique, n° 9, 2017
  • 36 choses à faire avant de mourir (anthologie), éditions pré # carré, 2017
  • Verso (automne 2017)

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Sur ma page Facebook, mon compte Twitter et sur mon site.

————-

Le 30 avril 2017.

Angèle Casanova

.

© crédit photo Philippe Martin

.

Extraits

 

 

 

A ouvrir dans trente ans, in : Là où l’humain se planque, éditions Tarmac, collection Complément de lieu, 2017, p. 21
« Elle regarde le plafond, compte les fissures, apprend par cœur les dessins hasardeux qu’elles forment, une biche, une chaise, constellations nouvelles sur ce ciel improvisé. Elle regarde le plafond, des heures, des jours, elle ne sait plus. Les persiennes font entrer le soleil et puis non, le temps disparaît. Seule compte l’attente, et encore, au début. Même cela finit par disparaître. Dès lors, elle se contente de fixer le plafond. »

 

                                                                                                                                           © crédit photo Philippe Martin 

Le lit, in : Hors-Sol, 2016
« mon lit
est un monde plat
à quatre coins
aux bords vertigineux tombant dans la poussière
il me donne l’impression que je pourrais
tel little nemo partir à l’aventure
m’envoler par la fenêtre avec pour seul bagage
ce continent mobile
et pourtant ce havre
tous les matins
je le quitte
et le regrette »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

© crédits photo Philippe Martin pour les portraits

.

Je remercie sincèrement Angèle Casanova d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, sculpteur, peintre, photographe, acteur, comédien, théâtreux, styliste, musicien, chanteur, colleur de papiers, en un mot artiste  sans discrimination de l’art pratiqué,

si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site est ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

Chaque chronique est ensuite partagée sur Facebook, Twitter, Linkedin, Google+, Pinterest et parfois Tumblr.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

https://lecriveurjeanlouisriguet.blogspot.fr/

.

© Jean-Louis RIGUET 02 mai 2017

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

Publié par Laisser un commentaire

Les rencontres de la MEL

La Maison des Ecrivains et de la Littérature

organise en mars et avril 2014

des rencontres littéraires.

.

Programme MEL

.

La Maison des écrivains et de la littérature a pour vocation de penser et d’organiser des rencontres publiques, avec et pour les auteurs français et étrangers : elle se présente comme un espace de réflexion et un laboratoire qui permet l’invention de nouvelles formes de médiation et de diffusion de la littérature, contemporaine et patrimoniale. Elle travaille étroitement avec les professionnels du livre, les critiques littéraires et les universitaires afin d’interroger le fait littéraire.

Tous les mercredis midis et un samedi par mois, la Mel est accueillie par le Petit Palais Musée des Beaux-arts de la Ville de Paris et propose une rencontre, dans le cadre de ses cycles littéraires qui se composent de :
–  « Entendez-voir, la littérature est-elle soluble dans la télévision ? » : des écrivains contemporains revisitent des moments littéraires de la télévision. Rencontres organisées avec l’Ina.
– « Les auteurs lisent… » : afin de célébrer l’œuvre d’un écrivain disparu, des auteurs contemporains sont invités à lire cet auteur, et à expliquer en quoi celui-ci compte tant pour eux.
– « En échange » : un écrivain contemporain présente l’un de ses pairs. Ce cycle proposé par la Mel et la Bpi souhaite favoriser le jeu des complicités littéraires.
Depuis janvier 2013, un mardi par mois, l’une de nos rencontres littéraires est accueillie …

http://www.m-e-l.fr/programmation-rencontres.php

.

En Mars 2014

Mercredi 5 mars de 13 h à 14h30

Dans le cyle « En Echange », rencontre avec Nicole Caligaris en échange avec Marcel Moreau, à l’auditorium du Petit Palais Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris

Il s’agira « d’un dialogue à deux voix pour bousculer, outrer, prendre presque au corps dans une lutte sombre et lumineuse à la fois ».

Le dernier livre de Nicole Caligaris : Le Paradis entre les jambes (2013), chez Verticales.

Celui de Marcel Moreau : La Violoncelliste (2011) chez Denoël.

.

Mercredi 12 mars de 13 h à 14h30

Dans le cycle « Entendez-voir », rencontre avec Jeanne Benameur et Erri De Luca, à l’auditorium du Petit Palais Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris

« Jeanne Benameur a puisé dans les archives de l’Ina des séquences télévisuelles consacrées à Erri De Luca. »

Le dernier livre de Jeanne Benameur  : Profanes (Actes sud, 2013, Grand Prix RTL-Lire).

Celui de Erri De Luca : Les Poissons ne ferment pas les yeux (2013) Gallimard.

.

Programme de la MEL_0004

.

Samedi 15 mars de 15 h à 17 h

Dans le cyle « Impromptus », rencontre pour saluer Jean-Jacques Sempé, à l’auditorium du Petit Palais Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris

Avec la complicité de Benoît Duteurtre, Amélie Nothomb, Joël Egloff, Mathieu Lindon et Jacques Réda, un commentaire par chacun des dix meilleurs dessins selon lui ou elle, puisés dans la célébrissime série du Petit Nicolas ou dans les albums parus chez Denoël de Rien n’est simple (1962) à Sentiments distingués (2007).

