Publié par Laisser un commentaire

Chasseur de fantômes, Incroyable voyage au royaume des ombres, Anthony Augusto

CHASSEUR DE FANTÔMES

Incroyable voyage au royaume des ombres

Anthony Augusto

.

.

Les éditions de l’Opportun

 576 pages – juin 2016 – Prix 20.90 €

ISBN 9 782360 754304

.

.

http://www.editionsopportun.com/produit/39/9782360754304

.

Un explorateur lève le voile sur le monde des esprits…

.

Quatrième de couverture

« Entrons ensemble dans le royaume des ombres ! »

Comment en suis-je arrivé là ? « Chasseur de fantômes ». Le terme fait sourire, réfléchir ou fantasmer. Je traque les signes d’une activité paranormale, je guette, j’observe, je patiente, je pose des pièges, des caméras, des enregistreurs audio… Parler des morts n’est pas une honte, c’est un respect. Vouloir les trouver, désirer les comprendre, revient à les aimer. Au final, si la mort nous fait peur c’est parce qu’elle est synonyme d’oubli.

« Dites-moi ce que vous entendez par fantôme et je vous dirais si j’y crois. »

Je vais tenter de vous prendre la main et de vous faire voyager dans les méandres d’un univers fantastique. Attention ! Le chemin est long et implique de garder l’esprit ouvert, y compris face à l’invisible. Le doute, lui, nous accompagne à chaque pas de ce voyage qui comprend de nombreuses étapes.
Le voyage pourra parfois vous paraître loufoque, fantaisiste, insaisissable, dingue, mais dans tous les cas il sera, j’en suis sûr, terriblement excitant.

Anthony Augusto

Présentation de Guss

«  Le livre que vous avez entre les mains a été écrit par l’un de ces hommes qui osent plonger dans l’incertitude, un explorateur qui s’est engagé dans la voie de l’inexpliqué avec la volonté de démêler le vrai du faux. Des chercheurs, des inventeurs, des aventuriers, des visionnaires repoussent sans cesse les limites de la connaissance et des croyances. Vous allez découvrir le voyage atypique d’un chasseur de fantômes, le parcours de ses aventures en terres inconnues. Si la vérité est ailleurs, c’est encore là qu’il faut aller la chercher… »

Guss – Chasseur de fantômes

 .

.

Extraits :

Page 63

La légende nous fait assister à un sabbat, une nuit de 1684, près du cimetière de Darola où des sorcières dansaient devant un feu et invoquaient le démon entre les froides pierres tombales. Elles appelaient le nom de Satan, le répétaient trois fois et par magie le seigneur des ténèbres apparaissait. Le diable s’aperçut justement que non loin de là se trouvaient l’abbaye de Lucedio et décida de subvertir son ordre, et de le soumettre à son pouvoir. Pour arriver à ses fins, il s’insinua dans les rêves des novices du monastère de Trino et les poussa à prendre dans leurs filets, grâce à leurs charmes, les moins de Lucedio. Le diable réussit si bien dans ses intentions, qu’à partir de ce moment-là commença une période pendant laquelle les moines poussés et guidés par la force du Malin, perpétuèrent des séries d’abus, et de violences à l’encontre des pauvres gens des alentours.

Page 354

Ces mots gravés sur la plaque de marbre qui nous surplombe sont les premiers vers d' »Un Fantôme » (XXXVIII) du recueil de poèmes Les Fleurs du mal de Charles Baudelaire. Ils nous accueillent dans une pièce que j’affectionne particulièrement. Secrète. Enfouie. Son atmosphère, presque insolente, me suggère à chaque fois de rêver un petit peu plus. Le calme religieux qui règne ici nous impose en revanche de parler à voix basse. Nous nous trouvons sur « l’esplanade du créateur », où s’étalent comme vous pouvez le voir des centaines de tables de lecture. Un véritable sanctuaire pour l’esprit, qui survit dans les flaques onctueuses des lumières rougeoyantes de ces milliers de lanternes endormies. Absorber par la magie que l’art des lettres confère au fantastique, il suffit de s’asseoir à l’une de ces tables pour s’imaginer voguer en direction du pays des Cimmériens aux côtés d’Ulysse.

 

.

 

.

