Le Poème de la semaine n° 23

.

.

Le Poème de la semaine n° 23

.

 

 

 

.

Je hais la haine (haïkus)

.

Je hais la haine

Ce soir le crabe m’habite

Pourtant je l’aime

 

Cancer des pensées

La haine comme un …

 

.

La suite sur :

https://jeanlouisriguetecriveur.blogspot.fr/

.

Le Poème de la semaine n° 22

.

.

Le Poème de la semaine n° 22

.

 

 

 

.

Je hais la haine

.

Je hais la haine

La haine aussi forte, plus peut-être

Que l’amour, l’amour passion

.

Quand l’amour se déchire,

Se rompt d’un coup de poignard

Il ne reste que la haine

.

La haine, ce cancer des pensées

Ce crabe du cerveau

Ce mangeur de …

 

.

La suite sur :

https://jeanlouisriguetecriveur.blogspot.fr/

.

Dans le jardin de mes pensées, Annie Quaglio Chapouille

DANS LE JARDIN DE MES PENSÉES

Annie Quaglio Chapouille

Recueil de Poésie

Harmonie Editions

2013 – 150 pages – 13.90 €

ISBN : 978-2-9547446-0-5

.

http://www.editionsharmonie.com/

.

599722_572831812740685_297703531_n

.

Quatrième de Couverture

Il y a des jours où il faut se laisser porter par la vie !

Comme le courant dans l’eau, sans savoir où cela nous emmène…

Vous verrez qu’elle nous laisse de merveilleuses surprises…

Dans le Jardin de mes Pensées, Là où le temps s’arrête…

.

Ce recueil de poésie a reçu le Prix de l’Amitié,

au Concours Centre Culturel Européen en 2015.

Il a reçu également le Prix de la plus belle lettre d’Amour,

au Concours Centre Culturel Européen en 2015.

.

561162_3666795349336_501535102_n

.

L’accent de ce recueil est mis sur l’amour, pour faire rêver le lecteur et lui communiquer l’envie d’aimer. Sûrement que les personnes mal dans leurs peaux pourraient bénéficier de cette thérapie. Les poèmes communiquent des émotions positives qui apaisent. Lorsque le calme est installé, les poèmes sont une source de rêves et d’envies d’aimer que de superbes photos viennent enjoliver.

.

Les titres sont évocateurs :

Nous avons été au bal des plaisirs

Ma gourmandise

Vous avez laissé entrouverte la porte de vos rêves

Je me suis parfumée à l’ode à l’Amour

Nos jeux de l’amour

Je vais essayer de vous guérir

Il suffit d’un sourire

.

Quelques extraits :

 

Quand je vous ai vu la première fois

Vos si jolis yeux, rien que d’y penser j’en frissonne12243139_10208015370602927_7695480128434561903_n

Je vous ai rencontré en Automne

Ça a commencé par une si jolie journée d’automne

Je vous ai aimé en automne

Depuis, ma vie, mon cœur tourbillonnent

Dans une dans pleine de farandoles

Ma vie n’est plus monotone

Elle revit, elle m’étonne

Depuis vous êtes devenu mon idole

Mon Cœur s’enflamme, il résonne

Comme jamais, comme personne

.

Comme vous êtes cloué au lit

11127534_10206455509927385_1665482571499262593_nComme vous êtes cloué au lit

Déesse viendra hanter vos nuits

Se glissera dans vos draps

Pour se blottir dans vos bras

En passant ses mains autour de votre corps

Vous serrant fort comme son trésor

Pensées…

 

 

.

Je ne pense qu’à une chose

599722_572831812740685_297703531_nJe ne pense qu’à un chose

Parcourir votre corps de caresses

Le couvrir de baisers mouillés

Ce soir, il me vient des idées

Ce n’est pas une partie de dés

Ce soir, il me vient des envies

Me transformer en caresse

Pour me glisser sur votre corps

Et le faire frissonner

.

Si vous voulez en savoir plus sur Annie Quaglio Chapouille, suivez ce lien :

https://librebonimenteur.net/2016/02/27/jl-a-lecoute-de-annie-quaglio-chapouille/

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Jean-Louis RIGUET 13 février 2017

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et Membre de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

Un haïku de Catimini Plume

Pensées virevoltent comme des papillons noirs sur mon insomnie.

via Papillons noirs — Catimini Plume

Pétales Eclectiques, Jean-Louis Riguet

PÉTALES ÉCLECTIQUES

Poésie

Jean-Louis Riguet

.petales-eclectiques-couverture

.

