Publié par Laisser un commentaire

7e Printemps du livre et du marque-page, dimanche 12 mars 2017

 

N’oubliez pas, c’est ce dimanche

 7e Printemps du livre et du marque-page

au domaine de Cangé à Saint-Avertin

L’ association « 11 Arpents »

Organise le

 DIMANCHE 12 MARS 2017

Le 7e Printemps du livre et du marque-page

.

Retenez bien cette date je serai présent

.

.

.

 

40 écrivains seront présents venant de toute la région, ainsi que 15 «signopaginophiles» (collectionneurs de marque-pages) venant de toute la France.

L’association édite tous les ans un marque-pages qui marque l’événement.

Le musée de la typographie animera la journée en présentant des techniques anciennes.

.

7ÈME PRINTEMPS DU LIVRE ET DU MARQUE-PAGE
Dimanche 12 mars – 10h à 18h
Domaine de Cangé
Buvette, crêpes, café, boissons sur place
Entrée libre

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

https://lecriveurjeanlouisriguet.blogspot.fr/

.

© Jean-Louis RIGUET 07 mars 2017

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et Membre de la Maison de l’Êcrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

Publié par Laisser un commentaire

Catimini se coiffe

Salon de coiffure cheveux dressés sur la tête lire un Poulpe.

via Salon de coiffure — Catimini Plume

Publié par Laisser un commentaire

Le Printemps des Livres à Lamotte-Beuvron

 

Je serai présent

Au salon du livre régional

Le Printemps des Livres

organisé par le GRAHS

annoncé par l’affiche suivante

.

.

Cliquer sur le lien

affiche-pdl-2017

.

Pour en savoir plus :

sur la page Facebook du GRAHS

http://www.grahs.1901.org/

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Jean-Louis RIGUET 25 Janvier 2017

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et Membre de la Maison de l’écrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

Publié par Un commentaire

Salon du livre et de l’écriture, Orléans La Source

J’étais présent

le samedi 26 novembre à partir de 14 h 30

Salon du livre et de l’écriture

pour vous dédicacer mes livres

 

RéCITS HISTORIQUES DE L’ORLéANAIS

Val de Loire, Beauce, Sologne

.

20160916_115334

.

Mais aussi

petales-eclectiques-couvertureunnamed

.

20160811_115710

.

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Jean-Louis RIGUET 28 novembre 2016

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et Membre de la Maison de l’écrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

Publié par Laisser un commentaire

Salon du livre et de l’écriture, Maison des associations de la Source à Orléans

 J’étais présent

le samedi 26 novembre à partir de 14 h 30

sur le stand des EDITIONS DU JEU DE L’OIE

pour vous dédicacer les

RéCITS HISTORIQUES DE L’ORLéANAIS

Val de Loire, Beauce, Sologne

 

.

20160916_115334

.

Salon du livre et de l’écriture

.

dscn4811dscn4810

.

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Jean-Louis RIGUET 28 novembre 2016

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et Membre de la Maison de l’écrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

 

Publié par Laisser un commentaire

JL à l’écoute de … Yvesvi

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Yvesvi

.photo

.

1/ Qui êtes-vous ? Quel est votre parcours ?

Virginie MAGNIER PAVE (pseudo : Yvesvi). Diplôme en Communication. Carrière essentiellement dans des collectivités territoriales.

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

Je suis Chargée d’études au sein d’une collectivité territoriale.

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre autre passion ?

J’aime la musique, le cinéma et le théâtre.

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ?

Des échanges, des avis, des critiques (toutes, sans censure)

 

Comment vous faites-vous connaître ?

La débrouille… Communiqué de presse, compte Facebook…

 

Comment allez-vous à leur rencontre ?

Salons et bientôt, j’espère, lecture à voix haute dans les bibliothèques.

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Pas encore…

 

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

Depuis environ 20 ans. J’ai écrit surtout des nouvelles mais aussi quelques poèmes.

 

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

« Bonnes ou mauvaises nouvelles »

Avec la parution de mon 1er livre « Bonnes ou mauvaises nouvelles ? », je propose des nouvelles très rythmées, plutôt dans le style noir / polar, mais pas que… Une narration parfois féminine, parfois masculine, transporte le lecteur dans des univers très différents où les émotions sont transmises sans filtre ni tabou. Les chutes, quant à elles, suscitent la surprise ou la stupéfaction.

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

Sur internet, différents sites : EDILIVRE, Amazon, librairie dialogues.

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? À l’e-book ?

L’édition à compte d’auteur : dur, dur !

 

10/ Quel est le conseil le plus important que vous ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

Persévérance.

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

Des romans et des nouvelles, parfois des biographies.

 

12/ Comment écrivez-vous ?

Ça dépend, pas de méthode particulière.

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

Le quotidien, l’actualité…

 

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

Pas de méthode particulière. Souvent l’histoire se construit au fur et à mesure des lignes ou des chapitres.

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

Pensez aux émotions que vous souhaitez transmettre.

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

Mary Higgins Clark – Éric Giacometti – Jacques Ravenne – Jo Nesbo

 

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

Le livre de RAPHAËL CUVIER « L’antipapillon ». J’ai rencontré l’auteur lors du Salon des auteurs locaux à Fleury les Aubrais le 1er octobre 2016.