Ce que j’en pense

Anthony Augusto est le fondateur avec son frère Nicolas du R.I.P. (Recherches Investigations Paranormal). Il cherche les fantômes. Dans ce livre, il raconte son parcours, ses aventures et ses enquêtes spécialisées sur les cas de hantises. Ce n’est pas un scientifique mais il enquête avec soin, méthodologie, sérieux et honnêteté intellectuelle.

Il est possible de critiquer le paranormal, avec tout le lot de clichés traditionnels. Mais il semble difficile de ne pas reconnaître l’objectivité de l’auteur. Sa passion lui a apporté des connaissances, il en a fait une culture.

Ce livre est une suite de témoignages sur la question : y a-t-il une vie ailleurs ? Dans l’au-delà ? Anthony ne tranche pas mais explique et relate sa démarche, passionnée, cartésienne. Il recherche des preuves, des preuves de deux personnes. Il ne se contente pas d’un seul témoignage. Il faut être deux avec des moyens différents.  Il veut faire la distinction entre l’illusion d’un phénomène et l’inexpliqué paranormal.

Imaginez que vous êtes dans une musée pour faire une visite. Le guide vous demande de le suivre. Et là, vous devenez acteur. Vous naviguez entre le fantôme imaginaire, les fausses idées, les hantises de toutes formes, le fantastique, le matériel adapté, les lieux mystérieux. Vous n’êtes plus le visiteur mais le guide. Vous n’êtes plus le lecteur mais l’enquêteur.

Avec votre sac à dos en bandoulière, vous maniez les outils, en déroulant la méthodologie, dans le royaume des ombres.

Le livre est bien écrit, avec son cœur, avec ses tripes, avec sa manière de penser. Ce n’est pas un délire mais une réalité décrite par un enquêteur et vous n’êtes plus lecteur. Le vocabulaire utilisé est approprié ainsi que les tournures de phrases. La qualité est au rendez-vous. Les parties romancées sont bien écrites avec une immersion dans les décors ou les émotions. Des photos prises pendant ces enquêtes agrémentent l’ouvrage.

J’ai bien aimé. Pour les amateurs de fantômes, lisez ce livre !

 

.

L’AUTEUR

 

J’ai rencontré Anthony Augusto au salon du livre de Mazamet en mai 2017, il en était le parrain.

 

 

 

 

 

J’ai assisté à son interview par Philippe de Riemaecker qui m’a constitué fil rouge pour l’occasion.

 

En voici le lien :

.

Pour en savoir plus sur Anthony Augusto et le RIP :

http://www.rip-paranormal.com/equipe/

.

 

.

Un livre à lire absolument !

 

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

https://lecriveurjeanlouisriguet.blogspot.fr/

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Jean-Louis RIGUET 27 juin 2017

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

Publié par Laisser un commentaire

Sur le chemin du ciel — l’ancolie bleue 2

Nouveau matin, nouvel instant, nouveau sourire. Direction là bas où l’on sait qu’il y vit, ou plutôt qu’ils y vivent. Nous voilà partis savourer l’instant au dessus des nuages avec l’espoir et la grande envie de croiser les gypaètes de près, alors qu’en bas, dans la vallée, la grisaille est présente, étouffante pour ceux qui […]

via Sur le chemin du ciel — l’ancolie bleue 2

Publié par Laisser un commentaire

La traversée de l’église la nuit

20160405_120706

 

La traversée de l’église la nuit

 

Nuit de noirceur bleutée

Calme et peu troublée

Fendue d’un rayon de lune rousse

Accroché au clocher rabougri

De l’église romane

 

Cinq silhouettes grises

Fugitives peu assurées

Avancent dans la nuit

Silencieuses et apeurées

Jusqu’à une porte latérale

Du lieu Saint endormi

Ouverture complice

Sur un silence insoumis

 

L’ouverture de la porte

Pourtant précautionneuse

Terrifie

La lueur fragile d’un cierge non éteint

Devant un Saint triste

Espérant dormir

Dans l’anxiété du silence ténébreux

 

Réveillées en sursaut

Les statues de bois craquent de peur

S’interrogent, se questionnent

S’affolent, s’apeurent

Pourquoi ce raffut à cette heure ?

