Idéelle, le monde est dans tes yeux vous invite à lire ce poème en chanson

 

ideelle

 

. La Dalle … . J’ai la dalle… Ce soir… J’ai la dalle ce soir, j’boufferais n’importe quoi Même du fond d’tiroir J’veux tout ce que t’as surtout ta… Pas l’temps de m’asseoir Je m’arrangerai, servez-la moi sur le comptoir Sans menu ni couvert ni… Fade ou épicé j’en parlerai la bouche pleine Lourd ou […]

 

via Sans menu ni couverts ni…  — Le monde est dans tes yeux …

Sans menu ni couverts ni…  par Le monde est dans tes yeux …

Poème inédit 4

.

Poème 

.

Ce poème inédit sera peut-être inclus dans un prochain recueil

.

 

Bientôt arrivera l’hiver

Le froid envahira la contrée

La neige bercera de sa blancheur colorée

Le vent cinglera de sa violence calme

La pluie tombera de sa douceur brutale

Les humains plieront leurs dos transis

Transis de froid, d’humidité, de grogne

Certains liront de la poésie chaude

Dans une pièce froide

D’autres chercheront des caresses coquines

Sous les jupes des femmes consentantes

Ou pas d’ailleurs, entraînant une rebuffade

Pour avoir chaud l’hiver, il faut

Ils veulent se blottir les uns contre les autres

Dans la senteur des corps mal lavés

Dans une promiscuité malodorante et malsaine

Un wagon du métro est idéal pour

Pour être au chaud, bien serré contre l’autre

L’autre qui se frotte sans vergogne

L’autre qui manifeste sa virilité à travers le tissu

L’autre qui envisage l’inenvisageable

L’autre qui accélère ses mouvements

Ses mouvements brutalement stoppés par une

Par une magistrale claque en plein dans

En plein dans sa gueule

 

 

 

© 20 novembre 2018 – Jean-Louis Riguet

 

 

.

© librebonimenteur.net – Jean-Louis RIGUET 20 novembre 2018

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Poème inédit 3

.

Poème 

.

Ce poème inédit sera peut-être inclus dans un prochain recueil

.

 

 

Cette nuit la lune m’a brûlé

Elle m’a brûlé le pied droit

Ce pied dépassait du drap qui me

Qui me recouvrait partiellement

Le rayon de la lune passait

Il passait à travers les vitres

Les vitres de la fenêtre du toit

Du toit d’où j’avais vu le ciel

Le ciel étoilé et parsemé de points

Des points blancs qui ponctuaient

La grand-voile noire enveloppant

La nuit de toujours, de jamais

La nuit de l’éternité, de l’infini

Cette lune blanche, froide et

Froide et chaude à la fois, je

Je l’avais aimée avant de m’endormir

L’éternité m’attendait et je

Et je répondais présent à ses avances

Ses avances qui m’envoûtaient de ses

De ses bras moelleux et caressants

Tentaculaires à la manière d’un étau

La lune m’enlaça doucement et

Et tendrement elle me prit à jamais

 

 

© 28 octobre 2018 – Jean-Louis Riguet

.

© librebonimenteur.net – Jean-Louis RIGUET 12 novembre 2018

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Poème inédit

.

Poème 

.

Ce poème inédit sera peut-être inclus dans un prochain recueil

.

 

J’ai mal à ma Terre

Ma Terre qui ne demande qu’à vivre

A vivre sa vie d’une manière

D’une manière paisible et sereine

Ma Terre souffre sans arrêts

Sans arrêts pour souffler, respirer

Sans arrêts pour rester vivante

Sans arrêts pour ne pas mourir

Mourir d’une mort lente

Mourir d’une mort sale

Mourir d’une mort ignoble

J’ai mal à ma Terre

Ma Terre qui chaque jour se renouvelle

Se renouvelle pour que vive l’Homme

L’Homme qui la tue

Qui la tue à petit feu

Tous les jours un peu plus

Régulièrement, inexorablement

Le comble est qu’en tuant la

En tuant la Terre l’Homme

L’Homme se tue lui-même

 

© 29 octobre 2018 – Jean-Louis Riguet

 

.

© librebonimenteur.net – Jean-Louis RIGUET 01 novembre 2018

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Poème inédit

.

Poème 

.

Ce poème inédit sera peut-être inclus dans un prochain recueil

.

 

Nos mers et nos océans se goinfrent

Ils se goinfrent de plastiques

De plastiques en tous genres

 

Nos mers et nos océans fument

Ils fument tout, des cigarettes

Du tabac et même des gaz

 

Nos mers et nos océans se droguent

Ils se droguent à la galette

La galette de pétrole

 

Nos mers et nos océans s’intoxiquent

Ils s’intoxiquent avec des déchets

Des déchets industriels et agricoles

 

Nos mers et nos océans se nourrissent

Ils se nourrissent avec des déjections

Des déjections de l’homme qui pollue

Qui asphyxie avec ses nitrates et phosphates

 

Nos mers et nos océans se radio activent

Ils se radio activent avec l’énergie

L’énergie nucléaire au gré des fuites

Des rejets et des retombées des nuages

 

Nos mers et nos océans s’amusent

Ils s’amusent, car tous les polluants de mer

Tous les polluants de mer retournent à la terre

 

Nos mers et nos océans rigolent

Ils rigolent, car c’est l’histoire

L’histoire de l’arroseur arrosé

 

Pauvre Homme qui ne voit rien venir

 

© 30 octobre 2018 – Jean-Louis Riguet

.

© librebonimenteur.net – Jean-Louis RIGUET 01 novembre 2018

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Comme si dormir, Laurence Bouvet

.

ÉVADEZ-VOUS UN INSTANT !

LISEZ UN POÈME ET LAISSEZ VOTRE ESPRIT S’ÉCHAPPER AILLEURS

.

 

 Laurence Bouvet

a publié aux éditions Bruno Doucey

un recueil de poésie intitulé 

COMME SI DORMIR

 

 

ISBN 9 782362 290411

80 Pages – 13 euros

diffusion harmonia mundi

 

Comme si dormir

.

 

Je ne m’étendrai pas sur les qualités de ce recueil dont la quatrième de couverture donne le ton.

« C’est-à-dire que ton rire rit en moi

Que ta mort mord en moi

Qu’il est des moments où je voudrais t’imiter

Mais à moins de mourir chacune à mon tour

Celui-ci n’est pas joué

Déjà ton air roulant sur ma peau d’herbe et de vitre« 

Comme habituellement, ce travail est remarquable et nous entraîne dans des méandres de l’émotion où le chagrin et la peine ne sont pas absents.

Laurence écrit : « La mort a de ces rendez-vous qui conjurent le silence d’instants uniques quand ils sont les derniers. »

Plus loin, elle ajoute : « Si la mort est un poème, le poème est ce geste qui la frôle sans périr et triomphe sans gloire… »

.

 

Aujourd’hui deux poèmes extraits de

COMME SI DORMIR

de Laurence Bouvet

 

 

 

En allant se coucher

Belle mort beau visage

N’a pas souffert on dit     bien reposée

Comme on dirait

Comme si dormir

Comme si c’était possiblement comme

Tamèreest     morteta     mèreest morte

Façon serviette enfant trop sage

Belle tenue beau pliage

 

*****************

 

Reste que les fleurs

Tu n’aimais pas les chrysanthèmes

Sans lésiner pétales de roses

On a jeté dessus le bois et des poignées

Et tous nos yeux rougis-fondus

Trop de larmes en veux-tu mais voilà

Dedans dehors mon corps

Contré-pétri prêt à craquer

Haut-le-coeur tournis ma mère

J’en reviens plus que tu sois  là

 

******************

 

 

 

.

© Jean-Louis RIGUET

Le 20 septembre 2018

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

René Magritte en acrostiches par Ursula Heraud

 

.

ÉVADEZ-VOUS UN INSTANT !

LISEZ UN ACROSTICHE ET LAISSEZ VOTRE ESPRIT S’ÉCHAPPER AILLEURS

Aujourd’hui un poème extrait de LES ACROSTICHES EN LIBERTE,

recueil collectif de Pierre Casadei, Ursula Heraud, Krystin Vesterälen et Jean-Louis Riguet

 

 

 

 

Dans le thème Les Artistes 

un acrostiche de Ursula Heraud

en hommage à René Magritte

 

 

Ursula Heraud

Rêveur de géants sans visages
Espièglerie des personnages
Noir chapeau fidèle et dissipé
Étrange corps d’oiseau ouaté

Maître des objets fantaisistes
Aux subtiles énigmes l’artiste
Gagne avec humour et acuité
Réalités jouées d’étrangetés
Intrigues abstraites et hasardeuses
Trahison des allégories farceuses
Tramées sur des têtes sans postiches
Et ceci n’est pas un acrostiche

 

.

 Ce poème est extrait de LES ACROSTICHES EN LIBERTE, recueil collectif de Pierre Casadei, Ursula Heraud, Krystin Vesterälen et Jean-Louis Riguet, qui abordent chacun à sa manière quatre thèmes : Entre gens civilisés, Proverbes et citations – Sentences et adages, Les Artistes et la Nature.

Rappelons que l’acrostiche est une forme poétique consistant à ce que la première lettre ou les premiers mots d’une suite de vers composent un mot ou une expression lue à la verticale. Les vers sont alors disposés de telle manière que la lecture des premières lettres effectuée de haut en bas, révèle le message.

Ce n’est pas une forme nouvelle puisque l’acrostiche était au Moyen-âge le moyen employé pour signer son nom ou désigner discrètement les personnes auxquelles on voulait montrer de la sympathie ou qu’on désirait honorer.

 

 

.

 

.

Infos pratiques

 

Disponible sur https://www.amazon.fr/acrostiches-en-libert%C3%A9-Jean-Louis-Riguet/dp/2379040095

sur www.premedit.net et en librairie.

ISBN : 978-2-37904-009-2 – 145 pages – 15 € TTC

Couverture :  © Thierry Lamotte

 

Envoi de visuels ou du livre, coordonnées des auteurs sur demande à contact@premedit.net

 

.

.

© Jean-Louis RIGUET

Le 07 juillet 2018

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Le pêcheur un poème extrait de Ondes Intimes

 

.

ÉVADEZ-VOUS UN INSTANT !

LISEZ UN POÈME ET LAISSEZ VOTRE ESPRIT S’ÉCHAPPER AILLEURS

.

 Aujourd’hui un poème extrait de ONDES INTIMES, Jean-Louis Riguet

 

 

 

Le pêcheur

 

 

L’eau est immobile, elle coule

La barque de mes rêves est immobile

Le pêcheur assis est patient

Ses filets sont immergés

Le temps passe à travers

L’espace d’un temps éphémère

 

 

Sur la berge voisine les arbres

Rythment les saisons au gré des couleurs

Le souffle du vent les caresse

Leur silence apporte de la tendresse

Que ne détruisent pas les oiseaux

Qui nichent aux creux des branches

 

 

Le pêcheur a tout le loisir

De penser à la vie, à la mort

Son esprit s’élève dans la souffrance

De la salissure de son corps fatigué

Dans un gris éraillé il se libère

Il guette au loin la lumière brillante

 

*****

Barque de mes rêves

Patient le pêcheur assis

Le temps à travers

 

Saison des couleurs

Silence de la tendresse

Oiseaux dans les branches

 

La vie et la mort

Son esprit dans la souffrance

Lumière brillante

 

 

Infos pratiques

 

 

Disponible sur https://www.amazon.fr/Ondes-intimes-Jean-Louis-Riguet-ebook/dp/B07C5PBNNF

sur www.premedit.net et en librairie.

ISBN : 978-2-37904-008-5 – 100 pages – 13 € TTC

Envoi de visuels ou du livre sur demande à contact@premedit.net

 

.

 

.

© Jean-Louis RIGUET

Le 06 juillet 2018

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Richard Taillefer en acrostiche par Jean-Louis Riguet

 

.

ÉVADEZ-VOUS UN INSTANT !

LISEZ UN ACROSTICHE ET LAISSEZ VOTRE ESPRIT S’ÉCHAPPER AILLEURS

Aujourd’hui un poème extrait de LES ACROSTICHES EN LIBERTE,

recueil collectif de Pierre Casadei, Ursula Heraud, Krystin Vesterälen et Jean-Louis Riguet

 

 

 

 

Dans le thème Les Artistes

un acrostiche de Jean-Louis Riguet

en hommage à Richard Taillefer

 

Richard le poète débraillé du pays de l’oignon
Il enfante aux forceps des vers en prose sublimes
Crée, conçoit, écrit, associe des mots improbables
Hors du temps, il promène ses pensées ailleurs
Amusé il instille des vérités, ses vérités, ses doutes
Ravi de ses effets d’assemblage subtil
Devant un micro sur une scène ouverte

Tout à sa confection pendant de longues périodes
Avec ses insatisfactions qui l’obligent à raturer
Incapable de laisser passer la moindre erreur
Lave bouillonnante dans un volcan interne
Laissant transparaître aux autres un calme apparent
En cachant sa nervosité derrière sa moustache légendaire
Faisant à l’occasion l’ambassadeur du temps
En se demandant où vont les rêves quand la nuit tombe
Repu de merveilleux vers pour faire une poéVie

Possédé de sa passion poétique
Ouvert au monde, il cogne, cabosse, rafistole
Ecriture vivante, habitée d’une élégance rare
Textes toujours en amélioration sur l’enclume
Eperdus de beauté poétique à l’infini

Délivré de toutes fioritures inutiles
Et s’attachant à trouver le mot précis
Bravant la difficulté, il invente le mot poéVie
Richard crée et invente pour le plaisir des sons
Au vestiaire il appréhende, le trac l’habite
Il monte sur scène, tout de noir vêtu
La langue sèche, insensible aux alentours
Le voilà qui distille ses vers subtils jusqu’aux applaudissements
Enfin soulagé, il rive à ses lèvres sa pipe de Cogolin

 

.

 Ce poème est extrait de LES ACROSTICHES EN LIBERTE, recueil collectif de Pierre Casadei, Ursula Heraud, Krystin Vesterälen et Jean-Louis Riguet, qui abordent chacun à sa manière quatre thèmes : Entre gens civilisés, Proverbes et citations – Sentences et adages, Les Artistes et la Nature.

Rappelons que l’acrostiche est une forme poétique consistant à ce que la première lettre ou les premiers mots d’une suite de vers composent un mot ou une expression lue à la verticale. Les vers sont alors disposés de telle manière que la lecture des premières lettres effectuée de haut en bas, révèle le message.

Ce n’est pas une forme nouvelle puisque l’acrostiche était au Moyen-âge le moyen employé pour signer son nom ou désigner discrètement les personnes auxquelles on voulait montrer de la sympathie ou qu’on désirait honorer.

 

 

.

 

.

Infos pratiques

 

Disponible sur https://www.amazon.fr/acrostiches-en-libert%C3%A9-Jean-Louis-Riguet/dp/2379040095

sur www.premedit.net et en librairie.

ISBN : 978-2-37904-009-2 – 145 pages – 15 € TTC

Couverture :  © Thierry Lamotte

 

Envoi de visuels ou du livre, coordonnées des auteurs sur demande à contact@premedit.net

 

.

.

© Jean-Louis RIGUET

Le 04 juillet 2018

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.