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Oui, un roman.

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Non, pas pour l’instant

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Sur mon compte Facebook (en construction).

————-

Le 14 octobre 2016.

Virginie MAGNIER PAVE (pseudo : Yvesvi)

.couverture

.

Un article dans la République du Centre

articlerep

.

Voici le lien d’un extrait du livre :

https://www.edilivre.com/catalog/product/view/id/757198/s/bonnes-ou-mauvaises-nouvelles-2548616f07/#.WARvOYOLS70

.

photo

.

Je remercie sincèrement Yvesvi d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, sculpteur, peintre, photographe, acteur, comédien, théâtreux, styliste, musicien, chanteur, colleur de papiers, en un mot artiste  sans discrimination de l’art pratiqué,

si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site est ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

Chaque chronique est ensuite partagée sur Facebook, Twitter, Linkedin, Google+, Pinterest et parfois Tumblr.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Jean-Louis RIGUET 17 octobre 2016

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et Membre de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

Publié par Laisser un commentaire

Salon du Livre Veigné (37) pour une dédicace

Salon du Livre de VEIGNE (37)

 salon-du-livre-2016-flyers

Le Dimanche 02 octobre 2015 de 10 à 18 heures

Sixième Édition

salon-du-livre-2016-flyers 

Je serai présent avec mes livres 

et notamment mes deux derniers livres

Le Dénouement des jumeaux

Bataille de Coulmiers 1870

Docu-fiction

éditions du Masque d’Or – Collection la France en guerre

.

1ère Le dénouement des Jumeaux Coulmiers 1870.docx

.

Les jumeaux sont issus d’une famille de négociants à Orléans pendant la guerre de 1870. L’un part à Paris pour un stage d’agent de change, l’autre, souhaitant être avocat, est incorporé dans les Mobiles. La guerre survient.

Une terrible bataille (celle de Coulmiers en Loiret) se déroule avec l’armée de la Loire et l’un des jumeaux. L’autre subit le siège de Paris par l’armée prussienne.

Comment les jumeaux réagiront ils à cause des phénomènes relationnels de la gémellité ? Survivront-ils ?

Un docu-fiction historique est le cadre de ces échanges particuliers.

 .

123 pages – ISBN 978-2-36525-053-5 –

.

Les RéCITS HISTORIQUES DE L’ORLéANAIS

.

Couverture Récits Historiques 1

.

.

Il y a 7 récits historiques

La Butte des élus (Mézières-lez-Cléry)

A quelle époque remonte la coutume

qu’observent encore les jeunes femmes,

qui escaladent la Butte des Elus, pour avoir un enfant ?

La Grotte du dragon (La Chapelle Saint-Mesmin et Saint-Pryvé-Saint-Mesmin)

D’où provient le nom de la grotte du dragon

de la Chapelle-Saint-Mesmin ?

Le Pigeonnier (Boigny-sur-Bionne)

Savez-vous que le roi Louis VII épousa en deuxièmes noces Constance de Castille

à la Commanderie de Boigny-sur-Bionne,

après son mariage et son divorce calamiteux

avec Aliénor d’Aquitaine ?

Les Jeanne (Orléans et partout en France)

De toutes les légendes qui courent

sur Jeanne d’Arc,

laquelle est la plus vraisemblable ?

La Pierre du Duc (Saint-Hilaire-Saint-Mesmin)

Connaît-on vraiment les circonstances

dans lesquelles le duc de Guise

trouva la mort à Saint-Hilaire-Saint-Mesmin,

pendant les guerres de Religion ?

Lapin le balafré, chauffeur (Orgères-en-Beauce)

La terrible réputation qui poursuit

les chauffeurs d’Orgères-en-Beauce

est-elle méritée ?

Le Vaillant général (Loigny-la-Bataille)

Se souvient-on encore des tragiques événements

de la guerre de 1870

qui se déroulèrent en Beauce ?

.

C’est à ces questions que ces « Récits historiques de l’Orléanais » tentent de répondre.

Des récits courts.

.

EDITIONS DU JEU DE L’OIE

ISBN  978-2-36831-043-4

.

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

Jean-Louis RIGUET 25 septembre 2016

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et membre de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://librebonimenteur.net/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

Publié par Laisser un commentaire

Salon des auteurs à Fleury-les-Aubrais

N’hésitez pas à cliquer sur ce lien

salondesauteurs-3

Salon des auteurs à la bibliothèque des Jacobins

à FLEURY-LES-AUBRAIS

Le samedi 1er octobre 2016

de 14 h 00 à 18 h 00

Je serai présent lors de cette grande manifestation pour

une dédicace 

des RECITS HISTORIQUES DE L’ORLEANAIS

Val de Loire, Beauce, Sologne

sur le stand des Editions du Jeu de l’Oie

.

20160916_11532820160916_115334

.

.

Pour en savoir plus :

Salon des auteurs locaux

Ils habitent votre région.
Ils sont écrivains.
Venez les rencontrer !

