Publié par Laisser un commentaire

Lancement des Récits Historiques de l’Orléanais

 

À l’occasion du lancement du nouveau livre de Jean-Louis Riguet

« Récits Historiques de l’Orléanais »

les Éditions du Jeu de l’Oie

vous convient à partager un apéritif convivial

pour échanger avec l’auteur,

le vendredi 8 avril, à partir de 18 heures

au restaurant « Le Girouet »

14 quai du Châtelet, 45000 Orléans

chez Nathalie et Bertrand Deshayes

02 38 81 07 14

.

Confirmer votre présence ici :

https://www.facebook.com/events/1596420300680788/1596812667308218/

.

static_map

.

7 récits historiques consignés dans un recueil

.

Si vous ne pouvez pas vous déplacer, vous pouvez le commander directement

aux EDITIONS DU JEU DE L’OIE

.

Couverture Récits Historiques 1

.

.

Il y a 7 récits historiques

La Butte des élus (Mézières-lez-Cléry)

A quelle époque remonte la coutume

qu’observent encore les jeunes femmes,

qui escaladent la Butte des Elus, pour avoir un enfant ?

La Grotte du dragon (La Chapelle Saint-Mesmin et Saint-Pryvé-Saint-Mesmin)

D’où provient le nom de la grotte du dragon

de la Chapelle-Saint-Mesmin ?

Le Pigeonnier (Boigny-sur-Bionne)

Savez-vous que le roi Louis VII épousa en deuxièmes noces Constance de Castille

à la Commanderie de Boigny-sur-Bionne,

après son mariage et son divorce calamiteux

avec Aliénor d’Aquitaine ?

Les Jeanne (Orléans et partout en France)

De toutes les légendes qui courent

sur Jeanne d’Arc,

laquelle est la plus vraisemblable ?

La Pierre du Duc (Saint-Hilaire-Saint-Mesmin)

Connaît-on vraiment les circonstances

dans lesquelles le duc de Guise

trouva la mort à Saint-Hilaire-Saint-Mesmin,

pendant les guerres de Religion ?

Lapin le balafré, chauffeur (Orgères-en-Beauce)

La terrible réputation qui poursuit

les chauffeurs d’Orgères-en-Beauce

est-elle méritée ?

Le Vaillant général (Loigny-la-Bataille)

Se souvient-on encore des tragiques événements

de la guerre de 1870

qui se déroulèrent en Beauce ?

C’est à ces questions que ces « Récits historiques de l’Orléanais » tentent de répondre.

Des récits courts.

.

.

Couverture Récits Historiques

.

Couverture Récits Historiques 4

.

Jean-Louis RIGUET 06 avril 2016.

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et membre de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

Publié par 2 commentaires

Sept Récits Historiques de l’Orléanais vient de paraître

Couverture Récits Historiques 1

.

Publié aux EDITIONS DU JEU DE L’OIE

16 rue Saint Nicolas

45110 CHATEAUNEUF-SUR-LOIRE

ISBN :  978-2-36831-043-4

168 pages – 20 Euros

.

RÉCITS HISTORIQUES DE L’ORLÉANAIS

Val de Loire, Beauce, Sologne

 

7 récits historiques courts

 

La Butte des élus (Mézières-lez-Cléry)

À quelle époque remonte la coutume qu’observent encore les jeunes femmes, qui escaladent la Butte des Élus, pour avoir un enfant ?

Le narrateur de ce récit est Ernestirix, âgé de 32 ans, qui vit à l’époque de la Tène, c’est-à-dire le second âge du fer, environ 200 ans avant notre ère. Il vit avec Agathirixe dans une petite bourgade de trois grosses fermes à Maceria. Maceria c’est actuellement Mézières-lez-Cléry mais auparavant c’était Mézières en Sologne, avec plusieurs écritures de Mézières. Maceria signifie construction en pierre sèche, d’où viendrait le nom « masure ».

La vie d’Ernestirix et Agathirixe permet de raconter la vie de cette époque dans cette région des Carnutes. On y parle des Gaulois, des Romains, de leur vie et aussi de cette fameuse Butte des élus qui cache des tombes verticales.

Ce tumulus, bien des siècles après, verra la construction sur son sommet d’une statue de la Vierge aux pieds entourés par un serpent. Une légende naîtra, celle qui attribue un pouvoir de fécondité aux jeunes femmes qui respectent un certain rituel.

La Grotte du dragon

(La Chapelle Saint-Mesmin et Saint-Pryvé-Saint-Mesmin)

D’où provient le nom de la grotte du dragon de la Chapelle-Saint-Mesmin ?

Le narrateur de ce récit est le dragon lui-même qui vit dans la grotte de Béraire à La Chapelle-Saint-Mesmin, à flanc de coteau dominant la Loire.

Il raconte l’histoire qui commence à l’époque mérovingienne avec la concurrence entre deux paroisses : Saint Privat devenu Saint Pryvé et Saint Maximum devenu Saint Mesmin.

Il raconte la venue de Clovis venu tenir concile à Orléans avec 32 évêques pour évangéliser la région encore emprunte des vieilles croyances païennes. Clovis offre à Euspice une villa dénommée Micy avec l’obligation de créer un monastère. Il raconte ce qui se passe dans la fabrique à Saints de Micy. Pensez donc, il va sortir de cette abbaye 26 Saints. Il parle aussi de l’assainissement de la région.

Le Dragon conte sa guerre avec Saint Mesmin qui n’hésite pas à affronter une tempête sur la Loire qu’il traverse sur une barque plate pour venir l’estourbir.

Enfin, on y relate la restauration de la grotte en 1857 et la construction de la Croix de Micy sur la rive gauche de la Loire.

Le Pigeonnier (Boigny-sur-Bionne)

Savez-vous que le roi Louis VII épousa en deuxièmes noces Constance de Castille à la Commanderie de Boigny-sur-Bionne, après son mariage et son divorce calamiteux avec Aliénor d’Aquitaine ?