Éditeur : PREM’EDIT

ISBN : 9 791091 321587

140 pages – 14 €

.

Quatrième de Couverture

.

« Le poète cogne, cabosse, rafistole

Il dérange, charme, console

Amusé, il instille des vérités, des doutes

Silence brutal, applaudissements, soulagement »

.

Romancier, Jean-Louis Riguet a voulu pour son premier recueil de poésie synthétiser ses émotions, ressentis et sensations, sous une forme courte.

Des sujets forts comme ceux qui touchent à l’infortune des personnes, des hommages à des artistes et enfin des thèmes plus légers : les mots restent ciselés dans la douleur ou la légèreté.

L’auteur évoque « la barbarie inadmissible dans son inutilité » ou encore « la frayeur coiffe la ville de noirceur ». Il écrit le « poète cogne, cabosse, rafistole » ou encore « alors la femme peintre claquemure ». Il parle des « fleurs qui sont un bonheur pour l’Homme » et de la neige sur laquelle « on marche réticent à pas feutrés ».

Le lecteur passe d’un sujet à l’autre et d’une forme à l’autre. S’y mêlent des pensées, des poèmes et des haïkus.

Pétales Éclectiques, un recueil varié, diversifié et inégal dans le fond et dans la forme qui suscitera des réactions.

.

petales-eclectiques-couverture

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Jean-Louis RIGUET 19 octobre 2016

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et Membre de la Maison de l’écrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

L’éden d’ailleurs

20160405_120711

.

L’éden d’ailleurs

.

Je vois le ciel bleu et le soleil

Je vois la terre et sa noirceur

Je vois l’espérance et le bonheur

Je vois l’adversité et le malheur

.

Je me perds dans mes pensées secrètes

Labyrinthe clos par inadvertance

Dédale improbable de mes sentiers

Perdus dans les méandres du cerveau

Au détour d’un virage trop abrupt

Je dérape sur l’asphalte de mes idées

Dans la confusion de mes problématiques

Inconnues mais sont-elles réelles ?

.

Je glisse sur la pente de mes vertiges

Je grimpe sur la côte de mes désirs

Je rampe comme un ver

À la recherche d’un peu de terre humide

.

Mais pourquoi ce désordre ?

Ce galimatias de désirs contraires ?

Qu’ai-je donc fait pour me déchirer ?

Rampe esclave de mon cerveau

Nettoie la terre de ton corps sale

Crie ton mal être désarmant

Rejoint les occupants de la sénilité

Dans des disharmonies dégénératives

Jusqu’à la fin de ton corps sans vie

.

Regarde le monde te sourit

La vie te fait un signe d’espoir

Tu n’as pas tout perdu

Tes pensées t’enrichissent d’un rien

Ne désespère pas !

Tu seras heureux là-bas

Au coin du grand pré vert

Devant la rivière de perles

Les filles jouent de la cithare

Une chorale égaie la pelouse

De jeunes enfants apportent des fruits

.

La vie est belle dans cet éden d’ailleurs

.

.

© 19 juillet 2016 – Jean-Louis Riguet

 

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Jean-Louis RIGUET 19 juillet 2016

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et Membre de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

Sombres mirages

20160405_120706

.

Sombres mirages

.

La triste nuit s’étire lugubrement

Dans le ciel déchaîné, courroucé, l’orage

De tous ses feux étincelants fait rage

Sous un arbre réfugiés une femme et son enfant

.

Propulsant des papillons noirs à l’infini

La foudre abat son insoutenable déchirement

Déverse son soleil noir de mélancolie

Sur un petit être de lumière soudain sans vie

.

Sombres mirages

Désormais seule la maman dépérit

De l’être disparu se languit

À jamais enseveli

.

Dans cette baraque en bois

Délabrée et sans vie

Aux planches vermoulues et racornies

Sa tristesse insondable lui tient compagnie

.

Désespoir au creux de la nuit maussade

Et ce n’est pas une passade

L’insurmontable chagrin se régénère

Dans une stérile ivresse insupportable

.

Le spectre de ses pensées morbides

Fertilise de venin les terres arides

De sa profonde blessure inconsolable

.

La triste mélodie de la mélopée

Nourrit son cœur en étoiles mortes

Dans une ultime agonie d’angoisse

.

.

.

© 11 juin 2016 – Jean-Louis Riguet

 

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Jean-Louis RIGUET 13 juillet 2016

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et Membre de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.