Publié par Laisser un commentaire

Augustin et Priceminister

.
AUGUSTIN ma bataille de Loigny est :
.
Disponible chez Priceminister :

.http://www.priceminister.com/offer/buy/227541701/augustin-ma-bataille-de-loigny-de-jean-louis-riguet.html

.

Première couverture Augustin
Première couverture Augustin

.

Extrait d’AUGUSTIN ma bataille de Loigny

Intégralité du chapitre 2

.

 

 

 

 

2

Les Prémices

Les jours s’étirent lentement pour qui n’a rien à faire de particulier. Je me promène dans les chemins alentour en humant l’air du moment. Il m’arrive de pousser sur plusieurs kilomètres mes pas, de m’asseoir sur une borne ou un petit tertre et de rester là à contempler la nature, à laisser vagabonder mon imagination. En cette période incertaine, mes rêveries sont souvent interrompues par les coups de canons ou les bruits des chevauchées des cavaliers militaires. Parfois, c’est réel. Parfois, c’est imaginaire. Souvent, je me laisse tellement aller que l’imaginaire est plus réel que le réel n’est imaginaire. Quand ce ne sont pas les canonnades qui me réveillent, ce sont des ouvriers agricoles ou des anciens collègues qui me demandent ce que je fais là, seul, dans la campagne, à rêvasser, avec tout ce danger qu’il y a dans le secteur. En général, je ne réponds pas, je continue. Aujourd’hui, mes pas m’ont porté à côté de chez moi, sur ma bille de bois.

Sans effort, je suis remonté en arrière, dans le temps de jadis. Je me souviens d’un épisode de ma vie. Monsieur Emile m’a conté qu’avant ma naissance, en 1756, Charles Le Juge, Seigneur de Villeprévost, a restauré et agrandi la construction. Il a aussi construit le parc en se faisant conseiller par un jardinier de Versailles, élève de Le Nôtre. Après bien des travaux et des vicissitudes financières, il en sort ruiné en 1784. N’ayant pas trouvé d’autre solution pour payer ses dettes, il vend sa propriété à Armand-François Fougeron qui est, à cette époque, Conseiller du Roi au Châtelet d’Orléans. C’est ce même Châtelet qui donne son nom aux notaires d’Orléans comme il y a les notaires du Châtelet à Paris. En novembre 1870, c’est encore cette famille qui en est propriétaire et qui, par voie de conséquence, se trouve être ma patronne. Je suis aux ordres de ses descendants Émile-Adrien Fougeron et de son épouse Marie-Amélie, après l’avoir été à ceux de Monsieur Armand-François, pendant quelques années.

Installé sur ma bille de bois, je me laisse aller dans les méandres de mes souvenirs. J’aime à me promener dans la cour et le parc, fouler les pelouses bien vertes, en forme de « Boulingrins », dominées par un magnifique platane plus vieux que moi, flâner dans le colombier à pied construit trois cents ans avant ma naissance. Sa toiture est en double pente. Une échelle tournante me permet d’aller visiter plusieurs centaines de « Boulins », ces appuis-niches dont les pigeons font leurs nids. Je passe de grands moments à contempler le cadran solaire horizontal accroché sur une colonne dans le parc. Je l’ai vu construire sur une plaque de zinc, il y a une trentaine d’années, en 1839. C’est l’œuvre du Docteur Edmond Modeste Lescarbault, médecin à Orgères-en-Beauce, enfant du pays, passionné de gnomonique et d’astronomie. Il fit la découverte de Neptune en 1846. À ce moment-là, il ne savait pas encore que sa passion le ferait mourir vieux et ruiné en 1894, après avoir néanmoins laissé plus de cent cinquante ouvrages et manuscrits.

Le dimanche, ou le soir en semaine, venu, après le travail journalier, je me promène, soit seul, soit avec mon épouse, Émilienne, de deux années plus jeune que moi. Nous nous sommes rencontré par hasard, un soir de bal à Orgères-en-Beauce. Nous nous sommes plu tout de suite. Depuis, nous ne sommes plus jamais quittés. Cela fait quarante-cinq ans désormais. Certain soir, Émilienne m’accompagne sur l’allée verte, puis nous bifurquons vers tel ou tel autre but non fixé à l’avance. De la cour d’honneur, une ligne toute droite aboutit à une échancrure dans le mur par laquelle l’on voit, chaque année, le soleil disparaître à l’horizon, le soir du 15 août. Ce jour-là, c’est la fête de la femme de Charles Le Juge, le précédent propriétaire. Nous l’avons bien connue et depuis, chaque soir du 15 août, nous allons voir le soleil descendre puis s’éteindre au loin dans le ciel. C’est une sorte de pèlerinage annuel que nous ne manquerions sous aucun prétexte. Malgré le contexte inquiétant cette année, nous l’avons fait le 15 août dernier. Il faisait beau ce soir-là. Nous en avions profité longuement.

Fin août ou début septembre, je ne sais plus, nous avons entendu parler d’une dépêche qui allait mettre le feu aux poudres. On n’a jamais su très bien de quoi il s’agissait, car nous n’avons les nouvelles que par oui dire. C’est souvent Monsieur Fougeron qui nous informe, quelquefois on nous donne une feuille de journal. Toujours est-il que Napoléon III a fini par déclarer la guerre à la Prusse à la suite de cette dépêche. C’est sûrement la faute à Bismarck qui, ayant besoin d’une guerre pour retrouver l’unité perdue de son peuple, a déformé les propos contenus dans la dépêche d’Ems pour provoquer Napoléon III qui se prend au jeu. Ce dernier se lance dans l’aventure alors que son armée n’est pas préparée. Dès le départ, le combat est inégal. D’un côté, l’alliance germano-prussienne compte 800.000 hommes, de l’autre côté, la France ne peut en aligner que 250.000. Il faut un mois et demi, à peine, pour que les armées prussiennes encerclent Sedan et capturent Napoléon III qui capitule et est fait prisonnier. Alors, l’Assemblée législative proclame la fin de l’Empire et le début de la Troisième République. Paris se retrouve encerclé par les troupes prussiennes. Nous sommes en septembre 1870. Je ne sais pas encore que le gouvernement provisoire de la France acceptera de payer une forte indemnité, la présence d’une armée d’occupation, la cession de l’Alsace et d’une partie de la Lorraine, en échange de la Paix. En 1871, la défaite française sera concrétisée par l’évacuation de Verdun par les troupes allemandes et la France, certes plus petite, recouvrera son autonomie. Cela, je ne l’apprendrais que bien plus tard, après qu’il nous fut arrivé toutes sortes de péripéties.

L’après-midi écoulé au rythme de mes pérégrinations, mes pensées étant revenues en accord avec le présent vivant, ce soir, 9 novembre 1870, nous, Émilienne et moi, avisons un banc sur lequel nous allons nous asseoir, la main dans la main comme autrefois, quand nous étions jeunes. C’est une occasion à ne pas manquer qui nous permet d’échanger, dans un moment de calme qui est en opposition avec l’activité de la journée. En effet, depuis quelques jours, on imagine, on sent, on sait qu’il va se passer quelque chose. Ce sera dur, tragique, sanglant. La plaine en est consciente, complètement imprégnée et dans l’attente. Elle ne sait pas ce qu’elle attend. Mais elle sent qu’elle va payer. Quoi ? Elle ne devine pas. Elle n’imagine pas. Elle ne veut pas. Elle subira comme d’habitude. Quand les hommes décident d’en découdre, rien ne les arrêtent. Au loin, le canon tonne. On sent bien que l’atmosphère est à la guerre. Les mouvements de troupe nous sont rapportés. Des batailles ont lieu vers l’ouest. Et aussi à Orléans. Mais notre petit secteur local est pour l’instant un peu épargné.

– Tu sais, Augustin, je suis très inquiète de la situation actuelle, dit doucement Émilienne.

– Moi aussi, je suis inquiet. La situation n’est pas bonne. Toutes les nouvelles qui nous viennent d’Orléans sont mauvaises. Ces dernières années, nous avons vu beaucoup de choses au niveau national. Par exemple, en février 1848, à l’arrivée d’un train du matin, les Orléanais ont appris que Paris s’était soulevé. Notre jeunesse, si calme d’habitude, a cassé des réverbères. Ces manifestations violentes ont entraîné la dissolution du Conseil Municipal, alors que des travaux importants avaient été entrepris pour lutter contre le chômage. Les ateliers ouverts à cette occasion n’ont pas tenu. Ils ont connu la ruine.

– Je m’en souviens, continue Émilienne. Le fils du père François, tu sais François le boiteux, a été du voyage lui aussi. Quatre mois qu’il a travaillé, puis, hop, le chômage. Tu parles d’une affaire !

– Après, en décembre 1851, c’est Louis-Napoléon qui a fait son coup d’État. Après avoir appris l’annonce, tu te souviens, quatre cents Orléanais ont envahi la mairie. Ils avaient tous une inscription au chapeau. « Constitution Républicaine » qu’il y avait de marqué dessus. Le Général Grand n’a pas fait de détail. Il a envoyé ses soldats. Il en a fait arrêter cinquante-trois. Heureusement que le Second Empire s’est révélé plus tranquille dans notre région. On a même connu un peu de richesse. Orléans a conservé son député pendant dix-sept ans, le même. Tu te souviens, on ne pouvait plus se déplacer dans Orléans sans être ennuyé par des travaux. Tout y est passé : l’eau potable, le pavage des rues, les canalisations et les égouts, un lycée, les mails. Même l’Évêque a vu le clocher de sa cathédrale Sainte-Croix refait avec en dessous la pose des vitraux du chœur. Également, la Place du Martroi a vu sa statue de Jeanne d’Arc changée en 1855.

– C’est bien vrai que c’était un drôle de chantier à cette époque. On ne savait pas où garer sa carriole ni laisser son cheval. C’est un peu plus tôt que le train est arrivé à Orléans. En 1843. On avait tous peur de cette grosse bête de fer qui faisait du bruit et crachait de la vapeur à qui mieux mieux. C’est depuis ce temps qu’Orléans décline. C’est le Chemin de Fer qui a tout cassé.

– Auparavant, Orléans était une ville très prospère. La dixième ville, peut-être même la neuvième, la plus riche de France ! Aujourd’hui, en 1870, le classement a baissé, à peine la quinzième, peut-être même pas, je ne sais pas. La ville a complètement raté la croissance qu’il y a eu dans la France entière et même, si on va par-là, la croissance de l’Europe. Les entreprises ont toutes fermé leurs portes pour la plupart. Avant, Orléans était un point de passage obligatoire entre La Loire et la Seine, par l’intermédiaire des canaux. Tout le sucre des Antilles remontait jusqu’à Orléans où il y avait le poste de douane. Les Nantais n’étaient pas contents de cette situation. En revanche, nous, on en a profité pendant de belles années. Certes, la navigation sur la Loire n’était pas de tout repos. Elle était, elle est d’ailleurs toujours, très difficile à cause de ses sautes d’humeur. Mais les mariniers de Loire y arrivaient. Depuis Nantes, ils transportaient du sel, des ardoises d’Angers, du sucre des Îles et ils descendaient du vin de Touraine. Du Midi, par Roanne, arrivaient des vins, du charbon et diverses marchandises. Et tout ça était transformé, raffiné, puis envoyé et marchandé sur Paris. Par contre, depuis que le train nous relie à Paris et aussi relie les autres villes d’importance entre elles, les industries de transformation, les vinaigreries, les raffineries, les bonneteries, les maisons de commerce ont fermé leurs portes. Leurs propriétaires et dirigeants ont préféré aller à la chasse en Sologne avec le magot qu’ils avaient accumulé auparavant. C’est-y pas malheureux !

– Oui, tout s’est effondré. Il n’y a plus de grand négoce à Orléans. Ah, tiens, voilà Monsieur et Madame Fougeron qui prennent le frais eux aussi. Bonsoir, Madame, Bonsoir, Monsieur.

– Bonsoir, Émilienne, bonsoir, Augustin. Il fait bon ce soir, vous avez bien raison de profiter de cette douceur de novembre, car cela ne va pas durer. Le brouillard est froid le matin.

– Bonsoir, Madame, bonsoir, Monsieur, dis-je. Merci. C’est vrai que nous en profitons et puis, dans un moment, nous irons manger la soupe. Avec l’Émilienne, on parlait de la situation qui nous inquiète beaucoup. Surtout que l’on ne sait pas tout et que l’on ne comprend pas tout.

– Vous avez raison. Avec tous ces changements, on ne sait pas où l’on va. La République, la Troisième, vient d’être proclamée en septembre, après la défaite de Sedan, et nous sommes toujours en guerre. En province, les responsables politiques sont plutôt favorables à une paix avec les Prussiens, mais ce ne semble pas être le cas de Gambetta qui organise une défense nationale. Il est en train de faire un tour de France. Comme l’armée prussienne assiège Paris depuis septembre dernier, il a été obligé de partir en ballon, « l’Armand Barbès », pour rallier Tours. Il a mis une journée entière. Avec la délégation gouvernementale, Gambetta a ordonné l’organisation de l’armée de La Loire à partir de diverses troupes, les rappelés d’Algérie, les soldats des dépôts, les réservistes. C’est le général Joseph Edouard de La Motte-Rouge qui la commande, mais il a peu d’officiers ayant déjà servis, avec des soldats sans grande expérience et une toute petite artillerie. Je ne donne pas bien cher du succès de cette aventure. D’ailleurs, depuis, l’ennemi s’approche d’Orléans. Je ne sais pas si vous savez, mais les troupeaux ont été emmenés sur la rive gauche de la Loire. Le Général De Polès commande. Le général Peytavin assurait la défense d’Orléans. Depuis, il a été remplacé par le général Faye.

Un énorme éclatement d’obus se fait entendre. Plus près que les autres. En effet, pendant que l’on reste là à deviser calmement, le canon gronde tout alentour, principalement dans la direction de Châteaudun et aussi à l’opposé, du côté de Pithiviers.

– 10 ou 12 kilomètres d’ici. C’est la distance que j’estime de cet obus. Au son, je crois qu’il s’agit d’un tir des prussiens, reprend Monsieur Fougeron. Il ne reste plus que deux ponts à Orléans. La ville a été laissée aux soldats. Des combats ont lieu dans la forêt d’Orléans. Pithiviers est tombée. Puis, le général de Lamotte-Rouge a pris le commandement, à la suite d’un cafouillage au niveau le plus haut, pour défendre de nouveau la ville. Il a ordonné une offensive sur Toury et repoussé les Prussiens en dehors du Loiret sur le territoire de l’Eure et Loir. Il y a des combats sur Artenay, Cercottes, sur tout le côté nord-est de chez nous. Nous sommes entourés de toute part. Les forces sont inégales. Le Général Von der Tann dispose de 15000 bavarois et de cent canons. Lamotte-Rouge n’a que 10000 hommes et une vingtaine de canons.

– Effectivement, la différence est sensible et pas à notre avantage, me permets-je de dire. Pourtant, on entendait moins les canons ces derniers jours. On croyait que c’était plutôt sur Orléans que les combats étaient plus fournis. On espérait être épargnés.

– Vous avez raison. C’est Orléans qui trinque, si je puis dire, en ce moment. Les Bavarois ont envahi la ville, ont pillé les épiceries, saccagé tous les commerces de bouche. Le général Von der Tann exige d’ailleurs une rançon. 1500000 francs, je crois, plus 500000 réquisitions en nature. À la suite de négociations entre les Bavarois, qui sont catholiques, et Monseigneur Dupanloup, notre archevêque, avec Adolphe Crespin, en raison de la correspondance épistolaire qu’il entretient avec la reine de Prusse, le général Von der Tann a réduit ses prétentions à 1000000 Francs. Le maire d’Orléans a mis deux jours pour réunir la rançon et pour payer.

– Alors, comme ça, dit Émilienne, on va capituler devant les Prussiens ! On ne va pas riposter ! Et en plus, ils vont nous mettre à l’amende !

– Ce n’est pas si simple, dit Monsieur Fougeron. L’armée de la Loire s’est repliée du côté de la Ferté-Saint-Aubin. Aujourd’hui, c’est Aurelle de Paladines qui est à sa tête. Il a l’appui de quelques francs-tireurs. Il contre-attaque à l’ouest et à l’est, en ce moment même. Les troupes font le maximum pour bouter dehors les Prussiens, mais elles sont fatiguées, mal armées et l’artillerie fait défaut.

