Publié par Laisser un commentaire

Hannah

Une petite fille sous le charme des mots et la musique de l’écriture !

Publié par 2 commentaires

Dédicace à Marseille

Annette en dédicace à Marseille. Le port va déborder !

Publié par 2 commentaires

JL à l’écoute de … Dimitri Chiabaut

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Dimitri Chiabaut

.

Dimitri Chiabaut photo livre L'Epee d'Alknohr

.

 

1/ Qui êtes-vous   (VOS Prénom et NOM) ? Quel est votre parcours ?

Je m’appelle Dimitri CHIABAUT. Je suis né à Marseille, ville dans laquelle je vis encore. Pour ce qui est de mon parcours, je n’ai pas grand-chose à raconter, il n’a rien de bien passionnant !

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

Après le bac, j’ai commencé des études d’informatique mais je passais une partie des cours à écrire, notamment sur l’univers de L’Épée d’Alknohr. C’est en cours de communication, en travaillant sur un projet audiovisuel que j’ai compris que c’était le cinéma et l’écriture qui m’intéressaient plus que le reste.

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre passion ?

Ma passion c’est l’écriture et à une époque, je faisais du cinéma en amateur. J’ai fait une formation dans les métiers du cinéma et je tentais de devenir scénariste et réalisateur mais j’ai été rattrapé par la réalité et cela fait deux ans que je n’ai plus réalisé un seul projet. Par contre, je continue toujours d’écrire, ça me coûte rien tout en me faisant plaisir.

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

Déjà qu’ils me lisent ! Ensuite, j’espère que le bouche à oreille fonctionnera et qu’ils continueront à me suivre.

J’ai créé une page facebook pour le livre et un blog pour tenter de captiver un plus grand public et mettre des informations sur le livre ou sur moi. J’espère que bientôt je pourrais mettre dessus des événements où j’irais à la rencontre du public ! J’envisage de faire certains salons à l’avenir mais dans la mesure du possible.

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Pour l’instant rien de tout cela n’est prévu mais je n’ai rien contre l’idée.

 

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

J’ai toujours plus ou moins écrit. Depuis tout petit, j’aime écrire des histoires mais je ne suis édité que depuis cette année. Entre temps, j’ai écrit un scénario de long métrage que je n’ai jamais proposé aux productions parce que je voulais déjà faire mes preuves dans le format court, ce que je n’ai pas pu faire malheureusement.

 

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

En août dernier est sorti L’Épée d’Alknohr aux Editions Dédicaces.

L’Épée d’Alknohr, objet oublié depuis des siècles dont les Dragans pensaient qu’elle reposait avec le corps de son propriétaire, semble vouloir resurgir du passé. Entre légende et réalité, Malok le descendant du premier Empereur part sur les routes avec son maître Marvalat, un Mage très puissant qui a connu son ancêtre, à la recherche de la vérité.

Tous deux suivent les traces d’Elvir, un prince Dragan mort depuis longtemps, qui avait été banni de l’empire après avoir refusé le trône. Lui aussi avait découvert que le corps d’Alknohr n’était pas dans son tombeau. Que sont devenus l’épée et son propriétaire ? Grâce à d’étranges visions de Malok, revivant certains souvenirs d’Elvir, Marvalat et lui devancent les Furis qui recherchent également l’épée dont la légende dit qu’elle serait dotée de pouvoirs magiques…

 

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

Sur le site des Editions Dédicaces, sur amazon, priceminister, la fnac mais qu’en version ebook, et bien d’autres plateformes encore.

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? Aux e-book ?

Pour mon livre, j’ai eu une proposition à compte d’auteur et j’ai compris pourquoi il valait mieux éviter d’utiliser ce genre de maison d’édition. À compte d’éditeur, c’est ce qu’il faut privilégier mais ce n’est pas le plus facile à obtenir. Pour ce qui est à compte participatif, cela dépend des conditions et du but que l’on recherche dans la publication d’une œuvre.

Quant aux e-book, j’étais réticent au départ parce que j’aime le support papier. C’est comme pour les films, on a la version numérique mais j’aime bien avoir un boitier à toucher. Sauf qu’aujourd’hui, avec l’augmentation du coût de la vie, j’avoue qu’à de rares occasions, je préfère acheter un e-book que la version papier qui coûte deux à quatre fois plus, surtout quand je ne suis pas certain que le livre puisse me plaire.

 

10/ Quel est le conseil le plus important que-vous-ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

De persévérer, ne pas baisser les bras, quoi qu’il arrive. C’est assez passe-partout, ça ne m’a pas été dit que pour les livres.