.

Mercredi 19 mars de 13 h à 14h30

Dans le cycle « Poésie et Cie », rencontre avec François Bon, en poésie, à l’auditorium du Petit Palais Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris

Jean-Michel Maulpoix et Benoît Conort, poètes et universitaires, invitent François Bon, écrivain, essayiste et éditeur numérique.

Dernier livre : Proust est une fiction (Seuil, 2012).

.

Mercredi 26 mars de 13 h à 14h30

Dans le cycle « les mercredis littéraires au Petit Palais », rencontre avec Paul Louis Rossi, à l’auditorium du Petit Palais Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris

« Paul Louis Rossi est l’un des poètes majeurs de sa génération, un auteur de prose et de chroniques de Jazz, récits, romans, essais, etc. »  Il s’entretiendra avec Patrick Kechichian, critique littéraire à La Croix et auteur.

Dernier livre de Paul Louis Rossi : Démons de l’analogie (Joca Seria, 2012).

Dernier livre de Patriock Kéchichian : Paulhan et son contraire (Gallimard, 2013).

.

Samedi 29 mars de 14 h à 17h30

Dans le cyle « Anniversaire »,  hommage à Marguerite Duras / enfance (s), à l’auditorium du Petit Palais Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris

A l’occasion du centenaire de sa naissance, hommage sera rendu par la MEL à l’écrivain sous l’angle de cette ressource infinie que fût pour elle l’enfance.

Seront présents : l’éditeur Thierry Magnier qui vient de faire paraître une réédition d’Ah ! Ernesto, et la dessinatrice Katy Couprie. Il sera présenté l’entretien de Marguerite Duras avec Benoît Jacquot, filmé sous le titre La mort du jeune aviateur anglais, en présence de Claude Guisard, ancien directeur des programmes de création à l’Ina et de Jean-Max Colard, commissaire, en octobre 2014, de l’exposition « Duras Song » à la BPI du Centre Pompidou.

Les troisième et quatrième volumes de ses Oeuvres Complètes paraissent en Pléiade.

.

Programme de la MEL_0003

.

En Avril 2014

Mercredi 2 avril de 12h30 à 14h30

Dans le cycle « Entendez-voir », rencontre pour saluer Max Jacob, à l’occasion du 70ème anniversaire de sa mort, à l’auditorium du Petit Palais Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris

Seront présents : Jean-Baptiste Para, président du Jury du Prix Max Jacob et rédacteur en chef de la revue Europe, Antonio Rodriguez rédacteur en chef des Cahiers Max Jacob, Patricia Sustrac, président de l’association des Amis de Max Jacob, Esther Tellermann, poète et essayiste.

Max Jacob est l’auteur de Le Cornet à dés.

Dernier livre de Esther Tellermann : Le Troisième (Editions Unes, 2013).

.

Mercredi 16 avril de 13 h à 15 h

Dans le cycle « les mercredis littéraires au Petit Palais », la « belle journée » de Christian Prigent, à l’auditorium du Petit Palais Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris

Une route, un virage, un cycliste qui file à toute allure, chevelure blanche et lunettes noires. C’est Christian Prigent, dans le portrait filmé de Ginette Lavigne, réalisé en 2010. Des lieux évoqués dans ses autobiographies : Commencement (1989), Une phrase pour ma mère (1996), Grand-mère Quéquette (2003) et Demain je meurs (2007), toutes publiées aux éditions POL.

Présentation du film par Jean-Louis Comolli, cinéaste et critique. Entretien entre Christian Prigent et Ginette Lavigne.

.

Mercredi 23 avril de 13 h  à 14h30

Dans le cycle « les mercredis littéraires au Petit Palais », rencontre avec René de Ceccatty : Mes Argentins de Paris, à l’auditorium du Petit Palais Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris

Illustré par une trentaine de photographie, Mes Argentins de Paris (Séguier) évoque le parcours de nombreux artistes et écrivains.

Seront présents à ses côtés : Silvia Baron Supervielle, traductrice et poétesse, Edgardo Cozarinsky, écrivain et réalisateur. Thierry Clermont, critique littéraire au Figaro animera l’échange.

.

http://www.m-e-l.fr/programmation-publique.php

.

Programme de la MEL_0001

.

Tous ces textes et informations sont extraits du programme des RENCONTRES LITTERAIRES de la MEL.

.

Programme de la MEL_0002

.

http://www.m-e-l.fr/jean-louis-riguet,ec,1053

.

http://www.sgdl-auteurs.org/jeanlouis-riguet/

http://www.m-e-l.fr/jean-louis-riguet,ec,1053

http://nouvelles-masquedor.e-monsite.com/

http://www.scribomasquedor.com/

http://www.dedicaces.ca

http://librebonimenteur.net/

.

Jean-Louis RIGUET

Membre de la Société des Gens de Lettres et du Bottin International des Professionnels du Livre

Sociétaire de la Maison des Ecrivains et de la Littérature

 .