Le narrateur est un pigeon, un columba livia, un biset, hospitalier et militaire. Il appartient à l’Ordre des Hospitaliers de Saint-Lazare de Jérusalem et réside dans le pigeonnier de l’ancienne commanderie mère de l’Ordre du même nom qui est située depuis 1154 dans l’ancien domaine royal de Boigny-sur-Bionne fondé par Louis VII.

Les pigeons racontent la deuxième croisade des Croisés contre les Musulmans à laquelle le roi Louis VII participa et aussi l’annulation de son mariage dans des circonstances abracadabrantes avec Aliénor d’Aquitaine, dont la solution sera trouvée au concile de Beaugency.

Ils parlent de la vie dans ce pigeonnier qui va être troublée par la venue du roi Louis VII qui va convoler en secondes noces, en 1154, avec Constance de Castille et qui fera une donation du domaine aux Hospitaliers de Saint-Lazare de Jérusalem pour l’affecter au siège du Grand Magistère de l’Ordre.

Les pigeons racontent ce qu’ils savent sur les Hospitaliers, les Templiers et les Teutoniques. Ils rappellent aussi que la Commanderie est restée le siège des Chevaliers de l’Ordre de France et que, chaque année, en juin, un pèlerinage des Chevaliers de l’Ordre a lieu avec la tenue d’un chapitre du Grande Prieuré de France avec un défilé haut en couleur dans Boigny-sur-Bionne.

Les Jeanne (Orléans et partout en France)

De toutes les légendes qui courent sur Jeanne d’Arc, laquelle est la plus vraisemblable ?

Le narrateur est un homoncule, un être imaginaire doté d’un pouvoir surnaturel qui permet de voyager dans l’espace et dans le temps. Avec un ami, il tente de résoudre la question posée par un vieil homme assis devant une bière à la terrasse d’un café sur la place du Martroi à Orléans.

Notre homoncule nous emmène dans son enquête qui commence vers 1400 à Bourges. Un conteur le renseigne et l’envoie vers un ermite de la ville, un vieux fou qui lui parle de l’histoire de l’époque.

L’enquête continue en Lorraine, à Domrémy, dans une auberge. On y parle de naissances, avec un S depuis l’arrivée d’une troupe en provenance d’Orléans. Puis, l’homoncule rencontre une sorcière qui leur fait des confidences devant un chaudron rempli d’une mixture fumante et puante.

Après un point sur l’enquête, notamment sur l’apparition de l’archange Saint-Michel, de Sainte Marguerite et de Sainte Catherine, nos enquêteurs se dirigent vers Chinon où ils apprennent de nouveaux renseignements sur la vie de Jeanne, comme la préparation de la longue marche de Chinon à Orléans.

De nouveau, l’homoncule se retrouve à Orléans pour apprendre les circonstances de la délivrance de cette ville et quelques anecdotes sur la vie de Jeanne. Puis, c’est l’épopée jusqu’à Reims et Paris.

Enfin, c’est Rouen et les relations tumultueuses avec l’évêque Pierre Cauchon, la prison, le bûcher.

Les enquêteurs enchaînent avec Metz avec la révélation d’une femme qui se présente comme « la Pucelle de France » qui va être sous la protection du jeune comte Ulrich de Wurtemberg et sera connue sous le nom de « Jeanne des Armoises ». Après des frasques du conseil de la ville d’Orléans, elle entretient une correspondance avec le roi Charles VII.

Les enquêteurs tentent d’analyser les quatre thèses en présence…

La Pierre du Duc (Saint-Hilaire-Saint-Mesmin)

Connaît-on vraiment les circonstances dans lesquelles le duc de Guise trouva la mort à Saint-Hilaire-Saint-Mesmin, pendant les guerres de Religion ?

Cette fois, les narrateurs sont des crapauds qui se reproduisent et vivent depuis des siècles près d’un petit bois, le long d’un chemin qui descend vers le Loiret, la rivière, au lieudit les Vaslins, sur la commune de Saint-Hilaire-Saint-Mesmin.

À l’époque de l’histoire, Raymond est un cavalier au service de la famille de Guise, catholique, qui se retrouve bientôt en bisbille avec les protestants. Il se retrouve en garnison à Amboise qui se trouve assiégée quelque temps plus tard. Des anicroches ont toujours lieu. La bataille fait bientôt rage. Les Guise répriment la Conjuration d’Amboise en 1560.

Orléans est, à cette époque, l’un des principaux foyers du protestantisme en France, en devient la capitale et abrite Louis Ier de Bourbon, prince de Condé. L’armée du duc François de Guise marche sur Orléans, par le sud de la Loire. Le 9 février 1563, François de Guise est à la tête de son armée du côté d’Olivet et attaque Orléans par les Tourelles.

Pour réfléchir, François de Guise revient dans son logis des Vaslins à Saint-Hilaire-Saint-Mesmin avec quelques hommes. Arrivés à l’emplacement de l’ancien pont sur le Loiret emporté par une crue, ils traversent la rivière sur une barque.

De l’autre côté du cours d’eau, en remontant vers son logis, François de Guise reçoit une balle tirée dans son dos…

Lapin le balafré, chauffeur (Orgères-en-Beauce)

La terrible réputation qui poursuit les chauffeurs d’Orgères-en-Beauce est-elle méritée ?

Le conteur est Louis, dit Lapin le Balafré, l’un des chauffeurs d’Orgères aux noms tous plus fleuris les uns que les autres.

Il raconte, avec moult détail, la bande des chauffeurs d’Orgères et la manière de fonctionner dans les agressions des fermes, où les fermiers se retrouvent les pieds brûlés avec des tisons rougis.

Mais, tout ne se passe pas comme prévu un certain jour, le 4 janvier 1798. Le vieux fermier est récalcitrant et la torture va très loin. Il décède quelques jours plus tard.

