Publié par Un commentaire

En me réveillant ce matin, je me suis demandé Qui est Sarah ?

En me réveillant ce matin, je me suis demandé :

Qui est Sarah ?

0

.

Elle a tourmenté ma nuit, grâce ou à cause de cette satanée écrivaine Céline Baudry.

Voilà ce qu’elle en disait dans la chronique JL à l’écoute de …  sur ce même blog :

Qui est Sarah? C’est une partie de moi, une façon de faire justice, de me libérer de mes démons intérieurs. C’est une enfant, une femme qui fait éclater la vérité, qui souffre au travers de diverses  personnalités. Un être humain comme il y en a des centaines qui n’ont jamais pu parler de la cruauté dont ils ont été victime. Ce livre c’est aussi le fantasme que j’aurais aimé vivre pour guérir du passé. C’est une sensibilité à fleur de peau qui explose, c’est un condensé d’émotion.

https://librebonimenteur.net/2015/03/05/jl-a-lecoute-de-cel-b-celine-baudry/

.

.41aQWmLuR9L

.

Un superbe article pour son  » bébé  » publié dans le journal le Dauphiné libéré.

Émotion au maximum et de la fierté pour son auteure.

Qui est Sarah ? en vente sur :

http://www.amazon.fr/Cel.-B/e/B00VQS9UT2

ou

http://recherche.fnac.com/SearchResult/ResultList.aspx?SCat=0%211&Search=qui+est+sarah&sft=1&sa=0

 .

 .

Texte de l’article publié dans le Dauphiné Libéré :
« Une intrigue psychologique dans un univers sombre »
CéIine Baudry, habitante de Mont-Dauphin, âgée de 43 ans, est passionnée par l’écriture : « Ecrire est un besoin, sinon, je deviens vite insupportable! C’est pour moi sécurisant, je suis dans mon univers, ma bulle >>, raconte-telle. L’aventure débute il y a quinze ans quand elIe prend sa plume et se lance dans I’écriture d’un roman; Chantal Vieuille, éditrice, la conseillée, Céline apporte quelques
modifications… Mais n’est pas prête pour une publication. Dix ans plus tard, elle rouvre ses pages, et retravaille.., Chantal Vieuille est séduite par  » Qui est Sarah ?  » , mais ne publie plus que des ouvrages scolaires. L’écrivain n’abandonne pas et se lance dans l’autoédition. « Je réfléchis à passer par un éditeur, mais cela signifie affronter l’extérieur, se dévoiler et ce n’est forcément pas évident pour moi. Même si mon entourage m’y encourage fortement. »
Les mots lui viennent tout le temps et, si elle n’a pas son bloc-notes avec elIe, elle stresse. Écrire quelques mots, ou s’y mettre pour de longues heures après Ie coucher de ses enfants, c’est sa manière de s’extérioriser.
« Quand la réalité remplace la fiction »
Avec son premier roman, entre autobiographie et fiction,  » Qui est Sarah ?  » , Céline Baudry a pour objectif premier de donner du bonheur aux gens au travers de la lecture
« Sarah, jeune femme solitaire, est enfermée dans son passé. Ses autres l’épient, la font basculer sur la pente de Ia
folie. Lui, il lui apporte un peu de réconfort. Et elle ne le craint pas, puisqu’il n’existe
pas. Quand Ia réalité remplace la fiction, commence alors une traque perverse dans le cauchemar parapsychique.
Et si c’était un piège ? »
Une intrigue psychologique, une enquête dans un univers sombre, des réponses qui vous dépassent…  Céline Baudry travaille déjà sur un deuxième roman.
« Qui est Sarah ? » est disponible en version numérique à télécharger sur différents sites, et également en version brochée

.

0

.

