JL à l’écoute de … Laurent Robert, poète

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Laurent Robert

.

laurent-robert-photo-2

.

1/ Qui êtes-vous ? Quel est votre parcours ?

Je m’appelle Laurent Robert. Je suis né en 1969, à Chimay, en Belgique. Je suis de nationalité belge.

 

Après des études de lettres en Belgique, j’ai été en parallèle enseignant et critique littéraire, tout en publiant déjà un premier recueil de poèmes, Protocole du seul, en 1994. Un désir à la fois d’approfondissement et d’accomplissement personnel m’a amené à entamer et accomplir un peu sur le tard une thèse de doctorat en lettres à l’Université de Liège (soutenue en 2009). J’enseigne actuellement la littérature et la didactique du français langue étrangère dans l’enseignement supérieur, à Mons, en Belgique. J’écris pour l’essentiel de la poésie et des articles de recherche en histoire de la littérature.

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

J’ai presque toujours enseigné. J’ai pratiqué la critique littéraire une quinzaine d’années, en particulier dans une revue institutionnelle belge, Le Carnet et les Instants.

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre autre passion ?

Je ne pratique pas d’autre art que l’écriture. Les arts qui me touchent le plus sont les arts plastiques de manière générale (peinture, sculpture, installations etc.), le cinéma et le théâtre – beaucoup moins la musique.

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

J’espère des lecteurs… qu’ils existent ! Que mon travail leur parle, qu’ils soient touchés fût-ce par un seul de mes poèmes. Pour me faire connaître, j’utilise tout ce qui est possible : réseaux sociaux, sites d’éditeurs, blogs de critiques, presse traditionnelle etc. Cela reste extrêmement compliqué pour ce qui concerne la poésie, clairement absente de la presse généraliste et même de la presse littéraire qui se concentre sur le roman.

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Je fais des conférences plutôt en relation avec mes travaux de recherche (en particulier sur des femmes poètes méconnues de la fin du XIXe siècle), mais pas sur mes propres ouvrages. J’espère pouvoir présenter mon dernier livre dans des librairies ou lors de séances de lecture publique, mais rien n’est encore prévu.

 

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

J’écris depuis l’adolescence. Avant mon dernier livre, j’ai publié deux recueils de poèmes (Protocole du seul, Unimuse, 1994 ; et Métro Stalingrad, Edilivre, 2015) et une plaquette écrite pour un ami (Dix Haïku). J’ai également publié un essai, tiré de ma thèse de doctorat : Georges Fourest ou le carnaval de la littérature (Éditions Universitaire de Dijon, 2012).

 

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?guerres-couverture

Mon dernier livre s’intitule Guerres (Le Chasseur abstrait, 2017). C’est un recueil de 150 haïkus réguliers écrits, au départ, en référence et en hommage à des poètes qui ont vécu la Première Guerre mondiale, ont écrit à son propos, y sont morts pour la plupart – tels que Wilfred Owen, Georg Trakl, Guillaume Apollinaire… La forme du haïku, que j’avais déjà pratiquée dans Métro Stalingrad, m’a semblé adéquate pour représenter, par le fragment, le chaos de la guerre, l’éclatement de la réalité comme le déchirement des corps – et le babélisme du champ de bataille via l’allusion ou même la citation. La guerre charrie la mort, certes, mais aiguillonne également les pulsions vitales, comme c’est le cas chez Apollinaire dans ses Poèmes à Lou. Pour cette raison, Guerres contient encore une part plus intime, plus sensuelle.

 

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

En librairie (surtout sur commande), sur les sites des éditeurs ou sur un site de distribution en ligne comme Amazon.

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? À l’e-book ?

