La Loire, poème extrait de Ondes Intimes

 

.

ÉVADEZ-VOUS UN INSTANT !

LISEZ UN POÈME ET LAISSEZ VOTRE ESPRIT S’ÉCHAPPER AILLEURS

.

 Aujourd’hui un poème extrait de ONDES INTIMES, Jean-Louis Riguet

 

La Loire

 

La Loire n’est jamais la même

Sous vos yeux elle est la douceur même

Languissante au possible

L’air est rempli de sa quiétude

 

Puis, dans son éternel voyage

Il lui arrive de devenir volage

Elle devient capricieuse, envahissante

À se répandre de chaque côté de ses rives

 

Elle peut se mettre dans tous ses états

Charrier les secrets et les soldats

Se jouer de la mort

Et la semer sur son passage

 

Au contraire, elle peut charmer

Dérouler son ruban argenté et changeant

Au hasard de ses rives aux bijoux de pierre

Où les amants ne sont pas étrangers

 

Elle déroule en flâneuse de majesté

Ses mille feux de lumière scintillante

Comme une apothéose dans sa gloire

De fleuve indompté de Loire

*****

 

 

Douceur languissante

Dans son éternel voyage

Loire capricieuse

 

Semer la mort

Au hasard des gros tumultes

Torrent ou un bœuf

 

Ruban argenté

Rives aux bijoux de pierre

Fleuve indompté

.

Infos pratiques

 

Sortie : le 16 avril 2018

Disponible sur https://www.amazon.fr/Ondes-intimes-Jean-Louis-Riguet-ebook/dp/B07C5PBNNF

sur www.premedit.net et en librairie.

ISBN : 978-2-37904-008-5 – 100 pages – 13 € TTC

Envoi de visuels ou du livre sur demande à contact@premedit.net

 

.

.

© Jean-Louis RIGUET

Le 08 juin 2018

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Une création à ne pas manquer

Lundi 16 avril 2018

un post à ne pas manquer

pour une nouvelle création littéraire

 

© Jean-Louis RIGUET 14 avril 2018

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

Récits historiques des Quais de Loire, Jean-Louis RIGUET

Pendant le Festival de Loire

Qui se tient à ORLEANS

Du 20 septembre au 24 septembre 2017

Les éditions du Jeu de l’Oie

éditent un nouveau livre sur Orléans et son fleuve

 

.

RéCITS HISTORIQUES DES QUAIS D’ORLéANS

De Jean-Louis RIGUET

.

 

.

Les Éditions du Jeu de l’Oie ont le plaisir de vous inviter 

au lancement officiel

le jeudi 21 septembre à partir de 18h ( et jusqu’à minuit), 

sur leur stand au Festival de Loire,

à la hauteur du 10 quai du Fort Alleaume à Orléans,

pour une soirée sympathique et conviviale.

Ce livre séduira tout particulièrement les lecteurs amateurs d’histoire, ainsi que les lecteurs attachés à l’Orléanais.

***

« Récits historiques des quais d’Orléans », Jean-Louis Riguet, Éditions du Jeu de l’Oie, ISBN 978-2-36831-054-0, 196 pages, 20 €.

***

Savez-vous qu’à l’époque gauloise le port d’Orléans était déjà un carrefour commercial très actif ? Pourquoi le vinaigre et la moutarde d’Orléans sont-ils toujours si réputés ?

Se souvient-on qu’au XVIIIe siècle la ville comptait des dizaines de raffineries de sucre et de manufactures textiles, où l’on fabriquait notamment la blonde de soie, cette magnifique dentelle ? Pourquoi Orléans était-elle appelée « la capitale de la rose » au XIXe siècle ?

C’est à toutes ces questions, et à beaucoup d’autres, que Jean-Louis Riguet s’est attelé dans ce nouvel ouvrage.

Après avoir évoqué les grands personnages de notre Histoire dans ses « Récits historiques de l’Orléanais », il met ici l’accent sur l’importance de l’activité économique d’Orléans à travers les âges.

À travers l’évolution de la marine fluviale, du travail du sel, du sucre, du coton, des jardins et des crues, c’est cette fois l’histoire des petites gens, de ceux qui travaillent dans l’ombre, qui est mise en lumière…

Nous nous intéresserons aussi aux grands industriels comme aux petits métiers oubliés, et nous voyagerons même des mines de charbon de la Haute Loire à Saint-Domingue dont le sucre a fait un temps la richesse d’Orléans…

******

Six récits qui racontent le temps de gloire

de la Loire et de ses Mariniers

L’apogée du commerce

avec les Îles de l’Atlantique

et les Pays de la Méditerranée.

