Les jours où je suis née, de Valérie François

.

Les jours où je suis née

 

de Valérie François

.

 

.

Bookélis

Date de publication : 04/10/2018
Dimensions : 14,5 x 21 cm
Nombre de pages : 464
Collection : Roman
ISBN : 978-2-8221-0067-0

EAN : 9782822100670

Broché :19 €

Livre numérique

https://www.bookelis.com/romans/33408-Les-jours-ou-je-suis-nee.html

 

.

Quatrième de couverture

Depuis toujours, la petite Vietnamienne Luu-Ly dissimule ses cheveux trop blonds sous son foulard. Pourquoi n’a-t-elle pas hérité de la beauté exotique de sa mère ?
Lorsqu’elle découvre enfin la vérité, il est trop tard. Placée dans un orphelinat, son seul moyen de survie est… le silence.
C’est à l’âge de quinze ans qu’un riche homme d’affaires venu de New York lui offre ce qu’elle n’espérait plus.
Devenue Lily-Rose Becker, va-t-elle pouvoir recoller les morceaux d’une vie brisée ? Parviendra-t-elle à tenir la promesse faite à sa mère lorsqu’elle était enfant ? Et surtout, doit-elle faire confiance à l’irrésistible et mystérieux John Walker ?
Un récit passionné et passionnant qui touche directement au cœur, où le suspense voisine avec l’humour, où l’évasion côtoie les grands sentiments. Indispensable !

.

.

Extraits :

En arrivant enfin, Minh-Tâm essoufflée et affolée jeta littéralement son vélo contre un muret en pierre. Sa toute petite fille, blottie contre sa poitrine, ressemblait à présent à une poupée de chiffon dont tous les membres paraissaient disloqués. Elle n’avait pas survécu, Minh-Tâm le savait, mais elle la berçait, espérait et lui parlait. Elle savait que le maigre filet de vie avait quitté ce corps trop petit et si fragile. Elle avait  pourtant prié, encore et encore :
– Patience, petit ange. Tiens bon, ça va aller ! Je t’en supplie, pense à ton papa !

Les larmes lui piquaient à nouveau les yeux, mais elle voulait garder espoir, le docteur saurait quoi faire… forcément. Il allait sauver son bébé, la féliciter d’avoir mis au monde une fillette si forte et si parfaite, puis elle ramènerait leur enfant à Cao-Minh qui serait tellement fier d’elle…
Elle allait s’élancer vers l’entrée du dispensaire quand Minh-Tâm aperçut une jeune femme blanche, un nouveau-né dans les bras, prête à pénétrer dans l’hôpital de fortune. Le bébé poussait des cris stridents tandis que, dans un landau, un autre nouveau-né dormait à poings fermés. C’est à ce moment-là que le vacarme éclata et la coupa dans son élan. Des hurlements incompréhensibles et des cris de terreur se firent entendre depuis le dispensaire. Le corps de la femme blanche se figea également.

 

Peu à peu, la petite Luu-Ly – que j’étais – grandissait et des petits cheveux fins et blonds commençaient à parsemer ma petite tête pâle. Les regards changèrent lorsque Minh-Tâm croisait les gens dans la rue avec « sa » fille. Puis, des rumeurs commencèrent à circuler, elles prirent rapidement de l’ampleur et Minh-Tâm sentit ostensiblement le comportement de Cao-Minh se modifier.
Il devint silencieux et distant, aussi bien envers elle qu’envers moi.
Lorsque nous sortions dans le village, en « famille », elle sentait son mari mal à l’aise et effacé, comme s’il tentait de se rendre invisible. Elle percevait nettement la douleur qui se propageait en lui, jour après jour, grandissante, jusqu’à devenir dévorante.
Plus mes cheveux poussaient, plus Cao-Minh s’éloignait, plus elle avait mal. De mon côté, je m’épanouissais, drôle, belle et intelligente sous mes cheveux blonds et ma peau de porcelaine…
Selon ma mère, bien sûr ! Évidemment, elle ne pouvait se confier à personne, elle était bien trop empêtrée dans son mensonge, mais surtout… comment rouvrir « la parenthèse » ? Comment se remémorer la mort de son bébé ? Comment expliquer sa folle décision ? Comment pourrait-elle justifier son acte ? Pourtant Thihaly, qui l’avait aidée à accoucher, avait essayé de savoir et de la faire parler.

 

.

Ce que j’en pense

L’histoire est prenante et fait voyager, au propre comme au figuré. On sent que l’auteure est passionnée par les voyages, les gens, les cultures. L’analyse des personnages est détaillée sans complaisance. Les soubresauts ne manquent pas tout au long de la narration.

