Publié par Laisser un commentaire

JL à l’écoute de … Aude Prieur

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Aude Prieur

.DSCN5178

.

1/ Qui êtes-vous (VOS Prénom et NOM) ? Quel est votre parcours ?

Je m’appelle Aude Prieur.

J’ai une formation d’historienne (master 2 en histoire ancienne) et de musicienne (flûte et chant).

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

Je travaille dans le secteur culturel et en période de crise et de chômage (comme en ce moment…), je fais des remplacements en lycée. Je suis flûtiste et chanteuse dans un ensemble de musique celtique et un Pipe-band (ensemble de cornemuses).

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre passion ?

Comme art ? La littérature, non ? C’est pour ça que je suis là, n’est-ce pas ? Plus sérieusement, j’adore le cinéma, les arts plastiques, le théâtre, les livres… J’aime tous les livres, j’en dévore chaque jour un peu plus. Ma passion : la musique. J’en fais depuis toute petite et je n’arrêterai que lorsque je serai morte… J’aime beaucoup la musique classique, la musique traditionnelle (notamment celtique…), les musiques du monde, je suis moins encline à écouter les tubes qui passent en boucle sur les grandes radios…

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

Je n’ai pas d’attente spécifique, j’écris pour partager et pour faire passer des émotions aux autres : j’aime transmettre. Pour me faire connaître, je discute (ça, je n’ai pas de mal, je suis une grande bavarde), je participe à des salons du livre, des rencontres en bibliothèques ou librairies. Je tiens un blog aussi, où je parle de mes livres bien sûr mais j’échange aussi sur beaucoup d’autres sujets.

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Oui, oui et pas encore… Conférence est un bien grand mot pour moi (déformation professionnelle). Je ne veux pas « disserter » de longues heures sur mes ouvrages, je préfère échanger avec les lecteurs. Les rencontres sont toujours très enrichissantes.

 

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

J’ai commencé à écrire en master pour mon mémoire de recherche Les Hyakinthies à l’époque hellénistique, un témoignage de l’évolution de Sparte ? Et je m’y suis vraiment mise lorsqu’il a été publié. Me replonger dans les corrections, reformulations, aménagements m’a donné envie d’écrire mais plus sur des sujets scientifiques (plus pour le moment en tout cas). J’ai donc tapé la première phrase de mon roman Cherche et tu ne trouveras pas en février 2014. Pendant les presque deux ans de labeur pour la publication de ce premier roman, j’ai écrit beaucoup d’autres textes qui m’ont fait progresser (principalement des nouvelles). Et aujourd’hui, je travaille à la suite de Cherche et tu ne trouveras pas.

 

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

Cherche et tu ne trouveras pas. Pour faire court, c’est l’histoire de Laure, jeune étudiante en archéologie, qui est une éternelle insatisfaite. Elle écrit ses pensées les plus secrètes dans son journal intime avec une bonne dose d’autodérision. De la fac avec le choix des études, aux premiers petits boulots, entre échecs sentimentaux et interrogations Laure va se démener pour rester positive et avancer dans la vie. Jusqu’où la mènera sa quête du bonheur ?

 

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

Auprès de moi avec une belle dédicace (en région centre) ! Pour les circuits plus « classiques », sur le site de l’éditeur www.prem-edit.com ou dans les librairies Orléanaises (ma ville de résidence actuelle) : librairie Passion culture, librairie Nouvelle d’Orléans et librairie Les Temps Modernes.

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? À l’e-book ?

Édition à compte d’auteur ou participatif : je suis assez sceptique quant au fait de devoir payer pour voir ses écrits publiés…

Pour moi, un éditeur reste celui qui propose un contrat d’édition sans aucun frais pour l’auteur et avec une rémunération. Bien que celle-ci reste infime… Je ne connais pas bien le monde de l’autoédition mais j’ai de très bon retour de collègues écrivains. Pour ma part, j’aime écrire, pas m’occuper de tous les processus d’édition… Quant aux e-books, ça permet peut-être un accès plus facile aux livres mais je suis une vieille sur ce plan-là, pour moi rien ne remplace un livre papier (l’odeur, le toucher, le plaisir de tourner les pages, etc.).