Puis, c’est la traque de la bande, les arrestations, le procès instruit par le Juge Fougeron au château de Villeprévost et les condamnations quatre mois plus tard.

23 hommes et femmes condamnés !

 

Le Vaillant général (Loigny-la-Bataille)

Se souvient-on encore des tragiques événements de la guerre de 1870 qui se déroulèrent en Beauce ?

C’est l’histoire de la bataille de Loigny-la-Bataille, par moins 20 degrés, entre les Bavarois et les Prussiens au nord et à l’est et les Français au sud et à l’ouest, le 2 décembre 1870.

La réserve du 17e Corps de l’Armée de la Loire est commandée par le général Gaston de Sonis, un brillant officier qui ne transige pas avec le devoir et la discipline. C’est un homme très pieux qui a fait Saint-Cyr et Saumur.

La bataille fait rage. Les zouaves pontificaux s’illustrent. Gaston de Sonis harangue ses troupes tenant en main un bâton auquel est attaché son étendard du Sacré-Cœur. Il est grièvement touché à la cuisse et s’effondre à côté de son cheval. Toute la nuit, il invoque Notre-Dame de Lourdes, sans perdre espoir. Mais l’Armée de la Loire n’a pas reculé.

Le vaillant général mourra en réputation de sainteté 17 ans plus tard mais sa bataille n’est pas encore finie. Sa cause en béatification a été introduite en 1929 et court toujours…

.Couverture Récits Historiques

.

Jean-Louis RIGUET 04 avril 2016.

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres.

Liens :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

Publié par Laisser un commentaire

Naissance du 08 avril 2016, l’enquête est terminée

Il y a peu, nous annoncions qu’une naissance était prévue

pour le 08 avril 2016

Aux Editions du Jeu de l’Oie

L’enquête est terminée. Depuis quatre jours, nos fins limiers suivent à la trace les médecins qui sont au chevet des Récits Historiques de l’Orléanais. La traque est terminée.

 

 

L’enquête est terminée.

Nous vous attendons nombreux

.

Retenez la date du 08 avril 2016 à partir de 18 heures.

.

À l’occasion du lancement du nouveau livre de Jean-Louis Riguet

« Récits Historiques de l’Orléanais »

les Éditions du Jeu de l’Oie

vous convient à partager un apéritif convivial

pour échanger avec l’auteur,

le vendredi 8 avril, à partir de 18 heures

au restaurant « Le Girouet »

14 quai du Châtelet, 45000 Orléans

chez Nathalie et Bertrand Deshayes

02 38 81 07 14

.

Confirmer votre présence ici :

https://www.facebook.com/events/1596420300680788/1596812667308218/

.

static_map

.

7 récits historiques consignés dans un recueil

.

Si vous ne pouvez pas vous déplacer, vous pouvez le commander directement

aux EDITIONS DU JEU DE L’OIE

.

Couverture Récits Historiques 1

.

.

Il y a 7 récits historiques

La Butte des élus (Mézières-lez-Cléry)

A quelle époque remonte la coutume

qu’observent encore les jeunes femmes,

qui escaladent la Butte des Elus, pour avoir un enfant ?

La Grotte du dragon (La Chapelle Saint-Mesmin et Saint-Pryvé-Saint-Mesmin)

D’où provient le nom de la grotte du dragon

de la Chapelle-Saint-Mesmin ?

Le Pigeonnier (Boigny-sur-Bionne)

Savez-vous que le roi Louis VII épousa en deuxièmes noces Constance de Castille

à la Commanderie de Boigny-sur-Bionne,

après son mariage et son divorce calamiteux

avec Aliénor d’Aquitaine ?

Les Jeanne (Orléans et partout en France)

De toutes les légendes qui courent

sur Jeanne d’Arc,

laquelle est la plus vraisemblable ?

La Pierre du Duc (Saint-Hilaire-Saint-Mesmin)

Connaît-on vraiment les circonstances

dans lesquelles le duc de Guise

trouva la mort à Saint-Hilaire-Saint-Mesmin,

pendant les guerres de Religion ?

Lapin le balafré, chauffeur (Orgères-en-Beauce)

La terrible réputation qui poursuit

les chauffeurs d’Orgères-en-Beauce

est-elle méritée ?

Le Vaillant général (Loigny-la-Bataille)

Se souvient-on encore des tragiques événements

de la guerre de 1870

qui se déroulèrent en Beauce ?

C’est à ces questions que ces « Récits historiques de l’Orléanais » tentent de répondre.

Des récits courts.

.

.

Couverture Récits Historiques

.

Couverture Récits Historiques 4

.

Jean-Louis RIGUET 29 mars 2016.

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et membre de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

Publié par Laisser un commentaire

AUGUSTIN traduit en anglais

AUGUSTIN ma bataille de Loigny

traduit en anglais devient

AUGUSTIN my battle of Loigny

.

Traduction anglaise, couverture augustin
Traduction anglaise, couverture augustin

.

Les EDITIONS DEDICACES LLC ont mis en vente en ligne la traduction anglaise d’AUGUSTIN.

Rappelons que ce livre est un roman, un docu-fiction, racontant un épisode sanglant de la Guerre de 1870 qui s’est déroulé dans la plaine de Beauce, autour de Loigny-la-Bataille, et que le château de Villeprévost à proximité a été réquisitionné pour servir d’hôpital de campagne par les Prussiens.

C’est la vie d’une famille pendant cette période qui est narrée.

Cette bataille était très importante, même si finalement il y a eu match nul, car c’était le dernier rempart avant le passage de la Loire par les Bavarois et les Prussiens. L’Armée de la Loire a relevé le défi et l’a finalement gagné avec le général de Sonis et ses Zouaves Pontificaux.

Toujours présente dans les mémoires, une cérémonie a lieu chaque année à Loigny-la-Bataille en présence de toutes les autorités civiles, militaires et religieuses, organisée par l’Association des Amis de Sonis-Loigny.