– Il commence à faire froid, dit Madame Fougeron. J’aimerais que nous puissions rentrer.

– Oui, bien sûr. Bonsoir, Émilienne, bonsoir Augustin.

– Bonsoir, Madame, bonsoir, Monsieur, nous allons rentrer, nous aussi. Je crois que l’on va faire un feu en attendant que chauffe la soupe. Tu viens, Émilienne, on va rentrer chez nous.

Sur le chemin du retour, Émilienne me dit :

– Tu as vu comme ils étaient bien habillés ?

– Oui, j’ai vu, dis-je dubitatif.

C’est vrai qu’ils sont toujours bien vêtus, Monsieur et Madame Fougeron. Madame suit à peu près la mode qui nous vient de Paris, du moins celle dont nous pouvons avoir connaissance. Ses robes ont une certaine élégance, faite de simplicité, en soie ou en toile, mais sans ornement. Les corsages se portent sur les épaules, sans jabot ou dentelles. Peu à peu, nous avons vu la crinoline remplacer le jupon. Monsieur revêt des habits noirs, avec une veste large sur une chemise ornée d’une cravate blanche jusqu’au col. Entre les deux, il porte un gilet droit discrètement bardé de boutons. Son pantalon est droit et ses bottes noires sont vernies. Quand il fait froid, il recouvre le tout d’un paletot ou d’une redingote.

Au fil du temps, en regardant Madame Fougeron, Émilienne me fait remarquer que le drapé revient pour les robes, les capes, châles et capelines, que les chapeaux s’élargissent et qu’il y a de plus en plus de bijoux. Les rayures font leur apparition, de même que les robes avec jupe et corsage cousus. Elle ne sait pas encore que, quelques années après, la robe s’ajuste au corps, les chapeaux reviennent petits, garnis de fleurs ou de voiles. Alors, les manteaux s’allongent et se portent assortis à la robe. Pour les hommes, la tenue reste sobre, gagne en ampleur. Le nœud papillon arrive. La coiffe est toujours le haut-de-forme noir.

Nous restons silencieux à l’évocation des beaux atours. Évidemment, Émilienne et moi ne peuvent envisager, un seul instant, de se vêtir ainsi. Notre pauvreté est grande et notre richesse petite. Mais nous n’envions pas. Nous contemplons simplement. Cela ne coûte rien.

Chez nous, ce n’est pas bien grand. Dans une branche des communs, Monsieur Fougeron nous a autorisés à occuper deux pièces sans confort. Une grande salle de séjour au centre de laquelle trône une grande table en bois d’arbre, bien épaisse, qu’escortent deux grands bancs en bois aussi. Ce sont des bancelles, avec des empiètements en biais groupés par deux et solidifiés par une barre transversale. Les deux paires d’empiétements sont elles-mêmes solidifiées par une barre transversale.[1] Sur le pignon, une grande cheminée permet non seulement de chauffer les deux pièces mais aussi de cuire. Un buffet en noyer noueux habille un mur. L’autre pièce est affectée à la chambre à coucher, qui ne reçoit qu’un lit sans sommier, une paillasse pas bien large pour que l’on puisse avoir chaud en se serrant l’un contre l’autre. Deux trépieds en cerisier noueux nous servent de reposoir de chaque côté du lit. On s’éclaire à la bougie et on a l’eau du puits. Une espèce de placards permet de poser nos quelques hardes. C’est presque le luxe, car notre logis est pris dans les communs du château.

– Augustin, tu as entendu ce qu’a dit Monsieur Émile : la troupe va bientôt venir jusque chez nous puisque l’armée de la Loire attaque vers l’ouest d’Orléans.

– Oui, je crois que nous allons y avoir droit assez rapidement, sûrement dans les jours qui viennent. Je ne sais pas ce que décideront alors de faire Monsieur et Madame Émile. Si tu allais chercher Ferdinand et Ernestine, nous pourrions prendre la soupe ensemble et les informer des nouvelles.

– C’est une bonne idée. Je vais les chercher. Je reviens. Tu n’as qu’à mettre les assiettes sur la table quand ton feu sera bien pris. La soupe sera vite prête.

Émilienne enfile un vêtement chaud et s’élance dans la cour. Ferdinand et Ernestine habitent aussi une partie des communs du château avec leur fille Louise. Ferdinand a eu quarante ans cette année. Il est à la fois jardinier, chargé de l’écurie, des animaux, des carrioles. C’est un domestique attaché au château. C’est un homme à tout faire. Un peu comme moi, quoique j’étais plus sur la ferme et la marche de celle-ci. Sa femme, Ernestine, a deux ans de moins que son mari. Elle est la cuisinière du château. Leur fille, Louise, qui vient d’avoir vingt ans, est au service de Madame Fougeron pour tout ce qui se trouve à l’intérieur de la gentilhommière. Nous nous entendons bien et c’est tant mieux car les adversités ne manquent pas.

Après avoir mis les assiettes sur la table, je vais chercher une bouteille de vin rouge d’Orléans-Cléry, élevé de l’autre côté de la Loire, quelques noix, des châtaignes cuites de ce matin et un jus de pommes de Semoy pour Louise. Déjà, Émilienne revient.

– Ils arrivent dans un quart d’heure. Cela leur fait plaisir de venir discuter un peu. De plus, Ernestine n’avait pas encore commencé à faire à manger. Elle est contente de l’aubaine.

– Tant mieux, et nous, nous passerons une bonne soirée.

Tandis qu’Émilienne s’affaire pour faire chauffer la soupe, je me mets en peine de casser avec un petit marteau la coque de quelques noix et de décortiquer la peau des châtaignes. Au bout de quelques minutes, nos voisins arrivent avec leur bonne humeur mais aussi leur appréhension des événements.

– Bonjour, Augustin, dit Ferdinand, comment vas-tu depuis hier. Je ne t’ai pas vu aujourd’hui. Où étais-tu donc passé ?

– Je suis allé voir le grand champ de l’autre côté de la route pour savoir ce que l’on pourra bien y semer le moment venu. Il m’a fallu réfléchir un peu. Normalement, la première année on récolte des céréales d’hiver, la deuxième année des céréales de printemps et la troisième c’est la jachère. Cependant, je crois que pour ce champ, cela fait trois ans qu’il est en jachère. Je pense qu’il ne sera pas mal pour le blé d’hiver.

– Tu as raison, cela doit bien faire trois ans. Mais, ce n’est pas un peu tard pour le blé d’hiver ?

– Si, c’est trop tard. Je vais devoir prendre la décision de faire du blé ce printemps.

– À condition que l’on y arrive au printemps, Augustin, avec tout ce qui se passe en ce moment, réplique Ernestine. Bonjour, tu vas bien ?

– Oui, bonjour, Ernestine. Ah ! Louise, bonsoir, tu embellis de jour en jour.

– Veux-tu te taire, Augustin ! Espèce de gros dragueur, ce n’est plus de ton âge, monte la garde aussitôt Émilienne.

– Bonsoir, Augustin, merci pour le compliment, susurre Louise.

C’est vrai que la petite, comme on l’appelait autrefois, a bien profité. Elle n’est pas très grande mais est devenue bien gironde. Elle a ce qu’il faut là où il faut, le sait et ne se gêne pas pour le mettre en valeur. Elle a des cheveux châtains foncés longs jusqu’aux épaules. Et des yeux verts coquins, à faire damner un saint. Sans oublier ces petites fossettes qui lui font un sourire taquin. Louise n’est pas exactement la fille d’Ernestine et Ferdinand. Malheureusement, ils n’ont pas pu avoir d’enfant. Elle n’a pas été adoptée par eux non plus. Elle a été recueillie quand elle n’avait pas encore un an. On avait appris depuis cette période où Ferdinand l’avait trouvé dans le fossé que sa mère était décédée suite à ses couches. On ne lui connaît pas de père. Sûrement une aventure d’un soir, féconde hélas ! Louise a de temps en temps un ami de trois ans son aîné. Fernand qu’il s’appelle. Il est garçon de ferme et réside provisoirement au château, dans une mauvaise pièce aménagée au-dessus des écuries. Les relations entre Louise et ses parents nourriciers, si l’on peut dire, ne sont pas faciles. Louise a son caractère et Ernestine aussi. Ils font avec.

– Alors, Augustin, quelles sont les nouvelles ? Je vous ai vu parlé avec Monsieur Émile tout à l’heure, je suppose qu’il avait des informations, questionne Ferdinand.

– Elles ne sont pas fameuses. Orléans est à la peine. Des magasins ont été pillés. Les Bavarois occupent la ville. Gambetta fait des voyages en ballon pour prendre des décisions avec la délégation gouvernementale. Mais le succès est rare. Il y a eu une bataille à Artenay, perdue. Il y a eu une bataille à Coulmiers, perdue. Il y a eu une bataille à Orléans, perdue. Même les troupeaux sont passés au sud de la Loire. Pithiviers est tombée. Il n’y a qu’à Toury que l’on a repoussé l’ennemi. Pour l’instant, nos soldats seraient du côté de La Ferté-Saint-Aubin.

– Pas réjouissant, tout cela… ! Pour nous remonter le moral, verse un verre de vin. Dans quelques minutes, les femmes, vous servirez la soupe et nous ferons chabrot.

– Non, mais, dis donc, nous ne sommes pas à tes ordres ! le rabroue Ernestine. Nous ferons comme nous le voudrons.

– Je disais ça pour vous taquiner un peu. Ne m’en veuillez pas ! s’excuse Ferdinand.

– Je ne sais pas ce que fera Monsieur Émile en cas d’attaque proche. Peut-être qu’il fera comme à la fin du siècle précédent ?

– Ben, qu’a fait le seigneur des lieux à l’époque ? Raconte-nous, nous nous coucherons ce soir moins bête.

– En janvier 1798, dans la nuit du 15 au 16 Nivôse An VI de la République, il y a eu l’affaire des « Chauffeurs d’Orgères ». C’est mon père qui m’a raconté cela, car je n’étais pas encore né et je n’étais même pas une lueur d’espoir dans le ventre de ma mère. Je suis de 1800 tout rond. En fait, c’était des brigands, une bande bien organisée. La Beauce, qui est tranquille aujourd’hui, mis à part la guerre prussienne, a eu des années sanglantes. Une véritable tribu terrorisa la Beauce.

– Continue, développe un peu, merci d’avance, demande Louise.

– La bande était composée d’hommes, de femmes et mêmes d’enfants. Ils tuaient, volaient, pillaient, assassinaient. Il y avait des chefs, des sous-chefs, des gardes-magasins, des espions. Les chemins étaient alors, à cause d’eux, devenus peu sûrs. Chaque membre de la bande savait ce qu’il avait à faire. Pour entrer dans les maisons ou les fermes, ils n’hésitaient pas à fracturer les portes, à escalader les murs, les toits, à défoncer les portes avec un bélier. Ils assommaient les gens, les bâillonnaient, les enfermaient dans les caves, parfois leur coupaient la gorge. Ils violaient les femmes et les jeunes filles. Ils avaient une technique bien particulière pour faire parler les victimes. Elle était imparable. Les brigands, dont la figure était toujours passée à la suie ou en tout cas avec quelque chose de noir, allumaient un feu, grand de préférence. Ils attrapaient le maître des lieux et lui chauffaient les pieds avec des tisons ou de la braise. Tout cela, dans l’espoir de faire parler la victime qu’ils avaient choisie. Ce qu’ils voulaient, c’était de l’argent. Si le maître des lieux ne parlait pas, ils passaient à la vitesse supérieure. Ils arrosaient alors ses pieds avec de l’eau-de-vie. Ils attrapaient, à deux, le malheureux qui se débattait comme il le pouvait, et présentaient ses pieds au-dessus de la flamme dans la cheminée. Après quelques brûlures et sûrement beaucoup de cris, la victime indiquait où se trouvait le butin. Il n’y avait pas d’échec.

– C’est t-y pas malheureux d’entendre ça quand même, se lamente Ernestine.

Après un moment de silence, pendant lequel les personnes autour de la table tentent de visionner ce que je viens de dire, je continue :

– Dans la grande tradition du banditisme sous l’ancien régime, c’était Fleur d’Epine qui avait fédéré une bande malfaisante. Il s’était installé à Orgères-en-Beauce. Dans cette période troublée par la Révolution, Fleur d’Epine s’est senti l’âme d’un politique et s’est acoquiné avec des conspirateurs royalistes. Il n’a pas eu grand avenir puisqu’il fut arrêté à Versailles en juillet 1792 et égorgé pendant les massacres de septembre. C’est alors que son bras droit, François Girodot, surnommé le « Beau François », prit la direction de la bande qui était forte d’environ quatre cents membres, dont un quart de femmes. S’appelant eux-mêmes les « Pingres », ils ont sévi de 1792 à 1798. La bande était superbement organisée. Le jour, les membres avaient des activités parfaitement respectables  au vu et au su de tout le monde.

– Comme quoi par exemple ? questionne Ferdinand.

– Je ne sais pas moi : des artisans, des commerçants. Que pourrais-je vous citer ? Attends… je réfléchis… des tonneliers, des vignerons,… des cafetiers, des charcutiers, des épiciers,… des forgerons, et même des ouvriers agricoles. Il y avait également des officiers, des prêtres, des instituteurs, et même un garde-champêtre. Vous vous rendez compte des officiers, un garde champêtre ! Tout ce petit monde faisait ses coups la nuit sous la direction du Beau François. Son bras droit était un homme d’une cruauté inimaginable. Il s’appelait « le Rouge d’Auneau ». La bande a ainsi écumé, pendant plusieurs années, les bourgeois, les châtelains, les gendarmes, parfois de pauvres bougres. Leur secteur d’activités était grand, particulièrement en Eure-et-Loir et dans le Loiret, toute la portion comprise entre Orléans, Chartres, Pithiviers et Marchenoir.

– Et cela a duré longtemps, interroge Ferdinand ?

– Tout a une fin bien sûr. Un jour, la bande a attaqué une ferme entre Pourpry et Sougy. Nicolas Fousset, le propriétaire d’un riche domaine, Le Millouard, fut torturé avec une telle violence qu’il en mourut quelques jours plus tard. Compte tenu de la qualité de cet homme, qui était très apprécié dans la région, et l’émotion dans la population étant très grande, une enquête fut diligentée avec beaucoup de sérieux sous la pression insistante des villageois locaux. Le commencement de la fin avait sonné pour les Chauffeurs d’Orgères. Un vagabond fut arrêté par les gendarmes, puis interrogé sans ménagement. Il craqua et indiqua qu’il faisait partie de cette bande. Le vagabond avait pour nom « Germain Bouscand » dit le « Borgne de Jouy ». Il ne résista pas longtemps et se montra assez loquace pour révéler des noms et des renseignements sur plus d’une centaine de personnes. Le Beau François a été arrêté une première fois, avec un de ses adjoints, à la foire d’Étampes en juillet 1797. Condamnés à quatorze ans de fers, tous les deux réussissent à s’évader début août mais furent repris le 3 mars 1798.

– Il semble à t’attendre dire les noms que les membres en aient eu de bariolés, dit Ferdinand. As-tu des exemples ?

– Il y avait là des personnes dont les noms sentent bon l’arnaque : « Fleur d’Épine », Nicolas Tincelin dit « Jacques de Pithiviers » ou le « Père des Mioches », Robert Jean-Bernard dit « Jean le Canonnier », François Ringuette dit « Le Rouge d’Auneau ». Attends un peu… Il y avait aussi Richard Jacques dit « Le Borgne du Mans » avec son visage vérolé… et aussi Madeleine Barruet dite « la Grande Marie » avec sa face vigoureuse,… ou encore François Théodore-Pelletier, avec son curieux faciès car sa tête avait été enserrée dans un carcan quand il était enfant pour diminuer l’ampleur de sa dentition.

– Cela me fait froid dans le dos, commente Émilienne.

