Publié par Laisser un commentaire

Festival Populaire de Poésie Nue à Goussainville

19e « Festival Populaire de Poésie Nue » (FPPN)

Camille de Archangelis
Annpôl Kassis
Babacar Diagne

Organisent la dix-neuvième édition du :

« Festival Populaire de Poésie Nue » (FPPN)

Samedi 13 mai 2017
à partir de 11 heures

Salle des Fêtes Gaston Houdry
– Place Hyacinthe Drujon – Vieux Pays –
95190 Goussainville

Avec la présence exceptionnelle de :

  • Jean-Louis Riguet, auteur (Invité d’Honneur)
  • Neïmad, auteur, compositeur interprète (Invité d’Honneur)
  • Robert Blee, auteur (Figure de Proue)
  • Jean-Pierre Boghossian, auteur (Grand Témoin)

Dans le cadre du :

Liste provisoire des participants

Salon du Livre

Camille de Archangelis, Flour Auguste, Valérie Bellet, Robert Blee, Jean-Pierre Boghossian, Karim Boudjemaà, Christophe Bregaint, Eric Dubois (Le Capital des Mots), Nesrine Hajeje, Michel Hallet, Annpôl Kassis, Jean-Paul Klée, Frédéric Marcou, Carjo Mouanda, Marina Ondo, Bernard Picavet, Edith Piotrowski, Michel Prades (Libelle), Jean-Louis Riguet, Djohra Smati, Richard Taillefer, Mario Urbanet et Kamal Zerdoumi.

Salon Artistique

Aljoce (artiste-peintre), Jérôme Beaulieu (photographe), Marc Bergère (peintre-encreur), Françoise Boghossian (dessinatrice, aquarelliste), Isabelle Cobos Forster (artiste-peintre, sculptrice), Philippe Fabian (photographe, artiste-peintre), Corinne Joubert (artiste-peintre), Laurence Lubet (artiste-peintre, illustratrice), Marina Ondo (artiste-peintre), Pierre Murillo (artiste-peintre), Selvendiran Peroumal (artiste-peintre), Daphné Rotmensz (artiste-peintre).

.

Tout savoir sur ce festival :

http://placedesartistes.org/wakka.php?wiki=Fppn19

.

A cette occasion, j’espère être en mesure de présenter mon deuxième recueil de poésie publié par PREM’EDIT actuellement en cours de mise en page :

COQUECIGRUES par Mégarde

dont je vous livre un court extrait :

 

Le froid

L’hiver les cœurs givrent

La grisaille souille le bonheur

Misère sans soleil

 

Le froid givre les cœurs

Le soleil réchauffe les artères

Mais la tristesse est en dedans

La grisaille salit le bonheur

La lumière jaillit du cratère

Mais la gaieté n’est pas dedans

 

 

L’écume

Printemps sur la terre

L’océan fabrique son écume

Le calme du néant

 

L’écume de la terre

Embrume l’océan

Inonde le néant

Calme la colère

 

L’arbre

L’été un arbre pousse

Pour écouter le poète

Les branches applaudissent

 

Un arbre,

Au milieu de la prairie

Attend,

Pour prendre racine

Le poète,

Pour lui conter ses vers

Le nez dans les étoiles

 

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

https://lecriveurjeanlouisriguet.blogspot.fr/

.

© Jean-Louis RIGUET 22 avril 2017

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

Publié par Un commentaire

Eric Dubois sur BlastingNews

ERIC DUBOIS, POÈTE, PEINTRE, CHRONIQUEUR, BLOGUEUR, AU PARCOURS DE MONSIEUR TOUT LE MONDE

 .AAEAAQAAAAAAAAJ7AAAAJDZhNzE3YTljLTI2OGQtNGRiZi04YmI1LWM1ZTg3ODEyYzA0Ng.

Candidat perpétuel à l’Académie Française, encore mortel et militant actif de la cause poétique

Eric Dubois a été un candidat malheureux à l’Académie Française au fauteuil vacant d’Assia Djebar, le numéro 5, qui était à pourvoir à la suite de son décès en 2015. Certains disent qu’il s’agissait d’un énième épisode reflétant l’effondrement intellectuel de l’institution, jadis prestigieuse, et qui offrirait actuellement un spectacle consternant à chaque élection. Eric Dubois se dit« militant actif de la cause poétique et de la condition de la poésie et des poètes ».

 

On ne peut pas dire qu’Eric Dubois soit inactif. Il a publié depuis une trentaine d’années une vingtaine de livres et de nombreux poèmes en revues et dans des anthologies. Il est encore jeune, cinquante ans. Il lui reste du temps pour faire parler de lui, et surtout faire parler sa poésie. Il milite pour les peu connus ou …

La suite en suivant le lien :

http://fr.blastingnews.com/culture/2016/07/eric-dubois-poete-peintre-chroniqueur-blogueur-au-parcours-de-monsieur-tout-le-monde-00992665.html

.

© Jean-Louis Riguet 05 juillet 2016

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres  et membre de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://librebonimenteur.net/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

Publié par Laisser un commentaire

ERIC DUBOIS sera à MONTMEYAN EN POéVIE

ERIC DUBOIS

à MONTMEYAN EN POéVIE

.

Poévie affiche2016

.