Samedi 1er octobre
de 14 h à 18 h
Bibliothèque Les Jacobins
Entrée libre et gratuite

Avec la participation de Radio Arc-en-ciel

Jeunes ou retraités, ils sont publiés depuis des années ou …

Suivre le lien :

http://www.ville-fleurylesaubrais.fr/Biblioth%C3%A8ques/1098/25580

.

.

20160828_14190512993482_608793245939404_5526865259468262476_n

.

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Jean-Louis RIGUET 22 septembre 2016

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et Membre de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

Publié par Laisser un commentaire

JL à l’écoute de … Patricia Gulyas

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Patricia Gulyas

.AIbEiAIAAABDCNuCioLurIrxRSILdmNhcmRfcGhvdG8qKDUzMzM4MjYyZTAwNzM0ZTQ4MmQ5Y2NlMzJmOGZiNTkzNTg0YjI1NTAwAVFEgNK408lzrLCXUPLYOoOjzSNp

.

1/ Qui êtes-vous ? Quel est votre parcours?

Patricia Gulyas.

De formation Étalagiste décoratrice j’ai travaillé dans la création de vitrine, de décors pour magasin puis grâce à mon parcours artistique j’ai travaillé pour une compagnie de décors pour des salons. J’ai beaucoup créé de lettrages en machine pour des enseignes ou panneaux ce qui m’a mis à l’aise avec les outils informatiques. Puis en 1996 j’ai bifurqué dans le transport ce qui m’a permis d’immigrer quelques années plus tard au Canada ou je suis devenu Citoyenne Canadienne et où j’ai pu expérimenter d’autre facette de mes compétences. J’ai enseigné en école privée professionnelle et j’ai animé des ateliers d’arts ou de langue parallèlement à de multiples expositions, des travaux artistiques en tant qu’illustratrice free-lance ou en tant qu’artiste visuel (peinture murale, œuvre collective…). Mon parcours pluridisciplinaire m’a ouvert les yeux et m’a permis de m’adapter à diverses situations. Je me suis découvert une passion pour l’enseignement aux adultes et aux possibilités d’illustrations avec mes œuvres.

 

2/ Que faisiez-vous avant de peindre et d’écrire ?

J’ai toujours écrit et peint depuis l’âge de 14 ans mais j’ai gardé mes écrits de jeunesse dans des carnets et me suis concentrée sur mes peintures que j’ai commencé à exposer très tôt. Coté profession j’ai été pendant plus de 7 ans dans la création de décors et d’enseigne puis j’ai bifurqué dans le domaine du transport comme chauffeur et comme formateur en Amérique du Nord pendant plus de 3 ans. Alternativement j’enseignais la conduite de poids lourd et les arts plastiques puis j’ai travaillé en école primaire en tant que remplaçante de professeur, animatrice de langue et professeur d’art plastique avant de rentrer en France et de reprendre l’écriture en français (au Canada j’ai commencé à écrire en anglais de la poésie entre autres).

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ?

La danse mais j’ai fait une pause à cause d’un problème de genoux.

Quelle est votre autre passion ?

La musique et particulièrement la country musique que j’aime danser.

 

4/ Comment vous faites-vous connaître ?

J’ai deux blogs l’un pour les tableaux à destination des clients et des galeries d’art et l’autre consacré à l’animation artistique. J’utilise Facebook et Twitter, LinkedIn et autres supports sociaux en fonction du pays. J’envoie régulièrement des propositions à des maisons d’éditions et autre art licencing compagnies.

Qu’attendez-vous de vos admirateurs ?

Qu’ils m’aiment bien sûr ! Je plaisante. Sérieusement, qu’ils achètent ou parlent de moi à des acquéreurs ou galerie potentielle. Qu’un éditeur m’offre d’utiliser mes œuvres pour une Jacket (couverture) ou en illustration interne d’un livre. Que des admirateurs collectionnent mes œuvres et les montres (en expo dans leur bureau, leur salle de réunion, ou expo de leur fond d’œuvres d’art).

Comment allez-vous à leur rencontre ?

À la rencontre des clients par courrier traditionnel, dépôt de candidature, recherche d’appel d’artiste (en France ils appellent ça appel à candidature je crois). À la rencontre du public par les expositions de mes peintures, des participations autres telles le Salon du livre de Mazamet dans le Tarn ou des conférences sur le Canada et les Amérindiens en relation avec mon séjour de 12 ans au Canada.

 

5/ Faites-vous des rencontres que vous organisez comme des expositions ou des conférences sur vos œuvres ?

Oui, j’ai commencé à faire des propositions de conférences en France et en Belgique, je n’en ai donné qu’une pour l’instant et ça vraiment était un plaisir autant pour les participants que pour moi-même. J’ai aussi organisé des visites commentées en français et en anglais d’une de mes expositions aux Salvages à côté de Castres l’année dernière et j’ai fait d’autres propositions dans d’autres lieux culturels, j’attends leur réponse. Je n’ai jamais pensé à faire des conférences sur mes œuvres, je vous remercie de donner une excellente idée.

 

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’écrivez-vous ? Depuis quand peignez-vous ? Qu’avez-vous déjà peint ?