 

10/ Quel est le conseil le plus important que vous ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

Ah ! Je l’ai reçu quand j’avais 6 ans et que je me suis pris une raclée (un trop-plein de gentillesse de mon côté, depuis c’est fini !). Un ange m’est apparu et m’a dit « La vie est une salope, il va falloir te battre ». Bon, ce n’était pas un ange mais un mec bourré, mais j’ai retenu ce conseil et je l’applique tous les jours. Je ne baisse jamais les bras, je me bats pour obtenir ce que je veux. Ça va du travail acharné pour produire un bon livre… aux manœuvres stratégiques pour obtenir d’autres choses…

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

Question très difficile : j’aime tout ! Je suis très éclectique, j’adore lire et je change de genre littéraire au gré de mes humeurs. Pendant mes études, je lisais beaucoup de livres historiques et de travaux de recherches par exemple, mais également les grands classiques de la Grèce ancienne (je suis spécialiste de Sparte…). J’aime lire, même quand je parcours un mauvais livre (ça arrive quelques fois), je ne peux pas m’empêcher de le terminer pour connaître la fin.

 

12/ Comment écrivez-vous ?

Avec des lettres… Si la question est quel est mon outil, c’est mon ordinateur (je suis de la génération qui a perdu l’habitude d’écrire sur un carnet, bien que j’en possède un qui me permet de noter mes idées par-ci, par-là). Si la question concerne mon mode de fonctionnement, je n’en ai pas vraiment. Ma muse vient quand elle le souhaite et comme j’ai une très bonne mémoire, je peux emmagasiner des idées pendant très longtemps avant d’avoir le temps d’accoucher d’une œuvre complète. Après, quand je me pose pour écrire, ça se fait d’une traite, j’ai besoin de temps (une période de chômage par exemple), je ne veux pas être dérangée. Puis quand viennent les relectures, corrections, je peux le faire à des moments définis en même temps que mon activité professionnelle.

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

J’écris ce qui me passe par la tête uniquement, pas de commandes. Mon inspiration vient de la vie de tous les jours en partie, d’expériences, d’histoires mais surtout de mon imagination débordante (terme redondant dans mes bulletins scolaires).

 

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

Ça dépend de ce que j’écris. Pour les nouvelles, je crée du policier, du dramatique, du fantastique, du féminin, de l’historique… Mes personnages sont souvent un mélange d’une multitude de personnes et une touche d’imagination ou alors totalement sorti de ma tête avec ses connotations historiques, sans aucun rapport avec le réel (je pense notamment à une femme millénaire chef de guerre). Ça dépend aussi des périodes, des personnes que je fréquente. Mon travail secondaire (prof en lycée) me donne aussi de la ressource, notamment des anecdotes que je conserve souvent pour les utiliser au moment opportun.

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

Lancez-vous, ça ne coûte rien d’essayer. Être publié, c’est autre chose mais si on vous conseille de le faire et qu’un vrai éditeur vous remarque, vous serez peut-être le prochain Prix Goncourt !

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

Jane Austen, Fedor Dostoïevski, Léon Tolstoï, Nicolas Gogol, Milan Kundera, Franz Kafka, Emile Zola, Ovide, Hésiode, Homère, Agatha Christies, Fred Vargas, Marc Bloch, Anna Gavalda, J.K. Rolling, C.S Lewis, Suzanne Collins, Elizabeth Gilbert, Helen Fielding, René Barjavel, Daniel Pennac et j’en oublie plein !

 

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

Des fleurs pour Algernon de Daniel Keyes. C’est un ami cher qui me l’a conseillé et j’ADORE !

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Je suis en train de regrouper plusieurs nouvelles pour faire un recueil et j’en écris toujours d’autres. Je travaille sur la suite de Cherche et tu ne trouveras pas, sept ans après le premier roman.

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Salon des arts et du livre (La Chapelle Saint-Mesmin, 45) : 10 avril 2016
Championnat de France de tir nature (Mézières-les-Cléry, 45) : 21 au 22 mai 2016
20e fête du livre (Tours, 37) : 19 juin 2016

Salon du livre (Veigné, 37) : 2 octobre 2016
Le Salon du livre des amis de l’humanité (Orléans, 45) : 26 novembre 2016
Salon des auteurs et éditeurs de la région Centre (Dhuizon, 41) : 4 décembre 2016

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Sur mon blog : audeprieur.blogspot.fr

Sur ma page Facebook : www.facebook.com/audeprieurauteurencoreinconnue

Sur la page de l’éditeur : www.prem-edit.com

Dans la presse !

————-

Le 24 mars 2016

Aude Prieur

.chercheettunetrouveraspasRECTOWEB

.

Je remercie sincèrement Aude Prieur d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, sculpteur, peintre, photographe, acteur, comédien, théâtreux, styliste, musicien, chanteur, colleur de papiers, danseur, en un mot artiste  sans discrimination de l’art pratiqué,

si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

Chaque chronique est ensuite partagée sur Facebook, Twitter, Linkedin, Google+, Pinterest et parfois Tumblr.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

Jean-Louis RIGUET 28 mars 2016

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et Membre de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

Publié par Laisser un commentaire

JL à l’écoute de … Denis EMORINE

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Denis EMORINE

.HPIM4153

.