– L’enquête fut dirigée par le Juge de Paix d’Orgères, qui n’était autre qu’Armand-François Fougeron, propriétaire du château de Villeprévost, celui-là même où nous nous trouvons. Notre Juge y mit tout son honneur personnel et désigna pour mener l’enquête une personne de Nogent-le-Rotrou, le commandant de brigade Vasseur. Mon père m’a dit que c’était un grand type, sans peur. Du haut de son mètre quatre-vingts, il avait acquis une aura de bravoure en arrêtant une bande de malfrats dans la Forêt de Senonches. Se fiant aux indications données par le vagabond, dit « Le Borgne de Jouy », et peut-être un peu aussi celles révélées par la femme Bire, notre commandant de brigade, avec l’aide de trente gendarmes et de soixante hussards, dont les pieds des chevaux avaient été enveloppés de chiffons pour limiter les bruits ambiants, s’est invité en flagrant délit dans un coup d’importance de la bande. Le résultat, après quelques heures de lutte, est l’arrestation, de nuit, dans le bois de Méreville, du Beau-François et d’une trentaine de ses compagnons. La bande avait prévu cette nuit-là l’attaque du château de Faronville, près de Toury, et de plusieurs fermes de la région. Normalement, il devait s’agir de la dernière grosse affaire du Beau François qui envisageait alors de changer de région.

– Alors ça, c’est quand même pas de chance pour lui, dit Ferdinand.

– Non, mais tu exagères, s’insurge Ernestine. C’était bien fait pour lui. Il n’allait quand même pas continuer éternellement. Excuse-moi, Augustin, continue.

– C’est le Juge de Paix du canton d’Orgères qui fut chargé de l’instruction de cette affaire sous le titre de « Chauffeurs d’Orgères ». Armand-François Fougeron, le Juge en question, avait été quelques années auparavant conseiller de Louis XVI. À la libération des geôles révolutionnaires, il était venu se faire oublier dans son château de Villeprévost. À cette période, le château était bondé de plusieurs centaines de personnes. En effet, les brigands, plus de trois cents, étaient parqués dans les caves. Bien entendu, ils n’y étaient pas tous en même temps car, même en les tassant les uns sur les autres, l’endroit, comme vous le savez, ne pouvait recevoir plus d’une quarantaine de personnes à la fois. Un détachement de gendarmerie et deux pelotons du Deuxième Régiment de Hussards montaient la garde. Les interrogatoires se déroulèrent pendant plus de trois mois, du 30 janvier au 2 mai 1798. Le chef, le « Beau François », fut interrogé le 10 février 1798. Son second, le « Rouge d’Auneau » réussit l’exploit de recevoir treize condamnations à mort et cent soixante-dix-huit années de bagne. Il y eut cent vingt-cinq jours d’enquête et plus de trois cents arrestations. Finalement, quatre-vingt-deux personnes ont été jugées à Chartres les 11 et 14 octobre 1799.

– Rien que cela ! Trois cents arrestations !

– Oui, trois cents. Devant la volonté de la puissance publique d’un retour à la paix civile, se voulant exemplaire, le procès des « Chauffeurs d’Orgères » se termina, le 4 octobre 1800 par la décapitation de vingt-trois bandits, hommes et femmes, habillés de la camisole rouge des parricides, sur l’échafaud construit sur la Place des Épars à Chartres, dans l’allégresse des centaines de Beaucerons présents, venus de toutes parts. C’était des cris de joie mais aussi des soupirs de soulagement. Ceux qui avaient échappé à la mort furent envoyés au bagne ou dans des maisons de force. Cependant, il y en avait un qui a échappé à ce supplice, c’est le « Beau François ». Il avait réussi à s’évader de la prison de Chartres.

– Il y a eu une justice en tout cas, approuve Ernestine. Mais lui, le « Beau François » n’en a rien subi, c’est-y pas malheureux !

– Plus tard, la justice a décidé de faire porter des masques mortuaires des vingt-trois condamnés à mort pour qu’ils soient exposés au château de Villeprévost. Ainsi, la population a pu être informée et édifiée sur cette exécution à caractère social.

– C’est curieux comme idée, commente Ferdinand. Je n’y aurais pas pensé.

– Pour la petite histoire, le Beau François avait réussi à s’échapper au cours de l’instruction. Mais il fut de nouveau arrêté le 22 novembre 1800 dans les Deux-Sèvres. Il a été fusillé sur place, sans sommation ni autre procès, avec une bande d’une dizaine de brigands, détrousseurs de diligences et autres passants sur les chemins du Poitou.

– Tant mieux, dit Émilienne, bon débarras.

Un silence, presque religieux, suit pendant plusieurs minutes. Puis, je reprends :

– Bon, dites-donc, je parle, je parle. Mais il commence à se faire tard, bientôt minuit. Il faut que nous allions nous reposer car nous ne savons pas comment demain sera.

– Merci, Augustin, pour cette narration pleine de détails. Je ne connaissais point cet épisode. Nous allons nous retirer avec l’Ernestine et la Louise. Merci, aussi Émilienne pour la soupe. Allez, bonne nuit à tous les deux.

– Bonne nuit à vous aussi, à demain.

Après un bout de rangement de la table, Émilienne s’éloigne lentement vers la chambre, un brin coquine. Elle s’empresse ensuite, dès mon corps allongé à côté du sien, de mettre à exécution sa pensée lubrique et d’entreprendre des « agueroinchettes » (caresses) pour mon plus grand bien.


[1] D’après l’œuvre de Gaston Couté.

.

AUGUSTIN ma bataille de Loigny, un roman de Jean-Louis RIGUET,

en vente par internet à :

www.dedicaces.ca

Amazon.CA : www.amazon.ca/gp/product/1770762159

Abebooks.FR : www.abebooks.fr/servlet/BookDetailsPL?bi=8210382269

en vente en librairies en Région Centre :

.

Maison de la Presse de Janville

M. Christian NAOUR

8 Place Georges Clémenceau

28310 JANVILLE

FRANCE

Tél. : 02.37.90.04.95

.

Maison de la Beauce

Place de Beauce

28140 Orgères-en-Beauce

FRANCE

Tél. : 02.33.99.75.58

.

Librairie Volte Pages

31 Place Louis Sallé

45160 OLIVET

FRANCE

Tél. : 02.38.88.23.59

.

.

Liens :

http://dedicaces.org/2012/08/05/augustin-ma-bataille-de-loigny-chez-dedicaces/

http://dedicaces.org/2013/02/24/actualites-daugustin/

http://www.lulu.com/shop/jean-louis-riguet/augustin-ma-bataille-de-loigny/paperback/product-20298977.html

http://librebonimenteur.net/

http://nouvelles-masquedor.e-monsite.com/

http://www.scribomasquedor.com/

.

Jean-Louis RIGUET

Membre de la Société des Gens de Lettres et du Bottin International des Professionnels du Livre

Sociétaire de la Maison des Ecrivains et de la Littérature

 .

Publicités
Publié par Laisser un commentaire

Scribo-Masque d’Or Merci

Les deux livres publiés aux EDITIONS DEDICACES sont référencés sur SCRIBO – MASQUE D’OR

.

couvbatailleloigny.jpg    AUGUSTIN – Ma bataille de Loigny

Récit de Jean-Louis RIGUET

Éditions Dédicaces www.dedicaces.ca

1870, Loigny la Bataille. La guerre franco-prussienne fait rage. En décembre, Loigny la Bataille est le théâtre d’une bataille meurtrière. Le Château de Villeprévost, réquisitionné par les bavarois, est transformé en hôpital de campagne. Les Prussiens se sont, côté nord, déployés de La Maladrerie à Lumeau en passant par Fougeu, Beauvilliers, Goury. Côté sud, les Français font front sur Nonneville, Villepion, Villours, Faverolles, Terre Rouge. Au milieu de ces deux lignes : Loigny est prise en étau. La bataille dans Loigny se fait pour une rue, un passage, une impasse, un quartier, une maison, une cave, pour rien. On se bat, c’est tout. Il faut avancer, ne pas reculer, mourir s’il le faut. Cela fait quand même en une seule journée environ 15000 victimes, soit environ 100 par kilomètre carré. … Quand même… une victime par cent mètres carrés ! L’ancien régisseur, Augustin, vit avec les siens au château cet épisode guerrier de l’histoire locale. Sa petite fille adoptive rencontrera-t-elle l’amour ? S’en sortiront-ils ?

.

vie-archives-front.jpg   Vie en archives d’un petit gars

Récit de Jean-Louis RIGUET

Éditions Dédicaces www.dedicaces.ca

Anonyme, un petit gars naît dans une campagne poitevine, d’une famille modeste, artisane jamais dans le même métier. Mis au travail dès l’âge de 15 ans 1/2, il entre en notariat comme on entre en religion. Il travaille à plein temps, dans sa ville natale, tout en suivant parallèlement des cours par correspondance. Ses parents ayant adopté une nouvelle région, plus au nord, il les suit deux ans plus tard, dans une ville voisine, où il continue son activité, travaille en sus de son travail officiel pour un conseil juridique et fiscal, passe l’examen de premier clerc, se marie trop jeune et divorce à la suite. Pendant cette période, il connait un patron d’une stature hors du commun. Transmuté à Paris, il côtoie un autre grand personnage du notariat parisien. Il gravit les échelons pour terminer numéro 4 d’une étude de 35 personnes, réussit avec succès l’examen de notaire, le plus jeune de sa promotion. Un nouveau mariage, avec une femme d’une générosité inouïe, avec une culture intéressante et un métier formidable, l’enrichit par la naissance de deux beaux enfants. Il a la chance de rencontrer des personnages hors du commun (Franck Alamo, Brigitte Bardot, Guy Bedos, Sœur Emmanuelle, Jean et Brigitte Massin,) ou des situations particulières (succession des descendants de la grande famille de Noailles, renouveau du Paradis Latin) (extrait du résumé de l’auteur)

 .

http://www.scribomasquedor.com/pages/referencez-vos-livres-sur-notre-site.html

.

.

Liens :

http://dedicaces.org/2012/08/05/augustin-ma-bataille-de-loigny-chez-dedicaces/

http://dedicaces.org/2013/02/24/actualites-daugustin/

http://www.lulu.com/shop/jean-louis-riguet/augustin-ma-bataille-de-loigny/paperback/product-20298977.html

http://librebonimenteur.net/

http://nouvelles-masquedor.e-monsite.com/

http://www.scribomasquedor.com/

.

Jean-Louis RIGUET

Membre de la Société des Gens de Lettres et du Bottin International des Professionnels du Livre

Sociétaire de la Maison des Ecrivains et de la Littérature

 .

Publié par Laisser un commentaire

Augustin et Babelio

 

Augustin, ma bataille de Loigny

 

Obtient une note de 3,5 / 5 dans une critique sur BABELIO.

 

La critique est indiquée littéralement ci-après.

 

 

Première couverture Augustin
Première couverture Augustin

 

Jean-Louis Riguet

ISBN : 1770762159
Éditeur : Éditions Dédicaces (2012)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 2 notes)

 

Résumé :

ISBN : 978-1-77076-215-2
Format : 180 pages, 6.0 x 9.0 po., broché,
papier intérieur crème #60, encre intérieur noir et blanc,
couverture extérieure #100 en quatre couleurs

1870, Loigny la Bataille. La guerre franco-prussienne fait rage. En décembre, Loigny la Bataille est le théâtre d’une bataille meurtrière. Le Château de Villeprévost, réquisitionné par les bavarois, est transformé en hôpital de campagne.

Les Prussiens se sont, côté nord, déployés de La Maladrerie à Lumeau en passant par Fougeu, Beauvilliers, Goury. Côté sud, les Français font front sur Nonneville, Villepion, Villours, Faverolles, Terre Rouge. Au milieu de ces deux lignes : Loigny est prise en étau. La bataille dans Loigny se fait pour une rue, un passage, une impasse, un quartier, une maison, une cave, pour rien. On se bat, c’est tout. Il faut avancer, ne pas reculer, mourir s’il le faut. Cela fait quand même en une seule journée environ 15000 victimes, soit environ 100 par kilomètre carré. … Quand même… une victime par cent mètres carrés !

L’ancien régisseur, Augustin, vit avec les siens au château cet épisode guerrier de l’histoire locale. Sa petite fille adoptive rencontrera-t-elle l’amour ? S’en sortiront-ils ?

Critiques, analyses et avis (1)

Les lectures d’Isabelle

Je suis une jeune femme qui a besoin de voyager dans l’univers des livres pour satisfaire son besoin de rêver ! Dans mon blogue, vous en trouverez pour tous les goûts ! Car je ne suis pas difficile: presque tout m’intéresse !

Présentation d’ISABELLE

Isabelle
Canada

http://lecturesdisabelle.blogspot.com/

Je suis une lectrice passionnée et éparpillée. Je lis un peu de tout, tout en même temps. Je dévore des classiques tout comme de la littérature contemporaine, des romans à l’eau de rose tout comme des thrillers et des livres sérieux tout comme des livres complètement saugrenus !
Je suis une vraie curieuse : tout m’intéresse, ce qui rend mes choix de lecture cauchemardesques ! Comment, en effet, choisir son prochain livre quand il y en a tant que je voudrais lire ?
Je débute présentement ma carrière en enseignement adaptation scolaire et je découvre aussi avec délices la littérature jeunesse. Toutes les suggestions sont les bienvenues de votre part !

Je suis une jeune femme qui a besoin de voyager dans l’univers des livres pour satisfaire son besoin de rêver ! Dans mon blogue, vous en trouverez pour tous les goûts ! Car je ne suis pas difficile: presque tout m’intéresse !

Isabelle critique :

Par iarsenea, le 25 juin 2013

D’abord merci aux éditions Dédicaces ainsi qu’à Babelio de m’avoir offert ce roman dans le cadre de Masse Critique. En parcourant les différents résumés des livres disponibles pour cette édition de Masse critique, mon attention a immédiatement été captée par ce roman, sans doute en raison du fait qu’il s’agissait d’un roman historique. J’avais d’assez hautes attentes envers Augustin ma bataille de Loigny, mais elles n’ont malheureusement pas toutes été comblées.

 D’abord, le sujet (la bataille de Loigny) est très intéressant mais assez insaisissable pour un public québécois, à moins qu’il ne soit vraiment féru d’histoire. Évidemment, je ne connaissais pas cette bataille dont il est question, et j’ai trouvé que celle-ci était très peu mise en contexte. Malgré les explications de l’auteur, je n’ai pas très bien saisi pourquoi les Français ce sont bataillés contre les Prussiens à cet endroit en 1970. De plus, je connais assez mal les régions et les départements français, ainsi que le fonctionnement de l’armée française de l’époque, ce qui fait en sorte que je me suis assez souvent sentie perdue. C’est un peu pour toutes ces raisons que je dis que Augustin ma bataille de Loigny n’est pas nécessairement adapté pour un public québécois qui n’a, en général, que très peu de connaissances en ce qui concerne cette époque en France.

Deuxième irritant que, malgré toutes mes bonnes intentions, je ne peux me permettre de passer sous silence, c’est le manque de naturel des dialogues entre les personnages. J’ai souvent trouvé que les paroles des personnages semblaient tout droit sorties d’un manuel d’histoire. De même, l’écriture en général s’apparentait plus à ce que l’on retrouve habituellement dans les manuels et les livres documentaires qu’à un véritable roman. Ainsi, ce qui a mon avis faisait pourtant un excellent sujet de roman (un château pris en otage pour être transformé en hôpital en temps de guerre) a été traité d’une façon trop terre-à-terre à mon goût.

D’un autre côté, j’ai apprécié le fait que le narrateur soit une personne âgée, ce qui faisait changement. Bien sûr, cela implique moins d’action, mais j’ai aimé me mettre dans la peau d’un homme de cet âge : ce qu’il ressent, ce qui lui fait plaisir, ses souvenirs, etc. J’ai aussi apprécié apprendre quelques mots du patois de la Beauce, cette région française dont j’ignorais jusqu’ici même l’existence. Voilà que maintenant, j’ai même envie d’aller faire un tour à Loigny pour en apprendre plus sur cette bataille. En effet, quoi de mieux que de se déplacer ?

Ainsi, j’aurais adoré le récit de cette bataille sous forme de livre documentaire ou de véritable roman, mais ce mélange des deux n’a pas fonctionné pour moi. Je crois néanmoins que d’autres pourraient apprécier ce roman, surtout s’ils ont une bonne base en histoire et en géographie de la France.

Merci encore aux éditions Dédicaces pour cet envoi !

