Publié par Laisser un commentaire

ALLOIX druide de Bibracte

Un récit historique de Thierry ROLLET sur nos ancêtres les Gaulois

ALLOIX Druide de Bibracte

Editions du Masque d’Or – Collection Trekking

ISBN : 978-2-36525-038-2 – Prix 20 €

.

Alloix Druide de Bibracte
Alloix Druide de Bibracte

.

Ce n’est pas un roman historique, c’est un récit même si une partie de la prose de Thierry Rollet s’apparente à un roman. D’ailleurs, l’auteur ne s’y trompe pas puisqu’il indique en quatrième de couverture « Cet ouvrage est un récit historique qui mêle les souvenirs d’un héros imaginaire quoique réaliste à diverses descriptions et récits qui forment l’existence des Gaulois aux points de vue ethnologique, ethnographique et historique ».

On parle Celtes, Druides, Gaulois, Romains. On découvre les contours des différentes provinces composant la Gaule : Province Narbonnaise, Eduens, Arvernes, Vénètes, Parisii et Carnutes, Belges (Nerviens, Ménapiens, Rèmes …), Helvètes et Tribus germaniques. On apprend sur les objets d’art Gaulois, sur les villes gauloises (oppida – oppidum au singulier), sur l’organisation de la société.

On enseigne tout sur les Gaulois et les Romains, leur opposition, leur affrontement, leur guerre. Peut-être que les uns n’existent que par les autres ? Et pourtant, nous sommes loin en arrière, 22 siècles !

L’affrontement entre Jules César et Vercingétorix est relaté par le menu. La documentation est inouie. C’est une écriture moderne, romanesque par certains moments, instructive et captivante,  au service d’un vrai travail d’historien.

Des citations aussi de César lui-même, extraites de la Guerre des Gaules. Des plans précis et des explications claires. Sans oublier les chronologies :

. celle de la ville de Rome de la Fondation à l’Empire (753-27 avant JC),

.celle de la vie de César (101-44 avant JC), .

celle de la Guerre des Gaules (58-51 avant JC).

La bibliographie consultée est impressionnante.

Divisé en trois parties, ce récit détaille les peuples de la Gaule, les arts gaulois, l’histoire contrastée des Gaulois et des Romains, la vie dans l’oppidum de Bibracte, la religion et les druides gaulois, les Eduens, les débuts de la Guerre des Gaules, la vie de Vercingétorix à Bibracte, les Eduens pendant la Guerre des Gaules et enfin la paix de César.

.

4ème Couverture Alloïx Druide de Bibracte
4ème Couverture Alloïx Druide de Bibracte

.

Je n’hésite pas à relater le début ce récit magnifique, riche d’enseignement :

« VOICI DONC notre ami Alloïx qui prend la mer, puis la route sur une terre pour lui inconnue, et pour nous assez mal identifiée sur le plan historique et surtout ethnologique. Que pourrait découvrir ce jeune voyageur sur le continent gaulois ? Aurait-il de ses populations le même aperçu que le proconsul romain Jules César, lorsqu’il vint sur cette terre en conquérant ? Examinons d’abord la description qui ouvre son livre intitulé Guerre des Gaules :

« La Gaule, dans son ensemble, est divisée en trois parties, dont l’une et habitée par les Belges, l’autre par les Aquitains, la troisième par ceux qui, dans leur propre langue, se nomment Celtes et, dans la nôtre, Gaulois. Tous ces peuples différent entre eux par la langue, les coutumes, les lois. »

« L’époque de la Guerre des Gaules est celle à laquelle je me référerai tout au long de ce récit. Elle appartient au Second Age du Fer, que les archéologues ont coutume d’appeler la Tène, du nom du site archéologique du même nom, situé en Suisse, à l’extrémité nord-est du lac de Neufchâtel. Elle dura de 450 à 50 avant JC, date de la fin de la civilisation celtique qui laissa alors la place au monde gallo-romain. Elle a fait l’objet de nombreuses études archéologiques, ce qui justifie ses subdivisions, très différentes selon les archéologues. Gabriel Déchelette parle de la Tène I, II et III, ce qui donne la représentation d’une Tène ancienne, d’une Tène moyenne et d’une Tène finale. Je reprendrai ce genre de chronologie, dans un souci de clarté maximale, en précisant que l’époque de ce récit se situe plus exactement dans la Tène III ou Tène finale, période durant laquelle évolueront mes trois personnages principaux : Alloïx, Diviciac et Jules César.

« Ce dernier, lorqu’il rédigeait ses Commentaires, dont la Guerre des Gaules, constitue la première partie, ignorait encore toute l’étendue des migrations gauloises.  … »

Laissez-vous emporter par ce récit … vous passerez un bon moment instructif.

En vente sur

http://www.scribomasquedor.com/

.

http://www.sgdl-auteurs.org/jeanlouis-riguet/

http://www.m-e-l.fr/jean-louis-riguet,ec,1053

http://nouvelles-masquedor.e-monsite.com/

http://www.scribomasquedor.com/

http://www.dedicaces.ca

http://librebonimenteur.net/

.