L’on suit avec impatience l’évolution dans sa vie de Luu-Ly, cette petite Vietnamienne aux cheveux blonds, depuis sa naissance jusqu’à la réalisation de son grand amour. Nous sommes happés par l’histoire de Luu-Ly, devenue Lily-Rose, qui nous tient en haleine du début à la fin.

Cette belle histoire m’a subjugué. Très émouvante, captivante, cette intrigue est pleine de rebondissements, avec des personnages consistants et attachants qui font découvrir l’amour, l’amour sous différentes formes, dans les difficultés de la vie et malgré les différences.

Ce livre est bien écrit, bien construit, sans fautes d’orthographe, avec des virgules, comme il se doit, devant, mais et car.

Tout cela contribue à faire une lecture très agréable.

Si vous voulez passer un moment délectable, plongez-vous sans délai dans ce livre que je recommande.

Lisez ce livre sans modération.

.

L’AUTEURE

 

 

En savoir plus sur Valérie François :

 

https://librebonimenteur.net/tag/valerie-francois/

 

 

.

.

Un livre à lire absolument !

.

© Jean-Louis Riguet – Librebonimenteur.net – 15 novembre 2018

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

JL à l’écoute de… Valérie FRANCOIS


JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Valérie FRANçOIS

.

.

1/Qui êtes-vous ? Quel est votre parcours ?

Pas de grandes écoles ni de grandes études, pas de formation littéraire particulière, MAIS beaucoup d’autres inspirations gratifiantes sont entrées dans ma vie et m’ont permis de me bâtir et de m’épanouir. Je me présente, Valérie FRANCOIS.

 

2/Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

J’ai eu la chance de faire plusieurs métiers dans la vente, l’administratif, la gestion. Je suis aujourd’hui instructeur du droit des sols en service urbanisme.

 

3/Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre passion ?

J’aime et je suis curieuse de tout. Mon mari est sculpteur et je suis éblouie par ses réalisations. Les différents talents m’étonnent toujours et attisent vraiment ma curiosité. Pour ma part, même si j’adore la lecture, le théâtre et le cinéma, il n’y a que l’écriture qui me passionne réellement. Lorsque mes personnages naissent et prennent vie au fur et à mesure des pages, je me sens totalement euphorique et rien d’autre ne m’apporte autant de satisfaction.

 

4/Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

J’espère que mes lecteurs vont tomber sous le charme de ma petite héroïne. J’espère qu’ils me feront des retours sur leur lecture et leurs ressentis. Je pense que les critiques bonnes ou mauvaises sont le secret de la progression.

Aujourd’hui, pour se faire connaître, les réseaux sociaux sont des outils incontournables. Alors, je m’y attèle, j’essaye et je progresse (enfin, j’espère !).

 

5/Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Je n’ai pas encore de dates à vous communiquer, mais j’espère pouvoir aller à la rencontre de mes lecteurs à travers des salons, des évènements, etc. Toutes les informations seront sur les réseaux sociaux.

 

6/Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

J’écris un peu depuis toujours. J’ai plusieurs cahiers de poèmes, certains datent de mon adolescence. Toutefois, « Les jours où je suis née » est mon premier « vrai » travail en tant qu’auteure. Je ne m’étais jamais autant investie auparavant sur mes écrits.

 

7/Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

« Les jours où je suis née » relate l’histoire d’une petite fille enlevée à l’âge de trois semaines. Elle va devoir vivre une vie qui n’aurait pas dû être la sienne. Lorsqu’adolescente elle retrouve ses véritables racines, dans un pays, une culture et une langue qu’elle ne connaît pas, elle se lance dans un nouveau combat pour devenir la personne qu’elle aurait dû être. J’espère que Luu-Ly, cette petite Vietnamienne blonde, dont le physique est aux antipodes des habitants de son pays saura vous faire rire, vous émouvoir et vous surprendre.

 

8/Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

Mon roman est disponible depuis le 4 octobre 2018 sur Amazon en version papier et numérique, mais également sur toutes les plateformes de Bookelis.

 

9/Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? Aux e-books ?

Chaque méthode a ses avantages et ses inconvénients. Le monde littéraire subit actuellement un remaniement total. L’arrivée des livres numériques a tout chamboulé et c’est tant mieux. Au départ, les auteurs se servaient de ce nouvel outil par obligation. Les éditeurs n’ont ni le temps ni les moyens d’investir dans la publication du roman d’un parfait inconnu. L’édition à compte d’auteur était une solution de dernier recours. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas. L’autopublication apporte beaucoup d’avantages et de plus en plus d’auteurs choisissent ce mode de fonctionnement. Beaucoup moins confortable que l’édition à compte d’éditeur, l’édition à compte d’auteur permet toutefois de garder la main sur la totalité de son projet. La finalité du travail n’en est que plus valorisante.

