Publié par Laisser un commentaire

JL à l’écoute de … Marie PONTIES

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Marie PONTIES

.

.

1/ Qui êtes-vous ? Quel est votre parcours ?

Je m’appelle Marie Pontiès et j’ai 17ans, j’habite à Lavaur (81) et je passe en Terminale S en Septembre. J’ai vraiment commencé à écrire en 4ème, lorsque j’ai appris en cours de français les nouvelles à chute. Dans cette même année, un concours de poésie organisé entre les deux collèges de ma ville m’a permis de confirmer ma passion pour l’écriture, confirmation que j’ai eu deux ans de suite en étant primée à ce concours, et à d’autres concours de nouvelles comme le concours de « Tarn et Dadou », de Maux ou encore celui des « Gourmets de Lettres » à Toulouse ; et c’est comme cela que j’ai décidé de rassembler toutes ces nouvelles dans un recueil.

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

Je me suis vraiment mise à l’écriture en 4ème, avant je me contentais seulement de travailler à l’école, je dessinais beaucoup et je me consacrais à mon sport, le judo.

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre autre passion ?

Je dessine tout le temps. J’aime beaucoup le théâtre (même si je n’ai jamais eu l’occasion d’en faire, j’ai toujours trouvé passionnant de se mettre dans la peau d’un personnage) et la musique, j’aime particulièrement le rock et la pop et je joue du piano. Je pratique aussi un sport depuis que j’ai 5 ans, le judo, mais cette année j’ai dû m’arrêter à cause d’une blessure, je passerai donc ma ceinture noire l’année prochaine.

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

Je voudrais juste que mes lecteurs se laissent emporter, oublient leurs soucis et prennent du plaisir en me lisant. J’aimerais qu’en refermant mon livre ils se disent « Ah, j’ai passé un bon moment !». C’est mon objectif, et c’est tout ce que j’attends de mes lecteurs. Je me fais connaître par de petits événements, comme une séance de dédicace à la librairie de ma ville, mais ce qui marche le mieux est le bouche à oreille. Lorsque quelqu’un m’achète un livre, je lui donne lorsque j’en ai l’occasion, mon adresse mail pour qu’il puisse me donner son avis. C’est très important pour moi de savoir ce que mes lecteurs pensent, que ce soit positif ou négatif.

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

J’ai fait plusieurs séances de dédicaces dans mon village et dans ma ville, et je participe tous les ans au Salon du livre international de Mazamet.

 

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

Petite, j’aimais déjà beaucoup inventer des histoires, et j’ai toujours écrit (d’ailleurs, plusieurs esquisses de romans dorment dans mon placard), mais j’ai vraiment eu le déclic lors d’un concours de poésie organisé par mon collège. J’ai été primée deux fois de suite, et ce sont sur ces deux ans que j’ai écrit mon premier recueil de nouvelles.

edil

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

Mon unique livre publié est un recueil de nouvelles, intitulé « L’Assassin et autres nouvelles insolites », aux éditions Édilivre. Il contient sept nouvelles courtes traitant des sujets divers, comme l’art, la guerre, l’astronomie… J’ai vraiment essayé de diversifier les sujets pour qu’il y en ait pour tous les goûts et tous les âges. J’aurai bientôt le plaisir de pouvoir présenter mon deuxième recueil de nouvelles et mon premier roman, en ce moment en cours de correction.

 

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

On peut se procurer ce livre dans n’importe quelle librairie sur commande. Il est aussi référencé sur tous les sites de distribution, comme Amazon ou la Fnac, mais vous pouvez aussi le commander sur le site de l’édition www.edilivre.com.

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? À l’e-book ?

Pour ma part, j’ai été publiée dans une édition participative, et pour se lancer, s’éditer à compte d’auteur ou se faire éditer à compte participatif peut constituer un bon début. Cependant je pense que le mieux reste l’édition traditionnelle à compte d’éditeur, mais les places sont chères et prisées. De plus, les nouvelles sont mal-aimées des lecteurs français, et je n’ai pas trouvé mieux pour des nouvelles qu’une édition participative. L’e-book n’est pas encore très répandu, mais je pense que c’est l’avenir. Moins cher, plus nomade, je suis persuadée que l’e-book se fera une place dans le cœur des lecteurs.

 

10/ Quel est le conseil le plus important que vous ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

Pour écrire, je citerais le conseil d’un auteur qui le tient lui-même de son mentor : pour devenir écrivain, il faut trois choses : lire, lire et encore lire. Une citation plus générale qui m’a permis de voir la vie autrement : c’était 3 ou 4 ans plus tôt, lorsque j’avais un plâtre, je ne pouvais pas participer à une importante compétition de judo, à Paris. Comme je n’arrivais pas à me résigner, mon père m’avait sortie la citation d’un empereur romain qui disait ceci : « qu’on me donne la force de changer ce qui peut être changé et d’accepter ce qui ne peut pas l’être ». Depuis je me tiens à cela.

Et pour la fin de l’histoire, je suis tout de même allée à cette compétition en tant qu’observateur où j’ai même pu obtenir un autographe de Teddy Rinner !

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

Je ne suis pas fan des biographies, que ce soit à lire ou à écrire ; cependant, j’aime lire les romans. Je lis ou écris aussi volontiers nouvelles ou poésies lorsque j’ai un peu de temps. Je vais pour cela sur un site nommé « Short Édition », une plate-forme qui permet de publier ou de lire des poèmes ou textes courts. Mes poésies préférées à écrire restent les haïkus, de courtes poésies asiatiques de composition métrique 5/7/5. Je me suis aussi essayée au roman, et je peux dire que c’est très différent de l’écriture d’un recueil de nouvelles !

 

12/ Comment écrivez-vous ?

J’écris souvent sur mon ordinateur ; il arrive que j’écrive en musique, mais c’est rare car elle m’empêche parfois de me concentrer. À l’époque du concours de poésie, j’étais tellement inspirée que je ne pouvais pas attendre d’être chez moi et j’écrivais des nouvelles ou des poésies en cours. Cela m’arrive moins maintenant, notamment parce que le travail demandé en cours est plus conséquent, je n’ai plus la possibilité d’écrire pendant ces heures. Je prévois donc des temps d’écriture pendant le week-end, par exemple, et je m’installe à mon bureau, devant mon ordinateur.

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

Pour m’inspirer, je lis une nouvelle ou une poésie sur mon site préféré avant de commencer. Je n’ai jamais eu de commande d’ouvrage mais j’écris souvent mes nouvelles sur un thème précis, cela me permet de chercher et de trouver des idées. Je fais de nombreux concours de nouvelles parce qu’ils imposent souvent un sujet.

 

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

Pour construire une intrigue, il me faut d’abord une vague idée. Je m’accorde ensuite des moments, comme avant de m’endormir par exemple, pour l’approfondir, la travailler, chercher ce que je peux en tirer. Une intrigue de nouvelle n’est pas très longue à construire (dans l’ordre d’un mois), par contre les intrigues de mon prochain roman m’ont pris presque un an. Les personnages viennent souvent avant l’intrigue. Ce sont d’ailleurs sur leur (s) particularité (s) que sont souvent construites les intrigues. Mes personnages ne sont pas inspirés de personnes réelles. Il m’est déjà arrivé de mettre un personnage inspiré d’une personne connue pour lui rendre hommage, mais je m’efforce de les imaginer par rapport au monde dans lequel ils vont évoluer et par rapport à ce que je veux faire apparaître chez eux ou passer comme message. Créer et faire évoluer un personnage, c’est un peu comme jouer au théâtre : quand on passe à un autre personnage, on change de costume, on pleure ou on rit avec lui comme des acteurs dans une pièce de théâtre. J’aime beaucoup varier mes personnages pour avoir un maximum de points de vue, ils sont autant de costumes de scène qu’on met puis que l’on quitte, et une fois la nouvelle finie, on change de pièce, de costume, d’atmosphère. Je prends du temps pour bien les travailler, je fais des fiches personnage et je les dessine, car je pense que plus on connaît bien ses personnages, mieux on les retranscrit dans son manuscrit et mieux la nouvelle ou le roman est réussi.