Jean-Louis RIGUET

Membre de la Société des Gens de Lettres et du Bottin International des Professionnels du Livre

Sociétaire de la Maison des Ecrivains et de la Littérature

 .

Publié par Laisser un commentaire

Promenade à Vélo

Promenade à Vélo

Au hasard des routes, sous un ciel qui sent la fin de l’orage, le vélo roule vers le tumulus de Mézières-lez-Cléry, qu’il laisse ensuite sur sa gauche. Le tumulus est gaulois. Il date de – 300 ans avant Jésus-Christ. Il s’agit d’une butte de terre d’une hauteur d’environ 12 mètres sur un diamètre de 70 mètres. Son nom : la Butte des Elus. Quatre tombes gauloises l’occupent. Des armes et des bijoux ont été trouvés. Au sommet, la statue de la Vierge domine la vallée de l’Ardoux. Elle repose sur un passage voûté construit par les hommes à la suite de la guerre de 1870 en remerciement de la sauvegarde du village. La légende raconte que si une femme passe sept fois dans le passage sans rire ni sourire, elle sera fécondée prochainement.

Laissant cette butte chargée d’histoire ancienne sur la gauche, le vélo décide de continuer vers Cléry Saint André puis de bifurquer sur la gauche en direction de Jouy le Potier. Au bout de quelques kilomètres, toujours sur la gauche, se dresse un ancien four à brique, au lieudit Cendray. La poterie a été longtemps, la plus ancienne activité de la ville. Il faut dire que la qualité de son argile était exceptionnelle. Il n’y a pas eu moins de 32 fours à poteries, briquetteries et tuileries dans le village. La fin de cette exploitation date du 16ème siècle, à cause des guerres de religion. C’était le château de Beaugency qui exigeait les poteries ou briques faites par les potiers de Jouy.

Les poteries n’existent plus depuis plusieurs siècles, la fin du Moyen-Age, en raison de la Guerre de Cent Ans. Encore un coup des anglais qui ont tout détruit à la fin du 15ème siècle. De l’autre côté de la route, se dresse le Château de Cendray construit vers 1562.

Jouy existe depuis les Gaulois. Le village s’appelait alors Gaudiacum, puis changea de nom : Joiacum au 12ème et 13ème siècles. C’était le diminutif de JOVIACUM, ancien culte rendu à Jupiter (JOVI en latin). De moins c’est ce que dit LA GAZETTE D’ORLEANS.  Potier a aussi changé d’ortographe ; Il y a eu un H depuis le 13ème siècle : Pothier. Ce n’est que récemment que le H  a disparu, en 1873.

Retour jusqu’à Saint Pryvé Saint Mesmin, qui tire son nom de l’époque Mérovingienne, du nom de deux saints : Saint-Privat (ou Saint-Pryvé) et Saint-Maximim (ou Saint-Mesmin). C’est le bon roi Dagobert qui a fait transporté les cendres Saint Privat, évêque de Mendes, à Saint-Denis. Saint-Maximum était le neveu d’un grand ami de Clovis, Saint-Euspice. Il en hérita, notamment le domaine de Micy, vers 508. Il y établit un monastère, non lieu d’un autre four à brique qui existe encore, sans activité cependant.

C’est sur les fondations de cette abbaye que fut installé le Carmel de Micy-Orléans, fondé en 1617. Depuis le 5ème siècle, les moins bénédictions ont prié, travaillé et vécu. Trente saints ou martyrs émanant de leur rang ont été reconnus par l’Eglise comme Saint Mesmin, Saint Aubin.

Le vélo termine sa course par la Pierre du Duc sur la commune de Saint-Hilaire-Saint-Mesmin. C’est l’endroit où fut assassiné François de Guise, le Balafré. C’était un catholique convaincu et actif, responsable de la Conjuration d’Amboise, autrement appelé le Tumulte d’Amboise. Le Duc François de Guise, lieutenant-général du royaume, comte, duc d’Aumale et Pair de France, Marquis de Mayenne, baron, prince de Joinville, grand chambellan, grand veneur et grand maître, est mort d’un coup de pistolet dans le dos, un soir de février. Mais avant de mourir, il est remonté sur son cheval en criant : « je suis mort ».

Une belle balade à vélo en tous cas.

Jean-Louis Riguet

Juillet 2013

.

AUGUSTIN ma bataille de Loigny, un roman de Jean-Louis RIGUET, en vente par internet à :

www.dedicaces.ca

Amazon.CA : www.amazon.ca/gp/product/1770762159

Abebooks.FR : www.abebooks.fr/servlet/BookDetailsPL?bi=8210382269

http://www.lulu.com/shop/search.ep?keyWords=augustin+ma+bataille+de+loigny&categoryId=200167

.

AUGUSTIN est aussi en vente dans certains points de vente. Se reporter aux autres articles de ce blog.

.

Liens :

http://dedicaces.org/2012/08/05/augustin-ma-bataille-de-loigny-chez-dedicaces/

http://librebonimenteur.net/

Jean-Louis RIGUET

Membre de la Société des Gens de Lettres et du Bottin International des Professionnels du Livre

Sociétaire de la Maison des Ecrivains et de la Littérature

.