 

Trois marches à descendre

Atteindre le sol dallé et plat

Avancer dans le noir

Angoissant

Un briquet s’allume

Ajoutant les ombres

À l’effrayant

 

L’avancée reprend pas à pas

Sombre et piégeuse

L’un trébuche

Sur une chaise indisciplinée

 

Un énorme bruit sinistre

Résonne lugubre sous la voûte

Et insulte les trompettes de la mort

Soudain en croûte

 

Plus aucun mouvement

Plus aucune respiration

Même les Saints restent muets

D’indignation

 

Des frissons parcourent

Les dos courbés des garçons

Et des statues immobiles

Redressées en glaçons

 

Le silence reprend ses droits,

Imperturbable de calme

Les silhouettes avancent de nouveau

Les cœurs battent la chamade

 

Les statues soulagées

Rassurées

Respirent

Délivrées

 

L’église est traversée

En rires étouffés

Sans autre souffrance.

 

 

© 02 septembre 2016 – Jean-Louis Riguet

 

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Jean-Louis RIGUET 15 septembre 2016

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et Membre de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

Publié par Laisser un commentaire

Il y a quinze jours… — l’ancolie bleue 2

De beauté en beauté, suivez le lien !

C’était il y a quinze jours, j’avais préparé ça et c’est resté dans les brouillons. Comme je suis au calme au boulot, j’en profite pour répondre à vos commentaires et par la même occasion, je vous offre cette petite dose de neige alors que vous devez penser aux fleurs, au ciel bleu. Ici, selon l’altitude […]

via Il y a quinze jours… — l’ancolie bleue 2

Publié par Laisser un commentaire

JL à l’écoute de … Harry Faure

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Harry Faure

.DSC03571 Fougeres

.

1/ Qui êtes-vous   (VOS Prénom et NOM) ? Quel est votre parcours ?

Mon nom d’écrivain est Harry Faure. Je suis né le 14/06/1988 à Rambouillet en France.

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

Parallèlement à l’écriture je suis employé depuis 2011, en tant que téléconseiller, dans une société de la région parisienne.

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre passion ?

Outre la lecture, la bande dessinée et le cinéma, je suis passionné par les arts plastiques. J’en avais fait le sujet de mes études dans un Lycée Professionnel à Paris. Je suis ainsi en possession d’un CAP de Sérigraphie, un autre de Signalétique, Enseignes et Décors et enfin d’un Brevet des Métiers d’Art option Signalétique et Décors. Je ne regrette pas mon changement d’orientation professionnelle car je me plais dans mon travail. Enfin, depuis un an ou deux, je me suis découvert un début de passion pour le théâtre.

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

Je suis surtout présent sur les réseaux sociaux, LINKEDIN et FACEBOOK sur lesquels je possède un compte.

Avec l’aide de mon éditeur, nous avons tenté de faire la publicité de mon livre. A ce jour, seules « LES NOUVELLES DE RAMBOUILLET » y ont répondu favorablement en m’interviewant.

N’étant pas un auteur célèbre, je ne m’attends pas à ce que mon livre se vende à des millions ou des milliers d’exemplaires. Je ne peux qu’émettre un souhait : celui que mon roman plaise à tous ceux et celles qui l’auront lu.

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Il n’est pas pour le moment prévu de lectures ou de conférence sur mon livre.

 

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

« L’Histoire ne le dit pas » est mon tout premier roman, édité aux éditions La Bruyère et disponible depuis Octobre 2015. J’avais commencé à l’écrire en 2006 mais, n’ayant pas été satisfait du résultat, je l’avais mis en suspens pour ne le reprendre qu’en 2013. Ce n’est donc que très récemment qu’il a connu sa version définitive.

 

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

« L’Histoire ne le dit pas » est un mélange d’Histoire, de policier, à la limite du thriller. Un dernier ingrédient, dont je tairais la révélation, fait partie de la recette, liant l’ensemble. Elle n’apparaît qu’au cours du second chapitre, et constitue la première, mais pas la dernière, des surprises qui attendent le lecteur au cours du récit.

L’intrigue est constituée de trois histoires distinctes, qui vont se mêler étroitement pour n’en former qu’une seule.

