Montmeyan et la Poésie – Festival Poévie

POEVIE EN 2015

Photo de Richard Taillefer.

 

Montmeyan en PoéVie …..Comme un claquement d’ailes au cœur de l’été provençal. « .
Richard Taillefer et les amis de la poésie, de la chanson et des arts, vous invitent à une soirée poétique et musicale non stop de 18h à minuit.

On vous attend nombreux à Montmeyan dans le Var, le vendredi 7 août 2015, pour nous retrouver en PoéVie, lors d’une soirée conviviale dans le cadre d’une scène ouverte à tous les amis de la poésie, de la chanson et des arts. A cette occasion nous annoncerons la programmation de la deuxième édition du festival Montmeyan en PoéVie, qui se déroulera le vendredi 5 et le samedi 6 août 2016

Le vendredi 7 août 2015

Sont déjà annoncés: Thomas Chaline, le groupe d’artistes «Poète, Vos Papiers » et ceux du CERCLE PHILHARMONIQUE de St Maximin et son irremplaçable animateur Jean Paul Favier,

Sont également invités, durant 4h de spectacle au cours duquel résonneront les voix métissées de la poésie, du conte, du Slam, de la chanson et des arts, Mireille Bergès , Michel Goldmann, , Brigitte Maille, Jean Paul Favier, Eliane Tresdoi , Tamèr Slam , Mireille Bergès , Richard Caraco. Angèle Casanova, Olivier Savignat, Jean-Louis Riguet, Jean- Jean Jacques Castex, Dominique Fabre, Christophe Forgeot…

Lors de cette soirée, l’association Verdon Vidéo photos reportages (VVPR) nous invitera à visionner, le montage du documentaire de 30 minutes sur la première édition du Montmeyan en PoéVie – festival des 25 et 26 juillet 2014.

Faire tourner l’information. Merci
Le bureau de l’association des amis de la poésie, de la chanson et des arts.

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

Jean-Louis RIGUET 07 juillet 2015

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://librebonimenteur.wordpress.com/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

http://jeanlouisriguetecriveur.blogspot.fr/

.

JL à l’écoute de … Agnès Courdavault-Duhamel

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Agnès Courdavault-Duhamel

.

DSCF8349

.

1/ Qui êtes-vous   (VOS Prénom et NOM) ? Quel est votre parcours ?

Agnès Courdavault

Née sous la 4ème République (sous Bourgès-Maunoury, un illustre inconnu de notre Histoire) au centre de la France, mariée, arrière-grand-mère

Etudes littéraires rapidement écourtées par la vie, suractive (aime ça, au fond)

Rescapée d’un gros tas de choses.

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

Plein de petits métiers puis facteur et aujourd’hui Tourneur d’Orgue de Barbarie, (toute une vie sur le trottoir !

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre passion ?

J’ai adoré découvrir le théâtre (pas longtemps hélas) je chante au pied d’un orgue de barbarie , et commence la photographie…..ma passion : vivre

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

« admirateurs » rien ça fait peur……lecteurs : partager ce regard en parler s’amuser de tout ça aussi et bien sûr devenir riche comme tous les poètes que je connais ( lol)…..comment : euhhhh je ne suis pas douée, j’ai besoin des copains qui savent, ils sont gentils ils m’invitent parfois, et quand je suis embauchée c’est surtout pour chanter…

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Je participe aux évènements qui ont lieu autour des publications qui me concernent bien sûr, les « weekend end » des Ormes chez Christine Guilloux, festivals, je soutiens les copains qui en organisent (Montmeyan, ou le FPPN par exemple)

 

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

Depuis l’enfance, je dois mes premières considérations extra scolaires à la Jointée qui m’accueillit dès mon premier contact en son comité et dans les pages de Jointure

Membre du Comité de Lecture et d’Administration de Jointure depuis 1984, et de Poésimage (15 ans) pour qui je fus entre autres, responsable  de l’organisation de «  la nuit de la poésie débraillée »,

J’ai été inscrite à la Société des gens de lettres, et puis j’ai cessé de cotiser faute de moyens à l’époque, et je ne m’en suis plus occupée faute de temps, ce cercle était une mine d’étonnements passionnants !

J’ai fourni des textes et mon soutien logistique et scénique à un groupe d’enfants musiciens d’ici en concert classique au Canada

Publie peu, (et plutôt en groupe par goût)

Dans les revues Jointure, Le Cerf-Volant, Zburatorul  (En Roumanie) les anthologies Jointhologie, Poésie à Paris, les écrivains de la Société Littéraire des PTT (ancienne postière), dans des ouvrages collectifs Renaissance de la maison des Ormes, Emmanuel Lochac…

Un tout petit recueil en 2000 publié par le cercle Les Adex «  Au bar Andalou » épuisé

 

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

Et le premier, en gestation, j’aimerais rassembler 4 poèmes longs (sujets sans rapports entre eux)  sous un même format à glisser dans la poche, peut être avec des photos ou des dessins (je ne sais pas dessiner, ce n’est pas gagné)…je me renseigne et prends conseils,

 

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

Je le dirais c’est promis

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? Aux e-book ?

Vu mon niveau de compétence sur le sujet, je devrais faire taire mon clavier. Cela dit j’ai croisé quelques propositions un rien louches et/ou dispendieuses à faire frémir un avocat bien mûr !

 

10/ Quel est le conseil le plus important que-vous-ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

« Ne sortez jamais avec un manuscrit sous le bras ! Choisissez un ouvrage de votre hôte » me disait Jacques Arnold et Michel Martin ajoutait  « viens prendre une bière et réfléchissons ! »

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

Ecrire : poésies articles billets chansons discours fous

Lire : j’aime en général, mes amis me prêtent des livres en songeant qu’ils vont m’intéresser et ils gagnent à tous les coups, ceci me confère un éventail très large de possibilités (dans mes moyens) et une ouverture non négligeable sur des sujets que je n’aurais pas croisés seule….

 

12/ Comment écrivez-vous ? 

Techniquement, parfois vautrée, à la bille, au clavier, et inversement car je triture les phrases, les imprime et recommence

Sur le fond : quand c’est possible, un peu comme je chante, Jacques Arnold disait «  pop poésie », j’aurais adoré écrire  avec une certaine distinction du langage, un style aristocratique d’antan de gens un rien coincés qui se vouvoient même au lit…. mais ça ne me ressemble pas, par conséquent….