Lien : http://lecturesdisabelle.blogspot.ca/2013/06/augustin-ma-bataille-de..

 

 Citations et extraits

Certes, un sou est un sou. Mais, quand vient le malheur, si le sou manque, le malheur est encore plus grand.

Réponse de l’auteur :

de riguet, le 06 juillet 2013

Bonjour Isabelle, j’ai pris connaissance de votre critique AUGUSTIN ma bataille de Loigny. Je vous en remercie vivement. C’était une volonté de ma part d’inclure une romance dans ce récit historique. Je sais que ce n’est pas conventionnel. J’ai tenté. Effectivement, j’aurais pu décrire davantage le contexte de l’époque, mais il est vrai aussi que je ne pensais pas que je serai publié par un éditeur canadien. Je visais une clientèle très locale. Merci de votre intérêt pour mon livre. mon blog librebonimenteur.wordpress.fr Merci encore, je vous embrasse Jean-Louis

Nouveau message sur Babelio

iarsenea vous a adressé un nouveau message sur Babelio :

« Bonjour, Je suis désolée du délai de ma réponse, de même que pour les fautes dans ce message. Je suis en Islande en ce moment, et j’ai rarement accès à Internet. Cela m’a fait plaisir de lire votre livre, et d’en rédiger une critique. J’avais bien conscience que vous n’aviez pas conscience que ce serait édité par une maison canadienne. Bien entendu, ma lecture a été influencée par le manque de connaissances quant à votre coin de pays. Je jetterai un coup d’œil à votre blog une fois à la maison. Merci encore de m’avoir écrit ! Isabelle »

.

AUGUSTIN ma bataille de Loigny, un roman de Jean-Louis RIGUET, en vente par internet à :

www.dedicaces.ca

Amazon.CA : www.amazon.ca/gp/product/1770762159

Abebooks.FR : www.abebooks.fr/servlet/BookDetailsPL?bi=8210382269

http://www.lulu.com/shop/search.ep?keyWords=augustin+ma+bataille+de+loigny&categoryId=200167

.

AUGUSTIN est aussi en vente dans certains points de vente. Se reporter aux autres articles de ce blog.

.

Liens :

http://dedicaces.org/2012/08/05/augustin-ma-bataille-de-loigny-chez-dedicaces/

http://librebonimenteur.net/

Jean-Louis RIGUET

Membre de la Société des Gens de Lettres et du Bottin International des Professionnels du Livre

Sociétaire de la Maison des Ecrivains et de la Littérature

.

Publié par Laisser un commentaire

La Biennale de Châteaudun

L’ASSOCIATION D’ANIMATION ET DES COLLECTIONNEURS DUNOIS

Vient de sélectionner AUGUSTIN ma bataille de Loigny

Pour participer à LA BIENNALE DU LIVRE DE CHATEAUDUN

Le 24 NOVEMBRE 2013

de 10 h à 19 heures

Les auteurs, éditeurs, libraires sont sélectionnés par les organisateurs.

Ce salon s’adresse exclusivement aux auteurs et éditeurs régionaux.

Il a pour but la mise en valeur du patrimoine littéraire régional.

Il doit permettre aux dunois de découvrir les auteurs.

Les rencontres avec les auteurs, les éditeurs et leur public sont favorisées.

Un maximum de 5 auteurs par éditeur.

Les libraires sélectionnés ont l’exclusivité de la vente des ouvrages.

.

La prochaine biennale se prépare

La prochaine biennale du livre de Châteaudun sera organisée le dimanche 24 novembre 2013,

toujours à l’Espace Malraux

.

avec des animations dès le vendredi 22 novembre au soir

le samedi 23 novembre au soir

.

Publié par Laisser un commentaire

Augustin dans l’Echo Républicain

http://feedproxy.google.com/~r/EditionsDedicacesNouveautes/~3/geJF9CaHeyY/?utm_source=feedburner&utm_medium=email.

Pendant la séance de dédicace faite à l’ESPERLUETE à CHARTRES le 22 juin 2013, Jean-Louis RIGUET a répondu aux questions de Basem SHALABI, correspondant local de presse, notamment pour l’ECHO REPUBLICAIN CHARTRES ET AGGLO.

Un article est né le 26 juin 2013. Le voici :

.

Article dans l'ECHO REPUBLICAIN à CHARTRES le 26 juin 2013
Article dans l’ECHO REPUBLICAIN à CHARTRES le 26 juin 2013

.

Comme le texte est difficilement lisible, en voici l’inextenso :

DEDICACE : Jean-Louis Riguet raconte la bataille de Loigny

C’est un roman historique que le notaire orléanais Jean-Louis Riguet vient de publier et l’a dédicadé, samedi, à la librairie L’Esperluète. Le cadre d’Augustin, ma bataille de Loigny est la guerre de 1870 opposant Prussiens et Bavarois d’un côté et l’armée de la Loire de l’autre, et plus précisément lors de la bataille du 2 décembre 1870 à Loigny, qui deviendra ensuite Loigny-la-Bataille. « J’ai voulu que les gens puissent se rendre compte des conditions de vie de l’époque. »

Augustin, ma bataille de Loigny de Jean-Louis Riguet, aux Editions Dédicaces à Montréal, 180 pages, 20 €.

.

Je tiens à remercier Basem SHALABI d’avoir salué mon roman historique dans cet article.

.

Nouvel extrait du roman AUGUSTIN ma bataille de Loigny publié aux EDITIONS DEDICACES

3

Villeprévost 10 novembre 1870

Après une nuit un peu courte, du fait des réjouissances de la
veille au soir, je me suis levé inquiet de la suite des événements qui ne
vont pas manquer de se produire dans les jours à venir. Pendant
qu’Émilienne prépare le café, je me demande comment occuper cette
journée sans trop m’éloigner de la ferme. Le café avalé, j’entreprends
l’ouvrage que je viens de décider.
Au sortir du domaine, je tourne sur la gauche en direction de
Tillay-le-Peneux, en prenant ensuite sur la droite un petit chemin
circulant entre deux rangées d’arbrisseaux, qui ont beaucoup perdu
leurs feuilles, laissant entrevoir les vestiges de nids d’oiseaux. Je me
suis toujours demandé où ils passaient les hivers les oiseaux, car on ne
les voit pratiquement jamais dès les froids venus. On ne les entend pas
non plus. De quoi peuvent-ils bien se nourrir ? J’avance lentement. Je
suis seul à priori. Je savoure cette solitude que je déguste avec
délectation. J’aperçois à une dizaine de mètres un lièvre qui, après une
course effrénée de plusieurs dizaines enjambées, reprend son souffle
assis sur son derrière. Il n’a pas l’air inquiet. Il ne m’entend pas arriver.
Il ne me sent pas non plus, le vent léger soufflant dans l’autre sens. Il
fait froid, mais le ciel est bleu et le soleil luisant. Si ce n’était une
atmosphère de guerre, tout le mieux serait réuni ici pour passer une
agréable journée.
Bien qu’errant sans but prédéterminé, je suis néanmoins ma
petite idée qui se trouve être d’aller observer de plus près ce qui peut
bien se passer du côté de Bazoches-les-Hautes. Je poursuis mon
avancée rasant au plus près les haies afin de ne pas éveiller l’attention.
De temps en temps, je regarde en arrière, et j’observe les allées et
venues du lièvre. Tant que ce dernier ne détale à pleine vitesse, je ne
crains rien car cela veut dire que personne ne vient troubler sa
quiétude. À part quelques lapins qui se promènent ou prennent le
soleil, il n’y a pas âme qui vive, du moins je ne vois rien ni personne.
Je vais ainsi, tranquillement, à mon rythme, jusqu’à Bois de Tillay sans
m’aventurer jusqu’aux maisons. Je reste bien à l’abri, caché par des
bosquets. Il va bientôt être dix heures et je ressens un petit creux à
l’estomac. J’avise une pierre assez large pour recevoir mon auguste
postérieur. Je farfouille dans mes poches pour en extraire une pomme
et je me mets à croquer à pleines dents dans le fruit qui se révèle
juteux. Le craquement de la peau fait du bruit qui me surprend. J’en
suis soudain inquiet. Ne vais-je pas me faire remarquer à cause d’une
pomme ? Je me remémore ce qui est arrivé à Adam quand Eve a
dévoré la pomme. J’espère qu’il ne m’arrivera pas pareille catastrophe.
Je regarde au loin. Rien ne bouge. Ouf ! Je me ressaisis immédiatement
et intérieurement je ris. Le craquement d’une peau de pomme ne
peut pas être suffisamment fort pour déranger un hameau à une
centaine de mètres de là. Quel benêt je fais !
Manger une pomme n’est pas bien long en temps réel.
Cependant, toujours aussi incorrigible, je me laisse aller. Je prends
mon temps. Me voilà parti vers une belle journée de printemps d’une
année précédente qui m’avait vu être le héros involontaire d’une
aventure. Un matin, tôt, à peine le jour levé, j’avais attelé un cheval à
ma carriole car j’avais le dessein d’aller jusqu’à Loigny pour y faire
quelques emplettes de menue importance d’une part et y voir un
certain Grassoin d’autre part. Ce Grassoin vendait des semences,
parait-il très intéressantes et peu onéreuses, et je voulais me rendre
compte par moi-même en quoi elles consistaient. Le percheron, un
beau mâle de cinq ans, bai brun, en pleine force de l’âge, répondant au
doux nom de Ouragan, paraissait bien excité et j’avais du mal à le
calmer même en lui parlant doucement. Un ouvrier agricole qui était à
mes côtés m’avait prévenu : « Augustin tu devrais le laisser à l’écurie
ou le mettre au pré. Ce matin, rien ne lui résistera et tu vas avoir un
mal de chien à le tenir. Crois-moi, tu devrais changer de cheval. » Je
l’ai éconduit peu aimablement en pensant que je ne voyais pas
pourquoi je ne pourrais pas le maîtriser. Ce n’était pas le premier
percheron qui me résisterait. Bref, j’ai envoyé sur les roses l’ouvrier
agricole et n’écoutant que ma vanité j’ai fini d’atteler le cheval rétif et
j’ai lancé Ouragan, la carriole et moi sur la route.
Au début, tout se passait bien. J’avais en vue la ferme de
Beauvilliers et à l’abord de la petite côte, sans y prendre plus garde que
cela, je fis fouetter mes rênes sur le dos du cheval en sifflant juste un
coup. N’écoutant que les ordres, sans prendre conscience de sa force,
le percheron du pas passa au trot et à mi-côte se retrouva au galop
entraînant la carriole à une vitesse un peu trop élevée pour notre
sécurité. Je voyais bien que nous allions trop vite en passant devant la
ferme mais puisque tout se passait bien, j’ai laissé faire. Il avait fier
allure Ouragan, la crinière flottant au vent de la course effrénée qu’il
accomplissait. Je voyais maintenant le carrefour de la route qui mène à
gauche vers Goury et à droite vers Loigny. Comme il fallait tourner à
droite, le percheron aurait dû ralentir. Mais il n’en faisait rien. Alors,
j’ai commencé à tirer sur les guides en arrière. Point de réponse. J’ai
tiré plus fort. Rien. Je me suis mis à serrer les dents (et les fesses).
J’avais mal aux doigts tant je tirais les rênes vers moi. Mais Ouragan
n’en avait cure. Il galopait. Heureux, je suppose qu’il était heureux. Il
démontrait sa force, sa vitalité, son énergie. Je me suis arque-bouté sur
la planche de pieds de la carriole et me suis maintenu en équilibre
précaire, les bras tendus par les guides à la limite de la rupture du cuir,
dans cette position inconfortable. Je tenais parce que je tendais les
rênes d’un côté et que les pieds reposaient sur une planche de l’autre.
Mais rien ne passait. Le percheron ne ralentissait pas. Ouragan
caracolait gaiement. Plus je tirais, plus il accélérait. Je ne savais plus
que faire et le croisement arrivait à une vitesse vertigineuse. D’instinct,
le percheron a choisi la droite, il devait sûrement savoir où il allait. Lui
est passé facilement. L’équipage est passé jusqu’à la moitié. Mais les
roues de la carriole n’ont pas tourné, elles ont glissé, d’abord
légèrement, puis plus vite, puis plus du tout, car il y avait une grosse
pierre sur le chemin. La carriole s’est cabrée, a dérapé, s’est déséquilibrée
et tout le monde a chu dans le fossé. Les deux bras en bois étant
cassés, le percheron a continué, seul, sa course folle droit devant lui et
moi, je suis resté comme un con, empêtré dans mes rênes, le cul pardessus
tête, la carriole reposant sur moi. Au bout d’une dizaine de
minutes, j’ai pu me sortir de cet enchevêtrement. Je n’avais rien de
cassé. Tant mieux. Mais je pestais comme il n’y avait pas dans cette
plaine. Je n’étais pas triste. J’étais en colère. En colère après Ouragan.
En colère après moi. J’ai plus juré qu’un charretier. À cause de ma
vanité, j’avais tout cassé et en plus j’avais perdu le cheval.
Une demi-heure ensuite, m’étant calmé un peu, j’avais
entrepris de dégager le chemin. Je donnerais plus tard des instructions
pour que la carriole soit rapatriée à Villeprévost. Mais le cheval ? Où
était passé ce fichu Ouragan ? Ah, il portait bien son nom celui-là.
C’était un vrai ouragan, cela c’était sûr. Tout en pestant encore, je
m’avançais en direction de Loigny quand j’ai avisé un couple qui
venait face à moi. Il y avait un homme et un équidé. L’humain
m’interpella :
– C’est à vous, ce bel étalon ?
– Oui, lui répondis-je, et je suis fort aise que vous me le
rameniez.
– Je l’ai vu galoper à pleine vitesse droit devant lui jusqu’au
moment où il s’est arrêté de lui-même. Il était plein d’écume. Il
soufflait comme un volcan. Je lui ai parlé gentiment, j’ai pris une
touffe d’herbe et je l’ai amadoué ainsi pendant quelques minutes. Il
s’est calmé et j’ai enfin pu l’attraper.
– Je ne sais pas ce qu’il avait ce matin. Ouragan, c’est son nom,
s’est mis à monter à toute vitesse la côte de Villeprévost jusqu’au
carrefour. Puis, il s’est mis au galop devant la ferme de Beauvilliers. Je
n’ai pas pu le faire ralentir et il a abordé le virage sans se poser de
question. Mais la carriole n’a pas suivi. Je me suis retrouvé dans le
fatras que vous voyez dans le fossé.
– Il est magnifique ce percheron. Une belle bête. Quel âge a-til
? Il parait jeune.
– 5 ans, il est en pleine force de l’âge.
– Vous n’avez rien ? Vous auriez pu vous faire mal, voire vous
tuer.
– Non, merci. Heureusement, je n’ai rien. Merci de votre aide
et de m’avoir ramené ce pensionnaire. Je vais tenter de faire rentrer à
l’écurie ce grand escogriffe, sagement. Je voulais faire le fier-à-bras.
Me voilà bien penaud maintenant. J’en suis récompensé. Allez, adieu,
je vous revaudrais cela. Merci beaucoup.
J’avais ramené Ouragan à son écurie. Les ouvriers s’étaient
fichus de moi. J’en avais été pour mes frais. Il avait fallu que je fasse
amende honorable. Depuis, j’ai expié.

.

.

Première de couverture d'AUGUSTIN ma bataille de Loigny en vente aux EDITIONS DEDICACES

AUGUSTIN ma bataille de Loigny, un roman de Jean-Louis RIGUET, en vente par internet à :

www.dedicaces.ca

Amazon.CA : www.amazon.ca/gp/product/1770762159

Abebooks.FR : www.abebooks.fr/servlet/BookDetailsPL?bi=8210382269

http://www.lulu.com/shop/search.ep?keyWords=augustin+ma+bataille+de+loigny&categoryId=200167

.

AUGUSTIN est aussi en vente dans certains points de vente. Se reporter aux autres articles de ce blog.

.

Liens :

http://dedicaces.org/2012/08/05/augustin-ma-bataille-de-loigny-chez-dedicaces/

http://librebonimenteur.net/

Jean-Louis RIGUET

Membre de la Société des Gens de Lettres et du Bottin International des Professionnels du Livre

Sociétaire de la Maison des Ecrivains et de la Littérature

.