J’écris depuis mes années scolaires ou je m’ennuyais tellement et que par la fenêtre les vieilles pierres ou la nature m’appelaient. J’ai commencé par des poèmes d’adolescente romantique puis j’ai même écrit un roman sur le modèle des Arlequin que j’ai gardé soigneusement caché. Puis vers la vingtaine j’ai commencé à écrire des nouvelles et j’ai participé avec l’association ADAC de Chavannay (région Rhône Alpes) à des petites publications. En 2001 j’ai pris des cours universitaires de poésie et de littérature en anglais et cela m’a réenclenché le virus mais en anglais. Depuis mon retour en France j’ai mis quelques notes dans un petit carnet de voyage pour faire découvrir un petit coin du Canada mais je réfléchis à la création de livre d’enfant et à écrire mon parcours pour le partager et pour encourager jeunes et moins jeunes.

Côté peinture, je crois que j’ai commencé vers 15 ou 16 ans. Je peins depuis l’âge de 14 ans mais j’ai commencé très tranquillement influencé par Magritte et Hokusai. Ça a été une passion privée puis un média pour m’exprimer. J’ai ressenti une certaine douleur (massacre d’Amérindiens) et j’ai souhaité amener une sérénité et réflexion aux visiteurs sur ce sujet qui me touche mais qui représente aussi l’intolérance (sujet qui me touche très fortement). J’ai participé à des murales au Canada et répondu à l’appel du conseil des arts pour participer à un triptyque qui m’a amené à changer un petit peu mon travail. Certaines créations ont été destinées à la couverture de livre pour des auteurs Canadien ou de cartes postales pour une maison d’Édition du Colorado.

 

7/ Quelles sont vos dernières œuvres dans l’une et l’autre discipline ? Pouvez-vous nous en parler ?

En écriture en 2016 j’ai publié ce journal de voyage imagé de mes photos et de mes tableaux pour faire connaître deux artistes Canadien, parler des ours, des aigles et des paysages de l’ouest. En peinture j’ai fait une série influencée par les couleurs vertes des aurores boréales mais je suis en train de passer à un travail non pas plus sombre mais de couleur noire qui reflète un peu la profondeur de la nuit, de la forêt ou le côté obscure de la force…. ! Il peut avoir de multiple interprétation d’une des œuvres elles peuvent être simplistes : une belle image ou pas ; militantisme : protection de la faune et de l’eau ou avec un début de débat philosophique et shamanique. D’après mes amis amérindiens et Nord-Américains il y a beaucoup de shamanismes dans mes œuvres.

 

8/ Où peut-on se procurer vos œuvres ?

À la galerie d’art des Trésors de Jacob à Hawkesburry en Ontario, lors d’expositions. J’ai fermé mon atelier ouvert au public que j’avais dans un beau petit village médiéval en attendant de trouver un lieu plus adapté donc pour l’instant les admirateurs peuvent aller sur mon site et me contacter par mail. J’ai aussi une œuvre au musée d’Aveiro au Portugal (je ne sais pas où ils l’ont exposé).

 

9/ Appartenez-vous ou recommandez-vous d’une ou de plusieurs écoles ?

Je suis malheureusement autodidacte à la base bien qu’ayant repris des études universitaires en arts plastiques au Québec. Je recommanderais toutefois de faire un BAC artistique si possible et de partir à l’étranger étudier d’une autre manière, regarder d’un autre œil et écouter d’une autre oreille. Pour ma part apprendre l’anatomie, étudier quelques grands courants et oser serait la meilleure recommandation que je puisse faire.

 

10/ Quel est le conseil le plus important que vous ayez reçu ?

En peinture ! Je n’ai pas vraiment eu de vrai conseil mais au Canada à l’université le professeur m’a dit : « Patricia ! Pas de problème tu es une artiste » et des commentaires positifs et enthousiastes de galeristes Canadiens m’ont encouragée à croire en mes capacités et de ce fait à m’auto améliorer. Je crois qu’en écriture c’est aussi les Canadiens qui m’ont le plus encouragé à m’exprimer car pour eux l’intention compte plus que les fautes contrairement à la France. En France je m’arme à nouveau de courage pour écrire car la critique est plus blessante ici car on n’encourage pas par rapport au sujet de la création mais a la qualité de l’écriture donc je conseillerais à tous ceux qui veulent peindre ou écrire de le faire dans leur coin, de s’améliorer dans leur coin et de se rapprocher d’amis ou de personne positive uniquement, de contact à l’étranger et de tester leurs œuvres à l’étranger avant de combattre le public de France.

 

11/ Que préférez-vous faire comme œuvre dans chaque discipline ?

En peinture je laisse la toile m’inspirer mais je navigue toujours dans le domaine du symbolisme, teinté de surréalisme et de rêve. J’aime travailler à l’acrylique sur toile ou sur carton. En écriture j’aime poser quelques vers romantique en français ou lorsque j’écris en anglais autour de sujets que j’affectionne comme la route ou la musique country. Les nouvelles ou histoire courte m’avaient apporté beaucoup de plaisirs j’aimerais recommencer un jour.

 

12/ Comment travaillez-vous ?