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

Les voyages inspirent des poèmes courts apparentés à des photos, les expériences et les lectures approvisionnent les articles et ressentions pour Jointure et autres revues (musiques mécaniques vivantes par exemple)

 

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

Rarement imaginaires, je raconte, j’associe, je montre

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

Ne soyez pas trop sage la vie courte

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

Presque tous, et curieuse avec ça… je garde une tendresse pour Hugo et Voltaire

 

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

Les romans érotico-sentimentaux à la mode pour mieux comprendre les conversations de mes nanas

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Un autre ouvrage avec Christine Guilloux sur «  le mouvement c’est la vie, la vie c’est le mouvement »

Et deux stages chant et interprétations pour chanter bien de nouvelles chansons

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

9 et 10 mai festival d’orgues d’Arpajon

25 mai festival populaire de poésie nue de Goussainville

26 juillet festival de St Cyprien sur Dourdou

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Bonne question ! Sur le net parfois, sur ma page Facebook….

————-

Le 22 avril 2015

 

Agnès Courdavault-Duhamel

.

avril 2015 098

 

FPPN 2012

 

CIMG2361

 

poesiemo

 

monpoesi

.

Je remercie sincèrement Agnès Courdavault-Duhamel  d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

Jean-Louis RIGUET 23 avril 2015

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://librebonimenteur.wordpress.com/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

http://jeanlouisriguetecriveur.blogspot.fr/

http://riguet-jean-louis.e-monsite.com/

.

La vie en archives obtient une belle critique de l’Ecritoire des Muses

Le site L’ECRITOIRE DES MUSES

consacre une très belle chronique à mon roman autobiographique

LA VIE ARCHIVES D’UN PETIT GARS

image (5)

Publié aux EDITIONS DEDICACES

. En vente sur le site :

http://dedicaces.biz/2014/12/01/la-vie-en-archives-dun-petit-gars-par-jean-louis-riguet/

.

Annie Forest-Abou Mansour 

a pris le temps, et la peine, de lire ma prose et je l’en remercie vivement. Elle en a tiré une très belle chronique que je vous invite à lire.

 .

En voici un extrait :

   Dans un récit où le passé s’écrit au présent afin de saisir chaque instant et de lui donner l’acuité de la vie, Jean-Louis Riguet raconte l’existence d’un « petit gars » anonyme,  comme tant d’autres êtres humains, issu d’un milieu modeste  localisé « aux confins du Poitou, de l’Anjou et de la Touraine ». Dans La vie en archives d’un petit gars, Jean-Louis Riguet mêle journal intime, fiction biographique,  roman picaresque, mettant en archives comme l’indique le titre éponyme de nombreuses informations sur la vie de François-Xavier Guery, son double (?).  Ce « petit gars »banal,  parti de rien, tout au long de son existence se forge un destin. Il ne peut que compter sur sa faculté d’adaptation, le hasard des rencontres …

Vous pouvez lire la suite sur le site L’écritoire des muses à l’adresse suivante :

http://lecritoiredesmuses.hautetfort.com/archive/2015/04/10/la-vie-en-archives-d-un-petit-gars-5601547.html?c

.

Associé à La Vie en archives d’un petit gars, un complément indispensable, pour bien cerner la personnalité de l’auteur, l’essai :

DELIRE TRES MINCE

publié aux EDITIONS DU MASQUE D’OR

 Qui avait obtenu une très belle chronique de

Marie BARRILLON,

Auteur, Chroniqueuse Littéraire,

sur son site 

Marie BARRILLON (Auteur)

.

http://mariebarrillon.blogspot.fr/2014/11/delire-tres-mince.html

.

Un extrait :

À l’ouverture de cet ouvrage, nous entamons un périple en compagnie de trois personnages : le Créateur, l’Evolutionchronohumaine et le Petit Homme.
Selon le narrateur, le Créateur (Dieu) sans occupation doit probablement s’ennuyer fortement, de ce fait, pour remédier à cet ennui, il s’investit d’une tâche qui lui fournirait une activité de loisirs à temps plein. Il s’investit « en architecte d’un système qui fonctionnerait tout seul, tant en heur qu’en malheur. Il faudrait aussi des pantins qui s’agiteraient tout seuls… » Néanmoins, comme cela ne lui suffit pas, le Créateur innove un peu plus en ajoutant que « parmi les pantins, il pourrait y avoir des bipèdes », et bien entendu pour étendre le « jeu », « parmi les bipèdes, il serait bien d’en choisir un, un tout petit, pour voir comment est son évolution. »

.

Délire Très Mince 1ère

. En vente sur le site :

 http://www.scribomasquedor.com/pages/tous-les-livres-disponibles-aux-editions-du-masque-d-or-page-1.html

.

 Encore un grand merci à Annie Forest-Abou Mansour pour sa belle critique.

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

Jean-Louis RIGUET 13 avril 2015

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://librebonimenteur.wordpress.com/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

http://jeanlouisriguetecriveur.blogspot.fr/

http://riguet-jean-louis.e-monsite.com/

.

JL à l’écoute de … Lucie Léanne

 Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Lucie Léanne

.

Lucie Léanne

.

1/ Qui êtes-vous   (VOS Prénom et NOM) ? Quel est votre parcours ?

 Je mappelle Lucie Lacombe (nom de plume Léanne), je suis née à Paris ; très tôt jai voulu devenir écrivain. Jai fait des études de Lettres modernes à la Sorbonne nouvelle (Master) pour avoir une bonne culture littéraire.

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

Avant j’ai fait plein de petits boulots : secrétaire, caissière, assistante commerciale  mais le soir, épuisée, je n’arrivais pas à écrire. J’étais triste, sans ma drogue favorite l’écriture.  Alors un jour, j’ai tout arrêté pour pouvoir écrire : aujourd’hui je donne des cours particuliers de français et de littérature à des élèves, tous niveaux  confondus, je promène des chiens (dog-sitter) ; je vis humblement, des fins de mois difficiles mais j’ECRIS et je suis bien. Un mode de vie particulier.

 

3/ Quaimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre passion ?

Ma passion a toujours été l’écriture, plutôt une drogue. J’ai beaucoup lu depuis l’âge de sept ans, en classe, au collège ; j’étais un cancre car je lisais des jours durant, mon livre, caché sous la case. Une vraie librophage. J’aime aussi l’art, la photographie, la sculpture, la peinture mais le cinéma, j’ai du mal à suivre.

Autre passion : les escargots qui sont mes animaux domestiques.

 

4/ Quattendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

Qu’ils me lisent ! (sourire). J’ai créé un blog wwwlucieléanne.com blog d’un écrivain déjanté , dans le but de faire connaître mon dernier roman La Frontière, qui traite de l’asile psychiatrique. La folie étant mon thème de prédilection de tous mes romans.