Aucun auteur ne vous dira qu’il ne préfère pas le compte d’éditeur, et je ne le dirai pas non plus. C’est une évidence. Il y a toutefois beaucoup d’hypocrisie par rapport au compte d’auteur ou au compte participatif, singulièrement dans l’édition de poésie. D’une part, on oublie – ou feint d’oublier – par exemple qu’à la fin du XIXe siècle le grand éditeur de poésie Alphonse Lemerre faisait payer les auteurs qu’il publiait. C’était la norme, et personne n’y trouvait – trop – à redire. Par ailleurs, certains poètes éditeurs aujourd’hui (mais la pratique n’est pas neuve), pour ne pas se publier eux-mêmes, publient un collègue, également poète éditeur, et se font ensuite publier chez lui. Certains auteurs perçoivent des bourses d’écriture, qu’ils transforment dans les faits en aide à l’édition auprès d’éditeurs… faisant soi-disant du compte d’éditeur. Certains éditeurs ne font que du compte d’éditeur, parce qu’ils peuvent le faire, étant généreusement subventionnés (en Belgique, le Ministère de la Culture achète d’office les livres de certains éditeurs pour les distribuer dans des bibliothèques, des universités étrangères etc.). Entendons-nous bien : je ne condamne aucune de ces pratiques, mais il est malhonnête intellectuellement de valoriser une « pureté » du compte d’éditeur qui, en réalité, n’existe guère. Quant à la qualité, elle doit toujours se juger sur les textes, et rien d’autre.

Je ne lis pas d’e-book. Métro Stalingrad est disponible en e-book, mais Guerres ne le sera pas. Je préfère vraiment le livre traditionnel, aussi bien comme auteur que comme lecteur.

 

10/ Quel est le conseil le plus important que vous ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

Fais quelque chose de ta vie !

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

Je lis surtout des romans et de la poésie, ensemble ou alternativement, mais c’est clairement par la poésie que je m’exprime. J’accorde peut-être trop d’attention aux mots, ce qui m’empêche en prose de produire une narration d’une certaine ampleur. Je lis parfois des biographies, mais c’est presque par perversité : le genre me laisse souvent insatisfait.

 

12/ Comment écrivez-vous ?

Le plus souvent à mon bureau, directement à l’ordinateur. Parfois aussi sur des bouts de papier, des fiches, au dos de signets, de billets de transport, de cartons à bière. Le haïku – comme aussi le tanka – peut s’écrire dans des moments un peu vides, où l’esprit divague puis se concentre brusquement. C’est ce qui m’arrive dans les trains, dans les cafés en attendant un rendez-vous, ou même la nuit, dans les minutes qui précèdent le sommeil.

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

Je n’ai pas de commandes d’ouvrages, si ce n’est pour des conférences ou des articles. Mon inspiration vient essentiellement du réel, de choses vues, entendues, lues.

 

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

La question vaut plutôt pour un romancier. Dans ma poésie, c’est la perception qui est fondamentale – perception directe des choses, mais encore, par exemple, perception du passé, dès lors avec une part d’imaginaire. C’est aussi, bien sûr, le travail des mots et des formes.

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

Faites en priorité ce qui vous fait plaisir, ce qui vous donne envie de vous lever le matin – et, si c’est l’écriture, écrivez !

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

En poésie : Charles Baudelaire, Georges Fourest, Jacques Roubaud, Jack Kerouac (pour ses haïkus)…

Pour le roman : Émile Zola, Philip Roth, Jean-Paul Dubois…

 

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

En ce moment, je lis Le Bloc, roman de Jérôme Leroy. Je lis également un recueil d’essais sur la peinture de Jean-Michel Basquiat et Pour atteindre à la mort, un ensemble de poèmes du poète surréaliste belge Hubert Dubois.

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

J’ai deux projets de recueils poétiques en cours – assez différents l’un de l’autre. J’ai un autre recueil qui attend encore son éditeur.

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Pour le moment, non.

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Sur le site de l’Association des Écrivains Belges :

http://www.ecrivainsbelges.be/index.php?option=com_content&view=article&id=2723&Itemid=154.

 

Sur ma page LinkedIn :

https://www.linkedin.com/in/laurent-robert-16a28747/?trk=nav_responsive_tab_profile_pic

————-

Le 20 février 2017

Laurent Robert

.

guerres-couverture

.

 

 

Extraits de GUERRES

 

1.

 

Haïku de guerre

Guerre contre soi les autres

Fétide pulsion

 

 2.

Triste perfection

Dulce et decorum est

Nul ne dira mieux

 

 3.

L’appel paniqué

Gas  ! GAS  ! Quick, boys  ! mais quelqu’un

Esseulé se noie

 

 

14.