La Marine de Loire est le personnage principal

 

qui transporte le sel, le sucre,

la houille, le vin, les tissus et autres denrées.

.

Trois ports sur la Loire à Orléans

Le port de Recouvrance pour le commerce avec l’Atlantique

Le port de la Poterne pour le commerce avec la Méditerranée

Le port des Jacobins pour les séjours de longue durée ou les réparations

.

Si vous ne pouvez pas venir à la soirée de lancement, sachez que les éditions du Jeu de l’Oie seront présentes sur leur stand au Festival de Loire du mercredi 20 au dimanche 24 septembre (mercredi et jeudi de 10h à minuit, vendredi et samedi de 10h à 1h du matin, dimanche de 12h à 19h).

Nous vous attendons nombreux à cet événement qui est le plus grand rassemblement d’Europe de la marine fluviale !

.

Réservez-le dès maintenant aux éditions du Jeu de l’Oie

http://www.votreinfolocale.fr/editions-jeu-oie/index.html

 

 

 

 

BON DE COMMANDE

 

Nom, prénom………………………………………………………………………………………………………………………………..

 

..

Adresse………………………………………………………………………………………………………………………………………….

Code Postal………………………….Ville………………………………………………………………………………………………….

e-mail ……………………………………………………………………………………………………………………………………………

tél …………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Je commande :

……..exemplaires du nouveau livre de Jean-Louis Riguet « Récits historiques des quais d’Orléans » au prix de 20 €.

 …….exemplaires du livre de José Brusseau « Aux puces d’Orléans, polar nostalgique » au prix de 20 €.

…….exemplaires du calendrier 2018 de Christian Beaudin « Lumières de Loire » au prix de 20 €.

 …….exemplaires du calendrier 2018 de Christian Beaudin « Marine de Loire » au prix de 20 €.

 …….exemplaires du calendrier 2018 de Christian Beaudin « Oiseaux des jardins » au prix de 20 €.

r…….exemplaires du calendrier 2018 de Christian Beaudin « Oiseaux des rivières et plans d’eau » au prix de 20 €.

 …….exemplaires du calendrier 2018 de Christian Beaudin « Faune de Sologne » au prix de 20 €.

Frais de port : gratuit.

 Je joins un chèque de…………….à  l’ordre des EDITIONS DU JEU DE L’OIE et je renvoie le tout à Editions du Jeu de l’Oie, 16 Rue St Nicolas, 45110 Châteauneuf sur Loire.

Je règle par CB, VISA, MASTERCARD pour un montant de …………….. j’indique

Les 16 chiffres de la carte     _ _ _ _    _ _ _ _    _ _ _ _    _ _ _ _

La date de validité  _ _ /_ _  et les 3 chiffres du cryptogramme _ _ _

Signature :

Je règle par virement sur le compte bancaire suivant :

IBAN : FR76 1870 7002 4330 7210 6711 105 – BIC : CCBPFRPPVER

et je renvoie ce coupon par courrier à Editions du Jeu de l’Oie, 16 Rue St Nicolas, 45110 Châteauneuf sur Loire, France, ou par e-mail à cecilerichard@editions-jeu-oie.com

Renseignements : par téléphone au 02 38 46 18 34, 06 84 16 00 03 ou par e-mail à cecilerichard@editions-jeu-oie.com

bon de commande 160917

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

https://jeanlouisriguetecriveur.blogspot.fr/

.

© Jean-Louis RIGUET 18 septembre 2017

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

Tu vas par la montagne ainsi que vient la brise (Pablo Neruda)

Belles couleurs bien habillées !

Les Bonimenteries du Girouet, de C’est Nabum

LES BONIMENTERIES DU GIROUET

Des fables et contes de Loire par C’EST NABUM

Aux Editions du Jeu de l’Oie

.

.

Titre : Les Bonimenteries du Girouet

Genre : Fables et contes de Loire

Auteur : C’est Nabum

Editeur : Editions du Jeu de l’Oie

Pages : 180

ISBN : 978-2-36831-018-2

Cet ouvrage inclut un CD audio avec un accompagnement musical de Patrick Degrégny.

Les illustrations sont de Christian Beaudin.

La photographie de couverture est de Michel Roger.

.

.

Quatrième de Couverture

Mais qui est donc C’est Nabum ?