.

http://musee-de-loigny.over-blog.org/

.

Merci aux EDITIONS DEDICACES LLC de cet investissement et à la traductrice Caroline Andreea Zgortea .

.

Maintenant disponible chez Editions Dedicaces: «Augustin. Ma bataille de Loigny « , par Jean-Louis Riguet

ISBN: 978-1-77076-473-6
Format: 208 pages, 5,5 x 8,5 pouces
encre Intérieur: Noir et blanc
Reliure: Perfect-lié Broché

Décembre 1870, Loigny la Bataille (France).
Les colères de guerre franco-prussienne. Loigny est le théâtre d’une bataille sanglante. Villeprévost château est réquisitionné par les Bavarois et transformé dans un hôpital de campagne.

Les Prussiens ont été déployés sur le côté nord. Les Français font face sud. Au milieu, dans le creux de la plaine, Loigny est prise en étau. La bataille est battu pour une rue, un passage, une impasse, un quartier, une maison, une cave, pour rien. Ils se battent, ce est tout. Advance, ne retombe pas, mourir se il le faut.

En un seul jour, environ 15 000 victimes, 100 kilomètres carrés … Une victime par 100 kilomètres carrés! L’ancien directeur, Augustin, vit avec sa famille au château pendant cet épisode belliqueux de l’histoire locale et organise l’aide et la distribution du blessé. Sera sa fille peu adoptée rencontrer l’amour? Vont-ils le faire?

[Augustin, ma Bataille de Loigny, traduit du français par Caroline Andreea Zgortea]

http://www.blog.dedicaces.us/?p=1888

En vente également sur :

http://dedicaces.biz/2015/03/10/augustin-my-battle-of-loigny-by-jean-louis-riguet/

.

Première couverture Augustin
Première couverture Augustin

.

AUGUSTIN ma bataille de Loigny est le premier opus, publié aux EDITIONS DEDICACES, d’une trilogie mettant en scène la même famille pendant les trois guerres : celle de 1870, celle de 1914-1918 et celle de 1939-1945.

Le deuxième opus est ARISTIDE la butte meurtrie (Vauquois 1914-1918), publié aux EDITIONS DEDICACES LLC.

Le troisième opus est ANDRE dans le tumulte de 39-45, publié aux EDITIONS DEDICACES LLC.

.

arisridebl

.

20150522_170731

.image (20)

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

Jean-Louis RIGUET 24 février 2016

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://librebonimenteur.net/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

Publié par Laisser un commentaire

Les Chauffeurs d’Orgères

– En janvier 1798, dans la nuit du 15 au 16 Nivôse An VI de la République, il y a eu l’affaire des « Chauffeurs d’Orgères ». C’est mon père qui m’a raconté cela, car je  n’étais pas encore né et je n’étais même pas une lueur d’espoir dans le ventre de ma mère. Je suis de 1800 tout rond. En fait, c’était des brigands, une bande bien organisée. La Beauce, qui est tranquille aujourd’hui, mis à part la guerre prussienne, a eu des années sanglantes. Une véritable tribu terrorisa la Beauce.

– Continue, développe un peu, merci d’avance, demande Louise.

– La banque était composée d’hommes, de femmes et mêmes d’enfants. Ils tuaient, volaient, pillaient, assassinaient. Il y avait des chefs, des sous-chefs, des gardes-magasins, des espions. Les chemins étaient alors, à cause d’eux, devenus peu sûrs. Chaque membre de la bande savait ce qu’il avait à faire. Pour entrer dans les maisons ou les fermes, ils n’hésitaient pas à fracturer les portes, à escalader les murs, les toits, à défoncer les portes avec un bélier. Ils assommaient les gens, les bâillonnaient, les enfermaient dans les caves, parfois leur coupaient la gorge. Ils violaient les femmes et les jeunes filles. Ils avaient une technique bien particulière pour faire parler les victimes. Elle était imparable. Les brigands, dont la figure était toujours passée à la suie ou en tout cas avec quelque chose de noir, allumaient un feu, grand de préférence. Ils attrapaient le maître des lieux et lui chauffaient les pieds avec des tisons ou de la braise. Tout cela, dans l’espoir de faire parler la victime qu’ils avaient choisie. Ce qu’ils voulaient, c’était de l’argent. Si le maître des lieux ne parlait pas, ils passaient à la vitesse supérieure. Ils arrosaient alors ses pieds avec de l’eau-de-vie. Ils attrapaient, à deux, le malheureux qui se débattait comme il le pouvait, et présentaient ses pieds au-dessus de la flamme dans la cheminée. Après quelques brûlures et sûrement beaucoup de cris, la victime indiquait où se trouvait le butin. Il n’y avait pas d’échec.

-C’est t-y pas malheureux d’entendre ça quand même, se lamente Ernestine.

Ce texte est extrait du roman historique :

AUGUSTIN ma bataille de Loigny

Titre du livre : AUGUSTIN ma bataille de Loigny

Auteur : Jean-Louis RIGUET

Date de première publication : 2012

Editeur : EDITIONS DEDICACES à Montréal (Québec)

Nombre de pages : 180 Numéro

ISBN : 1770762159

Livre disponible chez : www.dedicaces.ca .

Première couverture Augustin
Première couverture Augustin

.   En vente aux EDITIONS DEDICACES :  http://www.dedicaces.ca/

Présentation

1870, Loigny la Bataille. La guerre franco-prussienne fait rage. En décembre, Loigny la Bataille est le théâtre d’une bataille meurtrière. Le Château de Villeprévost, réquisitionné par les bavarois, est transformé en hôpital de campagne.