 

10/Quel est le conseil le plus important que vous avez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

Des conseils, on en reçoit tout au long de sa vie. Ils sont le plus souvent bienveillants, mais parfois difficiles à suivre. Pour certains d’entre eux, il faut avoir atteint la maturité suffisante pour les comprendre pleinement.

Bizarrement, j’ai passé ma vie à répéter à mes enfants qu’il n’y a que ceux qui vont au bout de leurs rêves qui peuvent les atteindre. Aujourd’hui, j’ai donc décidé de tout faire pour être à la hauteur des miens.

 

11/Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

Je pense que les poèmes et les romans ont ma préférence. Probablement parce que c’est avec ces deux genres littéraires que j’arrive le mieux à m’exprimer.

 

12/Comment écrivez-vous ? 

Lorsque j’ai un sujet dans la tête, je le laisse prendre forme un moment, puis souvent je l’abandonne en me disant que ce n’était pas une assez bonne idée. Quelques jours ou semaines plus tard, il se peut que ce sujet revienne accompagné cette fois de nouvelles idées. Il s’étoffe, s’enrichit, se développe. Je le remets de côté une ou deux fois de plus, puis lorsqu’il est suffisamment mûr, solide et qu’il s’impose à moi, je me rends compte que c’est absolument là-dessus je que veux écrire. Après, plus rien ne peut m’arrêter et je ne pense plus qu’à ça. Mon histoire et mes personnages se mettent à trotter dans ma tête sans cesse et m’empêchent de me concentrer sur autre chose. C’est relativement encombrant, mais tellement excitant.

 

13/Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu, en vue d’écriture, des commandes d’ouvrages ?

Peu importe le genre ou le style. Mon inspiration vient des romans en général. Que ce soit la richesse d’un historien, la créativité d’un écrivain fantastique, la délicatesse d’un auteur romantique ou le mordant d’un humoriste, tout est susceptible de me plaire et de m’inspirer.

Non, je n’ai encore jamais eu de commande d’ouvrage, je ne sais d’ailleurs pas si je serais capable de répondre à cette attente. Au quotidien, nous devons suivre des codes normalisés que ce soit dans la société, au travail, dans la vie de tous les jours. Écrire me permet de m’évader de tout cela et de créer quelque chose exactement comme j’en ai envie. Alors une commande spécifique, je ne sais pas.

 

14/Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

Oui, mes personnages sont imaginaires. Je ne construis pas vraiment d’intrigues. Je ne fais ni fiches de personnages ni plan de récit. J’ai une idée de roman, je sais comment le commencer et où je veux arriver, mais entre les deux, je découvre au fur et à mesure les évènements qui vont se dérouler. Les idées viennent à mesure que les personnages prennent vie et s’affirment. J’adapte le déroulement de mon récit à leur personnalité. Avec un plan, je me retrouverais cantonnée dans un cadre qui risquerait de brider mes idées et la créativité de l’histoire.

 

15/Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

De faire preuve de patience et de persévérance. Il y a parfois des jours entiers de travail où rien n’avance vraiment, mais où tout prend forme.

À force de travail et de remaniement, chaque partie, chaque phrase, chaque mot prend enfin sa place définitive et votre histoire se met à vivre.

 

16/Quels sont vos auteurs préférés ?

Personne en particulier et tout le monde en général. Je suis bon public. Idem pour les acteurs ou les chanteurs. Je tombe en extase devant un film, un livre ou une chanson, pas forcément devant le chanteur ou l’acteur.

 

17/Que lisez-vous en ce moment ?

« Chanson douce » de Leïla Slimani. La première phrase de ce roman est étonnante. Impossible de ne pas lire le reste.

 

18/Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Oui, en effet, je travaille déjà sur mon prochain roman. Mon personnage principal, un peu déjanté, me donne un plaisir fou. Tour à tour touchante, drôle, exubérante, j’adore son caractère entier. Elle grandit de jour en jour et j’ai hâte de la voir éclore totalement.

 

19/Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Sur ma page Facebook, mon Instagram et mon Twitter.

————-

Le 02 octobre 2018.

Valérie FRANCOIS

.

.

Je remercie sincèrement Valérie FRANCOIS d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, sculpteur, peintre, photographe, acteur, comédien, théâtreux, styliste, musicien, chanteur, colleur de papiers, en un mot artiste  sans discrimination de l’art pratiqué,

si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site est ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

Chaque chronique est ensuite partagée sur Facebook, Twitter, Linkedin, Google+, Pinterest et parfois Tumblr.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

© Jean-Louis RIGUET 9 octobre 2018

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.