Publié par Laisser un commentaire

Le Poème de la semaine n° 25


.

.

Le Poème de la semaine n° 25

.

 

 

 

.

La Tornade

 

 

 

La noirceur du ciel est d’un mauvais présage

Au loin des éclairs éblouissent les nuages

Devenue silencieuse la plaine patiente

En adoptant une allure de chien battu

.

En signe de déférence à l’inévitable adversité

Les arbres inclinent leurs branches

L’horizon bouché dévoile un long V noir

Avec deux branches à droite et à gauche

Au-dessous desquelles l’étrangeté s’éclaire

.

Lugubrement elle arrive dans un manteau de vent

Arrosée des larmes de pluie et de …

.

La suite sur :

https://jeanlouisriguetecriveur.blogspot.fr/

.

Publié par Laisser un commentaire

Pétales Eclectiques, Jean-Louis Riguet

Recueil de poésie Pétales Éclectiques de Jean-Louis Riguet publié chez Prem'édits

PÉTALES ÉCLECTIQUES

Poésie

Jean-Louis Riguet

.petales-eclectiques-couverture

.

Éditeur : PREM’EDIT

ISBN : 9 791091 321587

140 pages – 14 €

.

Quatrième de Couverture

.

« Le poète cogne, cabosse, rafistole

Il dérange, charme, console

Amusé, il instille des vérités, des doutes

Silence brutal, applaudissements, soulagement »

.

Romancier, Jean-Louis Riguet a voulu pour son premier recueil de poésie synthétiser ses émotions, ressentis et sensations, sous une forme courte.

Des sujets forts comme ceux qui touchent à l’infortune des personnes, des hommages à des artistes et enfin des thèmes plus légers : les mots restent ciselés dans la douleur ou la légèreté.

L’auteur évoque « la barbarie inadmissible dans son inutilité » ou encore « la frayeur coiffe la ville de noirceur ». Il écrit le « poète cogne, cabosse, rafistole » ou encore « alors la femme peintre claquemure ». Il parle des « fleurs qui sont un bonheur pour l’Homme » et de la neige sur laquelle « on marche réticent à pas feutrés ».

Le lecteur passe d’un sujet à l’autre et d’une forme à l’autre. S’y mêlent des pensées, des poèmes et des haïkus.

Pétales Éclectiques, un recueil varié, diversifié et inégal dans le fond et dans la forme qui suscitera des réactions.

.

petales-eclectiques-couverture

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Jean-Louis RIGUET 19 octobre 2016

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et Membre de la Maison de l’écrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

Publié par Laisser un commentaire

La nuit traverse l’église

 

 

Résultat de recherche d'images pour "photo église romane la nuit"

sudbrionnais.fr

.

La nuit traverse l’église

 

L’objectif est précis :

Traverser l’église de nuit pour rejoindre la sacristie et monter à l’étage

Jusqu’à une pièce aux murs blancs sales qui, sans entretien, cloquent en chemin

Où aura lieu une répétition de musique par un orchestre d’adolescents

.

.

Cette nuit de noirceur bleutée, peu troublée et calme

À peine fendue d’un rayon de lune rousse improbable

Est suspendue au clocher rabougri et sans ambages

Qui n’en demande pas tant, ou si peu, de l’église romane

.

Cinq silhouettes grises et fugitives peu assurées

Dans la rue avancent silencieuses et apeurées

Jusqu’à une porte latérale de ce lieu saint endormi

Ouverture complice sur un silence insoumis

.

Déjà, l’ouverture de la porte, pourtant précautionneuse, terrifie

La lueur fragile d’un cierge non éteint devant un Saint triste

Cherchant à dormir amplifie l’anxiété du silence sinistre

.

Réveillées en sursaut les statues de bois craquent de peur

S’interrogent, se questionnent, s’affolent, s’apeurent

Pourquoi ce raffut à cette heure ?

.

Trois marches à descendre

Atteindre le sol dallé et plat

Avancer dans le noir angoissant

Un briquet qui s’allume ajoute à l’effrayant

.

L’avancée reprend pas à pas, sombre et piégeuse

L’un trébuche sur une chaise indisciplinée et malencontreuse

Un énorme bruit terrible résonne lugubre sous la voûte

Et insulte les trompettes de la mort soudain en croûte

.

Plus aucun mouvement, plus aucune respiration

Même les Saints restent muets d’indignation

Des frissons parcourent les dos courbés des garçons

Et des statues immobiles redressées en glaçons

.

Le silence reprend ses droits, imperturbable de calme

Les silhouettes avancent de nouveau, les cœurs battant la chamade

Les statues soulagées, rassurées, respirent en délivrance

L’église se traverse en rires étouffés sans autre souffrance.

.

© 14 avril 2016 – Jean-Louis Riguet

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

Jean-Louis RIGUET 14 avril 2016

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et Membre de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.