Texte de la quatrième de couverture :

Il glissa ses mains sous le top à fines bretelles et caressa les pointes des seins qui se tendaient vers lui. C’est avec un sourire victorieux sur les lèvres qu’elle accueillit la caresse. Il embrassa le ventre par-dessus le tissu, elle savourait le dénouement de la situation. Il inséra ses mains sous la jupe pour la maintenir fermement par les fesses, il plongea son visage sous le tissu qui le séparait d’elle. Elle ouvrit plus grand une cuisse, puis elle se mit à onduler des hanches pour cadencer la caresse buccale. Il s’arrêta net ; frustrée, elle le regarda sortir de dessous sa jupe. Pourquoi s’arrêtait-il ? Tout simplement, parce qu’elle représentait tout ce qu’il haïssait chez une femme ! La colère montait en elle avec une vitesse fulgurante, mais il n’allait pas céder aux cris ni aux injures. Elle voulait que cette espèce de bipède finisse ce qu’il avait si bien commencé, mais il était sorti de l’appartement en claquant la porte. Elle lui ferait payer très cher cet affront, elle était folle de rage. Elle brisait tout ce qui se trouvait entre ses mains. L’orage n’était pas loin, des éclairs zébraient le ciel qui devenait plus qu’une seule et même masse noire. Les rafales de vent se renforçaient, la marée montante entraînait la tempête qui allait rester des heures sur place. Elle semblait être le métronome donnant le rythme à ce qui se préparait. Jonas avait quitté les hurlements de la furie, il avait besoin de calme. Il ne lui restait plus qu’à attendre en trouvant du réconfort chez lui. Sur son balcon, il observait ce que la nature voulait bien lui offrir. Ce qu’elle avait de plus beau : sa colère.

 .

81khURjI5KL

.

Qui est Sarah ?

Vous saurez la réponse en le lisant, n’hésitez pas !

.photo portrait

Couverture (1)

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

Jean-Louis RIGUET 16 février 2016

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

Publié par Laisser un commentaire

La clé de Salomon, RODRIGUES DOS SANTOS José

Une intrigue policière à couper le souffle !

Publié par Laisser un commentaire

Ateliers d’écriture printemps 2015

Laën propose des ateliers d’écriture !

Publié par Laisser un commentaire

Écrire un dialogue

Il faut parler pour écrire un dialogue !

Publié par Laisser un commentaire

Les gardiens de Dieu, CERNIAC François-Xavier

Une intrigue sur fond de secte tristement célèbre !

Publié par Laisser un commentaire

PRIX SCRIBOROM 2013

Tram Gare Orléans

C’est avec un très grand plaisir que j’ai appris que

le prix unique SCRIBOROM 2013

avait été attribué à mon roman humoristique

L’ASSOCIATION DES BOUTS DE LIGNE

.

Je tiens à remercier les membres du jury qui m’ont décerné ce prix qui est la publication à compte d’éditeur de cette intrigue aux

EDITIONS DU MASQUE D’OR

.

Palmarès des concours littéraires SCRIBO 2013

Palmarès des concours littéraires SCRIBO 2013

PRIX SCRIBO 2013

(contes et roman)

PALMARÈS

Catégorie CONTES :

A) PRIX SCRIBORÊVE :

¨ 1er PRIX : la Horle de Gilles DRAPIER

¨ 2ème PRIX : le Masque de lierre de Denis JULIN

A été remarqué : Emma de Raoul COUDENNE

B) Catégorie ROMAN (Prix SCRIBOROM) :

PRIX UNIQUE :  l’Association des bouts de ligne de Jean-Louis RIGUET

Ont été remarqués : Aimée de Renée-Lise JONIN et Tout secret de Gérard LOSSEL

Catégorie ROMAN (Prix SUPERNOVA) :

PRIX UNIQUE :  Retour sur Terre d’Alan DAY

Ont été remarqués : Hangar 31 de Denis JULIN et Dégénérescence de François COSSID

Des propositions d’édition seront faites aux auteurs non primés. Des propositions d’aide à la correction seront faites aux autres candidats par SCRIBO, Agent littéraire. Tous les auteurs non primés peuvent concourir de nouveau à la prochaine session, avec un nouveau texte. Les prix SCRIBOREVE, SCRIBOROM et SUPERNOVA seront reconduits du 1er septembre 2013 au 31 janvier 2014, également disponibles sur les sites www.scribomasquedor.com etwww.bonnesnouvelles.com .

SCRIBO tient à remercier tous les candidats pour leur participation, ainsi que les membres du jury dont la disponibilité n’a d’égale que la compétence.

