JL à l’écoute de … Virginie MAGNIER PAVE


JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Virginie MAGNIER PAVE

.

.

1/ Qui êtes-vous ? Quel est votre parcours ?

Virginie MAGNIER PAVE. J’ai fait des études en communication puis j’ai travaillé dans le domaine des ressources humaines. Aujourd’hui, je suis chargée d’études dans le secteur de l’environnement.

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

Je travaille dans le domaine de l’environnement.

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre passion ?

Mes passions sont la lecture et l’écriture. J’aime aussi le sport.

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

J’attends de mes lecteurs des échanges, des avis, des commentaires mais surtout un retour franc sur mes productions.

Pour me faire connaître, je compte sur les séances de dédicaces, les réseaux sociaux mais également la presse.

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Non mais j’y pense.

 

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

Depuis que j’ai 10 ans, j’ai commencé par écrire des poésies mais surtout depuis le décès de mon père en 1997.

Je suis l’auteure d’un recueil de nouvelles “Bonnes ou mauvaises nouvelles ?” EDILIVRE 2016.

 

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

Mon dernier livre « Le murmure de l’enfer » Éditions du Panthéon est à la croisée des chemins entre polar et thriller psychologique. Tout démarre avec un assassinat au sein d’une famille déjà bien tourmentée. Le rythme est rapide et le style musclé. La chute (épilogue) est quant à elle complètement inattendue.

 

https://www.editions-pantheon.fr/catalogue/le-murmure-de-lenfer/

 

 

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

Chez tous les libraires ou dans les enseignes ayant un rayon culturel mais également en ligne sur les sites comme Amazon ou la FNAC.

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? À l’e-book ?

Le plus important est que l’auteur y trouve “son compte”. C’est un choix personnel sur lequel je ne porte pas de jugement. Avoir un panel de choix plus large pour être édité permet sans doute d’éviter l’élitisme parfois critiqué dans le monde littéraire.

 

10/ Quel est le conseil le plus important que vous ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

Patience et persévérance.

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

J’aime les deux. J’adore l’univers du polar.

 

12/ Comment écrivez-vous ?

Par séquence, quand l’inspiration arrive.

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

Partout, mais l’actualité et les articles des rubriques spécialisées comme celles sur la psychanalyse ou la psychiatrie restent les premières sources d’inspiration.

 

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

J’aime construire l’intrigue au fur et à mesure selon mon inspiration. L’histoire n’est pas forcément écrite à l’avance.

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

Se faire confiance.

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

Ils sont nombreux : Mary Higgins Clark, Éric Giacometti, Jacques Ravenne, Michel Bussy…

 

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

Train d’enfer pour ange rouge de Franck Thilliez.

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Oui, un polar est en cours. Je viens de terminer le premier chapitre.

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Oui, il y a plusieurs séances de dédicaces :

Le 25 juillet de 9 h 00 à 12 h 30 à L’escargot bleu d’Argelès-sur-Mer.

Le 1er septembre de 15 h 00 à 18 h 30 au Cultura de Saran

Le 6 octobre de 15 h 30 à 18 h 30 à L’espace Culturel Leclerc de Chécy.

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Sur ma page Facebook : https://www.facebook.com/auteureyvesvi/

————-

Le 2 juillet 2018.

Virginie MAGNIER PAVE

.

Communiqué de presse

.

Entre analyse psychologique et polar, vous ne sortirez pas indemne de la lecture de ce livre. Non loin des Gorges du Tarn, le manoir de la famille Granemi cache bien des secrets, des troubles, des perversions… et les cadavres s’accumulent !
Seule Christine, la jolie brigadière de gendarmerie, s’approchera de la vérité et conservera son intime conviction, dans la douleur d’un amour brutalement interrompu.

 

.

Je remercie sincèrement Virginie MAGNIER PAVE d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, sculpteur, peintre, photographe, acteur, comédien, théâtreux, styliste, musicien, chanteur, colleur de papiers, en un mot artiste  sans discrimination de l’art pratiqué,

si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site est ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

Chaque chronique est ensuite partagée sur Facebook, Twitter, Linkedin, Google+, Pinterest et parfois Tumblr.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

© Jean-Louis RIGUET 04 juillet 2018

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

La Fête de Loire à Sandillon c’est ce dimanche

La Fête de Loire à Sandillon

 

La Fête de Loire à Sandillon avec les éditions du Jeu de l’Oie et Jean-Louis Riguet

 

 

 

 

 

Les éditions du Jeu de l’Oie

seront présentes

A la Fête de Loire à Sandillon

 

 

 

Jean-Louis RIGUET invité

sera sur le stand des éditions du Jeu de l’Oie

pour dédicacer ses deux ouvrages publiés par la maison d’édition

 

Venez le rencontrer sur les bords de Loire

le dimanche 1er juilllet 2018 

une grande partie de la journée

.

 

.