J’aime écouter du blues ou être dans un pub anglais pour laisser aller mon stylo. Un bon verre (un seul) et une bonne conversation philosophique généralement amorcent une idée créatrice qu’elle soit écrite ou peinte. Côté peinture, c’est plus compliqué car il me faut un à deux jours de calme pour que mon cerveau commence à se libérer des pensées polluantes. J’aime peindre soit sur ma table pour des illustrations de petit format ou sur chevalet pour mes toiles mais j’adore peindre sur mur à l’extérieur et avec le son de la pluie si je suis à l’abri bien sûr. Me déconnecter c’est ce qui m’est le plus nécessaire, j’ai plus de mal à me déconnecter pour mon art visuel car mon matériel étant chez moi.

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration?

Hum ! J’ai parfois des flashs, parfois lors d’une conversation avec une musique en fond, parfois c’est la toile qui me parle et d’autrefois c’est un mélange d’émotion en réaction aux nouvelles du monde ou à des événements récents dans ma vie personnelle.

 

14/ Avez-vous eu des commandes d’œuvre ?

Oui ! Pour des clients Canadien, Américain et Hongrois sur toile et quelques œuvres directement sur mur aussi.

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs de livres, de peinture?

Je leur dirais de choisir un livre avec leur cœur : soit parce que la couverture leur parle ou soit par ce que le résumé les intéresse. Une œuvre qu’elle soit littéraire ou visuelle ne peut pas plaire à l’ensemble de la planète il ne faut pas toujours se fier aux commentaires des autres.

En peinture il faut regarder l’œuvre sous plusieurs angles. Le premier j’aime ou je n’aime pas. Si le tableau vous plaît super, sinon oubliez que vous ne m’aimez pas et regardez la technique. Si vous n’arrivez pas à juger la technique est ce que le sujet est intéressant et puis si vous poussez jusqu’à cette étape : qu’est-ce que l’artiste a voulu dire ? Car parfois « le discours » (sans trop de bla-bla) peut être intéressant. Pour ma part j’ai un discours mais je n’arrive pas à l’exprimer verbalement donc il est caché dans mes œuvres visuels.

 

16/ Quels sont vos auteurs et peintres préférés ?

En peinture Européen : Magritte, Dali pour leur créativité et rêverie, Siudmak pour la beauté de son surréalisme. Sur d’autre continent Emily Carr pour le personnage et son legs, Georgia O’keeffe pour la poésie de ses crânes, Bev Doolittle pour ces animaux cachés dans de magnifique paysage Américain et David Ovila un ami pour son surréalisme poétique.

 

17/ Vos sculpteurs préférés ?

Bill Reid

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Oui !

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir?

Expo au château de Lacaze dans le Tarn en juillet 2016

Du 19 juillet au 7 août 2016

Vernissage le vendredi 22 juillet à 18 h 30

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos expositions ?

Principalement sur mon blog : www.gulyaspatricia.wordpress.com

Ou www.patriciagulyas.wordpress.com

 

Ainsi que sur Facebook : https://www.facebook.com/patricia.gulyas.3 et d’autres sites qui seront listés sur mes blogs.

————-

Le 6 juin 2016

Patricia Gulyas

.

.beluga150x100

083

bald eagle in process

.haida canoe 150x100

.Eagle Spirit

 

.

.

Je remercie sincèrement Patricia Gulyas d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, sculpteur, peintre, photographe, acteur, comédien, théâtreux, styliste, musicien, chanteur, colleur de papiers, en un mot artiste  sans discrimination de l’art pratiqué,

si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

Chaque chronique est ensuite partagée sur Facebook, Twitter, Linkedin, Google+, Pinterest et parfois Tumblr.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Jean-Louis RIGUET 09 juin 2016

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et Membre de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

Publié par Laisser un commentaire

JL à l’écoute de … Wilfrid Hizembert / Lendraste .

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Wilfrid Hizembert / Lendraste

.Lansdalle

.

1/ Qui êtes-vous  ? Quel est votre parcours ?

Je suis Wilfrid Hizembert et j’écris sous le pseudonyme de Lendraste. De formation scientifique et ingénieur en informatique de métier, je nourris, depuis que je suis adolescent, un goût prononcé pour la littérature de l’imaginaire. Mon milieu professionnel et mon cursus universitaire sont très éloignés de mes goûts littéraires et de mes loisirs, même si, a posteriori, il apparaît évident que j’appartiens à la catégorie socioculturelle des geeks pour lesquels les sciences et l’imaginaire se rejoignent souvent.

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

Ce qui m’a amené à l’écriture est ce qui m’y maintient encore aujourd’hui : le jeu de rôle. Ce loisir, un jeu de société évolué bâti sur l’imaginaire, fut le tremplin de mes premiers écrits. Je n’écrivais pas de roman quand j’ai commencé le jeu de rôle (vers 10 ans) mais déjà, il me prenait l’envie de mettre en nouvelles les récits des exploits des personnages qui parcouraient les mondes que j’imaginais pour mes joueurs. À une table de jeu de rôle, j’exerce depuis toujours le rôle du meneur de jeu, le joueur qui imagine et décrit le cadre d’une histoire et qui arbitre ce que les autres joueurs vont y vivre au travers de leurs personnages.

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre autre passion ?