Thierry ROLLET

Écrivain – Agent littéraire

Responsable de l’entreprise SCRIBO

.

Ce roman d’investigation fantaisiste relie mes deux régions principales

celle de mon enfance le Poitou avec le jeu de cartes LE TRUT et celle actuelle l’Orléanais où se passe l’action

Il comporte une explication succincte de la règle du jeu du Trut et une promenade à travers différentes spécialités Orléanaises qui fournissent le cadre géographique de l’enquête humoristique à un moment généralement triste qui est la désignation, parmi plusieurs, du (ou des) légataires qui héritera de cet original qui a eu le malheur de mourir le 1er janvier

 .

Quoi de plus normal que de mourir ? Certes, un premier janvier !

Quoi de plus normal que de faire un testament ? Certes, par un original !

Quoi de plus normal que de vouloir l’exécuter ? Certes, c’est nécessaire !

Le défunt a institué pour légataires universels les membres du conseil d’administration de l’association, en truffant le testament de conditions à remplir par chacun, avec une date limite pour retenir ceux qui hériteront, à défaut, la Confrérie des Joueurs de Trut (jeu de cartes poitevin).

Un avocat, désigné exécuteur testamentaire, mène l’enquête et, de rebondissements en rebondissements, visite différentes spécialités orléanaises. Il accomplit une enquête étonnante, avec des péripéties inattendues, où le stress et l’humour sont parties prenantes.

Qui héritera ?

L’Association des Bouts de Lignes est un roman d’investigation fantaisiste,

une enquête humoristique, un voyage dans l’Orléanais.

 .Prix SCRIBOROM 2013

.

Ce roman sera publié aux EDITIONS DU MASQUE D’OR

dans la collection ADRENALINE à partir d’octobre 2013

N’hésitez pas à retenir votre exemplaire auprès de

Thierry ROLLET 18 rue des 42 Tirailleurs à 58500 CLAMECY

.

Bon de commande L'Association.

Un grand merci encore au Jury du Prix SCRIBO 2013

.

Liens :

http://dedicaces.org/2012/08/05/augustin-ma-bataille-de-loigny-chez-dedicaces/

http://dedicaces.org/2013/02/24/actualites-daugustin/

http://librebonimenteur.net/

http://nouvelles-masquedor.e-monsite.com/

http://www.scribomasquedor.com/

Jean-Louis RIGUET

Membre de la Société des Gens de Lettres et du Bottin International des Professionnels du Livre

Publié par Laisser un commentaire

Le Passant – nouvelles-masquedor

jl.jpg   Jean-Louis RIGUET

http://nouvelles-masquedor.e-monsite.com/

le Passant   

Chaque matin, à la même heure, le narrateur voit passer devant sa fenêtre un passant. Il se pose des questions … d’autant plus que le passant repasse le soir, à la même heure, dans l’autre sens …

 

Lisez un extrait du Passant

Le Passant
(Jean-Louis RIGUET)