RÉCITS HISTORIQUES DE L’ORLÉANAIS

Val de Loire, Beauce, Sologne

 

 

 

Publié aux EDITIONS DU JEU DE L’OIE

ISBN :  978-2-36831-043-4

168 pages – 20 Euros

7 récits historiques courts

 

Récits Historiques des quais d’Orléans

A été primé au

Salon International du livre de Mazamet en mai 2018

 

Il a été distingué avec le   

Premier Prix Roman Terroir

 

 

Ce livre séduira tout particulièrement les lecteurs amateurs d’histoire,

ainsi que les lecteurs attachés à l’Orléanais et à la Loire.

« Récits historiques des quais d’Orléans » 

Jean-Louis Riguet

Éditions du Jeu de l’Oie

ISBN 978-2-36831-054-0

196 pages, 20 €.

.

© Jean-Louis RIGUET 25 juin 2018

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

 

 

Chapitre 5 (partie) de Eliminations pour un héritage

ELIMINATIONS POUR UN HERITAGE

La version numérique est à 2.99 € sur Librinova.com et sur Amazon

 

Le chapitre cinq en partie

 

5

Stratégie

Vincent Retor ne sait pas comment résoudre le problème. Comment va-t-il s’y prendre ? Certes, le notaire veut bien l’aider dans ses démarches, mais il ne peut pas investiguer à sa place. Son rôle sera primordial à la fin de l’enquête. Pendant celle-ci, Vincent se sent seul devant l’adversité. Il a bien réalisé une fiche pour centraliser les réponses de chaque administrateur de l’association sur chacune des questions requises. Cependant, il sent, plutôt qu’il ne sait, que certains personnages ne vont pas être faciles. Ne va-t-on pas lui reprocher l’ordre des interrogations ? Ne va-t-on pas lui souligner un côté partial ? Ne va-t-on pas lui souligner son manque de perspicacité ?

Vincent est tellement absorbé par ses réflexions qu’il en oublie même parfois le plaisir conjugal. Clémentine ne s’est pas gênée pour le lui faire remarquer : « si tu continues comme cela, à me délaisser, je prends un amant ». Le premier soir Vincent n’a pas répondu pensant que Madame avait ses vapeurs. Mais le deuxième soir, Vincent se dit qu’il fallait qu’il fasse quelque chose, que cela ne pouvait plus durer ainsi. Et pourtant, lui, si près à caresser les cuisses de sa belle, n’éprouve en ce moment aucun désir, aucune pulsion. Le machin ne répond pas, il est aux abonnés absents. Clémentine a beau s’habiller sexy, prendre des poses existantes, entreprendre même des strip-teases, rien n’y fait. Vincent reste obnubiler par le dossier Audebert-Grégoire Viellejoy.

Rien n’a préparé l’avocat à une telle situation. Rien n’a préparé l’homme à cette absence de désir. Son travail quotidien ne requiert pas de telles enquêtes qui touchent à la réunion de documents ce qui lui est habituel mais aussi à élaborer une véritable enquête sur des personnes ce qui est exorbitant de son activité normale. Sa vie personnelle ne requiert pas habituellement d’efforts pour satisfaire madame. De plus, ce n’est pas sa formation personnelle ni ses origines ni éventuellement son expérience qui lui permettent d’aborder cette situation facilement. Cette situation, ou plutôt ces situations. Finalement, au bout de quelques jours sans, il s’en est ouvert auprès de son épouse Clémentine mais celle-ci lui a simplement répondu qu’elle n’a plus de solution si ce n’est de prendre un amant. L’avocat a été stupéfié, légèrement mécontent puis en colère de cette réponse. Mais que peut-il lui répondre : la faute est dans son camp, pas dans celui de Clémentine.

L’homme qu’il est passe une partie de son temps à jouer à l’avocat et l’autre partie à tenter de s’occuper de lui-même et surtout de sa femme. L’avocat c’est le maître. L’homme lui est chagriné par cette réponse car il voue une véritable adoration à sa femme et secrètement il a espéré une aide. Certes, il sait qu’en cette période Clémentine a d’autres préoccupations mais elle est restée sur sa faim. Il en est là dans ses réflexions tristounettes quand, une fois dans leur chambre, avec un effort surhumain, il s’approche de Clémentine, la prend dans ses bras et l’embrasse tendrement en s’excusant de son absence qu’il juge imbécile. Elle le repousse un peu sèchement « monsieur a des envies ce soir ? » Il est déçu de cette réaction sur le moment. Il fait un effort et elle le repousse. Mais sa déception est de courte durée car Clémentine lui offre immédiatement une pénitence plus que chaleureuse. Elle lui fait une démonstration de ses talents, cachés aux autres mais connus de lui, il espère de lui seul, avec un strip-tease torride révélant son cœur et son corps encore très appétissant pour son âge. Il a mis un peu de temps avant de rentrer dans son jeu, de pouvoir éprouver des tentations, des sensations, de démarrer la machine pour un dressage parfait. Vincent, l’homme, est obligé de se surpasser pour répondre à cette offrande chaude, humide, accueillante et exigeante. Ses attributs, heureusement, lui permettent d’honorer madame comme il se doit. Puis comme elle insiste vraiment en prétextant avoir du retard en la matière, il est obligé de remettre le couvert. Devenu sec, de chez sec, après une telle jouissance, Vincent s’endort comme un bébé jusqu’au petit matin.