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

De lire, lire et lire ; je pense que c’est fondamental pour améliorer ses écrits… et ne jamais se démotiver, malgré tout ce qui peut arriver.

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

J’ai beaucoup lu de romans d’héroïque-fantaisie, dont ceux d’Anne Robillard, de Serge Brussolo, d’Éric l’Homme et les incontournables Harry Potter de JK Rowling. Je me suis mise aussi récemment aux classiques, et j’aime beaucoup le style de Victor Hugo et de Camus. Côté nouvelles, mes auteurs préférés restent Anna Gavalda et Guy de Maupassant.

 

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

Je suis en train de lire « Nous les dieux » de Werber. J’ai le projet de dévorer tous ses livres tant ma sœur m’en a dit du bien !

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Oui, j’ai deux projets en cours : le premier est un autre recueil de nouvelles (un peu dans le même style du précédent recueil) qui devrait paraître aux Éditions Édilivre vers la fin de l’année/début de l’année prochaine, et un roman mêlant science-fiction et roman jeunesse en cours de relecture.

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Je fais tous les ans le Salon du livre de Mazamet, devenu pour moi un événement incontournable, et j’attends la sortie de mon deuxième livre pour recommencer les séances de dédicaces.

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

On peut suivre mes actualités et mes parutions sur le site www.edilivre.com.

————-

Le 11 août 2017

Marie PONTIES

.

 

https://www.edilivre.com/l-assassin-et-autres-nouvelles-insolites-marie-ponties.html#.WZFuGVFJbIU

.

Extrait de « L’assassin et autres nouvelles insolites », 1ère nouvelle.

.

La nuit est tombée. Tout est silencieux dans la maison. Dans le lit, je contemple le visage paisible d’Eléna. Je l’aime tellement. Je ne pourrais vivre sans elle. Pourtant, la nuit s’est levée et il fallait que je parte. Cet instinct qui me dictait ses sombres desseins et dont j’étais la marionnette, me l’ordonnait. Je regarde une dernière fois la belle femme brune. Sa chevelure soyeuse l’entoure comme une couronne. Un rayon de lune effleure discrètement sa joue. Je soupire. Elle dort d’un sommeil profond ; je ne risque pas de la réveiller.

Je sors du lit sans faire aucun bruit et me faufile dans l’entrebâillement de la porte. Elle n’aime pas ce que je fais. Elle n’a pas les mêmes pensées que moi mais elle m’aime quand même…

Et c’est le principal.

Je traverse la maison à pas de loup, guidé par la lumière de la lune. Je pense à ma prochaine victime.

Je sors enfin de la maison par la petite porte. La lune m’aveugle et la fraîcheur glace mes os. Mais rien n’arrêtera la mission qui m’a été confiée. Silencieux et concentré, je reprends mon chemin. Dans la petite rue exiguë, l’astre blanc me regarde d’un air réprobateur ; comme s’il savait que j’allais commettre un meurtre. Mais je n’ai pas de soucis à me faire. La lune avait peut-être des yeux mais elle n’avait pas de bouche. Elle ne pourra pas avertir celle que je dois tuer ce soir. Souple et gracieux, je saute, je glisse, je vire dans la nuit sombre, traversant la ville déserte à cette heure. Sous mes pas, le pavé est dur et froid. Il est traître. La bruine le rend glissant. Chaque pas peut être entendu. Pas un bruit… Rien ne m’importait plus que mon objectif.

Soudain, je m’arrête, tous mes sens aux aguets.

.

.

Je remercie sincèrement Marie PONTIES d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, sculpteur, peintre, photographe, acteur, comédien, théâtreux, styliste, musicien, chanteur, colleur de papiers, en un mot artiste  sans discrimination de l’art pratiqué,

si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site est ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

Chaque chronique est ensuite partagée sur Facebook, Twitter, Linkedin, Google+, Pinterest et parfois Tumblr.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

https://jeanlouisriguetecriveur.blogspot.fr/

.

© Jean-Louis RIGUET  16  août 2017

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

Publié par 2 commentaires

JL à l’écoute de … Céline Mayeur

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Céline Mayeur

.

DSCN1691

.

1/ Qui êtes-vous   (VOS Prénom et NOM) ? Quel est votre parcours ?

Céline Mayeur romancière/ nouvelliste.

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

J’ai travaillé naguère en tant qu’aide-soignante dans diverses structures médicalisées. Ces dernières années j’étais secrétaire médicale et assistante d’un petit éditeur.

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre passion ?

Il paraît, à mon grand désarroi, que je suis une piètre dessinatrice. J’étais parolière dans un groupe de rock où il m’arrivait de pousser la chansonnette.

Je fais mes premiers pas dans le cinéma et j’adore ça !

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

Qu’ils continuent à me lire et qu’ils me fassent part de leurs impressions de vive voix ou sur Babelio, booknode ou facebook.  Je suis honorée qu’ils apprécient mes livres et j’aime discuter avec mon lectorat.

 

J’essaie d’être présente le plus possible sur la toile via mon blog, mon site ou les réseaux sociaux.

Je pense que rien ne vaut une vraie rencontre. J’aime me déplacer pour dédicacer mes livres.

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Je participe à des rencontres d’auteurs ou des journées autour de l’Art. Je ne me suis pas encore prêtée à l’exercice des conférences ou des lectures publiques. J’ignore à cette heure si je le ferai un jour.

 

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

J’écris depuis l’enfance où j’ai remporté mon premier concours de nouvelles. J’avais commencé par écrire des contes et des poèmes  en amateur. J’ai par la suite  publié des nouvelles dans des revues adolescentes.

Passé mon expérience de bloggeuse où j’ai pu être guidée par des écrivains reconnus, je me suis lancée dans la publication à compte éditeur en 2010.

 

J’ai écrit :

– Possession, roman fantastique destiné à public adolescent ou jeune adulte édité chez Kirographaires éditions.

– des nouvelles provoquantes (La folle, complainte du comateux puant, la Mado, mon joujou exotique, l’éloquence et prosopagnosie) publiées dans les revues  Squeeze et L’Ampoule et en ligne aux éditions de l’abat-jour ou sur Artramenta.

– Des nouvelles érotiques prochainement publiées aux éditions du 38, collection Paulette.

– Des novellas et nouvelles réalistes ou fantastiques qui sont encore libres de droit.

– Fièvre Gitane, un roman littéraire chez Terriciaë éditions.

 

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

Il s’agit de Fièvre Gitane, un roman littéraire.

 

C’est l’histoire de Juanna, une gitane prête à tout pour garder l’homme qu’elle aime; Quitte à perdre l’esprit, quitte à utiliser des moyens déraisonnables, la fureur qui la pousse ainsi que sa dissidence la rendent inquiétante. Pourtant, cette enfant partie de rien, incapable de déchiffrer le moindre mot, sillonnant les plages des Saintes Maries de la mer accompagnée de sa mélancolie, apprendra à aimer, à lire et à pardonner au côté de Louis, un enfant prodige.

Fièvre Gitane, c’est une histoire d’amour, de désamour et d’amitié. C’est un voyage au travers les saisons, les années et les pays. Les paysages, les émotions, les événements sont tour à tour retracés par Juanna et Louis et par la voix de Tristana qui bien des années plus tard tombera sur leurs mémoires et décidera d’en faire un roman.

 

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

En ligne sur le site des éditeurs, dans toutes les librairies virtuelles, en librairie en rayon (bientôt) ou en commande.