Le jeu de rôle est ma passion. Loisir créatif immensément riche, il est la rencontre du jeu de société, du théâtre, du cinéma et de la littérature. Y jouer n’est pas un art en soi, tout un chacun peut s’attabler et s’imaginer dans la peau d’un autre personnage vivant des aventures exaltantes. Pour moi, ce qu’il y a d’artistique, c’est la création nécessaire et préalable au jeu. Il faut concevoir les univers imaginaires ou concrétiser une vision uchronique de notre monde pour ensuite pouvoir se projeter dedans. Sans décor, sans Histoire (avec un grand H), point de récit possible, fut-il interactif ou non. Cette étape, essentielle à la mise en place d’un cadre de jeu de rôle, est pour moi une forme d’art. C’est par ailleurs un trait commun avec ma démarche créative lorsque j’écris un roman.

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

Curieusement, je n’attends pas grand-chose d’un admirateur. Son avis est partial et son jugement est faussé. Il n’est pas forcément de bon conseil pour progresser. De mes lecteurs en général, j’attends qu’ils soient responsables, capables de dire pourquoi ils ont aimé ou détesté et pas juste leur sentiment. Leurs avis ne me sont précieux qu’à partir du moment où ils sont sincères et utiles. Après quoi, le plus difficile reste de les rencontrer. Je n’ai que les réseaux sociaux et le bouche-à-oreille pour ça. Faire en sorte que le public nous trouve est une tâche ardue. C’est un peu pour ça que j’ai été au Salon du livre de Mazamet et que je vais probablement chercher d’autres adresses pour tenter d’aller vraiment à la rencontre du lecteur.

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Non, pas pour le moment car je débute. Ma tribune en tant qu’auteur, ce sont mes blogs et les réseaux sociaux pour l’heure.

 

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

D’aussi loin que je me souvienne, mes premiers écrits datent de mes années d’école primaire. Notre instituteur nous faisait travailler sur un petit magazine et j’ai pris goût à participer à une création littéraire qui se trouvait dans ces pages. J’étais loin, très loin d’avoir conscience que j’avais découvert là une vocation. Ça ne s’est vraiment manifesté comme tel qu’à la fin de mon adolescence, où je me surpris à écrire non pas uniquement pour préparer ou illustrer mes parties de jeux de rôle, mais également pour la beauté d’un récit. Cela dit, il a encore fallu passer une étape entre l’écriture intime et la publication. Cette étape, je l’ai franchie en 2005 avec un triptyque d’heroic-fantasy : La Cité des Mensonges (signé de mon nom civil).

 

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

Je vais parler de mes deux derniers livres, car ils sont parus cette année et ils n’ont rien à voir entre eux. L’un est le premier tome d’une série d’heroic-fantasy intitulée « l’Étau des Ténèbres ». L’autre est un recueil de poésie titré « Ce qu’on pense et qu’on ne dit pas ». Ce second ouvrage n’est pas, pour moi, une œuvre récente. C’est une compilation de poèmes écrits ces 15 dernières années dont les plus récents ont déjà plus de 5 ans. Ce recueil est très éclectique dans ses thématiques. Il s’agit de poésie classique qui porte bien ma signature dans son essence.

« L’Étau des Ténèbres » est, quant à elle, une œuvre plus actuelle et dont je suis encore très imprégné. La série comporte 5 tomes et son écriture est achevée. Seul le premier est disponible pour le moment et le second devrait arriver dans l’année. Les autres suivront. Ce récit conte les aventures d’une femme, héroïne de guerre, confrontée au jeu de la manipulation politique et religieuse dans un contexte xénophobe et presque dictatorial. Cette histoire est transposée dans un univers imaginaire moribond ayant ses propres problématiques, dans lequel les populations luttent contre l’extinction. Je qualifie cette œuvre aussi bien de dark-fantasy que d’heroic-fantasy de par ses thèmes sombres et désespérés et par le côté marquant de ses personnages hauts en couleurs.

 

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

Mes ouvrages sont référencés à la Bibliothèque de France, ils sont donc normalement accessibles chez les libraires à condition qu’ils les commandent. Le plus simple est de les commander sur le site de mon éditeur, les Éditions Stellamaris. Il répond vite à une commande. Pour la Cité des Mensonges, il faut passer par les éditions Le Manuscrit et prévoir un délai, car c’est de l’impression à la demande. Dans tous les cas mes ouvrages se retrouvent chez les grands libraires en ligne (Amazon, FNAC.COM, etc.).

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? À l’e-book ?