 1/ Qui êtes-vous ? Quel est votre parcours ?

Denis EMORINE. J’ai fait des études de Lettres à la Sorbonne. J’ai toujours été passionné par la littérature.

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

J’ai été dans l’enseignement.

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre passion ?

La lecture et l’écriture ont toujours été mes passions. Le théâtre également;  d’ailleurs, j’en écris.

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

« Admirateurs » est certainement un mot excessif. J’exige peut-être beaucoup de mes lecteurs en leur demandant d’explorer mes textes en profondeur sans être guidés. Il m’arrive de faire des lectures publiques, des conférences sur mes écrits ou sur la littérature.

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Oui, les trois. En 2014, j’ai donné deux conférences à l’université ELTE de Budapest : l’une sur ma poésie et l’autre sur la poésie francophone. J’ai rencontré des lecteurs en France, en Allemagne, en Grèce, en Hongrie,  et aux Etats-Unis, fait des lectures en français et en anglais dans des librairies, des lycées, des universités…

 

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

J’écris depuis l’âge de sept ans. J’écris essentiellement de la poésie, des nouvelles, du théâtre et des essais.

 

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

Il s’agit d’un recueil de poèmes : Bouria, des mots dans la tourmente  paru en 2014 aux éditions du Cygne.  J’ai voulu rendre hommage aux artistes soviétiques et aux anonymes réprimés, déportés voire massacrés par Staline. On y retrouve des poètes comme Anna Akhmatova, Marina Tsvetaïeva, Boris Pasternak et Alexandre Karvovski, des cinéastes tels Andreï Tarkovski sans oublier tous ces inconnus persécutés et déportés  par le régime stalinien, ceux que j’appelle les suppliciés ou les prisonniers.

 

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

Dans toutes les bonnes librairies selon l’expression consacrée mais certains sont épuisés.

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? Aux e-book ?

En tant qu’auteur, je m’oppose résolument aux publications à compte d’auteur ou même à compte participatif. Beaucoup d’éditeurs proposent une version de leurs livres sur papier et le e-book correspondant, ce qui est une bonne alternative, l’un se nourrissant de l’autre et réciproquement.

 

10/ Quel est le conseil le plus important que-vous-ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

Votre question m’embarrasse. Peut-être cet aphorisme de Nietzsche : « Il faut quitter la vie comme Ulysse quitta Nausicaa, avec plus de reconnaissance que d’amour » (je cite de mémoire). Le moment venu, on verra bien…

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

Jusqu’à présent, je n’ai pas écrit de roman : j’ai essayé, ce fut un échec. Je n’ai pas écrit de biographie non plus. Je rêve parfois de la commande d’un éditeur –mécène qui m’offrirait un séjour en Italie pour écrire la biographie d’un peintre, par exemple ; je prendrais mon temps en visitant ce pays aimé. Je n’ai pas de préférence dans l’écriture même si le théâtre me permet d’écouter  mes pièces, mêlé aux spectateurs : c’est une sensation indescriptible. La première fois, c’était en 1992 ; il s’agissait de  La Visite. J’étais dans l’état d’esprit d’un schizophrène : j’avais l’impression de voir la pièce d’un homme qui était à la fois moi, Denis Emorine, et un inconnu qui portait mon nom. C’était une forme de dédoublement difficile à décrire. Les mots que j’entendais, portés par les comédiens, ne m’appartenaient plus vraiment. J’ai ressenti une sensation curieuse, une sorte de malaise et de griserie en même temps. Pour la lecture, j’aime  tout sans restriction, pourvu qu’il s’agisse d’un écrivain que j’apprécie.

 

12/ Comment écrivez-vous ? 

Je ne suis pas sûr de bien comprendre votre question. J’écris sous l’effet de l’inspiration (le mot est impropre mais lequel lui substituer ?) J’ai l’impression de rédiger fébrilement sous l’effet d’une voix intérieure qui me dicte ce que je dois écrire : poème, nouvelle ou pièce de théâtre : parfois cette « dictée » dure plusieurs heures, il faut que j’écrive immédiatement sinon tout est perdu. Après, je suis littéralement épuisé. Je laisse « reposer » sans y toucher pendant plusieurs semaines puis je corrige le texte avec rigueur et même sévérité ; le correcteur a un regard différent de l’écrivain. C’est une forme de dédoublement indispensable.