J’essaie de me faire connaître par le net et via les réseaux sociaux.

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Non. Ah si ! Je suis passé en 1997 sur  Radio ici et maintenant 95,2  en 2007 pour un manuscrit refusé de peu (encore un !) par les maisons d’éditions. Ce roman s’appelait : Jamais sans mon chien

 

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Quavez-vous déjà écrit ?

J’écris depuis l’âge de sept ans. Un jour, quand j’ai su lire et écrire, je suis rentrée chez moi et ai décidé de ne plus retourner à l’école car je voulais devenir écrivain, donc je devais travailler. Pourquoi donc aller encore à l’école ?  (rire)

J’ai écrit  des poèmes, des nouvelles, des romans non publiés, des pièces de théâtre.

2 romans publiés : Le fou de Littérature, éditions Lettres du monde 1999

 Instants de vie, éditions Manuscrit.com, poèmes   2001

 

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

Mon dernier livre est le roman que je cherche à faire publier La Frontière. C’est l’histoire d’une jeune femme Miléna, enfermée dans un hôpital psychiatrique, contre son gré. Gavée de calmants, elle végète. Un jour, elle élabore un plan avec l’aide de pensionnaires très originaux, pour s’évader.

Roman autobiographique à 95 %. Le chapitre 1 est sur mon blog. Le style riche en poésie l’emporte sur l’histoire.

 

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

Le fou de littérature, éditions Lettres du monde (épuisé) sous mon vrai nom Lucie Lacombe  (1999)

Instants de vie, (2001) Lucie Lacombe Manuscrit.com sur Amazon. Attention ! Je ne touche aucun argent car Amazon a racheté la petite maison d’édition en question.

Autrement j’ai d’autres manuscrits refusés de justesse, (comité de lecture : 5 voix contre 4 généralement) par les maisons d’éditions. J’avais un agent littéraire, aujourd’hui à la retraite, Marie-Ange Masson Mosca.

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte dauteur ou à compte participatif ? Aux e-book ?

Je suis favorable car se faire éditer par des maisons d’éditions aujourd’hui est quasi impossible ; le talent ne suffit plus ; je connais bien le milieu. Il faut des relations, du piston.

De plus sur le web, il y a de gens qui écrivent très bien et qui malheureusement ne sont pas reconnus. On vit une époque où  un écrivain doit être « bankable », il doit vendre. Etre publié à compte d’auteur permettrait de dénicher de vrais talents, mais il faut qu’il y ait un gros réseau de distribution derrière.

Quant à l’e-book, pourquoi pas ? Il faut vraiment vivre avec son temps, dénicher de nouveaux écrivains sur le net. Les américains ont de l’avance sur nous ; l’autoédition n’est pas mal vue, contrairement en France.

 

10/ Quel est le conseil le plus important que-vous-ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

Réalise tes rêves : mon rêve : être reconnue par mes pairs comme un grand écrivain et en vivre.

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

Des romans qui parlent de ce que j’ai vécu ; j’écris avec mes tripes. L’imagination compte aussi énormément.

Pour la lecture : tout ; si j’accroche  dès les premières pages, je dévore !

  

12/ Comment écrivez-vous ? 

J’ai comme un appareil photo dans ma tête ; des images, des couleurs, des sons  y entrent. Les gens croient que je suis ailleurs, en fait j’observe, j’enregistre. Pour décrire telle scène, j’utilise de la musique (classique, pop rock…), je choisis au feeling un morceau ; je l’écoute plusieurs fois dans mon baladeur. Des images défilent devant mes yeux. Ensuite il me faut le silence complet ; là, je commence à écrire. Je suis tout le temps en train d’écrire, j’ai un calepin avec un stylo plume et je note des phrases mais j’écris chez moi ; je dois être seule dans la pièce, sinon je n’y arrive pas.

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes douvrages ?

Tout est autobiographique  (90 %-95 %; après je fais appel à mon imagination pour arranger le tout.

J’écris avec mes tripes ; c’est physique. Un peu comme un accouchement ; je ne sens pas de contractions mais des gargouillis dans le ventre.

 

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

Il y a une idée de départ mais jamais de plan établi à l’avance. Je dois me faire rêver ; il faut que j’atteigne le Beau, au point de vue du style et de l’histoire. Les personnages annexes sont imaginaires mais le « je », c’est à dire, moi, est bien réel.

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

Beaucoup lire,  travailler encore et toujours.

« Cent fois sur le métier, remettez votre ouvrage » citation de Nicolas Boileau

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

Duras, Céline, Le Clézio, Maryline Desbiolles, W.Burroughs, Howard Butten, Marllarmé, Nabokov.

 

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

Des citations de Bouddha.

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Je continue d’écrire des articles pour alimenter mon blog et travaille pour me faire connaître sur le net, repérer un éditeur qui voudra bien publier mon roman, de la Littérature au sens noble du terme.

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Non. Mais j’aimerais bien échanger avec des écrivains.

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Sur mon blog : www.lucieléanne.com blog d’un écrivain déjanté

J’ai une page Facebook où je distille mes articles sur l’écrivain que je suis, et autres réseaux sociaux : tweeter et Google plus. Autrement vous pouvez vous abonnez à ma newsletter sur mon site.

 

Une de mes citations : « L’écriture est une faiblesse magnifique ». Lucie Léanne

————-

Le  24 janvier 2015

Lucie Léanne

.

Le fou de littérature

.

Extrait de La Frontière, roman de Lucie Léanne

 

Je crois que les écrevisses ont pénétré dans mon corps et qu’elles en grignotent ses membres.  En ce moment leurs pinces raclent chaque pore de ma peau, la creusent, la vident  pour y cacher leurs œufs ; ça doit être vrai sinon comment font-elles pour se multiplier autant ? Et pourquoi les démangeaisons sont de plus en plus violentes? Je me gratte, ivre de désespoir. Bientôt mes ongles sont pleins de sang. Je suis à boue. Et je me gratte encore et encore, encore et plus fort.

-Sortez ! criai-je, sortez !!!

L’orage a éclaté dans ma tête ; violemment je la cogne contre le mur, dix fois, vingt fois. Les coups pareils à des éclairs, foudroient mon cerveau mais je continue toujours, vociférant, implorant que quelqu’un vienne enfin m’aider…Des phalènes dansent sous des lueurs huilées. Un crépuscule d’été doucement s’écroule puis se froisse comme une étoffe de soie. Les phalènes vibrent, palpitent ; leurs ailes caressent l’air tiède, les champs de blé, les pierres, la terre entière. Je cours dans cette blondeur, l’enroule autour de moi. Les phalènes me suivent, s’emmêlent à  mes cheveux. En bas du  chemin, la nuit est tombée ; elle a laissé un grand trou clair et de magnifiques étoiles. Surprise, je m’arrête, les ramasse : elles étincèlent ; leur lumière envoient des éclats blonds, très doux. Je souris : je suis dans l’incandescence de mes sept ans.