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? Aux e-book ?

Je pense qu’écrire des romans c’est un travail aussi utile que celui de médecin, professeur ou gendarme; imaginez la vie sans Art : Hop ! Plus de musique ! Plus de film ! Plus de livre ! Plus de photo ! Plus de dessin ! La vie continuerait certainement mais elle serait morne, sans expression  ni mémoire.  Par conséquent, et au vu du labeur, c’est normal que nos prestations soient rémunérées.

Je suis donc totalement contre l’édition à compte auteur, idem pour les comptes participatifs.

 

Les e-book, je n’en suis pas particulièrement fan, mais cela est personnel étant donné que je souffre des yeux.

Par ailleurs, je préfère le support papier que l’on conserve, l’odeur de l’encre et des feuilles, le bruissement des pages  et les beaux volumes. Ceci étant, je lis des nouvelles en e-book et en publie également. Je trouve cela pratique pour les textes courts mais je ne publierai jamais de roman en numérique.

 

10/ Quel est le conseil le plus important que-vous-ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

Aies confiance en ton talent et avance.

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

Des romans.

 

12/ Comment écrivez-vous ? 

J’écris dans mon bureau, installée devant mon ordinateur dans le silence.

Je  suis plus intuitive que méthodique ; aussi il est rare que je procède par plan. Je préfère me laisser guider par mon imagination et évoluer avec mes personnages. Si je ne suis pas inspirée, je m’abstiens et je m’adonne à la lecture.

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

Mon inspiration émane de mes émotions, de mon vécu ou de mes rêveries. Les voyages ou les expériences humaines m’inspirent autant que les photos, la musique, les films ou la peinture.

 

Oui, on m’a commandée un roman littéraire, un mini roman érotique et d’autres textes en revue ou chez des petits éditeurs.

 

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

Mes personnages sont pour la plupart inventés mais dotés de qualités et de défauts de mon entourage ou de moi-même.

Je fais en sorte de rendre mes personnages authentiques puis la logique et mon imagination me soufflent des péripéties.

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

De lire énormément de classiques comme d’ouvrages modernes, de maîtriser la syntaxe mais aussi de se faire relire par un maximum de personnes du milieu littéraire (écrivains, correcteurs, professeurs de français ou de lettres, conseillers littéraires…)

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

Parmi les classiques : Honoré de Balzac, Guy de Maupassant, Emile Zola, Alphonse de Lamartine, Joris- Karl Huysmans, Pierre Choderlos de Laclos, Marcel Proust, Edgar Allan Poe, Paul Verlaine, Arthur Rimbaud, Charles Baudelaire, Marguerite Duras, Pierre Loti et Marcel Pagnol.

 

Parmi les auteurs modernes : Eric Reinhardt, David Foenkinos, Florian Zeller, Stephen King, Muriel Barbery, Christiane Baroche, Riikha Pulkkinen, Amélie Nothomb et des auteurs moins connus comme Julie Oyono, Pascal Louvrier, Cathy Borie, Patricia Has Nivoix, Christel Lacroix et j’en oublie…

 

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

Je relis Manette Salomon des frères Goncourt et je découvre Moment d’un couple de Nelly Alard.

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Oui, sur mon nouveau roman littéraire « la petite robe bleue » sous l’aile bienveillante de Pascal Louvrier (écrivain biographe-éditeur) et sur un court métrage avec le réalisateur toulousain Thierry Obadia.

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

La sortie de Fièvre Gitane (roman) dans une semaine et celle imminente des deux recueils collectifs de nouvelles érotiques sur les thèmes Donjon et Miroir auxquels j’avais participé.

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

 

Sur mon blog   http://celine-mayeur.blog4ever.com/

 

Sur mon site     http://celine-mayeur.weebly.com/

 

Sur ma page facebook   https://www.facebook.com/pages/C%C3%A9line-Mayeur/100752816677176?ref=hl

 

Sur mon compte facebook     https://www.facebook.com/celine.mayeur.5

 

————-

Le  5 mars 2015.

Céline Marie Mayeur.

.

couverture_Fievre_2

 

11026133_1003532019674998_92980366843887619_n

.

Je remercie sincèrement Céline Mayeur  d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

Jean-Louis RIGUET 06 mars 2015

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://librebonimenteur.net/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

http://jeanlouisriguetecriveur.blogspot.fr/

http://riguet-jean-louis.e-monsite.com/

.

 

Publié par Laisser un commentaire

JL à l’écoute de … Mathilde Decker

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Mathilde Decker

.

1ere de couverture

.

 

1/ Qui êtes-vous   (VOS Prénom et NOM) ? Quel est votre parcours ?

Je m’appelle Mathilde Decker, j’ai décroché le CAPES de lettres modernes en 2012 après un master lettres, arts et culture. J’ai  aussi remporté le prix Supernova 2014.

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

J’enseigne toujours le français dans le secondaire, actuellement dans un centre de médecine physique de la Croix Rouge.

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre passion ?

L’écriture est ma première passion, elle cohabite la lecture. Mais j’adore également la musique d’ailleurs j’apprends à jouer de la guitare électrique depuis bientôt un an.

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

Mon souhait principal est que mes lecteurs prennent plaisir à me lire, qu’ils passent un bon moment à me lire. Je possède un site internet consacré à mes écrits (http://decker-mathilde.e-monsite.com/) que j’essaie de promouvoir sur les réseaux sociaux en espérant que le bouche à oreille prendra le relais.

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Etant donné que mon premier roman vient tout juste de sortir, je n’ai pas encore eu beaucoup d’occasions mais j’espère pouvoir faire des séances de dédicaces en librairies ou des salons du livre.

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

Depuis toute petite, je ne peux pas dire quand exactement j’ai commencé. À l’école primaire déjà, j’écrivais des poésies et des petites histoires. Au collège, je me suis mise à écrire des nouvelles. Puis au lycée, j’ai démarré sur des cahiers d’écolier une saga de fantasy qui s’est étendue sur 85 cahiers. Durant mes études, je me suis consacrée à d’autres projets d’écriture. Mais Minkar est mon premier roman.

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

Minkar est le premier tome d’une saga fantastique plutôt orientée pour la jeunesse. Pour résumer l’histoire, une poignée de jeunes gens un peu marginaux sont invités par un mystérieux garçon à s’évader dans un univers parallèle qu’il prétend pouvoir contrôler à distance avec d’autres « pilotes » comme lui. Cet autre monde s’appelle Minkar et réserve bien des surprises aux héros.

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

Aux éditions du Masque d’Or. Il faut écrire à Thierry Rollet et lui envoyer un bon de commande téléchargeable sur mon site indiqué ci-dessus.

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? Aux e-book ?

La publication à compte d’auteur me semble être une escroquerie de la part de maisons peu scrupuleuses qui ont trouvé un filon rentable en se faisant de l’argent sur le dos d’auteurs très désireux d’être publié à tout prix. La publication à compte d’éditeur me parait la seule « bonne » manière d’être publiée à condition que l’éditeur s’investisse vraiment avec l’auteur et que chacun fasse de son mieux pour promouvoir le livre. Quant aux ebooks, étant moi-même une grande lectrice de ce genre de livres, je les défendrai sans hésiter. Ils permettent d’avoir accès à une grande quantité de livres dans un format restreint et pratique à transporter. Même s’il n’y a plus le contact avec le papier, le format électronique ne gâche pas le plaisir de la lecture.

10/ Quel est le conseil le plus important que-vous-ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

Il ne faut écrire que pour une seule raison : par passion, pour le plaisir avant tout.

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

 Des nouvelles et des romans essentiellement. Etant une jeune prof de français, je suis encore en train de découvrir les classiques de la littérature. J’aime beaucoup la littérature du XIXème siècle mais je ne me limite pas qu’à cela, j’essaie de lire des choses diverses.

