Publié par Laisser un commentaire

La rentrée littéraire 2015 côté premier roman #13

68 premiers romans annoncés pour la rentrée !

Publié par Laisser un commentaire

Une critique littéraire de Nine Hank : L’épée d’Alknohr, par Dimitri Chiabaut – Un livre qui peut mieux faire

Une critique pour un premier roman !

Publié par Laisser un commentaire

La rentrée littéraire 2014 côté premier roman #10

Toujours des romans, merci Charlotte

Publié par Laisser un commentaire

La rentrée littéraire 2014 côté premier roman #9

Une rentrée littéraire chargée

Publié par Laisser un commentaire

La rentrée littéraire 2014 côté premier roman #7

La rentrée littéraire … suite …

Publié par Laisser un commentaire

Un crime amoureux

UN CRIME AMOUREUX

C’est le titre d’un roman d’ELLEN GUILLEMAIN

publié chez IN OCTAVO EDITIONS.

.

Un crime amoureux (545x800)

.

Elle m’avait prévenu « vous verrez, le texte n’a rien à voir avec la couverture ».

Eh bien, j’ai vu ! Effectivement, cela n’a rien à voir avec ces dames qui font le trottoir, rien à voir avec la mode, rien à voir avec des parties de jambes en l’air.  Quoique !

On avance tranquillement dans une vie banale d’un couple qui se fait, se défait, se refait. La différence, c’est que la narration est faite par la meurtrière, qui, d’une certaine manière, est surtout la victime. C’est suprenant. Habituellement, on cherche plutôt le meurtrier et on s’apitoye sur la victime. Puis, on est emporté. Vers le paradis ou vers l’enfer ! En tous cas, à la recherche de l’amour, le vrai. Mais lequel ? C’est difficile l’amour. Il y a plusieurs sortes d’amour. L’amour de l’autre ou l’amour de soi. L’amour physique ou l’amour psychique. L’ange ou le démon. Le sage ou le monstre. Tout cela se mélange, car l’amour c’est difficile.

Comme me l’a écrit Ellen : « Suivez Alexandre et Elizabeth sur les chemins tortueux, incertains et sombres de l’amour destructeur ».

Un roman bien écrit, avec une vivacité d’écriture qu’Ellen, coutumière des nouvelles, a su incorporer dans son roman.

En quatrième de couverture, Ellen écrit : « Vous avez entre les mains le journal d’une meurtrière. J’ai beau chercher une autre façon de l’intituler, j’en reviens toujours à celle-ci. Ceci est le récit le plus honnête possible sur ce qui m’est arrivé. Bien sûr, je pourrais dire que tout a commencé avec Alexandre. Bien sûr, je pourrais y croire – et vous aussi – mais je sais que la vérité d’un acte aussi terrible prend ses racines loin, très loin, à la genèse d’un être ».

.
Extrait du site de l’éditeur IN OCTAVE Editions
Ellen GUILLEMAIN
Premier roman.
Ellen GUILLEMAINElle naît un jour d’avril en vallée de Chevreuse, un stylo dans la main droite, un livre dans la main gauche. Nouvelliste, elle cisèle des textes courts et intenses, bousculant allègrement les genres. Boulimique de lecture, elle dévore tout ce qui passe à sa portée, John Irving, Amélie Nothomb, Kérouac et tant d’autres. Ses autres passions ? Le cinéma et les grandes tablées d’amis avec qui partager le goût de ce qui est bon.
.
Site de l’éditeur : http://www.inoctavo-editions.com/livre-162-un-crime-amoureux
.
Et des prix pour ce roman, Ellen en a eu :
Finaliste Prix 1er roman de DRAVEIL 2012
Sélection officiellePrix GIRONDE 2012
Prix Île de France de MENNECY 2012
1er roman LAVAL 2013
Prix du 1er roman Lions Club 2013
.
Voilà ce qu’en dit la chronique de : Les Polars de Marine :
.
Et aussi celle de : Du bruit dans les oreilles- de la Poussière dans les yeux :
.
Une chose est certaine, on passe un bon moment.
Un livre à lire absolument.
.
4ème couv Crime amoureux (548x800)
.

Jean-Louis RIGUET

Membre de la Société des Gens de Lettres et du Bottin International des Professionnels du Livre

Sociétaire de la Maison des Ecrivains et de la Littérature

 .