Sous ce pseudonyme se dissimule un amoureux passionné de la Loire. Il vit au lit du fleuve royal, n’hésitant pas à le suivre à pied ou à le descendre en canoë. Ce ligérien de corps et d’esprit renoue avec la tradition des trouvères d’antan, ceux qui dans nos territoires de Loire allaient de village en châteaux colporter des histoires inspirées de faits réels ou de légendes. Pour le plus grand bonheur de tous, C’est Nabum remet dans la lumière, au goût du jour, les aventures de ceux qui ont fait notre pays ligérien. Ces bonimenteries, parfois fables, parfois contes ou légendes, sont le reflet de l’âme du bonhomme et de moments hors de notre temps qui s’inscrivent dans l’éternité. Des temps anciens d’avant les hommes, jusqu’au temps de la machine à vapeur, en passant par l’épopée de la marine de Loire, la véritable histoire du vinaigre d’Orléans, ou bien encore l’époque où les fées aidaient les hommes à construire les ponts, C’est Nabum nous prend par le coeur, celui de nos racines, celui de nos territoires.

Au pays de Rabelais, de Balzac, de Maurice Genevoix, C’est Nabum écrit un français digne de ceux qui l’inspirent. Désormais, il n’y a plus, au fil de la Loire, une fête marinière sans la présence de C’est Nabum. Il est le conteur, le chanteur, le bonimenteur. Toujours drôles, touchants, inspirés, jamais vulgaires, ses textes sont de véritables odes à la Loire, des hommages aux femmes et aux hommes qui ont façonné les paysages de nos rêves et de notre inconscient. Quel que soit votre chemin, quel soit le vent qui vous mène, son girouet vous guide en tous sens et en tous lieux. C’est Nabum vous appelle à sa rencontre : celle du partage, de l’échange et de l’amour de la Loire.

.

Extrait :

 

.

Presque tous les textes commencent par les mots « Il était une fois … » Ces mots mettent le cerveau en mode ligérien, loin de tout. Déconnecté, l’on devient déconnecté. On ne lit plus, on vit.

Prenons une histoire au hasard. Une histoire de pêcheur : « Mieux vaut rester bredouille ! » Comme écrit C’est Nabum « Une histoire en queue de poisson ». Juste quelques lignes :

« Il était une fois, en bord de notre Loire, un pêcheur qui avait jusque-là belle et grande réputation. Il n’avait de cesse de remplir ses filets, de prendre les plus beaux des poissons du coin. Tout allait fort bien pour lui jusqu’à ce qu’il tombe amoureux d’une lavandière, la plus charmante qui soit.

« Il commença par tendre ses filets à proximité du bateau-lavoir. Tout le monde riait de cette étrange fantaisie qui ne trompait personne. On voyait le manège de l’un et de l’autre. On parlait derrière eux, on riait sous cape. L’une faisait des taches sur les draps quand l’autre remontait des filets vides de prise. « On ne pêche pas en eau savonneuse, » pensaient les plus vieux, les plus sages qui depuis longtemps avaient oublié les troubles de la passion.

« Il y avait tant de rires autour d’eux que bientôt notre pêcheur amoureux renonça à croiser dans les parages de la belle. Il ne supportait plus les moqueries et les pêches infructueuses. Il s’en retourna en ses coins habituels. Mais cette fois, par un curieux maléfice, il restait bredouille à chaque fois. « Heureux en amour, malheureux à la pêche », on peut s’amuser de telles fariboles, elles ne s’appuient néanmoins sur aucune logique.

« Il fallait bien se résoudre pourtant à l’évidence. Notre pêcheur remontait désormais des filets vierges ….. »

La suite dans le livre.

.

Le Bonimenteur du Girouet

Tous contes faits …

La fable de toutes les fables.

 

Il était une fois un Ligérien qui, de par la rivière, allait son chemin en quémandant histoires et récits, témoignages et anecdotes. Il faisait son miel des aventures marinières, de l’histoire et des légendes qui parsèment notre Loire. Ne reculant devant aucune menterie, il brodait autour de quelques vérités qui finissaient immanquablement par devenir des mensonges à sa façon.

 

Il se fit, tour à tour, compagnon de Merlin, barde gaulois, ermite de la grotte Béraire, jeune mousse partant à l’aventure, marin revenant de l’enfer, historien approximatif ou tourneur de phrases alambiquées. Il cheminait d’un pas tranquille en suivant les rives, passant de l’une à l’autre pour humer l’air du temps et l’esprit de l’eau.