Par principe et en ce qui me concerne, je privilégie les publications à compte d’éditeur. Ceci pour des raisons très pragmatiques : je ne veux pas débourser un sou, je m’adresse à quelqu’un dont c’est le métier et je n’ai pas à faire moi-même la promotion de mon ouvrage. Je veux me concentrer sur ce qui est important pour moi, écrire. Imprimer et distribuer mon œuvre n’est pas mon centre d’intérêt. Cependant, les temps changent. Cette vision est, d’expérience, un peu trop simpliste. Trouver un éditeur qui fasse tout ça est un parcours du combattant pour un jeune auteur. Comme on dit, beaucoup de candidats, peu d’élus. Ce modèle a ses limites et il faut savoir accepter quelques compromis si, malgré le fait qu’on ne cherche pas forcément à être connu, l’on souhaite partager son œuvre sous la forme d’un livre imprimé. Les solutions pour y parvenir commencent à foisonner et je n’ai rien contre. En fait, il est très aisé de publier aujourd’hui. Les publications à compte d’auteur ou à compte participatif sont très ouvertes et faciles d’accès. À chacun de choisir ses combats. La demande s’est créée, l’offre s’est constituée. Je n’entre pas dans la polémique de ce qui est mieux ou ce qui ne l’est pas. Je pense simplement qu’on choisit sa voie en fonction de ce qu’on désire. À ce titre, l’e-book fait aussi partie de ces solutions. Même si l’on peut débattre des avantages écologiques du livre numérique, je trouve l’e-book assez pratique et je ne rechigne pas davantage à acheter de l’e-book que du papier selon ce qui se présente. Je ne déplore qu’une chose quant à l’e-book, je pense qu’il sépare davantage l’auteur de ses lecteurs. J’ai encore un rapport puissant à la possession matérielle de l’œuvre et j’ai l’impression que l’e-book « anonymise » davantage l’auteur. Cela n’est toutefois qu’une impression dont je m’efforce de ne pas tenir cas.

 

10/ Quel est le conseil le plus important que vous ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

On ne me l’a pas donné personnellement, je l’ai lu sur un blog d’un auteur dont je n’ai même jamais lu les œuvres, Bernard Werber. Et l’essence de ce conseil c’est « recommence ». Cela me parle car je suis assez perfectionniste et l’idée de sans cesse parfaire mes œuvres ne me quitte jamais. Je me permets pourtant de ne pas l’appliquer de façon systématique, car je sais aussi qu’il faut finir par mettre un terme à ce que l’on réalise, sans quoi aucun projet ne voit jamais le jour. Ce n’est pas par crainte d’exposer à un public une œuvre imparfaite que je m’efforce d’améliorer sans cesse mes écrits, mais bien par déception personnelle à chaque fois que je me relis. C’est d’ailleurs pour cette raison que j’envisage très sérieusement de réécrire mon premier triptyque. La raison me fait dire que c’est une perte de temps, mais mon désir de perfection pourrait bien l’emporter un jour.

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

Dans ce domaine, je reconnais volontiers mon manque d’éclectisme. Je ne lis pratiquement que des romans, et, à dire vrai, je passe bien moins de temps à lire qu’à écrire. C’est une tendance diamétralement opposée à celle que j’avais étant plus jeune, avant que l’écriture ne devienne mon principal moyen d’expression artistique. Par ailleurs, mes genres littéraires de prédilection sont très ciblés, car je m’intéresse principalement à la science-fiction (un peu), au fantastique (raisonnablement) et à la fantasy (beaucoup).

 

12/ Comment écrivez-vous?

La question est à double sens. Parle-t-on du style et de la méthode ou des moyens ? Concernant la méthode, elle varie d’une œuvre à l’autre. Tantôt je vais construire une encyclopédie de mon décor et une trame avant de commencer le moindre travail, tantôt, le récit sera le point de départ de la création. Tôt ou tard, quelle que soit la démarche initiale, je finis par créer un gros lexique de référence qui sera mon guide pour finaliser l’œuvre. Côté moyen, j’écris sur un ordinateur ou une tablette selon ce que j’ai sous la main à ce moment. Plus rien de manuscrit depuis des années.

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

Je ne sais pas. Ou plutôt, oui, je le sais, mais il n’y a rien de précis. En fait, je puise mon inspiration partout, dans ce qui m’entoure, dans ce que je vis, dans ce que je vois. Ce qui fait le gros de mon imaginaire, c’est l’imaginaire des autres. Le cinéma, la littérature, la peinture, regorgent d’images et d’idées pour nourrir mes propos. Je suppose que, par la suite, cela est broyé par mon esprit, classifié et recombiné. Je m’efforce de toujours faire quelque chose de nouveau, quelque chose d’innovant, mais je ne doute pas que mes œuvres foisonnent de clichés et de « déjà-vu ». Je n’ai jamais analysé ce qui sort de mon esprit, je me contente de le poser sur le papier numérique, car, sur le moment, ça me parle et me séduit.

Je n’ai jamais eu de commande, mais je me sens incapable de travailler ainsi. Je veux rester libre de ce que j’écris. Cela me rappelle mes peu glorieuses tentatives pour essayer de travailler avec des concepts inventés par d’autres dans le but de proposer des scénarios ou un enrichissement de leurs univers. L’envie de le faire était là, mais mon incapacité à me conformer au matériau de base me conforte dans l’idée que ce serait bien pire si l’on m’imposait un sujet.