« Les Prussiens se sont, côté nord, déployés de La Maladrerie à Lumeau en passant par Fougeu, Beauvilliers, Goury. Côté sud, les Français font front sur Nonneville, Villepion, Villours, Faverolles, Terre Rouge. Au milieu de ces deux lignes : Loigny est prise en étau. La bataille dans Loigny se fait pour une rue, un passage, une impasse, un quartier, une maison, une cave, pour rien. On se bat, c’est tout. Il faut avancer, ne pas reculer, mourir s’il le faut. » « Cela fait quand même en une seule journée environ 15000 victimes soit environ 100 par kilomètre carré. … Quand même… une victime par cent mètres carrés ! »

L’ancien régisseur, Augustin, vit avec les siens au château cet épisode guerrier de l’histoire locale. Sa petite fille adoptive rencontrera-t-elle l’amour ? S’en sortiront-ils ?

.IMG_20140424_154217 (2). © Jean-Louis Riguet Juin 2014

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens : http://www.dedicaces.ca/

http://librebonimenteur.net/

Publié par 3 commentaires

Depuis le début de l’après-midi,

Depuis le début de l’après-midi, assis sur ma bille de bois, près du seuil de ma maison, modeste, les autres étant partis vaquer à leurs occupations, je suis là à rêvasser, à penser au temps de ma « grandeur » que j’enjolive sûrement. Mais comme personne ne le saura jamais, il n’y a pas de mal à se faire plaisir. Mes rêves m’emportent vers des destinations variées, tantôt en parcourant ma région de Beauce, tantôt en me remémorant les activités agricoles. Je peux voyager en restant sur place sans fatiguer mes jambes. J’ai toujours été une sorte d’organisateur, de traducteur, d’interprète, un genre de chef d’orchestre naviguant entre le châtelain et les petites gens qui sont à son service, sous une forme ou sous une autre. Il fallait déjà traduire les mots et le langage, à cause du patoi local. Il fallait connaître par exemple la signification du terme « accordaille » qui voulait dire le mariage, ou de « ailleurs-pays » pour dire que l’on était loin de son village, de « aricantier » pour exploitant d’une petite ferme de trois mines environ dite « carcotage« , la mine étant une surface de vingt-huit ares et douze centiares vers Bazoches-les-Hautes, de « barbelée » pour gelée blanche, de « besouet » pour houe pour piocher la terre, de « bineux » pour les travailleurs émigrés de Normandie, de Bretagne et plus fréquemment de Flandre belge, qui venaient de façon saisonnière biner les betteraves, ou encore de « divertissouèr » pour désigner le sexe de la femme. Il m’a fallu également faire oeuvre d’ingéniosité pour ….   Ceci est un extrait du roman :

AUGUSTIN ma bataille de Loigny

Titre du livre : AUGUSTIN ma bataille de Loigny Auteur : Jean-Louis RIGUET Date de première publication : 2012 Editeur : EDITIONS DEDICACES à Montréal (Québec) Nombre de pages : 180 Numéro ISBN : 1770762159 Livre disponible chez : www.dedicaces.ca .

Première couverture Augustin
Première couverture Augustin

.   En vente aux EDITIONS DEDICACES :  http://www.dedicaces.ca/ Présentation 1870, Loigny la Bataille. La guerre franco-prussienne fait rage. En décembre, Loigny la Bataille est le théâtre d’une bataille meurtrière. Le Château de Villeprévost, réquisitionné par les bavarois, est transformé en hôpital de campagne. « Les Prussiens se sont, côté nord, déployés de La Maladrerie à Lumeau en passant par Fougeu, Beauvilliers, Goury. Côté sud, les Français font front sur Nonneville, Villepion, Villours, Faverolles, Terre Rouge. Au milieu de ces deux lignes : Loigny est prise en étau. La bataille dans Loigny se fait pour une rue, un passage, une impasse, un quartier, une maison, une cave, pour rien. On se bat, c’est tout. Il faut avancer, ne pas reculer, mourir s’il le faut. » « Cela fait quand même en une seule journée environ 15000 victimes soit environ 100 par kilomètre carré. … Quand même… une victime par cent mètres carrés ! » L’ancien régisseur, Augustin, vit avec les siens au château cet épisode guerrier de l’histoire locale. Sa petite fille adoptive rencontrera-t-elle l’amour ? S’en sortiront-ils ? . IMG_20140424_154217 (2). © Jean-Louis Riguet Juin 2014 Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature Liens : http://www.dedicaces.ca/ http://librebonimenteur.net/

Publié par Laisser un commentaire

AUGUSTIN ma bataille de Loigny

AUGUSTIN ma bataille de Loigny

 

Titre du livre : AUGUSTIN ma bataille de Loigny

Auteur : Jean-Louis RIGUET

Date de première publication : 2012

Editeur : EDITIONS DEDICACES à Montréal (Québec)

Nombre de pages : 180

Numéro ISBN : 1770762159

Livre disponible chez : www.dedicaces.ca

.

Première couverture Augustin
Première couverture Augustin

.

L’auteur :

De nationalité française, Jean-Louis Riguet est né en 1947, dans la Vienne. Veuf, il a deux enfants. Il est membre de la Société des Gens de Lettres, du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature.

Il a exercé la fonction de Notaire à Orléans et se trouve actuellement en disponibilité en attente de sa retraite.

Autodidacte, l’auteur a commencé à travailler à l’âge de 15 ans ½, juste avec son Bepc. Il n’a pas le bac mais a suivi le cursus notarial, par correspondance, pendant son activité, et a obtenu l’examen aux fonctions de notaire à 27 ans. Il a fait sa carrière dans le Notariat, à Mirebeau-en-Poitou, à Châteaudun, à Paris avant de s’installer à Orléans en 1989. Pendant un interstice de cinq ans, auparavant, il a été Conseil Juridique à Paris, dans un cabinet qu’il a créé avant d’être nommé notaire cinq ans plus tard. Quelques années après son installation et pendant quatre ans, il a enseigné au Centre de Formation Professionnelle des Notaires à Paris pour la préparation du Diplôme Supérieur de Notaire. Il a exercé des fonctions pour la profession de notaire : Membre de la Chambre des Notaires du Loiret, Président de la Chambre des Notaires du Loiret siégeant en Comité Mixte, Vice-Président du Conseil Régional des Notaires de la Cour d’Appel d’Orléans. Il a été Président de plusieurs Commissions.