Le poète Eric Dubois

sera présent au festival de poésie

MONTMEYAN EN POEVIE

au mois d’août 2016

.Eric Dubois

Frédéric Vignale

.

Eric Dubois est né en 1966 à Paris.

C’est un auteur, lecteur-récitant et performeur avec l’association Hélices et le Club-Poésie de Champigny-sur-Marne.

Il est auteur de plusieurs recueils :

. Mais qui lira le dernier poème ? aux éditions Publie.papier

. Entre gouffre et lumière, (2010), aux éditions L’Harmattan.

Eric Dubois est également l’animateur unique du site de poésie sur le net « Le Capital des mots« .

Ses dernières parutions :

. Le Cahier, Le chant sémantique, Choix de textes 2004/2009, aux éditions L’Harmattan.

. Chaque pas est une séquence, aux éditions Unicité.

(Source : affiche du festival)

http://www.ericdubois.info/bibliographie-d-%C3%A9ric-dubois/

.Poévie CV2poetes2016

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

Jean-Louis RIGUET 23 février 2016

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

Publié par Laisser un commentaire

JL à l’écoute de … Eric Dubois

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Eric Dubois

.

Eric Dubois

© Frédéric Vignale

.

1/ Qui êtes-vous   (VOS Prénom et NOM) ? Quel est votre parcours ?

Eric Dubois. Je suis poète, auteur d’une vingtaine de livres, blogueur, revuiste en ligne  (Le Capital des mots). Et de temps à autre dessinateur et peintre. Pour me connaître en tant que poète : http://ericdubois.info .

 

2/ Que faisiez-vous avant de peindre ou de sculpter ou parallèlement ?

J’écrivais et j’écris toujours. Je suis avant tout un « poète ». Un poète qui dessine et peint aussi.

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? Quelle est votre passion ?

L’écriture, la poésie. Ma passion c’est la poésie.

 

4/ Qu’attendez-vous de vos admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

J’attends un peu de compréhension. Je suis un autodidacte. Pour le moment, je ne me fais pas vraiment connaître comme peintre mais plutôt comme poète et blogueur. J’utilise donc les blogs, les réseaux sociaux. J’envisage de peindre et de dessiner davantage comme mon modèle Henri Michaux, un des plus grands poètes de langue française au siècle dernier et comme Antonin Artaud aussi. On peut regarder mes dessins, mes peintures, là : https://myspace.com/poete66/mixes/classic-peintures-et-dessins-d-eric-dubois-161683 .

 

5/ Faites-vous des rencontres, des expositions ou des conférences sur vos œuvres

J’ai fait des expos  simples et collectives à la fin des années 90. Puis j’ai laissé tomber dans les années 2000 (tout en continuant à dessiner et à peindre. Je compte reprendre. Je fais aussi de la photo à l’aide d’un smartphone et d’un appareil-photo numérique. Je voudrais faire une expo de mes clichés Instagram et autres selfies. On peut les regarder là : https://instagram.com/ericduboispoete/ .

 

6/ Depuis quand peignez-vous ou sculptez-vous ? Qu’avez-vous déjà peint ou sculpté ?

Depuis 1996. Des dizaines de peintures sur toile, des centaines de peintures et dessins sur papier. Il faut dire que ça vient de ma famille. Mon père, « peintre du dimanche » comme on dit, peint et dessine depuis très longtemps. Ma mère aime faire du modelage. Un de mes frères peint également (connu sous le pseudonyme de Johann Dit One).

 

7/ Quel est votre dernière œuvre ? Pouvez-vous nous en parler ?

Un selfie. Pas grand-chose à en dire

 

8/ Où peut-on se procurer vos œuvres ?

Nulle part. Il faut me contacter.

 

9/ Appartenez-vous ou recommandez-vous d’une école ?

Peut-être de l’Art Brut et du Surréalisme ou du Dadaïsme.

 

10/ Quel est le conseil le plus important que-vous-ayez reçu ?

Je n’en ai pas reçu, si ce n’est de continuer.

 

11/ Que préférez-vous faire comme œuvre ?

?

 

12/ Comment travaillez-vous ? 

Sur place. Dans un atelier, une chambre.

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ?

De moi-même.

 

14/ Avez-vous eu des commandes d’œuvre ?

Non.

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs de peinture ou de sculpture ?

N’écoutez que vous-même. Vous, seul, savez.

 

16/ Quels sont vos peintres préférés ?

Klee, Kandinsky, Van Gogh, Matisse, Picasso, Basquiat.

 

17/ Vos sculpteurs préférés ? ou vos artistes préférés ?

Warhol, Dali, Duchamp  pour avoir su comprendre avant les autres, notre époque et même avant qu’ils ne la connaissent (parce que décédés).

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Pas encore mis à part les selfies.

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Non.

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos expositions ?

Sur mon journal  Les Tribulations d’Eric Dubois  http://ericdubois.net

————-

Le 27/05/2015

Eric Dubois

.

tourbillons 27 09 1999

 

lete aout 2006

 

les-danseurs

 

la gitane août 2006

 

ivresse nov 2006

 

cosmos

 

cosmogenese mars 2000

 

acrylic blues painting

.

Je remercie sincèrement Eric Dubois  d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

Jean-Louis RIGUET 28 mai 2015

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://librebonimenteur.net/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

http://jeanlouisriguetecriveur.blogspot.fr/

.