Pensées obliques. On attend toutes en file indienne dans le couloir pour aller aux douches ; un groupe constitué exclusivement de femmes. Pensées obliques. Je m’éveille parmi les vapeurs d’eau tiède, distingue des silhouettes vides qui patientent avec une pitoyable soumission. Je suis comme elle, obéissante à l’excès, abrutie par les calmants. Quand les écrevisses sont parties, ils m’ont fait dormir de longues heures et m’ont laissé un goût âcre dans la bouche. Il doit être six heures du soir environ, heure de la toilette quotidienne. J’ai le droit d’aller aux douches une fois par semaine ; j’ai le droit aussi de m’abîmer dans la plus sombre des folies, de ne plus m’appartenir, de devenir comme  toutes ces pensionnaires au visage inexpressif, aux phrases incohérentes qui s’étonnent par fois de trouver sur le sol, un morceau d’elles-mêmes. Pensées obliques -je secoue brusquement la tête- elles reprennent leur place habituelle, sous la lanterne de mon cervelet. Mme Cuvier vient d’entrer dans le pavillon, avec fracas ouvre les portes qui mènent jusqu’au couloir. Elle passe devant nous, furieuse : son visage rond et bouffi ressemble à une pomme trop mûre.

-Isabelle ! crie-t-elle, où êtes-vous ?

Au son de sa voix, les femmes aussitôt paniquent ; certaines gémissent, émettent des borborygmes ; d’autres plus audacieuses se changent en arbre. Les sœurs Malène par exemple ont des capacités surprenantes de métamorphoses. Immobiles, les bras tendus vers le ciel, elles défient l’infirmière :

-Nous sommes des platanes, lancent-elles d’un ton autoritaire, ne touchez pas à nos branches sinon

nous alertons le ministre de l’environnement !

Madame Cuvier ne répond rien. Elle est depuis longtemps habituée. Huit ans que les « sœurs » sont internées. J’aimerais être un arbre, moi aussi, nouer mes branches à la chevelure du ciel, vibrer…

.

instants de vie

.

Je remercie sincèrement Lucie Léanne  d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Jean-Louis RIGUET 25 janvier 2015

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://librebonimenteur.wordpress.com/

http://jeanlouisriguetecriveur.blogspot.fr/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

http://riguet-jean-louis.e-monsite.com/

.

Bonnes fêtes de librebonimenteur

 LIBREBONIMENTEUR

vous souhaite un BON NOEL

et

de bonnes fêtes de fin d’année

.

Jean-Louis RIGUET  vous adresse cette carte :

http://www.dromadaire.com/dromacarte/view/?p=eyJ0eGlkIjoiSVotMTQxOTQ5NzA1MzU3NzYiLCJyX2VtYWlsIjoiamxyaWd1ZXRAZ21haWwuY29tIn0=

.

 Un grand merci pour tous vos partages dans l’année passée.

 .

.

Jean-Louis RIGUET 25 décembre 2014

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://librebonimenteur.wordpress.com/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

http://www.riguetauteurlivres.com/

http://riguet-jean-louis.e-monsite.com/

.

JL à l’écoute de … Kim Messier

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Kim Messier

.

60049_4937634236345_1016484836_n

.

1/ Qui êtes-vous   (VOS Prénom et NOM) ? Quel est votre parcours ?

Kim Messier. J’ai étudié en Lettres pour enseigner le français, langue d’enseignement, au secondaire, au Québec. J’ai aussi suivi des cours à l’Université du Québec à Montréal pour ce faire, en plus de suivre des cours en Création littéraire. Cela fait 13 ans que j’enseigne le français à des jeunes de 14 ans et j’adore ça !

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

J’enseigne le français, langue d’enseignement, en troisième secondaire.

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre passion ?

Mes passions : la lecture (je lis beaucoup !), l’écriture (pour faire sortir toutes les histoires qui m’obsèdent), le cinéma (j’adore les films de science-fiction et d’anticipation) et la course (pour être en santé et parce que c’est extraordinaire d’admirer le paysage québécois en courant).

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

La seule chose que je désire, pour mes lectrices et mes lecteurs, c’est qu’ils rêvent et ressentent des émotions intenses en lisant mes récits. J’adore quand ils communiquent avec moi par le biais de Facebook et me décrivent leurs scènes préférées. Je les rencontre principalement dans quelques salons du livre : celui de Sherbrooke, de Montréal et de Québec. Peut-être serais-je bientôt invitée en France ?….

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Je fais parfois des conférences dans les écoles secondaires pour mes deux ouvrages jeunesse traitant d’homosexualité féminine : Le placard et Coming out. Je parle de mon processus d’écriture, de la thématique et je réponds aux questions des élèves.

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

J’écris depuis environ quatre ans. Voici mes quatre ouvrages : Le placard (2012), Coming out (2013), Baiser à Manhattan (2014), Aimer à Manhattan (2014)

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

Aimer à Manhattan est paru le 10 septembre 2014 dernier. C’est la suite de Baiser à Manhattan.

Voici le résumé du tome 1 :

« Un an après la mort de son fils à la naissance, Charline reçoit un cadeau inespéré : un voyage à New York. Son amoureux, Tristan, avec qui elle a partagé sa souffrance, lui offre cette escapade pour qu’elle se ressource et surmonte son deuil. Seule, elle part pour la Grosse Pomme, cette ville qu’elle adore par-dessus tout, avec la ferme intention de la découvrir sous un nouveau jour et de reprendre goût au bonheur.

Attablée dans un restaurant chic de Wall Street, elle fait la connaissance d’un homme absolument charmant, Matthew Stowe, le plus beau spécimen qu’elle n’ait jamais vu. Alors qu’elle est complètement séduite par ce traducteur de trente-neuf ans, un mélange d’excitation, de désir et de crainte l’envahit.

