Publié par Laisser un commentaire

La chaussure collage de Croquedessin

Cette fois je l’ai faite par collage 🙂 Hé oui ! Je me croyais revenue au jardin d’enfants et je me suis amusée ! 😀 Elle est faite de papiers découpés dans des publicités de revues et d’un lacet. Voilà ce que l’on vous fait faire à l’école de Beaux-Arts, ce n’est […]

via Ma chaussure – Collage — Croquedessin

Publié par Laisser un commentaire

Modèle vivant 48 — Croquedessin

Deux nus de femmes !

Deux poses réalisées au crayon graphite sur papier croquis légèrement grainé lors d’un atelier modèle vivant. Poses d’environ 15 minutes.

via Modèle vivant 48 — Croquedessin

Publié par Laisser un commentaire

Deux poèmes partagés avec vous

 Deux poèmes partagés avec vous

.

Souris

 .

 

Mon mouchoir de papier est tout humide

Tes larmes l’ont mouillé à verse

La joie s’abat dans ton cœur

Tes yeux n’y résistent pas

Tu es si belle sous la pluie

Des perles d’eau inondent ton visage

Sèche tes larmes

Et souris à la vie

Souris à l’amour

Souris à l’amour de la vie.

© 19 mars 2016 – Jean-Louis Riguet

.

.

 .

 .

La Chute

 .

 

Dans un manège rectangulaire

La reprise se déroule éphémère

Les chevaux obéissent aux cavalières

Sous l’œil intransigeant de l’écuyère

 

Dans un sens puis dans l’autre elles tournent

Elles varient l’allure sur la piste lourde

Le sable mouillé empâte les chevaux

Qui réagissent en forçant le trait

Et rechignent à sauter sur les obstacles

 

Un grand éclat de cris effrayés envahit la carrière

Les petites effrontées réagissent à la misère

L’acrobatie involontaire a précipité la cavalière

Qui se vautre par terre dans la poussière

 

Le silence soudain fait du bruit

Plus aucun mouvement, tout est immobile

Inquiet, chacun retient son souffle

La jeune fille se frotte et lâche des larmes

Alarmée la maman spectatrice reste sans voix

 

La monitrice avance lentement en silence

Quelques mots tendres et des paroles encourageantes

Debout les morts, la jeune fille s’ébroue

Attrape son cheval et entreprend la remonte

Le pas, puis le trot, remettent l’équipage en ordre

 

Indifférente, la vie reprend son cours normal

Finalement, la maman résume : plus de peur que de mal

 

© 19 mars 2016 – Jean-Louis Riguet

 

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

Jean-Louis RIGUET 19 mars 2016

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et Membre de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

Publié par Laisser un commentaire

Sketchbook 18

Croquedessin en délire !

 

J’avoue, j’ai honte !  😀   Dans la série des grands délires, voici quelques croquis qui déchirent !  😀 Feutre sur papier glacé. Cela défoule, vous devriez tenter l’expérience…

Source : Sketchbook 18

Publié par Laisser un commentaire

Ils avaient des crayons !

Ils avaient des crayons ! Un poème en hommage aux victimes des attentats et à leurs familles.

.

20150601_104303

.

.

Ils avaient des crayons !

.

Armés de glaives redoutables, hommes et femmes

Dessinent et écrivent l’improbable sur tout et sur rien

Les victimes en puissance jouent de mots assassins

Sur des bouts de papier caricaturés aux crayons de bois

.

Des êtres endoctrinés, drogués peut-être, assoiffés de sang

Vont vider leurs chargeurs meurtriers

En bombant le torse comme des monarques

Ceignant la tunique des martyrs

.

Petite fraction d’une pensée étroite

À la marge de la société s’agitent les intégristes

Très actifs s’épuisant dans des activités sclérosantes

Jusqu’auboutismes aux actions de courte spéculation

.

Éclat éphémère pour des moments terribles

Vus à la télévision

Entendus à la radio

Lus dans les journaux

Partagés dans les réseaux sociaux

Les cœurs saignent de rage

.

La tribune incessante envahit les oreilles

En majorité contre les assaillants surexcités

.

Depuis des temps immémoriaux insondables

Les conflits de religions ou autres se succèdent

Un combat remplace une guerre, une croisade une inquisition

Barbarie inadmissible et inutile

.

La victoire est si éphémère et illusoire

Que la masse des individus surpasse le séisme

Toujours le monde avance sans regard en arrière

.

Comme la rivière coule depuis la nuit des temps

L’essaim débordant ou tari avance inlassablement

Pour reconquérir le terrain fourvoyé

Elle reprend ses droits et l’Homme n’y peut rien !

.

La foule avance sans arrêt et écrase tout

Chaque ligne laisse la place à la suivante

Mouvement incessant et inéluctable

Force de la passivité en marche

.

Convaincre plutôt que combattre !

Avec d’autres moyens que la violence !

.

Seule la culture résistera

La culture nécessite l’esprit libre

La conscience, le ventre bien rempli

La réflexion, la vie sécurisée

.

La culture pour combattre les abominations

Afin que les crayons soient plus forts que les armes

.

 © Jean-Louis Riguet – 29 novembre 2015

.

12227586_900261296724241_5185953598294265485_n

.

 Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

Jean-Louis RIGUET 29 novembre 2015

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://librebonimenteur.net/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

Publié par Laisser un commentaire

Portrait à l’aquarelle

Une actrice en portrait !