 

Publié par Laisser un commentaire

JL à l’écoute de … Eric Dubois

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Eric Dubois

.

Eric Dubois

© Frédéric Vignale

.

1/ Qui êtes-vous   (VOS Prénom et NOM) ? Quel est votre parcours ?

 Eric Dubois. Le parcours de Monsieur Tout le monde.

 2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

Pas envie d’en parler.

3/ Quaimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre passion ?

J’aime bien peindre et faire quelques photos, avec mon smartphone. J’ai fait un peu de théâtre amateur, quelques mois.

4/ Quattendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

J’attends du public (mais aussi des critiques) de la reconnaissance. Je me fais connaître via les réseaux sociaux et via mes blogs et sites, mais aussi par les revues littéraires (papier et web) qui publient mes textes et bien entendu par mes livres. Je vais ainsi à la rencontre de mon public par le biais de lectures publiques et autres récitals de poésie et bien entendu dans les séances de dédicaces en salons et en librairies. Je pense aussi que le « bouche à oreille » compte davantage  encore que les réseaux sociaux et les blogs et je l’érige quasi en vertu.

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Oui.

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Quavez-vous déjà écrit ?

Depuis une trentaine d’années, depuis l’adolescence. J’ai écrit une dizaine de livres publiés

aux éditions Publie.net, Encres Vives, L’Harmattan, Hélices , Le Manuscrit, cela depuis 2001.

Je publie en revues depuis 1995 (ça va faire vingt ans en Mars prochain).

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

« Lyre des nuages » chez Encres Vives. Il s’agit d’un long poème triste. Pour moi, la tristesse est le fondement de tout.  Musset écrivait : « Les plus désespérés sont les chants les plus beaux. «

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

En commande en librairies, sur le Net et par correspondance. J’ai parfois quelques exemplaires chez moi.

Plus d’infos sur : http://ericdubois.info

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte dauteur ou à compte participatif ? Aux e-book ?

Je préfère les publications à compte d’éditeur quand l’éditeur prend le risque de vous publier. Je n’ai pas d’avis sur le compte d’auteur. Chacun fait comme il peut.

Quant aux e-books, j’ai comme éditeur Publie.net qui a longtemps été un éditeur de livres numériques (depuis 2008) et qui depuis 2012 propose aussi des livres papier en Pod (Impression à la demande).

J’ai une liseuse et une tablette. J’alterne dans mes lectures les livres et les e-books.

J’aime bien aussi la lecture des blogs et des sites littéraires.

10/ Quel est le conseil le plus important que-vous-ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

Depuis 2007, je mets en ligne des poètes et des écrivains contemporains dans ma revue culturelle en ligne « Le Capital des mots » ( http://le-capital-des-mots.fr ) et certains débutants m’ont demandé des conseils, je ne me sens pas le plus apte à en donner si ce n’est ceci «  Ecrivez  pour vous , pas pour satisfaire un public . Soyez vous-même ! »

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

 J’aime écrire de la poésie et la lire bien entendu. J’aime tous les genres littéraires, je lis des romans, de la poésie, des essais, des nouvelles, des biographies…

J’écris un récit, en ce moment, pas évident pour moi. Dans le passé, j’ai fait des tentatives de roman, sans plus. J’ai balancé il y a quelques temps sur le Net un récit « Lunatic » écrit en 1993-94 et corrigé en 2012, qui n’a pas trouvé d’éditeur, c’est un document, une sorte de balise, de repère. C’est écrit dans un style qui n’est plus le mien. C’est une curiosité.

12/ Comment écrivez-vous ? 

Pas à coup, en peu de jets, un ou deux jets, peu de correction. Il s’agit de flashs.

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes douvrages ?

Je puise dans mon for intérieur, dans ma psyché.

Je n’ai jamais écrit pour le moment des ouvrages personnels dont le thème m’était imposé, à la commande. Cela dit, il m’est arrivé d’écrire pour des anthologies, des ouvrages collectifs avec un thème imposé.

4/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

Je suis un novice en matière de récit. Je suis un « poète » avant tout. Pas de théories, là-dessus.

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

Etre soi-même, lire les classiques et les contemporains.

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

Charles Dobzynski. Samuel Beckett. Pierre Reverdy. Marguerite Duras. Paul Eluard. Henri Michaux. François Bon, André du Bouchet, Christian Gailly  … Ils sont nombreux en fait.

Je dois avouer que j’aime bien aussi Houellebecq, Despentes, Beigbeder, Easton Ellis, Ravalec, Eudeline…

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

Vies minuscules de Pierre Michon.

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Oui.

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

10 Mars 2015 : Escale Poésie et Chanson. Lecture à la Sorbonne (amphithéâtre Guizot)  avec d’autres poètes, chanteurs et comédiens.

21 Mars 2015 : Printemps des poètes à St Maur des Fossés.

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter etc.) Sur mon blog « Les tribulations d’Eric Dubois »

http://ericdubois.net

et sur mon site :

http://ericdubois.info

http://www.facebook.com/l.php?u=http%3A%2F%2Fericdubois.info%2F&h=_AQFnavNG

————-

Le  3 Janvier 2015

Eric Dubois

.

Eric Dubois

.