Il écrit depuis plusieurs années mais n’est publié que depuis 2012.

.

Bibliographie :

La Vie en Archives d’un Petit Gars, roman à base autobiographique, aux Editions Dédicaces, 2012. Non publié sur papier à sa demande pour raisons personnelles. Il le sera sans doute fin 2014. Ce roman a été publié dans les 1000 premières liseuses et tablettes numériques des Editions Dédicaces au printemps 2012. Ce livre participe aussi à une œuvre humanitaire International Solidarity Initiative à Bethléem et en version numérique pour l’Association Américaine Worldreader pour l’alphabétisation en Afrique.

Augustin ma bataille de Loigny, roman historique, aux Editions Dédicaces, 2012, narrant une romance dans un épisode sanglant de la Guerre de 1870 passé à Loigny la Bataille.

Le Tambour héroïque, le Passant, Le Grand Canyon, les Plumes et L’Ondine et la Sylphide, Cinq nouvelles, publiées sur le site de nouvelles-masquedor de la maison d’édition Scribo Masque d’Or, 2013. Site fermé depuis.

L’Association des bouts de lignes, roman d’investigation fantaisiste, une enquête humoristique, un voyage dans l’Orléanais, éditions Masque d’Or, collection Adrénaline. Octobre 2013. Il a reçu le prix Scriborom 2013 pour ce livre. Il a été nommé pour le prix OEUVRE ORIGINALE au Salon du Livre de MAZAMET 2014.

Délire Très Mince, un essai, aux éditions du Masque d’Or, collection Parole d’Homme. Avril 2014. Ouvrage divisé en deux parties. La première partie est un dialogue entre trois voix, La Genèse sur la création du monde, L’Evolutionchronohumaine sur les différentes étapes de la vie d’un homme et la vie d’un petit homme. La deuxième partie est un abécédaire avec pour entrées les seuls lettres du mot notaire qui livre des impressions ou des ressentis de l’auteur sur maintes choses pas seulement notariales.

.

En vente aux EDITIONS DEDICACES :  http://www.dedicaces.ca/

Présentation

1870, Loigny la Bataille. La guerre franco-prussienne fait rage. En décembre, Loigny la Bataille est le théâtre d’une bataille meurtrière. Le Château de Villeprévost, réquisitionné par les bavarois, est transformé en hôpital de campagne.

« Les Prussiens se sont, côté nord, déployés de La Maladrerie à Lumeau en passant par Fougeu, Beauvilliers, Goury. Côté sud, les Français font front sur Nonneville, Villepion, Villours, Faverolles, Terre Rouge. Au milieu de ces deux lignes : Loigny est prise en étau. La bataille dans Loigny se fait pour une rue, un passage, une impasse, un quartier, une maison, une cave, pour rien. On se bat, c’est tout. Il faut avancer, ne pas reculer, mourir s’il le faut. »

« Cela fait quand même en une seule journée environ 15000 victimes soit environ 100 par kilomètre carré. … Quand même… une victime par cent mètres carrés ! »

L’ancien régisseur, Augustin, vit avec les siens au château cet épisode guerrier de l’histoire locale. Sa petite fille adoptive rencontrera-t-elle l’amour ? S’en sortiront-ils ?

………………………………

 AUGUSTIN ma bataille de Loigny 

PREFACE

 C’est avec grand plaisir que je vous fais part de ma réaction tout à fait admirative devant le manuscrit que vous m’avez si obligeamment adressé.

L’Histoire, dont vous décrivez un épisode avec une précision d’une impressionnante richesse, a écrit en effet en ces lieux l’une des pages les plus sanglantes et les plus héroïques du XIXème siècle finissant. La cérémonie annuelle de commémoration, émouvante par sa fidélité autant que par sa simplicité, habituellement tenue dans les conditions météorologiques assez exécrables que le vent de la plaine en décembre a coutume d’accentuer, nous permet d’imaginer les efforts et la souffrance endurés par les combattants des deux fronts.

Villeprévost, où vous situez votre nouvelle, ne se trouve à vol d’oiseau qu’à deux kilomètres du champ de bataille. Il s’agit d’une gentilhommière, agrandie et modifiée au siècle précédent, lieu de villégiature estivale d’une famille originaire de Tillay, que la charge de Conseiller du Roi au Châtelet d’Orléans au XVIIIème siècle retenait la plus grande partie de l’année dans cette ville. Les événements que vous relatez l’avaient transformée durant quelques semaines en hôpital de campagne de l’Armée bavaroise.

Il se trouve que le propriétaire de l’époque était mon arrière-arrière grand-oncle Émile Fougeron, marié mais mort sans postérité. Ce dernier était effectivement très bon et généreux pour tous ceux qui avaient une raison de le côtoyer ; on rapporte même que les employés des Chemins de Fer d’Orléans et d’Orgères en Beauce l’appréciaient particulièrement pour la largesse avec laquelle il distribuait ses cigares lorsqu’ils attelaient son wagon personnel… Ce qui est certain, c’est qu’il a laissé le souvenir d’un homme de devoir dont la fortune n’avait pas altéré l’abord avenant et ouvert. Son épouse, Marie-Amélie, était d’une santé fragile et ne partageait pas de ce fait l’intrépidité que vous attribuez à son mari dans votre récit.

La vie menée par mes aïeux dans cette maison que j’habite aujourd’hui avec bonheur était, en dehors de la période ténébreuse que vous évoquez, et à en croire les récits et souvenirs familiaux, emplie de la paisible agitation d’une grande maison vivant en quasi-autarcie. Après la fin de la guerre de 70 et la construction de la chapelle érigée en action de grâce, elle était rythmée, durant ma jeunesse, par la cloche appelant le hameau à la prière du soir. L’aisance financière de mes aïeux leur permettait de recevoir avec facilité et leur foi profonde les rendait proches du clergé dont les représentants prenaient souvent place à leur table, d’où les fréquents séjours des évêques d’Orléans ou de Chartres à Villeprévost.