Publié par Laisser un commentaire

AUGUSTIN dans l’Echo Républicain

AUGUSTIN ma bataille de Loigny à l’honneur dans

L’ECHO REPUBLICAIN DU 30 SEPTEMBRE 2012

 

Première de couverture d’AUGUSTIN ma bataille de Loigny en vente aux EDITIONS DEDICACES

« Un devoir de mémoire pour Loigny » 

Le roman historique romancé de Jean-Louis Riguet retrace l’ambiance de l’époque, lors de cet épisode tragique, qu’a connu le village de Loigny-la-Bataille. – Vatel Gladys

À l’occasion de la publication de son premier roman Augustin, ma bataille de Loigny, aux éditions Dédicaces, Jean-Louis Riguet livre ses impressions, et déjà, ses nouveaux projets.

Entretien de jean-Louis Riguet avec Gladys Vatel Journaliste

Notaire de profession, comment êtes-vous venu à l’écriture ? Autodidacte, j’ai commencé à travailler à l’âge de 15 ans et demi. Après avoir obtenu l’examen aux fonctions de notaire, j’ai repris une étude notariale. J’ai toujours eu la passion de l’écriture, mais je n’ai jamais pu aller jusqu’au bout. Au décès de ma femme en 2004, j’ai recommencé à écrire puis tout s’est enchaîné. Thierry Rollet, un agent littéraire, a organisé un concours littéraire sur la guerre auquel j’ai participé. Et c’est ainsi qu’a commencé l’écriture de ce roman.

Pourquoi le choix de ce sujet ? Lors de mes fonctions de notaire, j’ai eu pour client, la famille Fougeron, propriétaire du château de Villeprévost, à Loigny-la-Bataille. L’un des ancêtres de cette famille a été le prédécesseur de mon étude notariale. C’est ainsi qu’a germé l’idée de coucher sur le papier, cette bataille sanglante en romançant les faits et en mettant en scène la famille Fougeron.

Pouvez-vous expliquer le contexte de cette bataille ? Lors de la Guerre de 1870, Loigny a connu des affrontements sanglants entre les franco-prussiens. Certes, cette bataille meurtrière du 2 décembre 1870, n’a duré qu’un seul jour mais cela a suffi pour dévaster la ville et faire 15.000 victimes. Le château de Villeprévost a été réquisitionné par les Prussiens et transformé en un hôpital de campagne. Dans ce roman, tous les faits historiques sont réels. La bataille est même racontée heure par heure. Cette bataille a marqué les esprits. C’est pourquoi, la ville a changé son nom. De Loigny, elle est devenue Loigny-la-Bataille. D’ailleurs, aujourd’hui, le devoir de mémoire se retrouve par ce changement de nom mais aussi par la création d’un musée.

Augustin occupe une place centrale dans votre roman. Quel rôle joue-t-il ? Augustin est l’ancien régisseur du château, maintenant à la retraite. Lorsque le château a été réquisitionné, Augustin s’est occupé des blessés. De là, il va se livrer à des confidences sur la vie au château avant la bataille. Augustin est entouré des propriétaires du château, Émile et Marie-Amélie Fougeron, et d’un autre couple au service du château qui adoptera un enfant, Louise. Malgré les épisodes meurtriers, une romance amoureuse va naître.

Avez-vous d’autres projets d’écriture ? J’ai écrit mon autobiographie, La vie en archives d’un petit gars, qui sera publié en 2013 en France, mais qui est d’ores et déjà parue pour une oeuvre humanitaire à Bethléem. J’ai un autre roman en cours d’écriture, qui allie humour et suspens. Mon prochain projet sera d’écrire un recueil de nouvelles.

Liens :

http://dedicaces.org/2012/08/05/augustin-ma-bataille-de-loigny-chez-dedicaces/

http://librebonimenteur.net/

Jean-Louis RIGUET

Membre de la Société des Gens de Lettres et du Bottin International des Professionnels du Livre

……

AUGUSTIN  ma bataille de Loigny est en vente aux Editions Dédicaces : http://www.dedicaces.ca/

Auteur : Jean-Louis RIGUET

Membre de la Société des Gens de Lettres et du Bottin International des Professionnels du Livre

Editeur : EDITIONS DEDICACES  à Montréal (Québec)

Nombre de pages : 180

Numéro ISBN : 1770762159

.