Succombant à son attirance envers cet apollon, et ce, malgré la voix de sa conscience, Charline explore Manhattan à travers leur relation charnelle enivrante, qui forcera la jeune femme à se questionner sur ses sentiments pour Tristan et sur la vie qu’elle a laissée derrière elle. Saura-t-elle rallumer la flamme entre eux, ou se laissera-t-elle envoûter par le charme de New York et de cet homme qui lui fait ressentir des sensations jusqu’alors inconnues ? »

 

Voici le résumé du tome 2 :

« Après avoir quitté Tristan et fait le deuil de son fils, Charline emménage à New York avec son bel apollon, Matthew, dont elle est follement amoureuse. Le mois d’août est paradisiaque. L’amour et la passion sont au rendez-vous à toute heure du jour… et de la nuit. Charmée par sa nouvelle vie, Charline est au comble du bonheur lorsque Matthew la demande en mariage. Tout est parfait pour les nouveaux amoureux… jusqu’à ce que Tristan débarque dans la Grosse Pomme avec la ferme intention de reconquérir son ex.

Au même moment, Ian, le frère de Matthew, arrive en ville pour une semaine. Séduisant et espiègle, il s’immisce dans l’intimité des fiancés et semble se méfier de Charline, dont il s’amuse à tester les limites. Déçue de déplaire à son beau-frère, elle essaie tant bien que mal de le convaincre de la sincérité de ses sentiments pour son homme.

Au-delà de l’attirance et de l’amour, Charline découvre que côtoyer Matthew au quotidien lui apporte son lot de bonheur, de joies et de surprises, mais aussi de tristesse et d’inquiétudes. Saura-t-elle faire face à cette nouvelle réalité? La passion qu’elle connaît dans les bras de Matthew résistera-t-elle aux aléas de la vie? »

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

Il est possible de se procurer mes romans au Québec dans les librairies ou en format numérique (avec des scènes supplémentaires) sur Internet. Dès le 11 mars prochain, la maison d’édition L’Archipel publiera le tome 1, Baiser à Manhattan, en France et le tome 2 sortira à l’automne. J’ai hâte !!!!

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? Aux e-book ?

Dès la sortie des deux romans, j’ai été au palmarès des ventes numériques pendant plusieurs semaines, au Québec et en France.

10/ Quel est le conseil le plus important que-vous-ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

Mettre beaucoup d’émotions dans mes récits. Prendre le temps d’exploiter chaque scène au maximum. Varier l’intensité et le suspense.

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

 J’adore lire des romans d’anticipation, comme la série Gone, de Michael Grant. J’aime aussi les récits qui mélangent le fantastique et le réalisme. Les romans jeunesse avec de l’aventure et, évidemment, les romans érotiques, mais avec une bonne dose de fantastique, tels que les récit de J.R. Ward. Mon rêve serait de la rencontrer !

 12/ Comment écrivez-vous ? 

Dès que j’ai du temps pour moi, j’écris (si je suis en forme et si je n’ai pas d’autres préoccupations en tête). Surtout le matin ou l’après-midi. Écrire le soir est extrêmement difficile, car je suis un fille du matin.

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

Je puise mon imagination dans mes rêves et dans ma tête. Ça vient tout seul ! Je suis même carrément obsédée par certaines de mes histoires, dont Baiser à Manhattan que j’ai écrit en quatre mois, à temps partiel. Parfois, mes histoires se battent dans ma tête pour obtenir la priorité d’être couchées sur papier. LOL

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

Je fais un plan très général, que je modifie au fur et à mesure, selon ce que j’écris et, parfois, selon mes recherches. Mes personnages sont tous fictifs, mais je m’inspire des gens qui m’entourent.

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

Écrire souvent, à petite dose. S’imposer une discipline. Ne divulguer pas votre récit aux autres. Ne pas se décourager et se donner plusieurs mois pour rédiger son premier roman. Bien le réviser et le corriger (plusieurs semaines nécessaires). Exploiter une scène à fond, mettre des émotions. Écrire quelque chose d’original qui vous passionne. Croire en soi.

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

Stephen King, Anne Rice, J.R. Ward, Sylvia Day, E.L. James, Michael Grant, Douglas Kennedy, Edith Kabuya, Mélanie Fortin, etc.

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

Rédemption, les maudits, d’Edith Kabuya. Le tome 3 de sa série fantastique incroyable, chez Les Éditions de Mortagne.

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Je suis présentement en train de rédiger mon troisième roman pour adultes (à paraître au Québec à l’automne 2015) et je devrai réviser mon troisième roman jeunesse dans la collection Tabou, aux Éditions de Mortagne.

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Automne 2015 pour mon troisième roman pour adultes, au Québec. En France, Baiser à Manhattan sortira le 11 mars 2015. Aimer à Manhattan à l’automne 2015.

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Il est possible de me suivre sur Facebook : https://www.facebook.com/kimmessierauteure

Sur mon site WordPress : http://www.messierkim.com

————-

Le 15 décembre 2014.

Kim Messier

.

1504000_10203041915746495_1256867130_n

.

Je remercie sincèrement Kim Messier  d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Jean-Louis RIGUET 16 décembre 2014

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://librebonimenteur.wordpress.com/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

http://www.riguetauteurlivres.com/

http://riguet-jean-louis.e-monsite.com/

.

LA VIE EN ARCHIVES D’UN PETIT GARS fiche de lecture

LA VIE EN ARCHIVES D’UN PETIT GARS

Il n’y a de vérités que celles que l’on veut bien dire, entendre ou voir.

Celles d’un auteur ne sont pas forcément celles d’un lecteur,

c’est leur liberté individuelle.

Que chacun garde ses moutons chez lui !

 

IMG_20141211_164946

.

FICHE DE LECTURE

Titre du livre : LA VIE EN ARCHIVES D’UN PETIT GARS

Auteur : Jean-Louis RIGUET

Date de première publication : 2014

Éditeur : Éditions Dédicaces

Nombre de Pages : 250

Numéro ISBN : 978-1-77076-439-2

Libre disponible chez l’éditeur : Éditions DÉDICACES

            Site : www.dedicaces.ca

Les libraires ont la possibilité de se le procurer directement sur ce site ; un onglet spécifique est prévu à cet effet avec les conditions habituelles.

 .

image (3)

.

L’auteur :

De nationalité française, Jean-Louis Riguet est né en 1947, dans la Vienne. Veuf, il a deux enfants

Il est membre de la Société des Gens de Lettres, du Bottin International des Professionnels du Livre et la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature. Il a exercé la fonction de Notaire à Orléans.

Autodidacte, l’auteur a commencé à travailler à l’âge de 15 ans ½, juste avec son Bepc. Il n’a pas le bac mais a suivi le cursus notarial, par correspondance, pendant son activité et a obtenu l’examen aux fonctions de notaire à 27 ans.