Chaque matin, cinq jours par semaine, à 6 h 15, qu’il fasse beau, qu’il pleuve, qu’il neige ou qu’il ne
fasse rien, le passant passe, de l’autre côté de la rue, toujours dans le même sens. Juste une ombre fugitive
qui arrive à me surprendre et qui disparait aussi vite qu’elle est venue, discrètement, sans bruit,
furtivement. Quelle est sa destination ?
Tous les matins que Dieu fait et qui m’obligent à me rendre au travail, en préparant mon café, seul
dans ma cuisine, souvent dans la pénombre, je vois passer ce passant. Ce qui m’intrigue c’est le sens de sa
marche. Dans l’autre sens, il irait vers la ville, cela s’expliquerait facilement. Il irait au travail car il
commence très tôt le matin. Mais dans ce sens-là, je ne vois pas.
Le passant marche rapidement, il ne baguenaude pas. J’en déduis qu’il est pressé, il a forcément un
horaire à respecter. Il est vrai qu’à l’autre bout du village, dans ce sens-là, il y a un arrêt de bus, mais de
l’autre côté aussi. S’il se dirige vers la ville, sûrement que cet arrêt de bus est plus près que l’autre. Mais il
est le seul passant à faire cela tous les jours travaillés, d’une manière très ponctuelle. Tout le reste du
temps, tôt le matin, la rue est déserte.
S’il prend le bus, deux directions lui sont possibles :
Soit il va dans le village d’à côté, vers l’est, mais habillé en costume de ville il doit travailler dans un
bureau, il est trop tôt. Il n’a que cinq kilomètres à faire. Cependant, il est peut-être obligé de pousser
jusqu’au village suivant, mais je n’y vois pas de bureaux. Le passant doit obligatoirement laisser derrière lui
ce village pour aller à celui d’après. Il est vrai qu’il a plus de chance de rencontrer une entreprise avec des
bureaux. Il pourrait y être vers 7 h 15 – 7 h30. C’est plausible. Ensuite c’est la campagne. Ou alors, il va
jusqu’au prochain village pour emprunter un autre moyen de transport en commun pour aller dans la
grande ville située au nord. Mais pourquoi ? Puisque l’autre bus l’amène directement dans la grande ville.
Soit il se rend dans la grande ville, au nord, et il arrivera vers 7 h, très tôt pour travailler dans un
bureau. À moins qu’il prenne ce bus de très bonne heure qui le conduit à la gare pour prendre un train qui
l’amènera jusqu’à Paris vers 8 h – 8 h 30.
Dans les deux cas, pour quoi part-il si tôt par un bus à destination soit d’un village, soit la grande
ville, soit de Paris ? Pour quoi faire ? Le Passant devenu passager redeviendra passant jusqu’à son lieu de
destination finale pour accomplir une activité qui lui seul connaît. Dans un bureau, il y a mille activités
différentes possibles et envisageables, dans n’importe quel domaine, pour n’importe quelle tâche ou
fonction. Son activité peut être lucrative ou pas, intéressante ou pas, enrichissante ou pas, conviviale ou
pas. Comment savoir, rien qu’en voyant passer un passant ?
L’on peut échafauder mille choses, mille possibilités, mille aventures, toutes plus abracadabrantes
les unes que les autres. Il est certain qu’à priori, certains métiers peuvent être éliminés d’office, tous ceux
qui touchent au monde de la nuit, souvent au monde artistique qui préfère le soir au matin, tous ceux qui
touchent la direction générale des grosses entreprises qui se véhiculent autrement que par les transports
en commun, tous ceux qui ont une activité ne nécessitant pas de déplacements lointains réguliers. Même
en retirant ces métiers, le nombre de possibilités reste impressionnant. La seule certitude est que le
passant passe.
Une autre question peut venir au cerveau. Si ce passant fait un long trajet, le matin de bonne
heure, pour aller à Paris, se confiner dans un bureau, respirer de la mauvaise poussière de papiers
commerciaux, c’est sûrement parce qu’il y trouve un intérêt quelconque. Peut-être espère-t-il une
économie, malgré les frais de transport, résultant de la vie jugée moins chère en province ? Peut-être
bénéficie-t-il d’une meilleure qualité de vie ? Peut-être est-il un cumulard, la vie moins chère plus une
meilleure qualité de vie ? Encore que la qualité de vie soit entachée de la fatigue due aux différents trajets,
car je suppose que s’il part le matin, il revient le soir par la même locomotion, puisque je le revois le
lendemain matin.

.
Lisez la suite dans le Passant
En vente sur le site  :

http://nouvelles-masquedor.e-monsite.com/

.

AUGUSTIN ma bataille de Loigny, un roman de Jean-Louis RIGUET, en vente par internet à :

www.dedicaces.ca

Amazon.CA : www.amazon.ca/gp/product/1770762159

Abebooks.FR : www.abebooks.fr/servlet/BookDetailsPL?bi=8210382269

Liens :

http://dedicaces.org/2012/08/05/augustin-ma-bataille-de-loigny-chez-dedicaces/

http://librebonimenteur.net/

http://nouvelles-masquedor.e-monsite.com/

Jean-Louis RIGUET

Membre de la Société des Gens de Lettres et du Bottin International des Professionnels du Livre