Publié par Laisser un commentaire

Le Poème de la semaine n° 19

20150601_104303.

Le Poème de la semaine n° 19

.

VI

MIGRATION

A

Gardez l’espérance !

L’espérance, mot optimiste ; il faut toujours espérer.

 .

Non. Savoir dire non.

Oui, il est difficile de dire non.

.

B

.

L’enfant qui dérange

.

1.-

Pays autoritaires pour une disette insupportable et indécente

.

La faim soulève les montagnes d’indifférence

.

Tandis que le ventre vide en fait accroire

L’appétit remplit de pétulance martiale

La misère vivifie l’expression belliqueuse

.

Comment souffrir l’insupportable ?

.

2.-

Terreau fertile d’invasions barbares indigentes

Mouvements de flux et reflux migratoires incessants

Exode incroyable pour un retournement inédit de l’histoire

.

De plus en plus nombreux

Des hommes qui n’ont rien à perdre

Envahissent des hommes qui ont tout

De moins en moins nombreux

Dans un mouvement irréversible.

.

3.-

.

Horreur des conditions migratoires …

.

La suite en suivant le lien suivant :

https://jeanlouisriguetecriveur.blogspot.co.uk/

.

Publié par Laisser un commentaire

L’enfant qui dérange, un pétale de Pétales éclectiques

Extraits de Pétales éclectiques

.

VI

.

MIGRATION

…….

B

.

L’enfant qui dérange

.

1.-

.

Pays autoritaires pour une disette insupportable et indécente

.

La faim soulève les montagnes d’indifférence

.

Tandis que le ventre vide en fait accroire

L’appétit remplit de pétulance martiale

La misère vivifie l’expression belliqueuse

.

Comment souffrir l’insupportable ?

.

2.-

.

Terreau fertile d’invasions barbares indigentes

Mouvements de flux et reflux migratoires incessants

Exode incroyable pour un retournement inédit de l’histoire

.

De plus en plus nombreux

Des hommes qui n’ont rien à perdre

 

Envahissent des hommes qui ont tout

 

De moins en moins nombreux

Dans un mouvement irréversible.

.

3.-

.

Horreur des conditions migratoires

Véritable tragédie humaine attentatoire

.

D’une chic station balnéaire indifférente

Sur une mer poisseuse et dangereuse

Par sinistre nuit noire et angoissante

Des migrants affamés s’entassent

Sur une embarcation sommaire, exiguë et surchargée

.

L’effroi arrache des cris périssables d’épouvante

Conséquence éprouvée d’un tangage prévisible

Provoquant derechef un naufrage implacable

.

Les infortunés basculent dans l’eau glacée

Battements de bras effrayés en guise de radeau

Des garde-côtes repêchent de vaillants chanceux

Les misérables s’enfoncent à jamais vers l’Atlantide

.

4.-

.

Au secours de l’humanité échouée

Dans le reflux de l’eau salée

La mer rejette des corps sans vie.

.

Patient, le sable attend

Soudain, la mer restitue et échoue

Le corps d’un bambin de trois ans

Allongé sur le ventre,

Inerte,

Tête dans le sable,

Rejeté par les vagues indifférentes.

.

Tee-shirt rouge, short bleu

Posés sur le sable humide

Comme un enfant endormi

Résultat collatéral de combats violents.

.

5.-

.

Les cœurs saignent

.

Prenez garde Pays riches

Votre indifférence sera votre perte

 .

 La suite à lire dans :

.

PÉTALES ÉCLECTIQUES

Recueil de Textes

.petales-eclectiques-couverture

.

« Le poète cogne, cabosse, rafistole

Il dérange, charme, console

Amusé, il instille des vérités, des doutes

Silence brutal, applaudissements, soulagement »

.

Des sujets forts comme ceux qui touchent à l’infortune des personnes, des hommages à des artistes et enfin des thèmes plus légers : les mots restent ciselés dans la douleur ou la légèreté.

L’auteur évoque « la barbarie inadmissible dans son inutilité » ou encore « la frayeur coiffe la ville de noirceur ». Il écrit le « poète cogne, cabosse, rafistole » ou encore « alors la femme peintre claquemure ». Il parle des « fleurs qui sont un bonheur pour l’Homme » et de la neige sur laquelle « on marche réticent à pas feutrés ».

Le lecteur passe d’un sujet à l’autre et d’une forme à l’autre. S’y mêlent des pensées, des poèmes et des haïkus.

Pétales Éclectiques, un recueil varié, diversifié et inégal dans le fond et dans la forme.

.

Éditeur : PREM’EDIT

ISBN : 9 791091 321587

http://www.prem-edit.com/accueil/boutique-p%C3%A9tales-%C3%A9clectiques/#cc-m-product-14585188225

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Jean-Louis RIGUET 01 décembre 2016

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et Membre de la Maison de l’écrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

Publié par Laisser un commentaire

Extrait de Pétales Eclectiques

Ils avaient des crayons !

1.-

Multicolores et joyeux, les glaives redoutables

Jouent avec des mots assassins

Pour un probable incertain

Sur des papiers caricaturés au crayon de bois.

.

Des illuminés en recherche de leur Saint Graal

Assoiffés de sang vengeur rôdent

En bombant le torse comme des Monarques

Ceignant la tunique des martyrs

.