L’aube sans assaut

Bénie soit-elle béni

Soit le matin calme

.

Je remercie sincèrement Laurent Robert d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, sculpteur, peintre, photographe, acteur, comédien, théâtreux, styliste, musicien, chanteur, colleur de papiers, en un mot artiste  sans discrimination de l’art pratiqué,

si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site est ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

Chaque chronique est ensuite partagée sur Facebook, Twitter, Linkedin, Google+, Pinterest et parfois Tumblr.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Jean-Louis RIGUET 20 février 2017

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et Membre de la Maison de l’Êcrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

JL à l’écoute de … Ophélie Printanier–Lorillou

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Ophélie Printanier–Lorillou

.11986503_855365271212151_6288758388158510051_n

.

1/ Qui êtes-vous   (VOS Prénom et NOM) ? Quel est votre parcours ?

Bonjour à tous

Je me présente :

Je m’appelle Ophélie Printanier-Lorillou. J’habite en Région Centre.

Je suis  âgée de 22 ans, je suis   une jeune femme épanouie qui croque la vie à pleine dents ; je sais combien une vie vaut de l’or. Je profite de chaque instant de l’existence car nous ne savons pas ce que l’avenir nous réserve. Cependant, la vie ne m’a guère épargnée, car je suis atteinte d’une maladie, la maladie de Little. « Chaque jour, je dois me battre avec ardeur contre la raideur et les douleurs, mais malgré la maladie, je souris à la Vie. Car même si elle ne me fait pas de cadeaux, La vie EST un CADEAU ». Cette existence particulièrement difficile m’inflige beaucoup d’épreuves à surmonter, or pour rien au monde je ne l’échangerais avec quelqu’un d’autre. C’est lorsque nous  traversons et que nous vivons une épreuve très difficile que ce qui peut paraître minime et banal aux yeux des autres devient pour nous d’une grande importance !

Je suis née prématurément à 7 mois de grossesse, j’ai été victime d’un manque d’oxygène à ma naissance. La maladie se caractérise par un rétrécissement et une raideur excessive des muscles. Depuis que je suis née, je suis tout le temps en fauteuil roulant. Je ne peux pas du tout marcher toute seule Pour moi, les quatre membres sont atteints ainsi que ma colonne vertébrale. Cette maladie entraîne de la spasticité. La Spasticité c’est des contractions involontaires, douloureuses et des contractures involontaires, douloureuses des muscle et donc des douleurs se déclenchent n’importe quand et pour n’importe quoi, ça peut être à cause d’un claquement porte, être prise par surprise, une sonnerie, un bruit. Je ne peux pas détendre mes muscles volontairement. Cela rend les mouvements difficiles et fatigants,

J’ai beaucoup plus de douleurs et de déformations que lorsque j’étais petite. La raideur de mes membres augmente de jours en jours. Mes doigts se déforment de plus en plus, heureusement j’arrive encore à porter mes bijoux…. Au quotidien, j’ai de la kinésithérapie. La kinésithérapie a pour but d’étirer et assouplir les muscles puisqu’ils sont raidis en permanence et de soulager les douleurs dues à la raideur excessive des muscles et des contractures. J’ai aussi de l’Ostéopathie. L’ostéopathie me soulage énormément de toutes mes douleurs et me débloque parfaitement bien !

J’ai subi aussi de nombreuses opérations : les adducteurs ; le bassin; les deux genoux ; les pieds.

Aujourd’hui je vis bien mon handicap malgré les douleurs qui sont quotidiennes et mon isolement, du fait que je n’ai pas d’amis je suis souvent seule. Heureusement que j’ai ma famille sur qui je peux compter à chaque instant. Il y a sans doute un point qui me fait mal dans mon handicap c’est concernant mon avenir. Je souhaiterais travailler auprès des personnes âgées. J’aimerais donc réaliser la formation d’AMP.

Je suis consciente qu’il faudra m’adapter la formation ainsi que ce poste.  Même si cela ne va pas être simple, je suis certaine qu’il y ait une solution afin de m’adapter un poste pour que je puisse exercer ce métier qui me tient tant à cœur.