 12/ Comment écrivez-vous ? 

Sur un cahier avec un stylo, sur ordinateur, à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit, assise à mon bureau ou bien dans un train, un avion. Je n’ai pas besoin d’un cadre particulier pour écrire. Je peux écrire partout et n’importe quand du moment que je ne perds pas mon inspiration.

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

Dans tout ce qui m’entoure : les gens que je fréquente, des événements ponctuels ou quotidiens mais aussi la musique que j’écoute, ce que je lis, ce que je regarde à la télé, les jeux vidéo etc.

J’ai reçu quelques commandes en effet, en espérant qu’il y en aura d’autres.

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

Souvent, j’imagine d’abord des personnages puis je m’amuse à leur créer une histoire. Ce sont en premier lieu de petites scénettes puis peu à peu soit je me lasse du personnage et j’archive l’histoire dans un coin de ma tête, soit l’intrigue se complexifie et je commence à la mettre sur papier. Pour prendre un exemple concret, Minkar, j’ai imaginé deux des héros, les personnages de Virgile et Vassili dans des histoires totalement différentes l’une de l’autre mais aucune de ces histoires n’a vraiment décollé. Inspirée par mes cours d’histoire antique à la fac et par des séries et films de science-fiction, j’ai ensuite crée le monde de Minkar. J’ai alors repensé à Virgile et Vassili que j’ai décidé de remanier un peu pour les inclure dans l’histoire. Le reste s’est fait progressivement. Souvent j’ai une vision globale de l’histoire mais je ne connais pas à l’avance toutes les scènes dans le détail, elles s’écrivent au fur et à mesure. Il m’arrive très souvent d’apporter des modifications quand il me vient de nouvelles idées ou que j’imagine un nouveau personnage que je souhaite vraiment inclure dans l’histoire.

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

Le même qu’on m’a donné : il faut écrire pour soi et se faire plaisir sans prétention, ni contrainte.

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

Rowling, Alexandre Dumas, Jules Verne, Théophile Gautier et Guy de Maupassant (entre autres, c’est difficile de choisir !)

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

La Reine Margot, d’Alexandre Dumas.

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Je poursuis Minkar et j’ai également un autre projet en cours : une sorte de polar fantastique dans un décor de château hanté en Ecosse.

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Mon premier roman vient tout juste de paraître. Je commence donc à peine à essayer d’organiser des événements autour de cette sortie.

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

J’ai un compte à mon nom sur Facebook et Twitter. Une page sur Facebook « Au fil des pages » est entièrement consacrée à mes actualités. Et bien sûr il y a mon site internet (http://decker-mathilde.e-monsite.com/) mis à jour régulièrement.

————-

Le  07/10/14

Mathilde Decker

.

1ere de couverture

.

Extrait 5 : Vassili se présente à Gabriele

– Ecoute, reprit-il d’un ton brusque en se tournant à nouveau vers la fille, je n’ai pas beaucoup de temps alors j’irai droit au but. Je suis venu te parler de ce qui s’est passé avant que tu atterrisses ici.

Pour une fois, Gabriele parut frappée par les paroles de son interlocuteur. Vassili s’autorisa un sourire de triomphe.

– Eh oui je sais tout. Tu n’as pas compris ce qui se passait : le monde s’est mis à basculer tout à coup. Tu ne savais plus où tu étais, ni comment tu y étais arrivée. Tu as eu extrêmement peur, c’est normal. Quand tu es revenue à toi, tu as essayé d’expliquer à ton entourage ce qui s’était passé mais personne n’a voulu te croire. Ils ont cru que tu avais définitivement craqué et ont préféré t’enfermer ici.

Un frémissement secoua les épaules de Gabriele même si son visage conserva une mine impassible.

– Mais moi je te crois, enchaîna Vassili d’un ton très sérieux en se penchant sur la table pour essayer de capter le regard insondable de son interlocutrice. Tu n’es pas folle, Gabriele, tu es différente. Tu as un don exceptionnel : tu es une voyageuse. C’est ce qui t’est arrivé. Tu as effectué ton premier voyage sur Minkar.

À ce nom très étrange, Gabriele leva une seconde fois les yeux vers le joli blond.

– Tu te demandes ce qu’est Minkar, devina Vassili avec un sourire, je dispose de peu de temps pour bien t’expliquer alors je vais te résumer l’essentiel. Minkar est un autre monde. Pour certains, c’est un rêve, pour d’autres c’est un jeu, pour d’autres encore, c’est un espoir, une échappatoire. La seule chose qui est sûre, c’est que c’est un endroit extraordinaire et magique où tu peux devenir celle que tu as toujours rêvé d’être. Seuls quelques élus, dont tu fais partie, ont le pouvoir de se rendre dans cet autre monde mais ces voyages ont un prix. En échange du don de voyager, les Minkariens t’ont volé ton âme. Tu le sais, n’est-ce pas ? Tu n’es plus la même depuis quelques temps. Tu te demandes ce qui t’arrive ? Tu as la réponse désormais. Tu n’as plus d’âme mais si tu acceptes de me suivre, je t’aiderai à la récupérer. Je connais Minkar, je suis un pilote. Je peux te faire sortir d’ici, Gabriele. Rejoins mon équipe et ensemble, nous nous battrons pour reprendre ton âme à ceux qui te l’ont dérobée !

Gabriele écouta cette histoire avec attention. Ses grands yeux s’écarquillèrent de stupeur en entendant Vassili suggérer de la faire sortir de l’hôpital. Elle n’avait qu’un mot à dire et elle pouvait être libre.

Pourtant elle préféra garder le silence. Pendant quelques instants, elle observa Vassili avec un mélange de curiosité, de réflexion et de crainte jusqu’à ce que cette dernière émotion prît le pas sur toutes les autres. Cédant à la panique, Gabriele recula son siège, qui racla bruyamment sur le sol, et se leva d’un bond pour aller cogner de l’épaule contre la porte afin d’appeler un docteur. Stupéfait de se heurter à un refus si catégorique, Vassili resta muet à regarder Gabriele se jeter lourdement contre la porte.

Un infirmier se hâta de lui ouvrir et de l’emmener. Tandis qu’il ne pouvait que regarder sa proie lui échapper avec impuissance, Vassili se leva d’un bond et la rappela.

– Je comprends que tu aies peur, lança-t-il d’une voix vibrante. Tu n’es pas encore prête. Quand tu changeras d’avis, appelle-moi à nouveau ! Je reviendrai te chercher.

.

Je remercie sincèrement Mathilde Decker  d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Jean-Louis RIGUET 13 octobre 2014

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://librebonimenteur.net/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

http://www.riguetauteurlivres.com/

http://riguet-jean-louis.e-monsite.com/

.

 

Publié par Laisser un commentaire

JL à l’écoute de … Thierry ROLLET

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Thierry ROLLET

.

photoTR2

.

 

1/ Qui êtes-vous   (VOS Prénom et NOM) ? Quel est votre parcours ?

Thierry ROLLET

Né à REMIREMONT (VOSGES) en 1960. Se consacre à la littérature depuis l’âge de 15 ans. Sociétaire des Gens de Lettres de France. A publié son 1er ouvrage à 21 ans, en est actuellement à son 38ème ouvrage publié. D’abord enseignant, a fondé en 1999 l’entreprise SCRIBO (www.scribomasquedor.com ) qui s’occupe de diffusion de livres, de conseils littéraires aux auteurs désireux d’être publiés, d’édition avec sa filiale : les Éditions du MASQUE D’OR, de formation en français/anglais et d’un atelier d’écriture. Thierry ROLLET a publié des romans, des recueils de nouvelles, des récits historiques, ainsi que de nombreuses nouvelles en revues et sur Internet.