 Et voilà

Nimbes

Lyre du pauvre

Chaque nuage pour

chaque sommeil

Geste d’entreprendre

dans le chaos présent

Geste d’oubli

au parloir des murmures

Geste évasif

et plus rien que des

mots les uns les autres

l’un après l’autre

qui  se suivent et se menacent

Extrait de « Lyre des nuages » ( Encres Vives).

.

 Eric Dubois

.

Eric Dubois, Marche de la poésie, Paris. 2010

 Photo : ©  Frédéric Vignale.

.

.

Je remercie sincèrement Eric Dubois  d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Jean-Louis RIGUET 05 janvier 2015

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://librebonimenteur.net/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

http://www.riguetauteurlivres.com/

http://riguet-jean-louis.e-monsite.com/

.

Publié par Laisser un commentaire

JL à l’écoute de … Marina Nicolaev

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Marina Nicolaev

.

 

 

1/ Qui êtes-vous   (VOS Prénom et NOM) ? Quel est votre parcours ?

Marina

Marina Nicolaev, née à Bucarest, Roumanie.

Je suis architecte roumaine et master II à l’Université «Denis Diderot» et l’École nationale supérieure d’architecture Paris Val de Seine, doctorante à l’Université «Denis Diderot» Paris.

Écrivaine, traductrice et poète aussi, j’ai obtenu des prix aux conventions de science-fiction avant 1990 et j’ai fait du journalisme dans mon pays et à l’étranger (interviews, chroniques artistiques et littéraires, etc.).

Je suis présente avec mes poèmes dans les anthologies «Săgetătorul» (1977, 1978, 1979, 1980), «O planetă numită anticipație» «Ars Memoria», Bucarest; 2008 – «România din suflet», Constanţa, Roumanie, «Atheneum» (Canada) «Citadela» (Roumanie), «Litere» (Roumanie), « «Le capital des mots»  (France)  «Paysages ecrites » (France), «Comme en poésie»  (France) ; avec mes articles dans les «InfoArt» de l’UAP, les quotidiennes «Delta», «Jurnalul National» (Roumanie), Revista Nouă» (Roumanie) «Contrapunct»  (Roumanie),  les revues: «Imperia Magazine» (Italie), «Niram Art» Madrid (Espagne) etc.

1991-1996 fondatrice, rédactrice arts visuels, architecte et graphiste : les mensuels d’architecture et arts visuels «ARHITEXT» et «ARHITEXT DES1GN» Bucarest

Publications dessins, gravures: – début dessin – la revue «Discipol» 1972- les revues «Orizonturi» 1975-1979, les anthologies «Săgetătorul» 1977, 1978, 1979, les revues «Știință si tehnică» 1980-1990 (Roumanie), Almanach «Anticipația» 1980 ÷1990. Mon CV avec les expos : http://www.omnigraphies.com/content/marina-nicolaev-2

En Roumanie, j’ai publié mon recueil de poésies (en roumain) de début «Ingeri particulari» (Anges particuliers) en 2002, Maison d’Edition Inédit, Bucarest.

Je suis mentionnée dans le volume «Istoria debutului literar al scriitorilor români în timpul școlii (1820-2000)», Tudor Opris, Editions Aramis 2002 Bucarest, Roumanie.

En 2008, j’ai obtenu IIIème Prix – International Open Poetry Competition http://www.poetry.com, États-Unis avec le poème «La Nuit de l’hippogriffe III».

En 2012, j’ai publié dans l’anthologie «Visages de poésie», Jacques Basse, Tome 6, Éditions Rafael de Surtis, France.

2013 –  J’ai préfacé «L’éclisse du temps» de Richard Taillefer, Éditions Dédicaces.

2013 – J’ai reçu Prix des Poètes Francophones (Le concours international de poésie organisé par Thau-info sur le thème  «La poésie avant tout chose»).

Comme traductrice, j’ai traduit du français en roumain des documents et des fragments du livre de prof. Carol Iancu: «Alexandre Safran et le Shoah inachevé en Roumanie. Recueil de documents (1940 -1944) » Editura Hasefer  Bucarest 2010.

J’ai traduit aussi des poèmes des poètes français Jacques Basse, Richard Taillefer (Savigny-le-Temple) et Eric Dubois (Paris) qui ont été publiés sur les sites littéraires.

J’ai deux volumes de poèmes en français  «La nuit de l’hippogriffe» et «Corps de l’absence» parus en France.

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

Avant d’écrire ou parallèlement, mes passions sont l’architecture et les beaux-arts.

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre passion ?

 Les beaux-arts sont mes passions : peinture, dessin, gravure eau-forte.

Comme plasticienne (membre de l’Union des artistes plastiques en Roumanie – UAP, de la Fondation Taylor – association des artistes peintres, sculpteurs, architectes, graveurs et dessinateurs, Paris, France et de la Maison des artistes en France) et disciple des artistes Hortensia Masichievici Misu et Marcel Chirnoagă, je participe aux expositions nationales et internationales avec mes gravures. Un CV artistique : http://www.omnigraphies.com/content/marina-nicolaev-2

Gravure Marina

(The last Atlantis I, gravure eau-forte, eau-teinte)

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

 L’internet c’est la troisième alphabétisation du monde.

Et pour être connu(e) il faut utiliser/connecter par l’ordinateur à l’internet.