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

Je suis plus roman que ce soit dans la lecture ou l’écriture. Je lis et écris quelques nouvelles mais c’est un format trop court pour moi, on n’a pas le temps de s’immerger totalement dans l’univers qu’on en est déjà extrait. Je lis rarement des biographies et des essais.

  

12/ Comment écrivez-vous ? 

Il y a quelques années, tout partait d’un crayon et d’une feuille blanche et j’enfilais les lignes. Ensuite je tapais le tout sur mon ordinateur, l’écran blanc frustrait mon inspiration. Depuis que j’ai fait l’école du cinéma, j’ai appris à économiser ce temps et je tape directement au clavier. En général, j’écoute des musiques de film ou de la musique classique en fond. Parfois je mets des chansons mais je préfère quand il n’y a pas de paroles. Par contre, j’ai toujours un support écrit, mes histoires commencent toujours sur papier et je continue de griffonner pendant l’écriture lorsque je me mets des notes pour la suite ou pour ne pas oublier certains détails quand je vais faire une première correction.

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

Elle vient naturellement. Parfois c’est un événement, une musique, une sensation, un détail dans un film ou un livre, la visite d’un monument, une balade en forêt…
Je n’ai pas eu de commandes.

 

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

En général, lorsque je réfléchis à une idée, les intrigues s’enchaînent et je pars dans diverses directions avant de faire mon choix. Ensuite il se passe un certain temps entre le moment où je réfléchis à tout ça et quand je le couche par écrit. Parfois je mets des questions sur mes notes et j’y réponds plus tard.

Pour les personnages, c’est différent. Jusqu’à présent, ils sont imaginaires mais soit je les laisse se développer, soit ils sont ce que j’ai prévu qu’ils devaient être. Je sais, ça paraît bizarre mais si je prends l’exemple d’un personnage dans L’Épée d’Alknohr, je n’avais pas prévu qu’Algo aurait cette personnalité. C’est en écrivant sa séquence que je me suis lâché et du coup, je l’aime bien ce petit gars avec sa façon d’animer une discussion.

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

De persévérer, même malgré les refus. Il ne faut pas croire que l’on est nul parce qu’on essuie des refus. Il faut continuer et travailler sur ses écrits. Il ne faut pas non plus croire qu’on est un génie incompris, ce serait la pire erreur à commettre. En pensant ainsi, aucun progrès dans l’écriture n’est possible…

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

J’en ai une multitude mais je vais faire un choix : Alexandre Dumas père, JRR Tolkien, Maxime Chattam, Isaac Asimov et Jane Austen. Je me suis limité à un par genre de lecture.

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

Le Trône de Fer de George RR Martin.

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

J’en ai plusieurs en tête et certains par écrit qui commencent à prendre forme. Pour l’instant, il n’y a rien de concret mais ne vous inquiétez pas, je n’ai pas l’intention d’en rester à un seul roman publié ! D’ici deux mois, je devrais en dire plus à ce sujet sur mon blog.

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Déjà celle du 1er novembre, un long extrait de mon livre sera publié sur mon blog (le lien sera mis plus bas) à l’occasion de l’événement « les auteurs de SFFFH francophones ont du talent ».

Mon livre sera présent à l’Expozine de Montréal les 15 et 16 novembre prochain mais ce ne sera malheureusement pas mon cas.

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Sur internet : http://dimitrichiabaut.wordpress.com/ ou https://www.facebook.com/maitresdudestin

————-

Le  24/10/2011.

Dimitri Chiabaut

.

Dimitri Chiabaut photo livre L'Epee d'Alknohr

.

Je remercie sincèrement Dimitri Chiabaut  d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Jean-Louis RIGUET 05 novembre 2014

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://librebonimenteur.net/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

http://www.riguetauteurlivres.com/

http://riguet-jean-louis.e-monsite.com/

.

 

Publié par Laisser un commentaire

JL à l’écoute de … Richard Taillefer

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Richard Taillefer

.

Richardpoevie-095

.

 Richard nous fait l’amitié de nous donner ces mots :

Poètes, rangez vos mouchoirs,

sortez vos mots à la face d’un monde qui n’a que pour finalité, la vanité et les fausses idoles.

Ne restez pas figés sur vos tours d’ivoire.

On vous espère, on vous attend dans les caniveaux de l’espoir pour nous apporter votre modeste lumière et donner du sens à nos vies confisquées.

La poésie n’est pas la face honteuse et cachée de la littérature, elle en est le diamant brut.

R.T

.