Publié par 2 commentaires

Merci à tous

Un grand merci à toutes les personnes qui ont fait l’effort de venir aux différentes signatures de

AUGUSTIN ma bataille de Loigny

de septembre 2012 à juin 2013

Je vous remercie tous ceux qui m’ont accueilli à ces occasions.

.

le samedi 22 juin 2013 à 15 heures

à la LIBRAIRIE L’ESPERLUETE

10 rue Noël Ballay à 28000 CHARTRES

.

DEDICACES à la LIBRAIRIE VOLTE-PAGES

à 45160 OLIVET  France 61 Place Louis Sallé

Samedi 4 mai 2013 à 15 heures

.

carte visite

.

AU SALON DU LIVRE A PARIS

Porte de Versailles

Le samedi 23 mars 2013 de 18 heures à 19 heures

Le dimanche 23 mars 2013 de 11 heures à 12 heures

Sur le Stand des EDITIONS DEDICACES

.

Photo : Salon de Paris du 22 au 25 Mars. Je dédicacerais mes deux derniers livres le samedi 23 de 16 à 17 h et le dimanche 24 de 13 à 14 h. Je vous attends nombreux au stand de dedicaces.ca

.

ASSEMBLEE GENERALE CREDIT AGRICOLE

CAISSE LOCALE D’ORLEANS CENTRE

Le vendredi 15 mars 2013 à 19h00

Au cinéma PATHE ORLEANS

Place de Loire 2 Rue des Halles 45000 ORLEANS

Loterie : 5 LIVRES AUGUSTIN ma Bataille de Loigny à gagner

A l’issue de l’Assemblée Générale :

Dédicace d’AUGUSTIN ma bataille de Loigny

.

Dédicaces chateaudun 02032013

Jean-Louis RIGUET était accueilli le samedi 01 mars 2013

à l’ESPACE CULTUREL E. LECLERC de CHATEAUDUN

SAINT DENIS LES PONTS

par Monsieur AMBLARD, le responsable, qui s’est montré très sympathique à son endroit.

Il a été procédé à une séance de signature de son roman AUGUSTIN ma bataille de Loigny

relatant un épisode guerrier particulièrement meurtrier de la Guerre de 1870 qui s’est déroulé à

LOIGNY LA BATAILLE le 02 décembre.

L’action se passe dans la château de Villeprévost qui a été transformé en hôpital de campagne par les Prussiens.

L’ambiance fut sympathique et les échanges avec les lecteurs ont été riches, certains connaissant bien cet épisode et le château.

echo républicain article1031960

Je remercie Elise Vellard d’avoir fait publier un article dans L’ECHO REPUBLICAIN dès le lundi suivant.

Je remercie également les EDITIONS DEDICACES ma maison d’édition d’avoir relaté l’évènement sur son site internet.

L’auteur Jean-Louis Riguet obtient un article dans L’Echo Républicain

4 MARS 2013 

Élise Vellard : Samedi dernier, l’espace culturel de l’hy­permarché E. Leclerc, à Saint-Denis-les-Ponts (en France), a ac­cueilli un auteur orléanais, Jean­-Louis Riguet. Ce dernier a fait paraître, l’été dernier aux Éditions Dédicaces, « Augustin, ma bataille de Loigny« . Dans cet ouvrage, l’auteur décrit la vie du château de Villeprévost pendant la bataille éclair qui fit rage le 2 décem­bre 1870. Transformé en hôpital de campagne par les Prussiens, ce château est le témoin d’un passé toujours vivace dans ce petit village de Beauce. Jean­-Louis Riguet a donc rencontré ses lecteurs et a volontiers discuté avec eux, de l’objet de son pre­mier roman historique.

echorep050313dedicaceriguet.

AU CENTRE CULTUREL E. LECLERC

SAINT DENIS LES PONTS

28 CHATEAUDUN

.

Première couverture Augustin
Première couverture Augustin

.

A CAISSE LOCALE D’ORLEANS CENTRE

CREDIT AGRICOLE CENTRE LOIRE

23 Rue Théophile Chollet à 45000 ORLEANS

Le samedi 01 décembre 2012 de 10 heures à 12 heures

.

mennecy 2012

.

AUGUSTIN ma bataille de Loigny à l’honneur dans

L’ECHO REPUBLICAIN DU 30 SEPTEMBRE 2012

 

.

« Un devoir de mémoire pour Loigny » 

Le roman historique romancé de Jean-Louis Riguet retrace l’ambiance de l’époque, lors de cet épisode tragique, qu’a connu le village de Loigny-la-Bataille. – Vatel Gladys

À l’occasion de la publication de son premier roman Augustin, ma bataille de Loigny, aux éditions Dédicaces, Jean-Louis Riguet livre ses impressions, et déjà, ses nouveaux projets.

Entretien de jean-Louis Riguet avec Gladys Vatel Journaliste

Notaire de profession, comment êtes-vous venu à l’écriture ? Autodidacte, j’ai commencé à travailler à l’âge de 15 ans et demi. Après avoir obtenu l’examen aux fonctions de notaire, j’ai repris une étude notariale. J’ai toujours eu la passion de l’écriture, mais je n’ai jamais pu aller jusqu’au bout. Au décès de ma femme en 2004, j’ai recommencé à écrire puis tout s’est enchaîné. Thierry Rollet, un agent littéraire, a organisé un concours littéraire sur la guerre auquel j’ai participé. Et c’est ainsi qu’a commencé l’écriture de ce roman.

Pourquoi le choix de ce sujet ? Lors de mes fonctions de notaire, j’ai eu pour client, la famille Fougeron, propriétaire du château de Villeprévost, à Loigny-la-Bataille. L’un des ancêtres de cette famille a été le prédécesseur de mon étude notariale. C’est ainsi qu’a germé l’idée de coucher sur le papier, cette bataille sanglante en romançant les faits et en mettant en scène la famille Fougeron.

Pouvez-vous expliquer le contexte de cette bataille ? Lors de la Guerre de 1870, Loigny a connu des affrontements sanglants entre les franco-prussiens. Certes, cette bataille meurtrière du 2 décembre 1870, n’a duré qu’un seul jour mais cela a suffi pour dévaster la ville et faire 15.000 victimes. Le château de Villeprévost a été réquisitionné par les Prussiens et transformé en un hôpital de campagne. Dans ce roman, tous les faits historiques sont réels. La bataille est même racontée heure par heure. Cette bataille a marqué les esprits. C’est pourquoi, la ville a changé son nom. De Loigny, elle est devenue Loigny-la-Bataille. D’ailleurs, aujourd’hui, le devoir de mémoire se retrouve par ce changement de nom mais aussi par la création d’un musée.

Augustin occupe une place centrale dans votre roman. Quel rôle joue-t-il ? Augustin est l’ancien régisseur du château, maintenant à la retraite. Lorsque le château a été réquisitionné, Augustin s’est occupé des blessés. De là, il va se livrer à des confidences sur la vie au château avant la bataille. Augustin est entouré des propriétaires du château, Émile et Marie-Amélie Fougeron, et d’un autre couple au service du château qui adoptera un enfant, Louise. Malgré les épisodes meurtriers, une romance amoureuse va naître.

Avez-vous d’autres projets d’écriture ? J’ai écrit mon autobiographie, La vie en archives d’un petit gars, qui sera publié en 2013 en France, mais qui est d’ores et déjà parue pour une oeuvre humanitaire à Bethléem. J’ai un autre roman en cours d’écriture, qui allie humour et suspens. Mon prochain projet sera d’écrire un recueil de nouvelles.

.

…..

Le samedi 19 octobre 2012, Gaël PENIN recevait, sur les ondes de France Bleu Orléans, Françoise qui avait lu mon roman AUGUSTIN ma bataille de Loigny, dans les chroniques Auditeurs-Découvreurs.

Françoise raconte son ressenti en une minute et demie.

Augustin n’a pas à en rougir et remercie très sincèrement Françoise.

.

…..

….

.

ÉCOUTEZ LA CAPSULE À FRANCE BLEU ORLÉANS

Jean-LouisRIGUET_FranceBleue_2012-10-13.mp3

Editions Dédicaces | 17 octobre 2012 at 18 h 18 min | Catégories: – PresseEd. Dédicaces | URL: http://wp.me/pN99S-1FR

.

L’auteur Jean-Louis Riguet diffuse sa première chronique sur le patrimoine de son roman à la radio de France Bleu Orléans

12 NOVEMBRE 2012 

Aujourd’hui à 13h30 France Bleu Orléans, l’auteur Jean-Louis Riguet diffuse sa première chronique (1’30) sur le patrimoine de son roman « AUGUSTIN ma bataille de Loigny ». Il y sera évoqué Orléans en 1850-1900. La prospérité de cette ville, qui est la 10ème ville de France par sa richesse à l’époque. La Loire qui, grâce à ses bateaux, les gabarres, transporte les produits des îles colonies sucrières depuis Nantes et d’autres vins et matériaux depuis Roanne jusqu’à Paris en empruntant ensuite le canal, avec le vinaigre et la moutarde d’Orléans. L’arrivée du train en 1843 qui fait perdre à la ville son statut de ville douanière et entraîne son déclin. La défaite de Sedan le 4 septembre 1870. Les rescapés affluent à Orléans et les Prussiens et les Bavarois occupent Orléans. La population orléanaise prend en charge ces réfugiés.

Demain mardi même heure, il sera évoqué l’Armée de La Loire commandée par le général d’Aurelle de Paladines avec un orléanais le général Peytavin. Partie de La Ferté Saint Aubin, l’armée de la Loire intensifiera les combats en Beauce, en Forêt d’Orléans, et même jusque sur la Place du Martroi à Orléans même. Pour libérer Orléans, Monseigneur Dupanloup, l’Évêque d’Orléans et Adolphe Crespin, le maire de la ville, devront négocier et verser une rançon de 1.000.000 de francs de l’époque, somme qui a dû être réunie en deux jours.

Mercredi, même heure, il sera évoqué l’Armée de la Loire qui boutera au dehors de la ville les bavarois et combattra de Châteaudun à Artenay en passant par Patay. En même temps, même un peu avant, Gambetta devra rejoindre une partie des ministres siégeant à Tours pour organiser la défense. Il devra passer au-dessus des troupes bavaroises. Il le fera en ballon. Il décidera d’une nouvelle offensive contre les armées allemandes. Mais auparavant, il ceinturera Orléans de batteries. En face, les armées allemandes se regroupent.  Le 1er décembre, la bataille s’engage. Le 2 c’est la bataille de Loigny.

Les deux autres chroniques auront lieu jeudi et vendredi à la même heure.

Nous vous rappelons que Jean-Louis Riguet a récemment publié son tout premier roman, intitulé : « Augustin, ma bataille de Loigny » paru aux Éditions Dédicaces.

logo-dedicaces_vip-2

.

Jean-Louis Riguet en entrevue à la radio de France Bleu Orléans

Posted: 26 Sep 2012 09:06 AM PDT

Le 7 septembre dernier, Jean-Louis Riguet obtenait une entrevue à la radio de France Bleu Orléans, en France. Dans celle-ci, ce dernier nous parle de son tout premier roman, intitulé : “Augustin, ma bataille de Loigny“, paru aux Éditions Dédicaces. Jean-Louis Riguet est né en 1947 dans le Poitou. Autodidacte, il embrasse sa vie professionnelle à l’âge de 15 ans. Pendant 50 ans, de la Vienne jusqu’à Orléans en passant par l’Eure-et-Loir et Paris, il reste au service du notariat français avant de se consacrer à l’écriture. Jean-Louis Riguet prépare actuellement la sortie d’un deuxième roman, intitulé : “La Vie en Archives d’un petit gars”.

ÉCOUTEZ L’ENTREVUE À

FRANCE BLEU ORLÉANS

Lien– EntrevuesEd. Dédicaces

 

Obtient un article d’Edwige FRAIN dans CICLIC

AUGUSTIN est référencé dans le Réseau du Livre et de la Littérature en Région Centre – CICLIC.

Cet article annonce mon roman sur ce site :

http://tinyurl.com/8dndxpj

Un grand merci à Edwige.

.

.

AUGUSTIN ma bataille de Loigny, un roman de Jean-Louis RIGUET

en vente à :

www.dedicaces.ca

Amazon.CA : www.amazon.ca/gp/product/1770762159

Abebooks.FR : www.abebooks.fr/servlet/BookDetailsPL?bi=8210382269

http://www.lulu.com/shop/search.ep?keyWords=augustin+ma+bataille+de+loigny&categoryId=200167

.

et aussi

En Région Centre, il est possible de se procurer

AUGUSTIN ma bataille de Loigny de Jean-Louis RIGUET

dans les points de vente suivants :

.

Au Château de Villeprévost

Commune de TILLAY LE PENEUX (28)

.

Librairie Volte Pages

31 Place Louis Sallé

45160 OLIVET

FRANCE

Tél. : 02.38.88.23.59

.

Maison de la Presse de Janville

M. Christian NAOUR

8 Place Georges Clémenceau

28310 JANVILLE

FRANCE

Tél. : 02.37.90.04.95

.

Laured-Eurl

8 Place Eglise
41240 Ouzouer-le-Marché
FRANCE

Tél.: 02.54.82.52.57

.

Maison de la Beauce

Place de Beauce

28140 Orgères-en-Beauce

FRANCE

Tél. : 02.33.99.75.58

.

LIBRAIRIE L’ESPERLUETE

10 rue Noël Ballay à 28000 CHARTRES

.

Si le roman n’est pas sur place, les responsables sauront où se le procurer.

.

.

Liens :

http://dedicaces.org/2012/08/05/augustin-ma-bataille-de-loigny-chez-dedicaces/

http://dedicaces.org/2013/02/24/actualites-daugustin/

http://jean-louisriguet-librebonimenteur.wordpress.com/

http://nouvelles-masquedor.e-monsite.com/

Jean-Louis RIGUET

Membre de la Société des Gens de Lettres et du Bottin International des Professionnels du Livre

Sociétaire de la Maison des Ecrivains et de la Littérature

.

Publié par Laisser un commentaire

Augustin à L’Esperluète

.

AUGUSTIN ma bataille de Loigny sera en signature

le samedi 22 juin 2013 à 15 heures

à la LIBRAIRIE L’ESPERLUETE

10 rue Noël Ballay à 28000 CHARTRES

.
Augustin, ma bataille de Loigny

.

Rencontres

.

Commentaire de L’Esperluète

.

Augustin, ma bataille de Loigny

Jean-Louis Riguet, libre bonimenteur

samedi 22 juin 2013 à 15h00, L’&

L’action se déroule pendant la Guerre de 1870. Une bataille meurtrière s’est déroulée le 2 décembre à Loigny, devenue par la suite Loigny la Bataille, en Eure-et-Loir, voyant s’affronter d’un côté les Prussiens et les Bavarois et de l’autre L’Armée de la Loire.
À côté de Loigny, se dresse le château de Villeprévost qui a été réquisitionné par les Prussiens et transformé en hôpital de campagne. La particularité de ce château est d’être toujours la propriété de la même famille, les Fougeron, dont l’un des ancêtres a été le prédécesseur de l’auteur dans son étude.
L’auteur a imaginé des personnages vivant cette période et racontant leur version de cette bataille sanglante en mettant également en scène des personnages réels ayant vécu à l’époque. Une romance naîtra dans ce contexte.
Tous les faits historiques relatés sont exacts, pour certains à l’heure près. L’ambiance de l’époque est relatée avec une certaine vraisemblance selon l’auteur de la préface, Hervé Fougeron.

 

Liens :

http://dedicaces.org/2012/08/05/augustin-ma-bataille-de-loigny-chez-dedicaces/

http://dedicaces.org/2013/02/24/actualites-daugustin/

http://librebonimenteur.net/

http://nouvelles-masquedor.e-monsite.com/

http://www.scribomasquedor.com/

.

Jean-Louis RIGUET

Membre de la Société des Gens de Lettres et du Bottin International des Professionnels du Livre

Sociétaire de la Maison des Ecrivains et de la Littérature

Publié par 4 commentaires

Signature à L’Esperluète

AUGUSTIN ma bataille de Loigny sera en signature

le samedi 22 juin 2013 à 15 heures

à la LIBRAIRIE L’ESPERLUETE

10 rue Noël Ballay à 28000 CHARTRES

.