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Je participe parfois aux cénacles littéraires, festivals etc.

 

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

Marina 4 ans

Marina, 4 ans

 

« Rien ne ressemble plus à ce qu’on appelle l’inspiration, que la joie avec laquelle l’enfant absorbe la forme et la couleur. » (Charles Baudelaire)

 

Le plus intéressant livre (de poésies) pour moi a été « Balada unui greier mic » (Ballade d’une petite cigale) de George Topîrceanu, où j’ai dessiné à 4 ans, en complétant parmi les espaces blanches à côté de la poésie…

Mon premier livre où j’ai dessiné…

Marina 1er livre

Le premier quatrain dédié aux arbres fleuris je l’ai écrit à 10 ans en félicitant la professeure de langue roumaine à l’occasion de l’arrivée du printemps …Elle m’a proposé de participer à l’olympiade de langue  roumaine. À l’époque l’olympiade de math était ma favorite.

 

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

 Mon dernier livre c’est « Corps de l’absence » paru en France.

Marina Clair de Plume

La couverture c’est une gravure, réalisée spécialement pour ce livre.

 

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

On peut se procurer à la Maison des éditions « Clair de plume 34 », France.

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? Aux e-book ?

Il faut essayer toutes les formules traditionnelles et modernes, sans hésiter.

 

10/ Quel est le conseil le plus important que-vous-ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

 Le conseil le plus important reçu c’est d’être toujours originale, d’avoir ma personnalité artistique. Comme disait Brancusi, «Rien ne pousse à l’ombre des grands arbres ».

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

 C’est une question difficile à dire…Je suis toujours intéressée par sujet ou par auteur.

 

12/ Comment écrivez-vous ? 

Ut pictura poesis –  « la poésie est comme la peinture »

Bref, je vois l’image et puis le poème.

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

La vie c’est comme un cinéma. La vie nous inspire, nous inspirons la vie. Je suis convaincue qu’il existe toujours un fond génétique. Mon père écrivait des poèmes, un jour j’ai découvert son cahier secret…

Oui, j’ai eu des commandes d’ouvrages.

 

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

 Je parle toujours de ma vie, mes personnages sont réels…

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

Vivre. Écrire. Vivre.

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

J’ai une liste entière :

– George Topîrceanu  avec sa «  Ballade d’une petite cigale » (« Balada unui greier mic » – où j’ai dessiné à 4 ans en complétant les pages de poésies…)

– Paul Verlaine

– Victor Hugo

– Dante Alighieri

– Mircea Eliade

– Emile Cioran

– Panait Istrati

– Alexandre Soljénitsyne

– Carol Iancu (Montpellier) historien

– Ileana Malancioiu (poète roumaine contemporaine)

– Richard Taillefer (poète français contemporain)

– Jules Verne -SF

– Gérard Klein -SF

– Stanislas Lem –SF

 

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

Dans ce moment je lis un livre rare : « La peinture moderne dans le monde » par Gaston Diehl, Flammarion, 1961

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Oui, j’ai des projets. Mais ils sont top secret.

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Le Festival Montmeyan en PoéVie 2016.

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

C’est grand le jardin de l’internet. On peut suivre tout ici : http://www.omnigraphies.com, Facebook etc.

 

Le 11 Novembre, Bucarest

Marina Nicolaev

.

Marina

.

Je remercie sincèrement Marina Nicolaev  d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Jean-Louis RIGUET 12 novembre 2014

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://librebonimenteur.net/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

http://www.riguetauteurlivres.com/

http://riguet-jean-louis.e-monsite.com/

.

 

Publié par 8 commentaires

Un tour en Poévie à Montmeyan

MONTMEYAN EN POEVIE

 

C’est le FESTIVAL DES NUITS D’ETE DE LA POESIE, DE LA CHANSON et DES ARTS DU HAUT VAR ET DU VERDON.

Il est organisé par les amis de la poésie de la chanson et des arts.

L’édition 2014 a eu lieu les 25 et 26 juillet 2014 au coeur du village de MONTMEYAN.

Je peux en parler, j’y étais.

Je voudrais remercier chaudement Richard Taillefer d’avoir organisé ces deux belles journées. Il a beaucoup travaillé mais la réussite était là. Bravo ! Que la réussite accompagne les prochains !

.

.

La suite de cet article est largement inspirée, voire pompée, de la plaquette publicitaire de MONTMEYAN EN POEVIE.

Rappelons que Richard Taillefer est lui-même un poète affirmé qui a publié plusieurs recueils.

.

Arffiche JPG (2)

.

Montmeyan, les poètes

.

Je m’étais laissé tenter pour un petit tour en Poévie. Je m’étais renseigné pour savoir où se trouvait cet endroit. L’on m’a répondu : « à Montmeyan ».

J’ai donc pris mon baluchon, dans le coffre de ma routière, et je suis parti les autoroutes pour défiler les nombreux kilomètres à parcourir. Je n’avais pas anticipé les 45 derniers de virages sur de petites routes sympathiques. Puis, au débouché d’une descente, j’ai tout à coup découvert un piton rocheux, une grosse motte de terre, supportant des pierres jointoyées entre elles et assemblées depuis longtemps pour faire un magnifique petit village.