La piété ambiante de l’époque et le respect réciproque entre personnes de conditions sociales différentes qui imprégnait manifestement alors les rapports humains dans cette petite communauté de Villeprévost, contribuaient certainement comme vous le décrivez, à maintenir une relation paisible et confiante entre ses habitants.

C’est pourquoi, si le récit n’apparaît, dans la nouvelle ou le roman, qu’au prix de quelques entorses à la réalité de certains faits, la vérité de l’environnement social et historique de votre récit me semble parfaitement restituée.

C’est donc à la fois avec gratitude et amusement que j’ai pris grand plaisir à cette lecture, en témoin captivé par le romanesque d’un récit en un lieu et en un temps qui me sont familiers.

Villeprévost,

25 février 2012

.

IMG_20140424_154217 (2)
.

© Jean-Louis Riguet Mai 2014

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://www.dedicaces.ca/

http://librebonimenteur.net/

Publié par Laisser un commentaire

MERCI à Guy Boulianne

.

Merci à Guy BOULIANNE et à Thierry ROLLET

Voilà ce que Monsieur Guy BOULIANNE, Président Directeur Général des EDITIONS DEDICACES, publie à propos de mon roman L’ASSOCIATION DES BOUTS DE LIGNES, alors que ce n’est pas lui l’éditeur.

En effet, ce roman est publié aux EDITIONS DU MASQUE D’OR, où il a obtenu le prix SCRIBOROM 2013.

Je remercie sincèrement Guy de cette publication

qui fait montre d’une excellente confraternité avec

Thierry ROLLET Directeur

des EDITIONS DU MASQUE D’OR.

Certes, je suis aussi un auteur de l’écurie DEDICACES, mais quand même cela vaut la peine de saluer  ce geste !

J’ai publié aux EDITIONS DEDICACES

le roman historique AUGUSTIN ma bataille de Loigny (voir ci-après)

.

Jean-Louis Riguet obtient un article dans La République du Centre

Posted: 05 Jan 2014 11:00 AM PST

L’auteur Jean-Louis Riguet vient tout juste d’obtenir un article de presse dans le quotidien La République du Centre, en France, pour son dernier livre intitulé « L’association des bouts de lignes », publié aux éditions du Masque d’Or (collection Adrénaline).

Voici ce que la journaliste Chantal Machicoane écrit à ce propos : « Mais où diable maître Jean-Louis Riguet a-t-il trouvé tout cela !? Ce notaire orléanais, Poitevin d’origine, Hilairois d’adoption et exerçant sa profession depuis des décennies, est débordant d’imagination. Et c’est avec délectation, et d’un trait, que se lit son deuxième roman, publié en octobre dernier : L’association des bouts de lignes, aux éditions du Masque d’Or. « Il s’agit d’un roman d’investigation fantaisiste, une enquête humoristique, un voyage dans l’Orléanais », explique Jean-Louis Riguet. Sympathique et humble, l’auteur a décroché avec ce livre le prix Scriborom 2013 du roman. Jean-Louis Riguet est membre de la Société des Gens de Lettres et sociétaire de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature. »

Vous pouvez cliquer sur l'image pour télécharger l'article de presse au format JPEG.
.
.
Guy BOULIANNE m’a fait confiance à l’occasion de la publication du roman historique qui relate un épisode très sanglant de la Guerre de 1870 à LOIGNY-LA-BATAILLE (Eure et Loir). J’espère qu’il a eu raison. En tous cas, je l’en remercie.
.

Augustin, ma bataille de Loigny

Nous vous rappelons que Jean-Louis Riguet a aussi publié aux Éditions Dédicaces son tout premier roman intitulé « Augustin, ma bataille de Loigny« , dont voici le résumé :

1870, Loigny la Bataille. La guerre franco-prussienne fait rage. En décembre, Loigny la Bataille est le théâtre d’une bataille meurtrière. Le Château de Villeprévost, réquisitionné par les bavarois, est transformé en hôpital de campagne. Les Prussiens se sont, côté nord, déployés de La Maladrerie à Lumeau en passant par Fougeu, Beauvilliers, Goury. Côté sud, les Français font front sur Nonneville, Villepion, Villours, Faverolles, Terre Rouge. Au milieu de ces deux lignes : Loigny est prise en étau. La bataille dans Loigny se fait pour une rue, un passage, une impasse, un quartier, une maison, une cave, pour rien. On se bat, c’est tout. Il faut avancer, ne pas reculer, mourir s’il le faut. Cela fait quand même en une seule journée environ 15000 victimes, soit environ 100 par kilomètre carré. … Quand même… une victime par cent mètres carrés !

L’ancien régisseur, Augustin, vit avec les siens au château cet épisode guerrier de l’histoire locale. Sa petite fille adoptive rencontrera-t-elle l’amour ? S’en sortiront-ils ?

Jean-Louis Riguet est membre du Bottin international des professionnels du livre.

.

.

Je profite de cet article pour remercier Guy BOULIANNE et Thierry ROLLET de leur coopération et de leurs encouragements à propos de la publication de ces deux ouvrages.

Ils vont, tous les deux, être mis de nouveau à contribution.

Les EDITIONS DEDICACES publieront en 2014 un roman à base autobiographique

LA VIE EN ARCHIVES D’UN PETIT GARS.

Rappelons que ce livre est déjà dans la LISEUSE des EDITIONS DEDICACES.

Les EDITIONS DU MASQUE D’OR publieront en avril 2014 un essai DELIRE TRES MINCE.

Je les en remercie tous les deux.

.

Première de couverture L'Association des Bouts de Lignes
Première de couverture L’Association des Bouts de Lignes

.

Première couverture Augustin
Première couverture Augustin

.