 

1/ Qui êtes-vous   (VOS Prénom et NOM) ? Quel est votre parcours ?

 

Richard Taillefer

Un poète débraillé

Je suis né un 21 avril 1951, dans un petit village du haut Var, au pied des gorges du Verdon. Montmeyan.

J’ai passé mes 20 premières années à Marseille

Certificat d’étude, un CAP d’ajusteur, un BT en fonderie.

On n’échappe pas à la vocation de son nom.

En 1972, je rentre à la SNCF comme conducteur de train au dépôt du Charolais situé à Paris

Retraite en 2001.

Entre temps, activités syndicales à la CGT et trois mandats d’élu à la fonction de maire adjoint

Chargé de la culture dans la ville de Savigny-le-Temple 77

 

En 1981, création d’une association en poésie et d’une revue « Poésimage » 34 numéros.

 

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

 

Je crois que j’ai toujours écrit. Dès l’âge de 9 ans. Une nécessité pour l’enfant

Que j’étais alors.

 

Minot de Marseille, il y a eu le football bien sûr. J’ai eu le bonheur de porter

Le maillot de l’OM entre 12 et 15 ans.  

 

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre passion ?

 

Mon père était et il l’est toujours, un bon peintre amateur. Son atelier se trouvait dans la véranda

De la maison de l’avenue Clot-Bey, à deux pas du parc Borély. Je passais des heures à le regarder s’affronter à sa toile. Faut dire qu’il travaillait au couteau !

 

En 1992, je suis me suis occupé  en tant que président, d’un espace culturel, l’Espace Prévert à Savigny-le-Temple. Un lieu dévoué, à la musique, les arts plastiques, le cinéma… J’ai donc eu beaucoup de chance. Ce fut une grande période de formation et de découverte.

 

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

 

J’attends modestement, que quelques-uns partagent mes textes, les lisent, me donnent leur avis.

Etant un auteur de poésie essentiellement, j’ai vite ravalé mon égo des trompettes de la renommée.

A ce jour, j’ai publié 9 ouvrages. N’ayant pas la télévision, ni la radio, ni les grands médias à mes pieds, « bien que j’écrive en vers libres ». Je gravite donc sur les réseaux sociaux, les blogs, les revues spécialisées dans la poésie, quelques salons du livre.

 

Avec quelques amis, nous venons de créer en juillet 2014, le festival de Montmeyan en PoéVie.

Cette manifestation fut bien accueillie dans la région. Près de 1000 personnes y ont assisté.

La prochaine édition se déroulera début août 2016 

 

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

 

C’est primordial. Je réponds favorablement à la plus part des sollicitations.

D’ailleurs c’est la meilleure façon de rencontrer des lecteurs.

 

 

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

 

Depuis toujours. Plus sérieusement ma première publication remonte à 1977.

L’année de la mort de Jacques Prévert.

J’écris de la poésie, enfin des textes qui sont dans cette mouvance.

Quelques fois des entretiens avec des plasticiens, des notes de lecture…

 

 

Biographie :

 

 

Anthologie

 

 

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

 

L’éclisse du temps, aux Editions Dédicaces. Un recueil de 140 pages préfacé par Marina Nicolaev.

Le livre est composé d’une centaine de poèmes récents et de la réédition de « Corps de papier ».

La couverture est signée par Marc Chenaye.

« Ce voyage étrange prendra des multiples visages, en se réjouissant jadis des choses simples car « La mémoire a des raisons qui/souvent nous échappent ». Un renouveau perpétuel du temps est assuré car « Seul le temps qui passe poursuit sa route/Emportant avec lui tout son mystère » dévoilé jadis simplement parce que « Notre mémoire doit être pétrie d’éternité car nous avons tous la certitude que le mal est éphémère ». (Francis Bossus).

L’ambassadeur du Temps – Richard Taillefer, nous convainc que le rêve de l’exil temporaire et temporal est démythifié par ses acteurs et leur scène, en articulant que : « L’exilé ne renonce jamais au retour ».

Au commencement était le Temps et ses éclisses. »

– Marina Nicolaev

 

 

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

 

Aux Editions Dédicaces

Ou par mail directement richardrf@hotmail.fr

 

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? Aux e-book ?

 

Chacun se débrouille comme il peut.

Verlaine entre autre a publié à compte d’auteur.

Seul le temps fait son œuvre.

Mon premier livre fut publié à compte d’auteur. Les suivants à compte d’éditeur.

De toute façon, en poésie, c’est surtout l’auteur qui doit se battre, souvent seul, pour faire

Connaître son écriture et ses livres.

On dit, qu’un français lit en moyenne moins d’un livre par an.