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

L’inspiration ? Je crois avoir répondu à cette interrogation à la question 12

Des commandes d’ouvrages ? Oui par exemple, en 1993, j’ai participé à Qu’est-ce que la littérature érotique ? Soixante écrivains répondent, ouvrage collectif (Editions Zulma / La Maison des Ecrivains)  1993. Il m’arrive également de donner des poèmes ou des nouvelles pour des anthologies en France et à l’étranger. Quelquefois, ce sont des textes collectifs sur un thème précis, « engagé » comme Haïti ou les migrants.

 

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

Mes thèmes de prédilection sont la recherche de l’identité, le thème du double et la fuite du temps. Je suis également fasciné par l’Europe de l’Est. Dans mon théâtre et mes nouvelles, on trouve l’incompréhension entre les êtres humains supposés utiliser la même langue, un vocabulaire identique pour se comprendre. Tout peut arriver lorsque les choses se passent autrement que vous le prévoyez : les sentiments s’exacerbent, la violence surgit, tous les conflits deviennent possibles parce que certaines personnalités écrasent celle des autres pour survivre. C’est le sujet de deux de mes pièces Sur le quai et Après la bataille.

A partir du moment où ils sont couchés  sur le papier mes personnages existent dans la réalité, du moins à mes yeux. Je pense notamment au personnage de Laure Dujardin dans ma pièce Sur le quai. D’autres sont inspirés par des rencontres : Dans Ce soir vers 21 heures, le narrateur, un écrivain, fait la connaissance d’une jeune fille à un congrès de poésie en Roumanie. C’est une nouvelle autobiographique, j’ai rencontré Marika. J’ai écrit ce texte sous l’effet d’une émotion. Certains de mes poèmes sont dédiés à des artistes : Theo Angelopoulos, Paul Celan, Tatiana Samoïlova…par-delà la mort comme dans Bouria.

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

Aucun, je crois.

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

Il y en a tellement ! J’ai du mal à faire un choix ! Camus, René Char, Pierre Reverdy, Kafka, tous les classiques russes…et beaucoup d’autres !

 

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

Un roman de Michel Zevaco Les amants de  Venise.

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Je relis un manuscrit de poèmes Psaumes du mensonge, poèmes à lire avant la guerre. Je pense qu’il est achevé dans tous les sens du terme. Je suis en quête d’un éditeur.

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Pas précisément, des projets encore vagues de voyages  sinon un choix de nouvelles aux Etats-Unis aux éditions Cervena Barva Press http://www.cervenabarvapress.com/

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Sur mon site http://denis.emorine.free.fr (français/anglais/russe)

————-

Le .22/06/15

Denis EMORINE

.

cover high

 

.

DSCN3312

 

.

Denis EMORINE

 

Trois poèmes à Carmen

(Extraits de

Psaumes du mensonge (inédit) )

 

 

1

Carmen

Je voudrais retrouver la forme de tes bras

T’accompagner aux frontières de la mort

L’amour n’a plus d’odeur

Et la bouche est close

Je me sens si vieux Carmen

Alors que c’est toi qui es partie

Mais je ne t’en veux pas

D’avoir fermé la porte à double tour en sortant

 

Parfois je hais la métaphore

De mentir ainsi à ceux qui s’aiment

 

—————

2

Le monde ne fait plus le tour de ta maison

L’amour n’a plus de mots pour te  célébrer

J’existe à peine au moment de partir loin de toi

J’hésite à vivre

Je n’ose plus poser la main sur le papier trompeur

Lorsque j’ouvre la porte c’est pour constater que

L’obscurité durcit contre moi

La vérité est celle de la tombe

La terre n’a plus d’odeur même après la pluie

Le vent s’engouffre dans les jours défunts

Dans nos gestes déserts

Je voudrais m’arrêter quelque part

Pour te parler enfin

Pour enfoncer mes mains dans la boue

Et en recouvrir mon  visage

Parce que je ne sais plus aimer

 

———

3

Laisse-moi prendre ta main une dernière fois

Je sens déjà le froid m’envahir

Et la grimace de la mort

Figer mes pensées

J’essaierai je le jure

J’essaierai

De croire en ton Dieu

S’il te laisse une dernière fois

Prendre dans tes bras

Le petit garçon égaré

Pourquoi tournes-tu la tête

Au lieu de me sourire ?

Où t’enfuis-tu sans me regarder ?

J’ai peur d’oublier ton nom

Il pleut déjà

Sur les mots d’amour que  n’ai pas osé

Te murmurer Carmen

.

couverture éter

.

Je remercie sincèrement Denis EMORINE d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

Jean-Louis RIGUET 24 juin 2015

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://librebonimenteur.net/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

http://jeanlouisriguetecriveur.blogspot.fr/

.