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

J’étais professeur de français, anglais et sciences humaines. J’ai animé des ateliers d’écriture en collège et lycée.

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre passion ?

La littérature essentiellement. J’ai composé également des essais biographiques sur Édith Piaf, Léo Ferré et deux acteurs du cinéma fantastique : Boris Karloff et Bela Lugosi.

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

Je participe à des salons du livre et à des séances de dédicaces en librairies. Mes sites professionnel www.scribomasquedor.com et personnel http://ecrivainthierryrollet.e-monsite.com reçoivent une vingtaine de visiteurs chaque jour. J’ai également 2 pages sur Facebook.

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

J’anime un atelier d’écriture par correspondance sur Internet. Il m’est arrivé de faire des conférences, notamment concernant mon essai biographique Léo Ferré artiste de vie avec l’université du temps libre.

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

J’ai publié à l’heure actuelle 38 livres. J’ai commencé à publier des nouvelles et des poèmes en revue dès l’âge de 15 ans. Mon premier roman Kraken ou les Fils de l’océan a été publié quand j’avais 21 ans. Je n’ai jamais cessé d’écrire depuis.

 

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

Mon dernier livre est un essai biographique intitulé Deux monstres sacrés : Boris Karloff et Bela Lugosi (éditions Dédicaces).

4ème de couverture : « Le tournage des premiers films d’épouvante coïncide avec la création du cinéma proprement dit. Divers acteurs ayant connu des débuts sur les planches se verront alors proposer des rôles de personnages emblématiques de la littérature fantastique gothique. Ce fut le cas de Boris Karloff et de Bela Lugosi, mondialement reconnus pour leurs interprétations du monstre de Frankenstein et du comte Dracula. Deux monstres sacrés au double sens du terme, donc. Deux destinées parfois unies sur l’écran, quoique très divergentes dans la vie comme dans la carrière. Deux personnalités ayant servi à merveille un style difficile par leur aptitude à s’adapter à des exigences que leurs rôles respectifs rendaient souvent tyranniques. Deux carrières exemplaires sur bien des points, dont l’histoire se lit comme un roman d’aventures et qui donnent son sens véritable à l’expression « pionniers du cinéma ». Tels sont les éléments qui constituent ce livre. »

 

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

Toutes les librairies peuvent me les commander, ainsi qu’à mes éditeurs. On peut également les commander sur mes sites : www.scribomasquedor.com et http://ecrivainthierryrollet.e-monsite.com

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? Aux e-book ?

Le compte d’auteur peut être honnête à condition de respecter 3 principes fondamentaux :

  • le contrat doit mentionner très clairement « édition à compte d’auteur » avec les références légales ;
  • c’est l’auteur qui choisit le nombre d’exemplaire à imprimer puisque c’est lui qui les paie ; toute nouvelle réimpression doit donner lieu à un nouveau contrat ;
  • l’éditeur doit lui proposer (non lui imposer) un service de publicité et de diffusion.

Le compte participatif ne doit pas masquer un compte d’auteur abusif. Exemple : faire croire à l’auteur qu’il ne paie que la maquette d’un livre contre 2000 ou 3000 € est une arnaque.

Les e-books constituent un nouveau support fort intéressant pour le livre, étant donné qu’il peut être interactif (on peut, par exemple, cliquer sur des liens Internet contenus dans le texte). Bien entendu, ils ne remplaceront jamais le livre en tant qu’objet car ils ne sont qu’un contenu.

 

10/ Quel est le conseil le plus important que-vous-ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

Persévérer, même en cas de mévente. Un livre n’est jamais qu’un produit sur le marché qui subit la loi du marché. Le métier d’écrivain, il faut l’aimer passionnément pour le vivre et le poursuivre.

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

 Des romans essentiellement. Je m’intéresse aussi à la poésie, ainsi qu’aux ouvrages d’histoire ou de vulgarisation scientifique.

 

 12/ Comment écrivez-vous ? 

Sur ordinateur, de préférence l’après-midi. Il peut m’arriver de travailler sur plusieurs livres en même temps, selon l’inspiration du moment.

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

L’inspiration vient toute seule, il n’y a pas de recette. Je reçois des commandes assez régulières. Bien entendu, il y aura toujours tel ouvrage qui se vendra mieux que tel autre sans que l’on puisse savoir pourquoi : c’est la loi du marché.

 

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

Non, mes personnages peuvent être historiques (exemples : Jeanne d’Arc et Gilles de Rais) ou être fictifs mais évoluer dans un cadre réaliste : cela constitue l’essentiel de mon inspiration. Même si j’ai beaucoup lu d’ouvrages de l’imaginaire, je l’ai peu pratiqué. J’ai toujours un plan préparé avant de rédiger un ouvrage, mais je peux le modifier fréquemment en cours de rédaction.

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

Persévérez, aimez ce métier : c’est la seule façon de ne jamais être déçu même en cas de mévente. Et surtout, ne considérez jamais le fait d’écrire comme un loisir : c’est toujours un métier avec toutes les conséquence et toutes les exigences qui s’y rattachent.

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

Henri Troyat, Albert Camus, Emile Zola, Guy de Maupassant.

 

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

La Vie quotidienne en Russie au temps du dernier tsar de Henri Troyat.

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Oui, mais chut ! Je n’aime pas en parler avant qu’ils soient prêts. J’ai toujours de nouveaux projets en tête.

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Trois salons du livre :

  • à Monéteau (Yonne) le 26 octobre ;
  • à Courson les carrières (Yonne) le 30 novembre :
  • à Sens (Yonne) le 14 décembre.

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Essentiellement sur mon site personnel http://ecrivainthierryrollet.e-monsite.com et sur mes pages Facebook.

 

————-

Le 7 octobre 2014

Thierry ROLLET

.

thierry-rollet_675x900

.

2 monstres sacrés

.