Dans le temps, ce village avait su se défendre ainsi qu’en attestent encore les remparts tournant autour d’un château féodal dont il ne reste plus grand chose aujourd’hui. Depuis, ce village s’est illustré par la culture de l’oignon.

Avant de m’empoétiser, j’ai voulu découvrir le cadre, à pied. Bien m’en a pris. Il faut une trentaine de minutes pour tout voir. Tout est flêché, l’on ne peut pas se perdre. Tous les chemins reviennent au même endroit. J’ai pu voir la Maison Commune dans les bâtiments terminés en 1885, l’église Notre-Dame, les ruines du château, la chapelle Saint-Esprit transformée en atelier de sculpture.

Je n’ai pas vu le chêne particulier au pied duquel les truffes pullulent. Je ne suis pas Saint-Louis, que voulez-vous ? Par contre, dans la plaine autour j’ai aperçu des genêts qui servent à confectionner des balais en grande quantité par les femmes.

J’ai appris que Montmeyan doit son nom à son implantation. Cela vient de « Monte Mejano », le « mont au milieu ». Vieux ce village, il l’est. Depuis la Préhistoire, le site est habité, notamment à l’abri Breuil qui a reçu les hommes de Néandertal. Puis, les romains sont venus et ont laissé des vestiges : petit habitat rural, four de tuiles, etc.). Hugues de Montmeyan, devenu Templier, a donné ses terres et tous ses droits de pâture à l’Ordre des Templiers, en 1164.  Puis, en 1221, les cinq coseigneurs de Montmeyan ont donné à la Commanderie de Saint-Maurice (aujourd’hui Saint-Maurin) le castrum de Montmeyan avec sa tour, ses terres, ses hommes et tous ses droits.

En1309,  l’Ordre des Templiers dissous, Philippe le Bel et le Pape Clément V saisissent la terre de Montmeyan et la rattache au domaine de la Cour Royale, avant d’être remise dix ans plus tard aux Chevaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem. Un échange intervient en 1322. Au terme de celui-ci, le castrum de Montmeyan change de mains au profit de Armand de Trians dont la petite fille, Marguerite, épouse en 1400 Georges de Castellane. Les terres de Montmeyan entrent ainsi dans la Maison de Castellane pendant plus de 300 ans. En 1840, la commune de la Roquette, qui appartenait aux seigneurs d’Oraison jusqu’au XVIème siècle, et fut érigée en marquisat en 1651 au profit de Jean-Augustin de Foresta, est rattachée à Montmeyan.

Je n’ai pas le temps de faire un saut jusqu’au Verdon qui coule non loin de là et dont l’eau chute par endroits dans des gorges profondes, ni jusqu’à son canal l’aqueduc de Montmeyan dont la population a bien été heureuse d’utiliser les services pendant plusieurs dizaines d’années avant qu’une station de pompage ne soit installée en 1957, alimentée par le Canal du Verdon. Je n’ai pas eu le temps non plus d’aller jusqu’à la Croix de Mai. En fait, il s’agit de trois croix posées sur un sommet de cette colline portant le même nom culminant à 691 mètres. Les habitants de Montmeyan avaient pour habitude de faire une procession le premier dimanche de Mai. Les fruits étaient ainsi bénis. C’était un long dimanche qui commençait à huit heures du matin à l’église, jusqu’à la Croix située à l’entrée du village, pour continuer jusqu’aux Trois Croix. Après un déjeuner sur l’herbe, les participants coupaient des branches d’amélanchier qui étaient ensuite bénis par le prêtre pour être jointes à du genêt afin de fabriquer des balais.

.

Montmeyan, les poètes

.

Le lendemain 25 juillet 2014, le programme est chargé.

.

Sous le Porche de la Grand’Rue, Christophe FORGEOT nous attend pour donner lecture de son recueil de poésie SAISIR LA ROUTE écrit en 2013.

Christophe FORGEOT c’est un auteur et un comédien. Il enseigne l’écriture théâtrale à l’Université de Sud Toulon-Var et anime des Ateliers de Création Littéraire. Il met en scène des textes d’auteurs vivants. A son actif, une dizaine de recueils de poèmes.

.

Photo : Christophe Forgeot et Marina Nicolaev au Montmeyan en PoéVie - festival<br /><br /><br />
25 Juillet 2014

 

.

Après une séquence apéritive sympathique, le Café de France accueille une série de rencontre avec des poètes.

C’est Eric DUBOIS qui commence.

Eric DUBOIS, parisien, est poète, lecteur-récitant et performeur avec l’association Hélices et le Club-Poésie de Champigny-sur-Marne.

Il a publié plusieurs recueils de poésies chez Le Manuscrit, Encres vives, Hélices, L’Harmattan, Publie.net.

Il anime la revue de poésie en ligne « Le capital des Mots ».

Il est aussi chroniqueur et co-animateur dans l’émission Le Lire et le dire sur Fréquence Paris Plurielle (106.03 fm).

Il tient un blog : Les tribulations d’Eric Dubois » (http://ericdubois.net).

.

Photo : Eric Dubois et Carjo Mouanda

 

.

Abbassia Naïmi continue.

Abbassia, née à Sidi Bel Abbès, se considère comme une scientifique-littéraire. Elle signe ses productions (A.N.).