Il a fait sa carrière dans le Notariat, à Mirebeau-en-Poitou, à Châteaudun, à Paris avant de s’installer à Orléans en 1989. Pendant un interstice de cinq ans, auparavant, il a été Conseil Juridique à Paris, dans un cabinet qu’il a créé avant d’être nommé notaire. Quelques années après et pendant quatre ans, il a enseigné au Centre de Formation Professionnelle des Notaires à Paris pour la préparation du Diplôme Supérieur de Notaire.

Il a exercé des fonctions pour la profession de notaire : Membre de la Chambre des Notaires du Loiret, Président de la Chambre des Notaires du Loiret siégeant en Comité Mixte, Vice-Président du Conseil Régional des Notaires de la Cour d’Appel d’Orléans.

Aujourd’hui, il est notaire démissionnaire.

.

Il écrit depuis plusieurs années mais n’est publié que depuis 2012.

.

Bibliographie :

 

La Vie en Archives d’un Petit Gars, roman à base autobiographique, aux Editions Dédicaces, 2014.

Ce roman a été publié dans les 1000 premières liseuses et tablettes numériques des Editions Dédicaces au printemps 2012. Ce livre participe aussi à une œuvre humanitaire International Solidarity Initiative à Bethléem et en version numérique pour l’Association Américaine Worldreader pour l’alphabétisation en Afrique.

 

Les deux premiers opus d’une trilogie :

1.- AUGUSTIN ma bataille de Loigny, roman historique, aux Editions Dédicaces, 2012, narrant une romance dans un épisode sanglant de la Guerre de 1870 passé à Loigny la Bataille.

2.- ARISTIDE la butte meurtrie (Vauquois 1914-1918), roman historique, aux Editions Dédicaces, 2014, narrant une romance (la vie d’un homme et d’une famille) dans un épisode sanglant de la Guerre de 1914-1918 passé à sur la butte de Vauquois où de nombreux Orléanais ont trouvé la mort.

 

Le Tambour héroïque, le Passant, Le Grand Canyon, les Plumes et L’Ondine et la Sylphide, Cinq nouvelles, publiées sur le site de nouvelles-masquedor de la maison d’édition Scribo Masque d’Or, 2013. Site fermé depuis.

 

L’Association des bouts de lignes, roman d’investigation fantaisiste, 2013, une enquête humoristique, un voyage dans l’Orléanais, éditions Masque d’Or, collection Adrénaline.

Ce livre a reçu le prix Scriborom 2013 et a été nommé pour le Prix Œuvre Originale au Salon du Livre de Mazamet en mai 2014.

 

Délire Très Mince, essai, 2014, aux éditions du Masque d’Or, constitué de deux parties :

Une première partie intitulé 3 X 7 est un échange entre trois personnages imaginaires :

Le Créateur, l’architecte du monde, qui crée le monde en sept jours. La Genèse nous renseigne sur cette création, jour après jour.

L’évolutionchronohumaine, qui tente de constater que l’homme se construit, année après année, ou plutôt plage d’années après plage d’années, selon une évolution constante sans que l’homme n’en ait conscience.

Le Petit Homme, qui est le réalisateur de sa vie, et qui se débat comme un beau diable, au gré des années qui passent.

Une deuxième partie titrée Notaire est un abécédaire à partir uniquement des lettres du mot Notaire mais qui ne parle pas uniquement de cette fonction.

.

Le genre :

Le livre est un roman, à base autobiographique.

.

Le cadre :

Anonyme, un petit gars naît dans  une campagne poitevine, d’une famille modeste, artisane jamais dans le même métier. Mis au travail dès l’âge de 15 ans ½, il entre en notariat comme on entre en religion. Il travaille à plein temps, dans sa ville natale, tout en suivant parallèlement des cours par correspondance. Ses parents ayant adopté une nouvelle région, plus au nord, il les suit deux ans plus tard, dans une ville voisine, où il continue son activité, travaille en sus de son travail officiel pour un conseil juridique et fiscal, passe l’examen de premier clerc, se marie trop jeune et divorce à la suite. Pendant cette période, il connait un patron d’une stature hors du commun.

Transmuté à Paris, il côtoie un autre grand personnage du notariat parisien. Il gravit les échelons pour terminer numéro 4 d’une étude de 35 personnes, réussit avec succès l’examen de notaire, le plus jeune de sa promotion. Un nouveau mariage, avec une femme d’une générosité inouïe, avec une culture intéressante et un métier formidable, l’enrichit par la naissance de deux beaux enfants.

Il a la chance de rencontrer ses personnages hors du commun (Franck Alamo, Brigitte Bardot, Guy Bedos, Sœur Emmanuelle, Jean et Brigitte Massin) ou des situations particulières (succession des descendants de la grande famille de Noailles, renouveau du Paradis Latin).

Puis, il quitte cette belle profession pour endosser l’habit de conseil juridique à titre libéral. Parti plus tard dans une province (l’Orléanais), un peu plus au sud de Paris, il s’associe avec un notaire qui prend sa retraite quelques années plus tard. Resté seul aux commandes, il exerce des fonctions au sein même des instances professionnelles. Il s’associe de nouveau avec une associée. Il forme plusieurs stagiaires, certains devenus notaires par la suite. Enfin, il quittera ses fonctions par un simple arrêté de démission du Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, redevenant ainsi anonyme.

.

Les personnages principaux :

Le personnage principal est FXG, François-Xavier Guéry, anonyme, natif d’une modeste famille d’artisans tailleurs d’habits devenu notaire par hasard. FXG découvre le monde et s’en émerveille encore aujourd’hui.

Un monde qui n’est pas celui dont il est issu. Un monde qui l’a nourri sans vraiment l’intégrer. Un monde dont il se sent acteur, partenaire et étranger à la fois. Un monde qui l’a vu jouer un rôle social et qui le voit aujourd’hui s’occuper un peu plus de lui-même. Un monde où, néanmoins, il est resté un petit gars.

Y a-t-il identité de personne entre FXG et l’auteur ? Au lecteur d’en juger.

En tous cas, il s’agit de la vision de la vie de FXG qui n’engage que lui.

 C’est un ROMAN.

.

image (8)

.

 

© Jean-Louis Riguet décembre 2014

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

.

Liens :

http://librebonimenteur.wordpress.com/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

http://www.riguetauteurlivres.com/

http://riguet-jean-louis.e-monsite.com/

.

Mes livres et La Librairie des Inconnus

Mes livres et La Librairie des Inconnus

La Librairie des Inconnus met à l’honneur beaucoup de livres d’auteurs célèbres inconnus !

Les miens également !

.