On dit aussi que plus de 600 000 personnes souhaitent publier un livre chaque année.

Publier un livre dans de bonnes conditions tient un peu du miracle.

Il faut être motivé, passionné, se dévouer à corps perdu pour ne pas renoncer.

Et surtout personne ne nous attend.

 

L’époque n’est pas au renouvellement des générations. Très peu de nouveaux écrivains dans

Les grandes maisons d’éditions. Risque minimum.

 

Je recommande cette jeune maison d’édition. « Recours au poème » Une nouvelle façon d’aborder

L’édition.

http://www.recoursaupoemeediteurs.com/

 

 

10/ Quel est le conseil le plus important que-vous-ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

 

Ecris, ça t’évitera de faire d’autres conneries. Sourire !

 

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

 

Surtout de la poésie. Il ya tant de poètes à découvrir.

Sinon un peu de tout à petite dose.

 

 

12/ Comment écrivez-vous ? 

 

Une première étape au crayon.

Puis sur mon ordinateur « Word 2007 »

Enfin vient la mise en page du manuscrit.

J’écris très peu de poèmes isolés du contexte d’un ensemble, les textes se répondent

Les uns aux autres.

Ce peut-être à n’importe quelle heure, n’importe où. Le plus souvent de minuit à 3 heures.

Seul sur la table du séjour. J’ai un bureau à l’étage, je n’y vais jamais. J’ai besoin

De me retrouver dans un espace de vie, avec les objets familiers, des livres. Me poser

Pour prendre un café, fumer ma pipe de Cogolin. « Toujours du Caporal Export »

 

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

 

Je n’ai pas d’inspiration au sens noble du terme.

J’écris par réaction à, par révolte contre, par amour pour, par émerveillement de.

Mes textes portent mes peines, mes douleurs et mes sourires.

J’écris je pour parler de vous et vous pour parler de moi.

Il faut toujours garder une distance entre l’auteur et l’homme que je suis.

Comme écrivait Rimbaud « Je est un autre »

 

 

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

 

Tous mes mots s’accrochent à une réalité. L’imaginaire vient peu à peu, lorsque le texte avance

Vers sa propre vérité. Mes personnages sont bien des êtres réels. Je les croise tous les jours.

Je n’ai pas de carnet de poche. J’écoute, j’observe. La naissance d’un poème est toujours un mystère.

Un compagnon qui m’accompagne depuis de longues années.

 

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

 

Lire les autres écrivains. Ils nous construisent, puis nous habitent.

 

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

 

Beaucoup et encore pas assez.

Je ne classe pas. Pas de top 20 chez moi.

Ceux qui me lisent, ou me liront, à travers mes textes trouveront mes influences.

 

 

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

 

La ronde et autres faits divers de J.M.G Le Clézio

 

La poésie Française contemporaine de Jean Orizet

 

La légende du demi-siècle d’André Laude

 

L’amour d’Amirat de Daniel Biga

 

Les 1001 expressions préférées des Français de Georges Planelles.

 

De nombreuses revues de poésie et quelques blogs d’amis poètes.

 

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

 

Je suis sur les dernières touches de mon prochain recueil. « Tendresse de la pénombre »

C’est la poète Marina Nicolaev qui m’a soufflé le titre après lecture du manuscrit.

 

J’attaque le texte d’une pièce de théâtre. Un nouvel exercice pour moi.

 

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

 

Quelques salons du livre.

 

 

20/ Où on peut suivre vos actualités ? Vos parutions ?

 

Sur mon Facebook.

richard.taillefer.9@facebook.com

Ou sur mon site : http://richardrf.wix.com/richard-taillefer

Mon Editeur. Les Editions Dédicaces.

 

 

 

Le 6 octobre 2014

Un jour de triste ciel

À Savigny-le-Temple

 

Richard Taillefer

 

———–

.

Richard10665057_957561024259792_7478661530562430466_n

Photo de Marie Gombeaud

.

.

Richard580489_403604066381446_2088589434_nRichardpoesimage33-34

 

.

09122012057

.

Richardefface_Front

.

RichardATT00002

.

Affiche de Montmeyan en PoéVieRichardmontmeyan-les-poc3a8tes1-e1406648098771

.

Je remercie sincèrement Richard Taillefer  d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Jean-Louis RIGUET 10 octobre 2014

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://librebonimenteur.net/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

http://www.riguetauteurlivres.com/

http://riguet-jean-louis.e-monsite.com/

.

 

Publié par Laisser un commentaire

Un petit bout de moi

Avec tous nos encouragements !