Extrait de DEUX MONSTRES SACRES

CHAPITRE 1
Où les chemins se croisent
Voici donc deux acteurs fétiches du cinéma fantastique qui se croisent et vont bientôt
faire connaissance.
La plupart des critiques considèrent d’ailleurs que la célébrité montante de Boris
Karloff et de Bela Lugosi doit beaucoup à ce que l’on appelle maintenant « l’âge d’or du
cinéma fantastique », qui doit lui-même sa renommée au 7ème Art en général : bien loin d’être
une simple mode, comme l’avaient prédit – ou espéré ? – les plus chauds partisans du théâtre,
le cinéma muet puis parlant devint un véritable phénomène social qui ne s’est jamais démenti,
puisque, de nos jours, on peut même le recevoir d’une façon très privée sous forme de VOD
sur un smartphone. À cette époque, les salles de théâtre se vidaient au profit des salles
obscures, où le film noir supplantait le mélodrame des planches. Rien d’étonnant, dans ces
conditions, à ce que ce véritable tsunami culturel servît de tremplin – un mot bien faible ! – à
la carrière de nos deux acteurs.
Star d’un jour, star toujours : c’est ce qu’il advint de Bela Lugosi dès qu’il eut
interprété le rôle du comte Dracula. Je l’ai dit : ce fut surtout ce regard quasi-hypnotique, bien
mis en évidence par un éclairage blafard et rendu cruel et terrifiant par sa fixité glacée, qui fit
la célébrité de l’acteur hongrois – alors que Tod Browning comptait sans doute sur l’accent
étranger de Lugosi pour assurer une interprétation convaincante du vampire transylvanien. En
vérité, Lugosi put conjuguer la chance avec le talent puisque Lon Chaney, à la fois maquilleur
et acteur, avait été pressenti en premier pour interpréter Dracula. Le sort en décida autrement
puisque Lon Chaney mourut en 1930 et que le film fut tourné et sortit l’année suivante. Il
n’est pas interdit de penser, par ailleurs, que ce fut Tod Browning qui usa de son influence
pour qu’en définitive, Bela Lugosi fût retenu.
Bien souvent, le cinéma contribua à la renommée d’une star en la confinant dans le
même rôle ou dans le même genre de films : Armando Catalano alias Guy Williams ne tourna
que dans les 80 épisodes de Zorro chez Walt Disney ; Douglas Fairbanks brilla dans le genre
cape et épée ; Gary Cooper remporta la palme des films d’aventures à grand spectacle… C’est
ainsi que Bela Lugosi devint, du jour au lendemain, star du cinéma d’épouvante, et ce durant
les dix-sept années qui suivirent le Dracula de Tod Browning. C’est en effet durant cette
période que les studios Universal produisirent une cinquantaine de films de terreur issus pour
la plupart de la littérature fantastique gothique, avec Bela Lugosi comme interprète privilégié.
C’est à ce moment que Bela Lugosi fut pressenti pour jouer le rôle du monstre de
Frankenstein, dans l’adaptation qu’en fit James Whale. J’ai dit dans le chapitre précédent qu’il
était déjà engagé dans l’interprétation du docteur Mirakle dans Double assassinat dans la rue
Morgue. Cependant, des rumeurs de studios prétendent que Bela Lugosi avait refusé le rôle du
monstre, alors que le célèbre maquilleur Jack Pierce lui avait déjà fait essayer le masque. À
cette époque, un acteur sous contrat ne pouvait se permettre de refuser un rôle, surtout
lorsqu’il devenait une valeur montante : plus dure alors, plus définitive aussi, eût été sa
chute ! Les rumeurs précisent même que Lugosi aurait décliné ce rôle parce qu’il était muet !
Il est vrai cependant que le réalisateur pressenti pour tourner le film n’était pas alors James
Whale, mais Robert Florey. Le renvoi de ce dernier changea donc la donne. Celle-ci profita
alors à Boris Karloff, en lui permettant à son tour d’être éclairé en véritable vedette américaine
par les plus puissants projecteurs ! De ce croisement de carrière, les deux acteurs n’en furent pas vraiment conscients à ce
moment-là puisqu’ils ne se connaissaient pas personnellement – rien, en tous cas, ne permet
de l’affirmer. Il fallut que la volonté expresse d’Universal s’en mêlât pour que Boris Karloff
et Bela Lugosi se rencontrent effectivement, pour tourner ensemble, dans le Chat noir en
1934.
À cette époque, Boris Karloff avait souhaité opérer de lui-même un tournant dans sa
carrière, à moins qu’il ne s’agît d’y ouvrir une parenthèse. Devenu star, il ne parvenait pas à
se faire une place dans ce monde frelaté, fuyant les réceptions mondaines de ce milieu au
profit de sa vie de famille : marié et père d’une petite fille, il conservait – contrairement à
Bela Lugosi, semble-t-il – le souci de poursuivre sa vie privée sans qu’elle fût envahie de
mondanités. De plus, son nouveau statut de vedette lui semblait aller de pair avec une
augmentation de son cachet, qu’il ne pouvait obtenir d’Universal. Il quitta donc Hollywood
pour la Gaumont British de Londres – un retour aux sources, donc ! – qui lui offrit un rôle
dans le Fantôme vivant. Malheureusement, le public ne suivit pas et Boris Karloff se vit une
nouvelle fois rattrapé par l’Amérique : il avait tourné la Momie deux ans auparavant –
toujours avec James Whale – et s’était encore attiré les louanges des critiques et une
popularité sans faille. Le Fantôme vivant, qui raconte l’histoire d’une égyptologue qui émerge
de l’au-delà pour réclamer une pierre volée, fut perçu comme une pâle copie de la Momie,
plus apte à desservir l’acteur principal qu’à assurer sa renommée.
Boris Karloff regagna donc les États-Unis et revint frapper à la porte d’Hollywood, où
les studios Universal, ayant eux aussi compris la leçon, lui offrirent un contrat plus
avantageux, où il bénéficiait – faveur insigne ! – de la liberté de tourner pour d’autres firmes
si le cœur lui en disait : à tout seigneur tout honneur, on est star ou on ne l’est pas !
Ce fut alors que s’imposa l’idée de faire tourner Karloff et Lugosi dans un film
commun. Je le répète, les deux stars ne devaient se connaître que de réputation et ne s’étaient
jamais rencontrées puisque Boris Karloff, contrairement à Bela Lugosi, fuyait les réceptions
mondaines où acteurs et producteurs se montraient sur les mêmes plateaux ! De cette première
rencontre naquit le véritable choc du Chat noir, quelque peu inspiré du conte d’Edgar Poe1
.
Je dis « quelque peu » car le scénario du film prend bon nombre de libertés avec
l’intrigue du conte. Ici, il ne s’agit pas d’un époux sombrant dans l’alcoolisme, puis
assassinant sa femme et la dissimulant dans un mur, sans s’apercevoir que son animal favori,
un chat noir, se fait emmurer lui aussi pour mieux le trahir ensuite par ses miaulements
désespérés. Le Chat noir de Carl Lemmle est le récit d’une lutte entre Verdegast (Bela
Lugosi) et Poelzig (Boris Karloff) : le premier accuse le second, chef d’une secte satanique,
d’avoir fait disparaître sa femme et sa fille. Un jeune couple rencontré par Verdegast dans le
train est étrangement mêlé à cette intrigue ; étrangement car on se demande, tout au long de ce
film qui passerait aujourd’hui pour un court-métrage – il ne dure que 65 minutes –, quelle est
au juste l’utilité de ce couple, si ce n’est d’embrouiller l’affrontement entre les deux vedettes,
sans pour autant faire pâtir leur jeu d’acteur, toujours révélateur de leur aptitude à jouer des
personnages cyniques et animés d’une cruauté ou d’une détermination sans faille. Quant au
chat noir proprement dit, il n’apparaît que fortuitement, dans une seule scène : on veut de
toute évidence faire comprendre au spectateur qu’il est l’incarnation de l’esprit satanique qui
règne dans cette demeure, tout au long de ce huis-clos qui est censé se dérouler en Hongrie –
mais oui ! –, bien que l’on n’aperçoive rien de typique dans les rares scènes d’extérieurs.
La sagesse du réalisateur et du scénariste fut de donner dans l’intrigue une importance
égale à Boris Karloff et à Bela Lugosi. Ce fut également le cas dans le Corbeau, tourné
l’année suivante. Là encore, les deux personnages s’affrontent, bien que l’un, le criminel
Bateman (Boris Karloff) sollicite tout d’abord l’aide du docteur Vollin (Bela Lugosi) pour une

1
Publié dans les Nouvelles histoires extraordinaires, traduites par Charles Baudelaire. opération de chirurgie esthétique. Cependant, l’intrigue se complique par l’intervention de la
famille Thatcher, dont le docteur Vollin souhaite épouser la fille. Au contraire du Chat noir,
c’est le personnage de Bateman qui joue les trouble-fête, au lieu du jeune couple dans le film
précédent. L’empreinte d’Edgar Poe est toujours évoquée dans ce scénario, d’une façon plus
évidente encore d’ailleurs puisque c’est le docteur Vollin qui s’en inspire, en ayant aménagé
une salle de torture dans sa cave avec, pour instrument dominant, le pendule meurtrier
présenté dans le conte le Puits et le pendule. La fin transforme le criminel Bateman en héros
positif puisqu’il se rachète en délivrant Thatcher, l’empêchant ainsi d’être égorgé par le
terrible pendule. La morale sera sauvée puisque c’est le sinistre Vollin lui-même qui périra
dans sa propre cave.
Par la suite, Boris Karloff et Bela Lugosi tourneront huit films ensemble