 

Le Girouet fut son blason, non pas qu’il en eût à ses armes ; il était bien trop maladroit pour disposer d’un bateau : l’expérience avait tourné au fiasco et failli virer au drame ! Non, tous les bateaux seraient les siens pourvu qu’il n’y fût que passager bavard et équipier qui ne fît aucun nœud. Le girouet allait au vent, tournait comme girouette et claquait quand soufflait la tempête. Toutes choses qui lui convenaient parfaitement.

 

Il se contenta d’un bateau de mots transportant quelques barriques de musique. Là encore, il ne connaissait guère la chanson, se contentant d’en écrire quelques paroles en suivant l’aiguille d’une boussole qui avait perdu le nord.Les vers de ce manant aux pieds nus ne pouvaient qu’être bancals. Qu’importe, puisqu’il fit de son double : un certain Nabum, un personnage de foire, le bouffon des cales, des tavernes et du pierré.

 

Ses écrits allaient au vent ou bien …

La suite sur :

http://blogs.mediapart.fr/blog/cest-nabum/070914/le-bonimenteur-du-girouet

.

Des liens :

http://www.chroniques-ovales.com/

.

http://cestnabum.blogs.nouvelobs.com/

.

.

Editions du Jeu de l’Oie
RICHARD SAS
SAS au capital de 10 000 euros – RCS Orléans 753 097 609
16 rue St Nicolas 45110 Châteauneuf sur Loire
02.38.46.18.34 – 06.84.16.00.03
www.editions-jeu-oie.com
.
Les Editions du Jeu de l’Oie ont pour vocation la mise en valeur du patrimoine et des talents locaux de notre région, le Val de Loire et la Sologne.
Bien sûr, le patrimoine est multiple : il est  naturel, culturel, historique, culinaire…  Il est aussi vivant. C’est pourquoi nous publions également des talents locaux, romanciers, poètes et illustrateurs dont la créativité concourt au dynamisme de notre région.
Enfin, parce que nos territoires sont vivants, nous éditons un journal à vocation locale « Canton Infos « , distribué gratuitement sur les cantons de Jargeau et de Châteauneuf sur Loire, dont le but est de créer du lien entre tous ceux qui y vivent.
N’hésitez pas à nous contacter …
.
http://www.votreinfolocale.fr/editions-jeu-oie/crbst_1.html
.
.

© Jean-Louis Riguet septembre 2014

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://librebonimenteur.wordpress.com/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

http://www.riguetauteurlivres.com/

http://riguet-jean-louis.e-monsite.com/

Pô, le roman d’un fleuve. Paolo Rumiz

Une balade sur le Fleuve de l’Italie !

Les deux plumes – nouvelles-masquedor

jl.jpg   Jean-Louis RIGUET

http://nouvelles-masquedor.e-monsite.com/

LES DEUX PLUMES  

Deux plumes voguent sur La Loire en la descendant. En perdition, un poisson les secourt et les accompagne jusqu’à l’apparition d’une lumière dans une tour …

Lisez un extrait des deux Plumes

Les deux plumes
(Jean-Louis RIGUET)