 

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

Comme je le disais en parlant de l’inspiration, j’aime à croire que mes personnages sont imaginaires. La question pourrait ne pas se poser quand, comme moi, l’on écrit de la fantasy, mais qui sait où j’ai pu puiser telle ou telle combinaison de traits et de caractères pour créer tel ou tel personnage ? Les personnages sont les vecteurs de mes intrigues. C’est le contexte dans lequel je les place, l’histoire que je leur ai donnée, leur caractère et les choix qu’ils font qui forgent mon récit. L’intrigue n’est que la résultante. Même si les grandes lignes de celle-ci sont posées au départ, mes personnages s’approprient très vite, dans mon processus d’écriture, les éléments qui la constituent. Du reste, je n’ai pas de méthode pour poser les éléments d’une intrigue. Des quelques expériences que j’en ai, je me contente de visualiser quelques scènes clés de cette intrigue et de définir comment je vais pouvoir passer de l’une à l’autre. Dans ce schéma général, il arrive que les personnages eux-mêmes choisissent de prendre des directions différentes. Je suis à l’écoute de leurs décisions propres, parce que, d’une certaine manière, à l’instar d’un meneur de jeu dans une partie de jeu de rôle, je les incarne et je comprends leur motivation comme je comprends les miennes. J’ai ainsi donné une tout autre direction à la fin du second tome de mon triptyque « La Cité des Mensonges » simplement en ne m’étant vraiment imaginé ce que je ferai à la place de mon personnage.

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

« Recommencez » ? Évidemment, c’est un peu succinct mais c’est lourd de signification. Se contenter du premier jet est pour moi une erreur à ne pas commettre. Le considérer d’emblée comme « mauvais » ou, tout du moins, largement perfectible et systématiquement imparfait, est le meilleur moyen de voir ses erreurs et de s’améliorer. La persévérance est aussi le sens qu’il faut lui accorder à « recommencez ». S’il y a bien un domaine où se tromper est sans conséquence, c’est l’écriture. Il ne faut donc pas renoncer à le faire, du moins si l’on aime cela.

Cette dernière remarque me fait d’ailleurs penser que le premier conseil que je devrais donner n’est pas spécialement celui que j’ai reçu mais le suivant : « il faut écrire pour soi ». Le vrai plaisir de l’écrivain, c’est l’écriture. Être lu peut paraître essentiel, tout comme il paraît essentiel de montrer une sculpture ou un tableau, mais l’acte de création vaut à lui seul bien plus que le reste.

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

Même si je le déplore, mes auteurs préférés sont anglais et américains principalement. Je ne lis que les versions traduites en français de leurs œuvres. Non que je ne lise l’anglais mais cela requiert plus d’effort et je ne rentre pas assez bien dans l’histoire si je dois me concentrer sur la langue. Aujourd’hui, je fais surtout référence à Roger Zelazny, Raymond E. Feist, David Eddings, David Gemmel et Michael Moorcock pour l’heroic-fantasy, J.K. Rowling et Anne Rice pour le fantastique et Franck Herbert pour la science-fiction. Tant par le contenu que par le style de leurs œuvres, ces auteurs m’ont donné envie de faire « comme eux ».

 

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

Je me suis offert le premier tome d’une série de fantasy présente sur le Salon du livre de Mazamet, la Trilogie de l’Ange de Nicolas Benassi et j’ai commencé à le lire. Sinon, je lis par période et reprends parfois des œuvres en cours de lecture comme la série du Bâtard de Kosigan de Fabien Cérutti ou les Lames du Cardinal de Pierre Pevel. J’espère qu’ils me convaincront de mettre des Français au rang de mes auteurs préférés.

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Oui, sur plusieurs. Entre 2 projets de romans en cours d’écriture, une nouvelle de type fan fiction, des scénarios de BD, des scripts de série vidéo, un jeu de rôle en gestation, et la programmation de mes prochains déplacements promotionnels, je ne risque pas de m’ennuyer. J’ai toujours des milliers de choses en tête et pas du tout le débit d’écriture suffisant pour tout sortir. La frustration me guette !

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Dans les 2 mois qui viennent je devrais être interviewé par un animateur de Radio Passion qui était présent au Salon du livre de Mazamet, M de Riemaecker. Je suis déjà passé dans sa chronique, les Fruits de ma Passion, pour « l’Étau des Ténèbres ». Cette fois, c’est « Ce qu’on pense et qu’on ne dit pas » qui est au programme.

Sinon, je travaille sur ma présence au Festival des Légendes dans les Ardennes les 10 au 11 septembre prochains. J’espère pouvoir sortir le tome 2 de l’Étau des Ténèbres à cette occasion et le tome 3 début d’année prochaine. Je fais encore la liste des salons qui pourraient m’accueillir et je verrai donc mon programme promotionnel en fonction de ce qui retiendra mon attention.

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Le mieux pour savoir où j’en suis est de consulter mon blog d’auteur, le Temple de Lendraste (http://lendraste.loreval.fr). S’y trouvent les liens vers mes œuvres, des informations annexes sur mes univers et mes travaux, et ma progression sur les projets en cours. J’y livre régulièrement des nouvelles actualisées des événements qui me concernent.

————-

Le 29 mai 2016.

Wilfrid Hizembert / Lendraste

.

Livre Lensdrate

.

Lendraste2

.

Je remercie sincèrement Wilfrid Hizembert / Lendraste d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, sculpteur, peintre, photographe, acteur, comédien, théâtreux, styliste, musicien, chanteur, colleur de papiers, en un mot artiste  sans discrimination de l’art pratiqué,

si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

Chaque chronique est ensuite partagée sur Facebook, Twitter, Linkedin, Google+, Pinterest et parfois Tumblr.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Jean-Louis RIGUET 04 juin 2016

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et Membre de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.