Publié par Laisser un commentaire

GRAIN DE SEL ET PETITES PLAIES, Paul Steiger

GRAIN DE SEL ET PETITES PLAIES

Paul STEIGER

.

.

Recueil de textes divers

La Ferronnerie Éditeur

ISBN 978-2-9539753-8-3

117 pages – 3,00 €

.

Cet ouvrage court comporte beaucoup de textes plus ou moins longs. Le style est incomparable, c’est celui de Paul Steiger. Comme il l’écrit lui-même, certains de ses lecteurs se plaignent de devoir prendre un dictionnaire pour le lire.

Paul Steiger ne s’en excuse pas, il persiste et signe. Du moins, c’est ce que j’ai compris dans les phrases ci-après relatées :

« Je ne sais, ni ne veux, me mettre à la hauteur de la pauvreté de vocabulaire de prétendus lecteurs, car si l’on m’a fait riche de tous ces mots, c’est pour que je les partage avec ceux qui en ressentent la faim, et qui feront l’effort de les comprendre. Tant pis pour tous les autres, car cet effort leur sera, quoi qu’ils prétendent, définitivement inutile; C’est pourquoi ils ne le feront jamais. »

Je pense que l’auteur a résumé la qualité de son écriture. Après, on aime ou on n’aime pas. Mais ça, c’est la décision du lecteur.

Des points de vue comme des réponses, à l’emporte-pièces !

Des billets incisifs !

Le sel pour panser les plaies, il fallait y penser. Notre ami Paul serait-il adepte de soigner le mal par le mal ?

Paul Steiger ne fait pas de politique, il instille des vérités, ses vérités.

Sa Vérité !

.

Quelques extraits

.

« De l’intelligence

Les plus intelligents ? Quel lieu commun ! On aimerait meilleur jugement. La caste se coopte, c’est tout dire. L’intelligence, hors celle des cours et des salons, ni ne s’estime, ni ne s’honore, car elle va son chemin dans le silence, et l’humilité qui lui sied. »

.

« Du sénateur qui réclamait le silence des retraités de l’armée

Oserais-je ? Oserais-je dire que l’obscénité du sénateur a toute l’indécence du trou du cul qu’on y voit derrière, et l’insolence des gens sans éducation, ce qui ne devrait pas surprendre. »

.

« Quoi, le centre ?

Au centre, la place n’est qu’au fléau, ce trait séparateur, aussi vain que le sont ses alternantes inclinations, tantôt à gauche, tantôt à droite, alors qu’on le voudrait ne pas s’incliner, ni sur sa gauche, ni sur sa droite, mais simplement se tenir droit, au seul devoir de son utilité. »

.

Lisez ce livre, il vous en restera quelque chose.

Soit vous aimerez, soit vous détesterez !

Dans les deux cas, vous réfléchirez.

Réfléchir pour ensuite agir, c’est vivre !

Et vous avez envie de vivre !

.

http://laferronnerie.wixsite.com/la-ferronnerie-edite/grain-de-sel-et-petites-plaies

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Jean-Louis RIGUET 16 novembre 2016

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et Membre de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

Publié par Laisser un commentaire

Frontière Cruelle, un pétale de Pétales éclectiques

Extraits de Pétales éclectiques

.

FRONTIÈRE CRUELLE

.

A

.

Ne pas prévoir l’imprévu, quelle imprévoyance !

.

L’inféodation nous enchaîne, y compris à soi-même.

Et, pourquoi pas ?, à nos propres contradictions !

.

C

.

Frontière cruelle

Enjeu abominable

Pour jeu arbitraire

 . 

Richesse d’élus

Aléatoires chanceux

Égoïsme doré

 . 

Pauvreté cruelle

Déplacés de naissance

Pour vivre misère

 .

La suite à lire dans :

.

PÉTALES ÉCLECTIQUES

Recueil de Textes

.petales-eclectiques-couverture

.

« Le poète cogne, cabosse, rafistole

Il dérange, charme, console

Amusé, il instille des vérités, des doutes

Silence brutal, applaudissements, soulagement »

.

Des sujets forts comme ceux qui touchent à l’infortune des personnes, des hommages à des artistes et enfin des thèmes plus légers : les mots restent ciselés dans la douleur ou la légèreté.

L’auteur évoque « la barbarie inadmissible dans son inutilité » ou encore « la frayeur coiffe la ville de noirceur ». Il écrit le « poète cogne, cabosse, rafistole » ou encore « alors la femme peintre claquemure ». Il parle des « fleurs qui sont un bonheur pour l’Homme » et de la neige sur laquelle « on marche réticent à pas feutrés ».

Le lecteur passe d’un sujet à l’autre et d’une forme à l’autre. S’y mêlent des pensées, des poèmes et des haïkus.

Pétales Éclectiques, un recueil varié, diversifié et inégal dans le fond et dans la forme.

.

Éditeur : PREM’EDIT

ISBN : 9 791091 321587

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Jean-Louis RIGUET 14 novembre 2016

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et Membre de la Maison de l’écrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

Publié par Un commentaire

Frontière tragique, l’un des pétales éclectiques

Extraits de Pétales éclectiques

.

Frontière tragique

.

1.-

.

Deux pays séparés d’un coup de crayon involontaire

Parfois cruel comme un méchant coup de serpe

Pour une frontière fantaisiste improvisée

.

Enjeu convoité pour des guerres abominables

Césure élastique ou rigide dans un couperet néfaste

Tempétueuse révoltée au gré du vindicatif téméraire

.

2.-

.

Naissance aléatoire pour un avenir incertain

Richesse et luxuriance antithèse de misère et pauvreté

Égoïsme doré cigare aux lèvres

Disette criante au squelette visible

.

Lapins parqués dans un clapier à ciel ouvert

Les hommes reclus sans chaînes visibles assoiffés de liberté

Rêvent leurs éclipses pour s’évaporer dans les limbes

.

Le verni s’arc-boute fièrement sur ses privilèges dorés

Le mat enrage à en crever d’en profiter sans excès

Inexorable conflit meurtrier de sans-le-sou sans espoir

Injustice pétante comme une étincelle poussant au désespoir

Jusqu’à l’exode tragique et mortel des soldats de l’impossible

.

La suite à lire dans :

.

PÉTALES ÉCLECTIQUES

Recueil de Textes

.petales-eclectiques-couverture

.

« Le poète cogne, cabosse, rafistole

Il dérange, charme, console

Amusé, il instille des vérités, des doutes

Silence brutal, applaudissements, soulagement »

.

Des sujets forts comme ceux qui touchent à l’infortune des personnes, des hommages à des artistes et enfin des thèmes plus légers : les mots restent ciselés dans la douleur ou la légèreté.

L’auteur évoque « la barbarie inadmissible dans son inutilité » ou encore « la frayeur coiffe la ville de noirceur ». Il écrit le « poète cogne, cabosse, rafistole » ou encore « alors la femme peintre claquemure ». Il parle des « fleurs qui sont un bonheur pour l’Homme » et de la neige sur laquelle « on marche réticent à pas feutrés ».

Le lecteur passe d’un sujet à l’autre et d’une forme à l’autre. S’y mêlent des pensées, des poèmes et des haïkus.

Pétales Éclectiques, un recueil varié, diversifié et inégal dans le fond et dans la forme.

.

Éditeur : PREM’EDIT

ISBN : 9 791091 321587

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Jean-Louis RIGUET 08 novembre 2016

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et Membre de la Maison de l’écrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

Publié par Laisser un commentaire

Ainsi résonne l’écho infini des montagnes, HOSSEINI Khaled

Un voyage bouleversant en Afghanistan !