Une ombre sombre se répand sur la ville

Des silhouettes noires à l’allure inquiétante

Vident sans peur leurs chargeurs meurtriers

.

Horreur sanglante briseuse de vies innocentes

Le rouge sang ride la ville ébahie et meurtrie

Le peuple crie à l’infamie diabolique et sanglante

.

PÉTALES ÉCLECTIQUES

Recueil de Textes

.petales-eclectiques-couverture

Quatrième de Couverture

.

« Le poète cogne, cabosse, rafistole

Il dérange, charme, console

Amusé, il instille des vérités, des doutes

Silence brutal, applaudissements, soulagement »

.

Romancier, Jean-Louis Riguet a voulu pour son premier recueil de poésie synthétiser ses émotions, ressentis et sensations, sous une forme courte.

Des sujets forts comme ceux qui touchent à l’infortune des personnes, des hommages à des artistes et enfin des thèmes plus légers : les mots restent ciselés dans la douleur ou la légèreté.

L’auteur évoque « la barbarie inadmissible dans son inutilité » ou encore « la frayeur coiffe la ville de noirceur ». Il écrit le « poète cogne, cabosse, rafistole » ou encore « alors la femme peintre claquemure ». Il parle des « fleurs qui sont un bonheur pour l’Homme » et de la neige sur laquelle « on marche réticent à pas feutrés ».

Le lecteur passe d’un sujet à l’autre et d’une forme à l’autre. S’y mêlent des pensées, des poèmes et des haïkus.

Pétales Éclectiques, un recueil varié, diversifié et inégal dans le fond et dans la forme qui suscitera des réactions.

.

Éditeur : PREM’EDIT

ISBN : 9 791091 321587

140 pages – 14 €

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Jean-Louis RIGUET 23 octobre 2016

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et Membre de la Maison de l’écrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

Publié par Laisser un commentaire

L’horreur à Paris

PARIS ce vendredi 13 novembre 2015

L’horreur frappe la capitale

.

.

La France est en deuil mais la France est vivante et reste combative.

La France sera solidaire devant l’adversité pour combattre.

Comment ne pas être choqué, triste, en colère, devant ces attaques terroristes organisées délibérément ?

Des attaques sournoises et lâches contre des personnes sans défense !

La France est en guerre !

.

.

Comment peut-on n’avoir pour seul but que de tuer des gens paisibles ?

Comment peut-on semer l’horreur et l’abomination pour une mauvaise interprétation des textes ?

Comment comprendre l’incompréhensible ?

Je n’ai pas de mots pour qualifier ces abominations inexcusables.

La France est en guerre. Battez-vous !

.

.

A la suite des attentats de janvier dernier, j’ai écrit un pamphlet intitulé « Lettre aux Attenteurs ». Je n’ai rien à en retirer. Je suis toujours autant indigné contre ces fanatiques sans avenir qui génèrent la terreur.

En voici quelques lignes :

 

Aux attenteurs de tous poils, que vous soyez femme ou homme, je veux vous dire. Après tous ces événements de janvier 2015, je me pose des questions sur votre devenir et votre vie future. Enfin … si vous avez une conscience.

Quand vous redescendrez sur terre – car il est certain que, pour l’instant, vous êtes ailleurs, endoctrinés par on ne sait qui, pour on ne sait quoi ? –, que penserez-vous de ces moments terribles ?

Serez-vous heureux d’avoir vidé, en un rien de temps, vos chargeurs sur de pauvres bougres sans défense ? Ah, certes, ils avaient pour armes des crayons de bois ! Mon Dieu, là je blasphème, ce sont des armes redoutables…

Serez-vous devenus des saints, des martyrs ou des rois d’avoir fait mettre quelques personnes à genoux, l’espace d’un instant ? Ah, certes, ils avaient pour armes des bouts de papiers dessinés ! Mon Dieu, là, je blasphème, ce sont des armes redoutables …

Serez-vous plus riches de vos forfaits car, l’espace de quelques heures, vous vous êtes considérés comme les rois du monde ? Ah, certes, ils avaient pour armes des mots assassins ! Mon Dieu, là je blasphème, ce sont des armes redoutables …

On vous a vus à la télévision. Mais en majorité contre vous ! On vous a entendus à la radio. Mais en majorité contre vous ! On a parlé de vous dans les journaux. Mais en majorité contre vous ! Vous avez occupé les réseaux sociaux. Mais en majorité contre vous ! Votre tribune était grande. Mais en majorité contre vous !

Savez-vous que ces succès sont éphémères ? Qu’une image chasse l’autre ? Que la dernière publiée gomme celle d’avant ? Savez-vous qu’une guerre chasse la précédente ? Savez-vous que, depuis que le monde est monde, des guerres de religion ont eu lieu ? De part et d’autre ? Un coup dans un sens et un coup dans l’autre sens ?

Les derniers événements de janvier 2015 m’ont remémoré …

.

Les droits des auteurs de ce recueil collectif « Les mots ne sont pas des otages !… » sont versés à l’association

REPORTERS SANS FRONTIERES

.

14 novembre 2015

© Jean-Louis Riguet

.

Publié par Laisser un commentaire

ténèbres, Anthologie

Ce n’est pas souvent que l’on publie un recueil de nouvelles !