Pour qu’il n’y ait plus jamais ça ! Vidéo faite par les Editions Dédicaces.

.

.

 http://www.sgdl-auteurs.org/jeanlouis-riguet/

http://www.m-e-l.fr/jean-louis-riguet,ec,1053

http://nouvelles-masquedor.e-monsite.com/

http://www.scribomasquedor.com/

http://www.dedicaces.ca

http://librebonimenteur.net/

.

Jean-Louis RIGUET

Membre de la Société des Gens de Lettres et du Bottin International des Professionnels du Livre

Sociétaire de la Maison des Ecrivains et de la Littérature

 .

Publié par Laisser un commentaire

Salon Mennecy 2013

.

Salon du Livre de l’Ile de France à Mennecy

7 et 8 décembre 2013

.

Vidéos salon du livre de l’Ile de France 2013

youtube.com/watch?v=xXqhuP…

youtube.com/watch?v=QhHPiX…

.

.

J’avais apporté deux romans :

.

07122013115

.

08122013119

.

AUGUSTIN ma bataille de Loigny, ce roman historique installé dans le château de Villeprévost, transformé pour la circonstance en hôpital de campagne par les Prussiens. Augustin, l’ancien régisseur, qui a travaillé là toute sa vie, est réquisitionné par le propriétaire des lieux, Monsieur Emile FOUGERON, pour mettre un peu d’ordre dans les files des blessés qui se massent dans la cour. Augustin y apprendra par les soldats tout ce qui se passe sur les lieux de la bataille à deux kilomètres, à Loigny la Bataille. La bataille aura lieu toute la journée par un froid de moins 20 degrés, la neige et autre vent froid. Les combats violents et sanglants du château de Goury. La charge du Général Gaston de Sonis à la tête de ses Zouaves Pontificaux précédés de l’étendard Sacré. Sa blessure qui lui a coupé une jambe, et son attente douloureuse toute la nuit en priant la Vierge Marie. Heureusement que sa petite fille par adoption, Louise, trouve l’amour et que tous les habitants du château sont sains et sauf, ce qui vaudra à Madame Fougeron de faire édifier quelques années plus tard une chapelle en remerciement. Bataille inutile mais sanglante. 15000 victimes, morts et blessés sur un petit territoire.

.

Première de couverture d'AUGUSTIN ma bataille de Loigny en vente aux EDITIONS DEDICACES
Première de couverture d’AUGUSTIN ma bataille de Loigny en vente aux EDITIONS DEDICACES

http://www.dedicaces.ca

.

. L’ASSOCIATION DE BOUTS DE LIGNESprix SCRIBOROM 2013, ce roman d’enquête humoristique pour l’exécution d’un testament d’un original qui a truffé celui-ci de conditions à remplir dans un délai déterminé. Les légataires universels sont les membres du conseil d’administration de l’association qui demeurent en bout des lignes de transports en commun de la ville d’Orléans. C’est un parcours dans les rues de l’agglomération et dans les différentes spécialités Orléanaises. La découverture d’un jeu de cartes : le Trut. De rebondissements en rebondissements, l’exécuteur testamentaire (un avocat) aidé par un enquêteur (un coureur de jupons) traque ceux qui peuvent réunir les conditions pour hériter. Les éliminations vont bon train. La question reste jusqu’à la fin : qui héritera ?

.

Première de couverture L'Association des Bouts de Lignes
Première de couverture L’Association des Bouts de Lignes

En vente aux Editions du Masque d’Or

http://www.scribomasquedor.com/

.

07122013117

.

.

http://www.sgdl-auteurs.org/jeanlouis-riguet/

http://www.m-e-l.fr/jean-louis-riguet,ec,1053

http://nouvelles-masquedor.e-monsite.com/

http://www.scribomasquedor.com/

http://www.dedicaces.ca

http://librebonimenteur.net/

.

Jean-Louis RIGUET

Membre de la Société des Gens de Lettres et du Bottin International des Professionnels du Livre

Sociétaire de la Maison des Ecrivains et de la Littérature

 .

 

Publié par Laisser un commentaire

Conférence Augustin Maison de la Beauce

.

AUGUSTIN ma bataille de Loigny

sera en conférences à la Maison de la Beauce à ORGERES EN BEAUCE

le dimanche 1er décembre 2013 à 15 H

Jean-Louis RIGUET dédicacera son livre à l’issue de la conférence

.

« Augustin, ma bataille de Loigny »

Dimanche 1er décembre à 15h à la Maison de la Beauce, Jean-Louis RIGUET

vous accueillera pour partager, le temps d’une conférence, le récit d’un épisode

de la bataille meurtrière qui s’est déroulée à Loigny-la-Bataille (28).

En 1870, la bataille entre les prussiens et les français fait rage. Le château de

Villeprévost, situé  à 3 km de Loigny, est réquisitionné par les bavarois et

transformé en hôpital.

Jean-Louis Riguet, à travers le personnage d’Augustin, régisseur du château,

nous fait vivre ces faits historiques qui ont profondément marqué le territoire

et dont nous retrouvons localement de nombreuses traces. Aussi les armées

semblent prendre vie sous la plume de l’auteur, les prussiens d’un côté,

les zouaves pontificaux de l’autre.

Ce temps de partage sera suivi d’une séance de dédicace.

Cette conférence fait écho à la journée de commémoration,

organisée par l’Association des Amis de Sonis,

qui se déroulera le matin du dimanche 1er décembre à Loigny-la-Bataille.

Informations pratiques :

Entrée : 2 euros (gratuit pour les adhérents).

.

http://www.lamaisondelabeauce.com/2013/11/augustin-ma-bataille-de-loigny/

.

Un grand merci à

Charline Serva : directrice-médiatrice culturelle 

qui a organisé cette conférence-dédicace

.

C’est aussi sur radio Intensité

http://www.intensite.net/2009/node/69563

.

.

Jean-Louis RIGUET

.