 

– Éditions Glyphe

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

Je faisais un BTS Management des Unités commerciales. J’ai dû malheureusement arrêter mes études en cours d’année au mois d’avril 2014, étant donné que  j’ai été hospitalisée en urgence, car j’étais en danger de mort, je ne pesais plus que 29 kg donc j’ai arrêté mes études comme l’ont voulu les médecins, à cause de graves problèmes de santé, autres que ma maladie J’ai eu une anorexie dite émotionnelle due à un gros choc …. Cela m’a fait mal au cœur d’arrêter mes études avec 13,50 de moyenne générale mais je me console car j’ai écrit un livre s’intitulant « Un jour à la fois » Paru le 24 avril 2015.

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre passion ?

J’aime beaucoup les coloriages d’art thérapie. L’écriture est une thérapie pour moi mais elle est aussi maintenant devenue une passion. J’ai une autre passion, ce sont les animaux qui me procurent un grand bien-être quand je suis en leur compagnie !

Je suis également passionnée par la mode. J’ai participé à deux défilés de mode pour personnes handicapées (en 2005 et 2008) qui mélange valide et non valide : Mode H.

Mode H Europe défend les valeurs de la Charte européenne d’accessibilité à la mode pour tous et l’idée que la personne en situation de handicap moteur est un citoyen à part entière

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

J’attends des critiques de mes lecteurs ; qu’elles soient positives ou négatives. Toute critique est bonne à prendre ! J’ai beaucoup de retours positifs. Beaucoup de personnes me disent avoir pleuré et que je leur redonne Espoir au travers mon vécu ! Etant donné que c’est une histoire vraie ! De mon côté, je suis très touchée et mon objectif est atteint ! Je ne suis pas fière d’avoir écrit mon livre car je n’aime pas ce mot mais simplement heureuse d’avoir réalisé un de mes rêves ! Et de sans le vouloir, savoir que mon livre aide beaucoup de personnes ! Car oui malgré ma maladie et mes difficultés pour moi, aider les autres c’est très important et aussi l’une de mes vocation ! Mais j’en ai encore plein d’objectifs à atteindre. J’ai des rêves encore plein la tête que je compte bien réaliser !

Pour moi, le handicap n’est pas une différence mais une personne avec qui je vis et j’apprends au quotidien ! Je me fais connaître par les réseaux sociaux et mon site internet. Mes lecteurs viennent à ma rencontre car beaucoup d’entre eux me suivent depuis quelques années et désirent me rencontrer depuis longtemps

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

C’est en projet ! Pour l’instant je fais quelques salons du livre dans ma région

 

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

L’écriture est arrivée  dans ma vie il y a environ quatre ans, à un moment très  sombre de ma vie, car j’ai dû faire face à la perte d’êtres chers. Par conséquent, l’écriture est devenue une thérapie pour moi. J’ai mis des mots sur mes maux. Car je n’arrivais pas à me libérer par la parole et avec l’écriture, nous n’avons pas de jugements c’est le cœur qui parle. Je laisse mon cœur qui guidait ma plume. J’ai commencé par écrire des poèmes sur la vie  puis au fil du temps, j’ai décidé d’écrire mon parcours de vie  afin d’aider les personnes qui sont atteintes de la même maladie ainsi que les parents d’enfants qui sont aussi touchés par cette maladie et qui aurait perdu espoir. Ce livre est une source d’espoir notamment pour le parcours scolaire puisque le mien est atypique. Je suis passée du milieu spécialisé au milieu ordinaire Lorsque nous avons de la volonté, nous pouvons faire de tous nos désirs une réalité.

 

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

Mon dernier livre est Un jour à la fois : éditions Glyphe qui est d’ailleurs mon premier livre. Il narre mon parcours de vie « Chaque jour, je dois me battre avec ardeur contre la raideur et les douleurs, mais malgré la maladie, Je souris à la Vie, Car même si elle ne me fait pas de cadeaux, La vie EST un CADEAU ». Cette existence particulièrement difficile m’inflige beaucoup d’épreuves à surmonter, or pour rien au monde je ne l’échangerais avec quelqu’un d’autre. C’est lorsque nous  traversons et que nous vivons une épreuve très difficile que ce qui peut paraître minime et banal aux yeux des autres devient pour nous d’une grande importance !