La trame générale est la vie d’Alejandro F… qui en est le narrateur. Ce dernier, au seuil de son existence, décide de revenir sur une année douloureuse de son passé :

Alors étudiant en Histoire, il reprit le mythe de l’Atlantide et l’étude des cités ou civilisations antiques pouvant avoir servi de base à la légende. Cette recherche avait été entreprise par ses grands-parents qui disparurent mystérieusement lors de fouilles au Proche-Orient. Mais à trop creuser, Alejandro réveilla une Ombre qui fit tout pour l’empêcher de continuer dans cette voie. Commença alors pour lui une chasse à l’assassin dont il n’en sortira pas indemne…

 

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

Il est possible d’acquérir mon livre par Internet, sur les sites d’AMAZON et FNAC. De plus, toujours à partir d’Internet, en allant sur mes profils FACEBOOK et LINKEDIN, il vous est possible d’imprimer un bulletin de commande, de le compléter et le faire parvenir par courrier aux Editions La Bruyère, 128 rue de Belleville à 75020 PARIS.

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? Aux e-book ?

Les publications à compte d’éditeur, d’auteur ou participatif sont devenues des incontournables de l’édition. Quant aux e-book ils seront toujours fortement concurrencés par le support papier.

 

10/ Quel est le conseil le plus important que-vous-ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

Le conseil le plus important que j’ai reçu venait de mon éditeur qui m’encourageait à persévérer dans l’écriture car un premier livre est difficile à promouvoir.

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

Je dois être honnête. Je ne lis pas, je dévore. Science-fiction, policier, thriller, fantastique, historique, tout ce qui passe à ma portée et dont le résumé va m’attirer fini englouti par ma faim dévorante et insatiable de lecture. Tout ? Non, pas tout à fait. Les thèmes traitant de politique, de religion et d’ésotérisme m’attirent moins.

 

12/ Comment écrivez-vous ? 

Pour « L’Histoire ne le dit pas », j’ai commencé par écrire mon texte sur du brouillon avant de le retranscrire avec encore plus de détails sur ordinateur. Idem, pour la soutenance de thèse qui m’a donné le plus de travail en termes de recherche et de cheminement.

L’une des trois histoires qui constituent l’ensemble de mon livre a été ajoutée en 2013 pour mettre en avant trois de mes personnages secondaires. Cette enquête était de plus basée sur un fait divers. Je l’avais ensuite modifiée pour la cohérence avec mon récit principal. Enfin, elle n’a pas été composée de la même manière que le reste. Je m’étais fait pour elle des notes, tel un fil conducteur, qui m’indiquaient quelles informations devaient apparaître dans chaque chapitre. L’écriture de ce dernier m’a paru pour moi plus fluide. Si j’étais amené à écrire un second roman, je ferais de même.

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

La construction et l’intrigue de « L’Histoire ne le dit pas » ont fait l’objet d’un volume important de documentation, en particulier historique, d’actualité.

Un second clin d’œil a été ajouté à destination des cinéphiles. Je me suis effectivement inspiré des dix premières minutes d’un classique du cinéma français, réunissant Lino Ventura, Romy Schneider et Michel Serrault pour la rédaction d’un milieu de chapitre. Je laisse deviner lequel…

Je pourrais continuer à disserter longtemps sur mes inspirations mais je ne veux pas en révéler trop à mes futurs lecteurs.

 

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

J’ai tenu à ce que mes personnages, bien que fictifs, soient plus ou moins attachants. Surtout je voulais absolument que l’on puisse s’identifier à un trait de caractère de l’un d’entre eux.

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

N’étant pas moi-même un écrivain professionnel, je me vois mal prodiguer des conseils à d’autres passionnés d’écriture. En fait, le secret qui fait notre force est en sans doute dans ces mots : nous sommes des passionnés, écrivant d’abord pour nous et se moquant du quand dira-t-on.

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

Mes auteurs préférés sont : Christian Jacq, Steve Berry et Franck Thilliez.

 

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

Actuellement, je lis « de taille et d’estoc, la jeunesse de Guilhem d’Ussel, chevalier troubadour » de Jean d’Aillon. Une fiction mêlant enquêtes et complots au cœur du Moyen-Age. Ensuite, j’enchaînerai avec « Le complot Malone » de Steve Berry. Deux époques, deux styles différents, c’est ce que j’apprécie autant dans la lecture.