Elle est auteure de : « Au-delà de la souffrance de l’espoir », « Des idées et des mots remède à nos maux », « Semences », « Renaissance de Paroles » (Nahdat el Kalimatet), « De l’Amertume fleurissent les Jasmins », « Le Chant des Larmes ».

En 2008, elle fonde « Le Cercle des Amoureux de la Poésie » qu’elle préside. Cette association à but non lucratif a pour objectif de porter la poésie francophone des quatre coins du monde, notamment en produisant des oeuvres collectives et d’auteurs de talent.

.

.

Jean-Pierre Lesieur enchaîne.

Jean-Pierre Lesieur, qui nous vient d’Hossegor dans les Landes, est un éditeur de revues, si je puis dire ainsi. Il a publié une quinzaine de recueils et fondé trois revues de poésies : « le puits de l’ermite » en collaboration avec une équipe, « Le Pilon », 28 numéros (seul) et actuellement « Comme en poésie ».

Il se classe dans les revuistes artisans, comme ceux qui fabriquent entièrement la revue comme Lavaur et tant d’autres.

On le trouve dans l’anthologie de Delvaille, dans l’anthologie de Décharge, dans le livre de Sabatier et dans « Poésie 1 », revue sur la nouvelle poésie française, n° 47-48-49.

.

Photo : Jean-Pierre Lesieur ( de la revue Comme en poésie) au Montmeyan en PoéVie - festival 25 Juillet 2014

.

Enfin, Michel Méresse termine l’après-midi.

Michel Méresse, originaire de la région parisienne, vit à Corbeil-Essonnes. Il est passionné de jazz et dirige plusieurs formations.

Il collabore aux comités de rédaction de la revue La Sape dont il prend la rédaction en chef en 1996. Il collabore également aux comités de rédaction de la revue Poésimage.

Il fait des articles de critique d’art dans la revue « Art et Métiers du livre ». Il consacre des dossiers et entretiens aux poètes contemporains : Pierre Dalle Nogare, Yves Martin, Michel Deguy, Abdellatif Laâbi, Pierre Dhainault, Lionel Ray, Jean-Louis Giovannoni, Mathieu Bénezet, Charles Juliet, Bernard Noël. Et aussi sur l’art : Edouard Pignon, Bengt Lindström, Matta, Dubuffet, Hartung, Goetz, etc.

Il réalise aussi de nombreuses plaquettes de poèmes et de livres d’artistes à tirage limité.

.

.

Après une pause, la soirée nous entraîne, malgré l’orage, dans une lecture superbe et un récital poignant.

Bruno Raffaelli nous livre une interprétation magistrale de « Le Grand Troupeau » de Jean Giono, que l’on ne présente plus, tant le texte est poignant, avec un mélange d’hommes et de moutons partant aux combats pour se faire trouer la peau.

Bruno Raffaelli, c’est un comédien, sociétaire de la Comédie Française. C’est aussi un acteur qui fait du cinéma, notamment aux côtés de Bertrand Tavernier à plusieurs reprises comme « Quai d’Orsay ».

Il est chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres.

Bruno Raffaelli a adapté le texte de Giono pour la scène et le théâtre. Il nous a fait partager la profondeur et la richesse de cette oeuvre majeure qui, relatant des faits de guerre, devient l’hymne à la paix. Un devoir de mémoire.

Rappelons que le 3 août 1944, l’Allemagne déclare la guerre à la France qui proclame alors la mobilisation générale. Le grand troupeau quitte les estives dans l’urgence. Les bergers viennent d’être mobilisés, partent à la guerre, se mêlent inconscients à cete absurde troupeau humain courant veers les chamiers. Jean Giono, qui a participé à la grande guerre, publie en 1931 Le Grand Troupeau alternant dans son récit les scènes de village où les femmes et les anciens assurent les travaux de la terre, et les scènes de violence des combats…

.

.

Daniel Daumàs et Daniel Biga clôturent la soirée par un récital de textes, chansons et poésies.

Daniel Daumàs c’est un chanteur, un instituteur, un écriveur. Il a été un militant occitaniste, avec la force qu’on lui connaît, dans la voix, le caractère bien trempé, sa révolte et ses espoirs pour son pays. Un écorché vif peut-être ?

Danial Daumàs chante, avec vigueur, avec passion, son pays, son histoire. Il était accompagné de son petit-fils au violon Gaspard Doussière.

Il a publié en 2013 « païs » portraits et paysages de Provence.

.

.

Daniel Biga c’est un écrivain, poète, artiste multimédia, originaire de Nice. Il partage sa vie entre sa ville natale et la montagne d’Amirat dans la vallée de l’Estéron. C’est aussi un plasticien et peintre, qui a fait un passage à l’Ecole de Nice.

Enseignant à l’Ecole régionale supérieure des Beaux-Arts de Nantes, il a été président de la Maison de la Poésie dans cette ville.

Il a été remarqué dès son premier livre. Depuis, il a été confirmé comme l’un des plus originaux poètes français de sa génération.

Il a publié une quarantaine de livres depuis 1966 « Oiseaux Mohicans » à « La Séparation ».

Les éditions du Cherche Midi viennent de rééditer l’ensemble de son oeuvre publié chez cet éditeur : « Oiseaux mohicans, Kilroy was here, Né nu, et l’Amour d’Amirat ».

.

.

 

Le Festival du Folk

montpoesie

 

Copie de poemon

Copie de poesimo

.