2
. Pourtant,
c’est seulement dans les deux premiers qu’ils seront traités à égalité : par la suite, ce fut tantôt
l’un, tantôt l’autre qui se retrouva cantonné dans un rôle secondaire. Pire encore, ce fut Bela
Lugosi qui fut le plus souvent défavorisé par rapport à Boris Karloff. La petite histoire ne dit
pas s’il conserva de la rancune ou de l’envie vis-à-vis de son partenaire. Cependant, d’après
Karloff, ce placement au second plan n’était dû principalement qu’aux difficultés qu’éprouvait
Bela Lugosi à se familiariser avec l’anglais : si son accent était apprécié, sa diction souffrit
toujours de cet aspect récité que prenaient les textes anglais dans sa bouche. Laissons Boris
Karloff commenter lui-même ce véritable handicap vocal : « Le pauvre Bela, c’était bizarre.
C’était pourtant un homme de talent, réservé et sensible, qui fit une belle carrière dans le
théâtre classique en Europe. Il a malheureusement commis une erreur fatale, celle de ne
s’être jamais donné le mal d’apprendre notre langue… Il avait vraiment des problèmes au
niveau du langage et ne savait pas dire un texte. »

3
Lisez la suite dans Deux monstres sacrés : Boris Karloff et Bela Lugosi
Essai biographique de Thierry ROLLET – éditions Dédicaces

.

Je remercie sincèrement Thierry Rollet d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Jean-Louis RIGUET 11 octobre 2014

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://librebonimenteur.net/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

http://www.riguetauteurlivres.com/

http://riguet-jean-louis.e-monsite.com/

.

 

Publié par Laisser un commentaire

1870

1870

Récits et Nouvelles

Editions du Masque d’Or

Collection La France en Guerre

ISBN : 978-2-36525-007-8 – Prix 19 €

.

1870

.

Il s’agit d’un ouvrage collectif dont l’initiative revient à Thierry ROLLET, qui a fait un appel à textes pour l’écriture par un auteur actuel d’une nouvelle sur la Guerre de 1870, nouvelle devant être publiée aux côtés de textes d’auteurs contemporains de l’époque de la guerre.

C’est d’ailleurs en raison de cet appel à textes que j’ai écrit AUGUSTIN ma bataille de Loigny, puisque d’une nouvelle ratée il en est sorti un roman historique.

Quoiqu’il en soit de la genèse de cet ouvrage, nous y retrouvons des textes de grands auteurs.

Je voudrais citer Alphonse DAUDET dont il est publié LA DERNIERE CLASSE (Récit d’un Petit Alsacien) , puis L’ENFANT ESPION ainsi que le PORTE-DRAPEAU, tous trois extraits des Contes du lundi (1873).

Et aussi Guy de MAUPASSANTpour BOULE DE SUIF extrait de les Soirées de Médan (16 AVRIL 1880) et aussi MADEMOISELLE FIFI en extrait (1882).

Egalement Emile ZOLA pour L’ATTAQUE DU MOULIN (1880).

L’on ne présente plus ces trois auteurs que l’on lit ou relit avec grand plaisir.

Ce recueil se termine par une poésie de Jean-Baptiste CLEMENT de 1871, pendant la Commune de Paris, intitulée LE TEMPS DES CERISES, que tout le monde connaît tant cette complainte fait partie du folklore français. Je ne résiste pas à écrire le premier couplet :

Quand nous chanterons le temps des cerises,
Et gai rossignol et merle moqueur
Seront tous en fête.
Les belles auront la folie en tête
Et les amoureux du soleil au coeur.
Quand nous chanterons le temps des cerises,
Sifflera bien mieux le merle moqueur.
.

Thierry ROLLET nous a gratifié de deux nouvelles.

La première L’ODYSSEE DU CELESTRE nous raconte l’histoire d’un postier antimilitariste devenu soldat, qui va être expédié avec ses sacs de courriers au-dessus des lignes prussiennes dans un ballon, le 12 décembre 1870. Expédition périlleuse s’il en faut …

La deuxième L’AUBERGE DU TROU DE L’ENFER nous conte les aventures d’un fantassin, non tiré au sort à cause de son âge pour partir à la guerre, qui va faire tout ce qu’il peut pour rejoindre le front dans les Vosges, à la recherche de ses camarades enrôlés. Il finira par être incorporé dans un débris d’armée. Un obus lui éclate la jambe mais, heureusement, il a la vie sauve. Il se retrouve à défendre une auberge. En réchappera-t-il ?…

Laurence VANHAEREN nous a écrit une nouvelle intitulée QUINZE SOUS dans laquelle elle nous dit les aventures d’un gamin chargé d’aller acheter un rat pour le déjeuner de son père qui lui a remis 15 sous pour le payer. Chemin faisant, le gamin fait des rencontres …

.

4ème Couverture 1870

.

L’éditeur a préfacé l’ouvrage en précisant que 1870 était l’année de la honte pour la France et son armée. Il en profite pour nous parler du 7ème Art en évoquant BOULE DE SUIF de Christian-Jacque, le film qui date de 1945. Boule de Suif avait alors pris l’allure de Micheline Presle, sublimée par le réalisateur. Il termine sa préface en écrivant : « quinze sous, c’est quinze sous … »

Cela me rappelle une autre phrase de la même veine que j’ai mise dans AUGUSTIN ma bataille de Loigny : « Certes, un sou est un sou. Mais, quand vient le malheur, si le sou manque, le malheur est encore plus grand ».

.

Bref, en lisant cet ouvrage, nous passons un bon moment et c’est le principal.

.

http://www.sgdl-auteurs.org/jeanlouis-riguet/

http://www.m-e-l.fr/jean-louis-riguet,ec,1053

http://nouvelles-masquedor.e-monsite.com/

http://www.scribomasquedor.com/

http://www.dedicaces.ca

http://librebonimenteur.net/

.

Jean-Louis RIGUET

Membre de la Société des Gens de Lettres et du Bottin International des Professionnels du Livre

Sociétaire de la Maison des Ecrivains et de la Littérature

 .

Publié par Un commentaire

Des nouvelles à 6 euros

 

 Augustin ma bataille de Loigny recommande

 

PUBLICATION DES NOUVELLES

Les Éditions du Masque d’Or publient sur une page du site :

http://nouvelles-masquedor.e-monsite.com

.

Nouvelles déjà publiées sur le site :

A) COLLECTION ADRÉNALINE :

Laurent BOTTINO

le Spectacle incertain

Un camp de vacances de l’association des « Eclaireuses et Eclaireurs de France », les aventures et les tensions suscitées par la rencontre de gens d’origines et de milieux divers. Un récit inspiré par une expérience vécue.

Prosper MERIMEE

Mateo Falcone

Parce qu’il a dénoncé un « bandit » dans le maquis corse, le fils de Mateo Falcone doit mourir.

Laurent NOEREL

la trop proche Frontière

Un train où une femme a été retrouvée assassinée, la rencontre de son amant et d’une autre femme avec un étrange passager, prélude à une lutte pour leur vie, et peut-être plus !

Jean-Louis RIGUET

le Passant

Chaque matin, à la même heure, le narrateur voit passer devant sa fenêtre un passant. Il se pose des questions … d’autant plus que le passant repasse le soir, à la même heure, dans l’autre sens …

Thierry ROLLET

Destin de mains

La masseuse de Gilles de Rais, terrible seigneur breton, va connaître un destin tragique par la faute de ses mains, qui ont touché un être considéré comme un suppôt du Diable ! Une lumière dans la tombe (Une aventure de Sherlock Holmes) Une princesse indienne cherche à mystifier sa famille et même à commettre une escroquerie en se faisant passer pour morte. Une passionnante enquête pour Sherlock Holmes et le Dr. Watson… et peut-être une terrible déconvenue pour la princesse, qui compte décidément bien peu sur les traditions de fidélité de son propre pays… ! Dans quelle horreur toute cette machination va-t-elle basculer?