Première couverture Augustin
Première couverture Augustin

.

Liens :

http://dedicaces.org/2012/08/05/augustin-ma-bataille-de-loigny-chez-dedicaces/

http://dedicaces.org/2013/02/24/actualites-daugustin/

http://librebonimenteur.net/

http://nouvelles-masquedor.e-monsite.com/

http://www.scribomasquedor.com/

.

Jean-Louis RIGUET

Membre de la Société des Gens de Lettres et du Bottin International des Professionnels du Livre

Sociétaire de la Maison des Ecrivains et de la Littérature

.

Publié par Laisser un commentaire

Chapitre 2 Augustin

Première couverture Augustin
Première couverture Augustin

.

Extrait d’AUGUSTIN ma bataille de Loigny

Intégralité du chapitre 2

.

 

 

 

 

2

Les Prémices

Les jours s’étirent lentement pour qui n’a rien à faire de particulier. Je me promène dans les chemins alentour en humant l’air du moment. Il m’arrive de pousser sur plusieurs kilomètres mes pas, de m’asseoir sur une borne ou un petit tertre et de rester là à contempler la nature, à laisser vagabonder mon imagination. En cette période incertaine, mes rêveries sont souvent interrompues par les coups de canons ou les bruits des chevauchées des cavaliers militaires. Parfois, c’est réel. Parfois, c’est imaginaire. Souvent, je me laisse tellement aller que l’imaginaire est plus réel que le réel n’est imaginaire. Quand ce ne sont pas les canonnades qui me réveillent, ce sont des ouvriers agricoles ou des anciens collègues qui me demandent ce que je fais là, seul, dans la campagne, à rêvasser, avec tout ce danger qu’il y a dans le secteur. En général, je ne réponds pas, je continue. Aujourd’hui, mes pas m’ont porté à côté de chez moi, sur ma bille de bois.

Sans effort, je suis remonté en arrière, dans le temps de jadis. Je me souviens d’un épisode de ma vie. Monsieur Emile m’a conté qu’avant ma naissance, en 1756, Charles Le Juge, Seigneur de Villeprévost, a restauré et agrandi la construction. Il a aussi construit le parc en se faisant conseiller par un jardinier de Versailles, élève de Le Nôtre. Après bien des travaux et des vicissitudes financières, il en sort ruiné en 1784. N’ayant pas trouvé d’autre solution pour payer ses dettes, il vend sa propriété à Armand-François Fougeron qui est, à cette époque, Conseiller du Roi au Châtelet d’Orléans. C’est ce même Châtelet qui donne son nom aux notaires d’Orléans comme il y a les notaires du Châtelet à Paris. En novembre 1870, c’est encore cette famille qui en est propriétaire et qui, par voie de conséquence, se trouve être ma patronne. Je suis aux ordres de ses descendants Émile-Adrien Fougeron et de son épouse Marie-Amélie, après l’avoir été à ceux de Monsieur Armand-François, pendant quelques années.

Installé sur ma bille de bois, je me laisse aller dans les méandres de mes souvenirs. J’aime à me promener dans la cour et le parc, fouler les pelouses bien vertes, en forme de « Boulingrins », dominées par un magnifique platane plus vieux que moi, flâner dans le colombier à pied construit trois cents ans avant ma naissance. Sa toiture est en double pente. Une échelle tournante me permet d’aller visiter plusieurs centaines de « Boulins », ces appuis-niches dont les pigeons font leurs nids. Je passe de grands moments à contempler le cadran solaire horizontal accroché sur une colonne dans le parc. Je l’ai vu construire sur une plaque de zinc, il y a une trentaine d’années, en 1839. C’est l’œuvre du Docteur Edmond Modeste Lescarbault, médecin à Orgères-en-Beauce, enfant du pays, passionné de gnomonique et d’astronomie. Il fit la découverte de Neptune en 1846. À ce moment-là, il ne savait pas encore que sa passion le ferait mourir vieux et ruiné en 1894, après avoir néanmoins laissé plus de cent cinquante ouvrages et manuscrits.

Le dimanche, ou le soir en semaine, venu, après le travail journalier, je me promène, soit seul, soit avec mon épouse, Émilienne, de deux années plus jeune que moi. Nous nous sommes rencontré par hasard, un soir de bal à Orgères-en-Beauce. Nous nous sommes plu tout de suite. Depuis, nous ne sommes plus jamais quittés. Cela fait quarante-cinq ans désormais. Certain soir, Émilienne m’accompagne sur l’allée verte, puis nous bifurquons vers tel ou tel autre but non fixé à l’avance. De la cour d’honneur, une ligne toute droite aboutit à une échancrure dans le mur par laquelle l’on voit, chaque année, le soleil disparaître à l’horizon, le soir du 15 août. Ce jour-là, c’est la fête de la femme de Charles Le Juge, le précédent propriétaire. Nous l’avons bien connue et depuis, chaque soir du 15 août, nous allons voir le soleil descendre puis s’éteindre au loin dans le ciel. C’est une sorte de pèlerinage annuel que nous ne manquerions sous aucun prétexte. Malgré le contexte inquiétant cette année, nous l’avons fait le 15 août dernier. Il faisait beau ce soir-là. Nous en avions profité longuement.

Fin août ou début septembre, je ne sais plus, nous avons entendu parler d’une dépêche qui allait mettre le feu aux poudres. On n’a jamais su très bien de quoi il s’agissait, car nous n’avons les nouvelles que par oui dire. C’est souvent Monsieur Fougeron qui nous informe, quelquefois on nous donne une feuille de journal. Toujours est-il que Napoléon III a fini par déclarer la guerre à la Prusse à la suite de cette dépêche. C’est sûrement la faute à Bismarck qui, ayant besoin d’une guerre pour retrouver l’unité perdue de son peuple, a déformé les propos contenus dans la dépêche d’Ems pour provoquer Napoléon III qui se prend au jeu. Ce dernier se lance dans l’aventure alors que son armée n’est pas préparée. Dès le départ, le combat est inégal. D’un côté, l’alliance germano-prussienne compte 800.000 hommes, de l’autre côté, la France ne peut en aligner que 250.000. Il faut un mois et demi, à peine, pour que les armées prussiennes encerclent Sedan et capturent Napoléon III qui capitule et est fait prisonnier. Alors, l’Assemblée législative proclame la fin de l’Empire et le début de la Troisième République. Paris se retrouve encerclé par les troupes prussiennes. Nous sommes en septembre 1870. Je ne sais pas encore que le gouvernement provisoire de la France acceptera de payer une forte indemnité, la présence d’une armée d’occupation, la cession de l’Alsace et d’une partie de la Lorraine, en échange de la Paix. En 1871, la défaite française sera concrétisée par l’évacuation de Verdun par les troupes allemandes et la France, certes plus petite, recouvrera son autonomie. Cela, je ne l’apprendrais que bien plus tard, après qu’il nous fut arrivé toutes sortes de péripéties.

L’après-midi écoulé au rythme de mes pérégrinations, mes pensées étant revenues en accord avec le présent vivant, ce soir, 9 novembre 1870, nous, Émilienne et moi, avisons un banc sur lequel nous allons nous asseoir, la main dans la main comme autrefois, quand nous étions jeunes. C’est une occasion à ne pas manquer qui nous permet d’échanger, dans un moment de calme qui est en opposition avec l’activité de la journée. En effet, depuis quelques jours, on imagine, on sent, on sait qu’il va se passer quelque chose. Ce sera dur, tragique, sanglant. La plaine en est consciente, complètement imprégnée et dans l’attente. Elle ne sait pas ce qu’elle attend. Mais elle sent qu’elle va payer. Quoi ? Elle ne devine pas. Elle n’imagine pas. Elle ne veut pas. Elle subira comme d’habitude. Quand les hommes décident d’en découdre, rien ne les arrêtent. Au loin, le canon tonne. On sent bien que l’atmosphère est à la guerre. Les mouvements de troupe nous sont rapportés. Des batailles ont lieu vers l’ouest. Et aussi à Orléans. Mais notre petit secteur local est pour l’instant un peu épargné.

– Tu sais, Augustin, je suis très inquiète de la situation actuelle, dit doucement Émilienne.

– Moi aussi, je suis inquiet. La situation n’est pas bonne. Toutes les nouvelles qui nous viennent d’Orléans sont mauvaises. Ces dernières années, nous avons vu beaucoup de choses au niveau national. Par exemple, en février 1848, à l’arrivée d’un train du matin, les Orléanais ont appris que Paris s’était soulevé. Notre jeunesse, si calme d’habitude, a cassé des réverbères. Ces manifestations violentes ont entraîné la dissolution du Conseil Municipal, alors que des travaux importants avaient été entrepris pour lutter contre le chômage. Les ateliers ouverts à cette occasion n’ont pas tenu. Ils ont connu la ruine.

– Je m’en souviens, continue Émilienne. Le fils du père François, tu sais François le boiteux, a été du voyage lui aussi. Quatre mois qu’il a travaillé, puis, hop, le chômage. Tu parles d’une affaire !

– Après, en décembre 1851, c’est Louis-Napoléon qui a fait son coup d’État. Après avoir appris l’annonce, tu te souviens, quatre cents Orléanais ont envahi la mairie. Ils avaient tous une inscription au chapeau. « Constitution Républicaine » qu’il y avait de marqué dessus. Le Général Grand n’a pas fait de détail. Il a envoyé ses soldats. Il en a fait arrêter cinquante-trois. Heureusement que le Second Empire s’est révélé plus tranquille dans notre région. On a même connu un peu de richesse. Orléans a conservé son député pendant dix-sept ans, le même. Tu te souviens, on ne pouvait plus se déplacer dans Orléans sans être ennuyé par des travaux. Tout y est passé : l’eau potable, le pavage des rues, les canalisations et les égouts, un lycée, les mails. Même l’Évêque a vu le clocher de sa cathédrale Sainte-Croix refait avec en dessous la pose des vitraux du chœur. Également, la Place du Martroi a vu sa statue de Jeanne d’Arc changée en 1855.

– C’est bien vrai que c’était un drôle de chantier à cette époque. On ne savait pas où garer sa carriole ni laisser son cheval. C’est un peu plus tôt que le train est arrivé à Orléans. En 1843. On avait tous peur de cette grosse bête de fer qui faisait du bruit et crachait de la vapeur à qui mieux mieux. C’est depuis ce temps qu’Orléans décline. C’est le Chemin de Fer qui a tout cassé.

– Auparavant, Orléans était une ville très prospère. La dixième ville, peut-être même la neuvième, la plus riche de France ! Aujourd’hui, en 1870, le classement a baissé, à peine la quinzième, peut-être même pas, je ne sais pas. La ville a complètement raté la croissance qu’il y a eu dans la France entière et même, si on va par-là, la croissance de l’Europe. Les entreprises ont toutes fermé leurs portes pour la plupart. Avant, Orléans était un point de passage obligatoire entre La Loire et la Seine, par l’intermédiaire des canaux. Tout le sucre des Antilles remontait jusqu’à Orléans où il y avait le poste de douane. Les Nantais n’étaient pas contents de cette situation. En revanche, nous, on en a profité pendant de belles années. Certes, la navigation sur la Loire n’était pas de tout repos. Elle était, elle est d’ailleurs toujours, très difficile à cause de ses sautes d’humeur. Mais les mariniers de Loire y arrivaient. Depuis Nantes, ils transportaient du sel, des ardoises d’Angers, du sucre des Îles et ils descendaient du vin de Touraine. Du Midi, par Roanne, arrivaient des vins, du charbon et diverses marchandises. Et tout ça était transformé, raffiné, puis envoyé et marchandé sur Paris. Par contre, depuis que le train nous relie à Paris et aussi relie les autres villes d’importance entre elles, les industries de transformation, les vinaigreries, les raffineries, les bonneteries, les maisons de commerce ont fermé leurs portes. Leurs propriétaires et dirigeants ont préféré aller à la chasse en Sologne avec le magot qu’ils avaient accumulé auparavant. C’est-y pas malheureux !

– Oui, tout s’est effondré. Il n’y a plus de grand négoce à Orléans. Ah, tiens, voilà Monsieur et Madame Fougeron qui prennent le frais eux aussi. Bonsoir, Madame, Bonsoir, Monsieur.

– Bonsoir, Émilienne, bonsoir, Augustin. Il fait bon ce soir, vous avez bien raison de profiter de cette douceur de novembre, car cela ne va pas durer. Le brouillard est froid le matin.

– Bonsoir, Madame, bonsoir, Monsieur, dis-je. Merci. C’est vrai que nous en profitons et puis, dans un moment, nous irons manger la soupe. Avec l’Émilienne, on parlait de la situation qui nous inquiète beaucoup. Surtout que l’on ne sait pas tout et que l’on ne comprend pas tout.

– Vous avez raison. Avec tous ces changements, on ne sait pas où l’on va. La République, la Troisième, vient d’être proclamée en septembre, après la défaite de Sedan, et nous sommes toujours en guerre. En province, les responsables politiques sont plutôt favorables à une paix avec les Prussiens, mais ce ne semble pas être le cas de Gambetta qui organise une défense nationale. Il est en train de faire un tour de France. Comme l’armée prussienne assiège Paris depuis septembre dernier, il a été obligé de partir en ballon, « l’Armand Barbès », pour rallier Tours. Il a mis une journée entière. Avec la délégation gouvernementale, Gambetta a ordonné l’organisation de l’armée de La Loire à partir de diverses troupes, les rappelés d’Algérie, les soldats des dépôts, les réservistes. C’est le général Joseph Edouard de La Motte-Rouge qui la commande, mais il a peu d’officiers ayant déjà servis, avec des soldats sans grande expérience et une toute petite artillerie. Je ne donne pas bien cher du succès de cette aventure. D’ailleurs, depuis, l’ennemi s’approche d’Orléans. Je ne sais pas si vous savez, mais les troupeaux ont été emmenés sur la rive gauche de la Loire. Le Général De Polès commande. Le général Peytavin assurait la défense d’Orléans. Depuis, il a été remplacé par le général Faye.

Un énorme éclatement d’obus se fait entendre. Plus près que les autres. En effet, pendant que l’on reste là à deviser calmement, le canon gronde tout alentour, principalement dans la direction de Châteaudun et aussi à l’opposé, du côté de Pithiviers.

– 10 ou 12 kilomètres d’ici. C’est la distance que j’estime de cet obus. Au son, je crois qu’il s’agit d’un tir des prussiens, reprend Monsieur Fougeron. Il ne reste plus que deux ponts à Orléans. La ville a été laissée aux soldats. Des combats ont lieu dans la forêt d’Orléans. Pithiviers est tombée. Puis, le général de Lamotte-Rouge a pris le commandement, à la suite d’un cafouillage au niveau le plus haut, pour défendre de nouveau la ville. Il a ordonné une offensive sur Toury et repoussé les Prussiens en dehors du Loiret sur le territoire de l’Eure et Loir. Il y a des combats sur Artenay, Cercottes, sur tout le côté nord-est de chez nous. Nous sommes entourés de toute part. Les forces sont inégales. Le Général Von der Tann dispose de 15000 bavarois et de cent canons. Lamotte-Rouge n’a que 10000 hommes et une vingtaine de canons.

– Effectivement, la différence est sensible et pas à notre avantage, me permets-je de dire. Pourtant, on entendait moins les canons ces derniers jours. On croyait que c’était plutôt sur Orléans que les combats étaient plus fournis. On espérait être épargnés.

– Vous avez raison. C’est Orléans qui trinque, si je puis dire, en ce moment. Les Bavarois ont envahi la ville, ont pillé les épiceries, saccagé tous les commerces de bouche. Le général Von der Tann exige d’ailleurs une rançon. 1500000 francs, je crois, plus 500000 réquisitions en nature. À la suite de négociations entre les Bavarois, qui sont catholiques, et Monseigneur Dupanloup, notre archevêque, avec Adolphe Crespin, en raison de la correspondance épistolaire qu’il entretient avec la reine de Prusse, le général Von der Tann a réduit ses prétentions à 1000000 Francs. Le maire d’Orléans a mis deux jours pour réunir la rançon et pour payer.