Deux plumes, l’une blanche, l’autre noire, voguent sur l’eau de La Loire. Elles
proviennent l’une et l’autre de cygnes, l’un âgé, l’autre jeune, ce qui explique la différence de
couleur. Les deux plumes sont là depuis quelques heures, dans une eau calme à un endroit
formant une petite anse, du côté du Morvan. Vient à passer un bateau qui provoque des
vaguelettes bousculant nos deux plumes et les poussant vers l’aval, bien au-delà de leur calme
anse. Elles ont un peu peur et elles se demandent où elles vont atterrir. Commence pour elles
un long parcours avec des aventures qu’elles n’imaginent même pas.
Ici, elles découvrent un gros bourg devinant la pointe du clocher de l’église bien au
milieu des toits des maisons. La plupart sont en tuiles un peu foncées. Il doit y avoir une
grosse cloche car les plumes entendent ses battements sourds. Là elles rencontrent un jardin
avec une végétation étonnante, de grands arbres dont les feuilles bruissent élégamment et des
parterres de fleurs embaument l’atmosphère et égayent de leurs couleurs diverses et variées
l’environnement. Les plumes ont à peine le temps d’appréhender tout cela que les voilà
parties de nouveau à l’aventure.
Un dériveur les pousse soudain vers la rive, les bousculant au passage méchamment.
Elles sont toutes mouillées désormais, décoiffées, alourdies et ont plus de mal à flotter, surtout
que l’engin a laissé derrière lui des vagues inquiétantes et assez hautes, d’au moins dix
centimètres. D’accord, dix centimètres ce n’est rien, mais rapporté à l’épaisseur d’une plume,
c’est quand même plusieurs fois sa hauteur. Tout est relatif, aurait dit… Vlouf ! Les plumes
percutent soudain un rocher, enfin… une grosse pierre posée rien que pour les recevoir. Une
niche naturelle les recueille, elles vont pouvoir prendre un peu de repos après tout ce trajet
mouvementé, certes intéressant, mais surtout plein d’angoisses pour qui n’a jamais voyagé.
Les plumes restent là à récupérer, sans rien dire, bien à l’abri de l’eau tumultueuse qui
provient du passage incessant des bateaux. Au bout d’un temps certain, l’une ouvre l’œil et dit
à l’autre :
– Quelle aventure ! Nous avons bien fait 200 kilomètres, nous voilà presque arrivées à
Gien. Cela fait deux à trois jours, deux à trois nuits, que nous voguons sans savoir où nous
allons.
– Tu as raison, il sera bien souhaitable que nous puissions nous établir un peu dans un
endroit stable. Nous allons réfléchir à la situation désormais que nous sommes un peu
stabilisées.
Chacune des plumes reste en silence quand elles entendent un plouf dans l’eau. Elles
regardent autour un peu effrayées. Quoi ? Qu’est-ce encore ? Un poisson vient les sentir,
sûrement pour les manger. Mais il est rassasié et n’a pas faim. Alors, n’ayant rien d’autre à
faire, il fait un tour, puis une deuxième tour, comme s’il attendait quelque chose. Au troisième
tour, il fonce droit sur les deux plumes, qui prennent vraiment peur cette fois-ci. Elles se
recroquevillent l’une contre l’autre et se mettent à réciter des Ave qu’elles n’ont jamais appris.
Le poisson freine soudain, ses nageoires servant d’aérofreins, s’arrête à deux centimètres et
leur lance :
– Mais que faites-vous là dans cet endroit hostile pour des plumes ?
Ne sachant soudain quoi répondre, dans un premier temps, les plumes se taisent. Mais
la blanche, qui est plus âgée, prend son courage à deux mains et prononce timidement
quelques mots :
– Poisson, bonjour, je vois que tu ne nous veux aucun mal car, dans le cas contraire, tu
nous aurais déjà croquées. Que faisons-nous là ? Nous ne le savons pas non plus ? Nous avons
été détachées par nos porteurs lors d’un déplumage de santé, nous sommes tombées à l’eau,
puis une vague nous a jetées dans le courant de La Loire qui nous a conduites ici. – Votre voyage a été long ? interroge le poisson curieux.
– Nous ne savons pas bien. À notre avis, nous flottons depuis deux ou trois jours et
nuits, nous sommes parties dans le Morvan et nous voilà ici près de Gien.
– Cela fait une trotte quand même. Avez-vous pu voir le paysage ? Les contrées ne
doivent pas être les mêmes que par ici.
– Nous venons d’un pays de petite montagne avec de belles grosses bâtisses bien
solides couvertes de tuiles foncées. C’est du costaud. Le fleuve royal n’est pas très large mais
le courant y est très violent. Lorsque nous étions accrochées au dos de nos porteurs, des
cygnes majestueux, nous pouvions apercevoir un peu plus de paysages. À la hauteur de l’eau,
nous ne voyons pas grand-chose, sauf ce qui est vraiment haut. C’est pourquoi nous ne
découvrons que les toits des maisons, les clochers des églises, les châteaux. Une fois sur deux
nous ne pouvons voir les jardins, seuls les grands arbres nous renseignent, de même que les
odeurs et les senteurs de la flore.
– Une chose m’intrigue, dit le poisson. Pourquoi l’une de vous est blanche et l’autre
noire ?

.

Lisez la suite dans Les Deux Plumes
En vente sur le site

http://nouvelles-masquedor.e-monsite.com/

.

AUGUSTIN ma bataille de Loigny, un roman de Jean-Louis RIGUET, en vente par internet à :

www.dedicaces.ca

Amazon.CA : www.amazon.ca/gp/product/1770762159

Abebooks.FR : www.abebooks.fr/servlet/BookDetailsPL?bi=8210382269

Liens :

http://dedicaces.org/2012/08/05/augustin-ma-bataille-de-loigny-chez-dedicaces/

http://librebonimenteur.wordpress.com/

http://nouvelles-masquedor.e-monsite.com/

Jean-Louis RIGUET

Membre de la Société des Gens de Lettres et du Bottin International des Professionnels du Livre