AUGUSTIN ma bataille de Loigny

lien :http://lalibrairiedesinconnus.blogspot.fr/2014/11/augustin-ma-bataille-de-loigny.html#.VGHPCPmG_4J

Top 10 des « présentations d’auteurs » ou « articles » les plus consultées pour le MOIS DE NOVEMBRE

 .

DELIRE TRES MINCE

lien : http://lalibrairiedesinconnus.blogspot.fr/2014/11/delire-tres-mince.html#.VGHPw_mG_4I

Délire très mince

Essai en Deux parties
Une première partie intitulée 3 X 7 est un échange entre trois personnages imaginaires, une partie de ping-pong : Le Créateur, l’architecte du monde, propose ses réalisations des sept premiers jours …
.

ARISTIDE la butte meurtrie (Vauquois 1914-1918)

lien : http://lalibrairiedesinconnus3.eklablog.com/aristide-la-butte-meurtrie-a113265266

Aristide « La butte meurtrie »

Aristide est le petit-fils de Louise et Jean-Baptiste qui étaient les amis d’Augustin qui s’est illustré à Loigny-la-Bataille pendant la Guerre de 1870, au Château de Villeprévost. Ces faits historiques sont contés dans un roman, Augustin ma bataille de Loigny, publié aux éditions Dédicaces.

Aristide a 20 ans à la déclaration de la Guerre de 1914. Il se trouve enrôlé …

.

L’ASSOCIATION DES BOUTS DE LIGNES

lien : http://blogs.psychologies.com/lalibdesincos/romans-16204/association-bouts-lignes-143882.html

Prix SCRIBOROM 2013 

Nominé pour le prix OEUVRE ORIGINALE au Salon du Livre de MAZAMET en mai 2014

La couverture a changé depuis sa première parution.

L’ASSOCIATION DES BOUTS DE LIGNES

  • Publié le 18 novembre 2014
LDBDL 1811
Une enquête humoristique ! Pas moins ! Voilà qui nous change des polars aux intrigues sombres et parfois terrifiantes où le héros doit trouver un bouton à presser avant la fin du monde, par exemple… Ici, ce serait plutôt des conditions fort complexes à remplir pour recevoir un fabuleux héritage. Mais ici, point de meurtres ni de vols, point de dangers mortels à …

.

Le TOP 10 des intervieuws de la Librairie des Inconnus du MOIS DE NOVEMBRE 2014 :

http://www.lalibrairiedesinconnus.com/interview-jean-louis-riguet_ws163532.wsbl#AnchorB22129654

.

Mon carnet d’adresses à la Librairie des Inconnus :

http://www.lalibrairiedesinconnus.com/jean-louis-riguet_ws162764.wsbl#AnchorB21249426

.

Un grand merci à la Librairie des Inconnus. Et à Pierre Philbert.

.

Jean-Louis RIGUET 19 novembre 2014

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://librebonimenteur.wordpress.com/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

http://www.riguetauteurlivres.com/

http://riguet-jean-louis.e-monsite.com/

.

ARISTIDE la butte meurtrie (Vauquois 1914-1918) dernier rempart de Verdun

 ARISTIDE

la butte meurtrie (Vauquois 1914-1918)

.

La Butte de Vauquois, dernier rempart protégeant VERDUN, est à l’honneur ces jours-ci sur Antenne 2 à l’occasion des fêtes commémoratives de la Grande Guerre.

ARISTIDE relate cette bataille meurtrière pendant 4 ans dans le cadre d’un roman historique.

Un devoir de mémoire.

 .

Titre du livre : ARISTIDE la butte meurtrie (Vauquois 1914-1918)

Auteur : Jean-Louis RIGUET

Date de première publication : 2014

Éditeur : Éditions Dédicaces

Nombre de Pages : 164

Numéro ISBN : 978-1-77076-399-9

.

image (2)

.

Libre disponible chez l’éditeur : Éditions DÉDICACES

Site : www.dedicaces.ca

et chez l’auteur.

Site :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home/ou-acheter-mes-livres

.

L’auteur :

De nationalité française, Jean-Louis Riguet est né en 1947, dans la Vienne. Veuf, il a deux enfants

Il est membre de la Société des Gens de Lettres, du Bottin International des Professionnels du Livre et la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature. Il exerce la fonction de Notaire à Orléans.

Autodidacte, l’auteur a commencé à travailler à l’âge de 15 ans ½, juste avec son Bepc. Il n’a pas le bac mais a suivi le cursus notarial, par correspondance, pendant son activité et a obtenu l’examen aux fonctions de notaire à 27 ans.

Il a fait sa carrière dans le Notariat, à Mirebeau-en-Poitou, à Châteaudun, à Paris avant de s’installer à Orléans en 1989. Pendant un interstice de cinq ans, auparavant, il a été Conseil Juridique à Paris, dans un cabinet qu’il a créé avant d’être nommé notaire. Quelques années après et pendant quatre ans, il a enseigné au Centre de Formation Professionnelle des Notaires à Paris pour la préparation du Diplôme Supérieur de Notaire.

Il a exercé des fonctions pour la profession de notaire : Membre de la Chambre des Notaires du Loiret, Président de la Chambre des Notaires du Loiret siégeant en Comité Mixte, Vice-Président du Conseil Régional des Notaires de la Cour d’Appel d’Orléans.

Aujourd’hui, il est notaire démissionnaire.

Il écrit depuis plusieurs années mais n’est publié que depuis 2012.

.

duo

.

 

.

doveari

.

Le genre :

Le livre est un roman. Il s’agit d’un roman historique relatant la vie d’un homme et d’une famille pendant la guerre.de 1914-1918, sur la Butte de Vauquois.

.

vari

.

Le cadre :

Aristide est le petit-fils de Louise et Jean-Baptiste qui étaient les amis d’Augustin qui s’est illustré à Loigny-la-Bataille pendant la Guerre de 1870, au Château de Villeprévost. Ces faits historiques sont contés dans un roman, Augustin ma bataille de Loigny, publié aux éditions Dédicaces.

 

Aristide a 20 ans à la déclaration de la Guerre de 1914. Il se trouve enrôlé dans un régiment qui va combattre sur la butte de Vauquois, près de Verdun et du massif de l’Argonne. Vauquois, un haut fait de guerre pour les Orléanais ! Aristide participe à l’enfer qui sévit sur cette butte et dans toute la région. Il en sort blessé, meurtri, marqué par ces quatre années de guerre sans pitié et en conserve des séquelles jusqu’à la mort. Pendant ce conflit tragique, Germaine lui donne un enfant André.

 

Comment survivre dans cette tragédie humaine ? Comment vivre ensuite ?

 

Le drame humain d’une famille orléanaise dans un cauchemar guerrier !