 

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

On peut se procurer mon ouvrage sur le site de mon éditeur, http://www.editions-glyphe.com/f/index.php?sp=liv&livre_id=1549 , dans les librairies, maison de presse ou encore sur les sites internet connus comme Fnac, Amazon

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? Aux e-book ?

étant donné que pour le moment, je n’ai écrit qu’un seul livre, je n’ai pas assez de recul pour prendre une position par rapport à cette dimension.

 

10/ Quel est le conseil le plus important que-vous-ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

Ne jamais se décourager, nous arrivons toujours à ce que nous voulons, lorsque nous avons de la volonté !

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

Je préfère lire les biographies et écrire des poésies.

Mon tout premier poème que j’ai écrit est sur la perte de l’être cher.

 

12/ Comment écrivez-vous ? 

J’écris souvent la nuit car c’est là où je trouve ma source d’inspiration ou lorsque j’ai du chagrin car l’écriture c’est le moyen que j’ai trouvé pour me consoler

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

Je puise mon inspiration au travers mon vécu. Oui j’ai eu des commandes d’ouvrages grâce aux réseaux sociaux

 

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

Pour l’instant mon intrigue ainsi que mes personnages sont construits par rapport à mon vécu donc pour le moment ils ne sont pas imaginaires.

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

Si vous êtes amateur d’écriture et que vous avez en projet d’être un jour publié, ne vous découragez pas, par le temps que cela peut demander, ce qui compte est le résultat et le secret de la réussite la persévérance !

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

Mes auteurs préférés sont Victor Hugo et Guillaume Apollinaire

J’aime beaucoup le poème : Le Pont Mirabeau

 

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

En ce moment je lis Maldonne de Mikaël Olivier

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Je suis sur le projet d’écriture d’un deuxième livre qui aura pour thème les violences psychologiques mélangées à de la science-fiction. Un autre projet je compte me lancer dans l’aventure pour obtenir un handi-Chien. Puis, peut-être la création d’une association.

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Oui, le dimanche 27 septembre 2015 Salon du Livre de Veigné.

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Vous pouvez suivre mes actualités ainsi que mes parutions sur ma page facebook :

https://www.facebook.com/lecombatdeOphelie

ou sur mon blog : http://syndrome-little.e-monsite.com/

 

Pour conclure mon témoignage, je terminerai sur ce qui m’est le plus cher : Ma famille, toujours à mes côtés et qui me soutient depuis le début ; je n’ai qu’un mot à dire aujourd’hui MERCI.

Pour moi, le handicap n’est pas une différence mais une personne avec qui je vis au quotidien.

J’espère que mon témoignage pourra aider des parents qui ont des enfants atteints de la même maladie que moi et leur donner de l’espoir.

 

Merci beaucoup Jean Louis de m’avoir permis de raconter mon histoire C’est super gentil. Un formidable auteur que je suis ravie de connaître, une très belle rencontre !

C’était un plaisir de partager cette Forêt des livres 2015 avec lui !

————-

Le vendredi 4 septembre 2015,

Ophélie Printanier–Lorillou

.11709399_823955371019808_1345234410365762019_n11141150_800679190014093_6353929523996333874_n

11953125_854893554592656_9077753816091725352_n11928744_854892934592718_2927510306139681170_n11696488_823935434355135_8484059611874708866_o

11822890_840158429399502_3837111100892232739_o11666288_854893071259371_7045557266383652506_n

11390345_810308162384529_5123917180219990628_n11350643_810308105717868_4783001318161917689_n

11350410_810308255717853_5179852334288523583_n10517569_857118304370181_3523645400341407842_n

10425495_784206951661317_4933281757248156747_n

.

Je remercie sincèrement Ophélie Printanier–Lorillou d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

Jean-Louis RIGUET 05 septembre 2015

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://librebonimenteur.wordpress.com/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

http://jeanlouisriguetecriveur.blogspot.fr/

.

 

La Loreley (Guillaume Apollinaire)

Mourir d’amour à cause d’une sorcière blonde !