– Alors, comme ça, dit Émilienne, on va capituler devant les Prussiens ! On ne va pas riposter ! Et en plus, ils vont nous mettre à l’amende !

– Ce n’est pas si simple, dit Monsieur Fougeron. L’armée de la Loire s’est repliée du côté de la Ferté-Saint-Aubin. Aujourd’hui, c’est Aurelle de Paladines qui est à sa tête. Il a l’appui de quelques francs-tireurs. Il contre-attaque à l’ouest et à l’est, en ce moment même. Les troupes font le maximum pour bouter dehors les Prussiens, mais elles sont fatiguées, mal armées et l’artillerie fait défaut.

– Il commence à faire froid, dit Madame Fougeron. J’aimerais que nous puissions rentrer.

– Oui, bien sûr. Bonsoir, Émilienne, bonsoir Augustin.

– Bonsoir, Madame, bonsoir, Monsieur, nous allons rentrer, nous aussi. Je crois que l’on va faire un feu en attendant que chauffe la soupe. Tu viens, Émilienne, on va rentrer chez nous.

Sur le chemin du retour, Émilienne me dit :

– Tu as vu comme ils étaient bien habillés ?

– Oui, j’ai vu, dis-je dubitatif.

C’est vrai qu’ils sont toujours bien vêtus, Monsieur et Madame Fougeron. Madame suit à peu près la mode qui nous vient de Paris, du moins celle dont nous pouvons avoir connaissance. Ses robes ont une certaine élégance, faite de simplicité, en soie ou en toile, mais sans ornement. Les corsages se portent sur les épaules, sans jabot ou dentelles. Peu à peu, nous avons vu la crinoline remplacer le jupon. Monsieur revêt des habits noirs, avec une veste large sur une chemise ornée d’une cravate blanche jusqu’au col. Entre les deux, il porte un gilet droit discrètement bardé de boutons. Son pantalon est droit et ses bottes noires sont vernies. Quand il fait froid, il recouvre le tout d’un paletot ou d’une redingote.

Au fil du temps, en regardant Madame Fougeron, Émilienne me fait remarquer que le drapé revient pour les robes, les capes, châles et capelines, que les chapeaux s’élargissent et qu’il y a de plus en plus de bijoux. Les rayures font leur apparition, de même que les robes avec jupe et corsage cousus. Elle ne sait pas encore que, quelques années après, la robe s’ajuste au corps, les chapeaux reviennent petits, garnis de fleurs ou de voiles. Alors, les manteaux s’allongent et se portent assortis à la robe. Pour les hommes, la tenue reste sobre, gagne en ampleur. Le nœud papillon arrive. La coiffe est toujours le haut-de-forme noir.

Nous restons silencieux à l’évocation des beaux atours. Évidemment, Émilienne et moi ne peuvent envisager, un seul instant, de se vêtir ainsi. Notre pauvreté est grande et notre richesse petite. Mais nous n’envions pas. Nous contemplons simplement. Cela ne coûte rien.

Chez nous, ce n’est pas bien grand. Dans une branche des communs, Monsieur Fougeron nous a autorisés à occuper deux pièces sans confort. Une grande salle de séjour au centre de laquelle trône une grande table en bois d’arbre, bien épaisse, qu’escortent deux grands bancs en bois aussi. Ce sont des bancelles, avec des empiètements en biais groupés par deux et solidifiés par une barre transversale. Les deux paires d’empiétements sont elles-mêmes solidifiées par une barre transversale.[1] Sur le pignon, une grande cheminée permet non seulement de chauffer les deux pièces mais aussi de cuire. Un buffet en noyer noueux habille un mur. L’autre pièce est affectée à la chambre à coucher, qui ne reçoit qu’un lit sans sommier, une paillasse pas bien large pour que l’on puisse avoir chaud en se serrant l’un contre l’autre. Deux trépieds en cerisier noueux nous servent de reposoir de chaque côté du lit. On s’éclaire à la bougie et on a l’eau du puits. Une espèce de placards permet de poser nos quelques hardes. C’est presque le luxe, car notre logis est pris dans les communs du château.

– Augustin, tu as entendu ce qu’a dit Monsieur Émile : la troupe va bientôt venir jusque chez nous puisque l’armée de la Loire attaque vers l’ouest d’Orléans.

– Oui, je crois que nous allons y avoir droit assez rapidement, sûrement dans les jours qui viennent. Je ne sais pas ce que décideront alors de faire Monsieur et Madame Émile. Si tu allais chercher Ferdinand et Ernestine, nous pourrions prendre la soupe ensemble et les informer des nouvelles.

– C’est une bonne idée. Je vais les chercher. Je reviens. Tu n’as qu’à mettre les assiettes sur la table quand ton feu sera bien pris. La soupe sera vite prête.

Émilienne enfile un vêtement chaud et s’élance dans la cour. Ferdinand et Ernestine habitent aussi une partie des communs du château avec leur fille Louise. Ferdinand a eu quarante ans cette année. Il est à la fois jardinier, chargé de l’écurie, des animaux, des carrioles. C’est un domestique attaché au château. C’est un homme à tout faire. Un peu comme moi, quoique j’étais plus sur la ferme et la marche de celle-ci. Sa femme, Ernestine, a deux ans de moins que son mari. Elle est la cuisinière du château. Leur fille, Louise, qui vient d’avoir vingt ans, est au service de Madame Fougeron pour tout ce qui se trouve à l’intérieur de la gentilhommière. Nous nous entendons bien et c’est tant mieux car les adversités ne manquent pas.

Après avoir mis les assiettes sur la table, je vais chercher une bouteille de vin rouge d’Orléans-Cléry, élevé de l’autre côté de la Loire, quelques noix, des châtaignes cuites de ce matin et un jus de pommes de Semoy pour Louise. Déjà, Émilienne revient.

– Ils arrivent dans un quart d’heure. Cela leur fait plaisir de venir discuter un peu. De plus, Ernestine n’avait pas encore commencé à faire à manger. Elle est contente de l’aubaine.

– Tant mieux, et nous, nous passerons une bonne soirée.

Tandis qu’Émilienne s’affaire pour faire chauffer la soupe, je me mets en peine de casser avec un petit marteau la coque de quelques noix et de décortiquer la peau des châtaignes. Au bout de quelques minutes, nos voisins arrivent avec leur bonne humeur mais aussi leur appréhension des événements.

– Bonjour, Augustin, dit Ferdinand, comment vas-tu depuis hier. Je ne t’ai pas vu aujourd’hui. Où étais-tu donc passé ?

– Je suis allé voir le grand champ de l’autre côté de la route pour savoir ce que l’on pourra bien y semer le moment venu. Il m’a fallu réfléchir un peu. Normalement, la première année on récolte des céréales d’hiver, la deuxième année des céréales de printemps et la troisième c’est la jachère. Cependant, je crois que pour ce champ, cela fait trois ans qu’il est en jachère. Je pense qu’il ne sera pas mal pour le blé d’hiver.

– Tu as raison, cela doit bien faire trois ans. Mais, ce n’est pas un peu tard pour le blé d’hiver ?

– Si, c’est trop tard. Je vais devoir prendre la décision de faire du blé ce printemps.

– À condition que l’on y arrive au printemps, Augustin, avec tout ce qui se passe en ce moment, réplique Ernestine. Bonjour, tu vas bien ?

– Oui, bonjour, Ernestine. Ah ! Louise, bonsoir, tu embellis de jour en jour.

– Veux-tu te taire, Augustin ! Espèce de gros dragueur, ce n’est plus de ton âge, monte la garde aussitôt Émilienne.

– Bonsoir, Augustin, merci pour le compliment, susurre Louise.

C’est vrai que la petite, comme on l’appelait autrefois, a bien profité. Elle n’est pas très grande mais est devenue bien gironde. Elle a ce qu’il faut là où il faut, le sait et ne se gêne pas pour le mettre en valeur. Elle a des cheveux châtains foncés longs jusqu’aux épaules. Et des yeux verts coquins, à faire damner un saint. Sans oublier ces petites fossettes qui lui font un sourire taquin. Louise n’est pas exactement la fille d’Ernestine et Ferdinand. Malheureusement, ils n’ont pas pu avoir d’enfant. Elle n’a pas été adoptée par eux non plus. Elle a été recueillie quand elle n’avait pas encore un an. On avait appris depuis cette période où Ferdinand l’avait trouvé dans le fossé que sa mère était décédée suite à ses couches. On ne lui connaît pas de père. Sûrement une aventure d’un soir, féconde hélas ! Louise a de temps en temps un ami de trois ans son aîné. Fernand qu’il s’appelle. Il est garçon de ferme et réside provisoirement au château, dans une mauvaise pièce aménagée au-dessus des écuries. Les relations entre Louise et ses parents nourriciers, si l’on peut dire, ne sont pas faciles. Louise a son caractère et Ernestine aussi. Ils font avec.

– Alors, Augustin, quelles sont les nouvelles ? Je vous ai vu parlé avec Monsieur Émile tout à l’heure, je suppose qu’il avait des informations, questionne Ferdinand.

– Elles ne sont pas fameuses. Orléans est à la peine. Des magasins ont été pillés. Les Bavarois occupent la ville. Gambetta fait des voyages en ballon pour prendre des décisions avec la délégation gouvernementale. Mais le succès est rare. Il y a eu une bataille à Artenay, perdue. Il y a eu une bataille à Coulmiers, perdue. Il y a eu une bataille à Orléans, perdue. Même les troupeaux sont passés au sud de la Loire. Pithiviers est tombée. Il n’y a qu’à Toury que l’on a repoussé l’ennemi. Pour l’instant, nos soldats seraient du côté de La Ferté-Saint-Aubin.

– Pas réjouissant, tout cela… ! Pour nous remonter le moral, verse un verre de vin. Dans quelques minutes, les femmes, vous servirez la soupe et nous ferons chabrot.

– Non, mais, dis donc, nous ne sommes pas à tes ordres ! le rabroue Ernestine. Nous ferons comme nous le voudrons.

– Je disais ça pour vous taquiner un peu. Ne m’en veuillez pas ! s’excuse Ferdinand.

– Je ne sais pas ce que fera Monsieur Émile en cas d’attaque proche. Peut-être qu’il fera comme à la fin du siècle précédent ?

– Ben, qu’a fait le seigneur des lieux à l’époque ? Raconte-nous, nous nous coucherons ce soir moins bête.

– En janvier 1798, dans la nuit du 15 au 16 Nivôse An VI de la République, il y a eu l’affaire des « Chauffeurs d’Orgères ». C’est mon père qui m’a raconté cela, car je n’étais pas encore né et je n’étais même pas une lueur d’espoir dans le ventre de ma mère. Je suis de 1800 tout rond. En fait, c’était des brigands, une bande bien organisée. La Beauce, qui est tranquille aujourd’hui, mis à part la guerre prussienne, a eu des années sanglantes. Une véritable tribu terrorisa la Beauce.

– Continue, développe un peu, merci d’avance, demande Louise.

– La bande était composée d’hommes, de femmes et mêmes d’enfants. Ils tuaient, volaient, pillaient, assassinaient. Il y avait des chefs, des sous-chefs, des gardes-magasins, des espions. Les chemins étaient alors, à cause d’eux, devenus peu sûrs. Chaque membre de la bande savait ce qu’il avait à faire. Pour entrer dans les maisons ou les fermes, ils n’hésitaient pas à fracturer les portes, à escalader les murs, les toits, à défoncer les portes avec un bélier. Ils assommaient les gens, les bâillonnaient, les enfermaient dans les caves, parfois leur coupaient la gorge. Ils violaient les femmes et les jeunes filles. Ils avaient une technique bien particulière pour faire parler les victimes. Elle était imparable. Les brigands, dont la figure était toujours passée à la suie ou en tout cas avec quelque chose de noir, allumaient un feu, grand de préférence. Ils attrapaient le maître des lieux et lui chauffaient les pieds avec des tisons ou de la braise. Tout cela, dans l’espoir de faire parler la victime qu’ils avaient choisie. Ce qu’ils voulaient, c’était de l’argent. Si le maître des lieux ne parlait pas, ils passaient à la vitesse supérieure. Ils arrosaient alors ses pieds avec de l’eau-de-vie. Ils attrapaient, à deux, le malheureux qui se débattait comme il le pouvait, et présentaient ses pieds au-dessus de la flamme dans la cheminée. Après quelques brûlures et sûrement beaucoup de cris, la victime indiquait où se trouvait le butin. Il n’y avait pas d’échec.

– C’est t-y pas malheureux d’entendre ça quand même, se lamente Ernestine.

Après un moment de silence, pendant lequel les personnes autour de la table tentent de visionner ce que je viens de dire, je continue :

– Dans la grande tradition du banditisme sous l’ancien régime, c’était Fleur d’Epine qui avait fédéré une bande malfaisante. Il s’était installé à Orgères-en-Beauce. Dans cette période troublée par la Révolution, Fleur d’Epine s’est senti l’âme d’un politique et s’est acoquiné avec des conspirateurs royalistes. Il n’a pas eu grand avenir puisqu’il fut arrêté à Versailles en juillet 1792 et égorgé pendant les massacres de septembre. C’est alors que son bras droit, François Girodot, surnommé le « Beau François », prit la direction de la bande qui était forte d’environ quatre cents membres, dont un quart de femmes. S’appelant eux-mêmes les « Pingres », ils ont sévi de 1792 à 1798. La bande était superbement organisée. Le jour, les membres avaient des activités parfaitement respectables  au vu et au su de tout le monde.

– Comme quoi par exemple ? questionne Ferdinand.

– Je ne sais pas moi : des artisans, des commerçants. Que pourrais-je vous citer ? Attends… je réfléchis… des tonneliers, des vignerons,… des cafetiers, des charcutiers, des épiciers,… des forgerons, et même des ouvriers agricoles. Il y avait également des officiers, des prêtres, des instituteurs, et même un garde-champêtre. Vous vous rendez compte des officiers, un garde champêtre ! Tout ce petit monde faisait ses coups la nuit sous la direction du Beau François. Son bras droit était un homme d’une cruauté inimaginable. Il s’appelait « le Rouge d’Auneau ». La bande a ainsi écumé, pendant plusieurs années, les bourgeois, les châtelains, les gendarmes, parfois de pauvres bougres. Leur secteur d’activités était grand, particulièrement en Eure-et-Loir et dans le Loiret, toute la portion comprise entre Orléans, Chartres, Pithiviers et Marchenoir.

– Et cela a duré longtemps, interroge Ferdinand ?

– Tout a une fin bien sûr. Un jour, la bande a attaqué une ferme entre Pourpry et Sougy. Nicolas Fousset, le propriétaire d’un riche domaine, Le Millouard, fut torturé avec une telle violence qu’il en mourut quelques jours plus tard. Compte tenu de la qualité de cet homme, qui était très apprécié dans la région, et l’émotion dans la population étant très grande, une enquête fut diligentée avec beaucoup de sérieux sous la pression insistante des villageois locaux. Le commencement de la fin avait sonné pour les Chauffeurs d’Orgères. Un vagabond fut arrêté par les gendarmes, puis interrogé sans ménagement. Il craqua et indiqua qu’il faisait partie de cette bande. Le vagabond avait pour nom « Germain Bouscand » dit le « Borgne de Jouy ». Il ne résista pas longtemps et se montra assez loquace pour révéler des noms et des renseignements sur plus d’une centaine de personnes. Le Beau François a été arrêté une première fois, avec un de ses adjoints, à la foire d’Étampes en juillet 1797. Condamnés à quatorze ans de fers, tous les deux réussissent à s’évader début août mais furent repris le 3 mars 1798.

– Il semble à t’attendre dire les noms que les membres en aient eu de bariolés, dit Ferdinand. As-tu des exemples ?

– Il y avait là des personnes dont les noms sentent bon l’arnaque : « Fleur d’Épine », Nicolas Tincelin dit « Jacques de Pithiviers » ou le « Père des Mioches », Robert Jean-Bernard dit « Jean le Canonnier », François Ringuette dit « Le Rouge d’Auneau ». Attends un peu… Il y avait aussi Richard Jacques dit « Le Borgne du Mans » avec son visage vérolé… et aussi Madeleine Barruet dite « la Grande Marie » avec sa face vigoureuse,… ou encore François Théodore-Pelletier, avec son curieux faciès car sa tête avait été enserrée dans un carcan quand il était enfant pour diminuer l’ampleur de sa dentition.