Laurence VANHAEREN

Partie italienne

Dans ce texte, une vision de cristal du lien qui peut exister entre un homme et une femme.

B) COLLECTION SUPERNOVA :

Laurent NOEREL

le Vaisseau étranger

Deux vaisseaux naufragés sur une planète inconnue, venus de deux mondes différents. Les rescapés s’entraideront-ils ? La peur les poussera-t-elle à s’affronter ? Douloureuse errance Une femme fuit une population cachée d’extraterrestres. Pourtant, l’un d’eux, son amant, l’a protégée.Recherchent-ils la conquête ou une coexistence pacifique ?

Roald TAYLOR

Duel d’outre-espace

Deux partis extraterrestres, l’un favorable à la destruction des Terriens, l’autre partisan d’en faire des amis, envoient des représentants sur notre planète pour s’affronter en un duel sans pitié qui déterminera la survie de l’espèce humaine. Qui gagnera ? Et comment se déroulera ce combat si peu ordinaire ?

C) COLLECTION TREKKING :

Jean-Louis RIGUET

le Grand Canyon

Deux amis découvrent le Grande Canyon du Colorado pendant deux jours. L’un d’eux, sous le charme de ce paysage grandiose, se met à intérioriser, à rêver et à transposer…

Thierry ROLLET

le Destin de Mamaoth

L’histoire du grand mammouth trouvé dans les glaces de Sibérie le 3 mai 1901 : comment a-t-il vécu ? Comment s’est-il retrouvé ainsi congelé pour arriver presque intact jusqu’à nous ? C’est ce que ce récit nous apprend, en nous replongeant plus de 12 000 années en arrière, dans l’univers prodigieux de la Préhistoire et de ses grands animaux.

D) COLLECTION SAGAPO :

Guy de MAUPASSANT

LA FICELLE

Une fausse accusation et ses suites tragiques dans le milieu paysan normand du 19ème siècle LA PARURE La perte d’un bijou prêté par une amie plonge un couple de petits employés dans une existence pleine d’épreuves.

Thierry ROLLET

RUE DES PORTES CLOSES

Comment une jeune fille enceinte et sur le point d’accoucher sera sauvée, en pleine nuit dans une rue de Paris, par l’une de ses amies, devant l’indifférence et l’égoïsme des gens.

CANALE DI AMORE

Jeunes gens et jeunes filles de bonnes familles se livrent aux plaisirs de la nuit dans des gondoles fermées glissant sur le Grand Canal, à Venise au 16ème siècle…!

Émile ZOLA

LA MORT D’OLIVIER BECAILLE

Olivier Bécaille ne semble plus respirer, son cœur ne semble plus battre… Mais est-il bien mort ? Comme il voudrait pouvoir crier, hurler à tous ses proches qu’il est toujours vivant !

E) COLLECTION FANTAMASQUES :

Marcel Elie FORGET

LE RENDEZ-VOUS DE MALABOISSE Deux scientifiques décident de passer une nuit au milieu des ruines d’un mystérieux prieuré, perdu au fond des bois. Pour eux, l’enfer n’est plus très loin…

David FRENKEL UN BRUIT FANTASTIQUE

« Les méchants sont-ils punis ? S’ils l’étaient, ce ne serait pas un dieu, nous regardant d’en haut, qui les punirait, mais ce serait leur vilenie qui les frapperait par effet boomerang. Et même ceci, j’en suis convaincu, ne se vérifie guère. Je vous fais découvrir à travers mon conte ce postulat. »

Claude JOURDAN

PRINCESSE ET LES CLOCHETTES

Princesse est une petite fille qui vit un drame familial. Malgré tout, des clochettes parviennent à la consoler et même à sauver la situation. Qui sont-elles ? D’où viennent-elles ? Que font-elles ? C’est l’univers secret de Princesse…

Jean-Louis RIGUET

LES DEUX PLUMES

Deux plumes voguent sur La Loire en la descendant. En perdition, un poisson les secourt et les accompagne jusqu’à l’apparition d’une lumière dans une tour …

Thierry ROLLET

LES AVATARS DU MINOTAURE

Comment le Minotaure est-il né ? Comment vivait-il ? Et si, contrairement à ce que prétend la légende, il n’était pas le monstre que l’on croit ?

EDVINA OU LE CRIME IMPROBABLE

Edvina a-t-elle tué son mari ? Elle se dénonce mais peut-on la croire, vu le moyen incroyable qu’elle dit avoir utilisé ? Elle prétend l’avoir… désintégré !

Roald TAYLOR et Thierry ROLLET

LA NUIT LUMINEUSE

Claude, jeune retraité, reçoit une nuit une étrange visite : celle d’une lumière qui, peu à peu, prend possession de sa maison. Quelle est-elle ? D’où vient-elle ? Il aura peine à croire la vérité…!

Prosper MERIMEE

LA VENUS D’ILLE

Une statue antique, à laquelle son inventeur a passé au doigt son alliance, se rend la nuit au rendez-vous amoureux…

Audrey WILLIAMS

« COMME CHEZ SOI »

« Comme chez soi’, c’est l’enseigne d’un pub pour marins en bordée. Classique, chaleureux… Voire ! Y pénétrer, c’est déjà faire un premier pas dans un univers terrifiant…!

LE JARDIN DE CALIXTE (1er Prix au concours le Masque du Démon 2006)

Calixte est, en apparence, un paisible jardinier qui soigne un cimetière. Mais de quoi vit-il ? Il ne mange rien…

Corinne VALTON (auteure sélectionnée au concours le Masque du Démon 2011)

AUX OMBRES DES FILLES SANS FLEURS

Vénérande et Mirefleur. Deux sœurs Des ombres noires au-dessus d’elles, qui poussent à bout. Jusqu’à la mort ? Mais pourquoi ?

F) COLLECTION LA FRANCE EN GUERRE :

Jean-Louis RIGUET

le Tambour héroïque

La révolution, les royalistes contre les républicains. Un jeune tambour rythme les combats avec ses baguettes jusqu’au moment où les Chouans attaquent… .

.

.

Tout acheteur devra en faire la commande à SCRIBO DIFFUSION et verser le prix indiqué pour obtenir par Internet le texte complet sous format EPUB, la publication ne se faisant que sous la forme électronique. .

La commande et le paiement peuvent s’effectuer :

  sur papier libre et par chèque ou mandat-cash à l’ordre de

SCRIBO DIFFUSION

(adresse d’envoi : 18 rue des 43 Tirailleurs 58500 CLAMECY)

  sur http://www.paypal.com à l’ordre de scribo@club-internet.fr.

Commandez le texte complet sur ce site au prix de 6 €

(fichier téléchargeable EPUB)

Indiquez votre nom complet et votre e-mail.

Le paiement peut s’effectuer par chèque, virement, mandat-cash

à l’ordre de SCRIBO DIFFUSION ou sur http://www.paypal.com à l’ordre de scribo@club-internet.fr.

Chaque nouvelle est vendue au prix uniforme de 6 €.

PARTICIPEZ NOMBREUX !

Chaque nouvelle est désormais disponible en format EPUB et téléchargeable sur tous les supports !

.

http://dedicaces.org/2012/08/05/augustin-ma-bataille-de-loigny-chez-dedicaces/

http://dedicaces.org/2013/02/24/actualites-daugustin/

http://librebonimenteur.net/

http://nouvelles-masquedor.e-monsite.com/

http://www.scribomasquedor.com/

Jean-Louis RIGUET

Membre de la Société des Gens de Lettres et du Bottin International des Professionnels du Livre

Sociétaire de la Maison de l’écrivain et de la littérature

.