Publié par Laisser un commentaire

L’éden d’ailleurs

20160405_120711

.

L’éden d’ailleurs

.

Je vois le ciel bleu et le soleil

Je vois la terre et sa noirceur

Je vois l’espérance et le bonheur

Je vois l’adversité et le malheur

.

Je me perds dans mes pensées secrètes

Labyrinthe clos par inadvertance

Dédale improbable de mes sentiers

Perdus dans les méandres du cerveau

Au détour d’un virage trop abrupt

Je dérape sur l’asphalte de mes idées

Dans la confusion de mes problématiques

Inconnues mais sont-elles réelles ?

.

Je glisse sur la pente de mes vertiges

Je grimpe sur la côte de mes désirs

Je rampe comme un ver

À la recherche d’un peu de terre humide

.

Mais pourquoi ce désordre ?

Ce galimatias de désirs contraires ?

Qu’ai-je donc fait pour me déchirer ?

Rampe esclave de mon cerveau

Nettoie la terre de ton corps sale

Crie ton mal être désarmant

Rejoint les occupants de la sénilité

Dans des disharmonies dégénératives

Jusqu’à la fin de ton corps sans vie

.

Regarde le monde te sourit

La vie te fait un signe d’espoir

Tu n’as pas tout perdu

Tes pensées t’enrichissent d’un rien

Ne désespère pas !

Tu seras heureux là-bas

Au coin du grand pré vert

Devant la rivière de perles

Les filles jouent de la cithare

Une chorale égaie la pelouse

De jeunes enfants apportent des fruits

.

La vie est belle dans cet éden d’ailleurs

.

.

© 19 juillet 2016 – Jean-Louis Riguet

 

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Jean-Louis RIGUET 19 juillet 2016

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et Membre de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

Publié par Laisser un commentaire

Le fil d’Ariane

Salon Mazamet 2016 - 2

.

.

Le fil d’Ariane*

.

.

Patiemment Ariane a tiré de son fil

Des mots évocateurs assemblés de façon subtile

Avec son crayon fétiche en bois

.

La matière est noble

L’élégance est intelligente

.

Le fil d’Ariane caresse en toute simplicité

Le bois lustré qui chauffe son lit

Et nourrit ses perles d’excellence

.

Les mots s’entremêlent

Pour décrire ce bois finement ciselé

Qui anime le rouet dont s’échappe

Le fil qu’Ariane s’évertue à tisser

.

Dans Mazamet l’ancienne lainière perdue

Au milieu d’auteurs méconnus

La blondeur de ses cheveux défaits

Dans un ordre incomplet

Caresse le bleu de ses épaules

.

La fébrilité de l’attente impatiente la dame

L’émotion poignante s’aventure dans la salle

À la mesure du temps qui reste à s’écouler

.

À la fin de l’annonce officielle

Le rouet de bois tisse son fil d’Ariane

Sans précipitation l’étire gracieusement

En montant les marches de l’estrade

.

Le dos que j’avais en point de mire

Laisse la place à l’autre versant

Ensoleillé par des yeux lumineux

Haussés de la beauté d’un sourire radieux

.

Ariane boit les mots de la distinction

Cassés par un tonnerre d’applaudissements

Dans un coton douillet, elle hume absente

Les perles humides de la rivière de la récompense

.

Le cœur des amateurs attentifs en suspens

Le luxe de la simplicité chauffe sa voix

Les trompettes l’accompagnent

Sous la voûte étoilée de la célébrité discrète

.

La gentillesse remercie avec le sourire de l’intelligence

La tendresse froisse le cœur de l’observateur

Avant que le bois ne sectionne le fil d’Ariane

Perdue dans la certitude de son émotion passagère

.

.

.

.

* Hommage à Ariane Bois, écrivaine

Lauréate de plusieurs prix littéraires

.

.

.

.

© 26 mai 2016 – Jean-Louis Riguet

 

 

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Jean-Louis RIGUET 26 mai 2016

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et Membre de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

Publié par Laisser un commentaire

Deux poèmes partagés avec vous

 Deux poèmes partagés avec vous

.

Souris

 .

 

Mon mouchoir de papier est tout humide

Tes larmes l’ont mouillé à verse

La joie s’abat dans ton cœur

Tes yeux n’y résistent pas

Tu es si belle sous la pluie

Des perles d’eau inondent ton visage

Sèche tes larmes

Et souris à la vie

Souris à l’amour

Souris à l’amour de la vie.

© 19 mars 2016 – Jean-Louis Riguet

.

.

 .

 .

La Chute

 .

 

Dans un manège rectangulaire

La reprise se déroule éphémère

Les chevaux obéissent aux cavalières

Sous l’œil intransigeant de l’écuyère

 

Dans un sens puis dans l’autre elles tournent

Elles varient l’allure sur la piste lourde

Le sable mouillé empâte les chevaux

Qui réagissent en forçant le trait

Et rechignent à sauter sur les obstacles

 

Un grand éclat de cris effrayés envahit la carrière

Les petites effrontées réagissent à la misère

L’acrobatie involontaire a précipité la cavalière

Qui se vautre par terre dans la poussière

 

Le silence soudain fait du bruit

Plus aucun mouvement, tout est immobile

Inquiet, chacun retient son souffle

La jeune fille se frotte et lâche des larmes

Alarmée la maman spectatrice reste sans voix

 

La monitrice avance lentement en silence

Quelques mots tendres et des paroles encourageantes

Debout les morts, la jeune fille s’ébroue

Attrape son cheval et entreprend la remonte

Le pas, puis le trot, remettent l’équipage en ordre

 

Indifférente, la vie reprend son cours normal

Finalement, la maman résume : plus de peur que de mal

 

© 19 mars 2016 – Jean-Louis Riguet

 

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

Jean-Louis RIGUET 19 mars 2016

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et Membre de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.