– Cela me fait froid dans le dos, commente Émilienne.

– L’enquête fut dirigée par le Juge de Paix d’Orgères, qui n’était autre qu’Armand-François Fougeron, propriétaire du château de Villeprévost, celui-là même où nous nous trouvons. Notre Juge y mit tout son honneur personnel et désigna pour mener l’enquête une personne de Nogent-le-Rotrou, le commandant de brigade Vasseur. Mon père m’a dit que c’était un grand type, sans peur. Du haut de son mètre quatre-vingts, il avait acquis une aura de bravoure en arrêtant une bande de malfrats dans la Forêt de Senonches. Se fiant aux indications données par le vagabond, dit « Le Borgne de Jouy », et peut-être un peu aussi celles révélées par la femme Bire, notre commandant de brigade, avec l’aide de trente gendarmes et de soixante hussards, dont les pieds des chevaux avaient été enveloppés de chiffons pour limiter les bruits ambiants, s’est invité en flagrant délit dans un coup d’importance de la bande. Le résultat, après quelques heures de lutte, est l’arrestation, de nuit, dans le bois de Méreville, du Beau-François et d’une trentaine de ses compagnons. La bande avait prévu cette nuit-là l’attaque du château de Faronville, près de Toury, et de plusieurs fermes de la région. Normalement, il devait s’agir de la dernière grosse affaire du Beau François qui envisageait alors de changer de région.

– Alors ça, c’est quand même pas de chance pour lui, dit Ferdinand.

– Non, mais tu exagères, s’insurge Ernestine. C’était bien fait pour lui. Il n’allait quand même pas continuer éternellement. Excuse-moi, Augustin, continue.

– C’est le Juge de Paix du canton d’Orgères qui fut chargé de l’instruction de cette affaire sous le titre de « Chauffeurs d’Orgères ». Armand-François Fougeron, le Juge en question, avait été quelques années auparavant conseiller de Louis XVI. À la libération des geôles révolutionnaires, il était venu se faire oublier dans son château de Villeprévost. À cette période, le château était bondé de plusieurs centaines de personnes. En effet, les brigands, plus de trois cents, étaient parqués dans les caves. Bien entendu, ils n’y étaient pas tous en même temps car, même en les tassant les uns sur les autres, l’endroit, comme vous le savez, ne pouvait recevoir plus d’une quarantaine de personnes à la fois. Un détachement de gendarmerie et deux pelotons du Deuxième Régiment de Hussards montaient la garde. Les interrogatoires se déroulèrent pendant plus de trois mois, du 30 janvier au 2 mai 1798. Le chef, le « Beau François », fut interrogé le 10 février 1798. Son second, le « Rouge d’Auneau » réussit l’exploit de recevoir treize condamnations à mort et cent soixante-dix-huit années de bagne. Il y eut cent vingt-cinq jours d’enquête et plus de trois cents arrestations. Finalement, quatre-vingt-deux personnes ont été jugées à Chartres les 11 et 14 octobre 1799.

– Rien que cela ! Trois cents arrestations !

– Oui, trois cents. Devant la volonté de la puissance publique d’un retour à la paix civile, se voulant exemplaire, le procès des « Chauffeurs d’Orgères » se termina, le 4 octobre 1800 par la décapitation de vingt-trois bandits, hommes et femmes, habillés de la camisole rouge des parricides, sur l’échafaud construit sur la Place des Épars à Chartres, dans l’allégresse des centaines de Beaucerons présents, venus de toutes parts. C’était des cris de joie mais aussi des soupirs de soulagement. Ceux qui avaient échappé à la mort furent envoyés au bagne ou dans des maisons de force. Cependant, il y en avait un qui a échappé à ce supplice, c’est le « Beau François ». Il avait réussi à s’évader de la prison de Chartres.

– Il y a eu une justice en tout cas, approuve Ernestine. Mais lui, le « Beau François » n’en a rien subi, c’est-y pas malheureux !

– Plus tard, la justice a décidé de faire porter des masques mortuaires des vingt-trois condamnés à mort pour qu’ils soient exposés au château de Villeprévost. Ainsi, la population a pu être informée et édifiée sur cette exécution à caractère social.

– C’est curieux comme idée, commente Ferdinand. Je n’y aurais pas pensé.

– Pour la petite histoire, le Beau François avait réussi à s’échapper au cours de l’instruction. Mais il fut de nouveau arrêté le 22 novembre 1800 dans les Deux-Sèvres. Il a été fusillé sur place, sans sommation ni autre procès, avec une bande d’une dizaine de brigands, détrousseurs de diligences et autres passants sur les chemins du Poitou.

– Tant mieux, dit Émilienne, bon débarras.

Un silence, presque religieux, suit pendant plusieurs minutes. Puis, je reprends :

– Bon, dites-donc, je parle, je parle. Mais il commence à se faire tard, bientôt minuit. Il faut que nous allions nous reposer car nous ne savons pas comment demain sera.

– Merci, Augustin, pour cette narration pleine de détails. Je ne connaissais point cet épisode. Nous allons nous retirer avec l’Ernestine et la Louise. Merci, aussi Émilienne pour la soupe. Allez, bonne nuit à tous les deux.

– Bonne nuit à vous aussi, à demain.

Après un bout de rangement de la table, Émilienne s’éloigne lentement vers la chambre, un brin coquine. Elle s’empresse ensuite, dès mon corps allongé à côté du sien, de mettre à exécution sa pensée lubrique et d’entreprendre des « agueroinchettes » (caresses) pour mon plus grand bien.


[1] D’après l’œuvre de Gaston Couté.

.

AUGUSTIN ma bataille de Loigny, un roman de Jean-Louis RIGUET,

en vente par internet à :

www.dedicaces.ca

Amazon.CA : www.amazon.ca/gp/product/1770762159

Abebooks.FR : www.abebooks.fr/servlet/BookDetailsPL?bi=8210382269

en vente en librairies en Région Centre :

.

Maison de la Presse de Janville

M. Christian NAOUR

8 Place Georges Clémenceau

28310 JANVILLE

FRANCE

Tél. : 02.37.90.04.95

.

Maison de la Beauce

Place de Beauce

28140 Orgères-en-Beauce

FRANCE

Tél. : 02.33.99.75.58

.

Librairie Volte Pages

31 Place Louis Sallé

45160 OLIVET

FRANCE

Tél. : 02.38.88.23.59

.

Liens :

http://dedicaces.org/2012/08/05/augustin-ma-bataille-de-loigny-chez-dedicaces/

http://dedicaces.org/2013/02/24/actualites-daugustin/

http://librebonimenteur.net/

http://nouvelles-masquedor.e-monsite.com/

http://www.scribomasquedor.com/

.

Jean-Louis RIGUET

Membre de la Société des Gens de Lettres et du Bottin International des Professionnels du Livre

Sociétaire de la Maison des Ecrivains et de la Littérature

.

Publié par Un commentaire

Des nouvelles à 6 euros

 

 Augustin ma bataille de Loigny recommande

 

PUBLICATION DES NOUVELLES

Les Éditions du Masque d’Or publient sur une page du site :

http://nouvelles-masquedor.e-monsite.com

.

Nouvelles déjà publiées sur le site :

A) COLLECTION ADRÉNALINE :

Laurent BOTTINO

le Spectacle incertain

Un camp de vacances de l’association des « Eclaireuses et Eclaireurs de France », les aventures et les tensions suscitées par la rencontre de gens d’origines et de milieux divers. Un récit inspiré par une expérience vécue.

Prosper MERIMEE

Mateo Falcone

Parce qu’il a dénoncé un « bandit » dans le maquis corse, le fils de Mateo Falcone doit mourir.

Laurent NOEREL

la trop proche Frontière

Un train où une femme a été retrouvée assassinée, la rencontre de son amant et d’une autre femme avec un étrange passager, prélude à une lutte pour leur vie, et peut-être plus !

Jean-Louis RIGUET

le Passant

Chaque matin, à la même heure, le narrateur voit passer devant sa fenêtre un passant. Il se pose des questions … d’autant plus que le passant repasse le soir, à la même heure, dans l’autre sens …

Thierry ROLLET

Destin de mains

La masseuse de Gilles de Rais, terrible seigneur breton, va connaître un destin tragique par la faute de ses mains, qui ont touché un être considéré comme un suppôt du Diable ! Une lumière dans la tombe (Une aventure de Sherlock Holmes) Une princesse indienne cherche à mystifier sa famille et même à commettre une escroquerie en se faisant passer pour morte. Une passionnante enquête pour Sherlock Holmes et le Dr. Watson… et peut-être une terrible déconvenue pour la princesse, qui compte décidément bien peu sur les traditions de fidélité de son propre pays… ! Dans quelle horreur toute cette machination va-t-elle basculer?

Laurence VANHAEREN

Partie italienne

Dans ce texte, une vision de cristal du lien qui peut exister entre un homme et une femme.

B) COLLECTION SUPERNOVA :

Laurent NOEREL

le Vaisseau étranger

Deux vaisseaux naufragés sur une planète inconnue, venus de deux mondes différents. Les rescapés s’entraideront-ils ? La peur les poussera-t-elle à s’affronter ? Douloureuse errance Une femme fuit une population cachée d’extraterrestres. Pourtant, l’un d’eux, son amant, l’a protégée.Recherchent-ils la conquête ou une coexistence pacifique ?

Roald TAYLOR

Duel d’outre-espace

Deux partis extraterrestres, l’un favorable à la destruction des Terriens, l’autre partisan d’en faire des amis, envoient des représentants sur notre planète pour s’affronter en un duel sans pitié qui déterminera la survie de l’espèce humaine. Qui gagnera ? Et comment se déroulera ce combat si peu ordinaire ?

C) COLLECTION TREKKING :

Jean-Louis RIGUET

le Grand Canyon

Deux amis découvrent le Grande Canyon du Colorado pendant deux jours. L’un d’eux, sous le charme de ce paysage grandiose, se met à intérioriser, à rêver et à transposer…

Thierry ROLLET

le Destin de Mamaoth

L’histoire du grand mammouth trouvé dans les glaces de Sibérie le 3 mai 1901 : comment a-t-il vécu ? Comment s’est-il retrouvé ainsi congelé pour arriver presque intact jusqu’à nous ? C’est ce que ce récit nous apprend, en nous replongeant plus de 12 000 années en arrière, dans l’univers prodigieux de la Préhistoire et de ses grands animaux.

D) COLLECTION SAGAPO :

Guy de MAUPASSANT

LA FICELLE

Une fausse accusation et ses suites tragiques dans le milieu paysan normand du 19ème siècle LA PARURE La perte d’un bijou prêté par une amie plonge un couple de petits employés dans une existence pleine d’épreuves.

Thierry ROLLET

RUE DES PORTES CLOSES

Comment une jeune fille enceinte et sur le point d’accoucher sera sauvée, en pleine nuit dans une rue de Paris, par l’une de ses amies, devant l’indifférence et l’égoïsme des gens.

CANALE DI AMORE

Jeunes gens et jeunes filles de bonnes familles se livrent aux plaisirs de la nuit dans des gondoles fermées glissant sur le Grand Canal, à Venise au 16ème siècle…!

Émile ZOLA

LA MORT D’OLIVIER BECAILLE

Olivier Bécaille ne semble plus respirer, son cœur ne semble plus battre… Mais est-il bien mort ? Comme il voudrait pouvoir crier, hurler à tous ses proches qu’il est toujours vivant !

E) COLLECTION FANTAMASQUES :

Marcel Elie FORGET

LE RENDEZ-VOUS DE MALABOISSE Deux scientifiques décident de passer une nuit au milieu des ruines d’un mystérieux prieuré, perdu au fond des bois. Pour eux, l’enfer n’est plus très loin…

David FRENKEL UN BRUIT FANTASTIQUE

« Les méchants sont-ils punis ? S’ils l’étaient, ce ne serait pas un dieu, nous regardant d’en haut, qui les punirait, mais ce serait leur vilenie qui les frapperait par effet boomerang. Et même ceci, j’en suis convaincu, ne se vérifie guère. Je vous fais découvrir à travers mon conte ce postulat. »

Claude JOURDAN

PRINCESSE ET LES CLOCHETTES

Princesse est une petite fille qui vit un drame familial. Malgré tout, des clochettes parviennent à la consoler et même à sauver la situation. Qui sont-elles ? D’où viennent-elles ? Que font-elles ? C’est l’univers secret de Princesse…

Jean-Louis RIGUET

LES DEUX PLUMES

Deux plumes voguent sur La Loire en la descendant. En perdition, un poisson les secourt et les accompagne jusqu’à l’apparition d’une lumière dans une tour …

Thierry ROLLET

LES AVATARS DU MINOTAURE

Comment le Minotaure est-il né ? Comment vivait-il ? Et si, contrairement à ce que prétend la légende, il n’était pas le monstre que l’on croit ?

EDVINA OU LE CRIME IMPROBABLE

Edvina a-t-elle tué son mari ? Elle se dénonce mais peut-on la croire, vu le moyen incroyable qu’elle dit avoir utilisé ? Elle prétend l’avoir… désintégré !

Roald TAYLOR et Thierry ROLLET

LA NUIT LUMINEUSE

Claude, jeune retraité, reçoit une nuit une étrange visite : celle d’une lumière qui, peu à peu, prend possession de sa maison. Quelle est-elle ? D’où vient-elle ? Il aura peine à croire la vérité…!

Prosper MERIMEE

LA VENUS D’ILLE

Une statue antique, à laquelle son inventeur a passé au doigt son alliance, se rend la nuit au rendez-vous amoureux…

Audrey WILLIAMS

« COMME CHEZ SOI »

« Comme chez soi’, c’est l’enseigne d’un pub pour marins en bordée. Classique, chaleureux… Voire ! Y pénétrer, c’est déjà faire un premier pas dans un univers terrifiant…!

LE JARDIN DE CALIXTE (1er Prix au concours le Masque du Démon 2006)

Calixte est, en apparence, un paisible jardinier qui soigne un cimetière. Mais de quoi vit-il ? Il ne mange rien…

Corinne VALTON (auteure sélectionnée au concours le Masque du Démon 2011)

AUX OMBRES DES FILLES SANS FLEURS

Vénérande et Mirefleur. Deux sœurs Des ombres noires au-dessus d’elles, qui poussent à bout. Jusqu’à la mort ? Mais pourquoi ?

F) COLLECTION LA FRANCE EN GUERRE :

Jean-Louis RIGUET

le Tambour héroïque

La révolution, les royalistes contre les républicains. Un jeune tambour rythme les combats avec ses baguettes jusqu’au moment où les Chouans attaquent… .

.

.

Tout acheteur devra en faire la commande à SCRIBO DIFFUSION et verser le prix indiqué pour obtenir par Internet le texte complet sous format EPUB, la publication ne se faisant que sous la forme électronique. .

La commande et le paiement peuvent s’effectuer :

  sur papier libre et par chèque ou mandat-cash à l’ordre de

SCRIBO DIFFUSION

(adresse d’envoi : 18 rue des 43 Tirailleurs 58500 CLAMECY)

  sur http://www.paypal.com à l’ordre de scribo@club-internet.fr.

Commandez le texte complet sur ce site au prix de 6 €

(fichier téléchargeable EPUB)

Indiquez votre nom complet et votre e-mail.

Le paiement peut s’effectuer par chèque, virement, mandat-cash

à l’ordre de SCRIBO DIFFUSION ou sur http://www.paypal.com à l’ordre de scribo@club-internet.fr.

Chaque nouvelle est vendue au prix uniforme de 6 €.

PARTICIPEZ NOMBREUX !

Chaque nouvelle est désormais disponible en format EPUB et téléchargeable sur tous les supports !

.

http://dedicaces.org/2012/08/05/augustin-ma-bataille-de-loigny-chez-dedicaces/

http://dedicaces.org/2013/02/24/actualites-daugustin/

http://librebonimenteur.net/

http://nouvelles-masquedor.e-monsite.com/

http://www.scribomasquedor.com/

Jean-Louis RIGUET

Membre de la Société des Gens de Lettres et du Bottin International des Professionnels du Livre

Sociétaire de la Maison de l’écrivain et de la littérature

.