En dehors de ces rencontres, pendant les deux jours, il y a eu des lectures des poèmes d’enfants, un concours des peintres dans les rues, un atelier d’écriture animé par Abbssia Naïmi, un atelier d’écriture pour les enfants animé par ADY et une exposition d’arts plastiques (sculptures, tableaux) par Jean-Jacques Castex.

Jean-Jacques Castex a eu un parcours étudiant dissolu, fait de voyages en Inde et au Népal, puis il a fait le choix de la création dans de multiples matières.

Au fil des expositions, l’on peut voir également son travail à Aups, Tourtour et Saint Paul de Vence. Il travaille le bois, la pierre, la céramique et le bronze d’un côté, acrylique, aquarelle et huile entre autre, pour des pièces originales et personnelles réunies sous sa signature.

.

Jean Jacques Castex

.

La nuit permit un repos salutaire car le samedi 26 juillet 2014 fut également chargé.

En fin de matinée, Guy Allix nous a fait diverses interpétations musicales et lectures sensibles.

Guy Allix est originaire de Douai, nord de la France, mais réside depuis en Normandie après être passé par Rennes.

Il a été professeur de lettres à l’IUT de Caen en menant de multiples expériences pédagogiques autour de la poésie.

Il est l’auteur de plusieurs recueils de poésie et de nombreux articles critiques et intervient dans des ateliers d’écriture en France et à l’étranger.

Il est membre du groupe Glenn-mor : Poésie et Musique avec le pianiste Olivier Mélisse.

.

.

L’après-midi, au Café de France, un échange est intervenu sur les revues en poésie avec l’intervention de :

Jacques MORIN, JACMO « Décharges »,

Jean-Pierre LESIEUR « Comme en Poésie »,

Michel MERESSE « La Sape et Poésimage »,

Eric DUBOIS « Capital des Mots »,

Karim Boudjemaà « Les Cahiers du Charbon Blanc ».

Débat un peu houleux à un certain moment, avec une intervention remarquée de Daniel Daumàs, et une opposition de conception de la diffusion de la Poésie entre Jean-Pierre Lesieur, Jacmo et Eric Dubois notamment. L’opposition entre le travail à l’ancienne sur papier et le travail moderne sur internet.

A mon avis, cette opposition n’a pas lieu d’être car il est nécessaire d’utiliser tous les moyens mis à notre disposition pour se faire connaître et faire connaître la poésie.

.

C’est à la suite de ce débat, que Carjo Mouanda s’est lancé dans la lecture de ses oeuvres.

Carjo Mouanda, né à Pointe-Noire, capitale économique du Congo, a fait ses études secondaires au Congo puis ses études supérieures au Sénégal. Il a parallèlement consolider sa plume jusqu’à l’amplifiant avec l’atelier d’écriture du Centre Culturel Français de Pointe-Noire.  Ce Centre a élaboré un document sous forme d’anthologie regroupant les jeunes écrivains congolais de la récente génération.

Carjo Mouanda est l’un des lauréats du prix international Thycaya U Tam’si de poésie du centre d’études des civilisations Loango.

.

Photo : Carjo est très sérieux quand il dédicace

.

Alors, Karim Boudjemaà s’est lancé dans la lecture de ses poèsies.

Natif de Soissons, Karim Boudjemaà est actif.

Il publie Ventriloquence en 1980. Seize Haïkaï pour Marc Chenaye en 2012.

En 1981, il cofonde la revue Poésimage. Il est membre du comité de rédaction de « La Sape » et rédacteur en chef des Cahiers du Carbon Blanc.

Puis, avec des productions moins actives, il enchaîne des poèmes, des chroniques, des études, des entretiens, notes de lecture) dans différentes revues : Arpa, les Cahiers du Charbon Blanc, Friches, Levée d’encre, Parterre Verbal, La Sape …

En 2002, il reçoit le prix Daniel Bidault.

.

poésie

.

Enfin, les rencontres se sont terminées avec Jacques Morin.

Jacques Morin, c’est un passeur, un passeur de poésie. Il est « le » Jacmo de Décharge. Il est le critique, le chroniqueur, le poète auteur d’une vingtaine d’ouvrages.

Il évoque son travail de critique et n’hésite pas à envoyer quelques petits coups de griffes sur ce monde à part que sont les poètes.

Il vient de publier « Sans légende' » chez Rhubarbe.

.

.

Ces deux journées formidables et merveilleux remplies se sont clôturées par une scène ouverte et soirée dinatoire, avec des artistes comme Gilles Vigoureux, Thomas Chaline, Claire rousset lys et les gens de Mala Soque.

Il ne faut pas non plus oublier la musique. Agnès et Roger Duhamel nous ont enchanté avec leur orgue de Barbarie.

Agnès et Roger Duhamel, manivellistes, les « tits Nandéens » Orguenville. Un grand merci à eux.

.

orguenville à Montmeyan 2014

monpoesi

poesiemo

monpoesi

 

poésie

.

.

.

Je suis enchanté de mon voyage à POEVIE. Bravo à tous les poètes ! Qu’ils continuent avec leurs mots !

.

montmeyan

posi

Copie de poevie

.

© Jean-Louis Riguet Juillet 2014

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://librebonimenteur.net/

 http://www.riguetauteurlivres.com/