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Souhaitant me consacrer à la sortie de mon premier livre, je n’ai pas prévu d’en commencer un autre.

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Il n’est pas encore prévu de futurs événements autour de mon livre.

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Vous pouvez suivre mes actualités sur mes comptes FACEBOOK et LINKEDIN. C’est sur ces deux pages qu’il est également possible de retrouver, gratuitement le prologue et le premier chapitre de « L’Histoire ne le dit pas ».

Comptes personnels :

https://www.facebook.com/harry.faure.7

https://www.linkedin.com/pulse/activities/harry-faure+0_12RJGK7jFBywKQoQhI9NPT?trk=nav_responsive_sub_nav_yourupdates

Les éditions La Bruyère :

http://www.labruyere.fr

Où se procurer mon livre :

http://www.decitre.fr/livres/l-histoire-ne-le-dit-pas-9782750010492.html

http://www.amazon.fr/Lhistoire-dit-pas-Harry-Faure/dp/2750010497/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1452634022&sr=8-1&keywords=harry+faure

http://livre.fnac.com/a9129635/Harry-Faure-L-histoire-ne-le-dit-pas#st=harry%20faure&ct=&t=p

————-

Le 9 janvier 2016.

Harry Faure

.1ère de couverture Fougere

.

Prologue

  

De nos jours.

 

             Les médecins ne me donnent plus qu’un mois à vivre en raison d’un cancer du foie qui s’est malheureusement généralisé faute d’un donneur compatible. Là où tant d’autres auraient mis à contribution le peu de temps qu’il leur reste pour voyager; le passer avec leur famille, leurs amis, vivre, tout simplement, moi, je tiens à écrire ce roman. Ceci, je tiens tout de suite à le signaler, n’est pas un témoignage de ma lutte acharnée contre ma maladie, non, je le laisse à d’autres plus méritants.

Non, moi, Alejandro F…, je tiens à témoigner. Alors qu’aujourd’hui je sens mes forces peu à peu m’abandonner, je trouve le courage de revenir sur ces instants de ma jeunesse, dont je n’ai jamais oubliés les moindres détails et d’écrire mon autobiographie. J’espère de cette manière me faire pardonner du mal que j’ai causé aux nombreuses personnes qui y ont joué un rôle et rendre justice à l’histoire qui est de plus en plus dénigrée au nom de la technologie moderne.

Pour des raisons évidentes de confidentialité, les différents protagonistes de cette histoire ne seront désignés que par leurs prénoms et la première lettre de leurs noms.

Je commence donc cette histoire le premier jour où ont débuté ces événements, il y a environ soixante ans.

 

extrait du chapitre XXXXVIII :

            Avez-vous déjà visité un musée de nuit ? Beaucoup le propose, et c’est une occasion spectaculaire, éblouissante, indescriptible, permettant de découvrir sous une lumière différente des œuvres d’art que nous avons l’habitude de contempler en journée. Mais je peux vous assurer que ce soir-là, je trouvais le lieu tout, sauf apaisant.

Je savais que quelqu’un, de surcroît un de mes collègues, cherchait à me tuer, qu’il était tapi quelque part dans le musée et qu’il connaissait le bâtiment aussi bien que moi. Je ne pouvais donc passer d’une pièce à l’autre sans les avoir scrutées attentivement et éviter ainsi tout traquenard. C’est dans cet état d’esprit que j’évoluais, lentement. Mais comment faire alors que les lieux et les chefs d’œuvres côtoyés et admirés quotidiennement se transformaient pendant un instant en des ennemis cherchant à me nuire ?

.

Je remercie sincèrement Harry Faure d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, sculpteur, peintre, photographe, comédien, théâtreux, en un mot artiste  sans discrimation de l’art pratiqué,

si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

Chaque chronique est ensuite partagée sur Facebook, Twitter, Linkedin, Google+, Pinterest et parfois Tumblr.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

Jean-Louis RIGUET 13 janvier 2016

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

Publié par Laisser un commentaire

Eternellement charmées (Pierre Reverdy)

Les ombres et le violon du musicien !

Publié par Laisser un commentaire

Deux poèmes de Charles Dobzynski

En hommage à Charles Dobzynski décédé le 26 septembre dernier !