.

Ces textes sont extraits du roman policier

ELIMINATIONS POUR UN HERITAGE

Roman policier différent

de Jean-Louis RIGUET  CAROLUS Editions.

 

©Jean-Louis RIGUET, 2017

ISBN numérique : 979-10-262-1464-9

EAN papier : 9791026214656

Internet :
https://www.librinova.com/librairie/
https://www.amazon.fr/%C3%89liminations-pour-h%C3%A9ritage-Jean-Louis-Riguet/dp/B07894HB6M

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/

.

 

© Jean-Louis RIGUET 11 avril 2018

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

Un roman d’enquête différent

Vous aimez lire, voici un roman d’enquête différent

Un roman policier fait découvrir des spécialités orléanaises

 

Éliminations pour un héritage

Un roman policier et d’enquête

De Jean-Louis RIGUET Carolus éditions

©Jean-Louis RIGUET, 2017

ISBN numérique : 979-10-262-1464-9

EAN papier : 9791026214656

Internet : https://www.librinova.com/librairie/

 

Éliminations pour un héritage

Un original méconnu décède un premier janvier. C’était le président fondateur d’une association, le Carte Club Orléanais. Un testament est censé régler sa succession.

Il a institué pour légataires universels les membres du conseil d’administration de l’association. Or, des conditions particulières draconiennes sont à remplir par chacun des membres à une date limite. Si l’un ne remplit pas les conditions, il est éliminé. Si aucun n’y parvient, une autre association héritera.

L’avocat désigné comme exécuteur testamentaire mène l’enquête. Il va de soubresauts en rebondissements à travers les spécialités orléanaises.

Un roman d’investigation pour une enquête quasi-policière étonnante où les péripéties abondent et où le suspense et l’humour ne sont pas en reste !

.

.

Un extrait

Après un nouveau temps de silence qu’il occupe à regarder les flammes passer du vert bleu au jaune orange, Vincent s’aventure sur l’activité de mon hôte :

– Parlez-moi de votre métier ? Que faisiez-vous ?

– J’étais dans le corrosif.

– Ah bon ! Ce qui veut dire ?

– J’ai travaillé dans le vinaigre et la moutarde.

Effectivement, ces ingrédients sont corrosifs. À Orléans, il n’y a rien d’extraordinaire en raison de son histoire. Deux siècles auparavant, Orléans était une capitale du vinaigre, pour ne pas dire la capitale française. À l’époque, plus de trois cents vinaigriers se partageaient le marché local. La tradition vinaigrière à Orléans remonte au Moyen-Age, depuis le quatorzième siècle. Ce n’est qu’après que Dijon était venue concurrencer la capitale ligérienne.

– Je travaillais dans la dernière maison vinaigrière, une véritable, à Orléans. En France aussi d’ailleurs. La célèbre Maison Martin-Pouret !

– Exact, cette entreprise est très connue. Elle fait des produits de qualité d’ailleurs.

– Nous sommes les derniers à produire du vinaigre et de la moutarde d’Orléans selon les traditions locales et le savoir- faire orléanais.

– C’est une maison très ancienne, je crois. Mais je ne me souviens plus de la date de sa création.

– Son installation remonte à 1797, toujours à la même adresse depuis son origine. Aujourd’hui, c’est la seule, la dernière.

– J’ai eu l’occasion de participer au règlement d’une succession. La défunte était la veuve d’un ancien vinaigrier de Mardié. Quand j’ai fait l’inventaire, dans un vieux bâtiment laissé à l’abandon, deux anciennes cuves trônaient mais sans aucune joliesse. Elles n’étaient plus fières du tout, pourtant elles étaient d’une incroyable grandeur. Au moins six ou huit mètres de haut et avec un diamètre d’au moins six mètres. Les bois tenaient par l’effet du Saint-Esprit mais ils n’étaient pas encore tous piqués. J’avais été très impressionné par ce que j’avais vu. C’était triste de voir cet état d’inactivité et ces traces d’un passé actif de la vie artisanale.

– Plusieurs vinaigriers exerçaient à Mardié.

Campeur marque une pause.

.

.

Pour commander le livre :

https://www.librinova.com/librairie/jean-louis-riguet/eliminations-pour-un-heritage-1

Merci d’avance

.


https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

© Jean-Louis RIGUET 27 mars 2018

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet