Publié par Laisser un commentaire

Une vie heureuse et réussie, Mode d’emploi, de Rodolphe Oppenheimer

.

Une vie heureuse et réussie

                                   Mode d’emploi

de Rodolphe Oppenheimer

.

 

.

éditions MARIE B.

Date de publication : OCTOBRE 2018

Dimensions : 14 x 21 cm
Nombre de pages : 123

ISBN : 979-10-93576-45-9

EAN 13 : 9791093576459

Broché :15 €

https://www.editions-marieb.com/une-vie-heureuse-et-reussie

.

Quatrième de couverture

 

Les réponses à toutes vos questions existentielles !

 

Psychanalyste, Rodolphe Oppenheimer recourt aux Thérapies Comportementales et Cognitives pour atténuer les symptômes de la souffrance dans l’immédiat et à la psychanalyse pour remonter aux racines du mal qui peut nous envahir.

Dans son livre précédent Peurs angoisses phobies, par ici la sortie (éditions Marie B 2017) ce praticien nous faisait part de son expérience clinique, ses recherches et travaux sur la réa- lité virtuelle comme voie de libération des addictions, phobies et du trouble anxieux généralisé.
Il se penche aujourd’hui sur des sujets qui peuplent votre vie quotidienne car vous êtes tous confrontés à des contrariétés, à des obstacles, des addictions, et il n’est pas toujours facile de jouer juste sur un instrument désaccordé. Cet ouvrage vous donnera les clefs pour vous libérer des grandes toxicités de la vie.

L’auteur nous livre ici des solutions pour faire face, chacun à sa manière aux épreuves, aux coups de blues et aux problèmes du quotidien :

Le célibat, le couple, sa construction, son évolution, l’éducation et les relations parents enfant, la sexualité, la famille, la dépression etc.

Rodolphe Oppenheimer accompagne des personnes qui traversent des difficultés à ces moments cruciaux de leur vie pour qu’ils ressortent en phase avec leurs désirs, attentes et investis d’un bien ou mieux-être avec eux-mêmes et leur entourage. Parce qu’il ne doit y avoir aucun barrage au bonheur, ce psychanalyste de renom vous guide vers le meilleur pour chacun de vous. Tout se construit petit à petit…

Ce livre va vous surprendre et vous allez adorer la nouvelle personne que vous serez devenue après l’avoir lu.

.

 

.

Extraits :

Achats compulsifs : qu’est-ce que c’est ?

Les achats compulsifs également appelés oniomanie sont des troubles présentant de vrais dangers pour la vie des individus qui en souffrent, cette fière compulsive se fixe sur des objets ou des biens dont l’acheteur n’a que peu besoin pour ne pas dire souvent aucun besoin. A l’inverse d’une personne qui ferait des stocks démesurés (nourriture, eau) l’acheteur compulsif cumule de manière pathologique.

C’est le psychiatre Emil Kraepelin qui a compris ce mécanisme au début du siècle dernier. Il faudra toutefois attendre le début des années 1990 pour que cette compulsion soit réellement reconnue comme une maladie au même titre que l’alcoolisme, la toxicomanie, etc. les acheteurs compulsifs en souffrent énormément au-delà de l’euphorie qu’elle peut présenter au moment de leur « investissement », à l’image de l’alcool, c’est un sentiment de tristesse, de dégoût et d’inutilité qui va s’installer dans l’esprit de l’oniomane, ce dernier pour être diagnostiqué doit avoir les critères suivants :

Une obsession autour de tout ce qui peut s’acheter ou que l’on pourrait rêver d’acheter, une déception immense après la phase de l’acquisition tendrait à croire qu’il ne s’agit pas d’un achat dit « classique » mais d’un achat compulsif. La période durant laquelle le sujet a cherché à négocier, souvent très rapidement et pas nécessairement avec clairvoyance n’ayant pour but que d’acheter au plus vite, cette phase est euphorisante pour lui. Il faudra attendre qu’il ait ses achats pour le voir les stocker, parfois même sans les regarder. Dès lors, il sera pris d’un sentiment de tristesse, de vide et d’abandon. Il dira « je me suis senti un temps moins seul ». A nouveau un état de tristesse, de solitude et parfois même de dépression s’installera jusqu’au prochain projet.

Conseils et astuces :

S’inscrire dans des groupes de parole pour acheteurs compulsifs

Démarrer une TCC (thérapie comportementale cognitive, ou une thérapie de courant psychanalytique)

Consulter son médecin afin de déterminer si un traitement est à mettre en place sous surveillance médicale

 

.

.

Ce que j’en pense

Le développement personnel attendait ce livre qui est un ouvrage de vulgarisation, réussi. Il donne des conseils et des préceptes, expliqués d’une manière simple, à la portée de tous. Il ne tombe pas dans le simplisme.

Ce livre aborde des sujets qui touchent à la vie quotidienne comme les toc, les addictions, se préparer à la retraite, le deuil. Il évoque le célibat, la vie de couple, la saint Valentin, l’infécondité, la différence d’âge dans le couple. Il s’intéresse à la vie de famille, le couple et l’enfant, internet et les enfants, parler de la sexualité avec ses enfants. Il parle des coups de blues et autres « désagréments » comme la dépression saisonnière, le blues, le pessimisme, les idées noires. Il termine avec des conseils et astuces.

Peut-être qu’avec cet ouvrage, conçu d’une façon pratique, vous découvrirez les clés pour accéder au chemin du bonheur Il est indispensable pour répondre à nombre de questions, et vous offrir une vie meilleure. Il n’est pas triste. Il envisage de nous inculquer un mélange d’enthousiasme, de confiance et de sérénité d’une manière subtile, pour un enrichissement personnel.

Ce livre est bien écrit, bien construit, accessible à tous. C’est un authentique psychanalyste qui en est l’auteur.

Compulsez ce livre sans modération.

.

L’AUTEUR

Rodolphe Oppenheimer est un psychanalyste.

Il est le petit-fils du Président Edgar Faure. Comme son grand-père, il s’intéresse de près à la politique.

Il publie régulièrement des articles liés à la psychanalyse dans l’Express, l’Obs, etc.

Dans son cabinet parisien, il contribue au développement du traitement des phobies par le biais de la réalité virtuelle.

Rappelons également que Rodolphe Oppenheimer est le co-auteur de :

 

Sans Totem Ni Tabou Regards Croisés – Correspondances

avec la complicité de Sophie Sendra

publié chez

RAMSAY éditions

.

Sans Totem Ni Tabou, Rodolphe Oppenheimer et Sophie Sendra

.

.

 

.

Un livre à détenir absolument !

.

© Jean-Louis Riguet – Librebonimenteur.net – 19 novembre 2018

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

Publié par Laisser un commentaire

Le pont du Carrousel par Les balades d’Alexandra

.

.

Alexandra DELRUE raconte…

.

.

Les balades d’Alexandra, aujourd’hui Le pont du Carrousel

.

 

 

 

Le pont du Carrousel traverse la Seine entre le quai des Tuileries, 1er arrondissement, et le quai Voltaire, 7e arrondissement. Il est également appelé pont des Saints-Pères ou pont du Louvre, en raison de la rue des Saints Pères et le palais du Louvre. Histoire Une ordonnance royale du 11 octobre 1831 autorisa la construction […]

via Le pont du Carrousel — Les balades d’Alexandra

Publié par Un commentaire

Les jours où je suis née, de Valérie François

Les jours où je suis née

de Valérie François

.

.

Bookélis

Date de publication : 04/10/2018
Dimensions : 14,5 x 21 cm
Nombre de pages : 464
Collection : Roman
ISBN : 978-2-8221-0067-0

EAN : 9782822100670

Broché :19 €

Livre numérique

https://www.bookelis.com/romans/33408-Les-jours-ou-je-suis-nee.html

.

Quatrième de couverture

Depuis toujours, la petite Vietnamienne Luu-Ly dissimule ses cheveux trop blonds sous son foulard. Pourquoi n’a-t-elle pas hérité de la beauté exotique de sa mère ?
Lorsqu’elle découvre enfin la vérité, il est trop tard. Placée dans un orphelinat, son seul moyen de survie est… le silence.
C’est à l’âge de quinze ans qu’un riche homme d’affaires venu de New York lui offre ce qu’elle n’espérait plus.
Devenue Lily-Rose Becker, va-t-elle pouvoir recoller les morceaux d’une vie brisée ? Parviendra-t-elle à tenir la promesse faite à sa mère lorsqu’elle était enfant ? Et surtout, doit-elle faire confiance à l’irrésistible et mystérieux John Walker ?
Un récit passionné et passionnant qui touche directement au cœur, où le suspense voisine avec l’humour, où l’évasion côtoie les grands sentiments. Indispensable !

.

.

Extraits :

En arrivant enfin, Minh-Tâm essoufflée et affolée jeta littéralement son vélo contre un muret en pierre. Sa toute petite fille, blottie contre sa poitrine, ressemblait à présent à une poupée de chiffon dont tous les membres paraissaient disloqués. Elle n’avait pas survécu, Minh-Tâm le savait, mais elle la berçait, espérait et lui parlait. Elle savait que le maigre filet de vie avait quitté ce corps trop petit et si fragile. Elle avait  pourtant prié, encore et encore :
– Patience, petit ange. Tiens bon, ça va aller ! Je t’en supplie, pense à ton papa !

Les larmes lui piquaient à nouveau les yeux, mais elle voulait garder espoir, le docteur saurait quoi faire… forcément. Il allait sauver son bébé, la féliciter d’avoir mis au monde une fillette si forte et si parfaite, puis elle ramènerait leur enfant à Cao-Minh qui serait tellement fier d’elle…
Elle allait s’élancer vers l’entrée du dispensaire quand Minh-Tâm aperçut une jeune femme blanche, un nouveau-né dans les bras, prête à pénétrer dans l’hôpital de fortune. Le bébé poussait des cris stridents tandis que, dans un landau, un autre nouveau-né dormait à poings fermés. C’est à ce moment-là que le vacarme éclata et la coupa dans son élan. Des hurlements incompréhensibles et des cris de terreur se firent entendre depuis le dispensaire. Le corps de la femme blanche se figea également.

Peu à peu, la petite Luu-Ly – que j’étais – grandissait et des petits cheveux fins et blonds commençaient à parsemer ma petite tête pâle. Les regards changèrent lorsque Minh-Tâm croisait les gens dans la rue avec « sa » fille. Puis, des rumeurs commencèrent à circuler, elles prirent rapidement de l’ampleur et Minh-Tâm sentit ostensiblement le comportement de Cao-Minh se modifier.
Il devint silencieux et distant, aussi bien envers elle qu’envers moi.
Lorsque nous sortions dans le village, en « famille », elle sentait son mari mal à l’aise et effacé, comme s’il tentait de se rendre invisible. Elle percevait nettement la douleur qui se propageait en lui, jour après jour, grandissante, jusqu’à devenir dévorante.
Plus mes cheveux poussaient, plus Cao-Minh s’éloignait, plus elle avait mal. De mon côté, je m’épanouissais, drôle, belle et intelligente sous mes cheveux blonds et ma peau de porcelaine…
Selon ma mère, bien sûr ! Évidemment, elle ne pouvait se confier à personne, elle était bien trop empêtrée dans son mensonge, mais surtout… comment rouvrir « la parenthèse » ? Comment se remémorer la mort de son bébé ? Comment expliquer sa folle décision ? Comment pourrait-elle justifier son acte ? Pourtant Thihaly, qui l’avait aidée à accoucher, avait essayé de savoir et de la faire parler.

.

Ce que j’en pense

L’histoire est prenante et fait voyager, au propre comme au figuré. On sent que l’auteure est passionnée par les voyages, les gens, les cultures. L’analyse des personnages est détaillée sans complaisance. Les soubresauts ne manquent pas tout au long de la narration.

L’on suit avec impatience l’évolution dans sa vie de Luu-Ly, cette petite Vietnamienne aux cheveux blonds, depuis sa naissance jusqu’à la réalisation de son grand amour. Nous sommes happés par l’histoire de Luu-Ly, devenue Lily-Rose, qui nous tient en haleine du début à la fin.

Cette belle histoire m’a subjugué. Très émouvante, captivante, cette intrigue est pleine de rebondissements, avec des personnages consistants et attachants qui font découvrir l’amour, l’amour sous différentes formes, dans les difficultés de la vie et malgré les différences.

Ce livre est bien écrit, bien construit, sans fautes d’orthographe, avec des virgules, comme il se doit, devant, mais et car.

Tout cela contribue à faire une lecture très agréable.

Si vous voulez passer un moment délectable, plongez-vous sans délai dans ce livre que je recommande.

Lisez ce livre sans modération.

.

L’AUTEURE

En savoir plus sur Valérie François :

https://librebonimenteur.net/tag/valerie-francois/

.

.

Un livre à lire absolument !

.

© Jean-Louis Riguet – Librebonimenteur.net – 15 novembre 2018

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

Publié par Laisser un commentaire

La princesse Jabirowska par Les balades d’Alexandra

 

.

.

Alexandra DELRUE raconte…

.

.

Les balades d’Alexandra, aujourd’hui La princesse Jabirowska

.

 

En 1684, une grave affaire de disparitions bouleversa Paris. En quatre mois, 26 personnes, âgés entre 17 et 25 ans, avaient disparu sans laisser de trace. Quatre garçons, fils d’ébénistes ou de marchands de meubles, disparurent dans le faubourg Saint-Antoine. Les rumeurs les plus extravagantes circulèrent. Certaines prétendaient qu’une princesse malade tuait ces garçons pour […]

via La princesse Jabirowska — Les balades d’Alexandra

Publié par Laisser un commentaire

Poème inédit 3

.

Poème 

.

Ce poème inédit sera peut-être inclus dans un prochain recueil

.

 

 

Cette nuit la lune m’a brûlé

Elle m’a brûlé le pied droit

Ce pied dépassait du drap qui me

Qui me recouvrait partiellement

Le rayon de la lune passait

Il passait à travers les vitres

Les vitres de la fenêtre du toit

Du toit d’où j’avais vu le ciel

Le ciel étoilé et parsemé de points

Des points blancs qui ponctuaient

La grand-voile noire enveloppant

La nuit de toujours, de jamais

La nuit de l’éternité, de l’infini

Cette lune blanche, froide et

Froide et chaude à la fois, je

Je l’avais aimée avant de m’endormir

L’éternité m’attendait et je

Et je répondais présent à ses avances

Ses avances qui m’envoûtaient de ses

De ses bras moelleux et caressants

Tentaculaires à la manière d’un étau

La lune m’enlaça doucement et

Et tendrement elle me prit à jamais

 

 

© 28 octobre 2018 – Jean-Louis Riguet

.

© librebonimenteur.net – Jean-Louis RIGUET 12 novembre 2018

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Publié par Laisser un commentaire

Passerelle Léopold Sédar Senghor par Les balades d’Alexandra

.

.

Alexandra DELRUE raconte…

.

.

Les balades d’Alexandra, aujourd’hui Passerelle Léopold-Sédar-Senghor

.

 

 

La passerelle Léopold-Sédar-Senghor, anciennement pont Solferino, traverse la Seine pour relier le quai Anatole France (7e arrondissement) et celui des Tuileries (1er arrondissement), créant ainsi une connexion entre les musées d’Orsay, du Louvre et de Légion d’honneur. La passerelle est le 36e pont de Paris. Ses origines Le premier pont construit à cet endroit vit […]

via Passerelle Léopold Sédar Senghor — Les balades d’Alexandra

Publié par Laisser un commentaire

Dis, c’est quoi…? par l’ancolie bleue 2

 

.

.

Une nouvelle publication de l’Ancolie Bleue 2

.

Librebonimenteur.net partage avec plaisir

l’article de L’Ancolie Bleue 2 

« Dis, le vent, c’est quoi ? »

.

-Dis, le vent c’est quoi? -Le vent? c’est ce qui te fera voyager sans bouger. Il t’apporte des pensées qui viennent de bien loin et emmène les tiennes encore plus loin. Le vent quand tu t’offres à lui, c’est un grand voyage. Le vent **** -Dis, le matin c’est quoi? -Le matin? […]

via Dis, c’est quoi…? — l’ancolie bleue 2

Publié par Laisser un commentaire

Bulle Derouette s’expose

.

.

Bulle Derouette s’expose

.

Bulle Derouette explose « Entre ces mains », Peintures et sculptures

.

.

Bulle Derouette, artiste orléanaise, expose ses créations à la Galerie du Château de l’Etang, à Saran, rue de la Fontaine, du 9 au 25 novembre 2018.

Elle nous invite « Entre ces mains » pour une découverte de son talent et de son univers. Bien volontiers, je me suis laissé guidé par ces mains expertes et le gentil sourire de celle qui les possède.

Ses oeuvres sont interpellantes, elles mettent en scène des femmes, des gourmandises. Ses portraits sont étonnants comme tout le corps féminin fêté plusieurs fois, et vous êtes surpris. Bien que provocatrices, ses créations sont néanmoins rafraîchissantes et représentent l’univers de l’artiste qui s’exprime avec ses peintures, mais aussi avec ses céramiques.

Avec Bulle, il ne faut pas oublier ces seins qu’elle affiche un peu partout. Je ne parle pas des siens, mais de ses créations qui ne demandent qu’à être caressées.

Bulle dégage une sensualité qui s’exprime également dans le détail. Elle a le sens du détail, de la courbe qui tue.

Vous avez jusqu’au 25 novembre prochain pour la voir, du mardi au vendredi de 14 à 17 heures et les samedi et dimanche de 14 à 17 h 30. Bulle vous accueillera elle-même les samedi et dimanche.

Je vous souhaite une belle exposition, à partager en famille.

Un grand merci à Bulle Derouette.

.

.

© Jean-Louis Riguet – Librebonimenteur.net – 09 novembre 2018

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

Publié par Laisser un commentaire

Pensez livres pour vos cadeaux de fin d’année

Première de couverture de Le Château du Rondon d'Olivet raconte... son histoire de France, un livre de Jean-Louis Riguet

 

Les Fêtes de fin d’année arrivent bientôt.

Pensez à vos cadeaux. Pensez livres.

.

Il me reste quelques exemplaires de plusieurs livres. Si vous êtes intéressé, je peux les dédicacer.

Vous pouvez prendre contact avec moi par mail : jlriguet@gmail.com.

.

 

 

 

.

© Jean-Louis Riguet – Librebonimenteur.net – 08 novembre 2018

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

Publié par Laisser un commentaire

Léonie Chéreau par Les balades d’Alexandra

.

.

Alexandra DELRUE raconte…

.

.

Les balades d’Alexandra, aujourd’hui Léonie Chéreau

.

 

 

 

Léonie Chéreau était une jeune fille de bonne famille, âgée de 15 ans, sans soucis ni problèmes apparents. Comme tant d’adolescentes, elle voyait dans chaque homme gentil un prince charmant. Son père, un huissier austère d’Orléans, venait de mourir. Sa mère, malheureuse et désemparée, laissa sa fille vaquer librement à ses occupations et oublia de […]

via Léonie Chéreau — Les balades d’Alexandra