……

Livre disponible chez : www.dedicaces.ca

Amazon.CA : www.amazon.ca/gp/product/1770762159

Abebooks.FR : www.abebooks.fr/servlet/BookDetailsPL?bi=8210382269.

.

Publié par Laisser un commentaire

Un article dans La République du Centre

AUGUSTIN ma bataille de Loigny à l’honneur

Un devoir de Mémoire pour Loigny

ARTICLE PARU DANS LA REPUBLIQUE DU CENTRE DU 29 SEPTEMBRE 2012 (traduction)

 Région Pithiverais-Beauce

LOIRET > PITHIVERAIS-BEAUCE > LOIGNY-LA-BATAILLE 

« Un devoir de mémoire pour Loigny »

Le roman historique romancé de Jean-Louis Riguet retrace l’ambiance de l’époque, lors de cet épisode tragique, qu’a connu le village de Loigny-la-Bataille. – Vatel Gladys

À l’occasion de la publication de son premier roman Augustin, ma bataille de Loigny, aux éditions Dédicaces, Jean-Louis Riguet livre ses impressions, et déjà, ses nouveaux projets.

Entretien

Notaire de profession, comment êtes-vous venu à l’écriture ? Autodidacte, j’ai commencé à travailler à l’âge de 15 ans et demi. Après avoir obtenu l’examen aux fonctions de notaire, j’ai repris une étude notariale. J’ai toujours eu la passion de l’écriture, mais je n’ai jamais pu aller jusqu’au bout. Au décès de ma femme en 2004, j’ai recommencé à écrire puis tout s’est enchaîné. Thierry Rollet, un agent littéraire, a organisé un concours littéraire sur la guerre auquel j’ai participé. Et c’est ainsi qu’a commencé l’écriture de ce roman.

Pourquoi le choix de ce sujet ? Lors de mes fonctions de notaire, j’ai eu pour client, la famille Fougeron, propriétaire du château de Villeprévost, à Loigny-la-Bataille. L’un des ancêtres de cette famille a été le prédécesseur de mon étude notariale. C’est ainsi qu’a germé l’idée de coucher sur le papier, cette bataille sanglante en romançant les faits et en mettant en scène la famille Fougeron.

Pouvez-vous expliquer le contexte de cette bataille ? Lors de la Guerre de 1870, Loigny a connu des affrontements sanglants entre les franco-prussiens. Certes, cette bataille meurtrière du 2 décembre 1870, n’a duré qu’un seul jour mais cela a suffi pour dévaster la ville et faire 15.000 victimes. Le château de Villeprévost a été réquisitionné par les Prussiens et transformé en un hôpital de campagne. Dans ce roman, tous les faits historiques sont réels. La bataille est même racontée heure par heure. Cette bataille a marqué les esprits. C’est pourquoi, la ville a changé son nom. De Loigny, elle est devenue Loigny-la-Bataille. D’ailleurs, aujourd’hui, le devoir de mémoire se retrouve par ce changement de nom mais aussi par la création d’un musée.

Augustin occupe une place centrale dans votre roman. Quel rôle joue-t-il ? Augustin est l’ancien régisseur du château, maintenant à la retraite. Lorsque le château a été réquisitionné, Augustin s’est occupé des blessés. De là, il va se livrer à des confidences sur la vie au château avant la bataille. Augustin est entouré des propriétaires du château, Émile et Marie-Amélie Fougeron, et d’un autre couple au service du château qui adoptera un enfant, Louise. Malgré les épisodes meurtriers, une romance amoureuse va naître.

Avez-vous d’autres projets d’écriture ? J’ai écrit mon autobiographie, La vie en archives d’un petit gars, qui sera publié en 2013 en France, mais qui est d’ores et déjà parue pour une oeuvre humanitaire à Bethléem. J’ai un autre roman en cours d’écriture, qui allie humour et suspens. Mon prochain projet sera d’écrire un recueil de nouvelles.

Propos recueillis
par Gladis Vatel Journaliste

Liens :

http://dedicaces.org/2012/08/05/augustin-ma-bataille-de-loigny-chez-dedicaces/

http://librebonimenteur.net/

Jean-Louis RIGUET

Membre de la Société des Gens de Lettres et du Bottin International des Professionnels du Livre