 

.

Les personnages principaux :

Le personnage principal est Aristide, un jeune homme issu d’une famille beauceronne vivant près du château de Villeprévost à Tillay-le-Peneux, près de Loigny-la-Bataille. Cette famille a vécu la guerre de 1870 dans ce château transformé en hôpital de campagne par les Prussiens. Son histoire a été relatée dans AUGUSTIN ma bataille de Loigny, publié aux Éditions Dédicaces.

 

Le roman relate la vie d’Aristide sur la Butte de Vauquois, un haut fait de la guerre, tout près de Verdun, et de sa femme Germaine restée à Orléans. Les aspects affectifs résultant de ces années de guerre sont également évoqués.

 

Les faits historiques relatés sont véridiques, à tel point qu’un monument commémoratif a été édifié quelques années après la fin de la guerre, avec une participation importante des Orléanais.

 

Un devoir de mémoire.

.

ver

.

La Préface :

 

Jean-Louis RIGUET s’était déjà attaqué à la guerre de 1870 dans l’Orléanais. Aujourd’hui, en ces temps de commémoration séculaire, il oriente notre réflexion vers la Grande Guerre, celle de 1914-1918, dans la région qui lui est chère.

 

Il ne s’agit pas réellement d’un roman de guerre. Le sujet ayant maintes fois été traité, mieux vaut savoir y apporter sa touche personnelle, et pas seulement en y incluant le régionalisme et l’esprit de clocher. Il s’agit avant tout pour l’auteur de faire revivre dans les mémoires de l’Orléanais – partant, dans la mémoire collective – le drame humain d’une famille de cette région.

 

Imagine-t-on vraiment, lorsqu’on est assourdi par le vacarme des batailles et des sonneries aux morts, ce que fut l’existence de jeunes mariés que cette épreuve inhumaine a dû séparer ? Peut-on penser à ce qu’ont réellement éprouvé tous ces jeunes gens comme les autres, sans histoire ni violence, qui ont dû se transformer en machines à tuer et acquérir des automatismes meurtriers que jamais leur vie simple ne leur avait inculqués ?

 

Aristide, Germaine, des prénoms bien Français, des jeunes gens sans histoire, que la Grande Guerre a su traumatiser, a failli même détruire. À l’heure où des chefs d’État jetaient leurs jeunesses les unes sur les autres, sans conscience ni pitié, comment pouvaient survivre de jeunes couples, dont l’enfant est né en plein conflit, même si le jeune père a eu la chance de revenir de cette terrifiante épreuve ? Comment vivre ensuite ? Telle est la lancinante question qui va se poser au terme d’une hallucinante épopée dont tous les jeunes hommes de France et d’ailleurs n’auraient jamais voulu…

 

C’est donc avant tout ce drame humain qui transparaît dans cet ouvrage. C’est au cœur de cette tragédie intime que Jean-Louis RIGUET plonge le lecteur, avec des termes simples et précis, mais toujours empreints d’une sagesse humaniste qui seule sait contenir la trame des meilleurs romans s’inspirant de la vérité dans un tel sujet.

 

                                                                                                          Thierry ROLLET

                                                                                                          Agent littéraire

 

.

liv (1)

.

 

© Jean-Louis Riguet 11 novembre 2014

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

 

Liens :

http://librebonimenteur.wordpress.com/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

http://www.riguetauteurlivres.com/

http://riguet-jean-louis.e-monsite.com/

.

Article de Monsieur Lambert

Article de Monsieur Alain LAMBERT

Ancien Ministre délégué du Budget

Président du Conseil Général de l’Ordre

Conseiller-Maître de la Cour des Comptes

Ancien Sénateur-Maire

Ancien Président du Conseil Supérieur du Notariat

Notaire honoraire

.

Monsieur Alain LAMBERT publié sur son site un article ainsi intitulé :

.

En voici le début :

.

La lecture du Monde, ce soir, me confirme dans la crainte que les réformes dites structurelles annoncées par le Gouvernement aboutissent exactement à l’inverse de ce qu’il recherche. Il implore : la croissance, la confiance, la maitrise des finances, la résorption des déficits et de la dette. Il déjà obtenu la récession, la méfiance généralisée, le dérapage des déficits et l’accumulation d’une montagne de dette. Après la chronique inachevée de la réforme territoriale dont la seule certitude acquise est l’accroissement des dépenses, voilà que de nouveaux boucs-émissaires sont dénoncés à la vindicte populaire : les professions réglementées.

Pour avoir exercé pendant 35 ans celle de notaire, j’ai le sentiment d’en bien connaitre les enjeux. Comme le sujet est vaste, ne retenons que la question de la liberté d’installation. C’est la fausse bonne idée par excellence ! Qu’elle soit promue par l’OCDE me confirme qu’il faille absolument s’en méfier. C’est le même organisme qui théorisait sur l’urgence d’avoir un quatrième opérateur téléphonique. Le Gouvernement ne sait plus comment revenir à trois maintenant. Ce sont les mêmes études qui ont expliqué qu’il fallait offrir du pouvoir d’achat en supprimant l’épicier du coin de la rue, en ouvrant d’immenses surfaces à la périphérie des agglomérations. Les petites villes de province sont aujourd’hui dévastées, sinistrées. Leur centre-ville n’est plus seulement menacé, il meurt. Les Maires ne savent plus comment y maintenir un souffle de vie, comment y maintenir un minimum de sécurité. Un nombre considérable d’emplois commerciaux de proximité ont été détruits au bénéfice d’emplois partiels dans la grande distribution. Les centrales d’achat menacent de détruire l’appareil de production français, mais nos experts de l’OCDE théorisent toujours sur la magistrale avancée économique de ces évolutions. Oubliant de signaler que le seul résultat tangible est la formidable valorisation boursière des géants de la distribution.

La liberté d’installation des notaires aboutirait exactement au même résultat que celui constaté aujourd’hui pour les médecins : une surpopulation à Paris, dans les grandes villes, et dans le sud-est de la France. Un désert médical dans les campagnes, les petites villes et sous les cieux à la météo moins clémente. Cette évidence est aveuglante. Comment des gens aussi instruits et probablement sensés peuvent-ils en arriver à un tel niveau ….

La suite sur :

http://www.alain-lambert.org/2014/10/les-reformes-a-la-godille-du-gouvernement/

.

Merci Monsieur Lambert.

.

Jean-Louis RIGUET 12 octobre 2014

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://librebonimenteur.wordpress.com/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

http://www.riguetauteurlivres.com/

http://riguet-jean-louis.e-monsite.com/

.